Rencontre d’amour avec l’Agir de Dieu, St-Boniface, Manitoba,
par son instrument, la Fille du Oui à Jésus

2015-04-18 – Satan a réussi à faire pénétrer son venin en notre chair par la chair de Caïn 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit: C'est en famille que nous sommes. Je ne viens pas en tant que prophète, je suis une 'répéteuse'. Je répète tout simplement ce que Jésus dit dans votre cœur. Nous sommes en présence même de notre Dieu, et pas un instant sur la terre Dieu ne nous quitte de ses yeux, mais nous, nous n'avons pas toujours le cœur à l'amour. Nous avons tendance à oublier que notre Dieu nous regarde, que notre Dieu nous écoute. Nous sommes avec Dieu, mais nous avons tendance à oublier que notre Dieu attend de nous que nous soyons avec lui.

C'est à chaque instant dans notre vie que Dieu nous appelle, ce n'est pas seulement quand nous sommes à l'adoration et lorsque nous entrons dans la demeure de Dieu, l'église, c'est à chaque instant. L'Église nous poursuit: on tourne à droite, elle tourne à droite; eh oui, je tourne à gauche, elle tourne à gauche; je m'arrête, elle s'arrête. L'Église, c'est nous. Dieu nous attend chez lui et c'est lui qui nous invite, c'est lui qui nous ouvre la porte, c'est lui qui nous installe là: «Assis-toi là, tu vas être bien installé.»  

Mais nous ne réalisons pas ce que nous sommes. Nous sommes des enfants de Dieu, nous sommes l'amour de Dieu, nous sommes la présence de Dieu, parce que Dieu a mis en nous son amour inconditionnel. Ce que nous sommes, nous sommes ses enfants. Nous devons nous comporter comme des enfants devant notre Papa du Ciel. Notre Papa du Ciel nous a donné son amour inconditionnel. Son amour inconditionnel est la splendeur de ce qu'il est, son amour inconditionnel est la connaissance de ce qu'il est. Le Saint-Esprit nous a été donné pour qu'on puisse comprendre la purification.

La purification de la chair, c'est notre Jésus qui l'a accomplie, c'est lui qui est venu sur la terre pour purifier notre chair, mais avant, il a pris soin de notre âme: «Viens contempler ton Dieu. Dis-moi que tu te plais en ma Présence. Toi, tu es la présence en ma Présence. J'ai mis en toi la vie éternelle afin que tu sois toujours devant moi.» Alors, notre âme est toujours devant Dieu. Dieu a pris soin de notre âme. Il est venu sur la terre, il a institué les sacrements. Le sacrement du Baptême nous rappelle que nous sommes enfants de Dieu.

Nous, nous avons désobéi à Dieu en choisissant. Oui, on ne devait pas choisir puisqu'on avait l'amour inconditionnel, la connaissance de Dieu nous était donnée. Rien ne nous était inconnu, mais lorsque nous avons choisi l'amour de nos premiers parents, lorsque nous avons voulu connaître, 'vouloir connaître', nous avons entré dans l'amour conditionnel. Alors, par notre baptême, Dieu nous dit: «Ne m'oublie pas. Moi, je ne t'ai jamais oublié. Partout sur la terre, où que tu ailles, je serai toujours devant toi. Même si tu ne me vois pas à cause de ton amour conditionnel, sache que je vais mettre en toi quelque chose qui te rappellera, dans les moments les plus noirs de ta vie, que je suis là.» Et ce qu'il a mis en nous, c'est l'amour.

L'amour, au plus profond de nous, nous appelle toujours lorsqu'on pleure, lorsqu'on désespère, lorsqu'on ne croit plus qu'il y a la paix sur la terre. C'est lorsqu'on tombe dans le trou, le trou de l'enfer, que nous crions vers Dieu: 'Mon Dieu, tu existes, sauve-moi!' Qu'est-ce que c'est de tomber dans le trou de l'enfer? Alors, le Seigneur, il veut que je fasse un rond. Voilà. Nous avons tendance à tomber dans un trou, et ce trou fait partie de notre vie. Nous sommes en le Mouvement de la vie. Le Mouvement de la vie, c'est la présence de Dieu dans notre vie. Entre vous et moi, il y a un mouvement de vie. Est-ce que nous pouvons être sur la terre sans que Dieu soit présent? Cela est impossible, c'est Dieu qui maintient la vie.

