Rencontre d'amour avec l’Agir de Dieu, Zénon Park, Saskatchewan,
par son instrument, la Fille du Oui à Jésus

2015-04-15 Questions et réponses avec l'Agir de Dieu

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit: Si vous voulez, nous allons passer à la deuxième partie: questions et réponses. On demande de poser des questions, mais pas comme: 'Est-ce que je vais me remarier'? Alors, qui veut poser des questions? Toi? Ok.

Q. J'aimerais que tu nous dises comment l'Esprit-Saint t'éclaire pour parler. Il y a des gens, je pense, qui ne savent pas exactement comment ça se passe.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit: Dieu a mis en moi sa Volonté. Ce que je fais, je ne le fais pas par moi-même. Il y a plusieurs années, j'ai dit à Maman Marie, lorsque j'étais à ses pieds: "Maman, je te donne ma vie. Prends-la, je veux que mon fils et mon mari aillent au Ciel". Alors Dieu a pris ma vie. Moi, ce n'est pas de cette façon-là que je croyais que je lui donnais ma vie, c'était comme 'bon, on quitte la terre et on va là où Dieu veut qu'on aille.' Ma vie s'est faite autrement. Elle a été une vie d'amour par les grâces de Dieu. Je me suis donnée et je me donne encore.

Continuellement Dieu me demande ma vie. Continuellement je fais la Volonté de Dieu: j'ouvre les yeux lorsqu'il me le demande, je ferme les yeux lorsqu'il me le demande. Voilà pourquoi j'ai les yeux fermés, parce qu'il me l'a demandé. Je n'ai pas à discuter avec Dieu, je m'accomplis. Il est facile pour moi de faire ce que Dieu veut que je fasse, il est ma voix, il est l'air que je respire, il est le calme dans lequel j'aime me retrouver. Il me donne ce dont j'ai besoin: sa Présence continuelle. Elle n'est pas seulement que spirituelle, elle est physique, non que je voie mon Jésus comme je vous vois, je le vois. Lorsque j'ai les yeux fermés et qu'il veut se présenter à moi, je le vois.

En ce moment, il me regarde et il sourit. Il a une tunique blanche, il ne porte pas de ceinture, il est nu-pieds, il a les cheveux ni foncés et ni blonds. Il est grand. Ses yeux, c'est l'amour. Il dit: «Ce que je suis est pour toi. Je ne suis pas seulement que pour toi, je suis pour eux. Je te demande d'être obéissante. Accomplis-toi et fais la Volonté de mon Père. Lorsque tu as les yeux ouverts, cela ne change pas pour Dieu, tu es abandonnée par la grâce. C'est ainsi, mes enfants, que j'agis avec vous lorsque vous avez confiance en moi, lorsque vous vous abandonnez. Qui peut dire ne pas avoir été en présence de Dieu? Tous les enfants de mon Père sont en présence de Dieu. La différence, mes enfants, c'est que vous ne vous apercevez pas de cela, mais Dieu agit en vous. Il vous parle continuellement et vous le ressentez parfois.» Il dit maintenant: «Ouvre les yeux».

C'est ce que je vis depuis 2001. C'est ce que je viens de dire vient de lui et c'est aussi simple que ça. Nous sommes des enfants de Dieu. Il y a quelques mois, quelques semaines, un jeune homme me demande: 'Pourquoi, vous, vous entendez et pourquoi, nous, on n'entend pas, et pourquoi vous dites avoir plus, pas plus', qu'il disait, 'mais il semble que vous vivez quelque chose qui est difficile d'accepter pour nous.' Alors, je lui ai dit: "Oui, tu as raison." Je pensais ainsi il y a quelques années, car lorsque cela a débuté, j'ai pensé que j'étais schizophrène. Il se passait des choses que je ne pouvais pas expliquer en moi. Je ne dormais pas, et je fermais les yeux et c'était comme une télévision qui était en moi. Lorsque j'ouvrais les yeux, il y avait ce que j'avais ressenti lorsque j'avais les yeux fermés, je le vivais encore les yeux ouverts. Oui, cela, je ne savais pas quoi faire avec.

