Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Détroit, Michigan,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus

 

2009-09-12 – Partie 1

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Les cœurs vont se réunir afin d'obtenir des grâces. Nous en avons besoin des grâces!

Beaucoup d'entre nous, nous nous préparons pour ce qui s'en vient. Le Seigneur envoie de ses messagers un peu partout dans le monde. Qui n'a pas entendu parler qu'il fallait qu'on se prépare pour ce qui s'en vient? 'Oh! qu'est-ce qui s'en vient, Seigneur?' Tu peux parler dans notre cœur, Seigneur, on a l'impression d'être tout mélangés. Par moments, Seigneur, tout est clair, et par d'autres moments, oh, que c'est compliqué! J'me prépare, j'me prépare pas, j'fais ma valise remplie de toutes mes affaires, puis j'm'en vais ailleurs. 'Où je vais aller, Seigneur?' Moi, j'suis bien chez moi, là; mais, avec tes messages, j'ai l'impression qu'il va falloir que je parte quelque part. Bon, bien, si j'veux pas partir, va falloir que je fasse de ma maison un refuge. Ça va peut-être être un p'tit peu plus facile pour moi, j'vais être la boss chez moi; si j'm'en vais ailleurs, il va falloir que j'endure les caractères de la propriétaire ou du propriétaire. J'suis pas sûre, moi, d'être capable d'endurer son caractère.

Alors, Seigneur, t'es mieux de venir nous parler dans les cœurs, j'ai l'impression que mon cœur va exploser. J'ai seulement qu'à passer trois jours avec la même personne et déjà j'ai hâte de m'en retourner chez moi, à moins que tu aies arrangé tout cela pour une journée; deux nuits, ça va, Seigneur, mais pas plus. Mais à entendre parler les messagers et entendre parler tous ceux qui écoutent les messages, oups, ça va être long! 'Qu'est-ce que je vais faire avec ça, Seigneur? J'me prépare ou j'me prépare pas? J'reste ou j'm’en vais?' Bon, mettons que je reste à la maison, puis j'fais de ma maison un refuge : bon, faut que j'aille acheter ci, faut que j'aille acheter ça. Qu'est-ce que va dire mon marchand lorsqu'il va me voir arriver et puis acheter cinquante litres d'eau? Ben, voyons! Ah, donne-moi des grâces, Seigneur, pour que je puisse passer à travers ça avec humilité mec'que j'passe à la caisse; mais ça va être quand même pas si pire, Seigneur – mais cinquante litres! Dans la maison, ça va me donner un élan pour me dire : hey, j'avais raison d'aller me chercher de l'eau, là, comme ça, j'vais avoir de l'élan pour aller me chercher des céréales, aller me chercher des vitamines, aller me chercher des patates en cannes. Bon, ben là, j'vais tout ranger ça, dans le but de ne rien manquer! Là, je place : je place ça là, je place ça là, j'vais figurer un p'tit peu de tout.

Tiens, j'vais faire une liste, Seigneur. Bon, comme ça, un an à me préparer comme ça, deux ans, trois ans… 'Sais-tu, Seigneur, ça fait au moins dix ans que j'me prépare?' Puis, j'me sens obligée de toujours acheter! 'T'es sûr, Seigneur, que j'fais la bonne affaire?' Ah, oui, c'est toi, parce que ça vient des messagers. Je doute pas de tes messagers, mais c'est drôle, Seigneur, hein, les prêtres, ils en parlent pas… puis ceux qui le savent, ils n’en disent pas un mot à l'évêque. Est-ce que tu viendrais parler seulement que dans nos cœurs et pas à tes prêtres, puis tes évêques? Ah! alors moi, Seigneur, j'veux bien faire tes affaires, mais… me semble, c'est dur parfois…

