Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Bogota, Colombie,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus.

 

2008-09-12 - P.M.  Partie 1

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Mon Père, la bénédiction?

 

Le prêtre : Que le Seigneur vous bénisse, vous accompagne et vous fortifie. Que par l’intercession de Maman Marie, l’Esprit de Dieu s’ouvre au Père Éternel, rentre dans ton âme, dans ton corps, dans ton esprit pour être fidèle à ses enseignements de la Volonté de Dieu. Que Dieu vous bénisse par la bénédiction de protection des esprits du mal qui ne peuvent être ici, au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen.

Que le Seigneur soit dans ton cœur pour être fidèle à cet enseignement que le Seigneur va passer par son instrument, et je demande à tous les esprits mauvais d’être cloués à la Croix de Jésus Christ pour ne pas être ici à la rencontre du Seigneur. Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Amen.

 

Isabelle : Gracias, Padre.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Le Seigneur parle en votre cœur. Ce que je suis n’est autre qu’un haut-parleur. J’entends la voix du Seigneur par la puissance du Saint-Esprit parce que je suis enfant de Dieu comme vous êtes enfants de Dieu. Dieu a toujours parlé dans notre cœur; à cause de nos soucis quotidiens nous n’entendons pas. Le Seigneur veut parler, veut parler à tous les enfants du monde et pas seulement qu’à vous, ici. Il a regardé vos cœurs, il a regardé votre fidélité à l’Église, il a regardé votre souffrance et il a dit : «Enfants d’amour, chaque pas que vous m’avez donné a fait de vous des enfants prêts à vous accorder la présence même de votre Dieu. Dieu d’amour est avec vous. Laissez-vous bercer par la présence même de votre Dieu en votre cœur; je viens saisir votre cœur afin d’aller chercher mes autres enfants.

Regardez ce temps, mes enfants, vous y verrez le printemps. Vous êtes les nouveaux fruits d’une civilisation de l’amour : des enfants qui vont renoncer à leur volonté humaine pour goûter à la Volonté de Dieu, non faire la Volonté de Dieu avec votre volonté, mais entrer dans la Divine Volonté. Vous êtes à l’école de l’amour; ce que j’ai enseigné à mes apôtres, petits enfants, a toujours été pour vous. J’ai parlé à mes apôtres du royaume de mon Père sur la terre où tout ne serait qu’amour, où les dieux tomberaient, où les enfants de Dieu, de mon Père, s’uniraient pour ne former qu’un seul peuple.

Vous êtes mon Église, car je suis, moi, à vous. Mon Père vous a donnés à moi.

Laissez-vous dans ce mouvement d’amour pour tous les enfants du monde : ce que Dieu fait de vous en ce moment même, c’est un mouvement d’amour pour l’Église entière. Je parle au nom de mon Père. Mon Père est votre Père, il ne regarde pas ce que vous avez accepté et qui a fait souffrir son Cœur de Père, il regarde votre fidélité à vouloir vivre le royaume de Dieu sur la terre. La volonté humaine a fait en sorte de séparer : les religions, mettant les enfants contre les enfants, mais ces enfants n’ont qu’un seul Père, mon Père, Celui qui m’a envoyé sur la terre parmi vous. Il regarde et il hoche la tête en disant» :

 

Dieu le Père : Cessez enfants d’amour, cessez de vous faire souffrir. Ce qui vous a fait souffrir, n’est-ce pas vos mauvais choix devant le tentateur? Lui s’est présenté à vous. Hypocritement, il vous a montré ce que vous pourriez faire. Usant de ses ruses, il vous a fait pénétrer dans ce qui était contre le Père.

Moi, votre Père, je viens vous parler que le temps de ma justice est sur vous. Ma justice n’est faite que d’amour. Ce que vous entendez se fait par la puissance du Saint-Esprit, car le Saint-Esprit est Dieu, il est ce que je suis. Je déverse en ces temps des grâces par le Cœur de Marie et le Cœur de mon Fils afin de vous préparer à ce que vous allez vivre : je vais prendre votre volonté et votre volonté humaine, petits enfants d’amour, devra être obéissante à ma Volonté. Chacun de vous, vous allez vous regarder, vous allez voir tout ce que vous avez accepté de faire et tout ce que vous avez refusé de faire par amour pour Dieu, par amour pour vous et par amour pour votre prochain. Mais je veillerai, petits enfants, à ce que vous soyez dans la grâce, car je suis votre Père. À moi de prendre soin de vous afin que vous soyez protégés de vous-mêmes.

