Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Lengenfeld, Autriche,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus

 

2010-03-17 – P.M.  Partie 1

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Le Seigneur appelle chacun de ses enfants à être en sa présence. Si, aujourd'hui, nous consentons d'écouter notre cœur, si, aujourd'hui, le Seigneur se penche sur tous ses enfants de la terre, c'est pour les réunir afin qu'ils ne forment qu'un seul cœur : son amour. Nous sommes tous les enfants de Dieu le Père. Bien que nous nous regardions comme étant les enfants de Dieu le Père, nous ne nous conduisons pas comme étant les enfants de Dieu. Être comme Dieu le Père veut que nous soyons, c'est ne former qu'un seul cœur, c'est n'avoir qu'une seule pensée : l'aimer, l'aimer de tout notre cœur. On ne peut aimer Dieu notre Père de tout notre cœur si nous, nous ne formons pas un seul cœur.

Oui, nous voulons être pour Dieu ce que lui veut qu'on soit, mais si nous nous séparons, si nous nous regardons comme étant des étrangers, Dieu le Père cherche son amour. Il a déposé en Adam son Souffle de vie et ce souffle est en chacun de nous. Son Souffle, c'est la vie, l'amour. Lorsqu'un seul de ses enfants ne se regarde pas comme étant dans ce Souffle de vie, il se sépare, il se sépare de Celui qui lui a donné la vie. On ne peut se séparer de sa vie, pourtant c'est ce que nous faisons. Lorsque nous regardons notre voisin et que nous jugeons notre voisin, nous nous jugeons, nous nous maintenons hors de notre vie. Lorsque nous nous maintenons ensemble, là, nous pouvons nous regarder comme étant des enfants qui aiment Dieu inconditionnellement.

Tout ce que Dieu fait, il le fait en nous. Lorsque Dieu parle, il parle à notre vie et notre vie est à l'intérieur de nous. C'est notre vie, à l'intérieur de nous, qui fait que nous pouvons nous regarder. Toute personne qui se dit être vivante se sert de ce qu'elle a en elle. Dieu nous a donné son Souffle de vie et c'est avec son Souffle de vie que nous regardons, que nous entendons, que nous parlons; c’est avec sa vie que nous agissons et que nous ressentons. Nous devons être dans la pensée de Dieu. Pour être dans la pensée de Dieu, il faut être en nous, dans notre présence. Si nous demeurons à l'extérieur de nous, nous allons regarder ce monde, nous allons entendre les paroles de ce monde et nous allons ressentir ce que ce monde veut qu'on ressente, car nous ne serons pas dans la présence dans notre vie, en la présence de Dieu.

Si, aujourd'hui, nous sommes incapables de nous aimer inconditionnellement, c'est que nous avons passé notre vie extérieure avant la vie. La vie extérieure a volé la vie. La vie extérieure, c'est un monde qui ne regarde que lui-même, c'est un monde fait de petits dieux. Lorsque Caïn a touché son frère Abel, il a touché à notre vie : il a ouvert la vie, celle que Dieu nous a donnée, et ce qui est entré à l'intérieur, c'est tout ce qui était contre la présence. Dieu ne nourrit pas ses enfants par l'extérieur. Dieu instruit ses enfants de sa Vie, et nous avons le Souffle de la vie en nous. Voilà pourquoi Dieu vient parler en notre cœur. Il se ne sert pas de la volonté humaine, elle n'est qu'extérieure.

Puisqu'Adam et Ève ont choisi la connaissance du bien et du mal, ils ont choisi de se nourrir par l'extérieur. Ce qui vient de l'extérieur : 'Je choisis si cela est bien ou si cela est mal', à ce moment-là, ils disaient non à la vie intérieure : 'Je n'ai pas besoin de cette nourriture qui prend tout ce que je suis et me nourrir'. Nous, nous nous nourrissons de tout ce qui est extérieur et nous laissons cela pénétrer en nous : nos mouvements de vie sont empoisonnés. Dieu le Père et l'enfant : Dieu le Père qui nourrit son enfant de sa Vie, de son amour. Dieu le Père, c'est l'Amour, il ne se sépare pas de ce qu'il a créé. Il nous aime, il nous donne toujours sa Vie, son Souffle de vie, et nous, nous nous servons de ce qu'il nous a donné pour aller à l'extérieur de nous.

