Rencontre d'amour avec l’Agir de Dieu, St-Boniface, Manitoba,
par son instrument, la Fille du Oui à Jésus

2015-04-19 Questions et réponses avec l'Agir de Dieu

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit: Est-ce que vous êtes prêts pour la deuxième partie qui est questions et réponses? Est-ce qu'il y en a qui veulent commencer?

Q. Qu'est-ce que c'est vivre notre purification?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit: Jésus a accompli ce que son Père lui a demandé: sa mission. La purification, Jésus, il l'a accomplie. Il a pris tout ce qui était en nous d'impur et il l'a amené à la mort pour que nous puissions vivre notre mission sur la terre.

Nous venons au monde sur la terre en prenant naissance dans le sein de notre maman. Maman porte l'enfant, et le papa a donné une partie de sa chair pour que l'enfant puisse s'installer avec sa chair. Lorsque l'enfant se forme dans le sein de la maman, sa mission est déjà commencée. Elle continuera, sa mission, tout le long de sa vie sur la terre. Seul Dieu connaît le moment où cela débute et que cela se termine, et elle se termine le moment où nous prononçons oui à la vie éternelle ou non à la vie éternelle. Ça, c'est notre temps à nous et nous vivons notre purification. Parce qu'au tout début, nous avons choisi un amour conditionnel alors que nous avions l'amour inconditionnel, alors cette mission, c'est de retourner à notre amour inconditionnel. Lorsque je serai devant mon jugement, et lorsque je dirai oui à la vie éternelle, là, j'entrerai dans mon amour inconditionnel et j'entrerai dans le Royaume de Dieu.

Si je réponds oui à la vie éternelle, mais que je n'ai pas profité des grâces, de toutes les grâces de la purification, je devrai donc vivre au purgatoire les grâces de la purification. Cela veut dire que tous mes actes de vie sur la terre qui n'ont pas profité des grâces de la purification, parce que le mal était dans mes actes, le venin, je suis entré dans un trou. Nous en avons parlé hier, et ce trou, ce sont nos actes de vie qui portent de mauvaises conséquences. Où sont-elles nos mauvaises conséquences? Dans le mouvement de la vie. Ce que nous voyons, ce sont les missions de nos frères et de nos sœurs sur la terre. Chacun de nous avons un temps pour vivre ce que nous devons vivre afin de retourner à l'inconditionnel.

Lorsque je vais à la confesse et qu'avant ma mort je regrette tout ce que j'ai fait, je sais que j'ai laissé sur la terre des conséquences: que je laisse sur la terre de mauvaises conséquences. Je veux que ces conséquences-là je puisse les regarder avec amour, et c'est seulement Jésus qui peut m'aider. Dans le sacrement de la Confession, j'entre dans le Précieux Sang de Jésus. Lorsque je reçois les derniers sacrements, Jésus me donne la force de vivre ce que j'aurai à vivre si je n'ai pas terminé de réparer mes actes impurs. Lorsque nous mourons, nous recevons des grâces afin que nous puissions connaître la Volonté de Dieu. Il faut écouter notre Dieu qui nous appelle.

Jésus: «Je t'appelle à la vie, à la vie éternelle. Approche-toi de moi. Fais connaître à ton intérieur la puissance de mon Acte de Vie, fais connaître à ton âme l'amour que j'ai pour elle. C'est moi qui la nourris par le sacrement de la Confession, c'est moi qui la nourris par le sacrement de l'Eucharistie, je lui donne mon Corps à manger, je lui donne mon Sang à boire, et là, elle ressent, elle ressent sa vie éternelle.

«C'est par ma toute-puissance, par mon amour inconditionnel qu'elle regardera sa vie. Je lui donne ma force, celle que j'ai voulue pour elle au moment de ma mort. Je lui rappellerai tout ce que j'ai prononcé pour qu'elle soit avec elle-même forte devant sa souffrance. Ce que j'ai prononcé, c'est ce que moi je voulais pour elle: des actes d'amour. Elle est mienne et je suis tout pour elle. L'enfant doit comprendre que tout ce qu'il a fait sur la terre a fait souffrir son âme. C'est au moment où tout se termine que la chair accepte tout ce qui vient de l'âme. Voilà pourquoi il ne faut pas appauvrir votre âme, mes enfants.

