Rencontre d’amour avec l’Agir de Dieu, Lourdes, France,
par son instrument, la Fille du Oui à Jésus

2015-06-17 – Questions et réponses avec l'Agir de Dieu

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit: Comment ça se passe? Vous posez une question et pour ceux qui ont déjà assisté, ils savent que ce ne sont pas des questions personnelles comme: est-ce que je vais déménager? Ce sont des questions qui nourrissent l'Église. C'est à vous maintenant la parole.

Q. Une question toute simple qu'on se pose et que je me pose: comment aimer nos ennemis, c'est-à-dire ceux qui tuent, qui volent, qui violent? Comment les aimer après ce que vous nous avez dit tout à l'heure: commencer par s'aimer moi-même? Cela, je l'ai compris, mais il faut aller au-delà. La grâce de Dieu, il nous la faut. Comment aimer ces gens-là?

Jésus: Ce que j'ai mis en toi, ma douceur, c'est ma Volonté. C'est ma Volonté qui a fait que tu peux poser cette question, c'est ma Volonté qui fait de toi une enfant prête à te donner pour ton prochain. La volonté vient de Celui Qui Est. Je t'ai créée comme j'ai créé tous ceux qui sont autour de toi. J'ai mis en chacun de l'amour: mon amour inconditionnel.

À cause de la désobéissance, l'amour des enfants créés est devenu un amour conditionnel et tout ce qui a pénétré en la chair a fait souffrir la chair, a fait souffrir l'enfant de Dieu. L'enfant de Dieu créé a de la difficulté à voir son amour, à comprendre son amour, à être en communication avec son amour. C'est par des gestes simples, c'est en regardant ce que vous êtes devenus que vous allez comprendre qu'il faut que vous fassiez des pas pour vous alimenter avec mon amour.

Vous avez besoin de mon amour, vous avez besoin de comprendre que les sacrements sont une source intarissable de grâces, vous avez besoin d'aller vers la prière. La prière est un repos pour votre âme. La prière, c'est donner de la force à votre chair. Votre chair souffre, et à cause de votre chair qui souffre, vous avez de la difficulté à accepter ce que vous êtes: vous êtes de l'amour pour vous-mêmes, vous êtes de l'amour pour votre prochain.

En chacun de vous, il y a ce qu'il vous faut pour vivre sur la terre. Vous regardez vos fruits et vous voyez que vos fruits se gâtent vite. Vous regardez vos légumes et vous constatez que vos légumes n'ont plus la saveur qu'ils avaient autrefois. Vous buvez vos liquides et vos liquides ne vous donnent pas satiété: vous avez toujours soif, parce que vous avez soif, parce que vous avez faim. Vous avez besoin de comprendre que tout ce qui ne vous donne pas satisfaction vient de vous-mêmes, pas du prochain.

C'est tout ce qui sort de vous qui alimente votre prochain, mais pour sortir de vous afin de donner à votre prochain, il faut que vous l'alimentiez. Avec quoi alimentez-vous ce qui sort de vous avec vos paroles? Commencez à ne plus avoir de paroles qui jugent qui vous êtes, qui jugent votre façon de vous habiller, de votre façon de vous coiffer, de votre façon de travailler. Donnez cela à Dieu. Mon joug est léger, votre joug est lourd. C'est moi qui vais vous donner de la joie, de la paix et de l'amour. J'ai pris toutes vos souffrances, j'ai pris vos insatisfactions.

Ô, mes enfants d'amour, regardez-moi sur la Croix. Aimez l'Être que vous voyez. Je suis Celui Qui Est, je suis le Verbe. J'accomplis la Volonté de mon Père. La Volonté de  mon Père est de vous accorder ma Vie. À chaque instant, je vous donne mon Corps, je vous donne mon Sang. Cette Nourriture et ce Breuvage, vous en avez besoin pour aimer qui vous êtes, pour apprécier ce que la terre vous donne.

Ce que la terre vous donne, mes enfants, vient du labeur. L'homme a travaillé pour que vous puissiez vous alimenter. Il a pris soin de tout ce qu'il y a autour de vous. Commencez par remercier qui vous êtes, vous qui regardez ce qu'il y a dans vos assiettes. Commencez par remercier ceux qui ont travaillé pour que votre assiette soit comblée, comblée de nourriture que vous allez avaler.