Dieu est la Divine Volonté. Dieu est le présent: passé, présent, futur, Dieu est 'le' présent. Le temps appartient à Dieu, et dans ce temps il y a la Vie: Dieu. Tout ce que Dieu a créé, il l'a créé en ce qu'il est. Où est Dieu? Dieu est partout. Alors, comme Dieu est partout, tout ce qui est créé est en Dieu. Dieu est l'Éternel, il n'a pas de commencement et il n'a pas de fin, et nous, nous sommes enfants de Dieu. Lorsque Dieu voulut de nous, il n'a eu qu'à le vouloir; en un instant, nous avons tous été en lui. Alors il nous a créés, il nous a créés à partir de sa Matière. Nous avons une matière et la matière, elle vient de Dieu. Rien n'est en dehors de Dieu. Tout ce que nous sommes, Dieu l'a voulu. Il nous a donné sa beauté, il nous a donné sa connaissance, il nous a donné son amour. Tout ce que Dieu est, nous le sommes par la création. Nous ne sommes pas Dieu, nous sommes créés avec ce que Dieu a voulu pour nous.

Dieu est Esprit. Il a créé des esprits. Dieu est Matière, il a créé des enfants avec une matière. La Matière de Jésus, elle est parfaite. La Matière parfaite de Jésus, engendré, non pas créé, mais en la Matière parfaite, tout ce qui est créé vient de lui. Alors nous ne sommes rien sans Dieu. Entre vous et moi, il y a l'amour; entre vous et moi, il y a la présence de Dieu; entre vous et moi, il y a la Volonté de notre Dieu. Alors, tout ce que nous faisons, nous le faisons en le Mouvement de la Vie - avec un gros V - en le mouvement de Dieu.

Un jour que je descendais du Lac St-Jean, au Québec, il y avait quelques heures de trajet. Dieu me dit: «Ferme les yeux et laisse tes yeux fermés.» Alors j'ai fermé mes yeux et Dieu me parlait, il me parlait de son amour, il me parlait de sa Présence. Alors là, il me dit: «Regarde.» Tout était noir, noir, noir, il n'y avait rien: l'immensité! Là, j'ai vu. Je voyais qu'il y avait des étoiles, je voyais qu'il y avait des planètes, et tout était à sa place dans l'univers; et là, j'ai vu comme, comme un nuage, un nuage qui bougeait; partout, partout, le nuage s'est mis à bouger. Comme un voile transparent, il n'y avait que ce voile dans tout l'univers. Là, il a dit: «Regarde, tu vois Dieu tel que Dieu veut que tu le voies.» Alors, il me montrait qu'il était Dieu et que sa création était en Dieu.

Nous sommes en Dieu. Tout ce qui est autour de nous est en Dieu, et c'est nous qui sommes les plus importants. Dieu a créé l'univers pour ses enfants créés à son Image. Dieu n'avait pas à créer les planètes pour lui, pour ses anges, ils sont esprits, esprits créés. Il a créé la matière pour la matière. Nous sommes la matière créée à l'image de Dieu et Dieu nous a tout donné sa création. Tout ce qu'il y a dans l'univers, Dieu nous l’a donné. Croyez-vous que les personnes qui vont dans la lune ont le pouvoir d'aller dans la lune sans que Dieu l'ait voulu? Et maintenant ils vont encore plus loin que la lune. Dieu le permet parce que c'est sa création et qu'il invite ses enfants créés à aller là où lui le veut. C'est toujours une invitation à l'amour. Alors nous devons toujours être reconnaissants de ce que Dieu a créé pour nous.

Nous sommes créés pour Dieu, nous devons le reconnaître et nous maintenir dans ce qu'il nous a donné. Il nous a donné des actes de vie. Nous avons la pensée et la pensée nous a été donnée parce que Dieu a une pensée. Nous avons le regard parce que Dieu a créé notre regard à son Image. Nous avons l'écoute, l'écoute vient de Dieu et nous avons cette écoute. Nous avons la parole. La parole vient de Dieu, elle ne vient pas de nous. Nous devons reconnaître que tout ce que nous avons vient de Dieu. Alors les actions que nous faisons, nous les faisons parce que Dieu est le Créateur, et que nos actions, lorsque nous les accomplissons, font des œuvres. Et nous avons des sentiments et ces sentiments baignent dans l'amour. Nous sommes des êtres d'amour, nous sommes beaux, nos actes de vie doivent être pour nous notre beauté. Si nous ne reconnaissons  pas que nos actes de vie sont des beautés pour nous, nous ne rendons pas à Dieu ce qui vient de Dieu.

