Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Banneux, Belgique,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus

 

2010-03-13 – P.M.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Plusieurs ont vécu questions et réponses. Le Seigneur ne dit jamais oui, non. Lorsqu'il donne une réponse, on ne sait pas quand on va avoir la fin de la réponse. On a l'impression, au début : 'ah, le Seigneur, il n'a pas compris la question', et houp, il nous amène! Mais il nous apprend. Toutes les occasions, en Dieu, pour Dieu, il nous les présente. Et lorsque nous sommes dans son temps, alors nous sommes avec lui et nous apprenons.

Q. Je suis kinésiste ou kinésithérapeute et j'ai appris une technique de rééducation pour le tout petit bébé qui serait en voie de devenir handicapé et j'ai appris ça d'un médecin tchèque, très profondément croyant. Il a fait des études et il a redécouvert que les petits bébés, les petits prématurés, rampaient sur le ventre. Ils avaient en eux la reptation réflexe des salamandres et il a découvert des points de stimulation et, en faisant cela, on permettait à l'enfant – les parents devaient le faire – on permettait à l'enfant de remettre le développement neurologique sur la voie normale, et il y a des résultats extraordinaires.

Je me suis posé des questions parce que je me disais 'salamandre', comment cela est possible… Et alors, en cherchant et en cherchant, il m'a semblé que pour moi la réponse était qu'il y a eu une évolution : la voie de l'évolution, et que nous avons tout dans notre cerveau, mais qu'un moment donné, Dieu a créé l'homme en participant à l'évolution. C'est ça ma question.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : L'amour est en chaque créature de Dieu. L'amour est un mouvement qui donne, et lorsqu'on reçoit l'amour on redonne l'amour, et lorsqu'on redonne l'amour, on donne encore l'amour. Tout ce qui est de Dieu est ce qu'il est. Dieu est l'Amour, il donne de lui-même. Dieu n'a pas besoin des enfants créés pour être l'amour, il est l'Amour. Il est dans son Tout. La lumière n'a pas besoin des rayons du soleil, car elle est la lumière. La lune n'a pas besoin de la lumière du soleil que si elle est en présence du soleil, elle ne demande pas, elle se trouve là.

L'être humain qui a besoin de la lumière s'expose à la lumière, il laisse refléter les rayons du soleil sur lui en voulant ressentir la chaleur; lorsque la chaleur pénètre en lui, il ressent les bienfaits. Lorsqu'il est dans la noirceur, seul dans une forêt, il regarde où est la position des étoiles, afin qu'il puisse se diriger vers un point qui est toujours au même endroit : le nord; ainsi, il peut s'orienter pour sortir de la forêt. Lorsque l'animal est en gestation, il s'installe à l'endroit où il a trouvé et là, il laisse son instinct faire son œuvre; il ne pense pas, il est là dans ce qu'il est. Lorsque les eaux se gonflent et lorsque les eaux reçoivent les rayons du soleil, par la chaleur l'eau monte et elle s'arrête à un certain niveau pour s'accumuler, et une fois qu'elle a suffisamment de gouttes d'eau, elle redonne à l'eau ce qu'elle est et la terre reçoit, et l'eau, elle, se regonfle. Toujours et toujours mouvement de la Volonté de Dieu.

Dieu est l'Amour et ce que Dieu fait, il le fait pour toute création. Les arbres ont besoin de cela, les fleurs ont besoin de cela, les oiseaux ont besoin, les poissons ont besoin, tout ce qui est à quatre pattes ont besoin. Tout ce qui est création se donne de l'amour. Tout est de Dieu. Cet équilibre vient de la puissance de l'amour, donc l'amour nourrit l'amour. L'amour donne et lorsqu'elle donne, elle se reçoit et elle redonne ce qu'elle reçoit pour encore recevoir. C'est un mouvement de lumière, c'est un mouvement de chaleur, c'est un mouvement fidèle.

L'homme reçoit de l'amour, l'homme reçoit de l'intérieur l'amour. Tout est en lui et cet amour vient de l'Amour. L'homme par lui-même est en l'amour parce qu'il reconnaît qu'il a besoin de se nourrir, il a besoin de boire pour vivre, il a besoin de respirer, il a besoin que tout son intérieur soit en diapason avec ce qu'il est, et ce qu'il est, c'est l'amour : l'amour donne, l'amour reçoit et l'amour donne encore pour recevoir. L'homme est dans un mouvement d'amour : une harmonie. L'homme n'a pas besoin de l'extérieur pour être dans l'amour, l'homme a tout en lui. Parce qu'il est en ce qu'il est, il se nourrit de l'amour. Qu'on enlève l'amour en l'homme, le cœur ne pourra se donner cette vaillance qu'est le battement du cœur. Le sang qui a besoin de chaleur, qui a besoin d'activité, qui a besoin de nourriture, reçoit de l'amour pour circuler partout dans l'être créé : l'homme.