Commencez à vous arrêter sur de simples gestes que vous faites. Vous vous levez le matin, eh bien, prenez conscience de votre vie éternelle. C'est votre vie éternelle que vous vivez, c'est votre vie éternelle, mes enfants, en votre âme qui vous donne des grâces pour que vous puissiez vous lever. Faites des pas simples. Ces pas vont vous amener à vous regarder, à vous aimer. Vous allez vous apercevoir que celui qui tue son frère, lui aussi s'est levé, lui aussi a une vie éternelle: attaquer sa vie éternelle, vous attaquez votre vie.

Commencez à aimer votre quotidien. Aimez vous habiller simplement. Éloignez-vous de l'esprit de ce monde qui vous nourrit de ce qu'il est. Ce que vous acceptez de l'esprit de ce monde alimente vos besoins excessifs. Combien d'entre vous aiment changer de vêtements, et encore parce que la couleur ne convient plus, et encore parce que c'est trop ample, ce n'est plus la mode, et encore parce que ce n'est pas le bon tissu, et encore parce que ce n'est pas la bonne coupe de tailleur.

Mes petits enfants d'amour, quittez l'esprit de ce monde et regardez qui vous êtes. Vous êtes faits pour la simplicité, vous êtes faits pour aimer. Aimez ce que vous vous offrez, cela sera durable. Vous reprendrez vos aiguilles pour réparer une maille, pour réparer un bas troué. C'est cela aimer qui vous êtes en faisant des gestes simples; ainsi, vous ne remarquerez pas si votre prochain n'est pas habillé comme vous à cause de sa religion. Vous allez vous accepter tels que vous êtes. En vous acceptant, vous allez accepter votre prochain.

Faites des gestes simples, mes enfants, aimez qui vous êtes, vous allez apprendre à aimer votre prochain et comprendre que ce qu'il est devenu, c'est à cause de l'esprit de ce monde. C'est l'esprit de ce monde, sous le pouvoir de Satan, qui vous a divisés; c'est l'esprit de ce monde, sous le pouvoir de Satan, qui provoque des guerres, des divisions; c'est l'esprit de Satan, sous le pouvoir de Satan, car le pouvoir de ce monde c'est l'esprit de Satan, il est sous son pouvoir.

Ne lui donnez plus votre vie. Vous avez reçu de mon Père la vie éternelle, son Souffle est sur vous. Utilisez ce qu'il vous a donné par amour pour faire des gestes d'amour. Vos actes de vie sont en la vie. Réalisez cela. Utilisez vos droits d'enfants de Dieu, vos droits d'enfants de Dieu, vous les avez eus dès votre venue sur la terre. Par le baptême, vous avez eu le droit de refuser le démon. Ce sont ceux qui vous ont présentés devant Dieu qui vous ont préparés à vivre ce qui vous appartient: la vie. Donnez-moi cause, choix et conséquences. Le Saint-Esprit, vous l'avez reçu, il est en votre vie. Lorsque vous donnez ce qui a causé vos douleurs: vous donnez les causes. Ce qui  a fait que vous ressentez la souffrance, c'est à cause de vos choix. Donnez vos mauvais choix. Ce qui vous fait entrer dans la douleur, qui vous fait connaître ce que vous avez semé à cause de vos actes de vie sans amour, ce sont vos conséquences: donnez-les-moi. Tout m'appartient. Cela vous aidera, mes enfants.

C'est moi qui ai envoyé le Mal là où il est sorti pour vous faire souffrir. Alors, donnez-moi les tentateurs qui vous rappellent ce que j'ai fait et que vous ne profitez pas: ils vous rappellent votre manque d'amour envers vous-mêmes, ils vous rappellent que vous n'avez pas profité des grâces de la purification, ils vous rappellent que vous vivez dans l'ombre de vos péchés. Donnez-moi cela, cela m'appartient. C'est moi qui vais envoyer les tentateurs au pied de la Croix. Alors, faites-moi plaisir, mes enfants, en me rappelant que vous acceptez ce que j'ai fait pour vous. Moi, je m'en souviens, mais vous, est-ce que vous avez vécu cela?

À cet instant, lorsque vous vous accomplissez, vos actes de vie reprennent leur place dans le mouvement de la vie, et ma Mère lie ensemble vos actes de vie avec ceux qui, eux aussi, utilisent leurs droits d'enfants de Dieu, et je guéris: je vous guéris. C'est là que vous commencez à aimer vos ennemis, c'est là que vous commencez à comprendre qui vous êtes, c'est là que vous voulez continuer, car vous êtes en communion avec vos frères et vos sœurs pour vous aimer. Il va falloir, mes enfants, que vous fassiez des efforts, car Satan a utilisé ses acolytes, et les marques en votre chair sont nombreuses.

