Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Bogota, Colombie,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus.

 

2008-09-03

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : À la messe, au moment de la communion, je vois mon intérieur; cela veut dire (que) mon âme me montre le Ciel à l’intérieur de moi. J’entends Jésus, j’entends la voix de Marie à l’intérieur et j’entends Dieu le Père, le Saint-Esprit, les saints, plusieurs personnes, pourquoi? Parce que nous vivons avec le Ciel. Ce qui nous a séparés de ce moment d’amour, c’est notre volonté humaine.

Nous sommes enfants de Dieu, nous venons de la Chair de Jésus. Avant que nous soyons ici sur la terre, des siècles, des siècles et des siècles et des milliers de siècles, nous étions en Jésus; chacun de nous, on était en la Chair de Jésus : toi tu étais là, toi tu étais là, toi tu étais là. Dieu le Père nous connaissait parce qu’il connaissait son Fils. Alors, Jésus vient nous parler, il vient parler à sa propre Chair.

Pourquoi souffrons-nous aujourd’hui? On devrait être parfaits comme Dieu le Père et pourtant on souffre. Regardez dans le monde entier, dans tous les pays : on a de la souffrance. Vous vivez dans un pays où il y a de la domination, où il y a de la peur, où il y a de la crainte. Au Canada, nous, nous vivons dans la liberté, mais toujours dans une domination cachée, camouflée. Nous sommes prisonniers du matériel, nous sommes prisonniers de nos propres besoins, de nos plaisirs, parce que notre chair en paie le prix.

Au tout début, lorsque Dieu a voulu ses enfants, il les voulait parfaits dans l’amour, mais il a donné la liberté : la liberté de Dieu, pas la liberté que nous, nous connaissons, mais une liberté remplie de puissance et ça, ça fait partie de nous, mais nous ne l’utilisons pas. Ce qu’on connaît, c’est notre liberté : "Bon, aujourd’hui je sors dehors, aujourd’hui je vais m’amuser, aujourd’hui je vais à l’école, aujourd’hui ça ne me tente pas d’étudier, aujourd’hui je me marie, aujourd’hui, tiens, je couche avec un autre : ça, c’est ma liberté!"

La liberté de Dieu est une liberté d’amour, on n’a jamais goûté à cette liberté-là; si on avait goûté à cette liberté-là, notre chair ne connaîtrait aucune souffrance, aucun mal ne nous dominerait. Et le mal, c’est Satan, ce sont aussi tous les anges déchus, tous ceux qui ont suivi Satan : voilà le mal. Lorsqu’on parle de péchés : "Je ne vole pas, je ne tue pas", ça, c’est le mal, c’est l’esprit du mal, c’est la nourriture, c’est le venin que notre chair a goûté. Les esprits impurs, c’est le mal et ce sont eux : l’esprit du vol vient d’un ange déchu, l’esprit du viol vient de l’esprit du viol, l’esprit du blasphème vient de l’esprit du mal qui n’est autre que celui qui n’a pas voulu adorer Dieu. Nous sommes aux prises avec ça. Notre chair est portée à écouter ces esprits impurs parce que nous n’avons pas appris à nous servir de notre liberté d’enfants de Dieu.

Dieu vient parler dans nos cœurs pour nous montrer, pour nous montrer ce que nous, nous avons fait avec notre vie qu’il nous a donnée. On a été en la Chair de Jésus et nous sommes encore en la Chair de Jésus. Vous voyez la lumière? La lumière se montre : elle frappe les murs, elle frappe les meubles, elle nous frappe et on voit. Cette lumière, elle a été fabriquée, elle n’est pas la lumière de Dieu. Dieu est la Lumière. Entre toi et moi, entre toi et moi, il y a la lumière de Dieu, c’est ce qui fait que je me sens bien avec toi, c’est ce qui fait que oui, j’ai le goût de te parler, de partager; cette lumière c’est l’Amour, c’est Jésus. Mes mains ne peuvent être en mouvement que si je suis dans cette lumière, mon cœur ne peut ressentir que si je suis en contact avec cette lumière. Nous vivons en Jésus, nous sommes en présence de Jésus.

Lorsque Jésus se montra à ses anges, il montra la Matière : Matière Parfaite, Immaculée. Dieu le Fils se montra afin que les esprits puissent l’adorer. En Jésus, en le Fils de Dieu, il contenait tout ce qui était matière. Jésus contenait l’univers parce qu’il est le Créateur, il est la Matière. La matière vient de l’univers et l’univers, il a fallu qu’il ait un auteur. Alors, Jésus est beaucoup plus puissant que l’univers parce que c’est lui qui est l’Auteur. Tout ce qu’il y a dans l’univers : la terre, les planètes, tout était en Jésus. S’il a voulu que cela soit, il l’a voulu par amour et par amour pour ce qu’il est : en premier, Dieu le Père, Dieu le Fils, Dieu le Saint-Esprit. Comme Dieu voulut ses créatures à sa ressemblance, l’univers fut créé pour ses créatures faites à sa ressemblance.