Ce que je vous demande, mes enfants, c’est votre oui : oui à votre Père. Lorsque vous direz oui à mon Fils, c’est à moi que vous direz oui. J’ai préparé chacun de vous à vivre ce temps. À l’instant où mon fils, mon premier créé, a dit non à ma Volonté, la souffrance du monde se faisait connaître, car je connaissais chacun de vous, c’est moi qui vous ai choisis. Ma Vie est en vous, mon souffle est en vous.

D’âge en âge, d’âge en âge, j’ai pris soin de chacun de vous venant vous parler par la bouche des prophètes. J’ai donné à vos pères ce lieu d’amour afin que vous puissiez avoir une demeure, mais cette demeure est empoisonnée. On a voulu prendre ce que je vous ai donné pour que cela soit contre vous. Cela n’est pas venu des enfants de Dieu, mais de Satan. Il a trompé vos pensées, il vous a rendus sourds à mon appel, il a aveuglé votre regard, il a utilisé vos paroles contre vous-mêmes, et vos fruits, vos fruits ont été empoisonnés, durcissant votre cœur.

Je vous ai envoyé mon Fils, il vous a parlé de l’amour du Père et tous ceux qui ont écouté ont été dans cette lumière, et la lumière vous a conduits à vivre ce que vous deviez vivre devant mes commandements d’amour. La Parole de mon Fils est ma Parole, la Présence de mon Fils est ma Présence. Comprendre et entendre l’amour de Dieu, la souffrance de mon Fils par amour pour vous, n’a pu se faire que par Dieu Esprit. Seul l’Esprit de Dieu pouvait vous faire comprendre la valeur de votre présence. J’ai ouvert un torrent de grâces pour chacun de vous, vous qui vivez ce dernier temps qui s’achève, car un temps d’amour est devant vous, un temps où tous les enfants ne feront qu’un seul peuple : mon peuple choisi. Enfants d’amour, vous êtes là à écouter la Parole de votre Dieu, de votre Père, l’Éternel. Je connais votre cœur, il est comme la vague qui vient à mon appel et qui, par ma puissance, va amener tous les autres pour former une vague comme la marée qui s’élève et qui s’élève et qui se présente devant son Dieu. Ce qui est devant vous est ma Volonté.

J’ouvre en ce moment les cœurs des infidèles afin qu’ils sachent que j’ai parlé par la Volonté du Saint-Esprit qui a pris les plus petits pour faire la Volonté de Dieu. Vous êtes un peuple de souffrances, mais un peuple loyal. Malgré votre souffrance en votre pays, vous m’avez toujours été fidèles. Vous avez prié la Mère de Dieu qui n’a cessé d’intercéder auprès de nous pour vous. Alors, soyez dans mon mouvement qui agit en vos cœurs. Ce que vous êtes, enfants d’amour, l’est par moi, car je vous ai préparés depuis tout temps. Cela n’est pas de ce monde, mais de mon monde qui n’est que la Volonté de l’Amour où tout, le temps, se présente pour être devant vous. Ce que vous vivez, petits enfants, beaucoup, beaucoup ont espéré vivre ce temps.

Demeurez humbles, petits enfants, devant ma Volonté, car vous êtes mes instruments d’amour afin de répandre partout la Bonne Nouvelle qu’un temps d’amour est commencé. Par la puissance de mon amour, je vous couvre du manteau de la fidélité à ma Parole, ainsi, petits enfants, vous passerez là où d’autres n’ont pas réussi à passer. Ce qui est, est de moi.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Ce que nous vivons, c’est le temps voulu de Dieu. Nous sommes en ce moment même en train de vivre dans les grâces de la Divine Volonté, afin d’entrer dans la Divine Volonté où la volonté humaine n’a pas sa place. Qu’a fait la volonté humaine? Elle nous a trichés en écoutant Satan au lieu d’écouter le bien. Lorsqu'Adam et Ève ont choisi leur volonté humaine plutôt que de demeurer dans la Divine Volonté, ils se croyaient être assez forts pour discuter avec Dieu, présenter à Dieu leurs œuvres en choisissant eux-mêmes l’œuvre qu’ils devraient présenter. Mais le tentateur était toujours là à leur donner des pièges et ils (les enfants d'Adam et Ève) acceptaient ces pièges innocemment, mais ils le faisaient. N’est-ce pas ce que, nous, nous avons fait? Combien d’entre nous avons fait des gestes et nous les avons regrettés?

