Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Crabtree, Québec,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus

 

2002-09-06

 

Jésus : Mes enfants, ce soir, c’est moi votre Dieu qui va vous parler pour vous montrer que vous êtes tous réunis dans mon intérieur. Mes enfants, je suis la Vie, je suis la Vie de votre être. Je suis Celui qui vous a donné le souffle, Celui qui vous donne la joie : un bonheur que vous devez, vous, savoir si vous voulez le vivre.

Bien que vous viviez sur cette terre, il faut que, vous, vous preniez le choix de venir à moi.

Je vis en vous; vous, mes enfants, vous êtes en moi.

Cela ne veut pas dire, mes enfants, que vous allez venir au Royaume de Dieu : il faut que, vous, vous preniez conscience de votre propre choix à vous.

Je ne suis pas un Dieu qui vous a choisis et qui vous oblige à venir vers moi sans que, vous, vous le vouliez.

Vous avez tous été créés libres, vous avez votre propre vie en vous.

C’est moi qui la nourris, cette vie; c’est moi qui vous donne ce que vous avez besoin, pour que vous voyez que vous êtes à moi.

Bien que vous soyez à moi, mes enfants, cela ne veut pas dire que vous êtes obligés à l’Amour :

vous êtes libres de choisir.

J’ai créé, moi, vos premiers parents.

Ils sont venus par mon choix, à moi, dans le paradis terrestre.

J’ai formé l’homme à mon image, j’ai insufflé en lui ma propre Vie, mes enfants, et j’ai sorti de cet être d’amour ma féminité, car je suis l’amour dans son complément, et vous, mes enfants, vous venez d’eux : vous venez de ces deux êtres d’amour qui sont de moi.

Vous devez vous compléter, mes enfants; vous devez vivre de votre Être qui est en vous.

Je suis, moi, votre Dieu d’amour. Je suis l'Être qui vit en vous : je suis vivant!

Je suis un Dieu qui pense, qui agit, qui fait pour vous ce qui va vous conduire vers moi.

Beaucoup d’entre vous, mes enfants, vous croyez que votre vie est celle que moi, je vous oblige à vivre :

il est faux de croire ainsi!

C’est vous, mes enfants qui avez le choix de vivre comme vous, vous l’entendez.

Je vous ai donné des lois d’amour par mon saint prophète Moïse.

Il faut, mes enfants, que vous les mettiez en pratique!

Si vous ne vivez pas en pratiquant mes lois d’amour : c’est vous qui vous vous blessez.

Vous vous faites du tort, et vous êtes les premiers à vous  demander : " Seigneur, mon Dieu, pourquoi est-ce que je suis malade?  Pourquoi est-ce que mon voisin m’accable de ses reproches?  Pourquoi est-ce que je ne suis pas heureux avec mon épouse ou mon époux?  Pourquoi est-ce que mes enfants ne suivent pas la religion, celle que je leur ai montrée?"

Et combien d’autres, mes enfants! C’est qu’à l’intérieur de vous, vous n’avez pas appris à vivre dans mon Être. Vous êtes libres, mes enfants, de vivre dans votre propre volonté à vous, mais, voyez-vous, elle est très déficiente votre volonté : elle est portée à bifurquer. Sur le chemin que moi je vous ai tracé : ce sont mes lois d’amour; vous voulez bien venir vers moi, mais vous êtes incapables, mes enfants.

Vous vous trouvez des excuses pour ne pas suivre mes commandements.

Je sais, mes enfants, que vous avez beaucoup de difficultés.

Votre monde a voulu vivre sa liberté en ignorant mes commandements.

Et vous, mes enfants, vous, mes êtres de lumière; vous voulez bien les suivre, mais autour de vous, tout chamboule. Il y en a qui vous disent que cela n’est plus la mode : "Voyons, nous sommes rendus au 21e siècle, pourquoi se priver?  Pourquoi vouloir suivre des lois qui nous ont montré que la vie est rigide?"