Vous allez apprendre à utiliser vos droits d'enfants de Dieu. Ayez la foi. Ayez la foi en votre Dieu, c'est moi qui vous nourris avec ma Chair, c'est moi qui vous donne à manger: c'est mon Corps. Et lorsque vous buvez mon Sang, c'est encore moi qui vous donne à boire, ce n'est pas vous. C'est moi qui vous communie et c'est moi qui me reçois, ce n'est pas vous. Vous êtes si faibles. Laissez-moi votre vie entre mon pouvoir d'amour, et je vais vous donner la force de vous accomplir, je vais vous donner le courage de continuer, je vais vous donner ce dont vous avez besoin pour comprendre que le Ciel est avec vous. Soyez vigilants, car l'Autre va tout faire pour empêcher que vous utilisiez vos droits d'enfants de Dieu. Je vous aime, mes enfants, aimez qui vous êtes.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit: Nous avons reçu, nous, ces paroles il y a plusieurs années. Lorsque ces paroles ont été entendues, c'était: «Donne, donne.» Alors, nous avons commencé à dire: 'Je te donne cela, Seigneur.' Lorsqu'on entendait l'un de nos enfants prononcer des paroles qui n'étaient pas amour, le Seigneur, il nous disait: «Garde le silence et donne-moi.» Alors, à l'intérieur de nous, on disait: 'Je te donne cela, Seigneur.' Lorsqu'on voyait encore quelqu'un qui était dans la rue et qui faisait un geste violent, comme ne pas donner ce qui appartenait à l'autre, il l'agaçait, et l'autre disait: 'donne-moi ça! donne-moi ça!' il courait après; alors, nous, on ne disait pas un mot, on disait: 'Je te donne cela, Seigneur, c'est à toi.'

Et après, le Seigneur nous a montré. Il nous a montré qu'il fallait qu'on donne cause, choix et conséquences. Il nous a parlé des tentateurs qui sont invisibles et qui sont toujours près de nous et qui nous donnent des idées de faire le mal: ils se servent de nos actes de vie. Il nous a parlé de cela. Nous avons appris, nous avons appris à donner les tentateurs: 'Je te donne cause, choix.' Il nous a dit que c'est nous qui choisissons, avec notre vie, tout ce qui est mal, et l'amour qui est en nous laisse pénétrer en nous nos choix.

L'amour. Pourquoi l'amour? Parce que l'amour, c'est libre. L'amour n'est pas contre nous, l'amour respecte qui nous sommes, l'amour est toujours dans notre vie, mais on ne se sert pas de notre vie avec nos lumières, notre lumière, avec les grâces du Ciel, on se sert de notre vie pour faire le mal. Alors lorsque nous faisons le mal, eh bien, notre amour respecte qui nous sommes: il laisse pénétrer en notre chair ce que nous avons choisi et qui venait de l'extérieur. On entend des paroles, hein, notre époux ou notre épouse: 'Qu'est-ce que tu as fait ce soir, ce n'est pas ce que j'ai demandé pour le repas. Pourquoi n'as-tu pas stationné l'auto là où je te le disais?' Toujours ces critiques, et là, nous entendons. Et qui laisse pénétrer cela en nous? C'est nous-mêmes. Cela venait de notre mari ou de notre épouse, et nous l'avons laissé pénétrer en nous. C'est notre vie qui a pris ce choix, et l'amour a laissé pénétrer ces paroles à l'intérieur de nous; ces paroles se sont logées, et ces paroles se sont associées avec toutes celles qui étaient déjà en nous. Guerre sur guerre, guerre sur guerre, nous nous faisons la guerre et c'est ce qui se passe en nous et nous en vivons les conséquences.

Aujourd'hui, nous nous affolons parce que nous voyons nos enfants faire la même chose que nous: divisions, séparations. C'est ce que nous avons fait. Alors, il faut donner cela à Dieu: cause, choix et conséquences, et Dieu le prend. Il nous donne de la joie, de l'amour, il nous donne la paix. Lorsque nous donnons à Jésus tout cela, nos actes de vie goûtent aux grâces de la purification, parce que, là, nous reconnaissons que nous sommes des pécheurs repentants: nous reconnaissons que nous sommes des pécheurs qui aiment nos péchés purifiés.

