Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Chicoutimi, Québec,

par son instrument la Fille du Oui à Jésus

 

2002-09-16

 

Jésus : Je suis votre Dieu. Je me sers de cet instrument pour vous, par amour pour vous. Vous êtes mes bien-aimés.

 Vous êtes le sel de la terre.

Tout ce qui est en vous, mes enfants, provient de l’Amour : je suis rempli d’amour, je suis Essence d’amour.

Vous, mes enfants, vous venez de moi; vous êtes, pour chacun de vous, des êtres d’amour.

Avant d’être amour pour votre prochain, mes enfants, il faut que vous, vous soyez amour.

Comment peut-on donner de l’amour à son prochain en ne sachant pas qui vous êtes, pourquoi vous êtes amour?

Mes enfants de l’Amour, je suis un Dieu rempli de votre être, je vous porte : vous êtes tous en moi; vous êtes, mes enfants de l’Amour, venus sur la terre par le choix de mon Père pour vous reconnaître enfants de Dieu le Père : je suis en vous tous.

Vous qui vivez sur cette terre afin que vous vous découvriez ce pourquoi vous êtes ici : vous n’êtes pas venus sur la terre, mes enfants, pour vous acheminer aveuglément en ne sachant pas où vous allez!

Vous qui cherchez à vous reconnaître, à vous identifier dans un monde où il n’y a plus d’amour, vous vous retrouvez malheureux en vous; vous voulez atteindre un niveau de vie qui vous procurera un bonheur : un bonheur bâti par vos propres moyens.

Mes enfants, le seul bonheur : il est en vous.

Ne cherchez pas à l’extérieur de vous ce qui est pour vous.

Ce bonheur, mes enfants, est moi, Jésus Amour.

Je suis la Vie de votre vie, je suis l’Éternel, le Fils de Dieu, votre Père : vous êtes enfants de mon Être.

Vous ne pouvez, mes enfants, appeler Dieu le Père, votre Père, si vous ne venez pas en moi, mourir en moi.

C’est moi, mes enfants, l’Amour qui s’est laissé mourir sur la Croix en apportant tous vos péchés tout ce que vous avez commis dans ce monde, dans ce monde où il n’y a que des désirs pour vous plaire, pour remplir une vie qui ne se sait pas en moi.

Celui qui apprend à chercher son bonheur en dehors de moi ne peut appeler mon Père, son Père,

car il refuse de se reconnaître enfant de Dieu.

Je suis Jésus Amour, je me suis donné pour chacun de vous afin que vous soyez dignes d’être appelés enfants de Dieu.

Il ne faut pas rejeter, mes enfants, mon offrande.

Je me suis offert à mon Père pour chacun de vous afin que vous trouviez en vous l’Amour, l’Amour qui vous habite, l’Amour qui est en vous.

Je vous contiens.

Mes enfants, tout en vous, il y a un Être rempli d’amour qui veut vous attirer à lui, qui veut vous dire :

«Pourquoi chercher en dehors de toi le bonheur? Il n’est pas dans les choses futiles, il n’est pas dans un quotidien rempli de toi-même où tu vaques à tes occupations sans savoir que tu es, toi, vivant.

Quand tu t’apportes un soi-disant bonheur avec de l’argent, cela ne remplit pas ton intérieur, il comble ta vie extérieure : celle que tu vois, celle que tu veux : toi, dans le confort, dans l’abondance, sans te soucier de toi-même.

Regarde-toi, chaque jour tu peines en prenant pas soin de toi-même : tu te fatigues.

Après ces heures interminables, tu rentres chez toi : trop épuisé, tu ne peux donner du bien-être à ceux qui sont autour de toi, car tu es vidé de toi-même.

Tu ne peux donner ce que tu n’as pas en toi.

Eux, qui te regardent, ne peuvent obtenir de toi ce qu’ils n’ont pas eu : l’amour.»

Voyez-vous, mes enfants d’amour, vous êtes dans un monde où vous recherchez l’amour.

