Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus

2012-01-31 – Temps d'abandon

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Le Seigneur, il dit : «Maintenant, commence à lire.» Alors, je vais vous dire la date, telle qu’il me l’a donnée et telle comme il veut que je le dise : «2012, janvier 25.»

«JE SUIS est avec toi. Tu es à moi. Donne-toi pour tes frères et tes sœurs, ils sont en toi et toi tu es en eux. À moi seul de te dicter ces mots.

 «Il y a longtemps, des enfants se sont adonnés à la débauche, à la méchanceté, à l’idolâtrie. Ces actes bestiaux envers leur prochain les rendaient impropres à leur raison d’être devant leur Créateur, leur Dieu. Ils se sont fait beaucoup de mal en ne respectant pas qui ils étaient et ce qu’ils devaient être face à leur prochain. Ce qu’ils voulaient, c’est faire le mal. Leurs actes étaient nourris par leur malice, ce qui a amené des conséquences lourdes à leur descendance, et eux aussi ont fait des actes qui les ont maintenus dans le mal devant Dieu. Malgré leurs conséquences, ils ne se sont pas corrigés. Ils ont continué à faire des actes si pervers que cela a fait d’eux des enfants que pour le mal. Je te dis cela afin que mes enfants soient prévenus de ce qu’ils vont voir au moment où ils seront en eux. Ce qui a été est dans leur chair, ils le verront.

«Ceux qui seront miséricorde envers ceux qui ont fait ces actes impurs seront nourris par leur propre acte de repentir car, en acceptant tout, sans aucune pensée contre leur prochain, la miséricorde qu’ils ont accepté de vivre par amour pour leur prochain changera les actes immondes en actes de miséricorde. C’est-à-dire qu’au moment où les enfants de miséricorde verront ces actes faits avec malice, ils prendront tous ces actes comme étant les leurs, pour que tout soit devant la Miséricorde qui a tout pardonné. Comme les enfants de miséricorde étaient en eux, ils sont devenus par la Miséricorde ceux qui ont résisté devant le mal. Leur chair retrouvera sa force, celle-là même qui n’a pas voulu participer à ces actes contre Dieu. Dieu est présent et vous tous qui êtes ses créés, vous êtes, par la Croix, vivants éternellement; donc, vous avez été, en le Créateur, présents avant même que vous soyez aujourd’hui. Ceux qui ont résisté devant tant de laideur, ce sont ceux-là qui ne voudront pas demeurer dans une chair ayant connu des penchants vers ce qui est impur devant la Pureté.

«Beaucoup d’enfants sur la terre ne réalisent pas tout le mal qu’ils se font et qu’ils font aux autres en ne vivant pas comme Dieu le veut. Dieu les nourrit par les grâces qu’obtiennent les choisis qui prient pour eux. C’est à petits pas qu’ils avancent et ils s’aperçoivent qu’on leur impose des choix qui ne leur apportent pas le bonheur qu’ils cherchent. Cela les fait entrer dans leur intérieur, ce qui les amène à penser que la vie n’est pas liée qu’à la terre mais, qu’après la mort, il y a l’éternité. Ils sont des enfants de la Pureté et je les aime. Ce sont ceux que mon Père m’a donnés, ce sont les enfants de la Promesse.

«Mes enfants, je vous le dis, vous verrez très bientôt votre Créateur. Oui, vous verrez Celui qui vous a donné sa Vie par amour. Je me suis donné pour que vous soyez tels mon Père le veut. C’est lui le Créateur, votre Père. Je suis en lui et il est en moi. Vous ne pouvez être en dehors de lui, tout comme vous ne pouvez être en dehors de moi. Le Saint-Esprit est le Tout de notre amour. Le Saint-Esprit est plus que tout ce que vous pouvez imaginer. Il est Dieu, il est en nous. Le Père, le Fils et le Saint-Esprit sont trois, tout comme le Père, le Fils et le Saint-Esprit sommes un seul Dieu. Dieu est Dieu.  

«En vous nous sommes, puisque vous êtes de nous, la Trinité. Vous êtes tous les enfants de Dieu. Dieu ne sépare pas ses enfants, il les a créés pour qu’ils vivent ensemble devant lui en ayant une seule pensée : vivre par amour pour Dieu. Voilà cette pensée. Dieu vous a donné sa Vie et sa Vie est en vous. Vous avez comme nourriture la pensée de Dieu qui vous amène à tout lui redonner en tout ce que vous êtes, dans tout ce que vous faites. Vous avez en vous une seule nourriture et elle vous conduit à l’amour pour votre Dieu. Tout est en vous. Vous avez une seule chair qui s’est multipliée et elle est votre chair.

«Enfants de Dieu, ne vous laissez plus prendre par le Menteur. Il est faux de croire que vous êtes des enfants faits pour vivre dans un monde de consommation, dans un monde qui dirige votre vie, dans un monde de mensonges, dans un monde de voleurs, dans un monde de peur, dans un monde de jalousie, dans un monde de pouvoir, dans un monde de corruption où la chair est vendue pour le plaisir. Vous êtes les enfants créés pour un seul Dieu qui vous aime.

«Avant ma mort sur la Croix, le péché vous amenait à commettre d’autres péchés et tous ces péchés avaient un but : vous amener à la mort éternelle. C’est le Fils de Dieu qui vous a sauvés de la mort éternelle, c’est le Fils qui a tout pris en lui : tous vos péchés, tout ce qui vous maintenait dans un cercle d’enfer. Mes enfants, aujourd’hui, vous êtes libres de dire non au péché. La vie éternelle est votre dû. Ne laissez plus Satan et tous ses suppôts vous tricher, vous mentir, vous voler, vous maintenir dans la peur. Vous n’êtes pas sur la terre pour vivre dans ce monde. Ce monde dans lequel vous vivez, tel il est, va disparaître.

«Jadis, j’ai vu ces enfants qui ne voulaient faire que le mal. Ils aimaient se maintenir dans le mal, ils se conduisaient comme des bêtes possédées par le démon. Ces enfants se sont abaissés à un niveau si bas que la terre entière fut inondée à cause de leurs péchés. Vous, les enfants qui vivez dans un monde impur, ne voyez-vous donc pas votre conduite? Je vous l’ai dit, je vous le redis, la terre ne connaîtra plus une destruction totale, mais elle sera purifiée afin que ceux que mon Père m’a donnés ne périssent pas par les eaux, les vents, les feux et les tremblements qui purifieront la terre de tout mal. Ceux que mon Père a choisis reviendront à nouveau sur la terre pour vivre dans sa Volonté. Ils formeront douze tribus et, de par le monde, ils peupleront la terre et Dieu bénira leur descendance.