Lorsque nous ne sommes pas dans notre présence à l'intérieur de nous, nous ne sommes pas en la Présence. Nous laissons notre Dieu en nous, seul : 'Moi, je vis ma vie; moi, je décide; moi, je regarde ce qui est à l'extérieur pour décider, choisir.' Lorsqu'il y a danger à l'extérieur, lorsqu'il y a un tentateur à l'extérieur et que ce tentateur dit : "Regarde ton frère, son offrande devant ton Dieu est agréée alors que la tienne ne l'est pas", à cet instant, parce que nous avons écouté l'extérieur, le mal entre son poison; là, il vole, il vole des mouvements de vie.

Nous avons besoin de l'amour de Dieu, de ce mouvement, pour être dans la pensée de Dieu. Mais lorsque nous sommes à l'extérieur, lorsque nous regardons, avec notre choix, ce qu'il y a à l'extérieur, nous nous retrouvons avec notre moi. Nous décidons, seuls, sans les grâces de Dieu, ce que nous venons de ressentir : je ressens de la jalousie, et comme on est avec notre moi, sans Dieu, nous ne sommes pas protégés, alors un esprit de jalousie prend qui nous sommes : là nous souffrons. Il vient empoisonner notre amour et comme notre amour ne veut que de Dieu, il souffre. Cette douleur en nous nous transforme : l'enfant de Dieu, dans sa douleur, devient un enfant qui se sépare de tous ses frères et ses sœurs. Il ne compte que sur lui-même. Il veut arrêter sa douleur, alors pour arrêter sa douleur, il demande à sa douleur d'être celle qui va régenter sa vie, gérer sa vie. Lorsqu'il est dans la douleur, sa douleur est si forte, il a l'impression de ne plus être dans sa propre vie; il prend la décision d'arrêter cette douleur.

Est-ce que la vie peut prendre la décision d'arrêter la douleur? Elle la prend que si elle est avec son moi parce qu'elle est seule, elle ne va pas vers Dieu : elle ne s'appuie pas vers son Père. La vie a besoin de la Vie. La vie a besoin de reconnaître sa Présence, elle a besoin de son Souffle de vie, mais comme elle a décidé par elle-même d'arrêter cette douleur, elle se laisse nourrir par l'extérieur. Et lorsqu'on décide de se laisser nourrir par l'extérieur, celui qui a refusé d'adorer la Vie, lui nous montre ce que nous, nous cherchons sans Dieu. Le tentateur nous fait comprendre : "Tu ne veux pas de la Vie, tu ne veux pas de ton Dieu, tu veux être un moi, eh bien, je te nourrirai."

Satan a réussi à nous maintenir à l'extérieur en venant nous tenter. Chacun de nous avons répondu à la tentation. Ève est celle qui porte la vie en son sein. Ève est la femme et la femme est en les femmes : créatures de Dieu créées pour porter sa création. La création est en la femme par Dieu. Elle a tout en elle, la femme, pour nourrir les créatures voulues de Dieu. Une seule femme qui est créée pour porter la création de Dieu est devant son Dieu comme étant toutes les femmes. Nous, les femmes, nous ne pouvons pas être en dehors de ce que Dieu a voulu pour nous : ce que Dieu a donné à la femme, il l'a donné à toutes les femmes en un mouvement.

Lorsque Jésus s'est présenté à son Père, - Jésus n'a pas été créé, il est engendré - Dieu le Père (qui) est amour, il a voulu que son Amour soit devant lui. Il n'a eu qu'à vouloir et son Fils fut devant lui. Lorsque Dieu le Père voulut que ses esprits créés voient son Amour, voient son Fils engendré, lorsque Dieu le Père voulut que les esprits créés soient devant son Fils, en un instant, Dieu le Fils fut devant son Père. Dieu est l'Amour. Dieu se donne de l'amour, il est Mouvement d'amour, il se nourrit de ce qu'il est. Lorsque le Fils fut devant les esprits créés, les anges, cela fut en un instant d'éternité, - une seconde pour nous, c'est déjà trop long dans l'éternité - les esprits ont eu devant eux Jésus, le Fils de Dieu, en sa Chair immaculée, parfaite.