Dieu est notre beauté. Dieu est notre Créateur. Dieu est la Divine Volonté. Dieu accomplit tout, car tout est en lui. Ses œuvres sont éternelles; alors nous devons faire des œuvres pour notre éternité. Lorsque nous faisons des œuvres qui nous montrent notre beauté, eh bien, nous rendons grâce à Dieu de nous avoir créés à son Image: 'Dieu, tu es ce que je veux être. Dieu, je veux connaître ta présence. Montre-moi que je suis à toi, montre-moi que sans toi je ne suis rien. Il y a tout en toi lorsque je sais que je ne suis rien. Tout est de toi, la beauté est de toi. Lorsque je sais que je ne suis rien, c'est là que je découvre ma beauté, car je fais tout ce que tu veux. C'est sans ma pensée que je vis ta pensée. C'est sans mon regard que je peux voir ce que tu mets devant moi. C'est sans mes écoutes que je peux écouter tes sons d'amour. Ma parole devient utile devant toi lorsqu'elle se tait devant toi. Mes actions, ô mon Maître, deviennent des œuvres lorsque je contemple tes œuvres. L'amour je ne le suis que par ton amour.' Voilà des actes de vie d'amour.

Il faut apprendre à être des enfants de Dieu. Nous sommes sur la terre pour accomplir notre mission, et notre mission c'est reconnaître que nous sommes des enfants créés et qu'il n'y a qu'un seul Dieu: notre Créateur. Alors il faut vivre notre 'je t'aime'. Il faut que je reconnaisse que mes pensées ne doivent pas être contre moi. Si mes pensées sont contre moi, là, mes pensées vont prendre le dessus sur moi. Si mes regards ne sont pas amour, mes regards vont se tourner vers moi et pas vers Dieu. Si mes écoutes m'accompagnent là où moi je veux aller, je n'écouterai pas mon Dieu qui veut que j'aille là où lui, il veut que j'aille. Lorsque mes écoutes sont pour moi, je n'entends pas le son de Dieu. Je vais là où moi je veux et je ne vais pas là où Dieu veut que j'aille. Mes paroles, mes paroles doivent être pour Dieu, afin que j'apprenne à connaître qui je suis. Mes actions doivent être des actions d'amour pour Dieu, pas des actions pour moi-même, car elles me trahiront: je blesserai mon cœur, mon cœur sera de pierre, et j'aimerai avec un amour personnel. L'amour qui vient de Dieu sera loin de moi, car je choisirai toujours ce qui me conduira vers moi-même.

Lorsqu'une pensée vient de moi, cette pensée me montre que je peux, je peux me juger. Lorsque je peux me juger, là je juge mon prochain: moi et mon prochain jugeons l'amour de Dieu. Je ne pense plus que je suis enfant de Dieu, j'oublie, j'oublie ce que Dieu attend de moi: son Évangile, je ne la vis pas; je me sens incapable d'avancer; je me sépare de moi-même, je me sépare de mon prochain, et tout ce qui en ressort me frappe; je pense à qui je suis: je me sens mal à l'aise face à moi-même, je ne parlerai pas pour dire toute ma pensée, je deviens quelqu'un qui retient ses pensées; parce que mes pensées me font honte, parce que mes pensées j'en ai honte, je ne suis plus moi-même, je me cache. Alors l'enfant de Dieu se cache. Plus l'enfant de Dieu se cache, plus les pensées prennent du pouvoir sur l'être qui est maintenant supérieur à l'enfant de Dieu.

Je suis un enfant de Dieu. Lorsque mes pensées sont des juges, lorsque mes pensées m'accablent, je m'arrête d'être moi-même, je ne me comporte plus en enfant de Dieu, alors je deviens quelqu'un d'autre: un être qui veut. Alors mes pensées dominent l'enfant de Dieu et dominent l'être que je veux être: je pense avoir raison, je pense que le monde est sans amour, je pense que la guerre va régler des problèmes, je pense que ce monde est un monde noir, sans espoir, je pense que nous sommes perdus. Nous sommes contre nous, nous ne vivons pas l'Acte de Vie de notre Dieu.

Jésus est venu sur la terre pour prendre nos pensées qui étaient contre nous, et Jésus les a prises en lui comme si c'était ses pensées et il les a purifiées. Mais nous, nous continuons à penser que nous ne sommes pas sauvés, nous continuons à penser que les méchants ne sont pas sauvés. Nous sommes contre nous. Je suis contre moi lorsque je parle ainsi. Ma pensée empoisonne qui je suis, ma pensée me nuit, elle m'écrase, elle détruit l'être que je suis continuellement, car elle n'est pas seule. Une pensée amène une autre pensée sans amour, une autre pensée amène d'autres pensées sans amour.

