Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à King City, Ontario,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus

 

2008-02-02 - Partie 2

 

♪♪♪       Ô Esprit du Dieu vivant, en nos cœurs descend (bis)

 

 

 La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Merci, Seigneur, de venir les combler. Merci, Seigneur, de faire d’eux des instruments d’amour. Merci, Seigneur.

Nous allons prendre un moment d’échange. Comment se font les moments d’échange? C’est que vous posez des questions et l’Esprit de Dieu met en nous les réponses. Lorsque j’ai les yeux ouverts, c’est le Saint-Esprit qui vous répond, lorsque j’ai les yeux fermés, j’entends Jésus et je vais répéter.

Dieu dit que nous sommes une Église et que nous devons nourrir l’Église. Alors, l’Église n’a que faire si vous voulez déménager, ça, c’est votre choix. Si nous voulons un mari parce qu’on est veuve, eh bien, ça, c’est notre choix. Dieu veut avoir des questions qui nourrissent l’Église. À l’intérieur de vous, il va y avoir des questions qui vont monter et nous, nous allons nous nourrir de ce que nous allons entendre. Alors, nous allons vous laisser toute la place.

 Q.  Est-ce qu’il est important pour nous de jeûner de plus en plus de la viande?

 R.  Jésus : Ma petite douceur, c’est comme le vent : le vent souffle sur toi et lorsque tu ressens le vent sur toi, et qu’en toi monte le besoin de te mettre en jeûne en te privant de viande, c’est que cela vient du Saint-Esprit, cela ne vient pas de ta volonté humaine.

Enfants d’amour, Dieu vous nourrit de l’intérieur. Lorsqu’en vous vient le besoin de prier et que vous vous mettez en prière, cela vient de Dieu. Vous recevez les grâces qui vous font petits enfants, si petits que vous priez avec votre cœur.  Laissez de la place à Dieu et Dieu vous montrera.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Le besoin de se mettre en jeûne, de se priver de viande doit venir de Dieu. Lorsque cela vient de Dieu, nous avons les grâces pour se priver de viande. C’est tranquillement que Dieu nous transforme. Combien d’entre nous avons perdu le goût du magasinage? Cela est venu de Dieu et Dieu continue à nous transformer. Merci, Seigneur.

 Q.  Plusieurs disent que cette année va être particulièrement douloureuse, que la terre entière va subir des châtiments, comment nous, pouvons-nous être mieux préparés?

R.  Jésus : Petits amours, la terre entière connaît ses propres souffrances : la terre entière est entourée d’un air pollué, la terre entière vit dans ses déchets, la terre entière supporte ses maladies, la terre entière s’abreuve de violences, la terre entière multiplie ses maladies.

Enfants d’amour, avec les grâces de Dieu, n’avez-vous pas passé à travers tout cela? Avec les grâces de Dieu, vous passerez à travers ce qui s’en vient. Ce que vous allez vivre, mes enfants, sera une année de grâces. Vous qui priez, vous qui demandez la paix, vous qui avez confiance en les sacrements, vous serez témoins de merveilles. Tous ceux qui refusent Dieu, tous ceux qui se gardent dans l’inquiétude, tous ceux qui rejettent les sacrements, tous ceux qui désobéissent à mon Pape vivront dans leurs propres conséquences et les conséquences du monde sont grandes.

Enfants d’amour, soyez enveloppés du manteau de l’Amour, soyez enveloppé du manteau de la Vie, de la Lumière. Ma Mère vous protège, elle vous enveloppe de son amour, elle vous parle d’obéissance au Fils. Tous ceux qui sont dans l’obéissance obéissent à mon Père. Vivez votre présent en moi et demain vous apparaîtra comme étant la Volonté de mon Père. N’ayez pas peur, mes enfants, la justice de mon Père n’est qu’amour. Si vous voyez des événements qui font souffrir les enfants qui sont hors de l’Église, je suis l’Église, gardez votre paix et priez pour que ces enfants reçoivent les grâces que je vous accorde pour eux. Vous faites partie de l’Église, mes enfants, comme ils font partie de l’Église.

Je suis, moi, votre Dieu d’amour et je viens construire ma Nouvelle Jérusalem avec des enfants d’amour.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Merci, Seigneur.

 Q. Il y a deux questions. Est-ce qu’on devrait recevoir la communion dans la main? La deuxième : Est-ce qu’on devrait recevoir la communion du prêtre ou du laïc, un ou l’autre?

