Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Dozulé, France,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus.
 

2008-03-09 - P.M.  Partie 2

 

 

La Fille du Oui à Jésus en l’Esprit-Saint : Nous avons apporté avec nous quatre volumes qui ont été écrits, comment? J’ai pris un crayon, un papier et j’ai écrit ce que j’entendais à l’intérieur de moi : une voix à l’intérieur de moi et qui est celle de Jésus. Quelquefois, Grand-maman sainte Anne a parlé aussi, quelquefois c’est Dieu le Père ou Dieu le Saint-Esprit et Maman Marie. Il y eut aussi des âmes, des âmes du purgatoire, selon la Volonté de Dieu. Il y eut aussi des âmes qui sont en nous.

Nous sommes en communion avec les autres âmes, et tout cela s’est fait dans la Divine Volonté. Dieu ne m’a jamais obligée à être abandon en une âme souffrante, me laissant vivre sa souffrance, la ressentant en ma chair comme si c’était moi qui étais dans son mouvement de vie. Dieu respectait qui j’étais et l’âme, mon frère ou ma sœur, consentait à donner ce moment-là à Dieu en criant : «Aide-moi.» À cet instant, Dieu saisissait cette âme et il permettait que je sois en communication avec cette âme. Dieu ne viole jamais l’intérieur de ses enfants, il attend que ses enfants s’abandonnent et qu’ils donnent leur oui.

Tout cela a été écrit par la puissance du Saint-Esprit. Quelquefois, le Saint-Esprit m’a fait revivre ce que je n’avais jamais compris : tout ce que j’avais vu à l’intérieur de moi et quelquefois à l’extérieur de moi. C’est le Saint-Esprit qui faisait tout, et tout cela c’est pour nous.

Jésus n’a jamais voulu que j’écrive Francine Bériault, mon nom de femme mariée. Il a dit : «Tu t’appelleras la Fille du Oui à Jésus, car tu es ce que les autres sont.» Vous êtes toutes des filles à Jésus, du oui à Jésus. Nous appartenons au oui et cela est à Jésus; les fils du oui, une appartenance au oui, et cela est à Jésus, car Dieu le Père a tout donné à son Fils.

Ce qui est écrit, c’est chacun de nos mouvements en l’Église. Jésus dit : «Lorsqu’il y a un 'je t’aime', c’est un flot de grâces.» Nous devons lire enveloppés du Saint-Esprit, et non pas le lire comme un roman avec la volonté humaine : vous ne recevrez pas la grâce que Dieu veut donner.

Nous avons aussi des DVD. Est-ce qu’il nous en reste, Nicole, des DVD? Il nous reste des DVD. Alors, ça a été voulu de Dieu, ça, c’est tout nouveau, les DVD. Pourquoi? Parce que Dieu dit que le mouvement va aller chercher les personnes qui ne veulent que regarder.

Il y eut avant des CD, mais des CD wave ou MP3, ce ne sont que des sons. Nous n’en avons apporté qu’un : c’est une prière. Tous les autres, c’est un travail, il faut changer ça pour la France, hein. Alors, il y en a qui vont chercher ça sur Internet et qui peuvent en reproduire le son sur un CD. Les prix sont les prix de Dieu et pas les nôtres. Dieu a dit : «Vous ne ferez pas un sou, pas un centime, un euro non, un demi je ne sais pas là, un centime avec mon œuvre.» Alors, ce qui est demandé, c’est simplement comme le Frère Germain qui s’occupe de cette œuvre a dit : "Ce ne sera qu’un échange, tu ne feras pas un sou, mais tu entreras dans l’argent pour pouvoir en reproduire d’autres", et il a dit : "Ça, c’est l’œuvre du Seigneur."

Le montant demandé pour les DVD et le CD, c’est simplement le montant pour l’achat d'estampes, l’électricité, les appareils parce que ça s’use.  Il faut les remplacer, il y en a partout. Nous avons de l’aide de partout et ce sont tous des bénévoles : personne ne demande un montant. Alors, il est naturel que nous puissions les aider en ce qui concerne le matériel. C’est notre œuvre, ce n’est pas l’œuvre d’une personne, c’est l’œuvre de Dieu. Nous appartenons à Dieu. Alors  «Multipliez» qu’il a dit.