«Il faut faire de bons actes de vie. Soyez bons envers vous-mêmes. Donnez-vous de la tendresse. Ne parlez pas contre votre prochain. Lorsque vous parlez contre votre prochain, vous parlez contre vous-mêmes. Votre parole porte, porte son bagage, mes enfants. Il en est de même pour vos pensées, il en est de même pour vos regards et vos écoutes, il en est de même pour vos actions et vos sentiments. Je vous demande de me donner votre joug, le mien est si léger. Je vous demande d'avancer avec ce que je vous fais connaître. Votre âme doit être pour vous votre force. Il faut que vous soyez prudents, mes enfants. Vos actes de vie sans amour vont vous suivre, vous les verrez.

«Lorsque vous faites de bonnes actions, vos bonnes actions vous rendent plus forts que vos mauvaises actions, et lorsque vous êtes devant votre jugement, vos bonnes actions font ce qu'elles ont comme récompense. Vous leur avez fait confiance? Alors, elles vous apportent votre confiance. Vous avez été pleins d'espérance? Alors, c'est ce que vous recevez au moment de votre jugement: vos actes de vie vous donnent leurs fruits d'amour.

«Et lorsque Satan et ses acolytes veulent se servir de vos actes de vie sans amour dans le but de vous faire souffrir, ce sont vos actes de vie d'amour qui les font taire. Vous avez en vous la vie éternelle, et tant que vous avez en vous la vie éternelle, ils ne peuvent rien contre vous. Et lorsque vous entrez au purgatoire, parce qu'il reste des actes de vie qui n'ont pas profité des grâces de la purification, ce sont vos bonnes conséquences qui sont demeurées sur la terre qui vont continuer à nourrir les bons actes de vie des enfants sur la terre; et tout ce qu'ils feront à cause, mes enfants, de vos bonnes conséquences sur la terre, vos actes de vie sans amour vont goûter aux grâces de la purification.

«Quelle joie pour votre âme lorsqu'elle voit que tout ce qu'elle vous a donné en grâces porte profit. Dieu met dans votre cœur ce dont vous avez besoin pour comprendre à cet instant. Il est important que vous puissiez profiter des grâces de la purification. Cessez d'être contre vous. Ayez la foi en ce que vous êtes. Vous êtes des enfants purifiés, vous êtes des enfants de Dieu. Vous avez tout reçu de mon Père. Soyez fidèles envers votre amour pour mon Père. L'Église est vous. Ce que j'ai apporté sur la terre, ce sont mes forces, mes forces d'amour, c'est moi qui vous ai donné le sacrement du Baptême et mon Père a témoigné de moi. C'est moi qui ai enseigné à mes apôtres le pardon, la miséricorde, afin que votre âme puisse se nourrir de ma miséricorde qui se déverse pour votre chair.

«Combien de fois vous allez à la confesse, mes petits amours, et combien de fois vous ne profitez pas de vos grâces? Vous vous sentez coupables, vous marchez avec vos inquiétudes, vos doutes, et lorsque vous rencontrez des difficultés dans votre vie, vous vous souvenez toujours de vos péchés. Vous vivez comme des petits fantômes. J'ai purifié vos péchés, mes enfants. Aimez-vous comme je vous aime. Aimez le pécheur repentant que vous êtes, aimez votre acte purifié. J'ai tout purifié. Votre acte de vie impur n'est plus, il est en moi, il ne porte plus le mal. Marchez avec moi. Ayez confiance que je vous précède. Sachez, mes enfants, que vous n'êtes pas seuls. Les esprits purs, les âmes au purgatoire et les âmes dans mon Royaume sont avec vous. Aimez les pécheurs qui ne se reconnaissent pas aimés de moi. C'est moi qui les ai purifiés comme je vous ai purifiés et je n'ai oublié personne. Lorsque vous comprenez cela, vous entrez dans les grâces de la purification. Éloignez de vous le mal en le refusant.

«Mes enfants, utilisez vos droits d'enfants de Dieu. Vos droits d'enfants de Dieu, c'est la foi en mon Acte de Vie. C'est moi qui envoie les esprits impurs au pied de ma Croix. Vos actes de vie qui tombent dans un trou noir, je leur redonne leur place, mais vous, vous reprenez votre place dans le mouvement de la vie et c'est ma Mère qui vous unit à tous les bons actes de vie. Oh, mes enfants, si vous pouviez ressentir cette puissance en vous! Elle vous lie ensemble et Elle vous amène à moi et je vous enveloppe de mon amour inconditionnel. Vivez cela, car il y a des guérisons et il y a des libérations. Vivez ce que votre âme reçoit: elle reçoit la lumière de Dieu, elle reçoit la force de Dieu, elle reçoit ce dont elle a soif et faim: l'amour. Ne compliquez pas votre vie, faites ce qui est bon pour votre chair, et votre chair comprendra ce qu'elle a à vivre. Vos fantômes vont disparaître, car vous entrerez dans la lumière de Dieu.