 R. Jésus : Enfants d’amour, je vais vous parler de votre âme. Votre âme regarde son Dieu, votre âme adore son Dieu. Lorsqu’elle regarde son Dieu, elle est tout éblouissante d’amour pour son Dieu : elle s’incline par amour, elle se fait si petite, car elle sait qu’elle va recevoir l’Amour et Dieu regarde son âme, car elle est à lui. Il la comble de grâces, il l’habille de son manteau d’amour, afin qu’elle soit toute amoureuse de son Dieu qu’elle va recevoir : nourriture d’amour, nourriture qui l’amène à découvrir son amour pour Dieu, un don qui ne cesse d’être présent, un Dieu qui regarde ce qu’il a voulu pour lui, et l’âme qui regarde Celui qui a voulu d’elle.

Petits enfants d’amour, maintenant je vais parler de vous. Mes enfants ont besoin de moi; ils ont besoin de vérité, ils ont besoin de cette nourriture de vie qui est mon Corps et mon Sang. Tous les enfants qui veulent de moi se gardent purs. Lorsqu’ils vont à la confesse, ils ouvrent leur intérieur devant Dieu. Ils se savent être au pied de la Croix afin d’être inondés de grâces, et le Sang du Christ coule sur eux leur montrant que Dieu est la Miséricorde, (et leur intérieur s'ouvre) aux grâces qui laissent voir à l’enfant la présence même de Dieu dans leur vie.

L’enfant qui reçoit la grâce par le sacrement de la Pénitence se garde humble, se garde petit, se sachant incapable de comprendre l’Amour qui va se donner. L’enfant se sent si indigne qu’il demande des grâces, des grâces à la Mère de Dieu afin d’aller vers son Dieu d’amour. Lorsqu’il avance, il sait qu’il est devant Dieu, qu’il est devant son Créateur, il sait qu’il est devant le plus grand des miracles : Dieu qui vient sous la forme du pain et du vin, se faisant tout petit afin d’être en présence même de celui qui va le prendre. Et l’enfant qui avance et qui avance, et qui veut faire la Volonté de Dieu, est si amoureux qu’il ne veut que faire l’amour de Dieu : il se donne et Dieu se donne, il reçoit Dieu et il redonne Dieu, il n’est plus lui, il est ce que Dieu veut qu’il soit : l’amour.

 La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Maintenant, nous allons parler de ce que nous, nous savons.

Tout enfant qui va à la confesse doit être obéissant à l’Église. Notre Saint-Père a sorti un document : Redemptionis Sacramentum. À l’intérieur de ce document, Jean Paul II nous a dit que nous pouvions recevoir Jésus Hostie sur la main ou sur la langue. Si nous sommes enfants de Dieu, nous croyons en la puissance du Saint-Esprit. Lorsque nous sommes enfants de Dieu, nous acceptons ce que notre Pape nous demande : avancer avec humilité en faisant une révérence devant Dieu, en ouvrant son âme à Dieu, en étant toujours là devant Dieu comme un petit enfant. Qu’on ouvre notre bouche pour présenter la patène de Dieu, que nous soyons tout petits, nous recevons notre Dieu avec la dignité que Dieu veut pour nous. Ayons une seule pensée que nous sommes meilleurs qu’un autre, et voilà que nous perdons notre dignité d’enfants de Dieu. Aux yeux de Dieu nous sommes tous ses enfants.

Qu’un enfant approche et présente sa main, sa main doit être la patène de Dieu : elle doit être propre, elle doit être au service de Dieu, elle doit reconnaître qu’elle reçoit son Créateur, alors l’enfant se sait humble et indigne de présenter sa main. Donc le Saint-Esprit purifie, il purifie la patène afin que cette patène reçoive l’ultime Dieu d’amour : une nourriture éternelle, amour éternel. Celui qui donne Dieu d’amour n’est plus lui, il est Dieu, il est mort en le Christ, c’est le Christ-Prêtre.

