Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Bobcaygeon, On.,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus.

 

2007-10-20 – Soir – Partie 1

 

♪♪♪ : Ave Maria

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : C’est l’appel de l’enfant qui a besoin de Marie, c’est l’appel de l’enfant qui veut obtenir des grâces, afin qu’il puisse se conduire comme la Maman de Jésus veut qu’il se conduise.

Si nous voulons nous conduire comme la Mère de Dieu veut que nous nous conduisions, il faut aller à elle, il faut prendre le temps de regarder Maman Marie. Nous arrêter devant elle c’est l’écouter, car Maman Marie nous parle, et la Mère de Dieu parle un langage d’appel à l'obéissance. Toute sa vie Maman Marie a été dans l’obéissance, elle se gardait toujours dans ce qu’elle était : une servante; elle se disait être la servante du Seigneur.

C’est ce que Maman Marie était sur la terre. Elle servait Dieu, car lorsqu’elle prenait soin de son Enfant : elle prenait soin de servir son Dieu; quand elle lavait son tout petit Enfant : elle servait son Dieu; quand elle nettoyait la maison afin que son Enfant soit dans une maison propre : elle servait son Dieu; lorsqu’elle sortait pour aller puiser de l’eau pour son Enfant : elle servait son Dieu; lorsqu’elle suivait son Fils lorsqu’il prêchait sur la terre : elle servait son Dieu; lorsqu’elle gardait le silence parce qu’elle avait entendu des paroles injurieuses contre son Fils : elle servait son Dieu; lorsqu’elle gardait le silence lorsqu’on l’insultait en disant qu’elle avait mal élevé son Fils : elle servait son Dieu; lorsqu’on a arrêté son Fils, elle n’a pas dit un seul mot : elle servait son Dieu; lorsqu’on fouettait son Enfant, elle se tenait prête à jeter un regard sur lui pour lui donner de la force : car elle servait son Dieu; lorsqu’elle a vu son Fils porter la croix, elle était dans la prière pour qu’il ait la force de toujours avancer : elle servait son Dieu; lorsqu’on cloua son Fils à la croix, elle était là présente pour lui dire : "Mon Fils, là est ta place" : car elle servait son Dieu; lorsque son Fils est mort sur la croix, la Mère de Dieu, la Vierge Marie, la Maman, était debout près de la croix, car elle accomplissait les Écritures : elle était la servante du Seigneur.

Tout a été pour Marie un moment de service, car à l’instant où elle a su qu’elle était choisie pour être la Mère du Sauveur, elle savait qu’elle devait servir son Dieu jusqu’au bout, et pas un instant elle n'a oublié son Fiat. Elle se souvenait de ce qu’elle avait dit : «Je suis la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon sa Parole.»

La Parole était de Dieu, la Parole s’accomplissait : «Une vierge parmi toutes les vierges serait choisie pour être la Mère de Dieu, le Fils fait Homme.»

Ce que nous sommes, nous le sommes en Jésus, parce que la Mère de Jésus nous maintient dans notre service. Chacun, nous devons servir Dieu, nous ne devons pas servir les humains, nous devons servir Dieu.

Nous avons la présence de Dieu en tous les enfants du monde. Nous avons été choisis pour rendre gloire à Dieu dans tout ce que nous sommes, et la Mère de Dieu nous rappelle que nous sommes choisis pour Dieu. Par ce fait, nous savons que nous allons vivre éternellement dans la Gloire de Dieu.

Pour avancer dans la Gloire de Dieu, il faut que nous nous conduisions comme étant au service de Dieu pour tous nos frères et nos sœurs du monde entier. Nous sommes tous frères, sœurs, nous avons tous la même chair. Nous devons être dans le mouvement de la Divine Volonté. Être dans le mouvement de la Divine Volonté : c’est vivre notre vie d’enfant sur la terre dans la Divine Volonté.

En ce temps de révélation, Dieu vient parler en notre cœur. Il ne vient pas parler à la volonté humaine, il vient parler à tous ceux qui sont morts à leur volonté humaine, et tous ceux qui acceptent de mourir à leur volonté humaine sont en la Divine Volonté.

Jésus se révèle à nous comme étant la Divine Volonté. Il nous parle d'Adam et Ève jusqu’au dernier qui sera, il nous amène dans le temps de la Divine Volonté : le temps est le présent.

Que nous soyons ici au présent, nous sommes en Jésus, en le mouvement de la Divine Volonté, qui nous fait vivre en le temps de Moïse; ce temps est pour nous le présent. Il nous fait comprendre l’amour de Moïse, il nous fait entrer dans la vie de Moïse, il nous fait entendre la voix de Dieu, il nous fait saisir ce qui est au présent en lui. Nos mouvements s’associent aux mouvements de tous ceux qui sont avec Moïse, car nous sommes avec eux.