«Ma lumière, mes enfants, n'a pas d'ombre, elle est plus brillante que le soleil, car je suis la Lumière du monde. Vivez votre vie en la Vie. Tous vos actes de vie, respectez-les, aimez-les comme moi je les ai respectés et aimés. Cela veut dire, mes enfants, ne vous obligez pas à faire ce que vous ne voulez pas faire, soyez patients envers vous-mêmes. Vous entrerez dans les grâces de la purification comme un tout petit enfant, en faisant du bien. Lorsque vous faites du bien, vous ressentez la joie à l'intérieur de vous, non à l'extérieur. Vous n'êtes pas orgueilleux de ce que vous faites, vous acceptez d'être là où Dieu veut que vous soyez: à votre place, parmi les enfants que Dieu a créés pour que vous soyez ensemble.»

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit: C'est tranquillement que nous allons apprendre à chasser le venin qui a pénétré en nous. Jésus, depuis quelques…, oh, je dirais un peu plus de quelques mois, peut-être un an, un peu plus qu'un an, il m'instruit.

Un jour que je préparais mon repas, là, je le faisais un peu vite; alors je me suis arrêtée, et là, j'ai dit: "Oh, merci, mon Dieu! Tu me fais entrer dans mon acte de vie d'amour par amour pour moi." Là, j'ai pris conscience que lorsque j'allais trop vite je me nourrissais, et cette nourriture n'était pas ce que Dieu voulait pour moi. Alors là, j'ai pris conscience que mes actions nourrissaient ma pensée, mes regards, mes écoutes, tout mon être, mes paroles et mes sentiments, non avec de l'amour. Ce n'est pas parce que c'est péché, mais j'étais pressée.

J'avais un fantôme dans ma vie qui me contrôlait dans le but de me maintenir dans ce que je souffre: je souffre de voir que mes frères et mes sœurs ne sont pas tous à Dieu. Alors là, je tombe dans un piège: mon manque de confiance envers Dieu, et tout mon être en souffre. Je dois prendre connaissance de ce que je fais, mais lentement, car je suis responsable de mon amour. Je nourris mes enfants avec ce que je suis. Alors, là, je suis devenue toute en joie: "Ah oui! Seigneur, c'est vrai, je vais faire ça bien tranquillement, avec toi, et ce sera de l'amour pour moi et pour tout le monde."

C'est prendre conscience que nous sommes vivants et que nous nourrissons notre vie avec ce que nous sommes. Nous ne sommes pas des crayons qui n'ont pas de vie éternelle, ils vont disparaître un jour, mais nous on ne disparaîtra jamais. Est-ce qu'un crayon contient de l'amour? Est-ce qu'un arbre contient de l'amour, de l'amour inconditionnel? L'amour de Dieu nous amène à réaliser que nous voulons le voir, nous voulons ressentir la présence de Dieu; ça, c'est l'amour. Nous pouvons l'expérimenter à tous les jours.

Moi, j'aime bien voyager avec Nicole. Moi j'aime bien retourner à la maison pour dire bonjour à mes enfants et parler de vous à mes petits-enfants. Bien, c'est l'amour qui fait cela. Nous avons un langage par l'amour. Voilà ce qui nous différencie de ce que nous créons et de ce qui a été créé pour nous. Oui, c'est avec l'amour que nous avons en nous qui a fait que nous avons inventé les crayons, parce que Dieu nous a donné des arbres pour qu'on puisse faire des crayons. Tout est amour, mais on ne le découvre que par la présence de Dieu en nous. L'éternité est pour nous auprès de Dieu, et pas sans Dieu. Alors, c'est en faisant des actes bien simples qu'on va profiter des grâces de la purification, des actes d'amour.