Tout son système osseux est nourri par l'intérieur, par l'amour, par tout ce qu'il se donne. Qu'il arrête de se donner de l'amour, qu'il arrête le cœur, il n'y a donc pas d'amour. L'amour donne. Qu'on arrête le fonctionnement du rein, le rein a besoin d'amour, le rein a besoin de reconnaître qu'il est au service pour donner ce qu'il reçoit. Tout est dans l'harmonie. Tout ce qui est organe a besoin d'amour, a besoin de tout l'ensemble. C'est l'amour. Qu'on arrête le cœur et qu'on essaie de faire refonctionner le cœur, il n'y aura qu'un mouvement qui donne circulation, mais tout l'être saura qu'il a manqué d'amour. Tout ce qui compose l'homme saura qu'à un moment il a manqué d'amour. Il y aura des cellules qui ne pourront fonctionner parce que l'amour lui a manqué. Qu'on enlève un rein et qu'un seul fonctionne, tout l'intérieur en souffrira, car il manquera de l'amour. Est-ce que c'est le rein qui est l'amour? Est-ce que c'est le cœur qui est l'amour? Est-ce que ce sont les os qui sont l'amour? Est-ce que c'est le sang qui est l'amour? Non. C'est Celui qui a créé, c'est l'Amour, c'est Dieu. Tout ce qu'il y a en l'homme vient de l'Amour.

Tout ce qui est de la terre est de Dieu pour l'homme afin que l'homme se serve de ce que Dieu a déposé en lui. Tout ce qui est sur la terre est en l'homme. L'homme a été créé avant la terre, voilà pourquoi la terre est à l'homme, elle est là pour servir l'homme. L'homme ne sert pas la terre, c'est la terre qui donne à l'homme ce que l'homme veut. Tout ce qui est créé est de l'amour : enlevez l'amour et il n'y a rien. L'Amour n'évolue pas, l'Amour est, c'est Dieu. L'homme ne peut évoluer, car il se reconnaîtrait être sans amour, incapable de comprendre qu'il a besoin de se donner de l'amour, car l'homme a besoin de s'alimenter par amour pour lui devant Dieu, avec son prochain : l'homme a besoin de reconnaître qu'il est un tout dans le tout de tout ce qu'il est.

Lorsque l'homme regarde la création, il regarde ce que Dieu lui a donné : il regarde le soleil, la lune, les étoiles, et il apprend, il apprend avec la connaissance de Dieu ce qu'il a besoin; une fois qu'il a appris, il va se servir, il va se servir de ce qu'il a besoin. C'est l'homme l'amour, c'est l'homme qui va se donner de l'amour. La terre lui a été donnée; la terre n'est pas avant l'homme, c'est l'homme qui est avant la terre. Allez à la recherche intérieure et vous y trouverez tout ce qu'il y a sur la terre de bon.

Prenez garde d'aller vers ce qui n'est pas bon pour l'homme. Ce qui n'est pas bon pour l'homme ne nourrit pas l'homme, ne nourrit pas l'amour, car l'amour a besoin toujours d'amour, et l'Amour c'est Dieu. Il n'y a pas autre que Dieu. Dieu seul guérit son amour. L'homme donne à l'homme la connaissance afin que l'homme puisse donner de l'amour. Aujourd'hui, les hommes orgueilleux de leur savoir se disent être capables de guérir : l'homme ne peut que soulager, c'est Dieu qui guérit. L'homme reçoit l'amour et c'est l'amour qui fait qu'il peut aider. Lorsque la pensée de l'homme est en Dieu, Dieu bénit, mais lorsque la pensée de l'homme est dans ses savoirs, Dieu le laisse vivre dans ses conséquences, et l'homme apprend d'âge en âge ce qu'il s'est donné.

Chaque connaissance doit être de l'amour. La réponse est dans l'amour. Là où il y a de l'amour, Dieu donne, donne de lui-même. L'homme, il est créé par l'Amour et c'est l'Amour qui le nourrit. Si l'homme, dans son savoir, croit qu'il est après la terre, qu'il a besoin de la terre pour être dans son évolution, vit dans ses conséquences, il vivra dans ses conséquences. Il sera comme sa propre science : toujours à la recherche du maillon manquant; il sera toujours à la recherche de ce qu'il n'a pas trouvé; il sera toujours à la recherche de ce qu'il n'a pas vu. Il n'a pas compris qu'il est enfant de Dieu. Combien Dieu est amour. Il a donné à l'homme la connaissance afin que l'homme puisse prendre soin de ceux qui vivent dans leurs conséquences.

La médecine est de Dieu, car Dieu a donné ses grâces, ses grâces de sagesse, afin qu'ils puissent comprendre que Dieu va venir changer ce monde d'orgueil en un monde humble et tous les enfants transformés par les grâces sauront que Dieu a toujours pris soin d'eux. À vous la réponse maintenant. Merci, Seigneur.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Alors, comme la messe est à six heures et demie, alors nous pouvons continuer questions et réponses. On a bien commencé. Oui, Émilie. Je vais répéter.

