Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Hohenzell, Autriche,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus

 

2010-03-20 – Partie 2  

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Nous sommes, en ce moment même, entrés dans l'illumination des consciences. On l'attendait! Eh bien, c'est commencé. Cela se fait avec la douceur de Dieu et l'humilité de Dieu. Jésus nous a dit : «Je suis doux et humble de cœur». Voilà pourquoi c'est avec douceur et humilité que nous allons vivre l'illumination des consciences afin que nos frères et nos sœurs obtiennent des grâces.

Il faut que nos enfants, nos petits-enfants, ceux que nous aimons, soient inondés de grâces, car eux aussi devront voir chacune de leurs pensées. Prions et ayons confiance que Dieu va leur montrer ce qu'ils ont accepté dans leurs pensées. Nous aurons à vivre avant eux cela, et Dieu seul sait le moment où eux devront le vivre. Dieu nous demande : «Ne posez pas de questions. Gardez-vous de vous servir de votre volonté humaine qui veut savoir le moment où les enfants de Dieu devront vivre l'illumination de la conscience, car vous verrez que ce que vous êtes a arrêté les grâces. Conduisez-vous comme des enfants de Dieu et laissez la purification de la chair à Dieu.»

Tout est de Dieu et tout se passe en notre intérieur, car la vie est en nous. Nous avons reçu le souffle de Dieu. Il est en nous, ce souffle de vie; alors, vivons ce que nous allons vivre avec les grâces. Ne regardez pas le prochain pour savoir si lui a commencé son illumination des consciences. Notre chair est assujettie au péché. Même si nous disons : "Je te donne causes, choix et conséquences. Je refuse ce tentateur. Merci de l'envoyer au pied de la Croix. Merci de guérir tout mouvement de vie malade. Merci, Marie, de nous donner des grâces. Merci, Divine Volonté, d'arracher le mal et de la purifier de ton feu d'amour", il restera que nous serons dans une chair qui se souvient parce que nous sommes une chair.

Toutes les chairs sont en nous. Tant qu'il restera une seule chair qui n'aura pas terminé sa purification de la chair, notre chair se souviendra. Et Satan se servira de notre regard, parce que lui sait ce qu'il a mis en nous, lui voit la noirceur qui est en nous encore; s'il en reste une seule, il l'utilisera. Voilà pourquoi nous ne devons pas regarder notre prochain. Nous ne devons pas nous servir de nos paroles pour demander à Dieu : "Quand est-ce qu'arrivera la fin de ce temps où nous devrons vivre la Grande Purification?" Tout s'accomplit. Nous devons nous accomplir avec humilité, douceur.

Eh bien, soyons comme l'agneau qui suit Jésus. Amenons avec nous tous ceux qui sont blessés. Ne les écrasons pas en leur montrant que nous nous savons et qu'eux ne savent pas. Faisons sortir de notre cœur des 'je t'aime'. Nous partagerons ce que nous savons avec ce que nous deviendrons : des enfants patients. Nous avons beaucoup à apprendre, le Seigneur dit. Le Saint-Esprit va vous enseigner à écouter votre présence en la Présence. Nous saurons que lorsque nous avons dépassé notre droit d'enfants de Dieu, le Saint-Esprit nous rappellera : «Tu n'es plus dans le présent en la Présence.» Là, nous saurons que nous sommes seuls avec nous-mêmes, parce que ne pas être dans le présent en la Présence, cela fait de nous des enfants qui ne veulent pas être dans notre vie devant Dieu.

Nous devenons des petits dieux : 'Moi, je sais; moi, je vois; moi, j'analyse; moi, je comprends tout; moi, je vais te montrer; moi, je vais te parler; suis-moi.' Eh bien, nous suivrons Satan parce que le moi, il l'a mis en nous. C'est lui le moi, c'est lui l'Orgueilleux, c'est lui le Nouvel Âge, c'est lui les méthodes de Reiki, c'est lui le yoga, c'est lui l'horoscope. Tout ce qui nous sépare de Dieu, tout ce qui nous montre qu'on peut se guérir, tout ce qui nous montre que nous pouvons guérir, tout ce qui nous montre que les méthodes que nous connaissons ça soigne le prochain. Ce que nous faisons, c'est ce que Satan veut : lui s'occupe de notre prochain. Nous devenons ses instruments.