Lorsqu’il y a impossibilité d’offrir ce à quoi il a été demandé par Dieu, l’évêque, qui prend soin de nous, mandate une personne qui reçoit sa bénédiction, afin que ses mains soient les mains du Christ par le sacrement du Baptême qui nous a fait prêtre. Ne sommes-nous donc pas race choisie, peuple de Dieu? Nous sommes à Dieu, alors ce n’est pas nous qui allons donner la communion, nous ne sommes pas dignes. Le Prêtre, c’est le Christ-Prêtre, ce n’est pas la volonté humaine, ce n’est pas l’homme qui donne la communion! Non, il n’a pas l’amour pour cela, c’est Dieu qui se donne. Dieu lui-même se donne. L’Éternel se donne à nous pour nous nourrir, il vient mettre en nous sa Vie, sa Chair, son Sang : aucun être humain ne peut faire ça, aucun.

Comme il est grand l’amour de Dieu pour nous, jusqu’à prendre ce que nous sommes et le rendre pur. Malheur à ceux qui sont désobéissants envers le Saint-Esprit, car ils se présenteront eux-mêmes devant leur propre justice. Nous devons être purs pour recevoir Dieu et celui qui (a reçu la) bénédiction de l’évêque, le laïc, doit être pur. Attention! Nous, nous devons être purs jusqu’au bout.

Lorsque nous avançons vers un prêtre, nous avançons vers Dieu, et lorsque nous avançons vers Dieu, nous avançons vers lui. Si le laïc qui nous présente l’Hostie est mandaté par l’évêque, nous avançons vers le choisi de Dieu. Alors, gardons-nous dans cette pensée. Si nous avançons comme des enfants, eh bien, nous recevons comme des enfants, mais si nous avançons comme étant dans notre volonté, nous avançons avec un enfant qui veut régenter ses pensées : nous mettons notre propre jugement devant nous et c’est avec cela que nous avançons vers Dieu, et cela nous sera montré.

Voyez-vous pourquoi il faut toujours demander à Maman Marie de nous couvrir de sa protection? Il n’y a que les enfants humbles qui puissent être protégés de ce qu’ils sont. Nous sommes toujours encore assujettis au péché. Nous le serons tant qu’il y aura un seul enfant en nous qui aura dit oui au péché. Alors, gardons-nous humbles et petits. Nous sommes pécheurs et c’est le pécheur qui avance repentant vers Dieu qui a été enveloppé du manteau de la Lumière. N’oublions pas que nous allons vers la Lumière et nous devenons lumière lorsque nous recevons la Lumière.

Merci Seigneur, merci Esprit Saint.

 Q.  Est-ce que c’est bien de donner de l’argent directement aux pauvres?

 R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Un jour, Dieu raconta une histoire.

Il y avait un jour un publicain qui avait été attaqué par des brigands, il était tout blessé. Un jour, un pharisien a passé près de lui et il n’a pas arrêté. Un autre passa sur ce chemin et il s’arrêta, il prit sur lui d’aider ce publicain. Après l’histoire, Dieu demanda : «Qui est le prochain? Qui a aidé le prochain?» Alors, on reconnut que c’était celui qui s’était penché sur celui qui était à terre et qui l’avait porté sur ses épaules. Dieu fait de même pour tous les enfants du monde.

Sur notre chemin, il y aura toujours des personnes qui auront besoin de nous, et lorsqu’on se penchera sur eux et qu’on les portera, nous serons amour pour le prochain. Ne calculons pas à qui, où et comment, car il passera toujours quelqu’un dans notre vie qui aura toujours besoin plus qu’un autre. La pauvreté ne se calcule pas toujours avec l’argent; il faut donner à ceux qui ont moins que nous. Qu’importe comment il est habillé, on ne peut pas savoir ce qu’il y a en lui, on ne peut pas savoir qui est la personne qui présente sa main. Qui vous dit que ce n’est pas un ange qui vient nous mettre à l’épreuve?

Soyons toujours amoureux de notre prochain. Aimons notre Jésus d’amour, c’est lui le prochain. S’il y en a qui profite de notre cœur, eh bien, Dieu mettra notre cœur sur la balance, notre cœur vaudra tous les cœurs qui ont triché le Cœur de Dieu. Dieu est la Justice de l’amour : aimons-nous en frères et en sœurs. Merci, Seigneur.

 Q.  Seigneur, quels sont les gestes et les actions qui te plaisent le plus quand nous sommes devant toi devant le Saint-Sacrement?

