Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Bouctouche, N.B.,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus.

 

2007-09-25 - Partie 1

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit: La Divine Volonté, c'est ce que nous, nous devons vivre : nous devons vivre dans la Volonté de Dieu, nous devons vivre dans l'amour de Dieu.

La Divine Volonté, c'est Dieu dans notre vie, c'est apprendre que Dieu est continuellement en notre présence; la Volonté, c'est faire ce que Dieu attend de nous, c'est faire ce que Dieu met à l'intérieur de nous, c'est dire continuellement : "Ta Volonté".

C'est comme si nos yeux disaient à Dieu : "Ta Volonté"; chaque fois que nous allons regarder, nous allons regarder la Volonté de Dieu; aujourd'hui, on ne regarde pas la Volonté de Dieu continuellement; lorsque nous regardons, nous regardons souvent l'impureté, et ça, Dieu ne le voulait pas pour nous.

Ce qu'il voulait pour nous, c'est l'amour continuel; ce qu'il voulait pour nous, c'est ce qu'il y avait de meilleur sur la terre afin qu'on comprenne que nous sommes aimés, aimés comme un enfant, mais à cause de nos premiers parents, nous n'avons pas su comprendre cet amour, cet amour ineffable, cet amour qui est dans notre vie.

Alors, Jésus a pris quelqu'un comme vous, une pécheresse, quelqu'un qui a été faible dans sa vie, qui n'a pas su toujours dire oui à Dieu, quelqu'un qui a avancé comme tous les autres, qui a pleuré parce qu'elle commettait des fautes devant Dieu, quelqu'un qui a regretté, qui a demandé pardon, quelqu'un qui, parfois, oh, si petite qu'une pensée qui passe et qu'on ne s'en souvient plus, a douté, a douté qu'il pouvait y avoir l'Éternel; que ce fut un seul instant dans ma vie, c'était déjà trop!

Dieu a rappelé qu'il était vivant, Dieu a rappelé aux faibles que nous sommes, que nous lui appartenons.

Après Maman Marie, Jésus est venu en moi parler, parler en mon intérieur; il est venu pour préparer, préparer ce qu'il avait déjà annoncé : son monde d'amour.

Il parle dans les cœurs, il réunit les cœurs, il veut faire de nous des enfants parfaits, à la ressemblance du Père; il met ce besoin en nous par des enfants qui, continuellement, disent oui à Dieu : "Oui je te donne ma vie, oui je te donne la vie de tous ceux que je porte en moi; je ne veux plus de ma volonté humaine, je veux vivre en toi, goûter à ta Divine Volonté.

Je sais que cette volonté vient de toi et que je ne peux l'acquérir par moi-même, mais toi tu m'apprends à plonger dans ta Divine Volonté; tu veux rendre mes pensées pures, tu veux rendre mon regard pur, mon écoute pure, mes paroles, mes mouvements, mes sentiments; alors, je te donne tout, prends tout."

À chaque jour des enfants prononcent cela pour chacun de nous; ils ont appris, ils ont appris qu'ils n'étaient rien, mais qu'ils étaient tout; ils ont appris à être des instruments d'amour entre les mains de Dieu; ils ont appris à s'abandonner, à ne rien chercher de ce qui vient d'eux-mêmes, ils ont appris à se méfier de leur volonté humaine, ils ont appris à être dans ce qu'ils sont au quotidien en demandant l'aide, l'aide des grâces du Ciel.

Tout cela, Jésus est venu nous en parler directement dans notre cœur par plusieurs messagers; ce qu'il fait avec moi : il prend ce que je suis, il prend ma volonté; il me l'a demandée et j'ai dit oui.

Tout ce que nous entendons en ce moment même, ce sont des mots qui viennent en moi; chaque mot vient en moi dans l'abandon; je n'ai pas à chercher le mot suivant, il vient, il se prononce et j'entends : nous sommes l'Église, nous sommes le mouvement de l'amour.

Nous avons tous un cœur, mais lorsqu'il bat par amour pour Jésus, lorsqu'il bat en l'Église, il ne fait qu'un seul cœur, il devient le cœur même du centre de l'Amour : l'amour du Christ pour Dieu le Père.

Alors Marie, Marie, elle nous montre comment toujours être obéissants, toujours être abandon, parce qu'elle nous conduit directement dans cet abandon; elle nous conduit dans l'amour, dans l'amour qui est Dieu.