Pouvez-vous compter le nombre de pensées qui ont été dans votre vie depuis votre naissance sur la terre et qui n'ont pas été des pensées d'amour? Alors, sachez que ces pensées ont été nourries avec le venin de Satan. Comment s'y est-il pris? Le mouvement de la vie. À l'intérieur du mouvement de la vie, il y a nous. Nous, nous sommes en le mouvement de la vie. Ah! Voilà mon prochain! Voilà mon prochain! Voilà mon prochain! Tous les enfants sur la terre sont-ils notre prochain? Ils sont notre prochain. Où sont-ils? Sur une autre planète? Mais non, ils sont sur la terre! Et nous, où nous sommes? Tous ensemble en Dieu. Parce que nous sommes en Dieu, Dieu, lui, est en nous; alors nous sommes en chacun: moi je suis en toi, toi tu es en moi, toi tu es en tous ceux qui sont ici et en tous ceux qui sont sur la terre, ainsi de suite.

Pouvons-nous couper en deux l'amour de Dieu? Dieu nous a donné son Fils, son unique Enfant d'amour, et son amour a enveloppé tous les actes de vie impurs que tous les enfants créés ont faits, faisaient et feront. Cela veut dire que depuis Adam jusqu'au dernier créé, tous les actes de vie: pensées, regards, écoutes, paroles, actions et sentiments, Jésus les a tous pris. Notre Jésus d'amour, il a accepté d'être le pécheur. Nous qui étions tous les enfants de Dieu, où on était? Il a accepté d'être le pécheur, où étaient les pécheurs? En Jésus, en Dieu. Nous étions tous ensemble. Alors lorsque nous avons une pensée sans amour, est-ce que cela demeure seulement pour nous? (R: Non.) Vous avez raison. Tout cela est une nourriture infecte pour nous. Alors, cette nourriture infecte empoisonne tous les enfants qui ont des pensées impures.

Depuis que nous sommes sur la terre et que nous avons eu des pensées impures, avons-nous empoisonné nos frères et nos sœurs? Oui, nous avons empoisonné nos frères et nos sœurs. Pour empoisonner nos frères et nos sœurs, il a fallu qu'on s'empoisonne. Comment, nous, on s'est laissé prendre à ce piège? À l'extérieur de nous, il y a les tentateurs. Les tentateurs sont à l'extérieur, ils ne sont pas en nous. Les tentateurs sont le néant, ils ne peuvent pas être sur la terre en train de nous tenter si nous, nous ne leur donnons pas de la vie.

Au tout début, Satan a eu la permission de Dieu de tenter qui? Adam et Ève. Lorsque Caïn tua Abel, il a été tenté parce qu'il y avait quelque chose en lui. Il y avait une connaissance qu'il ne devait pas connaître: la connaissance du mal. Cette connaissance du mal avait ouvert un passage qui devait être tout le temps fermé. Nous avions choisi la connaissance du bien et du mal, nous devions donc choisir entre le bien et le mal: je n'ouvre pas mon intérieur au mal. Mais qu'est-il arrivé? La connaissance du mal avait rendu faibles les enfants de Dieu. Comme la connaissance du mal avait rendu faibles les enfants de Dieu, Caïn était faible devant le tentateur. Lorsqu'il a tenté Caïn, il lui a soufflé des mots par l'extérieur: "Dieu ne t'aime pas comme il aime Abel." Cela, Caïn, lui, l'a ressenti comme un tambour, mais cela n'était pas encore en lui; cela frappait son écoute, ses pensées. Lorsqu'il n'a pas donné à Dieu ce qu'il devait donner, il s'est passé quelque chose.

Dieu est l'amour et Dieu donne un temps à l'enfant pour qu'il puisse faire un choix. Nous avons la connaissance du bien et du mal en nous. Pour que nous puissions choisir, il faut qu'on ait un temps pour choisir, alors nous entrons dans un temps d'amour. Ce temps nous est donné par amour pour que nous puissions reconnaître que nous sommes enfants de Dieu. C'est notre temps d'amour. Nous venons dans le sein de notre maman, et au moment de notre jugement, lorsque nous quittons la terre, nous devons choisir la vie éternelle ou la mort éternelle. Mais entre le commencement et la fin, c'est un temps d'amour que nous devons vivre sur la terre. Qu'arriva-t-il lorsque Caïn, lui, était en tentation? Dieu lui donna un temps d'amour dans l'éternité. Ça va tellement vite que ça (un simple clignement des doigts), c'est un peu trop.

Lorsque nous sommes en tentation, là, il y a ce temps qui s'ouvre à nous et nous l'appelons un temps d'amour, n'est-ce pas? Parce que Dieu le Père le permet. L'amour ouvre notre temps d'amour et là, nous sommes en présence, nous sommes en présence de quelque chose qui veut pénétrer dans notre temps d'amour, et ce n'est seulement que nous qui pouvons choisir. Est-ce que je choisis de laisser cela entrer en moi ou je le refuse? Alors, comprenons bien que c'est nous qui sommes, en un instant, devant un choix, afin d'accepter ou de refuser.

