Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Cesson, France,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus.

 

2008-03-04 – Soir  Partie 2

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Jésus vient parler au peuple de Dieu. Il a dit : «Je viendrai rassembler mon peuple de par le monde, je parlerai dans leur cœur afin que leur cœur de pierre se change en cœur de chair, et ils sauront qu’il n’y a qu’un seul Dieu.»

Eh bien, Dieu vient parler en notre cœur, il vient nous dévoiler ce que, nous, on voulait connaître, mais qui n’était pas le temps. Il vient nous dire la cause de notre manque d’amour envers nous-mêmes, il vient nous montrer ce qu’on a fait avec nos mauvais choix. Il vient devant nous pour nous dire que tout ce que nous vivons et qui nous fait souffrir il est le seul qui va nous consoler, nous guérir. Tout cela, il va le faire avec nous.

Les paroles seront des paroles qui iront vers tous les enfants du monde : ces paroles vont guérir de l’intérieur et non pas (de) l’extérieur.

Une âme, c’est l’amour de Dieu, c’est ce qui nous nous nourrit continuellement, nous qui sommes si attachés à cette matière, à cette chair! L’âme va recevoir des grâces comme jamais elle en a reçues, et nous serons plongés avec notre chair meurtrie dans ces grâces, et ces grâces nous serons données par Dieu. Le sacrement de la Pénitence sera essentiel, le sacrement de l’Eucharistie sera pour nous plus important que la nourriture pour notre chair.

La vie prendra sa place, car la vie spirituelle est plus importante : c’est elle qui maintient la vie temporelle sur la terre. Mais elle parlera avec la force de Dieu, elle dira à notre vie temporelle : "Donne-toi à ton Dieu. Sois la saveur de Dieu. Aie confiance en Dieu. Malgré que tu m’as fait souffrir, j’ai toujours été là à t’aimer; malgré ton indifférence à ma souffrance, j’ai toujours écouté Dieu afin que tu reçoives la force d’avancer. J’ai été à ton écoute lorsque tu pleurais et Dieu me disait : «Abandonne-toi, car ce que je te donne, c’est pour la chair.» Toi, je te sais être dans mon mouvement d’amour, mais toi, tu ne le savais pas, alors laisse-moi te consoler. J’ai entendu ton cri et j’ai demandé à Dieu d’être à l’écoute."

Notre âme est ainsi. Notre âme a toujours été fidèle à son Époux, à sa lumière, à sa beauté. L’âme est dans son mouvement d’amour, toujours et toujours, malgré que nous l’ayons négligée. Elle veut pour nous la vie immortelle, car Dieu a parlé à l’âme avant de nous parler, il a préparé notre âme à écouter l’appel de Dieu afin que nous entrions dans l’appel de Dieu. Notre âme a contribué à ce que nous, nous soyons dans notre oui et cela s’est fait par les grâces, par les grâces du sacrement de la Pénitence, de l’Eucharistie.

Satan ne voulait pas cela. Satan a tout fait pour que nous puissions juger les prêtres pour ne pas aller vers les sacrements, car il voyait que, malgré ses pièges, on allait à la confesse, malgré ses pièges, on allait communier. Tout cela, il le voyait bien, il le voyait dans nos yeux, il le voyait dans nos gestes, malgré que lorsqu’on revenait de la communion, on retombait dans nos jugements à cause de la volonté humaine qui nous faisait souffrir dans notre chair.

Alors, il est là le temps de l’amour. Nous entrons dans le temps de l’amour, nous saisissons ce temps. Notre chair, maintenant, est à l’écoute de notre intérieur : elle pénètre là où aucun humain ne pouvait nous faire pénétrer, elle saisit la chair, le mouvement de l’amour.

Car le mouvement de l’amour, c’est Dieu. Aucun être humain ne pouvait faire saisir à notre chair ce mouvement, aucun. Il a fallu qu’on prononce le oui à l’Amour, et lorsque le oui à l’Amour fut prononcé, là il y eut un mouvement, un mouvement voulu de Dieu. Tout commençait : la Purification de la chair.