Alors, Seigneur, j'vais changer mon fusil d'épaule. Là, j'vais aller chez quelqu'un. Là, j'vais regarder partout qu'est-ce qu'ils font. Hey! lui, y'a des panneaux solaires; lui, y'a un poêle à bois avec ben des cordes de bois à côté de la maison…hey, y'a assez de nourriture dans la maison que j'me demande, mec'que j'aille chez lui, où j'vais dormir avec les autres? Hey, y'a des couvertures, y'a des oreillers… mais où sont les places pour dormir, Seigneur? Oh! dans le garage : y'est plein, le garage, Seigneur! J'ai pas trouvé une place où il y avait de la place pour tout le monde! Hey, Seigneur, t'es mieux de nous réchauffer les nuits, parce que s'il faut qu'on aille dans l'champ, il va falloir qu'on se réchauffe entre nous! Alors, Seigneur, ça fait cinq ans que j'voyage, là, de refuge en refuge, pour essayer de savoir où j'vais m'placer, et j'ai pas trouvé l'bon encore! Surtout quand je commence à analyser les caractères des uns et des autres, y en a aucun à ma hauteur, Seigneur! Qu'est-ce que j'vais faire moi, Seigneur, mec'qu'ça commence à transpirer tout ce monde-là? Qu'est-ce que j'vais faire moi, la nuit, mec'qu'y en ait un qui ronfle, puis l'autre y ronfle, puis là ça s'met à ronfler partout dans maison? Oh la la! J'vais me r'trouver dans la cuisine avec un paquet de femmes! Moi, j'suis habituée à faire à manger d'une telle façon, puis les autres là, si j'regarde comment ils mangent, j'suis pas sûre moi que j'vais accorder ma cuisine avec leur cuisine!

Seigneur, tu sais, là, j'ai soixante et quelque soixante-dix, puis j'vais-tu me r'trouver avec des bébés puis des p'tits enfants de deux, trois ans? Puis, y peut en avoir dix, quinze, qui va s'occuper de tous ces enfants-là? J'en ai eu dix, moi, mais j'veux pas r'commencer, là, j'ai élevé les miens! Alors, c'est à ça que tu nous prépares? 'Comment on va faire tout ça, Seigneur?' Cinq ans, puis déjà j'en ai assez de chercher le refuge! Alors, là, Seigneur, j'vais te laisser parler parce que là, j'suis tellement écartée, toute mélangée dans tout ça! Que ton retour, Seigneur, là, y'm'fait découvrir bien des affaires! Il semble qu'au tout début, c'était plus facile ton retour, Seigneur. C'était-tu l'fun quand on entendait ça! Il me semble que c'était pour tout de suite, mais ça fait quinze ans, vingt ans, vingt-cinq ans! Y'en'a qui disent que ça fait trente ans qu'ils attendent çà!... Mais alors, Seigneur, viens nous parler, on en a besoin!

Alors, dans notre cœur, on va laisser parler le Seigneur. On en a tous de besoin après avoir entendu ça, parce que c'est ce qu'on vit. Si un jour – et Dieu dit que c'est bientôt – on va se retrouver ensemble dans les refuges, il va falloir qu'on l'écoute.

Jésus : Ce que la voix de Dieu fait en votre vie, c'est ouvrir votre cœur. C'est la clé de votre refuge. C'est par votre cœur que vous allez entrer chez vous. Oui, je dis chez vous, mes enfants, parce que vous entrerez chez moi. Vous entrerez dans ma Demeure et je vous inviterai à faire comme si c'était chez vous. Ma Demeure est votre demeure. Tout ce que vous allez y trouver sera de l'amour pour vous-mêmes.

En tout premier lieu, mes enfants, vous allez apprendre à vous découvrir et à accepter d'être transformés par mes grâces. Je vais vous faire arrêter devant ce que vous êtes afin que vous puissiez vous regarder. Lorsque vous apprenez à vous regarder, vous apprenez à vous calmer, vous apprenez à découvrir que ce que vous êtes devenus est entre les mains de Dieu et que Dieu se charge de vous-mêmes.