Alors, vous, mes enfants d’amour, mes êtres de lumière, vous voulez défendre ce qui vous tient à cœur!

Alors, vous prenez les moyens : vous parlez en mon Nom.

Vous voulez leur montrer qu’ils ont tort, et vous, mes enfants, vous ne voyez pas que vous faites le jeu du Diviseur.

Vous vous divisez : vous, vous êtes d'un côté de la clôture et eux sont de l’autre côté.

Mais, mes enfants, qui est du bon côté?  Moi seul le sais!

Si vous croyez, mes enfants, avoir raison, si vous croyez que ce que vous dites est plein de vérité, c’est que vous avez trouvé en vous la lumière, celle qui éclaire vos paroles, celle qui montre aux autres que vous avez en vous la vérité.

Vous qui croyez tenir en vous la loi d’amour, vous voulez leur montrer votre propre conception de voir la vie avec ce qu’on vous a appris.

Mes enfants d’amour, voyez-vous, quand vous portez des commentaires sur ce que les autres devaient faire pour suivre mes lois d’amour, parfois, il y a votre volonté humaine qui passe, et eux, qui vous écoutent, sont portés à voir votre volonté humaine!

Pourquoi vous écouteraient-ils?

Pourquoi feraient-ils ce que vous, vous avez de la difficulté à suivre?

Quand, mes enfants, il faut que vous alliez à la messe, regardez-vous : vous allez vers ce lieu comme si vous seriez obligés d’y aller, parce que c’est la loi.

Mes enfants d’amour, la messe est un acte d’amour, il est fait pour vous nourrir, pour vous alimenter dans mon amour.

Si vous allez, mes enfants, voir une pièce de théâtre, vous y allez avec un désir de vous amuser, d’avoir du plaisir, et les autres qui vous regardent sont aussi dans ce plaisir car, voyez-vous, ils sont contents pour vous que vous alliez vous distraire.

Mais, quand vous venez me voir, mes enfants, vous mettez des rigidités; vous ne faites pas des actes d’amour, de désir.

Vous allez très pressés à cette heure, car vous avez calculé ce moment, et vous avez aussi calculé les endroits où vous devez aller après; si, mes enfants, le temps où vous avez prévu une sortie est en rapport avec mon temps à moi : vous vous pressez, vous bousculez, bien souvent, la maisonnée.

Parce que ce n'est pas fait avec amour, vous avez même, parfois, hâte que cela se termine. Regardez-vous, ce soir, mes enfants, vous êtes venus ici dans la joie entendre mes paroles.

Vous avez festoyé, vous avez fait des chants d’amour, vous avez eu dans votre cœur ce désir de venir voir Jésus.

Mes enfants, le dimanche, c’est aussi la fête!

Si vous démontrez aux autres combien vous êtes heureux dans ce moment d’intimité avec moi, cela se fera voir!

Il y a en vous, mes enfants, des restrictions à vous donner : vous voulez vous donner, mais pas si cela est contre votre temps.

Mes enfants d’amour, je suis votre Dieu, je suis Celui qui vit en vous.

Quand vous vous donnez avec amour, moi, je le sais.

Avant même que vous arriviez à l’église, je vous ai vus!

Je sais ce qu’il y a en vous, je sais votre désir de venir me voir, de venir contempler ma Présence dans la sainte Hostie.

Je sais aussi ceux qui veulent m’avoir en eux avec un grand désir d’amour!

Alors, moi qui sais, avant que vous veniez à la messe, combien vous me désirez, je me gonfle d’amour pour vous combler.

Tel un futur époux qui attend sa future épouse, il veut lui montrer tout son amour en déversant en elle tout ce qu’il y a en lui.

Voyez-vous, mes amours, c’est ainsi que je veux que vous veniez le dimanche à la messe : en me désirant, afin que moi je déverse tout mon Être en vous.

Si vous me recevez en pensant à votre sortie ou en pensant que vous avez fait votre devoir : "voilà, je suis venu à la messe, mon devoir est fait", mes enfants d’amour, je le sais moi!