Il n'y a qu'un seul Dieu et Dieu est amour; nous venons de l'Amour et nous sommes l'amour; dans un mouvement d'amour, Dieu veut faire de chacun de nous des êtres abandonnés, il veut saisir l'être que nous sommes.

Lorsqu'il saisit l'être que nous sommes, nous entrons à l'intérieur de nous, nous ne sommes pas capables de saisir ce que nous entendons par l'extérieur, mais par le cœur, oui.

Alors, la Mère de Dieu va saisir le cœur de tous les enfants du monde que nous portons en nous parce qu'elle veut leur donner des grâces, elle veut atteindre les cœurs qui sont réticents, les cœurs qui doutent, les cœurs qui ont rejeté son Fils, les cœurs qui ne vivent que pour ce monde, croyant que c'est cela le bonheur, croyant que tout ce qu'ils ont acquis dans leur vie leur apporterait de la joie.

Dans un mouvement d'amour, laissons toute la place à Marie, saisissons son mouvement d'amour et que celui qui ne comprend pas, ne saisit pas, qu'il s'avance.

 

Marie : Petits enfants d'amour, chacun de vous a été appelé, chacun de vous a été saisi par l'amour.

Aucun de vous, mes enfants, ne peut comprendre la Volonté de Dieu en ces temps, en ces temps où vous, vous vivez parmi des enfants qui souffrent.

L'appel de Dieu est en vous, il n'est pas à l'extérieur de vous; vous êtes tous appelés à vivre dans l'amour de Dieu, afin que vous soyez tous réunis les uns avec les autres pour ne former qu'un seul peuple : le peuple de Dieu.

Vous êtes enfants de Dieu, vous êtes promis à vivre un monde d'amour, un monde qui, en ce moment même, se prépare à être tous ensemble; tous ceux qui acceptent la grâce de se reconnaître être choisis de Dieu avancent dans la paix, dans le Cœur même de l'Amour.

Dieu saisit le petit être que vous êtes afin que vous soyez tous ensemble pour vivre ce temps d'amour, ce temps de purification.

Lorsqu'on entre dans un lieu d'amour, on doit apprendre, mes enfants, à laisser à la porte tout ce qui n'est pas digne de l'hôte.

L'Hôte, mes enfants, c'est Jésus, c'est le Fils de Dieu, c'est Celui qui est mort sur la croix pour vous, c'est Celui qui s'est donné par amour pour vous.

Le mouvement de la purification vous montre ce qui est indigne de mon Fils afin que vous puissiez tout laisser entre les mains du Purificateur.

Regardez la croix, mes enfants! La croix est le signe de votre présence parmi tous ceux que vous avez autour de vous; vous avez autour de vous des enfants qui souffrent, des enfants qui ne voient pas, qui n'entendent pas la Volonté de Dieu en leur cœur parce que leur cœur est trop porté vers l'extérieur; ils refusent de s'abandonner, ils refusent de prendre au sérieux les signes du Ciel.

Le Ciel, mes enfants, vous parle; le Ciel vous fait connaître ce que vous êtes en train de vivre au présent.

Petits enfants d'amour, la Mère de Dieu est auprès de vous, elle vous guide, elle vous protège, elle vous apporte de la joie, afin que vous puissiez toujours avancer, avancer dans ce monde qui se construit avec l'amour.

Laissez-vous prendre par ce mouvement d'amour, laissez-vous envelopper, mes enfants, par l'amour de mon Fils; il m'a tout donné, j'ai pour vous tant de grâces; je veux vous amener, mes enfants, là où vous, vous ne pouvez pas aller, car votre souffrance extérieure est trop grande.

Tantôt, mes enfants, il y aura un grand mouvement qui rassemblera tous les enfants choisis de Dieu et tous les enfants qui sont avec les choisis de Dieu; ce grand rassemblement se fera par la toute-puissance du Saint-Esprit.

Tout cela, mes enfants, pour la plupart d'entre vous, (vous) avez déjà entendu que le Ciel viendra illuminer votre intérieur pour que vous puissiez vivre votre jugement sur la terre.

Ce mouvement, mes enfants, se fera lorsque Dieu le voudra; le Ciel vous prépare à tout cela, le Ciel vous met en face de ce qui s'en vient; chacun de vous a été choisi pour aider tous ceux qui doivent vivre ce mouvement d'amour.

Ce mouvement d'amour se fera dans la paix, se fera dans la joie pour tous ceux qui auront accepté de vivre ce temps de préparation; ce temps de préparation vous est accordé.