Mes enfants, comme vous êtes maintenant, vous ne seriez pas des bons hôtes pour votre demeure, car vous vous déclareriez la guerre. C'est contre vous, mes enfants, que vous seriez incapables de vous aimer. C'est contre vous que vous vivriez ce moment. Tout ce que vous avez besoin, c'est de vous regarder afin de vous aimer. Lorsque vous apprenez à vous aimer, vous devenez plus patients envers vous-mêmes, vous apprenez à ne pas élever la voix, car vous entendez vos paroles et vos paroles résonnent très fort à l'intérieur de vous. Ainsi, vous prenez conscience que vous vous blessez.

Tout enfant qui se sait être de douceur est aimable envers lui-même : il laisse plus de place pour son bon caractère; il laisse passer ses paroles d'amour en premier; il retient ce qui n'est pas poli; il est prêt à laisser passer son amour avant ses besoins; il découvre qu'il aime être respectueux envers lui-même; il est prêt à apprendre pour que son être intérieur se laisse remplir des connaissances du Saint-Esprit, car il apprend à reconnaître que tout ce qui est bon vient du Saint-Esprit; il ouvre son cœur à la lumière et son cœur se gonfle d'amour, et tout ce qui est en lui commence à avoir une odeur d'amour : il a une meilleure haleine, il est sans odeurs extérieures, tout ce qui sort sous ses aisselles n'incommode pas son moi, alors il a plus confiance en lui-même, il sait qu'il ne dérange pas son prochain; alors, tout son système nerveux est au ralenti, il a besoin de se sentir dans son repos. Il est douceur. Il aime ce qu'il est, car ce qu'il est ne fait pas de bruit; ainsi, il peut dormir la nuit en sachant qu'il ne dérange pas ses propres oreilles, alors il se réveille moins la nuit. Lorsqu'il se réveille, c'est pour prier, pour dire merci à Dieu de ce qu'il est en train de vivre.

Petits enfants d'amour, je décris ce que je suis en train de faire avec vous-mêmes. Je vous transforme avec mes grâces d'amour pour vous préparer à vivre dans votre refuge : votre refuge intérieur. Vous apprenez à regarder combien il est bon de vivre en vous sans exiger du prochain, parce que vous êtes comblés par vous-mêmes. Vous apprenez à ne pas déranger celui qui est occupé, car vous connaissez vos propres occupations. Vous ne prenez pas la place de votre prochain, car vous savez que votre prochain fait ce qu'il a à faire devant Dieu. Votre loisir s'en tient à partager ce qu'il y a de meilleur en vous : l'amour de Dieu. La Parole de Dieu devient pour vous une nourriture que vous aimez partager. Votre voix commence à s'harmoniser avec vos cordes vocales et les louanges au Seigneur vous remplissent d'allégresse. Les chants réchauffent votre cœur. Vous ne ressentez plus le froid extérieur, car votre chaleur est à l'intérieur.

Dieu fait des merveilles avec vous. Vous apprenez à parler avec le langage du Saint-Esprit, car vous savez que ce qui vient est en train de se réaliser. Vous qui attendez depuis si longtemps, mes enfants, venez à moi et mangez. Cette Nourriture vous est nécessaire pour obtenir beaucoup de grâces. Ce sont vos provisions pour demain. Sachez reconnaître les temps, mes enfants. Sachez reconnaître que vous êtes des signes d'amour pour ceux qui sont autour de vous. Bientôt, je vais leur ouvrir les yeux, je vais leur ouvrir les oreilles et ils vous verront et ils vous entendront. Laissez-moi vous donner à manger. Je vais multiplier en vous tout ce qui vous est nécessaire et que vous recevez au quotidien. Cela sera pour vous et pour ceux que vous portez en vous : votre prochain.