Nous ne pourrons être dans la civilisation de l’amour avec une chair meurtrie. C’est avec une chair meurtrie que Satan nous a utilisés contre les autres. Alors, pour ne pas être contre les autres, nous allons laisser notre Dieu purifier notre chair. Tout ce que nous aurons à faire, c’est : "Je te donne : je te donne mes souffrances, je te donne mes refus, je te donne mes mauvais choix. Tout ce que j’ai pu faire avec mon regard, mes pensées, mon écoute, mes paroles, mes mouvements, mes sentiments, tout ce que tu connais de moi, eh bien, tu vas m’apprendre à te les donner."

Tout cela, c’est Dieu qui nous le dit. Cela va se faire par la puissance du Saint-Esprit. Tout ce qui a été caché à l’intérieur de nous par la souffrance rejaillira de nous et nous donnerons. Une pensée qui, jadis, nous a fait souffrir et qui a été cachée en nous ressurgira et nous donnerons cette pensée, nous donnerons : cause, choix et conséquences de cette pensée, et Jésus va arracher la cause qui est le mal en notre chair.

Jésus va purifier de son feu d’amour les mauvais choix que nous, nous avons faits. Jésus va libérer, guérir notre chair qui souffre, qui a des maladies, qui nous maintient faibles. Ce sont les conséquences de nos mauvais choix devant le péché, et cela, du tout début de la Genèse, du tout début, lorsque Caïn a levé la main sur son frère. Cela se fera en nous et c’est Dieu qui va le faire, ce n’est pas nous. Nous, nous ne connaissons pas pourquoi nous sommes des personnes qui jugeons, pourquoi on juge si facilement. Qui le premier a jugé, qui le premier a choisi de juger, et quelle est donc la cause qui a amené un enfant de Dieu à juger? Nous n’avons pas à le savoir. Dieu, lui, le sait. Nous allons vivre cela au présent. Nous ne chercherons pas à trouver la cause, nous n’aurons pas besoin de nous souvenir des choix passés : nous vivrons le présent, et cela se fera au rythme de Dieu.

À chaque fois que nous avons fait un mauvais choix devant le péché, que ce soit nous ou que ce soit il y a 5 000 ans, nous portons la même chair. Alors, que ce soit un mauvais choix qui a été fait devant une tentation, eh bien, cela ressurgira de nous : nous en sentirons les conséquences; cela veut dire que, tout d’un coup : 'J’ai peur, oui j’ai peur, parce que je me trouve devant une situation', eh bien, nous allons donner cette peur qui se réveille. Nous allons apprendre tranquillement à donner : cause, choix et conséquences au Purificateur, et, à cet instant, ce que la peur a fait en nous sera guéri, la cause de la peur sera arrachée, les choix seront purifiés et la conséquence sera guérie.

Tout cela nous le ressentirons en nous, parce qu’il y aura un bienfait de paix. Plus cela se fera et plus la paix demeurera en nous. Mais Dieu nous dit : «Vous ne vous arrêterez pas sur un seul mouvement», parce que, combien de fois il y eut de la peur en ce monde? On ne peut pas le calculer.

Si nous voulons que notre chair soit immortelle, alors il faut que toutes les chairs soient purifiées. Nous portons en nous toutes les chairs. La chair, d’ailleurs, ce ne sont pas toutes les chairs, il n’y a qu’une seule chair[1].

Ce que Dieu veut nous donner, ce sont des réponses à nos souffrances, c’est de l’espérance à notre manque de foi. Nous devons nous maintenir dans l’espérance, et Dieu va nous nourrir, va nous montrer. Tout cela nous semble, en ce moment, être un peu ambigu, mais laissons tout à Dieu. Ce n’est pas en deux heures que vous allez comprendre les mouvements depuis Adam et Ève, il y en a tant : c’est avec le temps.

Le Saint-Esprit va faire en nous des mouvements qui vont être pour nous, pas contre nous. Nous aurons besoin de l’un et de l’autre afin d’avancer ensemble.

Satan va tout faire pour vous décourager. Satan va dire : "Tu vas renoncer à ta volonté humaine : qui va penser pour toi? Tu vas renoncer à ta volonté humaine : qu’est-ce que tu vas faire pour aller travailler? Tu vas renoncer à ta volonté humaine : alors, dis-moi, qui va payer ton loyer?" Il va nous maintenir dans ces interrogations. Il va se servir de tout ce que nous avons toujours consenti à lui accorder : la volonté humaine.