Nous sommes plus importants que l’univers, nous sommes plus importants que le soleil, que la lune, que tout ce qu’il y a autour de nous, parce que tout nous a été donné par amour. Alors, lorsque Dieu voulut que nous soyons là, sur la terre, il a créé Adam avec ce qu’il est : la matière. Il ne faisait qu’accomplir ce qui était déjà. Alors le souffle de Dieu pénétra dans sa créature et là, sa créature, de ce qu’elle était, rendait à Dieu son amour. Nous sommes faits pour donner parce que Dieu nous a donné : tout ce qu’il est, il nous l’a donné; alors, nous redonnons à Dieu ce qu’il nous donne. On n'a pu le faire qu’avec sa liberté qu’il a mise en  nous. Avec cette liberté, il a dit : «Aime-moi plus que tout. Aime-moi plus que toi-même parce que tu es de moi. Afin que tu sois devant ta beauté, il faut que tu apprennes à reconnaître que je suis ton Père, ton Dieu, ta Puissance». Alors, rien ne nous manque, mais nous avons usé de notre liberté en disant non à Dieu.

Lorsqu’on dit non, c’est parce que nous étions en Adam. Adam est le premier qui fut créé avec la Volonté de Dieu pour ce temps. Avec ce qu'Adam était, la femme fut. Adam et Ève qui se rencontrent et qui ont un enfant : c’est la même chair. Adam, Ève, l’enfant : une seule chair, celle d’Adam qui avait reçu tout de Dieu, et ainsi de suite jusqu’à nous. Il n’y a pas deux chairs : une chair et c’est celle de Jésus. Par la Volonté de Dieu le Père, nous avons été créés. Alors, la Chair Parfaite a consenti à ce que nous soyons ici parce que la Chair Parfaite est obéissante à son Père. Nous, nous devons être obéissants à notre Père comme Jésus. Comment pouvons-nous être obéissants à Dieu le Père? Nous avons choisi de nous regarder, de nous écouter, de parler comme nous on voulait, d’avoir un esprit d’homme, vouloir faire ce qui nous plaît, et nous avons endurci notre cœur. C’est avec ça qu’on essaie d’être obéissants à Dieu le Père. Avec ce que nous sommes, nous essayons de donner à Dieu le Père ce qu’il attend de nous, et cela est impossible.

Voilà pourquoi Dieu le Fils est venu sur la terre. Il vient nettoyer, il vient nous montrer ce que nous avons accepté de (laisser) pénétrer en nous : nous avons accepté avec nos yeux de laisser pénétrer l’impureté, nous avons accepté avec nos oreilles d’entendre ce qui était impur et le laisser pénétrer en nous, nous avons accepté avec notre propre langage de faire pénétrer en nous des paroles impures, nous avons accepté avec notre esprit de penser et ces pensées nous manipulent parce qu’elles ne sont pas les pensées de Dieu. Alors comme elles ne sont pas des pensées de Dieu, nous sommes portés à faire des gestes contre Dieu, et ce qui est contre Dieu est contre nous. D’où venons-nous? Nous venons de Dieu, alors nous sommes contre nous-mêmes et nous sommes contre notre prochain. Lorsque Jésus a dit : «Aimez-vous, aimez vos ennemis», il disait : «Apprenez à aimer votre chair. Si tu n’aimes pas celui qui vient t’insulter, tu n’apprendras pas à découvrir que lui porte la même chair que toi, tu auras le cœur aussi dur que cette pierre et le monde te mènera où il veut.»

L’esprit du monde, c’est Satan, ce n’est pas Dieu. Dieu a un esprit d’abondance. Il n’y a pas de limites en Dieu. Nous, on veut s’amuser, eh bien, on se limite parce que lorsqu’on s’amuse avec la musique de ce monde, on est limités parce que ce monde va changer de mode dans deux ans d’ici. On est toujours manipulés par quelqu’un qui amènera de la nouveauté, on changera comme l’esprit du monde nous fera changer. Si on entend cette phrase, c’est parce que Dieu veut nous faire comprendre qu’un monde nouveau est en train de naître. Dieu nous apprend qui nous sommes, d’où nous venons, pourquoi nous sommes ici. C’est pour l’éternité. Lorsque nous venons sur la terre, c’est pour l’éternité, ce n’est pas simplement cent ans sur la terre, c’est pour l’éternité. On vient au monde par maman parce que Dieu l’a voulu afin qu’on puisse être avec les autres, afin qu’on puisse donner nos fruits.

Dieu attend qu’on lui montre : «Montre-moi que tu m’aimes». Alors, nous, on le fait avec ce qu’on est. Après ce laps de temps, là, on vieillit, on vieillit, on vieillit, houp, la vieillesse arrive et là il y a un moment où la mort, conséquence du péché, nous attrape. Qu’est-ce qui nous attrape? Le péché. La mort, c’est synonyme de 'tu as péché'; alors, il faut que tu arrives à nettoyer, et, à ce moment-là, Dieu te met devant un achèvement dans ta vie : «As-tu fini de pécher? As-tu fini de te faire souffrir? Tu as l’éternité en toi. Regarde-toi et regarde ce que tu m’as donné. Essaie de te reprendre, car moi je t’ai donné ma Vie.» Avec cette même liberté qu’il nous a donnée, là, on choisit : "Oui, je choisis mon Père du Ciel, mon Créateur." Et voilà que je continue, je continue ma vie en Dieu avec sa beauté, sa lumière, sa tendresse, son amour, avec son intelligence sans limites.