Vous qui rassemblez vos provisions et que vous pensez à votre prochain, votre nourriture est pour demain. En ce moment même, ce que vous obtenez, c'est une Nourriture quotidienne pour le présent. Vous vous laissez nourrir par Dieu et je nourris en même temps mes enfants qui vont bientôt venir à ma Table. Je vais ouvrir grandes les portes, mes enfants, et je vais les appeler, et ceux que j'appellerai iront vers vous. Chaque enfant (est) choisi. J'ai moi-même choisi ceux qui iront vers les choisis. Vous avez besoin de bien manger ce que je vous donne, car vous aurez beaucoup, beaucoup, beaucoup d'ouvrage, mes enfants.

La moisson est abondante. Ouvrez vos oreilles à ce que je vous dis. Je vous enverrai les enfants qui vous sont destinés par la Parole. Votre parole sera une nourriture pour eux. Alors, ce que vous obtenez en ce moment même va les nourrir. Comme vous obtenez la nourriture avec votre propre abandon, la nourriture qui entre en vous est selon votre abandon. Je respecte qui vous êtes. Avec les grâces que vous obtenez de ma Mère, vous laissez le Fils de Dieu vous nourrir, et je vous nourris selon la place que vous me donnez. Et ceux qui iront vers vous, ce sont ceux qui auront besoin de la Nourriture qui est acceptée par vous et qui vient de Dieu. Comprenez, mes enfants, que les enfants qui sont autour de vous vont avoir faim d'une telle nourriture, parce qu'ils sont comme votre caractère.

Je rassemble mes enfants. Je suis en train de faire, mes enfants, le plus grand rassemblement des élus de mon Père. Ceux qui sont dans leur oui à l'Amour, par vous je leur donne des grâces, et ces grâces sont en train de les transformer afin qu'ils puissent tout accepter de Dieu. Je les dirigerai, avec mon amour, vers ceux qui seront capables de les accueillir, et ils seront accueillis comme un enfant qui entre chez lui. Il y a si longtemps que j'attends mes enfants afin qu'ils entrent à la maison. Je vous ai, moi, si attendus. Je vous ai appelés, appelés et appelés! Je vous ai envoyé ma Mère. Je vous ai fait connaître mes messages afin que vous puissiez prendre connaissance de ce que je vous demandais. Ceux qui ont ouvert leur cœur ont accueilli mes grâces et ils ont laissé leur Dieu les transformer. Vous avez laissé votre Dieu prendre de la place dans votre vie. Je vous ai montré mon amour, j'ai parlé en votre vie, je vous ai montré des signes venant du Ciel afin que vous puissiez vous abandonner. J'ai faim de mes enfants, j'ai soif de mes enfants. Vous êtes prêts, mes enfants, maintenant, pour donner à manger à mes enfants. Ceux qui devront venir, je suis en train de les appeler. Il reste si peu de temps! Lorsque les portes se fermeront, tout commencera.

Petits enfants d'amour, vous verrez ce qu'il y a à l'intérieur de vous, chacun comme vous êtes. Vous entendrez vos propres paroles, vous verrez ce que vous avez fait et vous comprendrez que vos paroles ont porté des conséquences. Ce que vous avez entendu et que vous avez accepté se fera connaître à vous et vous verrez ce que cela a fait comme conséquences, ainsi que vos actions, ainsi que ce que vous avez ressenti. Toute votre vie sera en connaissance de vous-mêmes et ma miséricorde sera sur vous. Il y aura des guérisons, il y aura des libérations, car chacun devra vivre cela dans l'abandon. Plus vous obtenez des grâces, mes enfants, pour ceux qui sont autour de vous, plus les grâces que je dépose en vous en ce moment même vous rendront capables de regarder ce que vous allez vivre. Cela préparera les enfants à ce que j'attends d'eux et cela vous prépare à ce que j'attends de chacun de vous.

Il faut commencer, mes enfants, dès maintenant à vous aimer, à vous accepter, à vous reconnaître comme ayant besoin de la miséricorde de Dieu. Ne perdez plus de temps! Pour vous, tout commence. Vous aurez besoin, mes enfants, de tout ce que Dieu est en train de faire avec vous-mêmes. Cela veut dire que votre être tout entier sera pour vous quelque chose de merveilleux : vous parlerez comme étant des êtres d'amour; vous consolerez ceux qui ont besoin d'amour, car ils auront besoin de s'aimer; vous serez patients, mes enfants, envers vous-mêmes, alors ceux qui viendront à vous auront besoin de patience pour qu'ils soient patients envers eux-mêmes; vous serez des êtres de partage, car eux auront besoin de partager et ils auront devant eux des modèles.