Je n'étais pas habituée à parler de cela à un prêtre, parce que je ne savais même pas ce qu'était un guide spirituel. Les messages, je ne savais même pas que cela pouvait se faire en notre temps. D'ailleurs, je ne croyais pas 'savoir' que des gens pouvaient recevoir des messages, mais des apparitions comme Sainte Bernadette, oui, les enfants de Fatima, oui; ça, ma sœur Rita m'en avait parlé. Faire de l'adoration, c'était quoi ça? Je ne le savais pas, mais je savais dire mon chapelet, je savais faire mes prières: l'acte de contrition, l'acte de foi, l'acte d'espérance, on nous l'avait appris à l'école; ça, j'aimais faire ça, je le pratiquais. J'enseignais à mes enfants le catéchisme. Je vivais ma vie de femme avec mon mari, mais toutes ces choses qui se montraient à moi, j'entrais dans quelque chose que je ne connaissais pas, c'est quoi ça?

Alors, je me suis retrouvée souvent à l'église, ce que je ne faisais pas avant, parce que j'avais ma famille. Lorsque des personnes, à l'église, se sont approchées puis elles ont parlé d'un groupe de prière, un groupe de prière, c'est quoi ça? Qu'est-ce qu'on fait dans un groupe de prière? Ah, ils doivent prier! Et c'est là que j'ai appris l'adoration. Oui, tranquillement, le Ciel me montrait, avec l'aide de mon prochain, ce que je devais apprendre.

Je me rappelle, étant jeune, je disais: 'un jour, je vais lire', mais je n'ai pas lu. Un ami qui s'appelle Guy Harvey, bien, je ne le connaissais pas dans ce temps-là, c'est que je ne sais pas…, oh, j'allais à Marmora. Ce qui était devant moi, c'était quelque chose d'inconnu et de beau en même temps. On avait parlé de Luisa Piccarreta, et ce monsieur, il pouvait m'en procurer. Là, j'ai reçu ces livres et, en même temps, Maman Marie s'est manifestée à moi; et Jésus, quinze jours plus tard, j'ai entendu sa voix. Et ces livres, je ne les ai pas ouverts.

J'avais rencontré le Père Clément Provencher grâce au groupe de prière à qui je parlais de ce que je vivais et c'est ainsi que les années ont passé. Je ne lis pas, même pas les journaux. S'il y a un livre de cuisine, je peux lire des recettes de cuisine, mais je ne lis pas autre chose parce qu'il ne faut pas que je mélange les deux. J'ai une neuvième année commerciale, alors j'ai pu faire une carrière de coiffeuse. Vous pouvez vous apercevoir que mon langage, surtout les Français, ils s'aperçoivent que mon français n'est pas élaboré. Le Frère Germain qui, lui, est un directeur, c'est ça, un directeur d'école? Oui, il est directeur, il a imprimé des livres parce qu'il a eu ses propres livres en mathématique. Hey, lui, à côté de moi!: "Le Seigneur ne sait pas son français." Et moi, je disais: 'Mon Dieu, pourquoi m'as-tu choisie, il y en avait tant qui auraient pu te donner beaucoup plus que moi?' Et Dieu ne disait rien, il ne répondait même pas. Et c'est ainsi que je suis. Depuis 2001, je me donne à Dieu continuellement jour et nuit. Maman Marie m'a dit: «Abandonne-toi et écoute mon Fils.»

Et la puissance du Saint-Esprit est si importante dans notre vie. C'est lui qui nous ouvre à l'appel de Dieu. C'est le Saint-Esprit qui nous amène à vivre l'appel de Dieu puisque Dieu le Père, Dieu le Fils ne font qu'un et que le Saint-Esprit procède du Père et du Fils, nous, par la puissance du Saint-Esprit, c'est là que nous faisons la Volonté du Père et du Fils. J'apprends au même moment que vous. Vous, vous écoutez ce qu'il y a dans votre cœur et moi j'écoute ce qu'il y a dans nos cœurs. Oui, nous avons une âme à nous tout seul, là: moi j'ai la mienne, toi tu as la tienne, toi tu as la tienne, toi tu as la tienne, mais nous avons une chair, nous n'avons pas deux chairs: une chair.