La volonté humaine nous a toujours fait faire des mauvais choix, pourquoi? Parce que la volonté humaine a tellement, tellement été dans sa liberté : liberté de choisir entre le bien et le mal, que maintenant elle n’écoute que le mal, car Satan s’est rendu maître de la volonté humaine.

Si nous continuons à vouloir garder notre volonté humaine, nous allons directement à la mort éternelle. Mais Dieu veut qu’on renonce à notre volonté humaine, il veut nous replonger dans la Divine Volonté.

Lorsqu’Adam et Ève ont désobéi : ils ont connu leur volonté humaine; là, tout s’est embrouillé : leurs pensées, leurs regards, leurs paroles, leur écoute, leurs mouvements, leurs sentiments, tout y a passé. Ils sont devenus des enfants comme étant incapables de comprendre l’amour qu’ils étaient. Alors, Adam nous a fait sortir de la Divine Volonté pour nous faire connaître la volonté humaine.

Alors Jésus seul va nous faire ré-entrer dans la Divine Volonté pour qu’on puisse être amour sans la volonté humaine. Mais la volonté humaine ne voudra pas; on lui a donné tellement de pouvoirs sur nous qu’elle va tout faire pour nous maintenir dans la souffrance. Elle est la maîtresse de l’âme. Imaginez-vous, notre volonté humaine est devenue la maîtresse de notre âme!

Notre âme qui est à Dieu souffre à cause de notre volonté humaine. C’est elle qui dirige la vie spirituelle, elle nous a montré comment prendre soin de notre vie extérieure plus que de notre vie intérieure, nous sommes venus à oublier qui nous sommes : des enfants de Dieu, des enfants parfaits, des enfants faits pour la vie éternelle.

Dès l’instant où nous venons sur la terre, nous avons toujours été éternels. Nous avons été dans le sein de notre maman parce que Dieu a dit : «C’est le temps maintenant, va.» Nous étions en la Chair Éternelle, en Jésus, en Celui qui s’est laissé voir aux anges, aux esprits purs.

Au moment où il s’est montré avec son contenu, ils ont vu, ils ont vu Dieu le Fils, ils ont vu la Chair Éternelle, la Matière Parfaite. Mais des anges n’ont pas voulu adorer la Matière Parfaite, ils n’ont pas voulu adorer le Fils de Dieu Homme- Dieu, ils n’ont pas voulu; alors, ils ont refusé la Lumière, ils sont devenus des esprits de ténèbres. Mais nous, nous étions en la Chair Parfaite, nous étions les choisis de Dieu.

Ce que nous vivons en ce moment a été devant Dieu. Dieu connaît tout de nous. Souvenons-nous, lorsqu’on était tout petits, (on) disait : "Dieu, c’est un Esprit pur : il voit tout et il sait tout. Il sait quoi, ma vie? Je ne suis même pas sur la terre. Il me voit? Mais comment a-t-il pu voir puisque je suis né seulement que depuis quelques années? Et nos grands-parents ont su que Dieu savait tout, voyait tout. Oups! il y a une lacune, je n’étais pas là moi, il ne pouvait pas me connaître."

Oui, nous étions choisis, nous étions en Jésus. La Chair Parfaite, qui est la Chair du Fils de Dieu, nous a portés; c’est à partir de ce que nous avons reçu : la chair. Nous ne pouvons recevoir la chair d’aucune chair, il a fallu qu’il y ait une chair parfaite pour que nous soyons chairs.

Alors Adam, lorsqu’il a été créé, il a été créé avec la Chair de Dieu. Il était avant d’être sur la terre. Lorsque Dieu prit le mouvement de la terre, lorsque Dieu insuffla en lui la vie, alors Adam se présentait à Dieu parce que Dieu le voulait là en ce temps : il prit ce qui était pour Lui.

Lorsque Dieu le Fils créa tout ce qui était l’univers et son contenu, la terre et son contenu, il présenta à ses créatures ce qu’il voulait leur donner, ce qui était pour eux : tout leur était accordé. Tout n’était que beauté pour eux, car ce qui était devant eux, c’était l’amour de Dieu pour ses créatures, c’était l’amour d’un Dieu pour tous les êtres humains.