Tout cela, ce sont des petits moments que Dieu est en train de nous donner pour nous faire comprendre qui nous sommes. (Ce n'est) pas vrai qu'on vit sur la terre que pour un temps, c’est pour l’éternité que nous sommes vivants. Dieu n’a jamais voulu qu’Adam et Ève soient dans le péché. Mais l’ange, l’ange qu’on appelle Satan, qui s’appelait Lucibel, Lucifer, a demandé à Dieu : "Qu’est-ce qu’ils ont à te donner? Comment peuvent-ils savoir qu’ils t’aiment puisque tu ne les mets pas dans une confrontation face à ce qu’ils sont : des enfants parfaits?" Pour savoir que nous sommes parfaits, il faut se regarder. Alors, Dieu a dit oui à Satan : «Mes enfants vont se regarder.» Alors, Dieu a prévenu ses enfants : «N’allez pas vers la connaissance du bien et du mal.» Jamais Dieu ne met ses enfants dans un événement sans les avertir. Cherchez dans l’Ancien Testament et dans le Nouveau Testament, vous allez voir que Dieu a toujours averti ses enfants.

Alors, Dieu avait averti, mais ils n’ont pas écouté. Tout comme lorsque Jésus est venu sur la terre, Dieu, par ses prophètes, a averti et ce n’est pas tout le monde qui a voulu croire en Jésus, le Fils de Dieu fait Homme. Maintenant Dieu avertit : «Je viens construire mon monde d’amour avec des enfants d’amour et ceux qui n’écouteront pas disparaîtront de la surface de la terre.» Dieu avertit, mais avec amour, il ne vient pas comme un guerrier : "Bon, je vais te couper ce qui n’est pas bon, je vais mettre ça dans le feu, je vais couper les têtes, ils vont disparaître, j’ouvre la terre, je fais un nettoyage, bon, c’est propre, j’ai mon monde d’amour». Dieu n’est pas comme ça.

Dieu vient parler dans nos cœurs, il vient nous montrer combien nous, nous sommes aimés de Dieu le Père. Il veut qu’on sache que nous-mêmes, nous avons ce choix afin qu’on puisse choisir comme Adam et Ève auraient dû choisir. C’est comme si on refaisait le même cheminement; nous sommes mis devant une situation : "Est-ce que je vais me considérer comme un enfant de Dieu ou un enfant de ce monde, pour ce monde?" Ceux qui portent en eux cette flamme d’amour pour Dieu et qui choisissent de continuer à marcher avec ce monde souffrent, souffrent terriblement.

Les prêtres sont là pour nous guider, je dis bien le prêtre et non pas l’homme. Le prêtre a été choisi pour nous, il a une puissance que nous, nous n’avons pas : être le Christ sur la terre auprès de nous. Mais Dieu a choisi des hommes pour cela, mais il ne leur a pas enlevé leur humanité : ils sont toujours des hommes, ils souffrent comme nous dans leur chair, ils ont à faire le même cheminement que nous. Alors, nous, si nous suivons ce que le prêtre nous demande par les sacrements, nous recevrons beaucoup, nous recevrons des grâces qui vont nous montrer, nous montrer ce que nous devons faire pour ce temps. Mais ceux qui ne voudront pas continueront à le faire, mais dans leurs souffrances, c’est toujours cette liberté que Dieu nous a donnée.

Mais tout est commencé. Dieu avertit tous ses enfants de par le monde : les messagers ont été choisis par Dieu. Nous sommes ignorants et nous n’avons pas à savoir, c’est Dieu qui instruit. Les paroles que je prononce sont connues en moi à l’instant où je les entends à l’extérieur; c’est pour chacun afin qu’on puisse être comme Dieu veut qu’on soit : abandonnés entre ses mains. Il n’a que faire de notre volonté humaine, il veut que nous soyons dans sa Divine Volonté. Voilà pourquoi, à la communion, j’ai vu un soleil et le soleil semblait comme disparaître pour laisser la place à la Vierge Marie. Alors, elle a dit : «Fais ce que mon Fils te demande. Mes enfants ont faim. Va nourrir par l’abandon. Rien ne viendra de toi, tu dois être ce que Dieu veut que tu sois : un tout petit enfant.» Alors, j’ai vu la petite fille qui s’en est allée dans la main du Père. Alors, après, j’ai vu une autre main qui a couvert l’enfant. Alors là, Maman Marie, elle a dit : «Maintenant, tu es prête.»

Ces temps sont des temps de grâces et c’est pour nous nourrir. Amen.

 

Le prêtre : Notre Père …