Rencontre avec l’agir de Dieu à Lethbridge, Alberta

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus

 

2005-04-05

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit: Mon nom est Francine Bériault et Nicole Sicotte (l’interprète pour l’anglais). Depuis 2001, il s’est passé quelque chose d’extraordinaire dans ma vie; maintenant, je peux dire extraordinaire, mais si je me rapporte au moment où cela a commencé, cela apportait beaucoup de doutes dans ma vie.

En 2001, le premier janvier, j’ai entendu la voix de Marie : Au moment où je disais mon Rosaire, mes mains ont suinté, c’est dans la nuit que j’ai entendu Marie lorsqu’elle m’a demandé : «Ouvre la lumière.»

J’ai ouvert la lumière et elle m’a dit : «Maintenant, regarde tes mains.» J’avais les mains encore pleines d’huile et elle a dit : «Maintenant, ne doute plus.»

À chaque jour, Marie me donnait des grâces :

elle me donnait des grâces d’humilité;

elle me donnait des grâces d’obéissance.

J’avais, depuis plusieurs mois, des rêves et ces rêves étaient tellement présents dans ma vie! Je ne comprenais pas ce que je voyais, et elle m’expliquait tout ce que j’avais vu et ce que je voyais.

C’est quinze jours plus tard que j’ai entendu la voix de Jésus.

La voix de Jésus : c’est une voix douce, c’est une voix qui nous apporte la paix.

Jésus parle d’amour, Jésus parle de l’amour du prochain.

Quand je dis qu’il parle de l’amour, c'est qu’il parle de son Père, il parle de lui, il parle de la Trinité et il parle de sa Mère.

Lorsqu’il parle de l’amour du prochain : il parle de chacun de nous, de tous les enfants de la terre et cela, depuis Adam et Ève.

Jésus m’a expliqué qu’à l’intérieur de nous, nous avons tous nos frères et nos sœurs du monde entier.

Nous portons l’Église, car nous sommes l’Église.

Jésus est l’Église, Jésus est la Toute-Puissance : il EST.

Alors, doucement, Jésus m’a amenée à l’intérieur de moi sans que j’aie un seul effort à faire.

Il me demandait : «Donne-moi ta vie, donne-moi la vie de tous ceux que tu portes en toi.»

Et je disais oui, et il me parlait, il m’enseignait, et il disait que j’étais à l’école de l’Amour.

Au tout début, je ne comprenais pas ce que Jésus me disait.

J’étais obligée de faire des dessins sur du papier pour essayer de comprendre ce qu’il voulait m’enseigner.

Il disait : «Je suis en toi; toi, tu es en moi et en toi, il y a le monde, parce que le monde est en moi et tu es en chaque personne.»

Alors, je faisais un petit bonhomme, puis je faisais un cœur; c’était Jésus : le Cœur de Jésus, le Cœur de l’Église.

Il disait : «En moi tu es.»

Alors, je dessinais un autre cœur dans le Cœur.

Il disait : «Tu portes en toi tous tes frères et tes sœurs.»

Alors je dessinais; j’essayais de dessiner des petits, petits cœurs à l’intérieur du coeur : moi.

Il disait : «Parce que tu veux t’abandonner en moi, parce que tu veux te donner (en) chaque petit cœur : je suis, comme je suis (en) tous les petits cœurs : tu es donc en tous les petits cœurs.

Alors, il me parlait de son Corps Mystique.

Il disait que nous étions tous présents, que nous faisions qu’un seul membre.

Ce membre était le cœur, le cœur même de l’Église : c’est l’amour, c’est l’amour de Dieu le Fils pour Dieu le Père.

Nous sommes l’amour de Dieu le Père;

nous sommes en Jésus, Jésus nous contient tous.

Chacun de nous, nous sommes l’Église.

Nous faisons un tout dans l’Église : qu’un seul membre soit en Jésus, il porte tous ses frères et sœurs du monde entier.

Dieu dit que nous sommes une œuvre.

Dieu a tout mis en chacun de nous.

Chaque personne est complète.

Dieu attend de nous que nous nous donnions pour les autres

        pour apporter le bonheur,

        pour apporter l’espérance,

        pour apporter la foi.

Jésus parle en nos cœurs en ce moment même.

Nous sommes le cœur de l’Église et ce que nous entendons ce soir,

ce que nous allons ressentir ce soir, ce n’est pas seulement que pour nous,

mais pour tous ceux que nous portons en nous.

Dieu est la Toute-Puissance;

il ne peut limiter son amour pour quelques-uns : il est l’Amour.

Il ne cesse de se donner et il ne s’arrêtera jamais de se donner.

Tout ce que vous entendez ce soir, c’est directement sorti de votre cœur.

Ce que vous entendez, moi, je l’entends en même temps que vous.

Tout cela se fait par sa Volonté : que par sa Volonté.