La tribu de Juda, la seule (demeurée) fidèle à Dieu, n’a pas été fidèle à son Dieu. Ils avaient devant eux la preuve que Dieu marchait avec eux. Dieu (combattait) les ennemis pour qu’ils soient toujours devant la force de Dieu, mais (certains) d’entre eux, il y en a qui ont caché des idoles parce que dans leur chair (ils) portaient l’infidélité des autres tribus. Ils n’ont pas su se méfier de leurs faiblesses, ils ont été vers les idoles; même les prêtres ne sont pas demeurés fidèles, alors Dieu leur a tout enlevé et ils ont été déportés de par le monde. C’est notre vie : nous avons une volonté humaine et nous avons les dix commandements de Dieu et les sacrements : Dieu combat pour nous les ennemis des enfants de Dieu, mais nous, on ne s’est pas méfiés de nos faiblesses. Ces faiblesses que nous avons en notre chair : ce sont tous les mauvais choix des autres devant la tentation.

C’est la volonté humaine qui a fait en sorte que nous croyions au mensonge, nous démontrant que nous pouvions nous protéger contre ceux qui nous accusaient. Lorsqu’un tout petit enfant dit à sa mère : "Je n’ai pas pris le gâteau", alors qu’il est disparu, croyez-vous parce qu’il est un enfant qu’il ne sera pas blessé? Comment se fait-il qu’un tout petit enfant dise un mensonge à sa mère, lui qui ne connaît même pas la haine? C’est parce qu’il porte en sa chair le mensonge, il porte la conséquence de tous ceux qui ont dit des mensonges.

Mais Dieu, Dieu le Père, Dieu le Fils, Dieu le Saint-Esprit, ne peut pas approuver cet enfant parce que Dieu sait qu’il devra vivre les conséquences, et ces conséquences vont se multiplier dans sa vie. Ce tout petit mensonge sera contre lui toute sa vie : son tout petit cœur va se durcir comme de la pierre. Voilà pourquoi Dieu ne peut pas approuver le mensonge et il ne peut écouter aucune excuse : il ne peut pas, car il l’aime, il est rempli d’amour pour cet enfant, parce que le mensonge ne vient pas de l’enfant, il vient de Satan; s’il acceptait un tout petit mensonge, si petit soit-il, il approuverait le venin et un père ne fait pas ça, un Dieu d’amour qui est venu mourir sur la Croix n’acceptera pas ça, et la puissance de la vérité, le Saint-Esprit, n’approuverait pas cela.

Voilà pourquoi, au moment où nous entrerons en nous par la puissance du Saint-Esprit, avec notre volonté humaine nous verrons : nous verrons tout ce qui a été contre nous, contre l’enfant de Dieu, parce que Dieu ne veut plus que nous nous blessions. Au moment de la Grande Purification, le Saint-Esprit nous couvrira et, dans un mouvement de puissance, nous entrerons en nous, et cela à la surface de la terre, et nous verrons, nous verrons ce qui est contre nous. Mais Dieu prend soin de nous en ces temps, il nous donne des grâces, des grâces d’amour en abondance, car il sera souffrant de voir que nous avons fait de la peine à Dieu le Père, Dieu le Fils, Dieu le Saint-Esprit, il sera souffrant de savoir que la chair que nous avons et qui vient de Jésus a souffert à cause de nos mauvais choix.

Comprenons que l’homme a la chair de Jésus, la Matière Parfaite, la Chair Immaculée. Lorsque Jésus s’est présenté devant son Père, devant les anges, il a montré le visible. Tout ce qui était matière est en Dieu, rien, absolument rien, n’est en dehors de notre Dieu, alors nous, chairs de la Chair Parfaite, nous étions en notre Dieu : parfaits. Puisque la Matière Immaculée, la Matière Parfaite, se présentait devant son Dieu Éternel, croyez-vous que la matière, il en manquait? Il ne manquait rien en notre Dieu, il est le Tout de tout. Nous sommes le petit tout de Dieu. Tout ce que nous sommes a toujours été en Dieu, mais ce que nous avons accepté et qui est le mal n’était pas en Dieu, nous étions parfaits. Si aujourd’hui nous ne sommes pas parfaits, c’est parce que nous avons pris ce qui n’est pas de Dieu : nous avons accepté ce que Satan voulait nous faire goûter. Alors par la puissance de notre Sauveur, par la puissance du seul Libérateur, Jésus, il va arracher le mal et il va purifier notre chair par la puissance de ses grâces.