Tous ceux qui donnent à mon Fils leur vie, tous ceux qui donnent à mon Fils la vie de tous ceux qu'ils portent en eux reçoivent des grâces; la toute-puissance de Dieu leur montre des mouvements qui les font avancer.

Oh! enfants d'amour, ce que vous vivez est unique! Combien d'enfants, mes enfants, ont voulu vivre cela! Ceux qui, jadis, attendaient ce mouvement vous regardent et ils vous aident à vivre ce temps de purification.

Tout ce qui est autour de vous est voulu par Dieu.

Souvenez-vous, mes enfants, la grande déportation; souvenez-vous, mes enfants, la douleur, souvenez-vous les cris, souvenez-vous combien cela a été pénible la séparation; tout cela rappelait aux enfants leurs faiblesses, tout cela rappelait que l'homme, avec ses droits, a fait souffrir les enfants de Dieu, il faisait encore souffrir les enfants de Dieu.

Le Ciel avait préparé ces enfants par des grâces, car le Ciel savait ce qu'ils étaient pour vivre; la Mère de Dieu a intercédé auprès de la Trinité pour qu'ils obtiennent des grâces de force, de foi, d'espérance.

Offrir sa vie à la Mère de Dieu pour être protégé, c'est accepter les grâces du Ciel afin que tout soit dans la Volonté de Dieu et non des hommes; c'est grâce, mes enfants, de vivre cela comme étant un mouvement permis par Dieu, pour vous démontrer que Dieu prend soin de vous, que Dieu, malgré la volonté humaine, a un regard sur ses enfants.

Petits enfants d'amour, chaque enfant est toujours sous le regard de Dieu, chaque enfant a la protection de Dieu, même si les enfants ne regardent pas vers le Ciel, le Ciel les regarde.

Vous avez toujours gardé la foi et l'espérance parce que j'ai toujours veillé sur vous, je vous ai toujours protégés; ce qui vous garde tous unis les uns et les autres, c'est mon amour, l'amour d'une Mère pour ses enfants; mon amour vous a toujours maintenus dans cette unité.

Petits enfants de ce coin de pays, recevez la grâce de vous savoir toujours dans la tendresse de la Mère de Dieu; cela vous a toujours aidés et cela va continuer à vous aider, car vous aurez besoin de cette tendresse.

Autour de vous il y a de la souffrance, autour de vous, mes enfants, il y a de la confusion; on parle de désobéissance envers mon fils de prédilection, celui qui a été choisi par le Ciel pour guider l'Église de mon Fils.

Gardez-vous, mes enfants, de parler en mal de vos frères et de vos sœurs qui se laissent prendre aux pièges de Satan; Satan veut vous diviser, Satan veut faire de l'Église de mon Fils un mouvement de séparation.

La Mère de Dieu vient parler en votre cœur pour vous dire de toujours vous unir en pensée, en parole, en regard, en écoute, en action et en sentiment; ce mouvement, mes enfants, de l'amour réunit tous ces mouvements afin de former la charité.

Soyez charitables, mes enfants, vous qui recevez du Ciel les grâces pour vous maintenir dans l'obéissance à la tête de l'Église sur la terre; vous devez toujours regarder vers le Ciel et ne jamais perdre de vue que le Ciel a un regard sur vous.

Où que vous soyez, rien n'échappe à Dieu; la terre, mes enfants, est un mouvement de la présence même de Dieu, car si Dieu arrêtait son regard, la terre disparaîtrait.

Voyez-vous, mes enfants, vous êtes sur la terre par amour pour Dieu, et par amour pour Dieu vous devez être tous ensemble; ne regardez pas votre prochain qui se perd dans ses pensées, qui se meurt dans sa volonté : il s'écarte de la voie de Dieu.

Mon Fils bien-aimé, mon adorable Dieu d'amour, a donné sa vie afin de prendre tout mal et l'apporter à la mort pour que vous soyez tous sauvés, et vous avez tous été sauvés.

N'ayez pas peur lorsque vous entendez parler de désobéissance envers mon pape, car Dieu a voulu que la Mère de Dieu prenne sous sa protection votre pape; il est à Dieu et tous ceux qui regardent cet enfant choisi se regardent.

Il s'incline devant la Volonté de Dieu, il reconnaît que parmi ceux qui sont à sa droite, il y en a qui souffrent en leur intérieur à cause de leur volonté humaine et lui, il prie; il ne condamne pas, il suit les pas du Christ, il fait appel à tous ses membres pour leur demander de prier.

