Rencontre de l’agir de Dieu à Chicoutimi, Québec,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus.

 

2004-10-11 - P.M.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Dieu nous fait attendre : l’attente est une grâce lorsque cela est fait dans l’amour, dans l’abandon.

Depuis que le monde est monde, Dieu a parlé, Dieu a fait entendre sa Volonté par les prophètes : Dieu a promis un Messie, et le Messie leur a été donné.

Le Fils de Dieu est venu sur la terre pour apporter la Bonne Nouvelle : celle du Royaume de son Père; le Royaume de son Père s’installe en chacun de vous par la présence du Fils.

Jésus : Ma Présence en chacun de vous est une grâce et cette grâce vous est accordée par la Volonté de mon Père : tous vous devez vous reconnaître dans la Volonté de mon Père, la Volonté de mon Père est amour.

Vous vivez un temps d’attente, vous attendez mon retour en vos cœurs : je suis en vous, mes enfants;

je vais vous faire entrer en chacun de vous par la puissance du Saint-Esprit, et vous verrez le Fils de Dieu glorifié en chacun de vous au moment que mon Père le veut.

Ces temps sont des temps pour vous, choisis pour vous amener là ou mon Père veut

que vous soyez : en vous.

Il faut vous apprendre comment vous désintéresser de tout ce qui est extérieur pour entrer en vous : voilà comment vous allez découvrir votre intérieur sans souffrance.

Lorsque vous acceptez l’attente, vous faites un pas vers ce qui s’en vient, lorsque vous acceptez de renoncer à ce qui est extérieur, vous faites un pas vers ce qui s’en vient, lorsque vous acceptez que Dieu ouvre grand votre intérieur, vous faites un pas vers ce qui s’en vient, mes enfants;

et lorsque vous voyez, c’est que vous commencez à apprécier ma Présence avec vous : il est plus difficile pour vous de vous regarder tels que vous êtes, mais vous acceptez que Jésus soit en vous, vous aimez entendre parler de ma Présence.

On vous a montré, étant jeunes, comment aller vers les sacrements;  mon Église a agi

auprès de vous comme moi j’ai voulu qu’elle soit.

Mon Église, mes enfants, doit être obéissante tout comme vous, vous devez être obéissants, mais il est difficile d’être obéissant lorsqu’on entend parler de colère, de jalousie, d’hypocrisie, de tromperies, de jugements, de mensonges, d’erreurs, (et) il est plus difficile, n’est-ce pas, d’entrer en vous et de regarder ce que vous êtes devenus? Mais par mes grâces, vous y arrivez; par mes grâces, vous commencez à voir et à entendre.

Vous commencez à saisir votre vie en vous et lorsque vous saisissez combien ma puissance vous a apporté des grâces, combien ma puissance vous a soutenus, combien ma puissance vous a protégés, vous acceptez de vous laisser envelopper par la purification; même si vous souffrez, votre souffrance devient délivrance pour vous, vous voyez en vous combien Dieu vous aime, et une paix se fait sentir; malgré que vous devrez continuer encore pour un temps à souffrir dans votre chair, vous le faites avec la joie au cœur : c’est votre purification, c’est un mouvement de Dieu, il vous fait avancer vers votre intérieur.

Tout va se passer en vous.

Enfants d’amour, ces paroles guérissent en ce moment même votre intérieur parce que vous acceptez de vous laisser prendre par mon mouvement de purification.

Si je vous avais parlé ainsi, mes enfants, lorsque vous étiez tout petits, lorsque vous étiez dans votre plus fort caractère, je vous parle de vos vingt ans : oh! comme vous auriez rouspété!

Vous n’auriez pas compris, vous n’auriez pas accepté car voyez-vous, il fallait vos souffrances, il fallait vos pleurs, il fallait vos renoncements, il fallait que vous acceptiez la lumière, il fallait que vous prononciez votre oui.

Il faut que vous sachiez que ce cheminement, vous l’avez fait en moi, Jésus; d’autres avant vous ont prié, d’autres avant vous se sont sacrifiés pour vous : l’Église, mes enfants, s’est sacrifiée pour vous.

Aujourd’hui, on parle de mes prêtres, de mes ministres sacrés; on parle d’eux comme si c’était des guenilles, bons à la poubelle.

On parle de mes prêtres, alors on lave le linge sale dans le monde entier!