Je vais faire de vous des êtres remplis d'amour, d'abandon entre les mains de Dieu. Fermer vos oreilles à l'esprit de ce monde est essentiel, fermer vos yeux sur tout ce que l'esprit de ce monde a mis devant ce monde, ne faire que des pas pour Dieu et ne plus faire des pas pour ce monde, vous accomplir au présent avec un esprit d'amour, car cela est pour vous essentiel d'obtenir des fruits d'amour. Tout ce que vous entendez doit débuter, car, petits enfants d'amour, tout ce que vous connaissez qui est dans votre vie et qui vient de l'esprit de ce monde devra ne plus être. Avec mes grâces, vous allez apprendre à vous dépouiller de tout ce qui est inutile. Tout ce qui est inutile, mes enfants, dans vos demeures et qui seront des refuges, devra disparaître. Tout cela est de la Volonté de mon Père.

Satan va frapper très fort, mes enfants, et il se servira de tout ce qui est inutile autour de vous. Il faut écouter la voix du Seigneur. Je suis doux et humble de Cœur. Doux, mes enfants, il faut l'être pour vous-mêmes. Simple, mes enfants, il faut l'être pour vous-mêmes. Vivre en l'Église comme l'Église le veut. Je suis venu en votre monde et j'ai pris naissance dans une étable, couché dans une mangeoire, afin que vous puissiez avoir la force de vivre avec simplicité. Il y a seulement qu'en vous dépouillant que Satan ne pourra rien contre vous. Plus vous allez être doux envers vous-mêmes, plus il n'aura plus d'emprise sur vous. Plus vous allez être dépouillés de l'orgueil de ce monde, plus il n'aura pas d'emprise sur ce qu'il y a autour de vous afin de vous atteindre.

Voyez-vous, mes enfants, il y a en vous des mouvements et il faut que vous les regardiez. On vous a tellement donné ce qui vous plaisait que cela a mis prisonniers vos sens entre les mains de celui qui vous veut du mal. Soyez prêts pour ce qui vient en étant vrais envers vous-mêmes. Je parle pour votre bien, mes enfants. Vous êtes rendus là dans votre temps d'éternité.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Le Seigneur va nous montrer qui nous sommes bientôt. Alors, préparons-nous. Regardons qui nous sommes. Ne cachons pas à notre miroir le visage que nous verrons. Oui, nous aimons bien nous regarder; oui, nous aimons bien bien paraître. Il n'y a que le coiffeur qui sait la couleur de nos cheveux. Alors, cessons de nous cacher ce que nous savons. Il n'y a que Dieu qui puisse regarder notre beauté. Nous l'avons si souvent mise sous notre maquillage! Il va falloir vivre cela avec la vérité de Dieu. Il va nous en falloir des grâces pour renoncer à ce que l'esprit de ce monde a fait avec nous.

Comment se fait-il que nous ayons besoin tant de nous maquiller, de nous coiffer, de nous habiller? Dans le but de nous séduire. Ne nous cachons pas que nous voulons nous séduire, autant l'homme que la femme. Dieu nous a expliqué que les sens ont été éveillés. Oh, ce n'est pas parce qu'ils étaient endormis, mais ils ont été séduits par les esprits impurs. Ève n'avait pas besoin de se maquiller, ni sa descendance, sauf celle qui fut celle de Caïn. Lorsqu'ils sont partis au loin – parce que Dieu a dit à Caïn de s'éloigner, et Caïn a dit ces mots : "Si je pars au loin, on lèvera la main sur moi", et Dieu a dit : «Je mets une marque sur ton front et on ne te touchera point» - lorsque Caïn partit avec sa descendance, il s'en alla et il s'installa, mais il n'était pas seul. Il y avait des êtres qui les regardaient. Ces êtres avaient été sous le pouvoir de Satan et des esprits impurs, car avant que l'homme se multiplie de génération en génération, Satan, lui, n'a pas perdu de temps. Ils – lui et les esprits impurs – ont possédé les animaux et les animaux ont été manipulés par les esprits impurs; alors ils se sont accouplés entre différentes espèces. Il y eut mutation et ils continuèrent jusqu'à vouloir des êtres qui étaient à la ressemblance des humains.