Lorsque Caïn fut en tentation, il était dans ce temps. Avec sa vie, il a dit quoi? 'Oui, j'accepte cette tentation.' Cela ne s'est pas dit comme ça 'oui, j'accepte…', c'est que l'amour connaissait qui était Caïn. L'amour habitait Caïn, alors l'amour respectait le choix de Caïn. Et Caïn a regardé son frère, a regardé qui il était et il s'est jugé: 'Je me sais sans amour envers moi, donc Dieu ne me préfère pas à Abel. Je me sens diminué. Je pense que Dieu ne m'aime pas.' Alors, il était contre qui, en premier? Contre lui-même. C'est lui-même qui ne s'aimait pas parce qu'il acceptait, il acceptait ce qui venait de l'extérieur pour lui. Alors, à partir de cet instant, la chair connut le jugement: 'Je me juge indigne de Dieu, je me juge comme étant incapable de m'aimer, je n'aime pas mon frère Abel.'

Alors, ce qui s'est passé encore, Satan ne s'était pas arrêté là. Lorsqu'il pensait ainsi, ses pensées se touchaient, elles s'attaquaient. Ses pensées se faisaient la guerre: tu n'es pas capable de t'aimer, tu n'es pas capable de te comprendre, tu n'es pas capable de te regarder comme étant fort, je suis un vaurien, je suis incapable d'être bon envers Dieu, je me sens rejeté de Dieu. Ses pensées le frappaient tout le temps, tout le temps, tout le temps. Alors ses pensées attaquaient ses écoutes. Ses pensées qui attaquaient ses écoutes voulaient attaquer son regard; alors pensées, écoutes, attaquaient ses regards. Lorsqu'il regardait Abel, il lui en voulait, car ses pensées, ses écoutes qui se nourrissaient, elles se nourrissaient de haine, elles se nourrissaient du poison de Satan.

Au tout début, lorsqu'il regardait Abel, il ne haïssait pas Abel. Il sentait qu'Abel avait un plus, c'est tout: 'Dieu regarde son offrande, mais il ne regarde pas la mienne. Je me sens diminué.' Mais à l'intérieur de ça, il y avait la haine de Satan; dans ses jugements, il y avait le plan de Satan: l'empoisonner, afin qu'il ne puisse pas penser avec amour devant Dieu, devant lui-même et devant son frère. Alors, lorsqu'il écoutait les paroles d'Abel, les paroles d'Abel devenaient des paroles contre lui, car son écoute était attaquée par la ruse de Satan. Satan se servait de ce qu'il avait accepté pour attaquer ses écoutes. Lorsqu'il parle, Abel: 'je ne me sens pas aimé de Dieu, je sens que Dieu le préfère'. Ses écoutes étaient contre lui et il s'en nourrissait. Il ne s'arrêtait pas pour donner à Dieu: 'Je ne veux plus de cela, Dieu. Prends cela. Tout ça, ça me détruit', il ne le faisait pas, il se laissait nourrir par ce qu'il avait en lui.

Cela nourrissait ses regards. Lorsqu'il portait ses regards sur Abel, il voyait les gestes d'Abel, mais il ne les trouvait pas beaux. Qu'avaient-ils ces gestes? Est-ce que c'était des gestes qui frappaient? Est-ce que c'était des gestes qui portaient à négliger l'être qu'il était, Abel? Mais c'était des gestes d'amour qu'il voyait! Comment se fait-il qu'il voyait en Abel un rival? C'est ce qu'il avait en lui qui le rendait comme ça. Cela empoisonnait ses regards, ses pensées contre ses écoutes, ses écoutes contre ses regards; il y avait toujours la guerre à l'intérieur. Lorsqu'il entendait les paroles d'Abel, 'mon frère', Caïn ne voulait plus entendre ces paroles, parce que cela le faisait souffrir. Lorsque les paroles d'Abel pénétraient en Caïn, ce qu'il avait en lui les transformait en haine, en colère. Tout ce qu'Abel pouvait lui dire était, pour Caïn, quelque chose qui le faisait tellement souffrir.