Enfants d’amour, vous portez en chacun de vous mes prêtres, vous portez en chacun de vous tout ce qu’ils ont fait pour vous, vous portez en chacun de vous leur oui qu’ils ont prononcé, afin que vous puissiez être enfants d’amour.

Par leur sacerdoce, vous avez été baptisés; par leur sacerdoce, Dieu a passé et vous avez reçu des grâces; dans le sacrement de la Pénitence, par leur sacerdoce, Jésus a passé; et (par leur sacerdoce), vous avez reçu mon Corps et mon Sang; par leur sacerdoce, des enfants ont reçu l’Extrême-Onction; par leur sacerdoce, beaucoup ont été dans le sacrement du Mariage; par leur sacerdoce, beaucoup ont reçu la force de l’Esprit Saint : voyez-vous, tout cela, c’est eux qui vous l’ont donné par moi.

J’ai passé par le sacerdoce et s'ils ont faibli à cause de leur volonté humaine, à cause qu’ils sont des hommes, n’est-ce pas parce qu’ils ont été dans des faiblesses?

Chaque enfant dans l’Église, chaque membre doit se soutenir les uns et les autres :

 la prière, la prière éloigne Satan.

Comment se fait-il, mes enfants, que vos prêtres ont été tentés par Satan, alors qu’ils auraient dû être protégés par la prière pour éloigner Satan d’eux?

Celui qui jette la pierre devra se repentir d’avoir dit des paroles contre mes prêtres, au lieu d’avoir prié, en se frappant la poitrine, en disant : "Est-ce que j’ai prié pour le protéger, car étant enfant de Dieu, je me devais d’être tout à Dieu?"

Enfants d’amour, priez tous pour ceux que vous portez en vous, car beaucoup d’enfants qui ont parlé contre mes prêtres devront se regarder : ils verront ce qu’ils ont fait et, mes prêtres, eux seuls se jugeront de leurs gestes avec mes grâces; tout comme ces enfants, ils se regarderont avec mes grâces : tout se fera avec mes grâces.

Je viens parmi vous vous parler de l’amour, je ne viens pas vous condamner, je viens vous demander de vous abandonner : vous êtes mes choisis, vous êtes les enfants de la Lumière!

Vous avez accepté d’être des instruments d’amour pour ces derniers temps, ces temps qui vous font avancer vers ce qui vient.

Chaque pas que vous faites en Jésus, c’est un pas vers votre gloire, il y a tant à faire!

Mes enfants, il faut supporter vos prêtres, mes prêtres qui sont auprès de vous; Satan s’acharne contre eux, il veut les faire tomber, car il veut vous faire tomber : il veut éteindre la flamme en vous qui brille et qui éclaire dans ces temps de ténèbres.

Vous brillez, mes enfants; si vous pouviez voir votre lumière en l’Église, votre joie serait très grande!

Je connais vos faiblesses, je les ai portées; je vous donne des grâces d’amour : je veux guérir, mes enfants, vos blessures totalement, afin que vous puissiez supporter ceux qui nuisent aux prêtres.

Oh! enfants d’amour, je crie vers vous : «Ne laissez pas tomber ceux qui sont près de vous, ils se sentent si seuls!»

Je vous aime et c’est pour vous que je parle; eux, mes prêtres, savez-vous qu’ils n’ont pas besoin de vous? Savez-vous que par leur sacerdoce, ils sont tout à Dieu? Mes bons prêtres sont à Dieu, mes bons prêtres prient pour les prêtres, ils savent qu’ils sont attaqués par Satan, ils voient combien l’Église souffre!

Mes bons prêtres sont mes ministres, et je les aime, et ils se savent aimés de Dieu, mais ils se donnent continuellement pour vous.

On ridiculise leur sacerdoce, alors que le sacerdoce est pur.

On ne peut salir le sacerdoce, mes enfants, car le sacerdoce est de Dieu; tout comme on ne peut salir l’Eucharistie, car l’Eucharistie est moi; (tout) comme on ne peut salir le sacrement du Baptême parce que le sacrement du Baptême est de moi : je suis la Pureté, je suis la Puissance, je suis la Divine Volonté.

Vos prêtres par leur sacerdoce sont en le Christ, mais ils ont aussi une volonté humaine; et ils souffrent de voir qu’on parle contre le sacerdoce, ils souffrent de voir que leurs confrères ont commis des fautes à cause de leur volonté humaine, et ils prient pour eux : ils soutiennent l’Église, ils vous soutiennent.

N’ayez pas peur, ayez confiance en votre Dieu.