Q. Je me demandais comment on vit dans un système scientifique héliocentrisme, il ne faut pas plutôt parler égocentrisme. Si c’est vrai qu’on vit dans un système solaire et qu’il est au centre, et que toutes les planètes tournent autour, ne peut se comparaître que la terre est au milieu et que Dieu avait tout créé autour de l’homme?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : L’égo! Elle dit : est-ce que c'est vrai…

Q. Est-ce qu'on peut ajuster le micro?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Alors, je vais la répéter. Est-ce vrai que l'homme dit que le soleil est au centre et que les étoiles et que tout ce qui est le système solaire tourne autour du soleil? Elle a appelé ça égocen… comment as-tu appelé ça? L'héliocentrisme. Est-ce que c'est vrai que la terre a été créée pour que tout tourne autour d'elle? L'égocentrisme, géo la terre, géocentrisme, oh la la, Seigneur, tu es bien mieux de répondre, Seigneur!

Si l'homme pouvait comprendre sa simplicité, si l'homme pouvait pénétrer dans ce qu'il est, il saurait que tout ce qu'il y a autour de lui a été créé pour qu'il puisse aller vers Dieu. L'homme est si imbu de lui-même qu'il tourne toute réponse autour de ses propres connaissances. Il ne donne pas ce qu'il ne peut pas comprendre, il se pose des questions et se donne ses propres réponses, il tourne sur lui-même. N'est-ce pas ce que nous prétendons? Lorsque le petit enfant grandit, il croit que le soleil tourne autour de lui parce que lui tourne; que s'il arrête de tourner, le soleil s'arrête de tourner. L'homme n'a pas évolué, mais l'enfant a compris qu'en vieillissant, il n'était pas le centre du monde, mais l'homme est toujours en train d'espérer d'être le centre du monde.

La terre est à Dieu ce que nous sommes à Dieu. Dieu seul crée et là où il nous a mis, il nous a mis là pour lui, pas pour nous, pour lui. Nous sommes créés et nous devons retourner vers notre Créateur. La terre est pour nous un lieu d'amour, elle nous apporte ce dont nous avons besoin et que nous, nous pouvons nous servir afin de nous accomplir toujours dans l'amour que nous sommes pour Dieu. À savoir si la terre a été créée et que tout tourne autour de la terre ne fait que nous démontrer que nous avons perdu le nord. Nous ne savons plus où est notre place. Notre place n'est pas sur la terre, notre place est devant notre Dieu, et notre Dieu a créé l'univers.

Dans l'univers, n'est-il pas juste de dire que nous ne sommes pas seulement les seuls créés? Nous ne sommes pas les nombrils du monde. Dieu a créé tout pour tous créés, et tous créés doivent aller vers Dieu. Si le soleil est pour nous un astre et que tout tourne autour du soleil, c'est que Dieu a mis pour nous un équilibre.

Dieu : Soyez toujours à votre place, ne cherchez pas à être en dehors de ce que vous êtes. Vous êtes l'amour, vous appartenez à Dieu. Dieu vous donne ce dont vous avez besoin afin que vous puissiez reconnaître que Dieu est la Puissance, que ce que Dieu a créé, il l'a créé avec son amour. Un seul souffle de Dieu et tout disparaîtrait.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Nous sommes créés et Dieu tient à nous. Il nous a donné son Fils par amour pour nous qui sommes petites poussières dans cet univers. C'est son amour. Son amour est si vrai, si puissant qu'il tient à nous donner tout ce qu'il y a dans l'univers pour nous. Nous avons besoin de tout ce qu'il a créé pour nous maintenir dans l'équilibre de notre vie qui est l'amour. Enlevez une planète, nous manquons d'amour et nous allons être dans les conséquences d'un monde qui a manqué envers l'amour. Qu'il y ait une poussière qui s'approche de la terre, cela va faire bouger la terre. Dieu a mis la terre là où elle doit être et Dieu a mis chaque planète là où elle doit être pour lui, pour son amour. Il protège son amour. Il est en tout ce qu'il a créé pour lui; alors, il nous a créés, il nous a voulus sur la terre pour qu'on retourne à lui.

Toute science doit être bonne pour nous, mais si elle nous amène à nous diviser, elle n'est pas bonne pour nous; si elle nous amène à nous détruire, elle n'est pas bonne pour nous; si elle nous amène à nous questionner, à douter de notre Créateur, elle n'est pas bonne pour nous; si toute science est contre les enfants de Dieu qui veulent s'aimer inconditionnellement devant notre Dieu, elle n'est pas de Dieu; alors, ce qui n'est pas de Dieu n'est pas pour nous : "Je te donne causes, choix et conséquences." Vivons dans la paix. Lorsque nous ne vivons pas dans la paix, bien nous tombons malades et nos jours en vivent les conséquences. Nous ne devions pas mourir sur la terre pour connaître un moment où on serait que poussière, nous sommes venus sur la terre pour vivre l'amour, donner l'amour à Celui qui nous l'a donné : Dieu.