Alors les gestes d'Abel semblaient provoquer les gestes de Caïn, car ce qu'il avait en lui le dominait. Il se sentait détruit, il se sentait abaissé, son amour était en morceaux. Plus ses actes de vie: pensées, regards, écoutes, paroles, actions le faisaient souffrir, plus il se séparait de lui-même. Il était devenu un étranger. Lui, l'enfant de Dieu, il était devenu un étranger face à lui-même. Lorsque Dieu lui dit: «Qu'as-tu fait de ton frère?» 'Suis-je le gardien de mon frère? Vais-je donc répondre de lui?' Ce qu'il était devenu: un enfant ne voulant plus être un enfant docile à la Parole de Dieu, car il se jugeait devant Dieu: 'Je ne suis pas capable, mon Dieu, je ne suis pas capable de m'aimer; je ne suis pas capable de me pardonner; je ne suis plus capable d'être vrai envers moi-même. Comment puis-je être vrai envers mes actions? Tu me fais revivre ma douleur. J'ai tué mon frère pour ne plus souffrir et je souffre encore.'

Son cœur ne pouvait plus aimer, car il ne reconnaissait plus l'amour que Dieu avait envers lui. Mais au plus profond de lui-même, il y avait l'enfant de Dieu blessé, caché, ignoré, qui regrettait, mais le venin était en lui. Alors, comme il était incapable de s'aimer: 'C'est mon frère qui m'a provoqué. C'est lui qui en est la cause. Ce que j'ai voulu faire, j'ai voulu me consoler, me protéger.' Alors, sa protection était contre Caïn. Ce qu'il était devenu, c'est un fantôme de lui-même. Il vivait avec ses fantômes, il était pour vivre longtemps avec ses fantômes. Et Dieu lui dit: «Parce que tu as péché, éloigne-toi, va loin de ma Face.» Et Dieu écouta Caïn, car Caïn sortit un souffle de vie à l'extérieur: 'Ne me laisse pas, ne me laisse pas sans toi, on va lever la main sur moi.' Alors il demandait de l'aide à Dieu et Dieu ne lui refusa rien: «Je mettrai une marque sur toi et on ne te frappera pas. Si on te frappe, je punirai.» Et Caïn s'éloigna.

Nous, qui sommes-nous? Nous avons des pensées contre nous, nous avons des regards contre nous, des écoutes, des paroles, des actions et des sentiments contre nous. À l'intérieur de nous, il y a le mal. La connaissance du mal a été alimentée par l'extérieur. Les tentateurs ne sont pas en nous, mais ils sont à l'extérieur. On a soufflé le mal à Caïn et continuellement on souffle le mal en nous. C'est là que le mal veut aller: en nous. Le mal ne peut pas pénétrer en nous si nous n'entrons pas dans le temps d'amour. Que notre vie s'ouvre et qu'avec notre vie nous choisissions le mal, là il entre en nous le poison, pas le tentateur, son poison, et lorsqu'il entre en nous, il attaque ce qui est déjà en nous.

Nous avons dit que nous avions une seule chair, n'est-ce pas? Lorsque nous avons dit cela, en Dieu, par la puissance du Saint-Esprit, nous avons pu comprendre que nous avons une seule chair. Adam, sur la terre, fut créé; avec une côte d'Adam, donc la chair d'Adam, Ève fut créée: une seule chair. De la chair d'Adam et d'Ève, il y eut d'autres chairs, encore d'autres chairs qui se sont créées à partir de la même chair. Alors la terre est peuplée de la même chair. Lorsque Caïn eut cette pensée en sa chair, est-ce que nous, nous la connaissions? Nous la connaissons, nous nous rappelons. Nous savons que lorsque nous jugeons notre prochain, cela est contre nous; nous savons que lorsque nous prononçons des paroles contre Dieu, cela est contre nous. C'est notre nourriture! Nous nous nourrissons continuellement avec le venin de tout ce qui a pénétré d'impur en nous. Continuellement cela se fait.

Nous sommes une arme contre nous et cela depuis si longtemps. Lorsque nous offensons Dieu, c'est avec ce que nous sommes, et ce que nous sommes est contre nous. Oui, ce qui est contre nous est contre notre prochain. Nous sommes destructeurs par nos actes de vie entre le pouvoir de Satan. Aucun de nous ne veut se détruire, n'est-ce pas? Nous aimons, nous voulons nous aider entre nous. Pourquoi cela est-il en nous? Parce que Dieu a mis quelque chose en nous: «Souviens-toi de qui tu es. Souviens-toi que je suis ton Père. Dans les moments les plus noirs de ta vie, lorsque tu seras dans la détresse, tu te souviendras de moi, car mon amour est en toi.» Voilà pourquoi nous ne voulons pas nuire à notre prochain. Protestants, catholiques, musulmans, bouddhistes, ainsi de suite, tous les athées, il y a quelque chose à l'intérieur de nous, c'est l'amour.