Un jour, quelqu'un a dit: 'Mais pourquoi j'ai la peau noire alors que tu dis que Dieu a créé une seule chair?' C'est que Dieu a mis en chacun de nous l'amour, et l'amour a plusieurs, plusieurs langages. L'amour est comme une fleur. La fleur, lorsque nous la sentons, chacun peut dire différemment ce qu'elle représente dans sa vie, parce que Dieu a mis en nous une âme, et cette âme, elle jaillit d'elle son bonheur et lorsqu'elle jaillit son bonheur, cela est interprété à notre chair différemment. Alors, nous avons tous la même chair, mais Dieu nous a donné ce dont elle aime être pour son prochain. C'est l'amour et l'amour donne, l'amour reçoit, l'amour donne encore, l'amour reçoit encore.

Avons-nous besoin de couleurs pour apprécier les couleurs de Dieu? Avons-nous besoin de formes pour apprécier toutes les formes qui viennent de Dieu? Nous sommes créés à l'image de Dieu. Dieu, lui, n'est pas platonique. Regardez le feu. Un feu va jaillir? La couleur? On sait que le feu, il y a du jaune, du rouge, du bleu, du vert, toutes les couleurs sont dans le feu, mais lorsque le feu bouge, bouge, bouge, bouge, c'est là qu'on découvre la beauté du feu. Est-ce que Dieu n'est pas plus beau que le feu? Dieu est Dieu, il est le Créateur du feu. C'est notre Père. Il nous aime tels que nous sommes. Que nous ayons les yeux bleus, verts, que nous ayons les yeux bruns, gris, eh bien, on est la beauté de Dieu. C'est pour lui que nous sommes créés.

La mission dans laquelle il nous a mis, c'est: «Prouve-moi que tu m'aimes, que je suis ton Créateur et que toi, tu es mon enfant créé en m'aimant.» Voilà ce que Dieu veut qu'on soit: de l'amour pour lui. Alors, pour être de l'amour pour notre Créateur, il faut qu'on s'apprécie, et il faut apprécier tout ce qu'il a créé en commençant par nous-mêmes. Si j'ai la peau blanche, si j'ai la peau noire, si j'ai la peau jaune, je dois m'aimer tel que je suis, c'est lui qui m'a créé. Voilà ce que Dieu veut qu'on sache. Le langage de l'amour, c'est celui qui se fait entendre et qui se fait apprécier par celui qui écoute. Alors, personne n'est obligé de croire que le Saint-Esprit envahit l'être que je suis pour vous plaire, afin que vous puissiez aimer ce que Dieu dit en vous. Cela est la Volonté de Dieu.

Ce n'est pas moi qui suis compliquée, c'est ceux qui ne croient pas en ce qu'ils sont, car lorsque j'ai parlé à ce monsieur qui m'a posé cette question, j'ai terminé en disant: "Ce n'est pas moi qui n'est pas normale, c'est toi qui n'es pas normal de ne pas entendre Dieu. Si moi je l'entends ici sur la terre, eh bien, le Ciel a seulement devancé un tout petit peu mon temps de l'entendre. Mais je suis appelée et vous êtes appelés à l'entendre pour l'éternité là, habituez-vous." Combien d'entre vous entendez des 'je t'aime'? Combien d'entre vous ressentez de la joie inexplicable? Eh bien, votre âme vous fait comprendre ce qu'elle entend et votre chair réagit.