Nous parlons de science. La science, c'est quelque chose qu'on voit, qu'on touche, qu'on ressent, qu'on lit, qu'on étudie, qu'on apprend, qu'on partage, qu'on évolue d'âge en âge sans jamais s'arrêter pour ne jamais connaître une réponse, jamais, voilà la science. Dieu ne nous a jamais caché qui il est. Dieu nous a donné la connaissance qui est sa Connaissance, et nous avons la sainte Bible.

La sainte Bible est notre début de vie sur la terre et la sainte Bible n'est pas contre nous. Elle nous dit : «Vous êtes créés et c'est pour l'éternité», car l'Apocalypse nous amène à l'éternité et non pas à notre destruction. Ce qui sera créé par tout ce qui est orgueil, qui n'a servi que l'orgueil, ne vivra pas l'éternité. La science, orgueil de l'homme qui ne sert pas l'homme, disparaîtra. Elle sera dans sa propre disparition. Tout ce que nous sommes, nous le sommes pour Dieu et Dieu ne cache pas ce qui va arriver. Celui qui veut entendre, qu'il entende. Amen.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Alors, nous avons 6h30? Alors, il est 5h25, nous avons quelques questions.

Q. Vous avez mentionné à plusieurs reprises 'causes, choix, conséquences'. Est-ce que vous pouvez l'expliquer un tout petit peu? Ça semble être quelque chose de très actuel.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Lorsque nous sommes… (On demande de répéter la question pour ceux qui ne l’ont pas entendue.) Voulez-vous expliquer ce qu'est causes, choix et conséquences? Voilà.

Nous avons des douleurs, des souffrances, nous avons des épidémies, des guerres, des maladies, des enfants qui viennent au monde avec des déformations, des handicaps; nous avons des enfants qui sont malades mentalement, nous avons des inondations, des tremblements de terre, tout ce qui nous fait peur, tout ce qui nous amène à souffrir : ce sont des conséquences. Pourquoi connaissons-nous ces conséquences? Parce que chacun de nous avons fait un choix : la connaissance du bien et du mal, ce qui fait que l'homme, dans sa pensée, est seul avec lui-même. Lorsqu'il a devant lui quelque chose qui le sépare de ses frères et de ses sœurs, il doit savoir si cela est bon ou si cela est mal : il a donc des choix à faire. Le premier choix nous a amenés à toujours faire des choix maintenant.

Chaque souffrance est une conséquence, chaque maladie est une conséquence, chaque violence est une conséquence. Tout ce qui nous fait souffrir est une conséquence de nos propres choix et cela, depuis la première fois que nous avons dit : je choisis de vivre dans ma volonté humaine, pas dans ta Volonté Divine : voilà ce qu'est un choix. C'est dans notre vie.

Causes : Qui nous a amenés à vivre dans le choix? Satan, le tentateur. C'est la cause de nos souffrances. Tous les esprits impurs qui sont au service de Satan viennent nous tenter afin qu'on soit toujours dans le mal. Il y a le bien et il y a le mal. Comment reconnaître que nous sommes dans le bien ou dans le mal? Lorsque nous sommes dans une paix et que cette paix nous envahit, que nous avons une joie en nous, que nous aimons Dieu, nous et notre prochain, eh bien, nous faisons le bon choix, car ce choix est nourri en nous par la paix, la joie et l'amour : les grâces. Tout cela, nous l'avons en nous.

Mais lorsque nous avons à choisir : est-ce que je vais déménager ou je vais demeurer ici, et que nous ressentons une émotion qui nous amène à connaître la peur, cela, c'est que nous sommes en présence extérieure d'un esprit de peur, et cet esprit de peur veut voler nos mouvements de vie afin d'y faire encore entrer son poison, et là, il va atteindre notre pensée. Une fois que notre pensée sera atteinte, nous serons seuls avec nous-mêmes, sans Dieu. Nous ne serons pas dans la présence en la Présence et c'est avec ça qu'on va choisir, c'est avec cela qu'on va choisir : bon, là, est-ce que je vais déménager? Eh bien, là où nous allons déménager, nous aurons ce que nous méritons. Si nous prenons une décision, assurons-nous que nous sommes dans la paix, la joie et l'amour. Ainsi, nous irons là où Dieu nous veut.

Lorsqu'il y a la moindre petite souffrance en nous : "Je te donne causes, choix et conséquences", n'attendons plus. Lorsque nous donnons causes, choix et conséquences, là, nous retrouvons une paix, nous donnons à Dieu notre souffrance. Et Dieu nous a amenés plus loin. Est-ce que l'on peut donner la souffrance de nos enfants, la souffrance d'un voisin, la souffrance d'un pays? Dieu dit : «Donnez. Donnez lorsque vos yeux comprennent, lorsque vos oreilles entendent l'amour, lorsque votre cœur comprend l'amour, donnez causes, choix et conséquences.» Plus nous donnons causes, choix et conséquences, plus nous voyons, plus nous entendons. Nous voyons la Volonté de Dieu qui ne s'accomplit pas en ce que nous voyons; nous ne jugeons pas, mais nous comprenons que nous sommes impuissants.