Voilà pourquoi tout est sur l’Internet. Les livres sont au complet sur l’Internet. Vous pouvez les lire, mais les sortir, ça va vous coûter plus cher que ce qu’il nous a donné comme montant. Une personne a voulu le faire et son mari après, il a dit : "Mais je viens de t’acheter une cartouche neuve. Qu’est-ce que tu as fait?" Elle a dit : "Ça m’en prend une autre, je n’ai pas terminé." Alors, c’était dispendieux.

Tout est pour nous. Dieu veut que vous sortiez cela et que vous les répandiez, mais il demande de ne pas changer ses mots, car si nous changeons les mots, c’est notre volonté humaine : pas de grâce, pas de guérison, pas de libération.

Dieu va nous laisser faire, jusqu’au moment où il viendra nous chercher : «Que fais-tu de mes grâces? Attends, je vais te montrer.» Alors, il va nous montrer. Tout cela est pour nous, c’est l’œuvre de Dieu, c’est ce que nous sommes.

Alors, on va prendre ces dix minutes de repos et nous allons faire comme un échange. Et ça se fait depuis quelque temps.

Les personnes posent une question et Dieu répond, et surtout pas moi. La volonté humaine n’a pas à parler. Là, ce que Dieu fait, il le fait dans sa Volonté. Il y a des questions qui se posent et ces questions-là ne doivent pas comporter des questions personnelles. Des questions personnelles : "Je vends ma maison ou je demeure avec?" ça, c’est une question. Posez-la à Dieu, il va vous donner la réponse. Vous allez recevoir la réponse dans la paix. Si vous voulez comme changer d’emploi et que vous vous maintenez dans l’inquiétude et que vous continuez toujours à douter que vous avez la réponse en vous, vous vous maintenez dans le doute, dans la peur; alors, Satan joue avec vous.

Alors, c’est impossible pour vous de vous maintenir dans la Volonté de Dieu. Priez et demandez la grâce de la paix et lorsque vous ressentez qu’il monte en vous une réponse ou une parole, ou quelqu’un qui arrive à vous et que vous vous maintenez encore dans la paix, cela est à Dieu, rendez grâce à Dieu et allez sur le chemin de Dieu. Et si sur le chemin de Dieu, Dieu vous fait passer par quelque chose pour arriver à un autre endroit, eh bien, c’est parce que vous aviez à passer par-là. Laissons à Dieu ce qui est à Dieu, mais nous, donnons notre oui comme un tout petit enfant. Alors, si vous voulez, on va commencer tout de suite. Il y en a qui veulent commencer à poser une question pour l’Église?

 

Q.  J’ai reçu deux femmes évangélistes, une qui venait de la Californie et l'autre du Canada, et je voudrais savoir si cela vient bien de Dieu…

 

R.  Jésus : Enfants d’amour, Dieu est la Lumière du monde. Dieu vient apporter à ce monde ce qu’il a besoin pour se reconnaître amour. L’amour est en tous les enfants qui se reconnaissent être à Dieu.

Tout enfant qui veut se donner par amour pour tous les enfants du monde, et qu’il reçoit de Dieu des grâces afin qu’il puisse être totalement abandon est voulu de Dieu. L’enfant qui se garde dans sa volonté, voulant aider tous les enfants du monde avec sa volonté, Dieu le regarde et Dieu le soutient dans sa volonté jusqu’au jour où il abandonnera sa volonté; ainsi, tous ceux qui sont en lui recevront des grâces.

Dieu ne vient pas juger ses enfants. Dieu vient apprendre à tous les enfants du monde à vivre l’abandon, à vivre la miséricorde, à être totalement dans la Volonté de Dieu. Lorsque la paix est en les cœurs, les grâces passent; lorsque le doute et les inquiétudes font place en un enfant de Dieu, les grâces demeurent pour l’enfant afin qu’il puisse être amour inconditionnel pour les enfants qui vivent dans leur volonté humaine.

Dieu est trop amour pour juger, seuls les enfants se jugeront. Comme un voleur, il sait, lui, ce qui est à son prochain. Un jour, il se verra devant son geste et Dieu lui dira : «Je t’aime, regarde-toi et juge-toi avec mon amour et profite de mes grâces, car j’ai choisi des enfants prêts à se donner pour que tu sois prêt pour ce jour avec les grâces qu’ils ont obtenues par leur amour d’enfant : cela est pour toi.»