Il n'y a que Dieu qui guérit, il n'y a que Dieu qui connaisse le futur, car il est l'Alpha et l'Oméga. Il n'y a que Dieu qui soit le pouvoir, car Dieu est le Pouvoir. Il est l'Amour. C'est lui qui nous a créés, ne nous prenons pas pour Dieu. Dieu n'utilisera pas ses enfants contre ses enfants, car lorsque nous imposons nos mains sur nos frères et nos sœurs pour faire descendre une force, une énergie, nous prenons ce qui est extérieur pour le faire entrer à l'intérieur. Tout ce qui est extérieur, c'est tentation, noirceur.

Qui est la Lumière? Jésus, Dieu le Père, Dieu le Saint-Esprit. Ils sont en nous. Nous avons la lumière en nous et c'est là que nous sommes. Nous sommes des toutes petites lumières, toutes petites, que Dieu maintient sous son pouvoir : la vie éternelle. Alors, soyons vigilants. Nous avons besoin de la prière. Lorsque Jésus a dit à ses apôtres, Pierre, Jean et Jacques : «Priez pour ne pas tomber en tentation», il dit la même chose à nous : «Priez pour ne pas tomber en tentation», car Satan va tout faire pour qu'on se maintienne dans la volonté humaine, car il ne veut pas que nous obtenions des grâces pour vivre la purification de la chair. Amen.  

Alors, si nous ne savons pas quel micro prendre, donnons cela à Dieu. L'être humain est toujours indécis. Il se fie sur le matériel, il s'appuie sur le matériel, alors qu'il devrait faire confiance que Dieu lui a montré ce qu'il doit être pour que le matériel soit à son service. Alors, laissons la place au Seigneur, et le Seigneur mettra bien en Christian ce qu'il doit dire.

Christian : Renseignements donnés en allemand aux personnes de la salle.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Ce que le Seigneur fait en notre cœur est beaucoup plus puissant que les pétitions. Nous devons donner à notre Dieu toute la place, nous devons lui faire confiance. Nous ne devons pas faire confiance en notre volonté humaine. Si tous les enfants de Dieu priaient, si tous les enfants de Dieu refusaient la tentation qui vient de la peur, on serait victorieux.

Il faut vivre comme notre Saint-Père le Pape veut que nous vivions. Marchons en arrière de notre Pape. Qui a élu notre Saint-Père? Nous? La volonté humaine? Non, le Ciel. La volonté humaine ne voulait pas d'un pape qui interdit l'avortement, qui interdit la contraception, qui interdit les divorces, les séparations. Notre Pape nous demande d'être fidèles en tout : aux dix commandements de Dieu, à la Parole de Jésus, l'Évangile. Lorsqu'il veut obtenir quelque chose notre Saint-Père, il prie, et il consent de porter sur ses épaules tous les enfants du monde. Ainsi, il reçoit des grâces pour affronter l'opinion qui vient des enfants de Dieu qui aiment leur volonté humaine.

Faisons ce que le Ciel nous demande. Réunissons-nous pour prier lorsque nous voulons obtenir quelque chose. La Sainte Vierge a apparu à des enfants à Pontmain, elle leur a demandé : «Priez mes enfants, priez mes enfants, mon Fils vous écoute.» Eh bien oui, si nous prions, le Fils va nous écouter. Ils ont prié avec le prêtre, ils ont cru en leurs prières et la guerre n'a pas atteint les êtres aimés. Alors, ne nous mettons pas en guerre : volonté humaine contre volonté humaine, ils (les êtres) se frapperont. C'est ce que nous avons toujours fait avec notre volonté humaine : la volonté de la femme contre la volonté de l'homme. Deux volontés qui se frappent, c'est deux volontés qui ne veulent plus que l'autre le jette à terre, que l'un ou l'autre soit par terre. Lorsque deux volontés veulent avoir le dessus, il y a division.

Ce monde, l'esprit de ce monde, a fait en sorte d'utiliser les volontés humaines pour gérer les enfants de Dieu. Voilà pourquoi il y a avortements; voilà pourquoi nous ne voulons plus mettre des enfants au monde; voilà pourquoi les séparations, les divorces augmentent. Les familles s'éclatent, les enfants sont laissés seuls avec eux-mêmes. Pour les consoler, on leur donne du matériel parce qu'on ne donne pas notre temps, il est mis entre les mains de l'esprit de ce monde.