Seul l’amour peut vous donner de la joie, peut vous apprendre que vous êtes épuisés.

Vous vous donnez des heures de travail pour atteindre un but financier, et vous oubliez de vous aimer, de vous donner ce qu’il y a de plus beau en vous : de l’amour.

Moi, Jésus qui vous habite, je vous dis ces choses, mes enfants, pour que vous preniez conscience que vous ne vous connaissez pas.

Vous êtes ignorants du vrai bonheur, celui qui est en vous.

Mes enfants, regardez autour de vous : regardez la joie, regardez ces cris d’enfants; est-ce que vous les entendez ou avez-vous étouffé, par votre quotidien, ces cris de joie?

Pour vous, le son des enfants : c’est du tintamarre, c’est dérangeant, c’est fatigant.

Ils vous impatientent, car vous ne les voyez plus avec votre cœur.

Vous les regardez, ce sont vos enfants, vous voulez bien vous attendrir sur une syllabe, sur un regard qu’ils vous donnent, sur une caresse qu’ils veulent pour vous : vous ne pouvez plus les percevoir, vous êtes trop fatigués, vous êtes trop épuisés.

Alors, eux ces enfants d’amour, ces tout petits bébés, ils ne comprennent pas pourquoi maman, papa, ne les regardent pas comme eux les regardent : "Pourquoi maman, papa ne me donnent-ils pas la caresse que, moi, je viens de leur donner. Est-ce que je suis, moi, en erreur? Est-ce que je suis trop tannant? Est-ce que je suis un petit qui est un poids?"

Oh! mes enfants d’amour, c'est qu’ils cherchent l’amour : l’amour qui est en vous, l’amour qui vous habite!

Eux ont encore les yeux de l’amour.

Mais, vous, vous, mes enfants, où sont vos yeux?

Votre regard se porte vers autrui afin qu’ils puissent répondre à vos besoins, vos besoins extérieurs, car vous ne pouvez pas, mes enfants, savoir que vous recherchez à travers ces besoins : l’amour;

vous demandez à votre prochain de vous donner ce que vous recherchez dans l’ignorance; alors, lui répond à votre besoin en vous donnant ce qu’il a : une idée sur un projet.

Il vous apporte du bien matériel pour combler ce que, vous, vous lui avez demandé.

Il ne peut pas vous donner de l’amour, car vous ne lui avez pas demandé de l’amour, et lui ne peut pas vous donner ce qu’il a en lui, parce qu’il ne le sait même pas;

alors, mes enfants, vous vous échangez du matériel.

Cela vous porte à être des enfants non satisfaits de ce qu’on vous donne, et malheureux parce que ce que vous donnez à votre prochain, lui ne l’apprécie pas; alors, vous devenez des enfants irritables, des enfants qui portent des jugements contre leur prochain, parce que vous n’êtes pas heureux, parce que le bonheur en vous n’est pas connu de vous.

Comment voulez-vous, mes enfants, être heureux dans un monde qui ne vous apporte rien, qui vous fait découvrir un monde sans joie, un monde égoïste, un monde qui ne vit que pour le matériel?

C’est ce que vous apprenez, mes enfants, à donner : à vous-mêmes, à votre prochain et à ce tout petit enfant qui vient vers vous; vous voulez l’aimer, alors vous le comblez, vous le comblez de matériel pour vous consoler.

Cet enfant n’est pas dans la connaissance de votre intérieur, il ne sait pas, lui, qu’en vous il y a du trouble qui s’est formé.

Vous avez des remords parce que vous ne pouvez pas le combler dans ce qu’il vous demande.

Ce qu’il veut, mes enfants : c’est vous, ce n’est pas ce que vous pouvez lui apporter : c’est votre amour, c’est ce que vous représentez.

Vous représentez l’amour, mes enfants, car vous êtes amour pour lui.

Lui le sait, il est un être d’amour tout comme vous, mes enfants, qui êtes des êtres d’amour.