Tout n'était que perfection, car le visible se fit voir à l'invisible. Dieu n'avait pas à montrer à ses anges le visible. Dieu contient tout et il est l'Amour, il se donne continuellement son amour, mais il voulut montrer aux esprits créés son tout, il voulut leur montrer qu'il les aimait. C'est son amour qu'il a montré à ses anges. Les anges sont créés pour servir Dieu, contempler Dieu et adorer Dieu; alors, Dieu voulut leur montrer le visible et l'invisible.

Regardons tout ce qu'il y a autour de nous, regardons tout ce que nous sommes : nous sommes le visible de Dieu. Notre matière est tout ce que Dieu a voulu pour nous. Cela vient de Dieu. Nous sommes créés avec le tout de Dieu. Nous avons la vie en nous, ce qui est pour nous invisible : notre âme est la vie en Dieu créée. Notre chair est créée pour notre âme devant Dieu. Tout ce que nous sommes, nous le sommes pour Dieu. C'est notre bonheur, c'est notre joie; alors le bonheur, il est en nous. Les consolations sont en nous : tout ce dont nous avons besoin dans cette vie de souffrances pour pouvoir vivre et avancer vers Dieu est en nous. Mais lorsque nous choisissons de trouver des consolations à l'extérieur, nous devenons des petits dieux, et Satan se sert de nous.

La femme est la création de Dieu : lorsqu'Ève fut créée pour être sur la terre, elle le fut en même temps que nous, les femmes, car nous étions en Jésus, en la Chair Parfaite, en la Chair Immaculée. Dieu lorsqu'il a montré aux anges tout ce qui est visible, ils ont vu la Matière, ils (certains) ont refusé d'adorer la Matière. Lorsque Dieu voulut que nous soyons, nous avons tous été ensemble créés. Il n'a pas créé Ève et après, en 2010, dans le sein de notre maman sur la terre, il nous a créés : cela, c'est impossible parce que la chair est impure. Dieu nous a créés en un instant avant que nous soyons tous sur la terre. Ève fut créée au même moment que nous et lorsqu'Ève a été tentée, lorsqu'Ève a voulu écouter le tentateur, nous ne pouvions être séparés d'Ève, parce que sa chair est en notre chair et que notre chair est en sa chair.

Maintenant, allons vers Adam. Adam fut créé avec tous les autres Adam : hommes. Tous les hommes qui portent la vie, qui ont la vie en eux par la Volonté de Dieu, ont tous été créés en un instant, au même moment où les femmes furent créées : les enfants de Dieu. Nous fûmes tous créés en un instant : le 'je t'aime' du Père. Dieu ne peut pas retenir son amour : lorsqu'il a vu son Fils, lorsqu'il a vu son Amour, il voulut multiplier son amour en créant ses enfants à son image. Le Fils, Matière Parfaite, Matière Immaculée est en son 'je t'aime' pour le Père et le Père est en son 'je t'aime' pour le Fils, il n'y a que mouvement d'amour : je donne, je donne et je donne; alors, lorsqu'il voulut des 'je t'aime', alors il multiplia ses 'je t'aime' : sa Matière se multiplia, et nous fûmes.

Nous sommes les 'je t'aime' de Dieu, nous sommes l'amour de Dieu, les enfants de Dieu. Le Fils est engendré, nous, nous sommes créés. Lorsque Dieu voulut que nous venions sur la terre dans le sein d'une maman choisie par Dieu, tous nous avons dit 'je t'aime', tous nous avons consenti à être ce que Dieu voulait pour nous. Il a voulu que nous, nous lui montrions son amour : 'Mon 'je t'aime', nourris-toi de mes 'je t'aime'; mes 'je 't'aime', pénétrez mes 'je t'aime'; mes 'je t'aime', nourrissez-vous de mon 'je t'aime'; mon 'je t'aime' est pour vous éternel', et nous avons dit oui.