Partout où le Seigneur envoie l'instrument, on ne voit que destruction. On veut se lever debout, mais contre Dieu, contre les enfants de Dieu qui veulent se maintenir dans l'obéissance à notre Saint-Père le Pape. Jésus, notre Sauveur, a obéi à son Père : il a été sur la Croix. Oui, la volonté humaine a crucifié Jésus. Si son Père avait voulu, la volonté humaine n'aurait pas touché à son Fils. Mais Jésus a voulu connaître tout de la volonté humaine pour amener à la mort ce qui maintenait les enfants de Dieu prisonniers de leur volonté humaine.

Dieu est le seul qui nous a libérés. Il nous a libérés dans l'obéissance à son Père, la fidélité à l'Amour. Il ne s'est pas dérobé, ni avec sa pensée, son regard, son écoute, ni avec ses paroles, ses actions et ses sentiments, il a pénétré tout ce que nous étions. Il a tout accepté par obéissance, il est mort sur la Croix par obéissance, et Dieu son Père a glorifié son Fils. Alors, nous devons être obéissants à la loi de l'Amour.

Notre Saint-Père suit les dix commandements de Dieu et nous les rappelle. Notre Saint-Père Benoît XVI met ses pas dans les pas du Christ. Voilà ce qu'il nous montre : une obéissance absolue à l'amour inconditionnel de Dieu pour nous. Voilà celui que le Ciel a élu pour nous. Il va nous aider notre Saint-Père. Combien d'entre nous avons la pensée d'aller vers notre Saint-Père? Nous devons unir notre pensée à la pensée du Saint-Père. Notre Saint-Père est la pierre sur laquelle nous sommes tous appuyés; alors, devenons l'Église une, sainte, catholique, apostolique. Une : nous sommes ensemble, nous formons l'Église. Sainte : servons-nous des sacrements, vivons notre baptême. Nous sommes prêtres, nous sommes choisis, nous sommes sujets 'royal'. Catholique : nous sommes chrétiens car nous croyons au Christ, nous croyons qu'il nous a sauvés de la mort éternelle. Soyons comme le Christ veut que nous soyons.

Allons mourir en lui, allons vers ce que nous devons être : nous devons être au service de l'Église, nous devons servir l'Église, nous devons servir notre prochain qui a besoin de nous, nous devons nous maintenir ensemble. Ce qu'il y a à l'intérieur de nous, c'est la présence même de notre Dieu qui nous unit à tous ses enfants. Notre Saint-Père est notre guide, unissons-nous à lui. Notre pensée doit être nourrie de la pensée de la fidélité à l'Église. Il se fait calomnier et il est témoin de Dieu, car Dieu témoigne de lui. Il voit, lui, l'agir de Dieu. Alors, soyons témoins de nos frères. Aimons nos frères qui crient qu'ils veulent connaître le bonheur. S'ils veulent le bonheur, c'est qu'ils ont soif d'amour, ils ne veulent plus de la volonté humaine, ils ne veulent plus se faire jeter par terre. C'est leur souffrance que nous regardons.

Lorsque deux personnes ne veulent plus du sacrement du Mariage, et qu'ils vivent ensemble et qu'ils ont des enfants ensemble, c'est qu'ils sont si souffrants qu'ils ne sont pas capables de se donner inconditionnellement : ils se donnent une porte de sortie. Nous n'avons pas le droit de juger, mais nous avons le droit de donner à Dieu causes, choix et conséquences. Lorsque nous sentons que nous avons un jugement envers eux, refusons cet esprit de jugement, disons merci à Jésus de l'envoyer au pied de la Croix, de sa Croix.

Cet esprit de jugement sera enchaîné au pied de la Croix. Il y aura des mouvements qui guériront, des mouvements malades, et il y aura des guérisons, des chaînes tomberont. Nous dirons merci, car elle nous donnera des grâces, Maman Marie. Cet esprit-là au pied de la Croix ne pourra plus jamais sortir, car Dieu ne le permettra pas. Il nous demande d'être obéissants, il nous demande de nous accomplir afin de servir l'Église. Un esprit enchaîné est un esprit qui ne traîne pas parmi nous. Cela en fera un de moins parmi les autres.

Depuis 2008, nous avons appris que nous avions un droit : c'était de refuser; alors, nous devons l'utiliser ce droit. Plus nous allons refuser les tentateurs, plus ils se retrouveront enchaînés, et les familles se regrouperont. Les couples se pardonneront, car l'esprit de division perdra du pouvoir. Le diable perdra du pouvoir parce qu'il a demandé à Dieu de lui donner plus de pouvoir.