Vous allez comprendre ce que le Seigneur nous a fait comprendre avec les DVD. Ce n'est pas facile, n'est-ce pas, dire: aimer nos péchés purifiés? Est-ce que je vais aimer mon vol? Oui, il est purifié, il est enveloppé du Précieux Sang de Jésus. Le mal est enlevé de cet acte et il est envoyé à la mort éternelle. Il faut le réaliser, il faut le vivre, il faut profiter des grâces de la purification. C'est cela qui va nous aider à aimer ceux qui violent, ceux qui mentent, ceux qui sont en colère, ceux qui volent, ceux qui tuent, tous ceux qui font le mal, parce qu'eux, savez-vous ce qu'ils font? Ils vivent avec l'ombre de leurs péchés. Tous ces actes, Jésus les a pris en les purifiant. Il les a pris pour lui, et ils ont été purifiés. Son Précieux Sang a coulé sur leurs actes de vie, voilà ce qu'il faut comprendre.

C'est Satan le diviseur, c'est Satan le coupable. Il veut que nous soyons à son image, pas à l'image de Dieu. C'est avec Dieu, avec Maman Marie, avec nous-mêmes, avec nos frères et nos sœurs, que nous arriverons à nous aimer. On ne peut pas séparer maintenant ceux qui tuent d'avec nous. Vous savez pourquoi? Parce que nous les avons alimentés. On ne peut alimenter que ceux qui font de mauvais actes de vie. Ceux qui font de bons actes de vie, oui, on les alimente avec l'amour, mais ceux qui font de mauvais actes de vie, on les alimente avec nos mauvais actes de vie. Alors, nous avons donc contribué à ce qu'ils fassent de mauvais actes de vie en les alimentant avec nos mauvais actes de vie.

Voyez-vous pourquoi c'est important de commencer avec nous-mêmes pour qu'on arrête d'alimenter le mal avec le mal? Tranquillement, tranquillement, on va mettre un pas en avant. Ce n'est pas du jour au lendemain que nous serons parfaits. La perfection viendra dans notre vie lorsque tous les enfants de Dieu créés auront profité des grâces de la purification. Eh bien, c'est ça l'Église: ensemble. Amen. Alléluia! Merci, Seigneur.

Est-ce qu'il y en a d'autres qui veulent poser une question?

Q. J'ai entendu dire que l'homéopathie n'était pas bonne, n'était pas une bonne manière de soigner et que le Seigneur ne donnait pas l'accord pour l'homéopathie.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit: Lorsque nous avons été dans l'Ouest Canadien, nous avons entendu la réponse du Seigneur. Nous sommes tous des enfants de Dieu habités par l'Esprit de Dieu, mais nous avons fait de notre vie une vie extérieure. Nous regardons ce qu'il y a à l'extérieur et nous ne cessons pas d'aller vers l'extérieur pour connaître des réponses, pour connaître la vérité, pour connaître le chemin. Dieu est la Vérité, Dieu est le Chemin, Dieu est l'Amour, et la réponse ne sera donnée que par l'amour.     

Lorsque nous sommes dans la peur, c'est que nous acceptons de pénétrer l'ombre de nos péchés. Lorsque nous acceptons de pénétrer l'ombre de nos péchés, la peur se colle à nous afin qu'on n'oublie pas ce que nous venons d'accepter. Que venons-nous d'accepter? Nous venons d'accepter que des enfants comme nous ont répondu oui à Satan, afin de faire des incantations sur des produits qui ont été transformés afin de nous guérir. Les produits qui ont été transformés, ce sont des plantes. La petite pilule là qu'on met sous la langue et qui fond là, eh bien, ce sont des minéraux et ces minéraux-là viennent des plantes. Ces plantes ne viennent-elles pas de Dieu? Mais on s'arrête sur l'incantation.

L'incantation ne vient pas de l'enfant créé, vient du mal que l'enfant a accepté dans sa vie et cela s'est logé en cette personne. Et cette personne croit que Satan peut lui donner un pouvoir, peut lui donner un pouvoir sur les autres, et ce pouvoir est alléchant puisqu'il apporte de l'argent, de la popularité. Beaucoup d'enfants croient en Satan. Mais nous, croyons-nous en Dieu? Qui est le plus fort? L'enfant qui croit en Satan ou l'enfant qui croit en Dieu? L'enfant qui croit en Dieu. Puisque Dieu est venu sur la terre et son Acte de Vie a envoyé à la mort tout le mal qui se logeait en nos actes de vie, il a donc triomphé sur le mal, il a triomphé sur Satan. Donc, les incantations que ces enfants-là font n'ont aucun pouvoir sur les enfants de Dieu.