Qu'est-ce que cela fait en nous? Dieu a dit : «Plus vous verrez, plus vous comprendrez et plus vous ressentirez la souffrance, mais cette souffrance sera une souffrance d'amour, sera une souffrance pour ce que vous êtes devant Dieu, sera une souffrance d'amour pour votre prochain, là, vous donnerez causes, choix et conséquences.» C'est accepter un manteau, un manteau de douleur, d'amour, fait avec notre amour : j'accepte de donner à Dieu ce qui est souffrant. Cela va apporter des grâces aux enfants de Dieu, va apporter des grâces en ceux que nous aimons, c'est nous laisser entre les mains de Dieu et il nous transforme en êtres de paix.

Dieu a pris les souffrances, il les a prises sur ses épaules. Il a connu toutes nos pensées, nos mauvaises écoutes, il a connu nos mauvaises paroles, nos mauvais regards, nos mauvaises actions, nos mauvais sentiments qui nous ont fait souffrir, il a pris tout cela. Il a consenti à ressentir nos souffrances et il a tout apporté à la mort. La souffrance : il faut donner à Jésus ce qui est à Jésus, à notre Rédempteur. "Je te donne cause : le péché, c'est toi le Rédempteur, ce n'est pas moi. Je te donne mes choix; tu as pris mes choix, tu les as acceptés comme si c'était les tiens et tu t'es présenté à ton Père comme étant 'le' Pécheur. Je te donne les conséquences, les maladies, les guerres, les famines, prends tout, Seigneur, je suis impuissant devant ce que moi j'ai apporté à ce monde sans le vouloir. Mon ignorance est devant moi. Toi, tu connais tout. Tu ne me juges pas, tu m'aimes. C'est ta miséricorde que je veux boire."

Il a bu ce calice, Jésus. Et lorsqu'il nous demande : «Donne causes, choix et conséquences,» il nous rappelle ce moment. Il nous a aimés jusqu'à mourir sur la Croix. Alors, donnons à Dieu ce qu'il attend de nous, là, en ce moment. Lorsque nous sommes témoins de tremblements de terre, de vents violents qui déracinent des arbres, qui détruisent tout, eh bien, donnons causes, choix et conséquences. Dieu attend de nous que nous nous accomplissions. C'est notre devoir d'enfants de Dieu de donner cela.

Q. Moi, je ne vois pas très bien au niveau des choix, je vois par exemple les conséquences. Bon, il y a une maladie, et on aurait tendance à dire : oui, il y a eu un manque il y a ceci, il y a cela il y a eu ses péchés …

La Fille du Oui à Jésus : Ma sœur, est-ce que vous voulez, pour les gens de la salle, s'il vous plaît?

Q. Oui, voilà. Par exemple, je pense à une maladie. On dira oui, il y a eu tel manquement, il y a eu ceci, il y a eu cela, bon. Alors, on voit des conséquences chez une personne : bon, elle est malade, elle a quelque chose. Alors, s'il faut retourner à la cause, je me dis parfois qu'on l'ignore complètement la cause. Je pense, par exemple, à la petite Thérèse; la petite Thérèse qui a eu une telle maladie alors qu'elle n'a jamais rien refusé à Jésus. Moi, je me dis, mais, mais, mais, c'est pas le péché chez cette fille, c'est quoi? Ou bien là, maintenant que tu viens de dire, elle a pris le manteau de douleur, oui, ça, je veux bien le croire, mais voilà, je suis là devant un mystère.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Ce que nous sommes, nous le sommes pour tous nos frères et nos sœurs du monde entier. Notre choix a été de dire non à Dieu : je choisis ma volonté humaine. La seule qui a refusé d'écouter la tentation (elle montre la Vierge avec sa main). La Volonté de Dieu : l'obéissance, c'est Marie. Marie est la seule. Sainte Thérèse vivait dans la conséquence. Tout enfant qui n'est pas la Sainte Vierge, Marie, vit la conséquence.

Lorsque nous venons au monde, nous venons au monde avec une chair assujettie au péché et la conséquence fait partie de notre vie. Nous portons, où nous sommes, les enfants d'une chair, d'une chair, d'une chair, d'une chair de souffrances, de souffrances et de souffrances. Un enfant qui vient au monde handicapé, un enfant prématuré qui vient au monde avec des souffrances n'a rien fait et il vit : conséquences. Nous sommes ensemble et Thérèse, Thérèse de l'Enfant-Jésus, a compris que l'amour était pour tout soigner. Elle a aimé son Dieu, elle nous a parlé de l'amour. Elle a accepté les grâces de l'Amour : Dieu plongeait son Être tout entier et il le donnait en nourriture à sa choisie afin que nous, nous puissions comprendre que Jésus est l'Amour, qu'il est le Corps Mystique et que nous, nous sommes en le Corps Mystique, que chaque membre est l'amour de Jésus.