Lorsque Léon XIII, au pied de l'autel, a entendu la voix de Dieu et la voix du diable, et que la voix du diable demandait : "Donne-moi un siècle et je réussirai à te faire oublier de tes enfants", alors Dieu a dit : «Oui, que cela soit.» Et Satan, le diable, a dit : "Donne-moi plus de pouvoir." Et Dieu accepta. Ce qui a fait que les démons sont sortis de l'enfer. Ce siècle est le vingtième siècle et Léon XIII a entendu ces voix dans la fin de 1800. Dieu, par ce fait, il a fait en sorte que les démons soient sur la terre, et maintenant il va utiliser la liberté qu'il a mise en nous. Ce droit d'enfants de Dieu qu'il a mis en nous, nous allons l'utiliser, car Dieu fait confiance en ce qu'il a mis en nous.

En venant nous instruire, Dieu nous ouvre les yeux, nous ouvre les oreilles, afin que nous comprenions ce que Dieu attend de nous. Ceux-là mêmes qui ont mis en nous la noirceur, ceux-là mêmes qui ont fait que nous sommes divisés vont se retrouver au pied de la Croix enchaînés, parce que Dieu nous a donné cette arme : c'est l'amour, l'amour du prochain. Dire 'je refuse' devient pour nos frères et nos sœurs un service. Cela n'est pas seulement pour nous, mais pour tous les enfants de Dieu. Lorsque nous disons : "Merci, Jésus, de l'envoyer au pied de la Croix", nous nous mettons au service de l'Église et l'Église, c'est Jésus. Nous servons notre Dieu en prononçant les paroles qu'il attend de nous, car son amour inconditionnel est pour tous les enfants de Dieu. En envoyant un esprit impur au pied de la Croix, cet esprit impur ne peut plus tenter chacun de nous.

Lorsqu'un esprit attaque un enfant avec le mensonge et que l'enfant répond à cette tentation, lorsqu'il est menteur, l'enfant de Dieu, c'est son mouvement de vie qui est atteint et ce mouvement de vie, c'est la vie en Dieu. Nous avons tous ce mouvement, alors son mensonge devient une nourriture pour nous. Alors ce tentateur, non seulement il l'atteint, mais il nous atteint. En refusant et en disant : "Merci, Jésus, de l'envoyer au pied de la Croix", non seulement il ne nous atteindra plus, mais il n'atteindra pas les autres. Voici ce qu'est guérir, voici ce qu'est être libéré de nos chaînes, mais il faut continuer. Voilà pourquoi Maman Marie nous demande de prier pour qu'on obtienne des grâces. Elle va nous donner des grâces pour qu'on continue, qu'on ait de la force.

Nous devons être toujours dans notre service parce que les esprits impurs sont nombreux. Lorsqu'il y en a un qui est enchaîné, Satan, dans sa rage, envoie d'autres. Voilà pourquoi nous avons besoin des uns et des autres. Il faut se maintenir ensemble, il faut s'aider ensemble, parce que nous aurons des moments de découragement. Un esprit de découragement viendra près de nous et il nous fera sentir le découragement, et si nous répondons à ce découragement, nous allons arrêter de refuser parce que nous aurons en nous ces pensées : 'À quoi servent toutes ces paroles? Je vois que le monde n'est même pas changé, mon fils ne s'est pas levé pour aller à la messe. À quoi sert ces paroles, elles m'épuisent. Je n'ai même pas le temps de refuser, j'ai l'impression que tout me tombe dessus.' Voilà que cet esprit de découragement va faire en nous. Il va falloir qu'on s'entraide pour continuer.

Voilà pourquoi nous avons reçu la grâce de la présence en la Présence. Vous l'avez tous reçue car, au moment de l'offertoire, le Seigneur a permis que je voie : il y avait des tout petits enfants, deux à trois ans; ils portaient tous une petite robe, comme une aube. Il y avait ce petit cordon et on a avancé, mais on avait un panier dans les mains et là, on a avancé et on a levé le panier : il est devenu un seul panier et il se remplissait de raisins. Et nous avons avancé et nous avons présenté cela à Jésus. Jésus nous a fait comprendre que nous sommes ces raisins, nous sommes des fruits, et Dieu va se servir de ces fruits. Nous sommes maintenant une nourriture. Nous sommes prêts à être dans notre présent en la présence de Dieu.