Lorsqu'Adam fut sur la terre, c'est Dieu qui l'a choisi, parce que c'était le moment dans l'éternité. Lorsqu'Ève, d'une partie d'Adam, fut créée, parce que c'était le moment dans l'éternité. Adam a en lui la vie pour la déposer en la femme, et lorsqu'Ève reçoit la vie, tout se crée. Elle a la création de Dieu en elle, elle nourrit l'enfant qu'elle porte. Voilà pourquoi Ève a été une partie d'Adam pour que ce qu'elle était soit toujours en mouvement : 'Je t'aime, Père, regarde ce que tu es pour moi : mon 'je t'aime'. Ce que je suis, je le suis pour toi. Rien ne vient de moi. Tu es mon Dieu, mon Père, mon Créateur. Tu as mis ta beauté en moi, ta douceur, ta tendresse.'  

Pouvons-nous nous séparer d'Ève? Si nous nous séparons d'Ève, à cet instant, nous ne nous reconnaissons pas être créés par Dieu, car c'est Dieu qui a créé Ève et c'est avec la chair d'Ève que nous sommes. Ève ne pouvait pas être créée sans que nous, nous soyons en elle, car nous sommes dans la pensée de Dieu, nous sommes le 'je t'aime' de Dieu; alors, Ève et nous, nous étions dans la Divine Volonté. La Divine Volonté, c'est Dieu. Lorsqu'Adam fut créé sur la terre, il fut créé avec la matière et cette matière fut prise, par la Volonté de Dieu, pour démontrer à l'homme que la vie est de lui : Dieu. L'homme n'a la vie que par Dieu, car il est créé. Dieu, s'il avait voulu, il n'avait pas à prendre de la glaise et en former un être, il est Dieu, de son souffle, il aurait pu être devant lui. Mais Dieu démontra son amour pour Adam, pour tous les hommes : «Tu es vie pour moi. Toi qui n'es que matière, je t'élève pour te montrer que tu donnes vie. Tu n'es pas Dieu, tu es créé.»

Lorsque nous regardons ce que nous sommes en dehors de Dieu, nous regardons notre poussière. En dehors de Dieu, nous n'avons pas la vie; en Dieu, nous avons son amour, sa puissance. Souvenons-nous qu'Adam parfait, Ève parfaite, étaient dans la pensée de Dieu, car tout ce que Dieu a créé, ils en avaient connaissance : ils avaient la connaissance de Dieu. Pourquoi Adam fut le premier à nommer tout ce qu'il voyait par un nom? Pourquoi Adam, lorsqu'il regardait, il savait quel nom donner à ce qu'il regardait? Parce qu'il avait la connaissance de Dieu. Il était en la présence de Dieu et la Présence le nourrissait. À cet instant, tout ce qui était devant ses yeux fut au service de l'homme, car la vie en Adam lui démontrait qu'il devait toujours se maintenir plus haut que la création. Il montrait à l'homme que Dieu, dans sa puissance, l'avait élevé au rang d'enfants de Dieu.

Lorsqu'Adam et Ève, ils ont été tentés par Satan, nous étions en Ève et nous étions en Adam : Peut-on se séparer de l'amour de Dieu? Peut-on se séparer de la pensée de Dieu? Peut-on se séparer du vouloir de Dieu? Peut-on se séparer de notre Créateur? Si nous ne pouvons nous séparer de Celui qui EST, c'est que nous ne pouvons pas nous séparer de nous-mêmes. Personne ne peut être en dehors de la vie : nous sommes créés avec la vie éternelle. Alors, lorsqu'Adam et Ève ont prononcé devant le tentateur leur non à l'obéissance, à la vie éternelle, afin de connaître ce qui est bien et ce qui est mal, nous présents en Adam, en Ève, nous étions enfants de la Divine Volonté : nous avons tous choisi la volonté humaine.