Tout ce que l’homme est est le contenu de l’univers; tout ce que l’homme est, c’est le contenu de tout ce qui est de la terre, car il a tout reçu de Dieu. Et lorsque l’homme fut sur la terre, Dieu prit ce qui était pour lui et il en forma son image : il insuffla l’amour, l’amour qui était pour lui. Lui qui était en Jésus était devant Jésus, était devant Dieu le Père, était devant Dieu le Saint-Esprit : mouvement d’amour qui donnait et mouvement d’amour qui se présentait : la chair de la Chair voyait sa chair. La chair de la Chair était devant son mouvement d’amour, car tout était venu de Lui, car il était le Créateur de cette chair : l’homme est ainsi.

L’homme est la vie de Dieu, il porte la vie en lui, il est le mouvement de l’amour, le mouvement qui donne la vie et Dieu prit la vie et il fit la femme; avec la vie, la femme fut, et la femme a été devant son Créateur : Dieu. Elle contemplait ce mouvement et elle apprenait à donner, à donner, et à donner le mouvement qu’elle avait reçu.

Lorsque la vie pénètre la vie, la vie entre dans sa création et la créature qui reçoit ce mouvement d’amour donne : donne l’amour, ne cesse de donner l’amour pour donner à son Créateur le fruit de son amour.

La Chair Éternelle a créé la chair et la chair a été mouvement qui se donne pour créer la chair, car la femme est le mouvement de Dieu, elle vient de la Chair Éternelle par la chair de l’homme. L’homme et la femme ne font qu’une seule chair : il y a la multiplication, car la chair qui rencontre la chair donne à Dieu son fruit, et voilà que la chair se présente. Et voilà que la chair veut encore donner sans cesse et sans cesse son mouvement d’amour, et ce que la chair présente à son Créateur, c’est son amour : mouvement éternel, mouvement qui ne cesse de se donner et de se donner pour son Dieu.

Il n’y a qu’un seul Créateur, il n’y a qu’un seul Mouvement : l’Amour. Dieu est essence d’amour, Dieu donne sans cesse et sans cesse et l’amour se redonne et se redonne, car l’amour est ainsi.

Nous sommes mouvements d’amour, nous sommes faits de la chair de la Chair et seule la chair de la chair redonnera à la chair, qui s’est laissé prendre par la séduction de celui qui a refusé d’adorer la Chair, son mouvement de pureté. Nous redeviendrons une chair parfaite comme Adam et Ève avant le péché et ce que nous serons, nous serons encore dans un mouvement encore plus parfait encore, car nous aurons passé l’épreuve qu’ils auraient dû passer.

Car Dieu demandait à ses créatures de lui donner l’amour avec la perfection de ce que la créature avait reçu de Dieu : l’amour, l’amour parfait; alors, nous donnerons à notre Dieu ce qu’il nous a toujours donné : de l’amour.

Cela ne semble pas être quelque chose d’irréalisable puisque nous sommes ici, puisque nous avons consenti à nous faire souffrir et, malgré tout cela, nous cherchons toujours l’amour : c’est que nous sommes faits d’amour.

Le tout petit bébé, lorsqu’il regarde maman, lui, regarde l’amour; lorsqu’il regarde papa, il regarde l’amour : il vient de l’amour. Il est plus près de l’amour que nous, nous sommes près de l’amour. C’est en vieillissant, c’est en acceptant les souffrances des autres et qu’on la met là, à l’intérieur de nous, que nous nous sommes éloignés de l’amour, de ce que nous étions.

Lui, il est beaucoup plus facile à croire qu’il est amour que nous parce qu’il se sait amour. Il cherche l’amour toujours dans les yeux de maman, de papa, de son petit frère, de sa petite sœur. Nous, à force de vieillir, on se demande : "Ah! c’est vrai? C’est quoi ça, l’amour? C’est quoi le bonheur? C’est vrai ça? Je vais l’atteindre un jour?" Voyez-vous, on écoute des paroles qui viennent de Dieu et on se demande : "Aïe! c’est vrai ça? C’est bien vrai qu’on va devenir immortels? Eh! ça ne se peut pas! C’est impossible!"

Eh bien, d’où venons-nous? Nous venons de la Perfection, nous ne venons pas du singe. Pour ceux qui ont l’Internet, allez voir Saint-Étienne de Bolton, au mois de mai 2007, vous allez avoir des réponses. Là, nous en aurions encore jusqu’à au moins minuit, si on en parlait un tout petit peu.