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Dieu connaît ceux qui veulent nous aider avec leur volonté humaine, mais Dieu ne les condamnera pas. Dieu va leur montrer que ce qui est à Dieu est à Dieu et ceux qui se laisseront prendre par la tromperie de Satan, Dieu demandera aux autres : «Prie, prie sans chercher à savoir, mais abandonne-toi comme un enfant.» Cela nous est demandé afin qu’eux s’abandonnent comme un enfant entre les mains de Dieu. Il faut, avant de lire tout message, demander au Saint-Esprit de nous envelopper et c’est avec cela que nous pouvons voir et comprendre, et cela a toujours été. C’est pour notre temps aussi.

Lorsque Jésus a dit à ses apôtres qu’il y aurait de faux prophètes, il ne leur a pas donné un nom afin qu’on puisse l’apprendre. Il aurait pu le faire, il savait, mais il ne voulait pas que ses enfants soient privés des grâces de l’abandon de la confiance en Dieu. Alors, nous serons doublement récompensés de les soutenir avec son amour. Voilà la miséricorde de Dieu.

Ne nous laissons pas prendre par la fausseté. Un seul, un seul enfant qui parle contre son prochain n’est pas de Dieu : le messager, mais l’enfant de Dieu est de Dieu. Nous reconnaîtrons la vérité par notre intérieur, pas par l’extérieur : nous le ressentirons. Nous n’aurons pas quelque chose d’écrit ou d’entendu, ce sera en nous : tout jaillira de l’intérieur. Il n’y a que la grâce qui puisse faire jaillir en nous cette joie et cette paix : que la grâce. Si vous ne ressentez pas la grâce, eh bien, allez prier, allez prier Dieu pour que la grâce jaillisse et se répande sur tous les enfants du monde. La tromperie ne nourrit pas tous les enfants du monde et le jugement non plus. Amen.

 

Q.  Est-ce que vous pouvez nous parler de la grâce?

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en l’Esprit-Saint : La grâce, c’est un mouvement qui nous vient du Ciel, la grâce nous fait avancer : c’est une nourriture pour notre âme. Seule notre âme peut être enveloppée de la sainteté de Dieu, seule la grâce peut nous amener à nous faire comprendre que nous sommes amour et que nous devons nous donner comme Jésus s’est donné. Pour cela, la grâce nous atteint par l’âme : il faut aller vers les sacrements, il faut aussi profiter des sacramentaux, il faut être amour.

La grâce, c’est comme un manteau qui nous enveloppe : nous avons moins froid avec la grâce de Dieu, nous sommes prêts à réchauffer les autres avec la grâce de Dieu. Pour que nous puissions être enveloppés de la grâce de Dieu, il faut toujours se voir tout petits; même les grands pécheurs ont droit à la grâce. À Dieu de régenter ses grâces. S’il veut se servir d’une âme immaculée, par la grâce sanctifiante, pour aller aider un enfant qui ne veut pas de Dieu, eh bien, ça c’est l’affaire de Dieu, c'est lui qui sait le moment où il se laissera envelopper par la grâce.

Combien d’entre nous avons su qu’un tel avait commis, même le meurtre, et le voilà qu’il marche comme un saint, qu’il se dépouille de tout, qu’il aime son prochain jusqu’à vouloir donner son manteau pour le réchauffer. Ça, ce n’est que la grâce qui peut faire ça, qui vient du Ciel par l’âme. La chair impure, conditionnelle aux grâces, elle, ne reçoit pas la grâce directement de Dieu, la grâce vient par l’âme.

Aujourd’hui, si nous ne voyons pas la grâce, c’est parce que nous avons beaucoup aimé notre chair. Nous l’avons tellement soignée! C’est nous qui lui avons mis des manteaux de fourrure dessus, c’est nous qui avons voulu la draper de velours, c’est nous qui avons voulu en prendre soin avec de la soie. Dieu, lui, lorsqu’il met un manteau, houp! des fois, c’est lourd à porter; sans la grâce, on ne serait pas capable d’avancer. La grâce de Dieu, c’est quelque chose qui nous amène à nous dépasser. Voilà la grâce! Amen. Merci, Seigneur.