Lorsque nous serons dans les grâces de la purification, notre chair vivra au son de Dieu. C'est ce que cela est dans ma vie. La Parole de Dieu est pour moi un besoin, un besoin d'amour naturel. Ce n'est pas naturel que je ne l'entende pas, ce qui est naturel, c'est que j'entends Dieu. Mais je ne dis pas ça à tout le monde, là. Et même si je suis parmi les gens qui savent qui je suis en tant qu'instrument, bien, je ne leur dis pas ce que le Seigneur me dit tout le temps, c'est à moi qu'il parle. Mais une soirée comme on vit ensemble ce soir, ça, c'est différent. On entend la Volonté de Dieu pour tous les enfants du monde, car Dieu et en train de préparer...: il prépare son monde d'amour.

Alors, nous avons à nous donner. C'est pour eux qu'on se donne, pour ceux qui vont venir après nous. Parce qu'il dit: «Il viendra un temps où Dieu le Père nous appellera» et nous aurons cette joie de dire: oui, Père, et nous nous accomplirons. Mais il y aura des enfants sur la terre, et ces enfants devront être forts, parce qu'ils devront passer à travers d'une grande épreuve. Car Jésus va vaincre le mal; il l'a vaincu, mais avec nous, il va vaincre le mal pour que le mal disparaisse de la surface de la terre. Mais il viendra le temps où Satan reviendra pour attaquer les enfants sur la terre. Ceux-là, là, il se sert de qui nous sommes pour les rendre forts et ils seront forts. Il faut en être convaincu. Jésus va revenir. Là, Jésus va revenir en Gloire avec tous ses anges qui seront avec lui, autour de lui, sur une nuée. C'est ce qui est écrit dans l'Évangile. À nous de nous accomplir. C'est tout simplement ça, à nous de nous accomplir. Amen.

Q. Quand on regarde toutes les parties rouges indiquant qu'on a nourri nos frères et sœurs et qu'on réalise ça, comment fait-on pour réparer ça?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit: Il me dit de me lever. Alors, lorsque nous nous apercevons que nous sommes en tentation, la tentation est à l'extérieur de nous, - elle n'est pas le tentateur, c'est la tentation, ok? - Il souffle à notre chair une tentation: "Vole, vole ton prochain." Alors là, l'amour nous fait entrer dans un temps, Dieu, l'Amour, nous fait entrer dans un temps d'amour, 'un temps d'amour': ce temps d'amour est dans notre vie. C'est l'Amour, Dieu, qui nous a donné ce temps. Ça veut dire que lorsque nous venons dans le sein de notre maman, nous entrons dans un temps dans lequel nous serons pour accomplir notre mission.

C'est un temps qui débute à notre naissance puis qui se termine au moment où on donne notre oui ou notre non devant tous nos actes de vie. Ce temps de mission se termine là: il débute, il se termine. Il ne se termine pas au moment où on meurt: 'là, je suis morte', non, j'ai mon jugement encore. C'est seulement lorsque mon choix devant ce que je suis est décisif: je le prends, oui, je veux Dieu; là, ma mission sur la terre est accomplie. Mon temps est terminé.

Lorsque je suis en tentation, j'entre dans un temps d'amour: je rentre dans un temps, un petit temps: c'est un temps d'amour. C'est important l'amour! Alors, je suis en tentation: "Va donc voler, vole, ce n'est pas grave, personne ne le sait! Il ne te voit pas là. Regarde, le portefeuille est juste à ta portée." Alors, l'amour, le temps d'amour, ouvre ma vie pour que ma vie prenne une décision. Ma vie, c'est l'amour, c'est tous mes actes de vie: ça, c'est ma vie. Et mon âme, à l'intérieur de mon âme est la vie éternelle: la vie éternelle est en l'âme. Voilà pourquoi lorsque nous quittons la chair, où va-t-elle? Elle va se reposer. Mais l'âme, est-ce que l'âme, lorsqu'elle va là où Dieu l'attend, est-ce que la vie éternelle court après elle en arrière, ou est-ce qu'elle la devance, ou est-ce qu'elle se met à côté? Où est-elle? Oui, elle est dans l'âme.