Lui n’a pas eu le temps d’étouffer son amour par le matériel; il crie : "Je veux de l’amour, donnez-moi de l’amour. Comment voulez-vous que moi, je sois, dans votre monde, heureux, si vous ne me donnez pas ce que je vous demande? Je vais découvrir un monde qui ne m’apporte que déceptions."

Alors, ce tout petit enfant apprend à vieillir en voulant combler un amour qu’on ne lui donne pas; alors, avec les années, il oublie qu'en lui, il y a de l’amour.

Il est devenu à votre modèle : un enfant ignorant de l’amour qui vit en lui.

Mes enfants d’amour, je suis Jésus, je ne viens pas vous parler pour vous dire de renoncer à tout ce que vous avez.

Pourquoi ne pas vous donner un équilibre?

Accordez-vous un temps, un temps pour vous découvrir en tant qu’enfants de Dieu.

Donnez-moi de votre temps, moi, je vais déposer en vous des grâces d’amour qui vous feront découvrir l’importance de votre présence ici sur la terre.

Vous êtes tous, à mes yeux, mes enfants, des êtres d’amour.

Vous êtes les enfants de mon Père.

Laissez-moi vous combler.

Laissez-moi vous dire que vous êtes des enfants faits pour aimer, faits pour être aimés.

Vous avez en vous tant d’amour! Il est inconnu de vous.

Moi seul, Jésus, je peux vous aider à faire de votre vie, une vie qui est faite pour être donnée, une vie qui est faite pour s’offrir, une vie qui est faite pour respecter ceux que vous aimez, une vie qui est faite pour reconnaître votre liberté.

Mes enfants, vous êtes nés d’un Dieu libre, vous n’êtes pas nés pour être prisonniers du matériel.

Vous voulez combler vos sens! Avec quoi, mes enfants?

Avec ce qui n’est pas de moi.

Moi, c’est votre intérieur que je veux combler : Je veux déverser en vous, mes enfants, des grâces d’amour, des grâces d’abandon afin que vous vous découvriez, parce que si vous ne vous découvrez pas, mes enfants, qui va le faire pour vous?

Est-ce que c’est l’autre côté qui ne sait pas qu’il est amour?

Votre intérieur vous appartient.

Vous êtes les seuls, mes enfants, qui pouvez prononcer votre oui à Jésus.

Vous êtes tous, mes enfants, des filles du oui et des fils du oui;

c’est à vous, mes enfants, de savoir si vous voulez vivre en Jésus, par Jésus, avec Jésus, pour l’Amour.

L’Amour, c’est mon Père : je suis en mon Père. Nous sommes amour, et notre amour, mes enfants,

est d’une telle pureté, d’une telle puissance, qu’à lui seul, il a fait l'Amour : le Saint-Esprit.

En prononçant votre oui, vous vous donnez la chance de découvrir votre vraie vie : celle qui est en vous, celle qui a une soif de vous, mes enfants.

Oui, votre intérieur vous veut.

L’âme, mes enfants, elle vit, elle est votre vie.

Sans l’âme, il n’y a pas de vie en vous, il n’y a qu’une existence.

L’âme est divine, elle vient de Dieu.

Tout ce qui n’est pas de Dieu, dans sa divinité, vient de sa création pour ses êtres d’amour.

Dieu a créé la terre, avec son contenu, pour ses êtres d’amour.

*      Si vous ne vous reconnaissez pas être de son Être, alors vous n’êtes pas enfants de mon Père :

vous vous refusez de vous identifier à moi, son Fils, son Bien-Aimé, en qui il a mis toutes ses complaisances.

Mes enfants, venez puiser en vous ma Source de vie.

Je veux vous nourrir de ma Vie.

Je veux nourrir votre âme.

Elle a besoin de moi.

Elle a besoin de son Dieu.

C’est votre âme, mes enfants, qui nourrit votre corps.

Si vous n’apprenez pas à nourrir votre âme, votre corps est dans une telle faiblesse!