Je dépose en vous des grâces d’amour, de force, de persévérance, des grâces de piété pour que vous soyez des petits soldats d’amour, afin que vous puissiez prendre en vous, aussi, ces paroles contre eux, ces gestes contre eux, afin que vous puissiez les supporter.

Est-ce qu’un membre peut ignorer un autre membre? Lorsqu'un seul membre souffre, tous les autres membres en souffrent : voilà pourquoi je vous donne des forces, voilà pourquoi vous recevez des grâces afin que vous ne souffriez pas trop parce que lorsqu'on calomnie un seul de mes prêtres, on vous calomnie.

Je suis la Puissance et ces paroles viennent de vous-mêmes, afin que vous puissiez réaliser que ce que vous vivez, c’est l’amour, l’amour en l’Église, en mon Église qui souffre.

Elle souffre les dernières heures de l’enfantement, car viendra bientôt mon Église qui sera toute renouvelée, toute pure, et vous serez l’Église.

Enfants d’amour, comme je vous aime!

Soyez forts dans ces temps, soyez reconnaissants envers mon Père de vous avoir envoyé des prophètes des derniers temps pour vous faire entendre ce que vous portez en vous :

-       c’est vous qui portez en vous les souffrances de mon Église;

-       c’est vous qui portez en vous les grâces que je donne à mon Église;

-       c’est vous qui portez en vous les enfants qui se sont éloignés de l’Église.

Tout se fait par la puissance de l’Amour; il n’est pas de vous de renouveler mon Église, mais de moi.

Voilà pourquoi je vous comble, voilà pourquoi vous entendez, voilà pourquoi vous voyez.

Beaucoup d’enfants avant vous auraient aimé voir et entendre ce que vous voyez et entendez.

Eux attendaient ce moment qui vient pour vous : ce moment d’attente.

Demeurez dans la joie, car ce que vous vivez est très important; chaque seconde est très importante pour ce qui vient.

Vous serez dans cette lumière bientôt et vous verrez tout ce que Dieu a fait à travers vous : grande sera votre récompense.

Réjouissez-vous pour vos frères et vos sœurs qui, eux aussi, vont voir et entendre tout ce que Dieu leur a accordé par vous.

JE SUIS va continuer, par la puissance du Saint-Esprit, à vous parler mais avant, mes enfants, recevez par mes prêtres des grâces d’abandon pour que vous puissiez être tout abandonnés dans ce que vous allez entendre et, par mes prêtres aussi, recevez une bénédiction : cette bénédiction se continue, c’est celle de ma Croix.

«Ô Père Éternel, tu as donné ton Fils afin qu’il puisse venir en ce monde», et le Fils a accompli la Volonté du Père, et il a envoyé le Saint-Esprit vous couvrir afin que vous puissiez comprendre ses desseins d’amour. Amen.

 

Bénédiction du prêtre

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : L’Église nous a été donnée par le Christ.

Si aujourd’hui Jésus nous parle tant de l’Église, c’est pour nous faire comprendre qui nous sommes.

Jésus, il dit que nous sommes l’Église; il veut faire de son Église une Église mystique, une Église divine qui nous apportera le bonheur sur la terre.

Sans l’Église, nous n’atteindrons pas le bonheur : Jésus est l’Église.

Jésus nous a donné tout ce qu’il nous fallait afin que nous puissions mourir en lui, afin que nous puissions découvrir l’importance de notre présence sur la terre.

Il n’y a pas un seul enfant sur la terre qui n’a pas tout reçu de Dieu, pas un seul : que ce soit de toutes religions, tous nous avons reçu; que ce soit de toutes langues, tous nous avons reçu.

Chacun avons un choix à faire : c’est de répondre à l’appel de Dieu.

Cet appel de Dieu est pour chacun de nous; nous, nous nous devons d’être à l’écoute.

Si Dieu a réuni chacun de nous, ici, pour nous faire entendre ce qu’il a à nous dire, en prenant une personne qui n’est rien, qui ne connaît rien de ces paroles (qui) sont entendues en elle et qu’elle répète, c’est qu’il y a de l’importance dans ce que nous vivons dans notre vie.

Il faut prendre conscience que ces moments ont été choisis par Dieu le Père, il faut prendre conscience que nous avançons dans quelque chose qui ne nous est pas connu : c’est la Divine Volonté.

La Divine Volonté vient d’être présentée à nous depuis peu.