Le Seigneur nous a dévoilé d’où venaient les êtres dont Caïn avait peur. Lorsqu’il a reçu la marque sur le front, lorsqu’il a tué Abel, Dieu le chassa au loin, mais il a dit quelque chose à Dieu : "On va me tuer." Alors, il y avait donc des êtres sur la terre qui connaissaient le mal : le mal.

Les enfants d’Adam et Ève, leur descendance, ne connaissaient pas le mal, ils connaissaient la souffrance de la tache originelle : «Tu travailleras la terre, tu enfanteras dans la douleur.» Mais ils étaient comblés par Dieu : Dieu leur montrait comment travailler la terre, Dieu leur montrait comment utiliser toutes les plantes, leur montrait quoi faire pour s’habiller; tout cela, c’était fait avec l’intelligence de Dieu. Alors, ils étaient bons entre eux jusqu’au moment où Caïn a levé la main sur son frère. Là, il a été marqué, c’est sa chair qui a été marquée : voilà que la chair venait d’avoir une marque en elle. Lorsqu’il s’est éloigné, il s’est éloigné avec sa descendance.

Adam et Ève ont vécu pas loin de 1 000 ans. Ils avaient un sang parfait, alors ils se multipliaient : ils se multipliaient entre eux.

Caïn avait une descendance, alors il est parti avec sa descendance au loin. Là, il a rencontré ces êtres, ces êtres qui avaient été de la malice de Satan, car les démons qui ont été chassés loin de la Lumière, certains ont plané sur la terre et lorsque les animaux furent, ils ont habité les animaux, les transformant : animaux d’une espèce qui s’accouple avec un animal, un autre. Qu’est-ce que cela fait? Mutation. Cela a fait une espèce, encore et encore jusqu’à atteindre la ressemblance de l’homme.

Les esprits impurs ont une intelligence au-delà de tout ce que nous, nous pouvons comprendre. Imaginez! Dieu a dit : «Prenez un petit diable, le plus bas de la hiérarchie des démons, et mettez-vous ensemble, à partir d’Adam jusqu’au dernier qui va être créé, il est plus fort que vous.»

Alors, imaginons Satan; lui, il a vu, il a vu la Perfection. Lorsqu’il a refusé d’adorer Dieu, c’est dans un mouvement éternel qu’il a vu; alors, il a vu la beauté, il a vu la perfection du Fils de Dieu fait Homme et tout ce qu’il voyait pouvait percevoir ce que nous étions, alors il a voulu nous détruire. Alors, pour cela, il n’a pas attendu que l’homme soit là, il a commencé : il a transformé.

Tout cela nous a été révélé par Dieu qui nous a dit : «Je vais vous amener là où vous n’êtes pas capables d’aller : dans le temps.» C’est comme si le présent, il ne nous a pas, nous, reculés, c’est qu’il nous a fait présence : le temps où Caïn était est devenu pour nous quelque chose de présent.

De l’intérieur, c’est comme si on comprenait tout ce qui se passait en écoutant ce que Dieu nous disait. On pénétrait des mouvements et cela nous a fait comprendre qu’il y eut des êtres avant nous et ces êtres sont devenus semblables aux créatures de Dieu. Ils n’étaient pas des hommes ni des femmes, ils étaient des êtres et ils étaient habités des démons.

Alors, les démons dans ces êtres avaient un but : approcher la femme afin de séduire la femme pour atteindre l’homme, et cela, ils l’ont fait avec beaucoup de ruse. Lorsqu’ils ont approché la femme, là, ils lui ont montré comment se comporter. Parce que les démons étudiaient les humains avant, ces êtres étudiaient comment ils priaient, louangeaient Dieu, comment ils se comportaient entre eux. Ils apprenaient leur langage, leurs comportements, comment ils se nourrissaient entre eux; alors, tout cela, ils apprenaient, ils apprenaient. Alors, lorsqu'est venu le moment, là ils ont approché, et là, ils ont attiré la femme en premier.