 

Q.  Voulez-vous parler, Francine, des trois jours de ténèbres?

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en l’Esprit-Saint : Il y aura un temps voulu par Dieu le Père et ce temps sera pour nous un mouvement d’amour. Lorsque le Saint-Esprit nous fera entrer en nous, nous n’entrerons pas (par) notre volonté humaine. La volonté humaine n’agira plus sur nous.

Dieu seul nous sera présence. Il nous enveloppera de sa justice d’amour et une fois enveloppés avec sa justice d’amour, nous serons dans un accomplissement de purification. Avec les grâces que les choisis auront obtenues par l’abandon, par la sainteté, par les instruments à notre disposition, parce que les sacrements c’est quelque chose que l’on peut voir, c’est quelque chose qu’on peut toucher, c’est quelque chose qui nous est donné, afin qu’on puisse être toujours en état de grâce. Tout cela fait en sorte que ceux qui sont en nous profitent de ces grâces. C’est avec cela que nous serons devant nos pensées, toutes nos pensées pures, impures; cachées : elles ne le seront plus; inconnues : elles nous seront connues, parce que nous porterons tout ce qui est en notre chair pour le présenter à Dieu.

En ce moment, nous portons des pensées qui viennent du début de la création, ce qui fait de nous des enfants sujets à tomber dans la tentation. On ne veut pas penser, nous, du mal de notre maman, on ne veut pas. Pourtant, dans les moments de tentation : "Hey, comme elle est fatigante : je suis marié(e) et elle vient se mêler de mon ménage", et pourtant, on l’aime notre maman. On aime bien quand elle vient faire la vaisselle alors qu’on vient d’accoucher, hein? Ça, ça fait notre affaire.

Notre pensée est manipulée par la volonté humaine. Tout cela, nous le verrons en ces moments-là. Tout ce que nous avons vu et tout ce qui a été vu et qui est en nous, et dont Satan s’est servi pour nous amener à commettre l’impureté, à commettre tout ce qui est contre Dieu, contre nous et contre notre prochain, nous sera montré. Dieu ne fait pas ça pour nous punir, Dieu veut qu’on lui donne : "Je te donne cause, choix et conséquences."

Cause : c’est le péché qui a fait que j’ai vu.

Et j’ai accepté l’impureté et j’ai laissé ça entrer à l’intérieur de moi, ce sont mes choix, ce sont les choix de ceux qui étaient avant moi et dont ma chair porte.

Ce sont les conséquences de tout cela qui font que je tombe toujours dans le péché; ces conséquences : c’est une maladie, c’est une faiblesse, une jalousie, de la guerre, du divorce, de la solitude, de l’indifférence. Ce sont les conséquences : la mort. La mort terrestre est la conséquence de celui qui a dit oui à la femme qui voulait connaître la volonté humaine : "Je choisis le bien ou le mal." Cela a été en elle à cause de la tentation due à Satan. Elle ne voulait pas, Ève, être comme Dieu, elle voulait tout simplement parler avec Dieu. Satan ne lui a pas dit cela. Elle s’est laissé tenter et nous en portons les conséquences, et cela sera devant nous et nous donnerons. De ce que nous donnerons, il arrachera le mal; de son Feu d’amour, il purifiera, et notre chair sera guérie, libérée.

Ces trois jours seront des jours de joie pour les enfants de Dieu. Les enfants de Dieu attendent cela, et nous le vivrons. C’est pour notre temps. Le temps de la purification de la chair, où toute parole qui a pénétré en nous et qui a frappé notre chair pour nous faire tomber par terre nous sera connu. Chaque parole nous sera connue. Nous donnerons cause, choix et conséquences, car ma parole a été contre Dieu, ma parole a été contre mon moi, ma parole a été contre mon prochain.

Lorsque Caïn a dit : "Je ne suis pas le gardien de mon frère", oh! cela nous a frappés, a frappé la chair. Et la chair s’est multipliée : nous sommes la multiplication de la chair. Nous venons de celui qui a été le premier créé, avec la Chair Pure, Immaculée : Jésus. Nous étions en Jésus.