«Plusieurs des enfants de mon Père ne suivent pas les lois d’amour. Écoutez, peuple choisi, Moïse a vu son Dieu, il a donné à ses frères et à ses sœurs ce qu’il avait reçu de Dieu et, aujourd’hui, la plupart ne veulent pas suivre les lois de Dieu. Mes enfants, que faites-vous? Ne savez-vous donc pas que mon Père vous regarde? Jadis, lors d’une famine, des enfants de sa maison, les enfants d’Israël, ont été vers des gens qui les ont reçus et ils ont vécu ensemble. Mais les enfants des enfants d’Israël n’ont pas continué à adorer leur seul Dieu, ils ont suivi les idolâtres. En allant vers les idoles, ils ont vécu leur conséquence. Je vous le dis, lorsqu’on adore un faux dieu, ce qu’on adore est Satan. Lui, il maintient prisonnier l’adorateur. Voyez ce qui est arrivé à ceux qui ont accepté ces dieux, ils sont devenus esclaves de ce peuple qui adorait des faux dieux. Quatre cents ans d’esclavage furent la conséquence de leur propre choix : l’idolâtrie.  

«Vous, mes enfants de miséricorde, prenez en vous tous ceux pour qui j’écris : «Toi qui ne viens pas vers ton Dieu, toi qui te maintiens dans tes fausses croyances en me rejetant, ou toi qui achètes au-dessus de tes avoirs mensuels en te pavanant comme un riche, ou toi qui t’obstines à te maintenir dans tes besoins absurdes sans voir le précipice qui est devant toi, dis-moi : qui t’amène à faire ces choix alors que, par moment, tu trouves que tu vis dans un temps rude pour maintenir ton standard de vie? Qui te force à faire des choix qui te privent de ce qui ferait ta joie? Et ta joie, n’est-ce pas l’amour en toi? Et l’amour, n’est-ce pas te donner pour ceux que tu aimes? Que fais-tu pour eux pour qu’ils soient dans la joie, dans la paix et dans l’amour? En dehors de la joie, de la paix et de l’amour, que peux-tu trouver? Le matériel? Ouvre tes yeux et regarde si tout ce que tu possèdes vient de ton cœur. Ta réponse doit t’amener à la joie, à la paix et à l’amour. Si tu n’as pas de joie, de paix et d’amour comme réponse à ces questions, mais que des arguments : tu es esclave de Satan.

«Ne crains pas ces mots, ils sont de Dieu et Dieu t’aime. C’est Dieu qui t’a sauvé de la mort éternelle et c’est Dieu qui t’arrachera d’entre les griffes du mal. Ne te laisse plus manœuvrer par ce monde de pouvoir. Il t’a acheté au prix de tes propres choix et tu as été vendu pour de l’argent au pouvoir de ce monde. Aujourd’hui, ce monde veut plus de pouvoir. Il gardera auprès de lui que ceux qui lui apporteront, ce qui le maintiendra au sommet d’un monde où son pouvoir maintiendra son avenir.

«Je te le dis, qui perd sa vie a déjà rendu l’âme. On perd sa vie à ne pas la nourrir, on perd sa vie à ne s’aimant pas, on perd sa vie en n’aimant pas son prochain, on perd sa vie en la rendant esclave de ses sens. Mon petit, ne réalises-tu pas que tout ce qui t’éloigne de l’amour de Dieu, de l’amour du prochain et de l’amour pour toi-même vient de ce que tu as accepté? Ce que tu as accepté, c’est vivre sur la terre sans te soucier de ta vie intérieure. Le plaisir des sens te conduit à la destruction de ta vie éternelle. Tout ce qui nourrit tes sens et non ta vie, c’est la décomposition de ton être à petit feu.

«Regarde-toi, es-tu riche de cœur envers toi-même? Il est dit : qui donne reçoit. Qu’as-tu donné hier pour qu’aujourd’hui tu sois rempli de joie? Tu vois comme tu es pauvre? C’est Satan qui t’a emprisonné dans son infernale haine. Tu es esclave de son pouvoir. L’indifférence face à ton éternité vient de son pouvoir sur toi. C’est le Malin qui te rend malade de convoitise, de jalousie, d’envie, d’orgueil, de vanité, de mensonge, d’hypocrisie, de concupiscence, d’égoïsme, de bassesse envers ta chair, afin que tes jours soient sous son emprise.

«Regarde ce que subit ta chair. Tu es pris dans un carcan, tu n’es pas libre. Tes pensées sont nourries par un venin qui t’empêche d’être au présent. Tes yeux s’embrouillent par la magie de ce monde qui, lui, gère ton temps et tu ne peux voir que ce qui se présente devant toi. Ton écoute s’ouvre à tout ce qui veut se faire entendre et tu es si étourdi que tu n’entends plus que le rythme rapide d’un monde qui marche au pas : tu fais partie de la masse qui avance vers sa destruction. Tes paroles sont vides de sens pour ton éternité, tes mots sont comme le murmure d’un monde vers sa déchéance. Tes actes expriment la peur, la violence, l’angoisse, la frustration, la mélancolie, la nervosité, la fatigue, la nonchalance, tu es l’inconnu qui erre en toi. Tes sentiments sont gérés par des émotions prisonnières de tes besoins qui ne te digèrent plus à force de ne pas être toi-même.

«Que sont tes pensées envers toi-même? Que crois-tu voir? Qu’entends-tu? Quels sont tes actes pour un monde meilleur? Quels sentiments peuvent nourrir ta vie? Il vient le jour où tu verras tout ce qui t’a rendu impur devant ton seul Dieu, et lui il t’accueillera chez toi. Mon enfant, fais attention à ce que tu penses, à ce que tu dis, à ce que tu écoutes, à ce que tu vois, à ce que tu fais et à ce que tu aimes ressentir. Ils sont sur toi les jours que mon Père te donne afin que tu voies ce qui est dans ta vie. Oui, ces jours sont tes jours, il n’y en aura pas d’autres.»