Nous sommes enfants de Dieu et Dieu nous le démontre partout ce qu'il nous a donné : tout. Une pensée qui n'est pas la pensée de Dieu, nous en vivons les conséquences. Saint François d'Assise vivait la conséquence de la pensée impure en se jetant dans les ronces, car il ne voulait pas, mais il vivait cela dans sa chair. Saint Paul, qu'a-t-il dit? «Il y a une écharde dans ma chair, il y a une souffrance dans ma chair.» Il vivait la conséquence. Chacun de nous vivons la conséquence de ce choix et de tous les choix que nous avons eus : tous les choix, et cela débute lorsque nous sommes petits. Voilà. Ça va, ma sœur?

Q. Est-ce que les conséquences glorifient Dieu?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Les conséquences ne glorifient pas Dieu. Les conséquences, c'est l'aboutissement de notre entêtement à ne pas être dans la présence en la Présence. Mais lorsque nous prenons conscience, par les grâces de Dieu, que la souffrance est une grâce lorsque nous la vivons avec les grâces de Dieu, voilà que nous donnons à Dieu ce qu'il nous a donné : la grâce de vivre la souffrance dans son amour. Nous redonnons à Dieu ce qu'il nous a donné. Aucun être humain ne peut vivre dans la souffrance avec ce qu'il est, mais, par les grâces, nous pouvons vivre la souffrance et redonner à Dieu ce qu'il nous a donné : l'amour. Merci. Merci, Seigneur.

Q. Le Seigneur est l'auteur de l'univers, c'est lui qui a créé le serpent et moi, je me questionne comment est-ce possible que lui qui savait que le serpent allait tenter Ève, comment se fait-il qu'il a créé ce serpent? C'est ma première question.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Comment se fait que Dieu, le Créateur, ait créé le serpent, alors que Dieu savait que le serpent était pour tenter Ève?

Il n'y a eu que serpent lorsqu'il y eut désobéissance : «Tu ramperas et tu avaleras la terre.» Souvenez-vous de ce que Dieu a dit à l'être séducteur qui a été voir Ève. L'être séducteur qui a été voir Ève n'avait pas l'apparence d'un serpent : il est la conséquence de ce qu'il a, lui, été 'tenteur'. «Tente-toi et tu te vaudras (l'orgueil); tente-toi et tu t'avaleras, tente-toi et tu te détruiras; tente-toi et tu vivras de ce que tu es; tente-toi et tout ce que tu prendras, tu en seras dans ta propre destruction» : le Serpent a été dans ce qu'il a lui-même choisi.

Ève n'a pas été approchée par un serpent. C'était un être qui avait une apparence de douceur, un tout petit animal, très doux, mais elle n'a pas eu peur, c'était quelque chose d'agréable. Souvenez-vous qu'Ève aimait regarder tout ce qu'elle voyait, car elle était la beauté de Dieu pour l'homme. Alors elle était belle Ève, elle était si belle! Elle avait la douceur dans sa parole, elle avait un regard si lumineux, elle avait une chevelure plus belle que les astres; sa forme était parfaite, ses gestes étaient gracieux, elle était la beauté de Dieu pour l'homme et tout ce qu'elle regardait était en harmonie avec ce qu'elle était. Voilà Ève, celle qui a été créée afin que nous puissions, nous les femmes, être la beauté de l'homme, pour l'homme, devant Dieu, pour Dieu.

Croyez-vous qu'Ève se serait approchée d'un serpent? Ève s'est laissé approcher par un tout petit être tout doux avec un son de miel. Il se tenait au loin, pas trop près, pour ne pas qu'elle voie ses yeux. Lorsqu'Ève toucha à la connaissance du bien et du mal, lorsqu'Adam connut la connaissance du bien et du mal, là, Dieu fit connaître conséquence. La femme : «Tu enfanteras dans la douleur», l'homme : «Tu travailleras à la sueur de ton front.» Et qu'ont dit Adam et Ève? "C'est lui qui nous a tentés." «Tu ramperas et tu avaleras la poussière.» Voici la conséquence.

Ce que nous sommes, nous le sommes pour Dieu. Nous sommes la beauté de Dieu, mais nous n'avons pas été fidèles à cette beauté, et tout ce qui était en Adam et Ève, cette beauté, est devenue terne. Aujourd'hui, nous n'avons pas la grâce de cette beauté, sauf Marie, Maria. Elle est tellement belle que personne ne peut la décrire. Dieu n'a pas voulu que nous tombions en tentation, mais nous avons choisi. Nous devions passer par l'épreuve de l'amour, non l'épreuve de la tentation, l'épreuve de l'amour : reconnaître que Dieu est tout, reconnaître que Dieu est notre Créateur en tout, en tout ce qu'il est. Et reconnaître que Dieu ne s'est pas trompé, c'est déjà un pas vers la purification de la chair.

Alors, lorsque nous avons une pensée ainsi : "Je te donne causes, choix et conséquences", car tout enfant de Dieu ne peut avoir dans sa pensée que Dieu nous a tentés que s'il est dans la pensée de ce qui n'est pas pour nous, cela veut dire que lorsque nous pensons : 'Mais Dieu nous a tentés, il savait pourquoi il nous a fait ce coup-là', eh bien, c'est Satan qui fait cela, nous devons refuser. C'est le début. Nous voulons les retrouver au pied de la Croix, enchaînés? Eh bien : "Je refuse. Merci, Jésus, de l'envoyer cette tentation, ce tentateur, ce malin, au pied de la Croix. Merci de guérir tout mouvement de vie malade. Merci, Marie, de nous combler de grâces, toi la Comblée de toutes grâces. Viens arracher, toi, la Divine Volonté, ce mal de ma pensée et irradie de ton feu d'amour ce qui est impur dans ma pensée." Amen.