Voyez-vous, mes enfants, la prière, la prière est une arme d'amour, elle sait combattre le mal.

Ayez confiance à la Mère de Dieu.

Lorsque vous dites votre chapelet et que vous méditez la vie de mon Fils et ma vie, vous entrez dans le mouvement de l'obéissance et vous contrecarrez les plans de Satan.

Le Ciel, mes enfants, vous instruit, il vous montre comment vous comporter devant les pièges de Satan; cela, c'est pour vous démontrer que le Ciel connaît ce qui se passe, le Ciel vient vous parler pour toujours vous rappeler votre conduite.

Soyez à l'image de mon Fils, soyez à l'image de tous ceux qui ont accepté l'obéissance; vos ancêtres, mes enfants, sont un exemple pour vous; ils ont été déportés, mais dans leur cœur, ils ont toujours gardé la foi qu'un jour ils seront tous réunis pour vivre ensemble sur une terre d'amour où on ne les séparera plus jamais.

Voyez-vous, mes enfants, ce qu'ils ont vécu, c'est un exemple pour vous, vous devez en faire de même.

Demeurez droits devant mon Fils qui vous regarde, ayez la foi; si vous êtes contre les enfants de Dieu qui souffrent à cause de leur volonté humaine, vous devenez des enfants qui font souffrir ceux qui ne comprennent pas ce qu'ils vivent, ils ont tant de souffrances en eux; aidez-les, mes enfants, en demeurant dans la paix.

Ne suivez pas le Mauvais qui veut vous tromper, il se sert de l'orgueil pour vous atteindre, demeurez petits.

Vous êtes enfants de la Lumière, regardez les pièges de Satan à travers mon Cœur de Maman et vous comprendrez ce qui se passe à l'extérieur de vous; ne vous affolez pas lorsque vous écoutez le langage de ceux qui sont dans la désobéissance, demeurez dans la paix.

Petits enfants d'amour, la Mère de Dieu est avec vous, elle vous guide en ce temps de noirceur, ne suis-je pas l'Étoile qui brille et qui vous amène à bon port?

Soyez toujours en votre intérieur dans la paix, gardez la joie d'être tous sauvés par mon Fils; il a été victorieux du mal et cela est pour vous, mes enfants, tout comme cela était pour ceux qui sont partis loin de leur famille et qui n'ont pas encore rejoint cette terre; un jour, ils viendront, il y aura une grande joie, on fêtera, car on reviendra à la maison.

Oh! petits enfants d'amour, ce que le Ciel vous prépare à chaque instant dans votre vie est pour vous un mouvement d'éternité; tout ce qui est pour vous au présent est déjà inscrit dans l'éternité, à vous de vous accomplir en demeurant fidèles à ce que vous êtes : des enfants de Dieu, des enfants à la ressemblance de Dieu.

Moi, la Mère de Dieu, j'ai toujours eu confiance au Précieux Sang de mon Fils, j'ai toujours gardé en mon Cœur la grâce de vivre la victoire de mon Fils sur le mal : vivez cela, mes enfants, dans votre cœur lié à mon Cœur.

Tout ce que vous entendez est voulu de la Divine Volonté.

Soyez bénis, mes enfants, et au Nom de mon Fils, de mon Dieu d'amour, je vous bénis : «Que Dieu le Père en toute chose, que Dieu le Fils en son saint Sacrifice, que Dieu le Saint-Esprit en votre intérieur vous bénissent.

Amen, mes enfants.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Chacun de nous, nous devons vivre ces mouvements d'amour qui sont avec nous.

Ce qui se passe à l'extérieur de nous doit être donné à Dieu, cela ne doit pas brimer notre vie; oui, il est vrai que nous vivons dans une Église qui est souffrante, mais le Ciel nous a avertis de cela.

Nous, qui avons mis des enfants au monde, savons que l'enfantement est douloureux, nous savons qu'il y a une fin à cela, eh bien, c'est ce que nous sommes en train de vivre : l'Église souffre et nous devons soutenir l'Église.

La mère, lorsqu'elle accouche, est soutenue, est soutenue par le papa, est soutenue par les enfants ainés, est soutenue par la parenté; alors, nous devons être ainsi : nous devons soutenir l'Église, nous devons soutenir tous nos frères et nos sœurs qui sont membres de l'Église; nous sommes membres de l'Église et nous devons nous tenir ensemble unis.