Comprenons que, avant que nous soyons, Jésus s’est présenté aux anges. Jésus, Dieu Esprit dans la Volonté du Père, se fit voir aux anges : la Chair Immaculée, la Chair Parfaite se présentait aux anges, car Dieu contient tout. Dieu est le Tout. Tout ce qui est visible et invisible est en Dieu, est tout ce que Dieu est. Dieu n’a pas dit comme ça : «Matière, montre-toi!» Aucune matière n’est à l’égale de Dieu, aucune. C’est Dieu qui est ce que la matière doit être, car la matière vient de, on ne peut créer qu’à partir de : l’eau a été créée à partir de, l’air a été créé à partir de, alors nous venons de Dieu.

Nous sommes créés par Dieu et nous contenons tout ce que Dieu voulait pour nous. Nous avons en nous la création : nous portons tout ce qui est végétaux, nous portons tout ce qui est de minéraux, nous portons tout ce qui est terre, nous portons tout ce qui est lumière. Nous sommes la création de Dieu, alors à partir de la création : Adam est venu et le souffle de Dieu a donné vie. C’est l’amour de Dieu, la vie éternelle de Dieu que nous avons reçu. L’âme est éternelle, elle ne connaîtra jamais une fin, voilà pourquoi il est important de se maintenir dans la grâce de Dieu afin que l’âme soit toujours à Dieu.

Si nous, enfants de Dieu, refusons de vivre en Jésus, nous condamnons notre âme à la mort éternelle. Tout cela, nous le vivrons. Si celui qui porte un non catégorique à Jésus, si cela est, c’est parce que Dieu veut lui montrer tout ce qu’il refuse. Il montrera la conséquence de son non. Là est la souffrance, car il vivra cela sans les grâces de Dieu et non pas parce que Dieu ne veut pas son enfant. Il est mort sur la Croix pour lui, il s’est donné pour lui, mais il a donné la liberté : «Choisis mon amour. Je te donne la vie éternelle. Prends-la, elle est pour toi.»

Mais Dieu dit que ceux qui portent un non catégorique vont cracher au visage de Jésus et nous, nous ne saurons pas qui, parce que Dieu dit que cela c’est une trop grande souffrance pour nous. Lui seul jettera un dernier regard sur ces enfants pour qui il a donné sa Vie. Il ne veut pas que nous connaissions ce mouvement. Il nous dit : «Aimez inconditionnellement» et c’est avec cela que nous serons devant lui : un amour inconditionnel. Tout cela se passera en une triple cadence : un jour en trois, lorsque Jésus descendit aux Enfers : trois jours, trois nuits.

Nous trouverons souvent le chiffre trois partout, parce que nous venons de Dieu : Dieu Père, Dieu Fils, Dieu Esprit Saint. Nous avons offensé Dieu le Père, nous avons fait souffrir Dieu le Fils, nous avons refusé la puissance de Dieu le Saint-Esprit. Tout cela nous le vivrons devant Dieu : la Lumière.

Pour ceux qui portent un oui en eux, ils le vivront avec les grâces du Ciel que la Mère de Dieu nous a obtenues et le Fils de Dieu. Nous, il a fallu qu’on meure en Jésus pour les avoir, les obtenir. Lorsque nous allons demander pardon au pied de la croix, c’est au moment où nous allons à un prêtre. Là, le Sang de Jésus coule sur nous, nous sommes enveloppés de la grâce de Dieu : sa miséricorde.

Tout cela, nous le vivrons jusqu’au bout. En ce moment même, Dieu dit que tous les oui sont prêts à être dits, mais Dieu dit : «Je ne veux pas que mes enfants souffrent, alors mes petits choisis, faites ce que je vous demande afin qu’ils puissent nager dans les grâces de Dieu, cela est ma force. Je leur donnerai la force de vivre cela dans l’amour.» C’est le plus grand mouvement d’amour que nous allons vivre. La Rédemption de Jésus sera dans son mouvement d’accomplissement total pour tous ceux qui ont accepté d’être en sa Chair, la Chair qui est sur la Croix. C’est pour notre temps.