«Vous qui lisez ces mots, savez-vous ce qui se passe en les enfants de ce monde aux prises avec l’esprit de ce monde? Ils sont esclaves, et vous aussi vous êtes esclaves. Qui d’entre vous pense connaître ce qui est bon pour vous? Dans le contexte que vous vivez, êtes-vous à l’abri de Satan? Il est si facile pour lui de vous troubler. Il est l’Orgueilleux. Il vous maintient sous son pouvoir lorsque vous n’êtes pas humbles. Je vous entends, je vous vois. Moi, votre Dieu, je vous ai avertis du danger que vous étiez pour vivre à cause de l’orgueil.

«Attention, mes choisis! Voici que je parle à vous, les derniers qui devront laisser passer les plus souffrants en premier. On parle contre mes choisis et on scrute les messages. Lorsque cela ne fait pas votre affaire, vous récriminez. Mes petits, êtes-vous mieux placés que moi pour dire à untel : 'Ce n’est pas que je suis contre un message, mais il semble contredire un autre message.'

«Mes enfants, le temps est à Dieu. Revenons dans le temps où Abraham dit à son neveu Loth : "Où tu te dirigeras, moi j’irai de l’autre côté. Je vais partir avec mes gens et mon bétail pour ne pas nuire à ton bétail." La discussion ne portait pas sur la famille, mais sur le bétail de Loth et d’Abraham qui devait paître sans nuisance, car la paix entre les deux camps devait régner. Et vous, vous dites : 'Untel a dit ça, un autre a dit cela, lui a dit que…' Mes petits, faites lumière en vous et vous verrez que Dieu est le seul qui donne les messages de paix. Ne perdez pas votre paix.

«Lorsqu’un message amène de la nourriture, cette nourriture est de qui? Pas de Satan, de Dieu seulement. Si un autre message amène de la nourriture aux enfants qui ont faim, qui ont soif de vérité, elle est de qui? Pas de Satan, de Dieu. Dieu connaît si, dans un temps présent, il est bon d’agir ainsi ou si, dans un autre temps, il est bon d’agir ainsi. Dieu connaît qui prie et les grâces qu’apportent les prières sont une nourriture. C’est cela qui transforme les enfants de Dieu.

«Ne soyez pas lumière contre lumière. La maison de Dieu est à Dieu. Satan ne travaille que pour lui. Souvenez-vous, on m’accusait de chasser les démons au nom de Belzébuth. Que faites-vous vous qui dites qu’un tel dit cela, alors que ce qui est dit apporte des grâces qui nourrissent les âmes de grâces de paix? Laissez à Dieu ce qui est à Dieu. Votre esprit est nourri par les paroles de ce monde lorsqu’il prend la place de Dieu. Je suis le seul qui vous connaisse.

«Lors des apparitions de Marie, la Vierge des vierges, elle vous donne des messages et elle vous demande de prier avec le cœur. Ne vous étourdissez pas à comprendre tout le contenu des messages, seul le Saint-Esprit vous ouvre à la Volonté de Dieu. Lorsque vous lisez et que vous n’êtes pas abandon, mais pleins d’attentes, Satan sait ce qu’il a mis en vous et il reconnaît les orgueilleux qui se gonflent de connaissance, de vouloir. Il est facile pour lui de savoir lorsque vous êtes abandonnés en Dieu, car il ne peut vous approcher, vous êtes dans ma lumière, mais lorsque vous êtes, en votre être, troublé par vos pensées, la lumière ne sort plus de vous, elle est si faible en vous, et Satan le voit. Il vous maintient en se servant de ce qui vous trouble.

«Mes enfants, attention, personne n’est comme Dieu. Ne vous dites pas avoir le discernement alors que vous êtes troublés par une phrase, par un mot qui semble différent d’un message ou d’un autre message. Priez pour avoir la lumière. La lumière est grâce, elle vous amène en vous et la lumière brille sur vous pour vous montrer que seul Dieu connaît tout. Les messages vous sont donnés pour vous amener à être comme Dieu vous veut. Plus vous serez abandon, plus vous serez comme Dieu vous veut. Il vous veut dans un abandon total. Le temps est à Dieu, lui seul sait s’en servir pour sa plus haute gloire. Il connaît tout de vous, il sait ce que vous êtes capables d’accepter afin de vivre ce qui s’en vient. Un pas de fait, il vous en reste d’autres jusqu’au jour où vous serez comme lui le veut. Ne soyez pas comme la grenouille qui voulait être comme le bœuf.

«N’est-ce pas à Dieu le temps? Ce temps, il vous le donne pour vous faire avancer. Il est de Dieu de vous nourrir de ses grâces pour vous faire renoncer à ce qui vous nuit. Si certains sont faibles devant une tentation, Dieu vous demande à vous, qui vous vous donnez pour eux, de faire des sacrifices. Parce que Dieu vous donne beaucoup, beaucoup vous sera demandé. C’est à vous que Dieu donne la lumière afin de donner à votre prochain ce qui est en vous par Dieu. Parce que vous recevez beaucoup de lumière, sachez que Dieu vous donne ces messages afin que vous puissiez aider votre prochain.

«On ne veut pas voir, on ne veut pas comprendre. Moi, votre Dieu, je vous le dis, je suis venu pour vous instruire afin que vous vous conduisiez en enfants de Dieu devant votre Dieu. Je suis le Sauveur du monde. Que ce qui est écrit vous fasse baisser l’échine devant cette révélation. Si vous, qui croyez en votre Sauveur, vous vous conduisez en être orgueilleux, ne vous laissant pas transformer par les grâces de lumière, les autres recevront-ils les grâces qu’ils ont besoin afin d’être prêts pour ce qu’ils vont vivre? Je vous le dis, vous verrez ce qui est en vous et vous ne pourrez pas dire : 'Seigneur, mon Dieu, je ne savais pas que cela était pour notre temps. Je me suis mal conduit, mais pitié, il ne faut pas que je vive ma souffrance avec toutes ses conséquences. Que t’ai-je donc fait pour me faire ressentir tant de souffrances? Suis-je l’un de ceux qui ne voulaient rien savoir de toi? Suis-je donc ce scélérat qui a tué son enfant ou celui qui a menti comme il respirait, ou celui qui se disait être innocent de tout crime envers l’âme de tes enfants? Ne vois-tu pas ma sincérité?' Je vous le dis, mes enfants, personne ne sera en dehors de la justice d’amour de Dieu. Tous, vous serez devant vos actes. Que vos actes soient des actes d’amour. Oui, seuls les actes d’amour portent de bons fruits, mais des actes qui ne sont pas amour envers leur prochain ne portent pas de bons fruits. 