Je vous aime tellement, je vous désire tellement!

Je me languis, mes enfants, de vous avoir en moi.

Donnez-vous à l'Amour, l’Amour vous veut dans un abandon total. La messe, mes enfants, savez-vous qu’elle continue?

Elle ne cesse pas au moment où vous avez le pied à l’extérieur : elle continue.

Elle est nourriture la messe, elle est une alimentation pour votre vie spirituelle.

À chaque jour, mes enfants, moi qui suis en vous, je vous nourris;

je vous donne ce que vous avez besoin pour votre journée.

Je suis vivant, mes enfants, je ne m’éteins pas à la sortie de la messe : je continue à vous nourrir.

Votre corps, mes enfants, a été en ma Présence : vous êtes, vous, en moi;

je ne me détache pas de vous, je vis avec vous.

Et c’est pour ça, mes enfants, que je veux vous faire comprendre, ce soir, combien il est important de vivre votre vie dans ma Vie pour faire de vous des témoins d’amour, des témoins de mes lois d’amour, car si je vous nourris ainsi, c’est pour que vous ayez la force, la lumière, le discernement de voir que la vie n’est pas une corvée, n’est pas une obligation : elle est libre la vie : elle est en moi.

Quand vous vivez en moi, mes enfants, quand vous venez en moi : je déverse en vous tant de grâces, et ces grâces vous aident à vivre en enfants de Dieu dans ce monde où il a oublié qu’il est à moi, qu’il a mon souffle en lui. Vous, mes enfants, que je nourris de mon Corps, de mon Sang, vous êtes en moi; vous venez me prendre le dimanche pour que vous soyez nourriture vivante pour ceux qui ne se savent pas vivants en moi.

Je vous aime, mes enfants d’amour; je veux que vous soyez des êtres remplis de mon Être.

Vous allez voir que tout sera plus facile pour vous :

mes commandements seront plus simples, plus légers.

Vous ne voyez pas, mes enfants, combien ma Présence en vous est une joie, est un bonheur pour vous!

Quand vous allez vers les autres et que vous parlez en êtres simples, en êtres remplis de respect pour ce qu’ils sont, et non ce que vous, vous voulez qu’ils soient : eux reçoivent de moi des grâces qui sortent de vous, et cela les aide à regarder mes lois d’amour comme des lois simples, des lois qui sont faites pour les aider à supporter une vie quotidienne remplie de labeur.

Il faut du respect, mes enfants, pour pouvoir aider son prochain.

Il faut de la patience, mes enfants, pour leur montrer qu’eux aussi sont des enfants de Dieu.

Il faut, mes enfants, que vous soyez des êtres respectueux de ce qu’ils sont devenus en ne venant pas les dimanches me recevoir dans la sainte Eucharistie.

Mes enfants, comme il sera bon de vous regarder toute la semaine, en sachant que vous avez hâte de venir me prendre en vous, de venir puiser cette force qui vous aidera à vivre dans ce monde qui a oublié que je vis en eux!

Je vous aime, mes enfants d’amour!

Voyez-vous, c’est simple l’amour!

Il n’y a rien de compliqué, c’est moi qui vous donne votre besoin, votre force pour que vous viviez en êtres simples, en êtres d’amour.

Les jugements, mes enfants, ne seront plus en vous.

La tricherie, mes enfants, ne fera pas partie de votre quotidien.

Le non-respect du mariage prendra une autre dimension.

Vous allez voir que, dans le mariage, il y a des forces, et ces forces, mes enfants, ce sont mes grâces, mes grâces d’amour qui vous feront faire des actes d’amour pour vous; oui, pour vous, mes enfants, afin que l’autre sache que vous êtes amour et ainsi, l’autre aussi profitera de ces grâces qui sortiront de vous.