Q. La deuxième question : Actuellement, maintenant que le Seigneur se manifeste, il y a aussi le diable qui fait son œuvre et bien des esprits, des anges de lumière qui se transforment et qui prennent les attributs de Dieu et, dans nos faiblesses humaines, on ne sait pas comment les distinguer.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Il y a dans notre monde le mal, le démon, partout, il y a des êtres de lumière qui se font passer pour Dieu. Ce ne sont pas des êtres de lumière, ce sont des êtres de noirceur qui prennent une apparence de lumière pour nous maintenir dans la tentation. N'est-ce pas ta question?

Q. Comment distinguer ces anges?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Comment distinguer ces êtres faux qui prennent les attributs de Dieu Trinitaire?

Par la prière, par la prière, par l'humilité, par l'obéissance, par l'abandon, en allant toujours vers Marie. Marie est l'humble, la petite Marie. Elle est si petite qu'elle ne fait rien d'elle-même, elle laisse tout à Dieu. Elle ne prend pas de décisions, Marie. Elle ne passe jamais avant Dieu. Elle ne décide de rien, elle laisse décider Dieu. Tout ce que Dieu veut, c'est Dieu qui le lui dit, et comment Marie sait que Dieu vient de lui parler? Par sa paix, sa joie, par son amour qu'elle nous donne par les grâces. Elle, elle le sait. Mais nous, elle nous donne. Elle est si humble qu'elle est prête à prendre tout, elle est prête à vivre notre souffrance : "Je te donne cela, Marie."

On n'a pas à se culpabiliser lorsqu'on vient de s'apercevoir qu'on s'est laissé tromper par de l'hypocrisie, par un mensonge. Ils ne prennent pas seulement des êtres célestes pour pouvoir nous tromper, ils prennent nos amis, nos parents, nos enfants, ils prennent tout ce qu'ils peuvent. Comment ne pas tomber dans leurs pièges? Eh bien, Jésus nous l'apprend : "Je te donne causes, choix et conséquences." Comment, nous, pouvons-nous oublier les dix commandements de Dieu? Comment, nous, nous pouvons ne pas comprendre qu'il faut s'aimer inconditionnellement, ne pas juger notre prochain, l'aimer? Ne pas discerner qu'untel ou untel est vrai ou un autre est faux? Ne tombez pas dans cette erreur. Combien vont entendre des messagers et qui disent : 'Ça, je pense que ça, c’est pas vrai' ou je dis : 'C'est faux.' Eh bien, ne soyons pas au service de Satan.

Dieu donne sa lumière à tous ceux qui veulent voir sa lumière. Il est le seul, Dieu, qui sait si cela est vérité, pas nous, mais Dieu. Alors Dieu, lui, nous donnera ce qui est bon et nous protégera de ce qui est mal. Souvenez-vous qu'il y eut semence et de l'ivraie a passé et a poussé, et il a dit : «N'arrachez pas tout de suite de crainte que vous enleviez ce qui est bon.» Eh bien, c'est encore pour aujourd'hui, ça. Ne jugez pas si untel est faux ou s'il est vrai, laissez à Dieu. Dieu va prendre ce qu'il y a de meilleur en son enfant et il va nous donner des grâces pour qu'on puisse l'accepter. Mais si nous jugeons, eh bien, Dieu ne pourra pas nous donner ce que lui veut nous donner. Il fait du bon avec ce qui n'est pas bon. Cela veut dire que si une personne est fausse, si elle a inventé, eh bien, elle ne peut pas inventer le bon, elle mélange. Alors, Dieu va trier : «Tiens, toi, prends ça, c'est bon, mais ne prends pas ça, ce n'est pas bon.» Laissons à Dieu ce qui est à Dieu.

Lorsque nous sommes, par contre, en présence d'un esprit impur, lorsque nous sommes en présence d'un démon qui se fait présence, eh bien, Dieu est là. N'ayez pas peur, Maman est là. Combien de fois notre Mère du Ciel a dit : «Maman est là, n'aie pas peur.» Tournons-nous vers Celle qui écrase la tête de Satan. Alors, cachons-nous sous la robe de Maman, sous son manteau, ils ne nous verront pas, elle en a plusieurs couches, Maman. Alors, nous serons protégés. Mettons-nous tout petits, petits, petits, petits. Elle nous protège. N'ayez pas peur.