Jésus dit : «Enfants d’amour, vous êtes le mouvement de l’amour dans la vie :

je suis la Vie, je suis l’Église; vous êtes la vie et vous êtes l’Église.»

Vous regardez à l’extérieur : vous voyez un monde qui vit que pour lui-même.

Lorsque vous vous arrêtez, lorsque vous voulez de Jésus : Jésus prend ce que vous êtes et il vous fait mouvement dans son Église.

Jésus n’attend pas que vous soyez seulement assis ici pour écouter ce qu’il a à dire : il le fait à chaque instant dans votre vie.

Jésus prend des moments comme celui-là pour nous enseigner la Parole, pour nous montrer ce que nous sommes vraiment dans notre vie.

Vous donner : c'est découvrir la valeur de votre vie dans cette vie sur terre.

Votre vie temporelle n’a son importance

que si elle se donne à la vie spirituelle.

Cela veut dire que si vous prenez le temps de vous arrêter, si vous prenez le temps de vous donner totalement à Jésus : votre vie sur terre, là elle commence à prendre de l’importance.

Lorsque vous vous donnez pour le prochain, vous êtes fiers de vous!

Lorsque vous apprenez que votre prochain est heureux d’avoir reçu quelque chose de vous, cela développe quelque chose à l’intérieur de vous, cela ne développe pas votre orgueil; vous découvrez que vous valez quelque chose pour le prochain et c’est à cet instant que votre orgueil commence à disparaître.

Se donner, c’est découvrir que nous sommes vraiment des enfants de Dieu.

Chacun de nous devons apprendre à tout donner à Jésus afin qu’il prenne plus de nous-mêmes.

Voici venir un temps d’amour;

voici venir un temps où beaucoup de notre quotidien nous sera révélé.

Quelle est la plus grande valeur pour nous,

sinon de connaître ce que nous sommes face à Dieu?

Nous aurons beau vivre toute une vie sur la terre, si elle n’est pas pour Dieu, elle n’a aucune valeur.

Celui qui ne croit pas en Dieu, celui-là est toujours à la recherche de quelque chose.

S’il ne la trouve pas dans sa valeur à lui, il va la chercher dans l’argent :

        il va essayer de construire;

        il va essayer de se montrer qu’il est capable de faire quelque chose parce qu’il a besoin de se donner une valeur;

        il veut se sentir aimé; il veut connaître ce qu’est le bonheur, mais comme il n’a pas Dieu dans sa vie, il se paye ce bonheur;

        celui qui n’est pas de son avis à lui n’entre pas dans sa vie;

        il met une barrière à celui qui ne pense pas comme lui parce qu’il veut se convaincre qu’il peut trouver le bonheur sur la terre :

        l’enfant, ainsi, trouve qu’il est bien avec ses frères et ses sœurs que par les biens matériels.

L’enfant qui croit en Dieu, lui, aime son prochain.

        Il aime son prochain comme il est;

        il apprend à découvrir qu’il est frère/qu’elle est sœur;

        il n’a pas à chercher, il n’a pas à se montrer comme quelqu’un d’important : il sait qu’il est égal à l’autre;

        il sait que le bonheur, c’est en Jésus;

        il essaie de comprendre ce qu’il est face aux autres;

        il cherche à l’intérieur de lui ce qui pourrait plaire à Dieu;

        il apprend à se donner, à s’offrir;

        il apprend à ne pas dominer, à ne pas juger;

        il apprend à développer son humilité par les grâces;

        il apprend à tout donner :

        celui-là ne cherche plus parce qu’il sait que tout est à l’intérieur de lui.

Ce que l’Esprit de Dieu essaie de nous expliquer ce soir,

c'est que nous avons souvent été l’autre.

 

Dieu dit : «Enfants d’amour, lorsque vous vous donnez, vous devez vous donner totalement par amour pour le prochain.

Puisque vous savez que vous venez de Dieu, puisque vous savez que tous vos frères et vos sœurs sont venus près de vous par Dieu : vous devez tout donner, vous devez tout offrir.

Laissez entrer en vous ces paroles.

Laissez-vous envelopper par la puissance de Dieu.

Laissez les grâces pénétrer votre vie.

Vous êtes à Dieu, vous n’appartenez qu’à Dieu.

Tout en vous est la Présence : Dieu parle en votre cœur, Dieu ouvre le cœur, Dieu veut vous montrer que vous êtes les enfants de Dieu.

C’est en vous que vous allez trouver ce que vous cherchez.

Votre frère qui cherche le bonheur va le trouver que s’il s’arrête de chercher, mais pour qu’il arrête de chercher, il faut que d’autres l’aident.

Je cherche des enfants qui s’abandonnent.

Je cherche des enfants qui veulent mourir pour leurs frères et leurs sœurs.

Découvrez la valeur de votre vie en Jésus : en l’Église.