Mais le Seigneur va nous demander quelque chose. «Vous qui entendez, vous qui comprenez, c'est parce que je vous ai choisis.» Dieu dit: «Vous êtes les choisis bénis. Je vous envoie de par le monde en demeurant chez vous pour aller chercher ceux qui n'entendent pas, qui ne comprennent pas et qui ne veulent pas de Dieu». Oui, nous étions sourds, aveugles, muets, paralytiques. On n'a rien mérité pour ça, mais Jésus, Dieu le Père, Dieu le Saint-Esprit, savaient ce que nous étions pour accepter: accepter d'aimer notre prochain tel qu'il est.

Dieu nous a aimés tels que nous sommes. Il a dit maintes fois: «Je ne vous changerai pas, mais je vous transformerai avec mes grâces.» Eh bien, c'est ce qu'il attend de nous. Arrêtons de vouloir changer notre mari, de vouloir changer notre épouse, de vouloir changer nos enfants, de vouloir changer nos petits-enfants, de vouloir changer le monde puis de vouloir changer les gouvernements. Oui. Un arbre, c'est un arbre. On ne le change pas, mais on va le nourrir, on va lui donner de l'engrais naturel, mais avant, on va lui donner quelque chose: on va l'aimer pour ce qu'il est. J'ai un pommier dans ma cour et j'aime ce qu'il me donne; alors si j'aime mon pommier, je dois encore bien plus aimer mon prochain; alors s'il a un poirier dans sa cour, il va partager avec moi. C'est ça l'amour: je donne, je reçois, je donne, encore je reçois. C'est continuellement ainsi l'amour.

Il vient de dire: «Tais-toi maintenant.»

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit: Avez-vous une autre question?

Q. Quand on lie les esprits, est-ce qu'il est mieux de dire: Au nom de Jésus, je lie cet esprit de… ou s'il est mieux qu'on dise: Père, est-ce que tu pourrais lier cet esprit de…

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit: Ce que nous sommes, nous le sommes par Dieu. Avons-nous profité des grâces de la purification? Avons-nous le pouvoir sacerdotal? Nous sommes, par notre baptême, prêtres, rois, prophètes, afin de laisser toute la place à Dieu. Lorsque le prêtre nous bénit, ce n'est pas l'homme qui bénit, c'est Jésus, le Christ, en le prêtre. Tout doit se faire en Jésus, par Jésus, avec Jésus. C'est Jésus qui fait tout, pas nous. Cela veut dire: le 'je' doit être remplacé par 'au nom de Jésus'. Merci, Jésus.

Q. C'est comme s'il y avait une contradiction dans ce que tu dis avec le dernier, ce que tu viens de dire maintenant. Il y a beaucoup de mal dans ce monde. Le Pape François nous envoie en eaux profondes. Peut-être que j'ai mal compris, mais tu nous disais qu'on n'a rien à faire. Si on veut que cette nation, ce pays devienne à nouveau un pays chrétien où il y a des enfants qui meurent, il y a beaucoup de choses à faire.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit: Ce que le Seigneur nous demande, c'est de faire des actes d'amour. Tout accomplir nos actes avec de l'amour, utiliser nos pensées avec amour. Une pensée qui porte l'ombre d'un jugement n'est pas de Dieu. La mère dans sa maison, le père à son ouvrage, l'enfant à ses études construisent ce monde lorsqu'ils ont des pensées d'amour. Il faut faire des efforts pour bien nous comporter. Il faut faire des efforts et prendre conscience qu'une parole de nous est une nourriture, et une parole sans amour est une arme entre les griffes de Satan. Alors, ne jouons pas avec les pièges de Satan. Nous le faisons sans nous en rendre compte. On ne veut pas juger son prochain, mais on juge continuellement notre prochain. Oui, nous ne sommes pas pour accepter l'avortement, l'euthanasie, l'avortement, la pauvreté, tout enlever aux autres, afin de pouvoir conserver l'économie des pays à la hausse.

Lorsque nous ressentons un sentiment de peur, lorsque nous ressentons un sentiment de déception, lorsque la colère monte en nous, quand le contrôle se fait connaître à nous: 'je vais contrôler ma famille et je vais en parler.' Lorsque nous disons, à la table: 'on vient de hausser le lait puis c'est pas correct, on nous égorge', eh bien, là, on prend le contrôle de notre famille: 'c'est moi qui vais les instruire.'