«L'Église est moi. Je suis la Tête de l’Église et mon nom est Jésus le Crucifié. Celui qui ne sait pas qui je suis est un enfant qui ne connaît pas mon Nom. Pourquoi tant de peur? Pourquoi ne pas vous conduire comme des enfants craignant votre Dieu? Ne savez-vous pas qu’un seul mot de moi et la terre tremble? Et vous, vous dites : 'Est-ce Dieu qui parle? Est-ce Dieu qui nous fait savoir ce qui se vit en cet instant dans notre vie sur la terre?' J'ai envoyé Jonas vers les gens de Ninive et eux se sont convertis. Et vous, enfants de ce temps, quelle est votre conduite devant des mots qui vous sont adressés? Attendrez-vous que soient sur vous ces jours que le Ciel vous a fait connaître par ses choisis? Mes paroles ne passeront pas avant que cela soit accompli.

«Amen, je vous le dis, quiconque croit en Dieu se verra devant Celui qui vous avertit de ce qui s'en vient. Miséricorde sur tous ceux que j'aime. Miséricorde soyez pour tous ceux que vous aimez. Mes enfants, que la marque d'amour soit sur votre front. Cela est dit et fait.

Jésus, votre Sauveur en cette enfant, vous a dicté ces mots. Amen.»

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Chacun de nous avons reçu beaucoup et nous recevons encore beaucoup. Il ne faut pas arrêter cette source de grâces qui coule du Ciel à nous, car nos frères et nos sœurs du monde entier en ont besoin. Ce temps est important. Nous avons été retirés de l'esprit de ce monde par Marie. Oui, nous sommes ici parce que c'est Maman Marie qui l'a voulu. D'autres sont là parmi le monde qui tourne autour d'eux et ils prient avec nous. Nous, nous les soutenons. Alors nous devons nous maintenir dans la paix, dans la joie et dans l'amour pour nos frères, pour nos sœurs qui ont été choisis pour soutenir tous les autres enfants qui devront vivre la très Grande Purification de la chair.

Ce moment, Dieu, l'Éternel, le connaît, nous on ne le sait pas. Mais le moment que nous vivons en cet instant et le moment où cela s'accomplira, ce qui est important pour nous, en ce moment, c'est le temps que le Seigneur veut qu'on vive jusqu'au moment où nous entrerons en nous par la puissance du Saint-Esprit. Voilà pourquoi, nous, le Seigneur nous a retirés. Alors, nous avons une mission à accomplir et elle est très importante.

Ne nous laissons pas leurrer par les choisis qui, eux, disent : 'Encore de quoi qu'elle rajoute. La Grande Purification qu'elle parle n'arrive pas. C'est long.' Non, il n'y a pas de paroles qui viennent de Dieu qui leurrent les enfants de Dieu, et nous ne devons pas nous laisser leurrer par les paroles des autres qui croient peu à ce qu'ils vont vivre. Ils le croient, mais ils sont au-dessus du verre, d'un verre d'eau, ils sont en surface. Le Seigneur nous plonge à la profondeur de ce verre d'eau : au fond. Nous devons nous laisser noyer par les grâces du Ciel, nous en avons besoin. Plusieurs vont écouter ce message comme ils écoutent les autres messages qui viennent du Ciel.

Maman Marie, elle parle à plusieurs messagers, Jésus aussi, le Père, le Saint-Esprit. Ils vont les lire ces messages, mais leur faiblesse les amène à douter parfois, à se décourager. Avons-nous le droit, nous, de nous décourager? Nous n'avons pas le droit de nous décourager. Nous devons nous maintenir là où Dieu veut qu'on se maintienne. Oui, on est au fond de verre, oui, quelquefois on a l'impression d'être noyés sous tous ces messages, mais c'est là que Dieu nous veut, c'est là qu'on va être pour vivre ce que nous avons à vivre. Demain, on ne sait pas ce que le Seigneur attend de nous, mais c'est aujourd'hui qui est important, comme c'est important le temps que nous aurons à vivre avant la très Grande Purification. Ne perdons pas une fraction de seconde, parce qu'une fraction de seconde est trop importante pour ce que nous allons vivre.

Vous avez entendu, le Seigneur nous demande de prendre les enfants avant le Déluge parce que nous les habitions, on était en eux. On a dit quoi à notre Dieu lorsqu'il y eut la tentation, puisqu'aujourd'hui, regardez, nous sommes aux prises avec une volonté humaine? Alors, il a fallu qu'on prenne une décision : 'Oui, je veux connaître la connaissance du bien et du mal.' Cela s'est fait pourquoi? Parce que nous avions l'esprit en Dieu, nous habitions tous les enfants de Dieu; alors, nous habitions aussi les enfants qui ont été avant le Déluge, ceux qui faisaient de l'orgie, ceux qui étaient dans la débauche, plus bas que les animaux. Eh bien, on était en eux. On forme une seule chair, une chair qui s'est multipliée. Alors, notre devoir est, oui, de connaître ce que Dieu est en train de nous révéler pour vivre la très Grande Purification de la chair afin de les soutenir.

Vous savez, est-ce qu'on peut vivre la Grande Purification de la chair en regardant toutes nos actions, nos pensées, notre regard, nos paroles, nos sentiments, notre écoute, en disant : 'Bien, eux autres, ce sera leur tour'? Non, c'est un seul moment que nous allons vivre en triple cadence : la Grande Purification de la chair. Nous verrons toutes nos marques, tout ce qui a fait de nous des enfants qui ont fait souffrir le Fils de Dieu jusqu'à la mort. Il nous a libérés, mais nous devons tout regarder. Alors Dieu nous donne des messages au moment où lui le veut. Ce message, il était pour nous, pour le 25. Il a nommé la date. Il a dit : «Nomme la date.» 2012, janvier, premier mois, le 25. II voulait que je le dise parce que c'était le temps que lui voulait pour nous, afin qu'on sache que ceux que nous porterons en nous, eh bien, ça date de longtemps : avant le Déluge.

Alors, il va falloir être miséricorde, miséricorde, prendre ce qu'ils ont fait : l'idolâtrie. Ils ont martyrisé leurs frères et leurs sœurs, ils ont commis des actes plus bas que les animaux. Eh bien, on ne peut pas dire : 'Je ne prendrai pas leurs actes comme si c'était moi. Je refuse.' Non, on ne peut pas faire ça. Cela est et cela sera vécu dans notre chair. Mais ceux qui n'entendent pas ce que nous on entend, il va falloir les soutenir. Alors, on va se tenir auprès d'eux puis on va leur dire : "C'est moi là, je l'ai dans ma chair, sois miséricorde; moi, je vais l'être pour toi." Alors on va le dire parce qu'ils ne seront pas d'accord à prendre ce qui est avant, ce qui a été avant le Déluge : "Mon Dieu, bien, j'ai assez des miens, je ne prendrai pas leurs marques, je les refuse."