Nous allons avancer dans cette purification de la chair. Nous sommes tous ensemble, parce que nous étions tous dans ce panier. Nous devenons un fruit pour tous les enfants du monde qui ont faim et soif de Dieu. Même si eux ne le savent pas, même si eux avancent dans la souffrance, même si eux vont vers les plaisirs, qu'ils s'attachent de plus en plus au matériel, nous, nous les avons, nous les tenons dans nos mains et nous les donnons à Dieu, parce que le panier s'est levé et Dieu lui-même a mis les raisins dans le panier.

Ce que Dieu nous fait comprendre, c'est que nous sommes dans la Volonté de Dieu pour Dieu. La volonté humaine, on l'a voulue pour nous, mais la Divine Volonté n'est pas pour nous, elle est pour Dieu et il nous la donne. Il met la Divine Volonté entre nos mains, la Volonté de Dieu entre nos mains pour qu'on la lui redonne. Personne ne peut comprendre une telle confiance. Voilà pourquoi Dieu a dit oui à Satan. Lui, il savait que nous étions pour dire oui à la Divine Volonté.

Pourquoi vivons-nous cela en ce temps? Parce que tous nous avons crié vers Dieu, tous nous avons demandé à Dieu : "Viens! Que ton règne arrive. Nous avons soif de paix." Voilà ce que nous avons crié. Lorsque nous avons crié cela, nous avons crié : "Nous ne voulons plus de la volonté humaine", parce que Dieu savait que nous avions goûté à notre amertume. Il fallait que cela arrive, il fallait qu'on connaisse tout ce que notre volonté humaine avait réussi à faire avec nous, les enfants de Dieu. Nous avons été contre Dieu, contre nous, contre notre prochain à cause de la volonté humaine qui a toujours été au service du tentateur.

C'est avec hypocrisie qu'il a fait connaître son venin à chacun de nous, parce qu'il savait qu'en faisant connaître le mal, on était pour connaître le danger de la mort éternelle. On ne s'est pas méfié de ce mal, alors que Dieu nous avait prévenus : «N'allez pas vers la connaissance du bien et du mal, car un grand danger va vous arriver.» Eh bien, c'est bien ce qui est arrivé. Dieu nous rappelle notre infidélité afin qu'on puisse ne plus être infidèles. Parce que lorsque tous les mauvais anges seront prisonniers au pied de la Croix, il y aura une grande victoire, une victoire sur la mort.

Ce temps que nous avons à vivre, afin d'arriver à la fin de la Grande Purification de la chair, est un temps calculé par Dieu. Il est, lui, la Divine Volonté. Protégeons-nous de nous-mêmes. Nous ne devons pas demander à Dieu : "Quand tel événement va arriver? Quand tel autre événement va arriver?" En sachant ce qui est pour Dieu, notre volonté humaine serait contre nous encore une fois, et Satan se servirait de nous. Voyez-vous pourquoi Dieu notre Père ne dévoile pas les dates? Il est le Présent. Lorsque la Sainte Vierge vient nous donner les messages du Ciel, elle nous dit qu'il faut prier parce qu'il y a les tribulations et que d'autres tribulations vont arriver. Le Ciel nous dit cela afin que nous puissions prier. Tout est conditionnel à la prière.

Combien ont entendu parler des messages! Ils ont pris ces messages et les ont analysés avec leur volonté humaine. D'autres ont lu leur volonté humaine à travers les messages du Ciel; ils y ont mis leurs dates, ce qui a fait que des enfants se sont détournés des messages du Ciel. Satan s'est servi de leur volonté humaine afin d'empêcher les enfants de Dieu de se préparer. Voilà pourquoi Dieu nous demande de ne pas interroger ses messagers, car vous ne saurez pas la date; même si certains messagers connaissent des dates, vous ne le saurez pas. Ce que Dieu fait, il le fait avec amour. Dieu nous demande l'obéissance absolue afin d'être là où Dieu nous veut : dans le présent en le Présent, en nous en présence de Dieu.

C'est pour lui que nous sommes ici ce soir, c'est pour nous et pour les enfants de Dieu. Nous devons vivre en êtres d'amour. Il faut être présents dans l'Église, et être présents dans l'Église, c'est aller vers les sacrements. Nous avons reçu le baptême, vivons le Baptême. Portons nos frères et nos sœurs, car lorsque Dieu nous a regardés en nous disant : «Tu es mon enfant», il a regardé tous ses enfants et il a prononcé cette parole. Elle était pour tous les enfants de Dieu, car Dieu seul sait le jour où ils seront baptisés. Qu'ils soient baptisés sur terre ou qu'ils soient baptisés au moment où ils seront dans leur jugement, est-ce que l'Esprit de Dieu va se refuser à eux? Mais non, l'Esprit de Dieu est la Divine Volonté : passé, présent, futur.