Il y en a qui vont être totalement purifiés, mais ils devront vivre cela jusqu’au dernier qui prononcera son oui. Ce qu’il ressentira, c’est une joie tellement grande que Dieu dit que si vous la ressentiez, là, en votre chair qui n’a pas passé ce mouvement encore, on tomberait mort de joie. C’est inexplicable ce que nous allons vivre! Cela est pour nous. D’autres ont commencé leur purification et sont appelés à aller vers Dieu le Père. Lorsque toute résurrection sera, c’est-à-dire à la fin du monde où le Fils de Dieu viendra en Gloire, là, ceux qui ont commencé leur purification de la chair la continueront. Ils ressentiront cette joie : une joie très grande de s’être donnés par amour pour leurs frères et ses sœurs du monde entier. Ce mouvement, nous allons le vivre jusqu’au bout.

Voilà pourquoi il réunit des petits groupes. Pourquoi nous avons tout cela? C’est parce que c’est Dieu qui le veut, ce n’est pas nous qui nous nous sommes choisis. Avant que nous soyons, nous étions déjà choisis, car Dieu connaît tout. À lui de gérer son temps, ses grâces, son éternité. Amen.

Merci, Seigneur.

 

Q.  ….. la Croix glorieuse?

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en l’Esprit-Saint : Ce que Dieu dit : "Ô Dieu Éternel, qu’avons-nous fait de tes révélations? Qu’avons-nous fait, nous qui voulons vivre ce moment de gloire? Nous nous sommes regardés et nous nous sommes interrogés : 'Pourquoi elle n’est pas montée? Comment se fait-il qu’on monte, là, en haut?' Hey! on voit une toute petite croix toute blanche, elle n’est même pas bleue et blanche. Eh bien, voyons, Seigneur, tu nous demandes ce que toi tu ne fais pas? À toi d’élever la croix, à toi de faire en sorte d’élever la croix. Ce n’est pas notre œuvre, c’est ton œuvre. Alors, dis donc Seigneur, qu’est-ce qu’on a fait pour que tu nous punisses? Nous, on la veut cette croix, on veut que cela arrive : ton retour!

Mais là, je ne dirais plus la même chose, Seigneur, parce que je viens de m’apercevoir que c’est moi qui n’est plus avec toi. Tu viens à moi pour m’amener là où je dois être : en toi. Bon, il va falloir que je change ma façon de te parler. Alors, écoute bien cela, Seigneur : 'Pourquoi est-ce que l’évêque de ce lieu ne dit pas oui? Je prie pour lui. Comment se fait-il qu’il ne réponde pas à nos pétitions?  Comment se fait-il qu’il n’écoute pas ta Volonté? Serait-ce que tu entends nos pensées? Serait-ce que tu sais que nous nous maintenons dans la déception?'

Oh! je vais m’arrêter de parler parce que je crois que je viens de m’apercevoir que je gère tes grâces, que ton temps, je veux le calculer selon mon calendrier. Oh! Seigneur, qu’est-ce qu’on fait avec tous les pèlerins qui viennent ici? On tasse les gens du pays pour prendre de la place au cas où elle apparaîtrait.

Oh! Seigneur, si je me rappelle, cette croix, tu l’as voulue dans plusieurs pays. Elle a la mesure de ta croix et cette mesure me montre que je suis bien petit devant ta Volonté. Mais si je me regarde ainsi, n’est-ce pas ta Volonté? Aurais-je donc passé à côté de tes enseignements d’amour? Il est vrai que je dois me mettre à genoux devant ta croix; à cet instant-là, j’ai l’impression qu’elle a ses 700 mètres.

Ô Dieu d’amour, comme ta miséricorde est grande et comme ta patience me poursuit. Adorable Dieu, tu parles en nos cœurs et tu viens nous révéler que ta croix est dans le ciel, qu’elle brille et que ce n’est que ma volonté qui fait que je ne voie pas sa splendeur. N’est-ce pas un temps d’attente qui va faire que les enfants du monde viendront se repentir au pied de ta Croix : la croix? Celle que tu as plantée dans notre cœur, la croix qui est la lumière, la croix qui est ta gloire.

Tu fais de moi un enfant de lumière et je m’aperçois, ô Dieu d’amour, que tu veux que je participe à ta gloire là où je suis. Oh! tes plans sont parfaits, Seigneur. Mais tu me dis aussi que la Fille aînée de l’Église doit se repentir de ses choix et lorsqu’elle sera dans son manteau de gloire, la croix resplendira de tous ses éclats et toutes les croix s’uniront pour chanter ta gloire.