S'ils refusent les marques de nos frères et de nos sœurs avant le Déluge, c'est qu'ils ne diront pas tous oui à Dieu. Alors voilà notre moment d'amour où nous, les derniers, on va vivre des souffrances. Il va falloir les bercer, hein, il va falloir les soutenir. Dieu dit : Au moment où nous, les enfants de miséricorde, serons miséricorde pour ceux qui vont vivre ce moment, et que nous serons miséricorde encore pour ceux qui ont tout vécu cela avant le Déluge parce qu'ils seront dans notre chair, eh bien, notre chair connaîtra une force. Cette force, nous en aurons besoin, mais ça commence là, parce que là, nous savons.

Voyez-vous, c'est ce que le Seigneur dit. Il a parlé au début de ce qui était avant le Déluge, il a parlé après de ceux qui sont dans l'idolâtrie aujourd'hui, et après, il a parlé de nous, hein, ceux qui discutent du temps de Dieu, parce que lorsqu'on discute du temps de la purification, on discute du temps de Dieu. Moi, je peux répéter comme les autres peuvent répéter. Vous dites : 'Elle commence encore avec autre chose de nouveau.' Vous pouvez dire une montagne de mots, bien, cette montagne-là, je vais la donner à qui? Au Seigneur. Alors c'est léger sur moi, mais ceux qui prononcent ces mots, prononcent ces mots, et cela est lourd sur leurs épaules parce que cela appartient à Dieu. Ça ne m'appartient pas, mais pas du tout! Moi, je peux tout simplement donner ce qui vous fait souffrir : "Je te donne ça, mon Dieu." Est-ce que cela me fait souffrir? Je le donne au Seigneur. Je sais, moi, ce que j'entends; je sais, moi, ce que je vis lorsque la Mère de Dieu me dit : «Aujourd'hui, donne-toi, donne-toi. Mes enfants, oh! mes enfants, comme ils se font souffrir! Donne-toi.»

Les enfants, les élèves, les élèves ne reçoivent pas de grâces d'obéissance parce qu'on ne veut pas de Dieu dans les écoles – alors que je ne savais pas qu'aujourd'hui était la journée de Jean Bosco et que c'était pour les élèves. Voyez-vous ce que le Ciel me fait vivre, comment est-ce que moi je vais souffrir? Je souffre, oui, je souffre, mais ma souffrance n'est pas extérieure. Je ne me mettrai pas à pleurer pour des paroles que j'entends ou qu'on me dit ici et là, parce qu'il y a des échos, y a un vent qui passe. Quelquefois, j'entends… (je réponds) : "Donne ça au Seigneur ce que tu entends" – "Oui, mais on a dit ça de toi!" – "Ce n'est pas grave, moi je peux le donner, mais toi ne reste pas avec." Puis, ensemble, on donne pour que ceux qui le disent soient moins souffrants parce qu'ils verront, ils verront que ce qu'ils disent cela n'était pas contre moi, cela était contre Dieu, et c'est ça que Satan fait avec ceux qui ne donnent pas à Dieu tout de suite le moindre petit doute. Il joue avec eux.

Nous avons un devoir : c'est de continuer dans la paix, dans la joie et dans l'amour de se donner, de laisser Dieu nous utiliser. Nous sommes des instruments : "Sers-toi de nous, Seigneur." Nous avons des lumières et ces lumières, eh bien, alimentent ce qui est en nous. Plus nous sommes lumière et plus nous recevons de la lumière, et plus nous sommes encore lumière. Et c'est ce qui se passe.

Ce que nous venons d'entendre, c'est encore un pas qui nous a fait avancer et qui nous fera encore avancer demain, parce que nous ne savons pas tout. On sait qu'on va avoir une Grande Purification de la chair, qu'il faut prononcer nos oui : oui faibles, hésitants, les oui qui sont ignorés de nous-mêmes, inconnus. Hein? Il y a plusieurs sortes de oui! Nous savons que Satan va s'attaquer à nous, nous savons qu'on va vivre des souffrances, mais ça, ce que nous venons d'entendre, c'est toujours quelque chose qui nous fait avancer dans la connaissance essentielle pour la Grande Purification de la chair. Est-ce qu'il y en aura d'autres? Il ne me le dit pas, mais il le fait quand lui nous sait capables de tout accepter.

Alors on doit s'accomplir, on doit s'accomplir dans les refuges pour que notre refuge soit un refuge de paix, de joie et d'amour. Et comment on s'accomplit dans notre refuge extérieur? On acceptant tout, en recommençant et en recommençant, et en acceptant tout ce que le Seigneur nous donne : de l'aide. Nous avons de l'aide du Ciel. Les anges nous aident, les saints, les saintes du Ciel nous aident, les âmes du Purgatoire nous aident et nous en avons tellement la preuve, tellement, et c'est par le monde!

De par le monde des enfants entrent dans les refuges extérieurs parce que leur refuge intérieur est prêt à tout accueillir. Alors, nous sommes ensemble. Nous avons été choisis depuis toute éternité pour être les choisis d'entre les choisis, et les choisis d'entre les choisis, c'est bâtir les refuges. Et bâtir les refuges, c'est bâtir tous les refuges à l'intérieur de nous, et on le fait avec la patience, avec l'amour, la paix, avec de la joie. Ce sont nos refuges extérieurs qui montrent ce que nous devenons grâce aux prières. C'est grâce aux prières que nous pouvons rire, c'est grâce aux prières que nous pouvons dire merci, merci, merci. C'est grâce aux prières que nous montons la montagne et que nous savons que nous montons la montagne avec tous les enfants de Dieu, parce que les enfants de Dieu nous portent nous aussi, et ils prient avec nous. De par le monde, nous nous maintenons ensemble.