Dieu nous a parlé de sa Volonté, de faire la Volonté de Dieu, de mettre tout en action pour ne plaire qu’à Dieu afin que nous soyons dignes d’aller vers lui par le Fils, mais il nous fait avancer dans quelque chose de plus grand encore : c’est qu’il nous fait mourir en Jésus, et nous ne sommes plus.

Jésus, il dit : «Vous n’êtes rien, moi, je suis tout; alors si vous acceptez que je fasse de vous un tout, mourez en moi; renoncez à tout ce que vous êtes à l’extérieur et venez vous plonger en le Christ.»

Ce sont des paroles de vie, ce sont des paroles qui nous amènent à découvrir que Jésus veut tout faire pour nous.

S’il nous fait connaître cela, c’est parce qu’il y a quelque chose qui s’en vient : Dieu (le Fils) nous a fait connaître la Volonté du Père par les apôtres.

Lorsque le Saint-Esprit est venu sur eux, il a fait ressurgir en eux tout ce qu’il avait mis en eux; ils ont sorti des paroles qui étaient en leur présence alors qu’ils ne le savaient pas : ils ne savaient pas qu’ils avaient en eux cette puissance; ils se sont laissés entre les mains de Dieu et ils ont fait la Volonté de Dieu allant même jusqu’à la mort : tout pour Dieu.

Jésus, maintenant, nous parle par la puissance du Saint-Esprit et il fait sortir des paroles qui nous habitent.

Ces paroles que nous entendons nous appartiennent, elles sont en nous; mais comment se fait-il que ces paroles soient en nous en l’an 2004? Qu’avons-nous fait, nous, pour avoir toutes ces paroles en nous? Qu’avons-nous fait pour entendre ces paroles qui nous habitent?

C’est parce que nous avons laissé toute la place à Jésus.

D’âge en âge, Dieu mettait en tous les enfants qui venaient sur la terre : sa Volonté.

D’âge en âge, Dieu mettait en tous les enfants de la terre tout ce qu’ils devaient dire, tout ce qu’ils devaient entendre et voir; d’âge en âge, nous avons avancé et tous recevaient ce que Dieu le Père donnait quotidiennement.

Souvenons-nous du "Notre Père" : "donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien", cela ne se limitait pas seulement à ce que nous avions besoin pour notre chair, mais pour notre vie éternelle.

Alors, à chaque instant, Dieu le Père déposait sa Volonté en ceux qui étaient avant nous pour instruire les enfants de Dieu de ce qui s’en venait; tout était pour eux de l’abondance et toute abondance devait être une récolte : cette récolte, c’est nous.

C’est nous qui avons en nous ces paroles : elles sortent de nous pour se faire entendre à nous, à l’extérieur de nous, par la puissance du Saint-Esprit; tout comme il l’a fait pour les apôtres, tout comme il le fait pour nous.

Parce qu’il l’a fait aussi pour les prêtres de tous âges, ils nous ont enseigné la parole de l’Évangile; ils nous ont parlé de foi, ils nous ont parlé de la mort : "Après la mort, il y a la vie, il y a le Ciel"; ils nous disaient de nous préparer pour le jugement.

Toutes ces paroles mettaient des grâces en nos pères, en nos mères, et cela avançait d’âge en âge; cela nous faisait avancer, nous qui étions pour venir en ce monde : ils nous portaient par Jésus.

Voilà pourquoi nous sommes les enfants de la moisson.

Nous avons en nous tout cela, et cela sort de nous pour que nous puissions vivre.

Comme le corps est appelé à une attente pour avoir la récompense de la vie éternelle, voilà que notre corps à nous est en une attente aussi, mais cette attente, pour plusieurs d’entre nous, se fait de notre vivant.

Les corps de nos pères, de nos mères, de tous âges connaissent une attente vers le dernier grand jugement où l’âme sera réunie au corps : là, Dieu séparera les brebis des boucs.

Nous, maintenant, notre corps connaît une attente, une attente vers notre propre résurrection : nous vivons cela en chacun de nous.

Nous nous préparons à vivre dans un corps qui connaîtra sa résurrection par le Fils : notre corps, qui est corruptible parce qu’il connaît le péché, parce qu’il a tendance au péché, va bientôt connaître la pureté et deviendra incorruptible.

Cela, nous le vivons, Dieu le dit parce que cela nous est connu; il est de notre temps d’entendre ces paroles et ce n’est pas nous qui le choisissons, c’est Dieu lui-même, Dieu le Père.