Ils leur ont montré comment se maquiller, comment se servir de métaux pour orner leurs oreilles, orner leurs chevilles, leurs hanches. Ils leur montraient comment se coiffer, ils leur montraient comment s’habiller, ils leur montraient comment marcher, se déhancher, ils leur montraient comment être dans le mouvement sous des sons, avec des sons qui leur faisaient développer quelque chose à l’intérieur d’elles. Ils développaient en elles des mouvements afin que leurs sens soient quelque chose de très important pour elles, alors elles sont devenues des femmes qui étaient dans leurs sens. Elles ont appris à aimer ça, elles ne voulaient plus se passer de ça.

Lorsque ces êtres ont séduit les femmes, les femmes se sont laissé séduire, alors il y eut des mouvements impurs, très impurs : ces femmes ont couché avec ces êtres. Alors, ces êtres ont voulu les hommes : ces femmes, ils s’en servaient pour attirer l’homme, et l’homme a approché, et l’homme aussi s’est laissé séduire : ils développaient leurs sens.

Ils devenaient esclaves de ce qu’ils ressentaient. Ils sont devenus possesseurs, dominateurs, ils ont appris à se cacher, à ne pas montrer qu’ils étaient des êtres manipulés par les sens. Ils voulaient toujours être dans la force de ce qu’ils étaient, mais lorsqu’ils faisaient des actes impurs avec les animaux, eux aussi, ils se le cachaient. Car l’homme, en lui, a la force de  Dieu, a la droiture de Dieu : il est fait comme ça l’homme; alors, pour ne pas se détruire, il se cachait des choses, il ne démontrait pas ce qu’il acceptait.

Cela a fait que les hommes et les femmes ont eu des enfants du mal. Ils sont devenus plus bas que les animaux, car les animaux, eux, n’avaient pas d’âme, ils vivaient d’instinct. Mais l’homme et la femme avaient le choix de dire non, oui, mais ils choisissaient le mal. Ils (étaient tant) dans le mal qu’ils sont devenus des êtres de malice à leur tour.  Alors, ils ont été vers les enfants d’Adam et Ève pour les corrompre, et cela les a corrompus eux aussi.

Et Dieu regardait ce qu’ils étaient devenus; il n’y restait (de bon) que Noé et sa famille, alors Dieu détruisit les enfants du mal.

Mais il y eut quelque chose : c’est que dans la famille de Noé, il y avait les enfants de Noé, il y avait les femmes. Croyez-vous, Dieu a dit comme ça, qu’eux avaient des enfants? Car cela a pris plus de 100 ans à construire, alors ils ont eu des enfants. Il y eut un être qui est venu au monde, parce que l’un des descendants de Noé a été dans l’impureté, ce qui a fait qu’ils ont amené un enfant du mal et Noé, lui, ne (le) savait pas et on s’est cachés de lui dire qu’il y a eu de l’impureté, et de cela est venu un enfant.

Alors, cet enfant est entré dans l’arche, mais c’était un enfant du mal. Lorsqu’il a sorti de l’arche, il a grandi, il était intelligent. Là, Satan est devenu son maître.

Parce que lorsque Dieu a parlé, j’ai vu, j’ai vu à l’intérieur de moi : il y avait un homme, j’ai vu un genre de caverne; c’était noir dans la caverne et j’ai vu un être qui était comme penché, et là, il y avait en avant de lui comme un genre de gros chaudron, et de cela sortaient des étincelles de plusieurs couleurs. Il y avait un être en avant de lui, suspendu dans les airs : il était tout noir, je n’ai pas vu son visage, il était noir, mais j’ai entendu sa voix, il parlait à celui qui était penché, il lui promettait pouvoir sur tout, il lui disait qu’on se souviendrait toujours de lui, car son nom serait dans les étoiles.

Alors, lui s’est donné. Il apprenait, c’était son maître : il apprenait, il apprenait, il apprenait. Il lui a montré comment se servir d’herbes, de pierres, il lui a montré comment séduire les humains : il apprenait, c’était son élève.

Alors là, il a instruit les enfants de la descendance de Noé, si bien qu’ils (en) sont venus à ne plus écouter ce que Dieu attendait d’eux : ils étaient séduits. Il est devenu pour eux un être plus important que Dieu.

Alors, ça nous a amenés à la tour de Babel et Dieu nous a dit, comme ça, qu’ils ont voulu s’attaquer à Dieu. Alors, Dieu aimait tellement ses enfants qu’il n’a pas voulu les détruire, oh non! mais il a multiplié les langues et c’est là qu’ils se sont répandus. Mais ils avaient le mal en eux encore, malgré qu’il y en avait qui voulaient, que Dieu les voyait.