Jésus a déjà accompli ce mouvement d’amour. Maintenant, à notre tour de vivre ce que Jésus a déjà tout accompli pour nous. Croyez-vous qu’on aurait été capables de vivre notre purification de la chair? Non, c’est Jésus qui va le faire parce que c’est déjà accompli. Alors, il nous veut en enfants de Dieu, aussi petits que l’enfant qui vient de naître, et cela se fait présentement. De par le monde, des grâces sont données, et il ne vient pas donner seulement cela aux catholiques, mais à tous les enfants de son Père. Dieu le Père a regardé tous ses enfants et il sait ceux qui sont les plus grands pécheurs, et pas un seul instant Dieu le Père n’a voulu retenir son amour. Il a dit à son Fils : «Je suis avec toi.»

Lorsqu’il portait la Croix, Jésus, nous savons qu’il souffrait tellement qu’on avait peur qu’il meure avant d’être crucifié : ce n’était pas le temps. Ce ne sont pas les hommes qui auraient pu avancer la mort du Christ, c’est le Père qui a décidé pour nous montrer qu’il fallait aller jusqu’au bout afin que nous obtenions la force nécessaire pour vivre, vivre ce moment d’amour, là où on regarde notre Père et qu’on dise : "Tout pour toi, Père, tout est accompli." Notre but à nous, c’est l’accomplissement du Fils de Dieu.

Nous sommes sur le chemin de notre guérison et notre libération. Notre chair ne connaîtra plus de maladies parce que tout le mal sera dévoilé, et comme nous ne voulons pas souffrir, là nous donnerons à Dieu nos souffrances, là nous refuserons les tentateurs afin qu’ils puissent être donnés à Jésus qui a tout pouvoir. C’est lui Dieu, ce ne sont pas les anges déchus, ils sont obligés d’obéir à la puissance du Fils de Dieu. En voyant le mal dans notre vie, par la puissance du Saint-Esprit, en découvrant que nous sommes aux prises avec une tentation, en donnant tout à Dieu, eh bien, Dieu va les prendre et les envoyer au pied de sa Croix, les tenants prisonniers.

Jésus nous a parlé d’un monde d’amour, là où on vivrait en paix et en joie sur la terre devant son Père. Nous ne pouvons pas vivre dans la joie et dans la paix sans être dans la Volonté de Dieu. Il nous a dit : «Vous ne serez plus tentés.» Alors, il faut que tous les esprits impurs soient au pied de la Croix, afin qu’ils ne tentent plus personne jusqu’au jour où Dieu les libérera. Ils viendront encore une fois tenter les élus de Dieu et Jésus, de son souffle, les anéantira pour que, de toute éternité, ils ne soient plus jamais en présence des enfants bénis de Dieu.

Nous, nous avons accepté d’écouter la tentation : nous avons vécu nos conséquences, maintenant, il y a un temps dans lequel il nous est donné pour envoyer, nous les enfants de Dieu : envoyer à Jésus les esprits impurs. Les esprits impurs se sont attaqués à la Chair de Jésus : ils ont refusé d’adorer l’Enfant de Dieu, le Fils bien-aimé du Père fait Homme, ils sont devenus la haine, ils sont devenus le mal à l’état pur. Détestant la Chair Immaculée de Jésus, alors il s’est attaqué à chacun de nous pour démontrer à Dieu, le Tout-Puissant, que cet Homme fait Chair n’est pas le Fils de Dieu : Satan, l’être d’esprit orgueilleux, menteur, veut que nous le reconnaissions comme étant le fils de Dieu le Père. Alors, pour nous tromper, il a fait goûter à notre chair ce qu’il est : l’orgueilleux, le menteur. Alors, il a fait de nous des êtres orgueilleux de la chair obéissante à Dieu le Fils, il nous a nourris de mensonges, nous faisant accroire que nous étions faibles devant sa puissance, son pouvoir, nous maintenant dans la peur afin que nous nous nourrissions de mensonges.