Ceux qui ont tué des millions d'enfants de Dieu, croyez-vous qu'il n'y avait pas d'amour en eux? Ils ont eu des enfants et ils se sont penchés sur leurs enfants, ils ne les ont pas tués dès leur présence dans le sein de la maman puisqu'ils sont des millions; donc, il n'y a pas un enfant créé sur la terre qui n'a pas l'amour de Dieu en lui. Mais qu'est-ce qui a fait qu'ils tuent? Qu'est-ce qui fait qu'on veut détruire les catholiques? La religion la plus…, dont on veut se débarrasser, dérangeante! Elle est dérangeante la religion catholique! On veut s'en débarrasser alors qu'ils ont l'amour en eux. S'ils veulent se débarrasser des catholiques, ils vont se détruire, ils vont disparaître comme nous on va disparaître. Alors, il n'y a qu'un coupable: le mal, Satan, ses acolytes qui ont comme maître Satan.

Alors, Dieu dit: «Mes enfants, je vais vous instruire sur ce que vous êtes en train de faire: un pas vers la lumière, un pas vers l'espérance. On vous a parlé de lumière, on vous a parlé d'espérance, qu'avez-vous compris?» Dès le début, Dieu a créé la lumière: la lumière est la puissance de Dieu; Dieu a créé l'univers; Dieu a créé les astres; le jour et la nuit; Dieu a créé terre et eaux afin qu'ils soient ensemble; Dieu a créé tout ce qui peuple l'air, tout ce qui devait peupler la terre et les eaux, car tous ne devaient faire qu'un; Dieu a créé les enfants qui devaient reconnaître que lorsqu'ils viennent sur la terre, ils sont appelés à vivre leur mission.

«Jour après jour, nuit après nuit, tu te rappelleras que je t'ai créé et que je t'ai donné mon amour afin que tu vives ce que tu as à vivre sur la terre. Tes jours sont éternels et tes jours seront éternels. Je ne te laisse pas seul, je mets en toi mon amour afin que tu puisses savoir ce que Satan a fait avec ce que tu as accepté, car lorsque ta chair a été témoin de ce choix, ta chair devait se rappeler de ce que tu as choisi. C'est ta chair qui a choisi, et ton âme, ta présence avec la vie éternelle, en la vie éternelle, par la vie éternelle, t'apportera ce dont tu as besoin pour vivre ta mission, car je te comblerai de grâces, je t'apporterai à manger moi-même, je t'abreuverai, toi qui auras soif de vérité.

«Je saurai te montrer le chemin que tu dois prendre à travers tes mauvais choix. Oui, tu prendras des chemins qui ne sont pas pour toi. C'est à travers ces chemins que tu comprendras que j'ai foi en toi, que j'ai confiance en ce que j'ai créé. Tu goûteras à l'amertume de ta vie, car je t'aime, et toi, je veux que tu apprennes que tu dois t'aimer. Je t'apprendrai à ne pas te juger. Je prononcerai les mots en ton cœur et tout ce que tu découvriras ne sera que beauté pour toi, car le venin que Satan a réussi à mettre en toi te montrera que tu es à moi, car je t'enverrai mon Fils. Il prendra tous tes péchés, il arrachera de toi ce venin et, à cause de ce venin qui sortira de toi, tu revivras, tu sentiras en toi ma toute-puissance. Ta reconnaissance envers moi sera éternelle, car tu aimeras l'être que tu es devant ton Père.
«Ne crains pas ce monde, ce monde qui te maintient dans l'ignorance. Crains de me déplaire, car lorsque tu crains de me déplaire, ne sais-tu pas que tu touches à ton amour inconditionnel que tu as perdu? Oui, tu connaîtras la crainte de déplaire à Dieu, car c'est ton amour inconditionnel: ton amour inconditionnel entre dans la crainte, et là tu goûtes, tu goûtes à l'enfant de Dieu que tu es, l'enfant qui ne veut pas déplaire à Dieu, l'enfant qui sait qu'il est aimé de Dieu, l'enfant qui se sent fort, soutenu par les grâces.

«Ces grâces, je les déposerai dans l'amour inconditionnel de la Vierge, ma Fille qui n'a jamais connu autre que l'amour inconditionnel. Oui, elle te comblera de grâces, elle t'apprendra à me donner tout de toi. Tu feras des actes de grâces lorsque tes actions seront amour. Oui, tu feras des actes de reconnaissance envers Celle qui te comblera de grâces pour que tu puisses comprendre les grâces de la purification, afin qu'elle t'apporte ce dont tu as besoin pour comprendre que tu es aimé de toi-même. Elle liera ensemble les actes de vie qui seront dans le mouvement de la vie et son amour inconditionnel t'amènera à l'amour inconditionnel, et il y aura guérison et purification à la surface de la terre. Le Cœur de ma Mère et le Cœur de Jésus triompheront. Elle en mon Cœur pour ne former qu'un seul Cœur, car en son Cœur il y aura tous les cœurs des enfants de Dieu.»