Aujourd’hui, regardons Dieu, après qu'il ait continué à nous parler : nous, on consulte l’horoscope, alors que (tout) vient de lui. Nous, on fait confiance aux pierres magnétiques, à ces pouvoirs; il y a des plantes qui donnent de l’illusion : tout cela vient du mal. L’idolâtrie vient du mal, car cet être eut des enfants et cela s’est propagé encore et encore.

Nous avons beaucoup été instruits en 2007 de tout ce que le Nouvel Âge a pu faire en ce monde. Et il dit que la terre est enveloppée d’une telle épaisseur de noirceur, et que cela, c’est à cause du Nouvel Âge, pas seulement de ça, mais le Nouvel Âge a contribué à faire souffrir les enfants de Dieu.

Souvenons-nous que le Nouvel Âge, c’est le moi, et le moi c’est Satan. Parce qu’à l’instant où Satan a été devant le Fils de Dieu fait Homme, lui qui recevait sa beauté par la lumière venait d’interrompe ce mouvement de lumière qui se reflétait sur lui, et comme il était un ange pour adorer et servir, contempler, alors il s’est adoré, il s’est servi, il s’est contemplé. Parce qu’il ne voulait plus, alors une noirceur est venue et là, tout a tourné vers lui : le moi. Et comme il était fait pour toujours recevoir de Dieu et redonner à Dieu, il ne pouvait plus faire ce mouvement : il avait choisi, alors tout a tourné vers lui, le moi.

Alors, nous allons nous arrêter ici. Merci Seigneur.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : C’est bien, Nicole? Nous avons eu beaucoup d'enseignements de Dieu depuis 2001.

Il a commencé par nous parler beaucoup d’amour. Non! Il a commencé à nous parler, après, de nous et les enseignements ont été, ont été….

Cela nous a amenés toujours dans son vouloir : à Dieu. On n’était pas prêts à entendre, au tout début, ce que nous entendons là.

Nous, il nous a montré sa création; après : le mouvement dans le mouvement, les cellules qui se nourrissent entre elles et l’importance des cellules dans la chair. Il nous a parlé de notre chair et il nous a parlé de la terre, de la création.

C’est seulement en 2007 que nous avons entendu ces paroles. C’est en nous ces paroles, mais nous n’étions pas prêts à les entendre.

Nous vivons un temps où Dieu nous instruit, et non pas pour notre curiosité, il ne vient pas instruire notre intelligence. Il nous parle ainsi pour qu’on puisse apprendre à connaître ce qui a été dans notre vie, afin qu’on puisse réaliser que nous avons été tentés; nous avons fait des choix devant la tentation et nous en vivons les conséquences.

Si on regarde l’Ancien Testament, tous ceux qui regardaient les idoles, tous ceux qui s’adonnaient aux idoles, tous ceux qui conservaient tout ce qui était contre Dieu : Dieu détournait son regard, il les laissait dans leurs conséquences. Alors, il y avait des guerres, il y avait beaucoup de destruction et lorsque le peuple se remettait à crier vers Dieu, alors Dieu répondait à leur appel et là, l’homme encore retombait dans son idolâtrie. Alors, encore une fois, il vivait ses conséquences.

Alors, c’est la même chose qu’on fait, Dieu dit. Mais là, il a dit qu’on a touché le fond du baril : là, nous sommes prêts à renoncer à notre volonté humaine parce que nous savons que nous avons été très bas : c’est le moment. Il a dit comme ça : «Si je vous avais, mes enfants, demandé de renoncer à votre volonté humaine, il y a 30 ans seulement» : on aurait dit non. On aurait refusé à Dieu, ça.

Maintenant, on est prêts. Les enfants qui portent un oui en eux sont prêts à le prononcer, mais Dieu dit : «Je vais demander à mes tout petits beaucoup de sacrifices, dans la joie, afin qu’eux obtiennent des grâces pour qu’ils vivent leur purification avec les grâces de Dieu car, sans les grâces, ils vont souffrir beaucoup.» Alors, Dieu ne veut pas qu’ils souffrent.