Voilà pourquoi l'amour ouvre. Elle attend que l'enfant, qui a la vie éternelle, prenne un choix: est-ce qu'il accepte de voler ou il refuse de voler? Si l'enfant dit oui à la tentation, là, il y a quelque chose qui s'ouvre. C'est l'amour qui a laissé entrer en la chair le poison de la tentation: j'ai fait l'acte, alors je fais l'acte de voler; alors lorsque l'acte s'accomplit, ma vie accomplit un acte empoisonné. Lorsque je prends le portefeuille, mon action porte le mal. Je peux faire l'action, ça fait partie de moi, mais le mal dans l'action ne fait pas partie (de moi), c'est quelque chose qui est étranger à moi qui me fait faire cet acte, c'est le poison qui a empoisonné mon acte qui fait que je fais cet acte. Parce que sans le mal, 'sans le mal', est-ce que l'action de prendre le portefeuille serait un péché? 'Sans le mal, est-ce que l'action de prendre le portefeuille serait un péché?' Je pourrais prendre le portefeuille pour le lui donner, je pourrais prendre le portefeuille pour le ranger en sécurité en attendant que lui revienne. Mais ma vie: ma vie a accepté. Ma vie a accepté le mal qui est à l'extérieur pour le laisser pénétrer pour qu'il soit en moi.

Et c'est l'amour qui a fait ça parce que l'amour respecte qui je suis: c'est l'amour! Peut-il être contre moi, l'amour? Mais non, l'amour ne peut pas être contre nous: on est des enfants de Dieu et Dieu nous aime libres. L'amour ne nous enchaîne pas. Parce que nous avons, nous, choisi, eh bien, l'amour laisse entrer le mal que nous avons choisi, et une fois en nous, là, le fait de prendre le portefeuille devient un péché. Mais Jésus l'a purifié. Donc, comment regarder ce que je fais avec la purification de la chair? J'ai fait cet acte.

Eh bien, Jésus, il dit: «Donne-moi cela. Va à la confesse. Repends-toi. Tu as offensé mon Père, tu n'es pas entré dans la grâce de la purification. Crois en moi et tu retrouveras ta force.» Alors, pour cela, il faut dire: Jésus, je te donne, après la confession, et si je recommence et je recommence ou si ça vient dans ma tête, je te donne ça, Jésus. N'oublions pas qu'autant de fois nous allons refaire revivre ce qui est purifié en nous, il va falloir aller à la confesse pour avoir des forces pour ne plus recommencer. Il va falloir donner à Dieu cause, choix et conséquences. La cause: le tentateur a été près de moi; ça, c'est cause. Choix: c'est ma vie qui a dit oui au tentateur et cela s'est installé. Conséquences, qu'est-ce qui arrive? J'empoisonne ma vie. Ma nourriture empoisonne tous les actes de vie qui sont sans amour de mes frères et de mes sœurs. J'ai pris le portefeuille; ce portefeuille appartenait à un papa; ce papa ne peut plus payer les médicaments pour son enfant; son enfant est mort à cause de ce manque de médicament: conséquence de mon mauvais choix devant une attaque de Satan.

Tout cela est dans notre vie. Et Jésus, tout simplement il nous dit: «Donnez-moi, donnez-moi votre joug, le mien est léger. N'ayez pas peur, les tentateurs je les envoie au pied de ma Croix. Aime-toi. Ton choix n'est plus contre toi. Parce que tu te reconnais être pécheur, parce que tu aimes qui tu es, eh bien, ta conséquence, tu la répares. Ton acte de vie retourne là où est sa force: dans le mouvement de la vie. Oui, ton acte reprend sa force dans le mouvement de la vie. Là, il est lié par Marie à tous les actes de vie qui retournent dans le mouvement de la vie avec leur force.

Maman Marie, elle, ce qu'elle fait, elle lie ensemble tous ces ces actes de vie dans le mouvement de la vie. Là, il se crée une puissance de vie, pourquoi? Parce que Maman Marie est la seule qui a l'amour inconditionnel. Là, c'est puissant maintenant: Maman Marie amène ces actes de vie à Jésus, et Jésus, qu'est-ce qu'il fait? Il enveloppe de sa toute-puissance, de son amour inconditionnel, les actes de vie qui, maintenant, veulent réparer: là, il y a guérison et il y a libération.