R.  Jésus : L’humilité, ma douceur, l’humilité. L’âme qui regarde son Dieu et qui est inondée des rayons d’amour de Dieu, par les grâces de l’humilité elle reçoit tout de son Dieu, elle est comblée de son Amoureux. L’enfant de Dieu qui est devant son Dieu se sait si petit que Dieu le regarde et il l’inonde de ses grâces d’amour et de paix, et tout son être sent l’amour de Dieu. De quoi est composé l’enfant? De l’amour! Alors, Dieu reconnaît ce qu’il est : l’amour.

Il n’y a que l’humilité qui puisse redonner à Dieu ce qu’il est : l’enfant n’est plus, il est l’humilité. Il est celui qui adore son Dieu, qui contemple son Dieu, qui loue son Dieu, qui rend grâce à son Dieu de l’avoir créé si petit, si petit, parce qu’il se sait petit devant Dieu et Dieu l’accueille dans son Royaume, son Ciel d’amour. Il y a un mouvement entre l’enfant et Dieu : "Nourriture, Nourriture, Nourriture, viens à moi" – «Tu es à moi. Ouvre-toi. Je te comble. Tu es si petit et moi si grand que j’aime me faire tout petit pour toi afin de te dire 'je t’aime'. Tu es ce que moi je suis : toi en moi, moi en toi pour ne faire qu’un.»

Voilà, enfants d’amour, ce que j’attends de chacun de vous : que vous soyez enfants de Dieu; et vous ne pouvez être qu’enfants de Dieu que par les grâces de l’humilité : reconnaître que je suis Dieu et que vous venez de Dieu.

 La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Amen, Seigneur.

 Q.  Première question : Est-ce qu’un catholique qui a épousé une non-catholique, est-ce que les deux peuvent communier et aller au sacrement du Pardon? Deuxième question : Il est écrit dans la Bible qu’on devrait donner un dixième de notre revenu à Dieu, est-ce qu’on doit vivre ça à la lettre?

 R.  Jésus : L’enfant qui a reçu le sacrement du Baptême se laisse envelopper de l’Esprit Saint. Il découvre sa puissance en lui, l’amour de Dieu, l’amour qui veut donner à Dieu ce qu’il est. Lorsqu’il entend parler de Dieu, tout son être réagit; cela le conduit à découvrir qui il est : un enfant de Dieu, un enfant de Dieu qui vit dans une volonté humaine et qui vit dans une chair assujettie au péché. Lorsqu’il découvre par la présence du Saint-Esprit qu’il est pécheur, qu’il offense Dieu, il va vers ce qu’on lui a enseigné : le sacrement de la Réconciliation, sacrement qui apporte guérison, sacrement qui nourrit, sacrement qui éclaire, sacrement qui fortifie, prêt pour qu’il puisse recevoir Dieu : la Toute-Puissance. Tout est si beau en l’enfant qui va vers l’Eucharistie qu’il est lumière. Cette lumière ne demeure pas qu’en lui, cette lumière est celle de Dieu et elle sort, et lorsqu’elle sort, elle rencontre, elle rencontre et elle donne : tout ce qu’il y a sur le passage de l’enfant est inondé de la grâce de la présence de Dieu.

Pour recevoir Dieu d’amour, il faut être en état d’amour. Être en état d’amour, c’est être à la ressemblance de Dieu. L’âme qui est pure se voit en Dieu et Dieu se voit en elle. Il y a tellement d’amour : l’amour ne cesse de se donner et l’amour ne cesse de se redonner, et dans ce mouvement d’amour, Dieu donne à ceux qui ne sont pas encore dans ce mouvement de lumière. Lorsqu’un époux épouse une épouse, là ils ne font qu’un : l’époux, l’épouse devant Dieu. Lorsqu’un seul a reçu le sacrement du Baptême, sacrement de la Réconciliation afin que l’âme se prépare à recevoir son Dieu, là l’enfant reçoit son Dieu, il reçoit l’Amour et comme il est amour, il partage. Alors, l’époux et l’épouse se partagent la présence de Dieu jusqu’au jour où Dieu appellera l’âme qui n’a pas encore été purifiée par les sacrements à devenir son épouse.

«Ô âme d’amour qui n’a pas encore goûté à la splendeur de ton Dieu, je t’attends, car ton Fiancé t’a préparé ta robe afin que tu viennes à moi et que nous festoyons ensemble nos liens d’amour. Tu es à moi et je suis à toi. Tu es de moi et de moi tu reçois tout. Âme d’amour, je t’aime, je me suis donné pour toi, je t’attends.»

 La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Merci, Seigneur.