Jésus, lorsqu'il est venu sur la terre, il a dit: «Paix en votre cœur.» Eh bien, c'est avec la paix que la paix règnera, c'est avec l'amour que l'amour règnera, c'est avec la joie intérieure que la joie en chacun règnera. Alors, il ne faudra pas être inactif. Il va en falloir des efforts pour comprendre que je suis en train de juger, et qu'est-ce que je vais faire avec ça maintenant que je viens de m'apercevoir que je viens de juger? Jésus a dit: «Donne-moi ce qui est lourd, car ce que je vais te donner sera léger. C'est moi qui ai le pouvoir. Donne-moi cause, choix et conséquences. Tu ne sais pas d'où vient ton jugement, d'où a parti ton jugement, moi je le sais, c'est moi qui suis Dieu. Je connais tes choix; avant même que tu les prononces, je voyais en toi ce que tu avais pensé. Moi je ne t'accuse pas, alors donne-moi tes choix. Moi, je vais nourrir ta vie de mes connaissances d'amour. Tu apprendras à utiliser ta vie pour me montrer que tu m'aimes et je réparerai tes conséquences. Tes conséquences goûteront à tes fruits. Pour un mensonge pardonné, je te ferai goûter à ton repentir. Cela te donnera des ailes pour me donner ce que tu découvriras et Jésus enverra l'esprit impur au pied de la Croix.»

Oui, il va falloir faire des efforts pour dire: 'merci'. Parce qu'en disant des mercis, il y aura des conséquences impures qui se tairont pour faire de la place aux bonnes conséquences dans notre vie. Combien de nos frères et de nos sœurs sont au purgatoire alors qu'ils ont dit sur la terre 'merci'? Alors, nous aurons tendance à plus regarder leurs bonnes actions que leurs mauvaises actions. Alors, nous prendrons ces bonnes habitudes de parler du bon et de nous taire quand c'est du mauvais. Et là, Maman Marie amènera cela à son Fils et lorsque son Fils guérira, savez-vous qui il va toucher? Ceux qui ont eu des jugements semblables aux nôtres. C'est cela la puissance de l'amour.

Nous entrerons dans l'Esprit de Dieu, et tranquillement nous quitterons l'esprit de ce monde, et les lois vont changer selon ce que nous, nous ferons: les efforts. Et c'est l'Esprit de Dieu qui a parlé au Pape François 1er pour nous instruire. Ce que nous sommes en train de vivre, c'est l'Église. Et qui est le premier de l'Église sur la terre? C'est François 1er. Alors nous suivons les pas de François 1er. Nous avons consenti, aujourd'hui, à ouvrir notre cœur pour entendre ce que notre Pape François veut pour nous: profiter des grâces de la purification. C'est toute une puissance l'Église! Alors, on a foi en notre Église? Elle est partout sur la terre. Il n'y a pas un seul endroit qui est sans l'Église de Dieu. Voilà les efforts que nous aurons à faire.

Dans le Volume 5, le Seigneur parle d'une partie de soccer. Eh bien, il a choisi ce sport pour qu'on puisse s'amuser sur la terre en faisant de bons actes de vie. Ce n'est pas triste faire de bons actes de vie, ce n'est pas ennuyant de parler de Dieu, tout le temps de Dieu, mais non! Au début, il y avait des personnes: 'Oui, mais de quoi on va parler? Je peux pas parler du gouvernement, je peux pas parler de mes enfants, je peux pas parler des professeurs d'école, je peux pas parler de la médecine, je peux pas parler de rien, alors, là, qu'est-ce qu'on va dire?' Eh bien, on va parler d'amour. Voilà nos efforts. Il n'y a personne qui va mettre ses mitaines pour ne pas travailler. Amen.

Q. J'ai appris que c'est Jésus qui a payé pour nos péchés sur la Croix, mais il me semble que lorsqu'on pèche, on paie quand même pour nos péchés. Alors, je ne comprends pas la signification de l'Acte de Vie de Jésus.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit: Lorsque Jésus a pris tous nos péchés, il les a vécus. Il a donné son amour pour nous, mais il n'a pas vécu le mal, il a vécu nos actes de vie impurs. Ceci est accompli. Lorsque nous, nous ne vivons pas les grâces de la purification, il y a un tentateur à côté de nous. Ce tentateur veut qu'on revive nos actes de vie impurs, nos péchés. C'est un souffle qui vient à nous, et là, ça nous dit de… de voler, de voler le dix sous qui traîne sur la table, alors que nous savons que ce dix sous-là ne nous appartient pas. Lorsque nous ne disons pas non à ce qui semble vouloir entrer en nous, c'est avec ta vie que tu vas choisir. C'est toi-même qui vas prendre la décision: je prends ce dix sous ou je ne le prends pas.