Remercions la Vierge Marie, car la Vierge Marie a donné un message de paix, un message d'amour, un message d'unité. Il ne faut pas oublier de s'aimer entre frères et sœurs, d'adorer le Fils de Dieu, de nous maintenir dans la vérité, d'être les enfants de Dieu dans tout ce que nous représentons pour tous les enfants de Dieu. Soyons des témoins pour qu'un jour notre Jésus d'amour témoigne de nous à son Père. Demeurons fidèles en tout pour que la très Grande Purification de la chair s'accomplisse pour nous dans la paix, dans la joie et dans l'amour, et nous donnerons ça aux autres. Même s'ils ne savent pas ce qui est en train de se vivre en eux, nous, nous le savons et c'est ce que Dieu veut qu'on sache. On ne peut pas ignorer que Dieu se sert de nous pour ce qui est. Ne nous laissons pas troubler par les messages que reçoit un, les messages que reçoit un autre. Ne nous laissons pas troubler, mais réjouissons-nous, réjouissons-nous de savoir que Dieu parle aux enfants, à ses enfants, à nos frères et à nos sœurs.

Éloignons de nous toute jalousie spirituelle, car cela existe. La Mère de Dieu nous a avertis : «Vous, les choisis, Satan vous attaquera par l'orgueil.» Et combien tombent dans les pièges sans s'en rendre compte, combien! L'orgueil a beaucoup de facettes. Ne nous éloignons pas de Marie, l'humble Marie, et à tous les jours demandons des grâces d'humilité. Ce que le Seigneur nous donne, il nous le donne parce que c'est lui qui le fait. Il est le seul Juge, il est le Seul qui donne la paye. Alors, accomplissons-nous dans ce que nous devons nous accomplir. On ne changera rien au temps, car le temps ne nous appartient pas. Dieu nous l'a dit : «Le temps m'appartient.» Alors, cela arrivera au moment où Dieu, lui, a décidé, parce que lui l'a décidé déjà. Alors marchons, faisons un autre petit pas. Amen. Merci, mon Dieu.

Récitation : Je vous salue Marie.

Jésus : 'Tu t'es arrêté sur moi; je ne voyais rien, je n'entendais rien; j'étais dans mon monde, je refusais de regarder, j'étais aux prises avec mes propres besoins. J'ai fait connaître à mon cœur de la violence, de l'indifférence, et tout cela s'est tourné contre moi.' Oui, je sais qu'un jour tu me diras ces mots; je te bercerai, je te montrerai mon amour. J'ai été tout dans ta vie. Je t'ai tellement aimé, je t'ai suivi pas à pas, je t'ai connu dans les moments les plus noirs de ta vie, et dans ces moments, je ne m'éloignais jamais de toi, je me tenais tellement petit en toi, tellement petit. Je prenais soin de toi avec le peu que tu me donnais et je prenais ce que les autres me donnaient pour toi et je t'habillais avec, je te nourrissais.

Ce sont les sacrifices de tes frères et de tes sœurs que moi je leur demandais pour toi. Ils sont avec toi aujourd'hui, ils sont la miséricorde, ma miséricorde, et ils sont prêts à tout, à tout prendre, à tout accepter. Je les ai formés d'amour avec mon amour pour toi pour que tu ne sois pas seul. Il y a le monde avec toi et ce monde je te l'offre. Il t'aime, il attend un seul mot de toi : un 'je t'aime'. Aime-le, il se languit de toi. C'est mon monde d'amour, c'est celui que mon Père a voulu pour toi, c'est celui qui est capable de tout accepter pour que tu sois dans l'éternité.

Voilà ce que je suis en train de construire pour toi, pour toi seul, car à mes yeux tu es l'amour, tu es mon amour, tu es la goutte de sang qui a sorti de ma chair, parce que mon Père l'a voulu. Je t'ai aimé, je t'ai aimé, je t'ai aimé. Il ne faut plus rester esclave. Il faut que tu t'ouvres à l'amour, au vrai amour. Il faut prendre le temps. Oui, il faut prendre ce temps que mon Père vous donne. Il est un trésor ce temps, il ne faut pas le gaspiller à des bavardages inutiles, il faut l'aimer.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Ce temps est un temps d'abandon, un temps de miséricorde où chacun doit se regarder, où chacun doit s'aimer, apprendre tranquillement à s'aimer pour regarder le prochain. 'Ô prochain, tu es ma loi, tu es l'amour, tu m'apprends à être droit, tu m'apprends à ne pas prendre ce qui t'appartient, tu m'apprends à t'écouter. Je veux te respecter pour ce que tu es, et tout vient parce que tu es présent avec moi sur la terre devant Jésus, devant Dieu le Père, devant le Saint-Esprit. Je suis, moi aussi, ton prochain. Ouvrons nos bras et accueillons-nous toi et moi, nous formons un nous. Satan a voulu que je sois un et Dieu veut qu'on soit nous.  

Nous ne sommes pas Dieu, nous ne pouvons pas être un. Nous sommes créés, alors nous sommes toi et moi et avec tous les autres un nous. Oui, nous sommes ensemble, nous sommes créés, nous sommes faits pour aimer, nous sommes faits pour partager, nous sommes faits pour avancer ensemble vers un monde d'amour, un monde que nous formerons. Ô prochain, comme je t'aime! Aime-moi, et disons à Dieu que nous l'aimons.' Tu vois le nous? C'est ensemble que nous sommes pour Dieu, que pour Dieu. Merci, Seigneur.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : On peut poser des questions et des réponses. On va répondre.

Q. Le Seigneur a dit qu'il ne détruirait pas la terre comme il a fait au Déluge, mais je pense qu'il va en brasser pas mal.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Souvenons-nous de tout ce que la terre a subi à cause de nous. La terre est encore prête à tout accepter parce que la terre est l'œuvre de Dieu, et la terre nous a accueillis et elle va aller jusqu'au bout. Lorsqu'on pense à notre Dieu, on sait que notre Dieu a tout créé par amour, et dans sa création il y a son amour, et lorsqu'il y a l'amour, il y a Dieu. Dieu est matière, il a sa matière en lui. Dieu est le Tout et il nous a tout donné.

Oui, la terre aura beaucoup de soubresauts. Elle en a eu hier et elle en aura encore demain, mais il lui donne une force de se maintenir là où elle a été placée par Dieu. Alors comme il nous a aussi placés sur la terre, on lui fait confiance. On n'a pas à s'inquiéter, Dieu prend soin de ses enfants. Amen.

Q. Francine, tu nous disais que ceux qui sont passés avant le Déluge, nous, on les porte.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Dieu vient de me dire : «Ce n'est pas moi qui ai dit ça.» C'est lui, ce n'est pas Francine non plus.