Les enfants de Dieu qui sont dans la paix, dans la joie et dans l'amour ne peuvent pas être atteints par le mal, ils ne peuvent pas, car Jésus est le Victorieux; mais si nous doutons? Nous les catholiques, nous: que ce soit catholique, que ce soit baptiste, que ce soit athée, musulman, bouddhiste, si nous sommes dans la paix, dans la joie et dans l'amour, cela ne nous atteint pas, mais si nous sommes dans la peur, c'est que nous acceptons d'entrer dans l'ombre de nos péchés et là, oui, le mal a un pouvoir sur nous, et quel est donc ce pouvoir? Est-ce que c'est la petite pilule? Non, même pas. On se laisse atteindre par la peur.

La peur gruge les pensées des enfants de Dieu, elle les affaiblit; elle démontre qu'elle a un pouvoir sur nous: elle nous rend inquiets, elle nous rend stressés, angoissés, elle nous amène toujours dans nos mélancolies, elle nous amène là où elle veut nous amener, et que faisons-nous? Nous tombons dans la maladie.

Nous empêchons ce que Dieu a permis que nous utilisions: nous donner de la force d'agir. C'est nous-mêmes qui ouvrons des portes au mal, c'est nous-mêmes. Tout ce qui vient de Dieu est bon; alors, ces produits, ils sont de la création. Les hommes ne peuvent pas créer, ils ne peuvent créer qu'à partir de. C'est Dieu qui a créé, alors ils se servent de la création de Dieu pour faire ces produits. Et ces produits, lorsqu'ils sont achetés par des enfants qui croient en Dieu, eh bien, ces enfants vont demander à Dieu de les bénir. Et ces enfants qui sont dans la paix, dans la joie et dans l'amour et qui ne connaissent pas Dieu, mais qui aiment qui ils sont et qui aiment leur prochain, eh bien, ils ne diront pas leur bénédicité, mais ils vont profiter du bénédicité que nous, nous faisons, car nous n'avons qu'une seule chair. Alors, n'ayons pas peur!

Ne servons pas Satan. C'est Satan qui veut cela. C'est l'arme la plus puissante la peur, parce qu'elle se colle à nous et elle nous amène là où elle veut. Alors, savez-vous ce que cela veut dire? Réunissez les bombes atomiques, réunissez toutes les incantations, réunissez tout ce qui a été voulu par Satan ensemble, et n'ayez qu'une pensée d'amour, vous allez l'anéantir, car il n'a aucun pouvoir sur les enfants de Dieu que si les enfants de Dieu donnent du pouvoir à Satan: la vie. Amen. Merci, Seigneur.

Q. J'ai trois questions.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit: Trois! On va commencer par une à la fois!

Q. J'ai trois questions. La première, c'est qu'actuellement en France, ils veulent passer la loi sur l'euthanasie. On avait déjà eu la loi sur l'avortement en '75; en 40 ans il y a eu sept millions d'enfants avortés; donc, c'est une hécatombe, c'est un génocide. Actuellement, il y a quelqu'un qui est en survie, ils menacent de le débrancher. Il y a un combat judiciaire entre son épouse qui veut le débrancher et ses parents qui veulent le sauver. Depuis des années, tous les six mois, on remet ce problème de l'euthanasie et ils vont essayer de faire passer la loi. Je prie pour la conversion des francs-maçons. Est-ce qu'on peut prier pour l'anéantissement, c'est-à-dire pour l'euthanasie de la franc-maçonnerie, parce qu'ils font trop de tort et de mal dans ce pays et dans le monde.

Ma deuxième question, c'est en rapport à notre ami le Père Patrick. Je me suis beaucoup intéressé aux prophéties. Les prophéties parlent beaucoup de l'avortement, mais ils ne parlent pas des clonages ou très très peu. Il n'y a que cinq ou six prophéties qui en parlent. Je voulais savoir quoi en penser.

Et ma dernière question, c'est par rapport à la grande tribulation qui a commencé, je pense, depuis la renonciation du Pape Benoît XVI. L'épreuve que nous allons vivre, c'est comme celle des Hébreux au désert. On va se détourner de la foi et l'épreuve de la foi c'est de rejeter le Christ pour un temps très court et la place sera laissée à l'antéchrist. J'aimerais avoir votre avis sur ceci.