Voyez-vous, beaucoup d’enfants connaissent des maladies.

Beaucoup d’enfants connaissent des imperfections, car l’âme a manqué de nourriture.

L’âme a tant besoin d’amour, de moi, de son Jésus Amour!

Mes enfants d’amour, vous qui, ce soir, avez été nourris de mon Être par mon saint fils d’amour, vous avez reçu une Nourriture : cette Nourriture, mes enfants, a fortifié votre âme.

Vous avez en vous la Vie : qui porte Jésus se reconnaît en moi.

Tout cela, mes enfants, n’est pas venu de vous, il est venu de moi, de l’Amour.

C’est moi qui ai déposé en vous la lumière : cette lumière, mes enfants, est voulue de mon Père.

La lumière est en vous, elle a été déposée en vous, par le Saint- Esprit.

Vous êtes enfants de Dieu.

Je vous nourris, mes enfants, à chaque instant par mes grâces.

Et quand vous prononcez votre acceptation à ce que moi je vous nourrisse, alors vous apprenez, à votre rythme, à découvrir que vous êtes amour : vous devenez des enfants de Dieu.

Mes enfants, il est important de toujours vous nourrir : par le sacrement de la pénitence, vous vous laissez guider par mes grâces sanctifiantes pour nourrir votre âme, en venant communier à la sainte Présence : tout vient de moi.

Ce que vous êtes, mes enfants, vous l'êtes par moi, car moi seul, je peux vous donner ces grâces d’amour.

Mes enfants de l’Amour, accordez-vous des actes d’amour pour vous, pour votre intérieur, pour vous laisser découvrir dans une totalité en moi.

Moi, Jésus Amour, par votre abandon en moi, je dépose en vous des grâces d’amour pour votre prochain.

Il ne peut y avoir de l’amour, mes enfants, sans donner : je me suis donné pour vous.

Par vos oui, par votre acceptation de vous abandonner totalement en moi, dans l’amour : donnez-vous à vos frères, à vos sœurs; ils ont tant besoin de se savoir être habités par l’Amour!

Vous les portez tous, mes enfants; chacun de vous avez vos frères et vos sœurs du monde entier, car je porte tous mes enfants.

Vous êtes en moi : vous êtes avec vos frères et vos sœurs.

 L’Amour vous appelle à l’amour : abandonnez-vous; donnez-vous; offrez-vous; soyez comme moi je suis.

Je me suis donné pour vous, je me suis offert à mon Père par amour pour vous.

Je vous demande, mes enfants, de vous donner parce que l’Amour va bientôt rassembler tous ses enfants afin qu’ils se sachent enfants de Dieu et, par vos offrandes, mes enfants, ils auront en eux des grâces qui les aideront à prononcer leur oui afin qu’eux aussi soient des filles du oui et des fils du oui.

Tout est en moi, je suis la Puissance du monde.

Mes enfants, je ne peux forcer aucun enfant à prononcer son oui, si lui ne le veut pas.

Voyez-vous, mes enfants, pourquoi je me sers d’instruments d’amour?

Je fais appel à vous pour que vous vous donniez par amour, pour l’Amour.

Soyez des êtres de la donation.

Soyez des êtres faits pour aimer, pour être aimés, car qui donne reçoit des grâces pour reconnaître que tout ce qui vient du prochain, vient de moi.

Je veux vous combler, mes enfants.

Je veux que vous connaissiez le bonheur sur la terre.

«Ô Père d’amour, que ta Volonté soit faite sur la terre comme au Ciel. Il y a en toi, Père, tant d’amour! Je te rends grâce pour toutes ces merveilles. Sois adoré, Père. En moi et par moi, ton Fils, je prends chaque enfant de la terre et je m’incline devant ta Majesté, car tout est de toi, pour ta Gloire.»

Mes enfants de l’Amour, soyez en tout dans son amour. Je suis son Amour, son Fils bien-aimé. Je vous aime, mes enfants. Gardez-vous pour l’Amour, dans l’amour. Amen.