Nous ne pouvons plus regarder Adam et Ève comme étant les seuls d'avoir choisi la vie dans sa volonté humaine. Nous, enfants de la Divine Volonté, nous avons choisi sauf Marie, la Vierge des vierges, la Pure Immaculée, la Fille choisie par Dieu le Père pour porter son Fils bien-aimé. Elle est la seule qui a refusé de connaître la connaissance du bien et du mal. Tous, nous avons choisi. À l'instant où nous avons choisi la volonté humaine, nous avons connu une honte. Notre âme, notre âme qui est l'œuvre de Dieu, à cet instant, a connu une ombre. Elle ne pouvait plus se présenter devant Dieu, car elle savait qu'elle avait maintenant une ombre dans sa vie. Elle devait dorénavant porter cette ombre : la désobéissance. Nous la portons tous, cette désobéissance, cette honte.

Si le Seigneur nous demandait aujourd'hui : «Voulez-vous vous conduire comme un enfant de Dieu? Voulez-vous être ce que moi, j'ai voulu que vous soyez? Voulez-vous marcher comme des enfants purs, immaculés, en votre âme, en votre chair?», on ressentirait en nous une honte, car il nous dirait : «Je vous ai créés nus, et nus vous ne pouvez vous représenter devant moi; nus, vous ne pouvez vous présenter à vos frères et à vos sœurs, car vous connaissez le refus à Dieu.» Aujourd'hui, ce n'est pas le froid qui fait que nous nous habillons, nous cachons notre honte. C'est que nous savons que nous avons été désobéissants devant Dieu : nous portons la conséquence de la douleur de notre âme. Nous ne pouvons pas nous présenter tels des tout petits bébés devant notre Père.

Adam et Ève, à l'instant où ils ont connu leur volonté humaine, ils ont été se cacher parce qu'ils avaient honte. Ils avaient honte de ce qu'ils avaient fait. Dieu leur a demandé : «Pourquoi vous vous cachez?» "Parce que nous sommes nus." Qui a fait qu'ils se sont sentis nus devant Dieu? Est-ce que Satan avait pénétré en leur chair son venin de honte? Il n'en a pas. Il n'a pas honte. Satan n'a pas pu pénétrer son venin de honte, il n'a pas honte de ce qu'il fait, Satan. Il a de la haine pour Dieu. Mais nous, pourquoi avons-nous honte? Pourquoi Adam et Ève ont eu honte? Parce que l'âme se sentait sale devant son Créateur. La vie, le souffle de Dieu était maintenant maintenu dans un refus : 'Je refuse d'avancer devant mon Dieu parce que je ne suis pas pur.' Voilà ce que notre chair vit. Notre chair vit la honte et cela s'est imprégné en notre chair.

Lorsque Dieu dit à Ève : «Tu enfanteras dans la douleur», lorsque Dieu dit à Adam : «Tu travailleras à la sueur de ton front. Je t'ai donné une âme, je t'ai donné un temple pour ton âme et tu as choisi d'être à l'extérieur. Tu as été incapable d'être fidèle envers moi. Parce que tu as été incapable d'être fidèle envers moi et que tu as fait souffrir ta vie, parce que maintenant ton âme a honte devant son Soleil, devant sa Puissance, devant son Amour, tu as empêché ton âme de se laisser nourrir par son Dieu, par son Créateur, toi, la vie, tu travailleras maintenant pour te nourrir. Toi, la femme qui a été créée pour porter ma création, tu connaîtras la douleur de la vie que tu mettras au monde parce que tu as tenté la vie. La vie te montrera qu'elle a besoin de Dieu.»

Jésus : Ce que vous entendez, vous l'entendez par la puissance de Dieu. Ce que vous êtes aujourd'hui, vous l'êtes pour vos frères et vos sœurs. Ce que Dieu fait pour vous, il le fait pour tous les enfants du monde. Vous êtes la vie en ma Vie. Vous êtes petits et moi puissant. Je parle en votre cœur par la puissance du Saint-Esprit afin que vous puissiez comprendre qui vous êtes.