Jésus: Il y avait trois enfants sur le bord d'un lac. Le premier dit: 'J'ai faim.' Le deuxième dit: 'Moi aussi j'ai faim.' Et le troisième dit: 'Oh! Moi aussi j'ai faim! Le premier dit: 'Je n'ai pas de canne à pêche.' Le deuxième dit: 'Moi, j'en ai une.' Et le troisième dit: 'Moi, j'ai un filet.' Le premier dit: 'Allez-vous partager avec moi?' Le deuxième lui répond: 'Mon frère, crains-tu qu'on ne partage pas avec toi?' Le troisième dit aussi: 'Pourquoi nous demander cette question?' Alors le premier dit: 'Mes frères, j'ai foi en l'amour, mais je n'ai pas foi en votre faim. Vous avez faim et toi aussi tu as faim.' Alors les deux qui avaient répondu disent: 'Tu as raison d'avoir foi en l'amour et tu as aussi raison de ne pas avoir foi envers nous qui avons faim de pouvoir,  qui avons faim de ce que nous, nous désirons.'

Voyez-vous, mes enfants, vous êtes tous frères, vous êtes tous sœurs. C'est toujours les petits qui sont démunis. Celui qui a ce qu'il faut pour avancer dans un monde où il y a de la consommation, du pouvoir, celui-là peut comprendre que les autres qui sont comme lui vont l'épauler. Le troisième, celui qui veut à grande échelle, celui qui a avec lui tout pouvoir sociopolitique, celui-là, il est prêt à étendre son pouvoir sur tout ce qui est vivant, afin de maintenir son pouvoir au-dessus de tous. Lequel de ces enfants êtes-vous, mes enfants? Il faut que vous soyez vrais envers vous-mêmes.

L'enfant qui a foi en Dieu n'a pas besoin de canne à pêche, n'a pas besoin de filet. Il sait que Dieu va l'alimenter, il sait que Dieu va lui donner ce qu'il a besoin pour avancer, pour vivre sa vie sur la terre comme au Ciel; il sait qu'il aura le secours des anges, des saints, des âmes du purgatoire; il sait qu'il a la foi, une foi solide, car il se sait aimé de Dieu, il se sait protégé par Dieu, il veut faire la Volonté de Dieu, pas sa volonté; il ne garde rien pour lui, il aime.

Ou êtes-vous celui qui a la canne à pêche: qui tient entre ses mains sa propre vie? Il veut l'amour, mais il contrôle l'amour; il veut l'amour, mais il refuse l'amour de ceux qui ne le comprennent pas; il veut l'amour, mais il se garde des pièges de ceux qui peuvent lui cacher leur vérité; il veut l'amour et il veut contrôler, contrôler sa vie, afin que sa vie soit amour par le matériel, par les loisirs avec tous ceux qui pensent comme lui. Il se maintient dans sa propre force avec ceux qui veulent l'amour comme lui; il se maintient dans son vouloir qu'il donne constamment à celui qui a un plus grand pouvoir; il se maintient à chaque instant dans ce qu'il croit pouvoir comprendre.

Ou êtes-vous le dernier, celui qui avance, avance et avance, qui regarde, qui comprend qu'il peut s'infiltrer facilement dans les idées des autres pour les contrôler? Il avance, il avance, il avance, et il sait qu'avec les idées des autres qu'il peut contrôler. Il a le pouvoir de les alimenter avec ce qu'il aime côtoyer: le contrôle, contrôle et le contrôle. Lui, il n'a qu'à semer la peur et le contrôle fait le reste.

Voyez-vous, mes enfants, tout ce que la terre accepte? Tout ce que la terre accepte, c'est ce qu'elle vous donne, et ce qu'elle reçoit, c'est de vous. C'est vous-mêmes qui alimentez la terre avec vos actes de vie; c'est vous-mêmes qui retournez la terre avec vos actes de vie; c'est vous-mêmes qui semez la terre et qui récoltez ce que vous avez semé; c'est vous-mêmes qui donnez du pouvoir à ce que vous semez, en vous donnant corps et esprit à ce que vous avez peur.