Nous sommes dans le présent, nous sommes dans la Divine Volonté, mouvement qui se fait au présent pour nous, afin de nous amener à comprendre que Dieu nous aime.

 

Le Saint-Esprit : Un grand vent est autour de nous. Nous ressentons ce vent qui souffle sur nous. Il vient de nulle part et pourtant il est là; il nous arrache de notre quotidien pour nous faire comprendre que Dieu veut notre présence. Tous ceux qui sont dans ce vent se regardent les uns et les autres : "Que se passe-t-il? Pourquoi ce vent? Que nous arrive-t-il?" Alors, un sentiment d’épouvante se fait sentir en chacun de ceux qui sont là dans ce vent.

Et la Voix! Une voix se fait ressentir dans ce vent, cela apporte des sons, cela entoure tous les êtres; ils regardent tout autour d’eux, là, dans les airs : "Mais, qui nous parle, qui se fait maître de notre écoute?" Alors, la Voix retentit : «Écoutez la voix de Celui que je vous envoie, il se fera connaître à vous pour que vous vous reconnaissiez à lui», et la Voix s’est tue.

Tous ont le regard sur Moïse, Moïse répond à cet appel : "Il faut que j’aille là où est la Voix, il faut que je monte là où la Voix m’appelle"; Moïse les quitte et tout ce qui est autour de lui. Il écoute la Voix, il a faim de la Voix, il se dirige vers la Voix, car tout son être est envahi par cette puissance; il n’entend pas de l’extérieur, il est captivé par son intérieur.

Là où il met ses pas, là il avance dans la confiance; tout semble lui montrer où il doit mettre ses pas. Il fait confiance en ce qu’il entend en lui; il est là à grimper, à grimper, c’est comme si quelque chose l’attirait à lui. Il ne regarde plus en arrière, il avance; il n’a plus d’oreille pour l’extérieur, il est en lui; il a soif de cette vérité, il a soif de ce qu’il veut connaître. Qui le nourrit? Qui le veut? Qui veut qu’il soit tout petit là entre les mains de CELUI QUI EST? Il sait, il sait qu’il se doit à ce qu’il ressent en lui, car il est amoureux; il est amoureux comme s’il était appelé par l’amour : un mouvement qui est en lui, un mouvement qui lui fait ressentir une puissance qu’il ne peut contrôler. Arrivé là où il devait être, il attend; il apprend à s’abandonner; il apprend à être totalement dans l’oubli de son extérieur.

Tout son être est nourri par l’amour, l’amour qu’il ressent. Il n’a pas à manger : il est nourri; il n’a pas à boire : on lui donne à boire. Les jours sont présents, les nuits sont présentes, et il est en lui. Ce qu’il est en lui est plus puissant que ce qui est à l’extérieur, car tout ce qu’il est est amoureux, amoureux de la Puissance, amoureux du Vouloir.

Ce mouvement, ce mouvement qui est tout en lui fait tant de place en lui.

Un grand Vent, un grand Vent passe près de lui : il vient le réveiller, il vient lui ouvrir les yeux, il lui fait entendre sa Volonté. Et sa bouche! Il n’entend que les sons de la Volonté, car ce qu'il est en lui ne peut sortir; bien qu’il ouvre la bouche, il ne peut entendre sa volonté, il est totalement envahi par CELUI QUI EST : sa joie est d’autant plus grande. Son cœur bat d’amour, ses mouvements s’harmonisent avec ce qu’il est en lui et autour de lui; il ne cherche pas à comprendre : il s’accomplit.

Et d’un mouvement d’amour, la puissance de Dieu se fait connaître : mouvement fort qui frappe, mouvement de puissance qui entoure, mouvement de force qui soulève, mouvement d’éternelle lumière qui se laisse prendre par le mouvement de la Volonté.

La Divine Volonté écrit, la Divine Volonté fait savoir, la Divine Volonté fait en sorte qu’on n’oublie pas, la Divine Volonté est dans son mouvement de justice, la Divine Volonté fait comprendre, la Divine Volonté sait s’attendrir, la Divine Volonté consent à donner, la Divine Volonté comble : tout est accompli.