Enfants de ma Volonté, vous êtes tous appelés à revenir à la maison, et votre demeure est en vous. J'ouvre vos regards qui se sont aveuglés. J'ouvre votre écoute qui s'est fermée afin que vous puissiez comprendre que votre Dieu est présent. Je suis la Présence dans votre vie. J'ai écouté vos prières, j'ai connu vos douleurs, j'ai répondu à vos appels de détresse. Je viens parler en votre cœur afin que vous puissiez être prêts pour ce qui vient. Je vais vous ramener à la maison, je vais vous apprendre à aimer Dieu avec votre cœur. Je vais toucher votre cœur avec votre propre vie, vous allez vous reconnaître tels vous êtes. Ne vous inquiétez pas pour demain, vivez le présent, vivez en la Présence dans votre présence. Je ne parle pas pour votre intelligence, votre intelligence, mes enfants, a été contaminée avec la volonté humaine.

Tout ce que vous avez appris et qui vient des hommes, a fait de vous des enfants souffrants. D'année en année, l'homme et la femme ont choisi entre le bien et le mal. Avec ce qu'ils ont choisi, il est entré en eux tant de faussetés que vous, petits enfants, vous ne savez plus dans quelle vie vous vivez. Vous cherchez toujours à l'extérieur de vous une vie qui n'existe que pour les hommes. Il n'y a qu'une seule vie et c'est celle que j'ai déposée en vous. Elle est éternelle, elle est en vous par la Puissance. Et votre chair, petits enfants d'amour, elle est si souffrante, vous ne cessez de la faire souffrir avec vos pensées qui ne sont pas en mes pensées. Tout ce que vous faites entrer par vos oreilles ouvertes à l'extérieur vous amène là où vous ne voulez pas aller. Oh! Que de paroles qui vous font souffrir! Vous n'êtes même plus dans votre vie intérieure, vous êtes inconnus de vous-mêmes, vous marchez comme des moribonds. Vous faites des actions, mais vos actions ne portent pas de fruits ou si peu, mes enfants, si peu. Votre cœur, votre cœur a besoin de mon amour. J'ai déposé mon amour en chacun de vous. Depuis Adam jusqu'au dernier créé, j'ai déposé mon 'je t'aime' et vous êtes mon 'je t'aime'.

Je viens vous parler pour vous faire faire des pas. Je vous amène doucement vers ma terre d'amour. Je vais vous montrer comment naître à nouveau. L'Esprit d'amour vous nourrit en ce moment. Il n'y a qu'en l'Esprit de Dieu que vous pouvez renaître. Oh, mes enfants, ce que vous allez vivre, combien de prophètes l'ont annoncé! Tout ce que vous aurez à me donner, c'est votre oui d'enfant, un tout petit oui blessé, mais ce oui, il fallait que vous le prononciez. Maintenant, vous allez apprendre, car vous êtes à l'école de l'Amour.

Je vais vous apprendre à donner vos souffrances et vous allez découvrir qu'avec votre liberté d'enfants de Dieu, vous pourrez refuser les tentateurs et, par votre merci, j'enchaînerai ces tentateurs au pied de ma Croix, et je guérirai vos mouvements de vie malades. Ils sont mes mouvements, mes amours, je ne vous ai pas enlevé ma Vie, car ma Vie, elle vous est nécessaire pour être vivants, pour vous aimer les uns et les autres. Ce que vous entendez, vous l'entendez par la grâce que ma Mère vous a obtenue. Lorsque vous priez le rosaire, mes enfants, ma Mère intercède auprès de la Trinité pour que vous receviez des grâces d'amour, des grâces d'abandon, afin que vous puissiez être obéissants.

Maintenant, mes petits enfants, vous pouvez vous lever, car cela fait un moment que vous êtes assis.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Alors merci, Seigneur, pour tout ce que tu viens de nous donner. Rendons grâce au Seigneur en donnant, au moment de l'offertoire, ce tout petit oui blessé, mais pour Dieu il a une grande valeur. Amen.