Nous vivons un temps d’attente dans un corps qui sera bientôt immortel.

Nous vivrons sur la terre dans la Volonté de Dieu, en Jésus; nous vivrons dans la Divine Volonté tels que nos premiers parents vivaient avant de commettre la désobéissance.

Tout cela, nous n’en sommes pas dignes mais par le Fils, il nous a rendus dignes de ce que nous allons vivre.

Ces moments, ce sont des temps d’amour, de révélation; ils nous révèlent à chaque instant ce qui se passe en nous.

À chaque rencontre, Jésus nous dévoile un petit peu de notre intérieur; à chaque rencontre, Jésus montre devant nous qui nous sommes.

Il nous parle de nous-mêmes, tranquillement, sans nous effaroucher; il nous donne des grâces, des grâces d’amour, car il connaît nos blessures et il sait que beaucoup d’enfants parmi nous n’accepteraient pas ces paroles.

Voilà pourquoi il a choisi chacun d’entre nous.

Oui, chacun ici et (d’autres) à d’autres rencontres d’amour sommes choisis; pas un seul n’est ici par lui-même, Dieu a été là; il sait comment s’y prendre le Seigneur, il sait utiliser les moyens pour nous montrer sa Volonté.

Il est parfois difficile de comprendre les desseins de Dieu; quelquefois, il se sert des souffrances des autres pour nous dire d’aller là où nous devons aller.

Ces souffrances, ce n’est pas lui qui les fait, parce que Dieu ne fait pas la souffrance, Dieu est l’Amour, c’est notre volonté humaine;

mais Dieu sait se servir aussi de ce que nous sommes dans nos faiblesses parce que Dieu dit : «Dans ton ignorance, dans ta souffrance, tu as servi d’instrument pour quelqu’un qui devait être aidé. Je mets des personnes sur la route de certains enfants qui souffrent.»

Certains enfants souffrent tellement que sans s’en rendre compte ils portent d’autres enfants à aller là où Dieu veut qu’ils soient.

On ne peut pas comprendre l’amour de Dieu mais, un jour, ceux qui souffrent et qui ont été utilisés seront récompensés pour cela; ils verront combien Dieu a pris soin d’eux et ce sera des grâces pour eux, ils seront dans la joie de savoir que Dieu a toujours été présent avec eux.

Dieu est amour, Dieu est tendresse; nous, nous n’avons seulement qu’à donner notre oui et faire ce qu’il veut que nous fassions.

À chaque jour, nous devons faire notre quotidien; à chaque jour, nous devons suivre les lois d’amour de Dieu.

Les lois d’amour ont été données à Moïse et ces lois d’amour ont été calculées.

Pas une seule loi n’a pas été calculée par Dieu pour nous amener là où en ce moment nous sommes; voyez-vous, Dieu a tout fait : c’est l’infini Dieu.

Lorsqu’il a donné aux prophètes des paroles dans l’Ancien Testament, cela était pour nous aussi, car ces paroles nous ont réveillés à certains moments où nous en avions besoin.

Ces paroles nous ont fait avancer pour qu’aujourd’hui nous soyons ici tous ensemble, pas seulement avec vous, mais avec tous ceux qui écoutent la voix de l’Amour en eux; d’autres ne peuvent pas être ici, mais ils savent qu’il y a une rencontre, et ils s’associent à chacun de nous : tout est dans la Volonté de Dieu.

Comment nous, pouvons-nous saisir tout cela? Nous n’avons seulement qu’à l’accepter avec le petit (rien) que nous sommes, nous devons remercier Dieu.

Nous devons aussi penser que ce qu’il fait pour nous, il le fait pour nos enfants, il le fait pour ceux qui ne croient pas, qui disent : "Tu crois à ça, toutes ces balivernes; tu vas encore perdre ton temps; tu n’as pas cessé de régresser, alors que nous autres on évolue"; ils se croient être évolués, eh bien, il faut comprendre que c’est pour eux aussi que nous sommes ici.

Dieu les veut : Dieu tient autant à eux qu’il tient à chacun de nous.

N’oublions pas l’enfant prodigue, c’est eux; nous, nous sommes avec Dieu; lorsque viendra le moment, il y aura un grand festin; ils seront à la table d’honneur et nous, nous aurons notre récompense de nous être donnés pour eux : ça sera notre joie à nous aussi.

Dieu a fait beaucoup pour chacun de nous et il veut aussi continuer à faire beaucoup pour chacun de nous.

Merci.