Lorsque Jésus est mort sur la Croix, Jésus est mort par amour. Il t'a aimée et il nous aime; alors, il ne nous obligera pas à profiter de ce qu'il a fait pour nous. S'il nous obligeait, ce ne serait pas de l'amour. Quel mérite aurais-tu si Dieu te disait: «Ne fais pas ça, je ne veux pas», et que tu dises: 'Ah, c'est correct, Seigneur, c'est correct.' Tu le fais parce que c'est Dieu, pas parce que tu l'aimes; alors, si tu aimes Dieu, tu vas t'aimer, mais si tu le fais parce que c'est Dieu, t'aimerais-tu? Tu ne t'aimerais pas, parce que Dieu a créé avec l'amour, alors ton amour, tu ne le ressentirais pas. Cela ne t'apporterait pas des grâces, afin que tu puisses profiter de ce que tu vas consentir de vivre. 'Oui, je vais prendre ce dix sous', là, tu pénètres dans ton péché qui a été purifié; donc, tu n'acceptes pas les grâces de la purification.

Mais Dieu t'aime tellement! Il va te donner des grâces pour que tu vives ta purification, pour que tu vives ta conséquence. Les conséquences, c'est pour te montrer ce que tu es: tu es belle, mais tu ne te vois pas; tu es amour, mais tu ne le ressens pas; tu as la puissance de la vie, mais tu n'entres pas dans cette puissance; tu as la connaissance du bien, mais tu entres dans la connaissance du mal. «Entre dans mes grâces et utilise-les, elles sont à toi. C'est pour toi que je suis mort sur la Croix. Je ne te juge pas, ne te juge pas. Moi, je t'aime telle que tu es, aime-toi telle que tu es.» Dieu fait cela pour nous. Oui, c'est souffrant le péché lorsque nous ne profitons pas des grâces de la purification.

Avant la mort de Jésus, lorsque les personnes: 'hommes/femmes/enfants' entraient dans cette tentation et qu'ils choisissaient avec leur vie de faire le mal, ils vivaient sans espoir, ils avaient peur de ne pas être pardonnés par Dieu, ils étaient toujours tentés de détruire leur prochain. Ils ne voulaient pas parler aux autres par peur d'être contaminés. Aujourd'hui, c'est différent; aujourd'hui, on pèche par ignorance; aujourd'hui, on se sait être protégé; aujourd'hui, on profite de la miséricorde de Dieu. Oui, on fait le mal: oui, Dieu continue à nous aimer; oui, je souffre: mais c'est dans ma souffrance que je me sens forte; je n'éviterai pas d'aller à un tel endroit par peur de rencontrer la personne qui m'a incitée à voler: non, je vais aller la voir et je vais lui montrer que je l'aime parce que j'ai profité des grâces de la purification. Voilà notre force.

Voilà ce que nous sommes en train d'apprendre. Nous sommes tous pareils et c'est grâce à notre Dieu d'amour qu'on s'est découverts. Nous sommes les enfants de Dieu, à nous de vivre le 'Notre Père'. Alors, nous le ferons en faisant des efforts. Nous allons jouer une partie de soccer mondiale, et nous passerons le ballon. Pas seulement qu'aux élites, les grands catholiques, nous passerons le ballon à ceux qui sont maladroits afin qu'ils retrouvent leur confiance, afin qu'ils réapprennent à courir. Même s'il y a mille, mille démons sur lui, eh bien, nous lui soufflerons un 'je t'aime' => 'je t'aime'  et, en un instant, ouf! Il sera debout.

Voilà ce que le Seigneur est en train de nous montrer à jouer, à jouer avec l'amour, pas avec la rivalité. Il n'y a pas d'argent dans ce jeu-là, il n'y a que les grâces de Dieu, et à chaque fois qu'on va entrer un but, savez-vous qu'est-ce que c'est? Une âme va entrer dans le Ciel. Alors, nous allons aider notre  prochain à scorer des buts. Amen.

Q. Les volumes 5A et B, est-ce que ça va nous aider à comprendre?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit: Ah oui! Je viens juste de résumer la partie de soccer puis, même encore, elle est décrite sur 47 pages. Et en ce qui concerne: 'L'enfer existe-t-il', je crois que ce n'est pas loin de 60 pages, et sur la peur qui a 45 pages. Voilà ce que le Seigneur a fait avec nous. Merci, Seigneur. Amen.