Lorsque Dieu a créé la matière, il a créé le tout, tout ce qui était matière. Nous, on vient sur la terre par séquences. Mais Dieu, lui, a tout créé; mais Dieu met chaque mouvement dans ces séquences. Cela veut dire que le temps appartient à Dieu. Il sait que ce temps est propice : «Là, j'accomplis mon œuvre pour que tous les autres soient dans ce mouvement d'accomplissement comme un ordre de vie éternelle.» Nous avons tous été créés à la pensée de Dieu, tous nous avons été créés au même moment.

Quand Jésus est venu sur la terre, il a pris tout péché; alors il a pris tout ce que nous avons accepté qui est bon ou qui est mauvais. Nous, on l'a accompli. Jésus, lui, quand il est venu sur la terre et qu'il a fait sa Passion, il a pris tous nos péchés; donc, il a pris sur lui tout ce que nous étions : il a envoyé les péchés à la mort et il a purifié qui nous étions. Quand il a dit à son Père : «Tout est accompli», tout est accompli! Alors, les péchés à la mort éternelle et la purification : accompli. Comment se fait-il que nous, nous ne soyons pas purifiés? Nous le sommes dans notre éternité. Dans la pensée de Dieu, tout est accompli.

Vous souvenez-vous de la mesure que nous avons eue comme enseignement lorsque nous avons été à Plantagenet? Dieu connait tout de nous. Il sait le moment où, nous, on dit oui à Dieu et il sait aussi le moment où nous allons dire non à Dieu. Pour une même action, on peut dire que le oui a été prononcé il y a à peu près trente ans de ça et pourtant, nous le vivons, là, en ce moment ce oui. Depuis trente ans, ce oui se maintient en nous. Il nous transforme, il nous amène à vivre toujours un présent devant Dieu. Ce oui nourrit nos frères et nos sœurs du monde entier.

Nous ne savons pas et nous ne voyons pas ce que notre oui, pendant trente ans, a fait dans le monde entier. Pourtant, cela a eu ses conséquences. Maintenant, un non se prononce dans notre vie et ce non va être prononcé seulement dans quarante ans, et pourtant, ce non Dieu le connaît. Il va donc nous faire vivre ce que nous devons vivre en rapport avec le oui et en rapport avec le non, parce que lui sait les conséquences du oui et du non dans ce laps de temps, et pourtant on n'est pas tout seul à vivre sur la terre.

Alors, vous pouvez juste avoir une petite idée où Dieu veut nous amener, là. Dieu connaît tout, Dieu sait tout, il est omniprésent. Alors, il a préparé la création, préparé la création à ce qu'elle doit être sur la terre d'après le oui et le non. Et il l'a fait en sachant tous nos oui et nos non de tous les enfants créés, du premier jusqu'au dernier. Et Dieu dit : «Je ne perdrai aucun de mes enfants qui sont inscrits dans le Livre de la Vie.» Voyez-vous, tout est accompli. C'est une loi d'amour et c'est une loi éternelle; elle est immuable, elle ne change pas. Voilà pourquoi au moment où nous entrerons en nous, tout commencera : les oui de un seront nourriture et nous le verrons, nous le vivrons, ainsi que les non de tous les enfants créés depuis le début jusqu'au moment de la Grande Purification.

Il n'y a que Dieu qui puisse nous faire vivre la Grande Purification, personne d'autre. De quoi on s'inquiète? On n'a qu'à faire ce que Dieu nous demande. On ne changera rien parce que déjà tout est accompli. Jésus nous dit : «Soyez comme des enfants.» Et c'est ce que nous devons être : des enfants. C'est ce que Dieu est en train de faire avec nous. Ce temps d'abandon, c'est un temps, c'est une saveur, c'est beau. Dieu qui nous révèle à nous, des tout petits, petits, petits, il nous révèle ce qui est dans notre vie. C'est notre Dieu. Amen.

Voyez-vous, est-ce que je connais ces choses? Je ne connais rien de ça, Dieu merci. J'aime mieux ne rien connaître. Connaître ces choses avant vous autres, ce serait dangereux, parce que ma chair connaît l'orgueil, elle connaît la peur parce qu'elle a des marques et les marques sont si nombreuses. Voilà pourquoi Dieu nous parle. Même en ayant les yeux ouverts, c'est sûr que c'est le Saint-Esprit. Lorsqu'il a dit : «Vous ne connaissez pas le Saint-Esprit», c'est lui qui fait tout. Alors, merci, mon Dieu. Amen.

Avez-vous d'autres questions?

Q. Ça nous dépasse tellement…

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : On n'a qu'à écouter, hein?

Q. Quand tu parlais tantôt, on a parfois à faire des refus, mais quand on prend nos frères et sœurs, c'est comme si on portait leurs marques?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Nous avons les marques depuis très longtemps, hein, depuis les premiers là, depuis les premiers. La tache originelle, elle, nous ne l'avons plus par le baptême. Ça, elle, nous ne l'avons plus parce qu'elle a taché notre âme, pas notre chair. Ça, il faut comprendre.

Q. C'est parce que tu disais tantôt que si on portait nos frères et sœurs, fallait les porter, il fallait pas refuser pour eux.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Oui, mais la tache originelle, ça, c'est différent, c'est l'âme, mais les autres, c'est ce qui a touché notre pensée, notre écoute, notre regard, nos paroles, nos actions et nos sentiments, ça veut dire tout notre être tout entier. Ça, ça nous a touchés. Là, il a dit, au début, que nous allons voir les marques que nos frères et nos sœurs ont, à cause de leurs mauvais choix, l'idolâtrie et tout ce qu'ils ont fait avant le Déluge, c'a marqué notre chair. Il ne faut pas avoir une seule pensée contre eux autres, il faut être miséricorde.

Vous souvenez-vous l'histoire de Maman Marie à Plantagenet qu'elle nous a racontée sur la petite fille qui avait la petite robe, la petite tache que l'autre avait tachée en la touchant? Quand la petite fille, elle a vu la robe, elle n'en a pas voulu à sa petite amie, même plus que cela, elle a pris cette action comme si c'était elle qui avait taché la petite robe, parce qu'elle a dit : miséricorde. Donc, la petite fille qui avait taché la robe, elle ne savait pas que l'autre avait pris sur elle la conséquence de ce geste-là, elle a changé ça en miséricorde. Elle est donc devenue, pour la petite fille qui avait fait la tache, elle est devenue, pour elle, le prochain comme Dieu veut. La petite fille à qui appartenait la robe, elle a agi comme Jésus a agi et ce n'était que par la miséricorde qu'elle pouvait devenir elle-même miséricorde. On va faire la même chose. Ça va être beau, hein?