Voyez-vous, mes enfants, c’est ainsi l’amour! L’amour ça commence par vous, à l’intérieur de vous, et ça sort pour aller vers les autres. Il n’y aura plus d’envie : vous n’aurez plus besoin d’envier votre prochain, de prendre ce qui ne vous appartient pas pour avoir du bonheur ou du bien matériel car, en vous, il y aura l’amour et cela va vous rendre tellement en joie!

Vous n’aurez plus besoin, mes enfants, d’aller puiser en l’autre ce qui vous manque ou dans le bien matériel car, en vous, vous aurez le bonheur.

Mes enfants, quand je parle du bien matériel, je ne veux pas vous dire d'aller vendre tout ce que vous avez. Je sais que vous vivez dans un pays où il fait froid, où vous avez besoin de chaleur, où vous avez besoin de linge, où vous avez besoin d’une nourriture, mais savez-vous, mes enfants, ce que l’Amour va faire en vous? Il va mettre de la tempérance : alors, vous n’aurez pas besoin de biens excessifs, de surplus qui vous oblige à faire un ouvrage au-dessus de vos capacités.

Mes enfants, vous allez partager, vous allez pouvoir donner le surplus que vous avez  à ceux qui, eux, n’ont pas eu la chance que vous, vous avez eue.

Il y aura l’Amour en vous qui vous dira : «Donne, donne-moi. Moi, ton Dieu, je te comblerai», car vous saurez qu’en vous, je vous habite.

Vous saurez que vous êtes amour par moi et que moi, je prends soin de chacun de vous. Mes enfants d’amour, mes lois d’amour sont pour vous un bonheur.

Le bonheur régnera dans votre vie; il y aura en vous ce qu’il y a de plus précieux, ce qu’il y a de plus merveilleux : l’amour qui donne, l’amour qui veut s’offrir pour que tous soient dans la joie, dans le bonheur que vous, vous ressentez.

Mes enfants, voyez-vous pourquoi je vous demande, ce soir, de ne pas regarder de quel côté de la clôture vous êtes? Voyez-vous, si l’un d’entre vous est enfant de la Divine Volonté, alors vous savez que la clôture a été posée par votre volonté humaine.

Qui se juge sait qu’il ne peut pas voir ce qu’il y a en son prochain.

Chaque enfant doit lui-même voir la lumière en lui, afin de porter lui-même son propre jugement envers lui-même. On ne peut voir, mes enfants, la lumière que si le Saint-Esprit, le Dieu de vérité, le Dieu d’amour, vous la fait voir. Mes enfants, ce soir, vous avez entendu la voix de l’Amour qui parle en chacun de vous, qui vous dit : «Regardez votre intérieur, il est rempli de mon amour qui va vous montrer que je veux vous avoir en moi, par votre propre choix à vous, dans mon amour.» Soyez bons, mes enfants, envers ceux qui n’ont pas la lumière en eux.

Soyez bons envers vous.

Soyez la lumière de votre être en demandant à Dieu les grâces d’amour.

Venez, mes enfants, le dimanche, dans la joie, dans le désir de recevoir ces grâces d’amour; elles vous nourriront chaque jour de votre vie.

Mes enfants, je veux que votre vie soit éternelle, car je suis l’Éternel.

Ma Nourriture, mes enfants, est céleste, je suis la Divinité!

Vous êtes tous appelés, mes enfants, à devenir à mon Image : des petits enfants de la Divine Volonté.

L’Amour est en vous, l’Amour est vous.

À vous, mes enfants, de choisir si vous, vous voulez devenir  à mon Image.

Mes enfants d’amour, l’Amour, ce soir, vous a montré combien il vous aime! Et par mes prêtres, ici, ce soir, vous avez reçu mon Être, mon Être d’amour. Les grâces, mes enfants, que vous avez reçues sont en train de vous transformer en êtres d’amour. Et je voudrais, mes enfants, par la puissance de mon Être, passer à travers les mains que j’ai moi-même consacrées afin que vous receviez une bénédiction, et cette bénédiction, mes enfants, vous montrera que vous êtes tous mes choisis. Amen.