Là, devant cette puissance, tout semble si parfait, si sublime, qu’il ne cesse d’être en admiration devant ce pouvoir. Il n’a rien à faire et tout s’accomplit comme si son être était dans cet accomplissement : il en savoure les mouvements. Tout devient pour lui une connaissance à se laisser prendre par son mouvement qui est le service : il devient celui qui est choisi pour atteindre la Parole, pour comprendre la Parole, pour donner la Parole, afin qu’elle soit dans son mouvement de lumière pour tous ceux qui se nourriront de la Parole, pour tous ceux qui se laisseront abreuver par la Parole.

Ce mouvement est gravé maintenant dans le cœur de tous ceux qui sont en la Présence, car Moïse est présent. Moïse est la chair de la chair, de la Chair Éternelle. Moïse est celui qui a ouvert la chair de toute chair afin qu’elle soit présente devant la Chair Éternelle, afin que toute chair se souvienne.

Aucun mouvement n'éteindra ce mouvement, on se souviendra toujours que Dieu s’est manifesté par sa toute-puissance à l’homme qui devait servir son seul Dieu.

 

Jésus : Enfants d’amour, ce que vous venez d’entendre, c’est la Volonté de Dieu.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Tous ceux qui sont en présence même des lois de Dieu savent qu’il n’y a qu’une seule Volonté : c’est la Volonté de Dieu. On ne change pas la Volonté de Dieu, on s’incline devant la Volonté de Dieu. Il n’y a pas d’autre puissance que celle que Dieu a voulue pour nous. Dieu est la Justice, Dieu est la Lumière, est la Parole, et Dieu n’a qu’une Parole; la Parole est la vie, est la vie éternelle.

 

Jésus : Quel homme sur la terre peut comprendre la Divine Volonté? Qui peut sur la terre faire de telles lois afin que l’homme se souvienne toujours qu’il est de Dieu et qu’il ne se doit qu’à son Dieu? En dehors de cela, il n’y a rien qui dure, puisque Dieu a, de son pouvoir, pris la pierre pour écrire ses lois, afin que l’homme sache que sa loi est le seul refuge nécessaire à sa vie éternelle.

Les dix commandements de Dieu sont en la Chair Éternelle, les dix commandements de Dieu sont le mouvement de l’amour de Dieu pour les hommes, et le Mouvement de l’amour de Dieu est le Verbe.

La Vie Éternelle est Jésus. Tout mouvement est en le Verbe et le Verbe est en le mouvement. Ce qui a été écrit a été écrit dans le mouvement et le Mouvement est Jésus : Jésus de Nazareth, Jésus crucifié, mort et ressuscité.

Il n’y a qu’une seule Parole et c’est celle de Dieu; celui qui suit les dix commandements de Dieu suit la Parole, et la Parole ne peut être changée : elle est du Verbe.

Alors, petits enfants d’amour, soyez dans mon mouvement de vie. À moi de mettre devant vous les lois qui sont en moi.

Je suis la Parole et la Parole a soufflé sur vous; elle vous a amenés à entrer en vous, à ressentir la puissance de Dieu en vous, pour vous faire ressentir l’amour de Dieu, un Dieu qui rassemble ses enfants pour leur parler en leur cœur, là où est Dieu, là où est la puissance de Dieu : CELUI QUI EST.

Petits enfants d’amour, n’avez-vous donc pas vécu ce mouvement au moment où vous avez dit votre oui : être en présence même de CELUI QUI EST, ne vouloir que lui plaire, accepter de vous laisser nourrir par lui, ne vouloir boire que son Sang pour vivre dans son amour? N’est-ce pas ce que vous êtes : mouvement éternel qui se refait toujours? Vous êtes en Moïse et Moïse est en vous.

Il n’y a que la Divine Volonté qui puisse vous faire comprendre cela; si vous avez compris et que vous avez ressenti, c’est parce que vous êtes en la Divine Volonté. C’est la Divine Volonté qui vous fait vivre la vie en Dieu : mouvement qui a été et mouvement qui est au présent. Vous qui êtes au présent dans le passé qui devient votre présent, laissez-vous valser par ces mots, c’est votre intérieur qui est amoureux. Votre pensée humaine, votre écoute humaine, votre cœur humain ne peuvent comprendre cela, il faut qu’ils soient enveloppés de la lumière pour que vous puissiez entrer en la lumière.

C’est moi qui suit la Lumière du monde, c’est moi qui suis Homme-Dieu, alors je vous prends, vous, ma chair, pour vous faire vivre dans l’éternité : mouvement passé, mouvement présent, mouvement futur qui est mon présent.

Tout cela, mes enfants, est une petite leçon pour vous. Je vous aime.

 

Salle : Amen, alléluia.

 

♪♪♪  Alléluia, alléluia, alléluia.