Alors, il nous demande, nous, de les aider. Voilà pourquoi il fait des petits groupes comme ça. Dieu ne veut pas parler, là, à un million de personnes, il ne fait pas ça Dieu, parce qu’il sait qu’à travers tous ses enfants, il y en a qui ne sont pas prêts à prononcer leur oui, alors il prend soin d’eux.

Vous savez, au Canada même, il y a un poste de radio qui voulait se servir de l’instrument que je suis pour parler et Dieu a refusé. Dieu n’a pas voulu, parce qu’il savait qu’on aurait voulu se servir de la volonté humaine.

Dieu me maintient complètement dans l’ignorance. Depuis des années, avant même que j’entende Maman Marie en 2001, j’avais délaissé la télévision, je ne lisais aucun journal, je ne lisais aucune revue, absolument rien. Je ne savais pas que la Sainte Vierge apparaissait, comme j’ai dit cet après-midi. Je ne connaissais rien des messagers, j’étais avec mon mari, mes trois enfants : c’était ma vie.

Moi, je demeure à deux heures de Québec, à peu près trois heures de Québec. Je n’allais pas dans ces endroits-là parce que mon mari, c’était un homme très tranquille : sa petite affaire; alors, j’étais avec lui. C’était très rare que j’allais à Montréal, très, très, très rare. J’étais là, avec mon mari, ma petite affaire, ma petite vie.

Alors, il est venu prendre quelqu’un qui ne connaissait pas ce qu’était la Purification de la chair, ne connaissait pas ce qu’était ce qu’il nous apprend là. Il ne veut pas que je lise les messagers, il ne veut même pas que je lise Maria Valtorta. Hey, il dit comme ça : «Tu vas mettre tes connaissances devant ce que je t’apprends»; alors, il ne veut pas.
Lorsque je répète, j’entends en même temps que vous les mots au moment où je les entends. Je ne les sais pas en moi; je ne les vis pas en moi à la fraction, c’est ma parole que je peux entendre de l’extérieur, mais il ne faut pas que je sois attentive à ça, à ce qui est extérieur, car je ne peux pas faire les deux. C’est lui qui fait tout sans effort : nous formons un tout.

Ce que vous êtes est aussi important que ce que je suis, parce qu’il me donne cet abandon afin que vous puissiez entendre ce qu’il y a à l’intérieur de vous. Lorsque j’ai les yeux fermés, bien, j’entends une voix et je répète mot pour mot la voix, mais je n’ai pas de contrôle sur la voix, je n’ai pas de contrôle sur le ton; ça, c’est son affaire! Je n’ai pas à retenir rien, ni à apprendre rien.

Demain, je ne sais pas ce qui va se passer; moi, je ne veux pas le savoir. Lorsque je dis le chapelet, à la dernière dizaine, il dit : «Viens dans ma main.» Je vois la main du Père et là, je vois une toute petite bonne femme qui entre et là, je vois une main qui se ferme. «Maintenant,» il me dit «là, réponds.», alors je peux répondre au chapelet. «Lève-toi, installe-toi.» Je fais ça et le restant, tout ça, c’est l’affaire de Dieu.

Mais lorsque je ne suis plus (dans cet abandon), ici j’ai de la difficulté à prendre des conversations. Je ne suis pas si pire, je suis comme je suis.

Alors, nous allons dire un ‘Notre Père’ pour notre Père du Ciel, un ‘Gloire au Père’, un ‘Je vous salue Marie’, car tout ce que nous avons vécu, c’est par le oui du Père, le oui de Fils, le oui qui s’est fait connaître à Marie par la Trinité et le oui qu’elle a prononcé, et notre oui qui a fait cette rencontre ce soir en Jésus.

 

Tous : Notre Père qui êtes aux cieux, que ton Nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta Volonté soit faite sur la terre comme au Ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour, pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés et ne nous soumets pas à la tentation, mais délivre-nous du mal.

Je vous salue, Marie, pleine de grâces, le Seigneur est avec vous, vous êtes bénie entre toutes les femmes, et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous, pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort. Amen.

Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours dans les siècles des siècles. Amen.


 

[1] Nous avons tous la chair du premier qui a été créé : la chair d'Adam. Dieu prit une partie de lui et il forma la femme et Dieu dit : «Multipliez-vous».