Soyons des enfants confirmés. Vivons notre foi en la présence de Dieu. Notre foi est en nous, elle fait partie du présent. Si nous ne sommes pas dans le présent, nous ne sommes pas dans la foi. Lorsque nous sommes dans la foi, nous sommes chez nous. Vivons le sacrement de la Pénitence. Croyons que Dieu guérit et coupe des chaînes. Le sacrement de la Pénitence est un sacrement qui laisse couler le Précieux Sang sur nous qui sommes au pied de la Croix. Alors, soyons miséricorde : pardonnons-nous et pardonnons à notre prochain toujours et toujours soixante-dix-sept fois soixante-dix-sept fois.

Vivons l'Eucharistie. Notre nourriture nous rend présents dans sa Nourriture. À ce moment-là, nous ne sommes plus nous, nous sommes la nourriture de Dieu. Nous sommes incapables, nous, d'avancer car nous avons une chair contre nous; alors Dieu appelle sa nourriture à aller vers lui. Nous apportons notre contribution et nous laissons notre contribution entre les mains de Dieu et lui partage à tout le monde : il partage avec tous ses enfants croyants ou non-croyants. C'est Dieu qui nous rend eucharistie. Nous ne sommes pas l'Eucharistie, c'est Jésus, mais lorsque nous avançons vers Jésus, nous sommes en lui et c'est lui qui avance. Il appelle chacun de nous à être une nourriture sainte; alors, c'est avec cette sainteté que nous avançons et Dieu nourrit. Ainsi, nous ne nous divisons pas.

Nous vivons le sacrement du Mariage. Nous sommes mariés avec qui? Avec l'Eucharistie. Alors, cela nous donne une force de respecter notre union avec notre mari et notre épouse. Le prêtre reçoit cette force. Le prêtre est marié lui aussi avec son Dieu, la religieuse est mariée avec son Dieu, le religieux est marié avec son Dieu, tout célibataire est marié avec Dieu. Combien plus le couple a besoin de comprendre que le sacrement du Mariage est une force qu'il a besoin, car deux chairs souffrantes ont besoin de Dieu pour ne former qu'une seule chair. Ainsi, ils deviennent purs, ils deviennent silencieux, patients, avenants, respectant le droit de chacun. Ils marchent ensemble chacun sur leur chemin, ensemble, et Dieu se tient dans le milieu. Voilà ce qui les conduit à l'éternité.

Ainsi, le sacrement de l'Ordre devient pour eux une fidélité. Chacun de nous, parce que nous sommes ensemble, unis ensemble, nous découvrons la force dans le sacrement de l'Ordre. Par ce sacerdoce nous pouvons toujours compter sur les grâces de Dieu; par ce sacrement nous pouvons toujours être nourris de la puissance de Dieu. Le Corps et le Sang de Jésus nous sont toujours présentés. «N'oubliez pas que je suis avec vous, n'oubliez pas que votre Dieu vous regarde, n'oubliez que vous êtes une nourriture en ma Nourriture.»

Ainsi, nous pouvons continuer notre bout de chemin en passant par le sacrement de l'Extrême-Onction jusqu'au jour où nous serons immortels. Voilà notre droit, voilà ce que nous ne devons pas oublier parce que Satan, lui, ne l'oubliera pas. Lui sait que les sacrements sont pour nous et contre lui; alors, il va tout faire pour nous empêcher d'aller vers les sacrements.

Ce que Dieu veut de nous, c'est que nous soyons des tout petits enfants. Il veut faire de nous des enfants purs, des enfants de la Divine Volonté, et tout est pour nous en ces temps. Ce que nous entendons vient de notre cœur et cela est si lumineux que nous le ressentons en nous. Ces paroles ne peuvent avoir passé par notre tête. Elles ont pénétré directement dans notre cœur et chacun de nous nous les avons entendues. Nous avons été au service de Dieu, nous avons été là où Dieu voulait qu'on aille : en sa Présence. En la présence de Dieu, nous avons vécu le passé, le présent et le futur. Il n'y avait seulement que Dieu qui puisse nous faire vivre cela dans le présent en la Présence. Amen.