Vous avez peur. Vous écoutez: vous avez peur; vous parlez: vous avez peur; vous agissez: vous avez peur; vous ressentez: vous avez peur; votre parole est contre vous, et vous en avez peur. Vous semez votre propre semence, vous récoltez votre propre récolte. La Croix, mes enfants, est en votre vie. C'est moi qui porte votre croix et vous ne voulez pas porter la croix de votre prochain, et Satan s'est rendu maître de toutes les croix.

Tant que vous n'entrerez pas dans la lumière de Dieu, vous aurez peur pour votre France. Votre France appartient à Dieu, elle n'est pas 'votre' France, elle est la France de Dieu; tout comme Jérusalem, elle appartient à Dieu, tout comme Rome appartient à Dieu. Je vous ai donné ma terre et ma terre, elle s'est divisée. Vous avez habité ma terre et ma terre a connu la souffrance. Vous avez bâti des frontières, vous avez inventé des armes, des armes qui ont tué et qui ont fait naître des lois. Ces lois ont durci le cœur de mes enfants, ces lois ont durci le cœur des mamans, ces lois ont durci le cœur des papas, et cela a durci la jeunesse de ce monde, et la jeunesse de ce monde ne se reconnaît pas être le sel de la terre.

Vous avez entendu mes prêtres. Qu'avez-vous fait? Vous avez discuté de ma Parole avec les prêtres que je vous ai donnés. Et ce qu'ils sont devenus pour vous, ce sont des hommes plus que des prêtres. Le prêtre, c'est le Christ en le Christ. Vous avez rendu l'image par l'image. Regardez-vous. Ayez la foi. La religion catholique, toutes les religions s'uniront pour ne former qu'une religion: la religion de l'amour inconditionnel. La pierre angulaire, je l'ai déposée à vos pieds pour que vous puissiez déposer à vos pieds votre cœur, car votre cœur, mes enfants, est devenu de la pierre. Laissez-moi changer votre cœur en un cœur de chair, et la terre connaîtra sa libération, vous donnera à manger, vous mangerez à satiété.

Vos actes de vie, mes enfants, vous devez les aimer en prenant ce que je vous ai donné: ma Vie. Ne cherchez pas ailleurs qu'en vous ma Vie. Je suis avec vous, je ne suis pas contre vous. Ce qui vous est donné par le Ciel, reçu par les enfants choisis, accepté par chacun de vous, est une nourriture d'amour qui vous amènera là où vous devez être: dans une terre où vous vivrez avec votre Dieu: ma Présence en votre vie sans douter que JE SUIS est avec vous pour l'éternité. Amen, mes enfants.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit: Il ne faut pas douter. Ce que nous entendons et qui vient d'un choisi de Dieu, chacun est libre de l'accepter, chacun est libre de s'en nourrir. Vous venez d'entendre, vous êtes libres de le comprendre, vous êtes libres de le regarder. À vous de comprendre et de regarder, car Dieu vous a donné la liberté que contient votre amour pour Dieu, pour vous-mêmes et pour votre prochain. C'est en cela que vous devez avoir foi, pas en la personne qui parle, mais en la Vérité et ce n'est que Jésus qui soit la Vérité.

Moi, tout comme vous, je me méfie de qui je suis. J'ai besoin des prêtres pour me maintenir là où je dois être: à ma place avec vous, en n'ayant confiance qu'en Dieu, qu'en notre Dieu. Mais si je me fie sur moi-même, si j'ai confiance en moi en disant: 'il me parle, il me parle, je ne me tromperai pas', là, je vais tomber dans les pièges, là je vais avoir peur, et je vais avoir peur que votre pays, tout comme mon pays, tombe dans les pièges de Satan et qu'il perde la raison pour quoi Dieu a créé la terre: mon berceau, le berceau de tous les enfants de Dieu.

Combien d'années à avoir peur que nos enfants n'aillent pas au Ciel? On a tous peur de cela, n'est-ce pas? Bien, ça, c'est notre fantôme qui nous poursuit toujours et toujours. Si nous vivons avec nos fantômes, si nous continuons à dormir avec, eh bien, l'Autre va avoir de plus en plus du pouvoir sur nous, car il se servira facilement de notre vie contre nous. Amen.

Est-ce que cela a répondu à tes trois questions? (R: Oui.) Amen. Est-ce que c'est terminé?