Alors, est-ce qu'on peut s'imaginer ce qui va se passer? Là, c'est commencé. On commence à comprendre ce que Dieu le Père a fait pour nous. Il nous a donné son Fils. Son Fils a purifié tous nos péchés. Nos actes de vie, maintenant, vont profiter des grâces de la Purification. Oui, un, deux, trois, cinq, dix, vingt, cent personnes qui ont compris que leurs actes de vie peuvent se lier ensemble et former une puissance contre Satan. Satan s'est servi de nous contre nous. Une pensée impure, il s'en est servi et il a attaqué tous les enfants de Dieu qui perdaient leur paix. Il n'y a pas de bombe sur la terre, il n'y a pas d'arme destructrice sur la terre aussi puissante qu'une seule pensée sans amour entre les mains de Satan. C'est ce que Satan a fait depuis le début.

La terre est à Dieu, elle a été créée pour nous. Elle est notre berceau d'amour, elle nous nourrit. Nous sommes en train de détruire notre berceau d'amour pour tous les enfants de Dieu. Oui, on s'attriste: la terre est polluée, on mange mal; oui, il y a un complot contre nous et il est réel le complot contre nous: on empoisonne l'alimentation, on empoisonne l'air, l'eau. Cela n'est rien à comparer de ce que nous, nous mettons entre les mains de Satan: nos actes de vie. Voilà ce que nous avons fait. Satan nous a maintenus dans l'ignorance en nous détruisant, mais Dieu le Père avait son plan. Il nous a envoyé son Fils et là, ce qu'il va faire, il va se servir de ses enfants pour prouver à Satan combien son amour est plus puissant que sa haine. Il va prouver à Satan qu'il est le Vainqueur. Il est le Vainqueur partout, sur la terre, dans l'univers et même en enfer. C'est notre Dieu et nous sommes les vainqueurs; alors, il faut se prendre en mains.

Vous allez voir dans ce volume, en deux parties, comment c'est puissant notre vie. Oui, au début, il commence tranquillement, Dieu, tranquillement, tranquillement, à nous expliquer pourquoi nous devons lire avec notre cœur ce volume et pas avec notre tête, parce que dans notre tête, on a des plans, mais dans notre cœur il y a de l'amour. Parce que chacun de nous, ce soir, et ceux que nous rencontrons, nous avons hâte d'entrer dans le monde d'amour. Et après, dans le second, il nous dit à quel point c'est important les uns et les autres, et c'est pour ça qu'après, il nous amène dans son Église. Comment pouvons-nous comprendre la beauté de notre Dieu si on ne comprend pas une messe? Et cela est expliqué. C'est beau, c'est beau, c'est beau! Merci, Seigneur.

Et après, il nous amène, oh, il nous amène: la peur. Après ça, il nous amène dans nos fantômes, oh oui, il y en a des fantômes dans notre vie. Après, encore, il nous amène, il nous amène dans ce que nous sommes dans nos actes de vie. Et encore, et encore, il nous amène. Là, on regarde qui nous sommes et il nous explique que nous devons faire des efforts, il nous explique que nous sommes en mission, et il explique cela avec une simplicité: avec une partie de soccer. Eh oui! Il nous amène à jouer au soccer. Il est humble notre Dieu, il est simple notre Dieu, il n'est pas compliqué le Saint-Esprit. Et l'avant-dernier, c'est l'enfer. Est-ce que l'enfer existe? L'enfer existe-t-il? Oh que celui-là est quelque chose! Oui. Mais quelle merveille la victoire de Dieu! Là, il nous en fait goûter un peu. Alors, cela est le repas et nous, nous sommes la digestion; alors digérons qui nous sommes.

Nous allons nous arrêter ici ce soir. Merci, merci, au nom de nos frères et de nos sœurs. C'est à nous qu'on doit se dire merci, et c'est à eux qu'on doit dire merci. On ne peut pas leur dire merci si on ne se dit pas merci. Amen.