Nous sommes enfants de Dieu par l’amour de Dieu le Fils pour son Père. Tout ce que le Père a donné à son Fils, Jésus est venu nous en parler afin que nous puissions désirer faire ce que le Fils fait pour Dieu le Père. Pour faire la Volonté de Dieu le Père en Jésus, il faut que nous ayons quelque chose à l’intérieur de nous : la liberté. Dieu ne nous a pas enlevé la liberté au moment où Adam a choisi sa volonté humaine : elle est toujours en nous. Mais cette liberté a deux faces : on se sert de cette liberté pour le bien ou on se sert de cette liberté pour le mal. Mais Dieu, en nous conservant libres, il nous conservait sa puissance : lorsque nous nous servons de la liberté de Dieu, les esprits impurs sont obligés d’écouter. Lorsque nous sommes dans la tentation de voler et que nous disons non au tentateur, ils ne peuvent pas nous obliger, alors ils sont obligés de partir. Mais à cause de notre chair faible, ils savent que s’ils viennent plusieurs, nous, on tomberait dans la tentation. Encore là, si nous refusons ces sept tentateurs, ces sept esprits impurs ne peuvent pas nous inciter à voler.

Il y a des enfants qui ont refusé jusqu’à aller vers un feu par amour pour Dieu. Nous n’avons qu’à penser à Jeanne d’Arc : elle a dit non à tous ceux qui voulaient lui donner un espoir de vie, mais la condition était de renier la présence de Dieu dans sa vie. Lorsqu’elle a parlé au nom de Dieu, elle se savait être dans la Volonté de Dieu; c’est Dieu qui agissait pour elle, elle n’était pas dans sa volonté humaine. Si elle avait dit oui à ceux qui voulaient qu’elle renonce à ce qu’elle était en présence de Dieu, elle aurait trahi son Dieu pour satisfaire les tentations. Mais elle a refusé parce qu’elle était dans la force de Dieu, alors elle a été sur le bûcher. Ils ont fait disparaître son corps, mais pas son cœur, son cœur était à Dieu. Dieu est en train de nourrir notre vie de grâces pour nous donner la force de passer à travers la Grande Purification.

Oui, nous serons tentés. Les tentateurs vont nous dire : "Pourquoi est-ce que tu souffres? Es-tu tanné d’être dans cette souffrance? Pourquoi souffres-tu, pour ce qu’il va te donner? Moi, je te donne la terre, je vais te donner la richesse, tu auras la vie et elle ne sera pas raccourcie, car je t’en donnerai." Mensonge! Ils ne sont pas capables de donner quelque chose, car rien n’est à eux; ils se sont servis des enfants de Dieu pour aller voler les autres enfants de Dieu; alors, comment peuvent-ils nous donner la terre alors que la terre est à Dieu? Quel pouvoir ont-ils? Ils n’ont aucun pouvoir sur les enfants de Dieu qui sont dans les grâces de Dieu, ils ne peuvent pas allonger notre vie sur la terre, car nous sommes dans la Vie Éternelle. Ce sont eux qui nous font accroire que nous vivons qu’un temps sur la terre.

Nous sommes venus sur la terre avec une vie éternelle et lorsque le corps tombe au repos, la vie continue. Il n’y a que l’enfant, par sa liberté, celle que Dieu lui a donnée, qui peut dire à Dieu : "Je ne veux pas de toi." Cette liberté est tellement puissante que Dieu s’incline devant sa liberté. C’est Dieu qui a donné la liberté, alors il se respecte, il ne peut pas être contre lui. Dieu nous a donné son Fils afin que nous puissions être dans le repentir. Nous avons un Dieu rempli de miséricorde et il déverse sans cesse sa miséricorde en nous afin qu’on puisse se pardonner. À cet instant, nous allons vers lui et lui demander pardon. Au moment de la Grande Purification, nous irons à Jésus et tous ceux qui vont dire oui vont entrer dans sa Gloire.