Dieu nous rappelle que nous ne devons pas avoir une seule pensée contre nos frères : une seule.

Lorsque nous entendons parler de désobéissance envers notre Saint Père le Pape, nous devons donner cela à Jésus, à Marie; nous ne devons pas entrer dans le piège de Satan et en discuter entre nous; cela n'apporte pas de la nourriture à l'Église, c'est comme si on consentait à faire circuler un venin entre nous.

Si une seule goutte tombe dans un verre d'eau, tout le verre d'eau est contaminé, et tous ceux qui goûtent à ce verre d'eau sont contaminés; chaque parole, chaque écoute, regard, chaque pensée, action et sentiment qui ne nourrissent pas les enfants de Dieu : nos frères, nos sœurs – nos enfants sont nos frères et nos sœurs –, cela apporte du poison dans l'Église.

Comprenons ce que nous entendons par la puissance du Saint-Esprit.

Si la Mère de Dieu est venue nous parler directement en notre cœur ce soir, c'est parce qu'elle a entendu; elle entend nos lamentations, nos peurs; elle sait que nous avons mal à l'intérieur de nous à cause de ce qui se passe autour de nous : on veut désobéir à Benoît XVI, on n'accepte pas ce qu'il propage dans l'Église.

Eh bien, lorsque nous écoutons ces conversations et que nous laissons pénétrer cela à l'intérieur de nous, ça nous empoisonne, ça fait monter en nous des pensées, des pensées de jugement; et dans les dix commandements de Dieu, nous n'avons pas le droit de juger notre prochain : nous manquons envers les dix commandements de Dieu.

Nous ne voulons pas suivre Satan, nous ne voulons pas faire ce que Satan veut qu'on fasse, mais c'est ce qui se passe.

À l'instant où nous prenons conversation entre nous de ce qui se passe contre notre pape et que nous en faisons un échange, nous commettons des jugements contre notre prochain, contre nous-mêmes en premier; c'est contre nous-mêmes que nous faisons cela, car les pensées nous appartiennent, l'écoute nous appartient.

À nous de donner tout de suite ce que nous entendons : "Non, je ne veux pas de cela, Jésus, cela est contre tes enseignements; prends cela, Jésus, prends toutes les conséquences que cela a pu apporter en tous mes frères et mes sœurs."

Nous avons ce choix, nous avons le choix d'accepter de faire la Volonté de l'Amour ou notre volonté humaine qui souffre.

On ne veut pas faire souffrir l'Église, on ne veut pas désobéir à Dieu, mais notre volonté humaine est tellement habituée à écouter le mal qu'elle nous met dans la confusion; nous ne sommes même plus capables de comprendre ce qui est vrai et ce qui est faux, ce qui est permis, ce qui n'est pas permis; nous entrons dans le péché, car il est péché de parler contre notre prochain; nous manquons envers l'amour, l'amour que nous sommes.

Nous sommes l'amour, nous sommes enfants de Dieu, nous sommes faits de l'amour de Dieu, alors nous manquons envers cela; nous qui avons été nourris d'amour, nous qui avons reçu les dons du Saint-Esprit, nous qui sommes vivants par le souffle même de Dieu, nous trahissons ce que nous recevons.

Voyez-vous, Dieu vient parler dans notre cœur parce que nous sommes tous des priants; nous sortons notre chapelet et nous le présentons à Marie; nous prions la Vierge Marie de venir protéger qui nous sommes; nous demandons à Marie : "Prie pour nous, pauvres pécheurs, maintenant."

Eh bien, à chaque fois que nous disons notre chapelet, Maman Marie, elle ne cesse de prier pour nous; nous supplions Maman Marie de nous accorder des grâces afin que nous nous conduisions bien au présent, et Maman Marie, elle écoute nos demandes, elle en fait ses propres demandes.

Alors, elle vient parler, dire : «Attention, mes enfants, Satan est en train de vous amener là où il veut vous amener : dans la division.»

Nous étions un peuple, un peuple choisi par Dieu; on vivait tous ensemble dans la souffrance lorsqu'on était dans la France; on était tous frères et sœurs dans le sein de nos ancêtres; notre chair se reconnaissait être de Dieu, nous n'avions pas les pensées que nous avons aujourd'hui.

Les pensées de nos parents, de nos arrière-grands-parents, arrière arrière-grands-parents étaient dans la souffrance, mais ils voulaient, ils voulaient quand même une unité, c'est ensemble qu'ils ont pris le bateau pour traverser la mer et c'est ensemble qu'ils sont venus ici sur cette terre.