 Q.  Que notre Saint-Père écrive une encyclique sur l’œcuménisme pour qu’un jour tous les chrétiens puissent un jour être unis devant un seul tabernacle, est-ce que bientôt tous les chrétiens vont célébrer Pâques en même temps?

 R.  Jésus : Le temps, fils d’amour, est pour vous très long. Le temps en Dieu, c’est le présent et tout est accompli. Je vous donne des grâces de patience afin que vous puissiez vous accomplir, afin que vous puissiez être tout abandon dans ma Volonté, afin que vous soyez l’œuvre de Dieu dans l’œuvre de Dieu. Vous êtes venus sur la terre afin de présenter à Dieu vos œuvres. Toute pensée, tout regard, toute écoute, toute parole, tout mouvement, tout sentiment doit être pur, afin que cela soit présenté à Dieu. Tous ceux qui s’accomplissent dans l’œuvre de Dieu savent qu’ils n’ont pas encore atteint cette perfection.

Je viens parler en les cœurs pour vous montrer ce que vos pensées ont accepté. Je viens vous parler de vos paroles, de votre écoute, de votre regard. Je viens vous démontrer vos agissements et vos sentiments, afin que vous me donniez : causes, choix et conséquences de tout ce qui est dans votre vie. Moi seul je vous rendrai votre état d’enfants de Dieu à la ressemblance de Dieu. Vous êtes sortis de moi en êtres parfaits et je vous ramène à moi pour aller à mon Père en êtres parfaits. Lorsque vous battrez au rythme de l’amour, tout enfant, je dis bien tout enfant, n’aura qu’un seul cœur : le cœur de l’Église, le Cœur de l’Amour, Celui qui présente à Dieu le Père la beauté de Dieu, la pureté de Dieu.

Enfants d’amour, soyez patients, c’est à chaque jour que je vous transforme. Plus vous me donnez vos pensées qui vous ont fait souffrir, plus vous apprenez à me donner tout ce qui vient de vous et qui vient de ceux qui sont autour de vous et qui a fait souffrir tout ce que vous êtes, moi je prends tout et je purifie, j’arrache le mal de mon Feu d’amour, je brûle tout ce qui est imparfait pour vous libérer, pour vous guérir afin que vous resplendissiez de la Gloire du Fils. Vous êtes à moi, mon Père vous a donnés à moi le Fils : à moi de vous amener à lui, comme des tout petits enfants. Je vous aime mes enfants.

 Q.  Est-ce qu’on va voir la Nouvelle Jérusalem bientôt?

 R.  Jésus : Lorsque tu fermes tes yeux et que tu es dans la paix, tu peux la sentir, ma douceur. Pour cela, enfants d’amour, il faut que vous renonciez à votre volonté humaine, il faut que votre volonté humaine accepte d’être en dehors de vous; alors, il faut la donner à Celui qui a tout pris : l’Agneau béni. Enfants d’amour, il y eut un temps où les enfants de Dieu se sont laissés entre les mains de Dieu pour sortir de l’esclavage; ils ont accepté de prendre le sang de l’agneau et de marquer la porte de leur demeure, afin de faire la Volonté de Dieu pour que la mort ne vienne pas dans leur demeure.

Enfants d’amour, vous reconnaissez que le peuple choisi de Dieu a accepté cela. Ils ont accepté de faire la Volonté de Dieu. À vous maintenant d’accepter la Volonté de Dieu, de renoncer à votre volonté humaine; pour cela, marquez la porte de votre demeure du Sang de l’Amour qui a coulé sur la Croix par amour pour vous. La pensée, mes enfants, c’est quelque chose qui ouvre et qui laisse pénétrer. Alors, mes enfants, si vous acceptez, c'est que vous acceptez la croix sur votre front afin que les Écritures s’accomplissent.

 La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Nous avons ici la présence de prêtres qui ont accepté de marquer les enfants de Dieu sur le front avec une huile choisie de Dieu, et cela se fait parce que c’est Dieu qui le veut et non pas la volonté humaine. Il n’y a que l’Agneau béni qui puisse le faire : c’est Jésus. À travers du prêtre, il y a la présence même du Christ. Si vous acceptez, nous pourrons avancer vers celui qui est présent.

Alors, par obéissance, aux personnes qui nous ont ouvert la porte en ce lieu, il faut commencer tout de suite, car à quatre heures il faut sortir. Merci.