Plusieurs disent : "C’est le retour de Jésus!" C’est notre retour. Nous avons fui notre intérieur, nous avons lapidé notre trésor, alors Dieu nous a toujours attendus. C’est nous qui sommes partis, ce n’est pas Dieu. Dieu a toujours été dans notre vie, nous, nous avons fui notre vie. Pour ne pas nous écraser nous-mêmes, Jésus a donné à des messagers cette espérance : le retour de Jésus. Mais le retour de Jésus, c’est nous : nous sommes la chair de la Chair, nous sommes la vie de la Vie, nous sommes la présence de la Présence, il n’y a rien qui est à nous. Jésus a tout pris jusqu'à nos péchés, nos mauvais choix, il nous a maintenus vivants dans notre mort nous permettant de vivre avec lui. Maintenant, ce qui est à Jésus retourne à Jésus. Nous, nous sommes à Jésus parce que Dieu le Père nous a donnés à son Fils, alors nous allons vivre le retour. Jésus prend tout, il prend même cela. Nous sommes partis et il a pris tout cela. Avec aucun reproche, il va nous accueillir, il va nous donner de l’amour et nous verrons, nous verrons la grâce qui a toujours été dans notre vie. Même si nous avons souhaité la mort de ceux qui ont tué nos enfants, alors que lui a été sur la Croix pour eux, il va dire :

«Ô enfant, viens vers moi. Tu étais si petit dans la tentation, tu étais si ignorant de mon amour pour tous les enfants de mon Père. Viens, je vais te montrer. Ce que tu es, c’est ma chair : lorsqu’on m’a fouetté, lorsque ma Chair tombait en lambeaux, c’étaient tous ceux qui ne voulaient pas de moi : les morceaux de chair qui sont tombés de ma Chair se sont arrachés de moi; aucune chair n’a pu tomber de ma Chair sans que la chair ne l’ait choisi; j’ai regardé ma chair et j’ai prié mon Père pour ceux qui faisaient souffrir ma chair : «Pardonne-leur, Père, car ils ne savent pas ce qu’ils font.» Enfants d’amour, lorsqu’on souhaite du mal à un seul enfant de mon Père, même s’il est contre vous, même s’il est contre vos enfants : il est en moi, il fait partie de ma Chair. J’ai accepté de laisser couler mon Sang afin qu’il ne se détache pas de moi. Et moi je vais vous regarder et je vais vous dire : «Viens, viens me consoler. Viens me redonner ce qui est à moi, car ta chair a la valeur de ma Chair. Pas un seul instant je n’ai regardé tes mauvais choix, j’ai prié, j’ai prié mon Père afin que tu puisses aimer ta chair au moment où tu verras ta chair mutilée par tes mauvais choix.»

Voilà pourquoi les grâces sont si importantes afin qu’on puisse se regarder, étant amoureux de ce que Dieu nous a donné. Nous ne regarderons pas en arrière, nous regarderons notre présent afin qu’on puisse vivre la joie d’entrer dans la Divine Volonté. Nous serons totalement enfants de la Divine Volonté au moment où le dernier enfant choisi par Dieu dira oui. Il y aura tellement une joie immense en nous qu’il nous en faudra des grâces pour vivre ça. Rien ici-bas ne peut dire ce que nous allons vivre. Alors, commençons à vivre notre purification aujourd’hui. La plus grande difficulté sera : non au tentateur qui nous amènera à vouloir juger le prochain. C’est la plus grande difficulté que nous aurons, pourquoi? Parce que notre chair est tellement meurtrie que nous accusons notre prochain pour nous consoler, tel Caïn a fait avec son frère afin de faire disparaître devant sa face, sa souffrance. Il souffrait de voir son frère parce qu’il croyait que Dieu aimait mieux son frère que lui. Cela, c’était le mensonge, il avait accepté la tentation.

Voilà que nous vivrons dans notre chair de la souffrance encore, mais nous nous aiderons les uns et les autres. Lorsqu’un enfant refuse la tentation qui est de juger son frère ou sa sœur, parce que nous sommes la même chair, alors nous recevrons une force : la grâce de nous regarder. Plus cela se fera, plus nous apprendrons à nous aimer. Comment peut-on aimer notre prochain si on ne s’aime pas? Et comment aimer notre Dieu de toute notre âme, notre force, notre esprit, notre cœur, si on ne s’aime pas? Nous avons la liberté de Dieu et c’est avec cette liberté que, avec notre esprit, nous pouvons aimer Dieu, avec notre âme qu’il nous a donnée, avec notre force, avec notre cœur. C’est nous qui pouvons dire oui avec notre liberté. "Dieu m’aime et je m’aime, avec son amour je peux dire : je t’aime, Père".

Amen, merci. On s’applaudit : on ne peut applaudir que Dieu.