Ils ont été, par la croix, choisis, car c'est la croix qui nous a guidés ici, c'est la croix qui nous a amenés ici et c'est encore la croix qui nous accueille ici.

Lorsque nous sommes ensemble ici, nous sommes tous frères et sœurs et nous accueillons tous ceux qui sont ici comme frères et sœurs, car ce pays appartient à la Croix, ce pays appartient à Dieu; il nous a été ouvert afin qu'on puisse accueillir l'être que nous sommes et accueillir tous ceux qui sont ici et qui viennent ici.

Nous sommes dans le pays de Dieu, nous marchons ensemble dans la souffrance, c'est vrai; chaque jour, Satan veut nous diviser; chaque jour, Satan met devant nous des pièges afin de nous diviser.

Nous parlons qu'une seule langue et c'est la langue de l'amour, c'est celle qui écoute, car elle parle directement dans notre cœur; rien ne peut nous enlever ce langage, rien ne peut mettre du poison dans ce langage si nous le donnons continuellement au Cœur de Marie afin de nous laisser plonger dans le Cœur de Jésus.

Maman Marie vient nous dire encore : «Attention, ne vous divisez pas, vous êtes un peuple, vous êtes tous enfants de Dieu, vous êtes le peuple choisi par Dieu pour entrer dans sa Terre Promise.»

Jésus est en nous tout comme il était en Abraham; Dieu a parlé à Abraham et Dieu a dit à Abraham : «Regarde le ciel, autant qu'il y a d'étoiles, autant il y aura d'enfants qui entreront dans la Terre Promise, ce seront tes descendants.»

Nous sommes de la descendance des enfants de la Promesse et cette Promesse est devant nous, elle est vivante, elle est toujours devant nous.

Nous entrons dans une terre d'amour, là où il n'y aura que de la joie, là où la terre règnera dans les cœurs, là où nous saurons qu'il n'y a qu'un seul Dieu, là où nous aurons qu'un seul langage : le langage d'amour; nous aurons les yeux de ceux qui ont toujours marché vers la Terre Promise, car nos yeux marchent vers l'amour.

Lorsque nous regardons devant nous, nous regardons la croix; c'est elle qui nous a guidés ici et c'est elle qui nous guide à tous les jours.

Tout comme nos ancêtres en France, ils ont regardé la croix, là, lorsqu'ils étaient évangélisés par ceux qui avaient eu la croix devant leurs yeux, la croix qui a été notre terre d'amour.

Jésus a été cloué à un bois et ce bois est sorti de la terre, de la terre d'amour, et ce bois avait été choisi depuis toute éternité afin de porter le Fils de Dieu qui était pour nous amener à la Terre Promise.

Cette croix, c'est nous, c'est chacun de nous; nous sommes de la croix, nous sommes de la terre, nous sommes matière : nous sommes matière en Jésus, car tout est sorti de la Matière Éternelle, de la Chair Éternelle, de l'Homme-Dieu.

Tout est déjà accompli.

La croix est pour nous le chemin qui nous amène vers le bonheur éternel; la croix est la victoire sur tout ce qui a fait de nous des enfants qui ont regardé autres que la croix.

Nous sommes tous ensemble pour vivre sur une terre d'amour et cette terre d'amour, c'est la terre entière; où que nous soyons, nous sommes tous ensemble.

Qu'un seul enfant marche sur la terre, nous marchons en lui; qu'un seul regarde la croix, nous regardons la croix; qu'un seul dise : "Oui, tout pour toi, Dieu d'amour", nous sommes en lui et nous disons : "Oui, tout pour toi."

Ce que nous sommes, nous le sommes pour Dieu; nous sommes une chair et c'est la Chair du Christ, celle qui est éternelle, il n'y en a pas deux, il n'y en a qu'une seule.

Nous sommes tous unité d'amour, ne nous séparons pas, car lorsque nous nous séparons, que cela soit par une pensée, nous souffrons; que ce soit seulement parce que nous venons d'accepter une écoute qui n'est pas amour, nous souffrons, cela nous fait souffrir.

Nous sommes l'amour, alors conduisons-nous en êtres d'amour, c'est ce que Maman Marie nous demande.

Nous allons prendre un court instant où nous allons nous lever, afin de nous reposer un peu. Prenons dix minutes, s'il vous plait.