Alors, tout ce qu'ils ont fait, on ne leur en voudra pas. On ne voudra pas de leurs péchés là, mais on va vouloir vivre, bien, ce qu'ils ont fait : les conséquences, parce qu'ils ont été attaqués par Satan. C'est ça qu'on va accepter de ressentir, de vivre, mais à cause de la miséricorde, on va résister. Vous souvenez-vous, à Plantagenet, là, quand Jésus, il a dit : «Satan va s'attaquer à nous», il va s'attaquer à quoi? À la miséricorde. Alors, il faut être miséricorde pour que toutes les attaques viennent vers qui? Les enfants de miséricorde. Tu seras purifié qu'à la fin.

Q. Peut-on être miséricorde pour les autres qui ont de la misère à être miséricorde pour nous autres et pour être miséricorde pour les autres, il faudra avoir vécu une certaine purification?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Exact. Dieu dit que lorsqu'on lui donne causes, choix et conséquences, lorsqu'on refuse les esprits impurs, la mort éternelle, et qu'avec amour nous donnons à Jésus tout cela et nous le remercions, nous l'adorons pour ce qu'il a fait d'envoyer la mort éternelle au pied de la Croix, cela nous ouvre à quelque chose de merveilleux : le don de soi-même pour tous les enfants de Dieu. Le don de soi-même : on se donne, on consent à mourir, on consent à ne plus vivre dans sa chair, mais de vivre dans la chair de tous les enfants du monde.

Lorsque nous disons : "Merci Jésus de libérer, merci Jésus de guérir nos mouvements de vie malades", nos mouvements de vie malades prennent un essor nouveau. On consent à ce que tous les autres passent avant nous et quand tous les autres passent avant nous, qu'est-ce qu'il nous reste? De la force, de la persévérance, de l'abandon, de l'obéissance, de l'amour inconditionnel. Alors nos mouvements commencent à être complètement différents, on le voit.

Et là, la Mère de Dieu, elle, elle veut qu'on continue. Elle nous donne des grâces, elle nous donne des grâces, elle nous donne des grâces, et on peut ressentir l'appel de Marie. Et là on dit : "Merci Jésus d'arracher le mal." Qu'est-ce qu'il fait? À qui est la chair maintenant? Notre chair ne nous appartient plus; alors Jésus, lui, il arrache le mal. Plus il arrache le mal de notre chair, plus nous ressentons les marques des autres. Notre chair commence à ne plus avoir de marques pour laisser plus de place à tous les enfants du monde qui ont de la difficulté à supporter leur vie, à un point qu'il y en a qui veulent se suicider, qui tuent, qui se donnent au mal pour arrêter cette vie; donc, il n'y a plus de sens pour eux.

Là où nous sommes rendus, Satan est en train de détruire les enfants de Dieu. Voilà pourquoi il est dit : lorsqu'il y aura la grande apostasie là, tout commencera. Alors, il fallait que Jésus suscite des enfants qui, eux, se donnent pour les autres, parce que Satan les détruirait complètement. Voilà ce que Dieu est en train de faire avec nous et ça devient de plus en plus abandon, parce que nos conséquences commencent à être purifiées. Nos conséquences commencent à être purifiées avec quoi? Le feu d'amour de Dieu. Ce n'est que des mercis qu'on peut dire à Dieu! Il nous ouvre à tout, à tous nos frères et nos sœurs, à tout ce qu'ils ont vécu, à toutes leurs conséquences. Plus qu'on est libre, on est libre, on est libre de prendre quoi? Tout : plus de prison, plus d'esclavage, on n'est plus esclave maintenant. Là, on entre, on entre dans un monde d'amour et comme tu dis : Dieu fait tout. Alors, on avance à petits pas.

Q. Est-ce là qu'on doit dire miséricorde?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Il faut prendre conscience que nous sommes miséricorde. Lorsqu'il dit, Jésus : «Vivez la miséricorde, vivez la miséricorde», c'est beaucoup. C'est différent vivre la miséricorde. Il nous a dit au début : «Dites vos droits d'enfants de Dieu et vivez la miséricorde». Tu vois la nuance?

Q. J'ai beaucoup de misère à tout "catcher" ça!

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Ok. Il nous dit : «Utilisez vos droits d'enfants de Dieu». Et quels sont nos droits d'enfants de Dieu? "Je te donne causes, choix et conséquences. Je refuse. Merci, Jésus, d'envoyer la mort au pied de la Croix. Merci de guérir, de libérer nos mouvements de vie malades. Merci Maman." Ça, c'est nos droits d'enfants de Dieu. L'Immaculée! Maman, elle écrase la tête de Satan. Qui nous donne des grâces? (R : Maman Marie.)

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : La Comblée de toutes grâces, Marie. Puis elle, elle nous envoie. Elle est là puis : «Va, mon enfant, avec ce que je te donne, écrase-le». Ce n'est pas nous qui le faisons, c'est Marie, les grâces de la Vierge Marie.

Q. Il y avait une image où on disait que nous sommes le talon de Marie pour écraser Satan. C'est Marie qui l'écrase, mais on est son instrument et quand on refuse, on est son instrument.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Mais oui, les enfants de Marie. Puis il faut prendre aussi, il faut le dire : "Merci, Jésus, tu purifies ma chair." C'est un acte de foi. Et là, nos conséquences, il les purifie. Ça, il faut le dire! Il faut témoigner de tout ça et après, il faut vivre la miséricorde. Quelqu'un vient de cogner, hein? Il a cogné tellement fort que la vitre a éclaté : miséricorde. Là tu la vis.

Q. J'ai compris.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Il faut le faire comme Jésus. Jésus, il s'est accompli; alors c'est ce que nous devons faire. Pour ça, il ne faut pas oublier nos droits d'enfants de Dieu. Maman Marie nous l'a rappelé la dernière fois à Plantagenet. «N'oubliez pas, mes enfants, vos droits d'enfants de Dieu!»

Est-ce que ça va? Et toi aussi, Pauline, ça va? (R : Oui.) Alors, c'est tout pour ce soir, on va remercier Maman. Faire un Notre Père, un Je vous salue Marie, rendre Gloire à Dieu.

Q. Pour la belle soirée.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Oh oui!

Notre Père… Je vous salue Marie… Gloire au Père….