Ô Dieu d’amour, apprends-moi, apprends-moi à être dans cette joie d’accomplissement. Les œuvres de Dieu sont si grandes et en même temps si simples! J’ai si souvent compliqué ma vie. Apprends-moi à me donner, apprends-moi à être le blasphémateur ainsi je me donnerai comme toi tu t’es donné. Apprends-moi que j’ai fui ton Église, là j’aimerai sans condition ceux qui sont en moi, devant toi, car je demanderai pardon. Apprends-moi à prendre toutes les erreurs de mes frères et de mes sœurs, car je me sentirai comme étant le scandale du monde, et là, je viendrai te montrer mon amour, je serai fidèle à tes préceptes d’amour. Apprends-moi à toujours être au pied de la croix pour reconnaître que tu es mon Sauveur, car mes frères et mes sœurs ont besoin de moi. Moi, le plus grand des pécheurs, je sais que tu viens. Je crie vers toi. Viens, viens me parler, viens m’apprendre à m’aimer, ainsi j’aimerai inconditionnellement ceux que tu aimes. Je sais que tu viens, telle est la Volonté de ton Père. Toutes ces grâces qui se répandent de par le monde, n’est-ce pas la Volonté de ton Père?

Je t’aime, ô Dieu d’amour, je t’aime parce que tu nourris mon âme afin que ma chair se reconnaisse être dans le mouvement de la Lumière. Être dans le mouvement de la Lumière, n’est-ce pas comprendre que ma volonté humaine m’a aveuglé, m’a rendu sourd? Je t’aime, ô Dieu d’amour et je t’aimerai toujours à travers mes frères et mes sœurs."

Nous sommes là pour Dieu, non pour nous-mêmes, et à Dieu de faire de nous ce qu’il veut : ses instruments. Ce que nous sommes en ce moment, c’est ce que Dieu attend de nous : être les instruments entre ses mains pour lui, et chacun de nous recevra et nous recevrons ce que nos frères et nos sœurs, qui ne se sont pas donnés à la croix, reçoivent en ce moment. C’est comme si Dieu nous veut en arrière et il les met entre lui et nous. Pour nous atteindre, il faut qu’il passe par eux et nous recevons ce qu’ils reçoivent. Amen. Merci, Seigneur.

 

Est-ce qu’il y a encore une autre question ou nous allons nous lever et chanter pour Dieu?

 

Q.  Il paraît qu’on peut, on a apporté des photographies de gens qui ne pouvaient pas venir pour qu’ils soient bénis. Je ne sais pas si c’est possible.

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en l’Esprit-Saint : Est-ce qu’il y a un prêtre ici? Alors, apportons ces images à un prêtre, et Dieu bénira. Amen.

 

Alors, nous allons, si vous le voulez bien, chanter la Gloire de Dieu. Est-ce qu’il y en a qui peuvent commencer?

 

♪♪♪   Merci, Jésus, merci, Jésus. (bis)

        Merci, Marie, merci, Marie. (bis)

        Merci, Abba, merci, Abba.  (bis)

 

La Fille du Oui à Jésus en l’Esprit-Saint : Alors remercions-nous, chacun d’entre nous, car ce que nous avons entendu, Dieu l’a voulu pour les autres. Il s’est servi de chacun de vous pour faire cet enseignement. Nous avons été les instruments de Dieu et tout n’en revient qu’à l’Église.

Alors, merci beaucoup, merci beaucoup à mes frères et à mes sœurs de la France. Nous qui sommes du Canada, nous sommes partis de la France pour aller au Canada. Nous sommes partis de la Normandie et nous sommes arrivés dans ce pays pour construire une Nouvelle-France. Alors, Dieu va demander à ceux qui sont dans notre cœur de prier pour ceux qui sont là-bas, au Canada, et ceux du Canada vont prier pour la France, car nous venons de la même terre. Les autres sont aussi de la même terre que nous, car il n’y a qu’une seule terre et c’est la terre d’amour. Cela appartient à Dieu. Dieu va nous montrer qu’il n’y a qu’un seul mouvement d’amour et ce mouvement d’amour, c’est : "Oui, Père, ta Volonté". Amen.