Voilà ce que Dieu est en train de nous montrer. Nous sommes tous appelés, de par le monde, à nous unir, à former une puissance de vie, et lorsque cette puissance de vie avance, un grand mouvement se fait: un mouvement de vie, un mouvement d'amour où tous les enfants de Dieu ressentent. Alors, vivons ce que Dieu veut qu'on vive: nos grâces de purification. Tout est accompli. Jésus l'a dit: «Père, tout est accompli.» Nous sommes les gagnants, nous sommes victorieux. Alors, entrons dans les grâces de la purification.

Tout ce qui est entré en notre chair doit sortir et le plan de Dieu, il est parfait, il est pour nous, pour notre temps. C'est nous les choisis bénis qui avons été voulus par Dieu le Père, Dieu le Fils, Dieu le Saint-Esprit pour accomplir la Volonté de Dieu. Rien ne se fera avec notre volonté humaine, mais notre volonté humaine en la Volonté de Dieu, afin que Dieu prenne toute la place.

C'est Jésus qui construit le monde d'amour, ce n'est pas nous, mais il nous invite, il nous invite à entrer en sa Divine Volonté pour qu'on puisse faire ce que nous avons à faire. Nous n'aurons pas le temps de tricoter si ce n'est tricoter que pour les pauvres. Nous n'aurons pas le temps de jouer à des parties d'échecs si ce n'est que distraire les vieillards qui sont laissés seuls. Nous marcherons ensemble, nous travaillerons ensemble, nous ferons des efforts, car nous pleurerons. Oui, il y aura encore des pleurs, mais nous passerons à travers cela ensemble, pas seuls.

Le monde, le monde s'est laissé tromper par Satan. Comment a-t-il réussi à faire cela, il est le néant, il n'est rien. Il n'a aucun, aucun, aucun pouvoir sur les enfants de Dieu, il faut que les enfants de Dieu lui donnent de la vie. Alors, si le mal abonde sur la terre, avons-nous donné du pouvoir à Satan? Nous avons été l'arme la plus puissante entre les griffes de Satan. Une seule pensée impure qui vient de nous nous a empoisonnés, a empoisonné tous les enfants de Dieu. Alors, nous avons contribué à détruire le monde, car nous nous sommes nourris avec une nourriture infecte.

N'accusons plus nos frères et nos sœurs qui ne sont pas à genoux devant Dieu, car nous les avons, nous, nourris et eux nous ont nourris. Dieu dit: «Les bombes sur la terre, c'est comme une poussière dans l'air en comparaison d'une seule de vos pensées impures.» Voilà ce que nous avons fait. Mais Dieu est amour! Croyez-vous que Dieu nous a laissés seuls après la mort de notre Jésus? Oui, il est vrai, nous n'avons pas compris l'Acte de Vie le plus grand qui s'est accompli, mais Jésus, Dieu le Père, Dieu le Saint-Esprit, nous ont donné nos frères et nos sœurs afin que nous puissions être un.

Oui, qu'importe, qu'importe si mon frère viole sa petite fille, qu'importe si ma sœur est lesbienne, qu'importe si mon frère fait la guerre, qu'importe si ma sœur fait du yoga, qu'importe, ils sont en moi et ils vont m'aider, car lorsque je verrai le mal qui se fait devant moi, je vais me rappeler que cela m'habite. Oui, je vais utiliser mes droits d'enfant de Dieu, oui, je vais faire ce que Dieu me demande. Je vais entrer dans les grâces de la purification, car c'est Dieu qui me le demande. Que je sois en Chine, que je sois en Russie, que je sois en Iran, que je sois au Canada, là où je suis, je suis avec tout le monde, et là où ils sont, ils sont avec moi.

Dieu est bon avec tous ses enfants. C'est cela que je dois reconnaître. Voici le pas que je dois accomplir aujourd'hui: que Dieu a mis sa victoire en moi et que je dois la vivre en faisant des actes d'amour, et là tout s'accomplira. Cela ne sera pas pour demain, car des pensées impures, infectes, empoisonnées, il y en a beaucoup en ma chair, mais je ne prendrai pas les pensées de mon prochain, je regarderai les miennes en utilisant les pensées des autres. Cela vous sera expliqué. Amen.