Dieu est le créateur. Satan et les anges impurs ne peuvent pas créer. D'ailleurs, nous, nous ne pouvons pas créer, il n'y a que Dieu qui puisse créer. Alors, il y eut transformation de ce qui était. Nous, lorsque nous créons, nous créons à partir de. Si l'on veut créer, comme une chaise, on prend des métaux qui existent déjà et là, on fait une chaise : on fait une création dans la création. Si l'on prend de l'eau, l'eau, il a fallu qu'elle soit créée, alors l'eau vient de. Il n'y a qu'un seul Créateur et les esprits impurs ne peuvent pas créer; donc, il fallait qu'ils transforment. Ces êtres étaient grands, ils avaient une force beaucoup plus grande, plus forte que l'être humain. Leur habilité était telle qu'ils pouvaient facilement monter, avec les deux jambes d'en avant, des arbres. Alors ces êtres regardaient la descendance de Caïn et ils apprenaient, ils apprenaient à se maintenir en groupes, comment ils priaient, comment ils se comportaient dans la nourriture. Tout était là pour regarder ce qu'ils faisaient dans le but de les approcher.

Ils ont approché les femmes, au tout début. Lorsqu'ils ont approché les femmes, ils leur ont fait développer leurs sens. Ils leur ont montré comment se coiffer, comment mettre ce qu'ils avaient comme habits, mais en faisant ressortir leurs formes. Ils leur ont montré comment faire ressortir leurs regards avec du maquillage. Tout cela faisait développer leurs sens vers ce qui était excessif. Ça les rendait séduisantes et elles ont aimé ce qu'elles ressentaient, si bien qu'elles ont couché avec ces animaux qui avaient un aspect humain. Elles étaient consentantes. Les esprits impurs ont été plus loin encore. Ils leur montraient comment attirer les hommes, ils leur montraient comment être des séductrices pour pouvoir les contrôler. Cela devenait un pouvoir entre les mains des femmes afin d'avoir l'homme qu'elles voulaient.

Mais les esprits impurs n'ont pas fait cela que pour vouloir que la femme séduise l'homme qu'elle voulait! Ils voulaient approcher les hommes; alors, ils se sont servis des femmes. Les hommes se sont approchés et eux aussi ont goûté à ce qu'ils ne devaient pas goûter. Ils ont ressenti ce qu'ils n'avaient jamais ressenti, car leurs sens étaient développés par ces animaux. Tout devenait un déséquilibre : l'homme perdit sa force, l'homme perdit son contrôle d'amour, il devait dorénavant se cacher, car il connaissait la honte que causaient ses sens. Ils allèrent même vers les animaux. L'homme était corrompu. L'homme et la femme possédés l'un et l'autre par consentement mirent des enfants au monde. On les appelait 'les enfants des hommes', car ils se donnaient pouvoir.

Et Dieu, aujourd'hui, nous dit ce qui s'est passé, non pour nous démontrer notre bassesse, mais pour nous libérer. Il veut nous démontrer que nous sommes à Dieu et que nous devons nous aimer. Nous devons aimer l'être que nous sommes sans nous tricher. Marie n'a jamais été frappée par ce que nous, nous avons été frappés : l'impureté. Marie est pure en toute pensée, en tout regard, en toute parole, écoute, sentiment et geste. Elle sait, Marie, que nous avons besoin de grâces. Sans les grâces de Marie, nous ne pourrons pas nous en sortir, parce que nos sens ont été connus de nous dans leur impureté depuis ce temps.