Si vous avez peur, vous leur donnez ce qu'ils attendent de vous. Ils se présentent à vous pour une chose : vous maintenir sous le pouvoir de la peur et une fois que vous êtes sous le pouvoir de la peur, là, ils vous manipulent; là, ils peuvent même vous lancer; là, ils peuvent prendre un objet et vous frapper; là, ils peuvent vous faire trébucher; là, ils peuvent faire en sorte que vous soyez frappés par une auto. Pourquoi? Parce que vous leur avez donné mouvement de vie qui est de vous, vous avez accepté de faire un choix : j'ai peur. Mais avant de dire ça, il a fallu qu'ils se présentent, il a fallu qu'ils se fassent sentir. À l'instant où vous avez dit ça, voici qu'ils ont entré leur venin, ils ont pris votre vie, et là, notre vie, c'est la vie de Dieu, notre vie est à Dieu, il y a puissance en la vie de Dieu. Eux le savent. Nous, nous ignorons cela. Maintenant, nous n'ignorons plus cela.

Nous avons un pouvoir et c'est la liberté d'enfants de Dieu de dire : "Je refuse. Merci, Jésus, de l'envoyer au pied de la Croix. Merci de guérir tout mouvement de vie malade. Merci, Marie, de nous combler de grâces." Maintenant, dans la Divine Volonté : "Arrache le mal, purifie de ton feu d'amour ce qui n'est pas pur." Amen. Merci, Seigneur. Et c'est pour nous. Merci, Seigneur.

Q. Arrache le mal! Les grâces!

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Il y en a qui ont des douleurs. Demandez la guérison. Savez-vous comment Jésus guérissait avant? Avec son amour. Croyez-vous qu'il a changé?

R. Non.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Un jour, hein, Nicole? J'étais à une retraite, bien, c'est-à-dire, j'étais à une retraite… c'était au moment où le Seigneur était présent, il me demandait d'être là, nous étions au moment de l'adoration. Alors, il est venu, le Père Galbert, il a amené la Présence, le très Saint Sacrement, et moi, j'étais juste là où tu es, Émilie, et je regardais Jésus, et à un moment, j'ai vu : les yeux ouverts, j'ai vu une mèche de cheveux, j'ai vu les cheveux de Jésus. Ils étaient en mouvement, mais lentement. J'étais en admiration, c'était tellement beau ce que je voyais : je voyais les cheveux de mon Dieu. Je le savourais et ce n'est pas parti comme un éclair, je le savourais, je le voyais, c'est comme ça bougeait et je le voyais. C'était tellement bon et là, cela fit place au crâne de Jésus, oui.

Q. Au crâne!!!

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Oui. Le crâne de notre Seigneur! Il est fait de matière parfaite, notre Seigneur! Le crâne, les os, là! Alors j'ai vu…

Q. La peau!

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Non, sans peau, mais c'était beau, il était beau, c'était merveilleux, c'était d'une telle beauté! J'admirais ce que je voyais et c'était tout doucement qu'il bougeait, tout doucement, et je l'aimais. Il me donnait son amour. Ce que je ressentais, c'était tellement bon. Aimer, adorer le crâne de Jésus, savez-vous ce que c'est? Rien n'est comparable. J'ai eu ce moment et après, cela fit place à ce qu'il y a à l'intérieur : la cervelle de Jésus. Eh oui, c'était là devant moi et ça bougeait. C'était notre Dieu, c'était la Perfection, c'était l'Amour, c'était Celui qui se donne, Celui qui se présente. Il était là, par amour, et il se montrait. J'ai vu chaque partie de notre Dieu, 'chaque' partie de notre Dieu, et cela a duré longtemps. J'aurais voulu que ça dure encore longtemps, longtemps, tellement longtemps, et après, là, il m'a appris, il m'a appris à adorer.

Lorsqu'on adore une cellule de Jésus, on adore notre Dieu, tout notre Dieu. Alors, tu as mal à l'épaule! Alors, Dieu demande de passer toutes les épaules douloureuses, la même que la nôtre, avant la nôtre. Jésus demande que lorsque nous avons mal, comme à l'épaule, alors on met notre pensée, la pensée de Dieu – n'oubliez pas que j'étais dans la présence en la Présence – nous mettons toutes les épaules qui ont la même douleur que nous : conséquence. Cette conséquence est une douleur qui s'est répétée, répétée, répétée et répétée, nous la vivons. Alors, nous mettons toutes les épaules douloureuses avant la nôtre. Nous, nous sommes en dernier et nous demandons que chaque épaule douloureuse s'incline en adoration devant l'épaule de Dieu, qui, elle, est parfaite. Je l'ai vue son épaule, elle est parfaite, il n'y a aucune cellule de malade en l'épaule de Jésus.

Et que ce soit pour un œil, une oreille, que ce soit pour un cancer, que ce soit pour tout, croyez-vous que Dieu ne guérira pas? Nous sommes en adoration. Eh bien, faites-le parce qu'il y en a qui le font et ils guérissent. Adorez, adorez, le temps que vous aurez besoin pour être guéris. Il guérit, Jésus, il guérit. Il est notre Dieu. Il a dit : «Ayez la foi.» Alors, adorons. Nous en apprenons des choses! Maintenant, il est 6h15, il faut préparer la table du Seigneur. Merci, Seigneur.