Q. Pourriez-vous nous parler de l'Armée de Marie, ce mouvement religieux marial du Canada avec Marie-Paule Giguère? Assez controversé, mais j'aimerais quand même bien avoir votre avis. Ma deuxième question serait un cadeau que je demanderais à Jésus. Si son heure est arrivée pour guérir mon genou, s'il vous plaît?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit: Je vais commencer tout de suite par la deuxième. Allez voir Maman Marie à la grotte. Ayez la foi! Allez lui rendre grâce.

Nous sommes ensemble, n'est-ce pas? Nous ne devons pas nous diviser. Dieu parle en notre temps. Par la puissance du Saint-Esprit, nous entendons. Nous entendons notre Dieu nous parler d'amour et l'Église ne peut qu'écouter. Peut-elle dire avec affirmation: 'La Fille du Oui est vraiment une mystique?' Non. Est-ce que je vais tenir jusqu'au bout dans la vérité de Dieu? Est-ce que je vais toujours être dans la ligne que Dieu a montrée à tous ses enfants? Il n'y a eu qu'une seule Révélation publique et c'est celle de Jésus. Il n'y en aura plus jamais une autre, jamais: une seule et c'est celle de Jésus. Mais Jésus, il a dit ces paroles: «J'aurais tant à vous dire, mais vous n'êtes pas prêts.» Alors, il nous envoie le Saint-Esprit et seul le Saint-Esprit nous donne ce dont nous avons besoin pour répéter ce que le Ciel veut que nous entendions.

Est-ce que je peux vous poser une question? Combien d'épouses le Saint-Esprit a? Une seule: Marie. Il n'en a pas d'autres, elle est la seule. Donc, le Ciel a-t-il donné à Maman Marie toutes grâces pour nous combler de toutes grâces? Mais oui, il a donné à Maman Marie, la seule. Peut-on fonctionner dans la Divine Volonté sans les grâces que Maman Marie a reçues? Non. Nous avons besoin des grâces du Ciel parce que notre chair elle a des marques, et ces marques nous les avons depuis que Caïn a levé la main sur son frère Abel, et il s'est atteint dès cet instant. Abel n'avait pas de marques, mais lui, oui. Et depuis ce temps, on se promène sur la terre en ayant des marques et on ne le réalise pas. Alors, nous avons besoin des uns et des autres pour nous soutenir.

Nous ne sommes pas dans l'Esprit de Dieu pour juger la personne qui a parlé de l'Armée de Marie. C'est notre sœur et l'Église a demandé à ce qu'elle ne parle plus, car ce qu'elle disait n'était pas dans l'Évangile et cela était contre l'Évangile. Mais nous sommes avec elle là où elle est, car elle est décédée, et ce qui est demeuré, c'est l'œuvre. Est-ce que cette œuvre appartient à Dieu ou cette œuvre appartient au néant?

Toutes les bonnes œuvres qui se sont passées à l'intérieur, est-ce que nous allons les rejeter du revers de la main à cause de ce qu'on a entendu de cette personne? Il y a eu tellement d'amour, tellement de beaux actes de vie! Mais il y a eu un acte que l'Église n'a pas accepté parce que cet acte ne pouvait être accepté ni par l'Église ni par Dieu le Père, Dieu le Fils, Dieu le Saint-Esprit. Mais il faut aimer. Nous devons suivre l'Église. Alors, chacun de nous avons à prier pour toutes les personnes qui disent entendre la Volonté de Dieu à l'intérieur d'eux. Nous devons être ensemble et non pas contre nous.

Bernadette, on n'a pas cru en Bernadette, mais aujourd'hui vous venez prier, avec elle, la Mère de Dieu. Elle vous accompagne, ici, dans ce lieu béni choisi par le Ciel. Et Bernadette, est-ce qu'elle s'est dit être aussi grande que Maman Marie? Non. Elle était tellement petite, petite et petite! Et c'est là qu'on peut comprendre la vérité, car Jésus lui-même a dit: «Je suis doux et humble de cœur.» Il n'a pas voulu, Jésus, qu'on le couronne avec une couronne d'or, mais il a accepté la couronne d'épines, et cette couronne d'épines nous a montré à quel degré de grandeur que Jésus était: le Fils de Dieu. Aucune couronne n'a la valeur de la couronne de Jésus, aucune, aucune.

Voilà pourquoi toute couronne sera déposée au pied de notre Roi qui porte la couronne la plus belle, la plus puissante de tout ce que l'on peut imaginer, et de tout ce qu'on ne peut pas imaginer tant c'est grand. Amen.

La salle: 'Je vous salue, Marie, pleine de grâces, le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie…'