Comprenons que Dieu n'a jamais condamné ses enfants. Il nous a aimés et il nous aime parce qu'il est le Seul qui savait ce qui s'était passé. Lorsque la terre fut détruite, totalement détruite, il a été chercher Noé, parce que la terre entière, la terre, était dans l'impureté, sauf la famille de Noé, les seuls qui acceptaient d'écouter Dieu, parce que leurs sens attaqués étaient encore à l'écoute de Dieu. Aujourd'hui, si nous sommes capables d'écouter la voix du Seigneur, malgré que nos sens sont esclaves de l'impureté, c'est parce qu'il nous a gagné notre place. Il a porté tout ce que nous, nous avons fait par nos mauvais choix. Il sait que nous avons besoin d'aide. Il nous envoie sa Mère.

Oui, nous ne nous maquillerons plus. Oui, il n'y aura plus de teinture bientôt. On n'aura plus besoin de nous séduire pour séduire. Oui, nous marcherons devant Dieu avec des pas de pureté, pas des pas de séduction. Oui, notre regard sera pur, car notre regard appartient à Dieu et il nous l'a donné. Notre écoute est à Dieu, car notre écoute vient de Dieu. Notre écoute ne sera plus esclave de ce qui est contre Dieu, elle servira la pureté. Nous n'aurons plus peur de nous dire chastes et purs, car nos gestes porteront à l'amour, à l'amour de Dieu, à l'amour de nous-mêmes, pour nous-mêmes et pour notre prochain.

L'esprit de ce monde va s'autodétruire. C'est ce qui est en train de se passer. Qui fait qu'il y a des guerres si ce n'est que l'homme et la femme sont esclaves de leurs sens? Les sens ont connu le pouvoir et les sens veulent toujours se maintenir dans le pouvoir. Nous venons au monde, et à cause de nos sens nous utilisons le pouvoir. Même l'enfant utilise ses sens pour obtenir, avec son pouvoir, ce qu'il veut parce qu'il a été témoin de cela. Nous sommes des enfants de Dieu et Dieu va nous le montrer tranquillement. Notre habillement va être simple. Nous allons arrêter de suivre une mode qui nous amène là où on ne veut pas aller. On va arrêter de consommer, de consommer, de consommer.

Lorsque nous avons été en Colombie, Dieu nous a fait entendre l'esprit de Satan et Satan a été obligé de dire : "Vous ne méritez pas votre Dieu". Il nous a même dit : "Cessez votre consommation". Il a été obligé de dire cela. C'est lui qui a mis en nous tous ces besoins et dans le but de ne plus aimer Dieu. Dieu ne nous a jamais laissés. Il fallait qu'on vive ce qu'on avait à vivre pour nous amener là où nous sommes aujourd'hui. On était tellement amoureux de notre chair, amoureux de nos sens, que si Jésus nous avait demandé, il y a cinquante, soixante, cent ans d'ici : «Veux-tu me donner ta volonté humaine?», on aurait dit non.

Maintenant, on est prêts, on est prêts à dire : "Oui, je ne veux plus de ma volonté humaine. Je veux vivre ma vie, pas celle qu'on a voulu me faire découvrir pour m'éloigner de Dieu". Plus nous allons laisser Jésus transformer notre vie, plus nos sens vont redevenir tels qu'ils étaient. Alors, nous, nous aurons beaucoup plus de patience envers nous-mêmes, ce qui fait qu'on va avoir de la patience envers notre prochain. La colère ne sera plus en nous. Il n'y aura plus d'envie. On n'aura plus peur de manquer d'argent, car l'argent n'aura plus de pouvoir sur nous. L'argent n'a du pouvoir que sur nos sens, pas sur les enfants de Dieu. C'est ce que Dieu nous apprend.

Alors, en ce moment, nous avons encore nos sens tellement impurs qu'on a besoin de se reposer.