Vous êtes les choisis, vous êtes mes choisis.

Chacun de vous avez été appelés par Dieu.

Cela n’est pas venu de vous-mêmes, cela est venu par la présence en la Présence : en vous est Jésus; en vous, vous êtes.

Quand vous êtes à l’intérieur de vous, vous êtes donc en moi, Jésus : vous êtes en la Présence.

Je veux vous apprendre à ne plus être de ce monde, mais n’être que pour moi.

Mon monde n’est pas de ce monde : il n’est qu’amour.

J’ai porté en moi tous les choisis de mon Père.

Tous ceux qui sont inscrits dans le Livre de la Vie sont en moi.

Tout est en le Christ.

Tout est en la Vie.

Savoir s’abandonner dans la vie : c’est prononcer son oui à Jésus.

Vouloir vivre en l’Église : c’est vouloir se donner pour tous ceux qui sont en l’Église.

Celui qui se dit ne pas croire en Jésus :

c’est celui qui n’a pas goûté en la Présence.

J’attire à moi tous ceux qui sont à mon Père.

Laissez couler en vous ces paroles, elles vous amènent là où vous-mêmes vous ne pouvez aller.

Il n’y a que le Fils qui peut vous conduire en vous-mêmes.

Ce sont mes grâces qui nourrissent votre âme.

Votre âme reconnaît son Dieu d’amour.

Vous devez vous abandonner totalement pour profiter de ces grâces.

Soyez comme des enfants qui font confiance en leur Dieu.

Dieu nourrit son Église; Dieu est présent.

N’est-il pas normal, mes enfants, que je puisse atteindre votre vie extérieure puisque j’ai fait de votre intérieur ma Demeure? Tout votre intérieur est en ma Présence.

C’est par la puissance, par le vouloir de mon Père que vous pouvez entendre ces paroles.

Ces paroles vous appartiennent puisqu’elles sortent de votre intérieur.

Ces instruments ne font que servir Dieu, tout comme vous, vous ne faites que servir Dieu.

Vous aimez votre Dieu, vous aimez vos frères et vos sœurs : apprenez à avancer, apprenez à faire des pas de plus.

Votre vie doit être pour mon Père une vie d’amour.

Ce monde a besoin de modèles, ce monde a besoin de vous : vous êtes les enfants de la Lumière, vous êtes les choisis pour ce temps qui vient.

Je bâtis mon monde d’amour avec des êtres de lumière, des êtres purs, des êtres faits que pour l’amour.

Abandonnez votre volonté humaine entre les mains du Fils de Dieu;

        je veux prendre tout de vous;

        je veux prendre tout ce qui vous a fait souffrir.

Le mouvement de la Vie est à l’intérieur de vous.

Les enfants de ce monde, à force de vivre de leur extérieur, sont en train de se tuer : ils quittent lentement leur vie pour atteindre ce qui ne peut être vie.

Lorsqu’on laisse sortir sa vie et qu’on ne l’utilise pas pour l’amour, la vie sort et elle ne peut plus pénétrer la lumière.

La lumière est à l’intérieur de vous.

La lumière nourrit votre vie.

La lumière montre ce qui est bon pour chacun de vous.

Quittez la lumière et vous ne verrez pas vos bonnes actions.

Quittez la lumière et vos bonnes actions ne vous apparaîtront plus, car vos bonnes actions vont devenir stériles.

Vous allez apprendre à devenir très orgueilleux.

N’est-ce pas ce que vos frères et vos sœurs font

lorsqu’ils sont loin de leur vie spirituelle?

Par mes grâces, vous, mes enfants, vous avez appris à demeurer près de la Lumière.

Je vais vous apprendre à plonger dans cette lumière.

Je vais vous apprendre à regarder vos frères et vos sœurs remplis d’amour, car vos yeux ne verront que l’amour.

Vos yeux ne verront plus ce qui leur fait défaut, vous allez voir la souffrance qui est dans leur vie.

Vous allez comprendre que tout ce qu’ils font de mal est causé par le péché, et le péché fait souffrir les enfants de Dieu.

Lorsque je suis mort sur la Croix, j'ai pris tous les péchés et j’ai porté à la mort tout péché.

Tout enfant doit reconnaître, dans ce qu’il fait, si cela est bien ou si cela est mal.

Lorsqu’il découvre que cela est mal, il doit reconnaître son geste afin qu’il puisse être dans le repentir.

Il doit faire un acte d’humilité afin que son geste soit totalement dans la lumière, car lorsqu’il confesse son péché, lorsqu’il accepte l’absolution, tout son être est dans la lumière.

Il accueille les grâces de mon Père.

Il apprend à se donner de l’amour.

Il apprend à donner vie à sa vie.

Il laisse couler en lui la paix, et lorsqu’il est en paix : il connaît la joie.

Mais à cause de la volonté humaine, les enfants sont incapables de demeurer dans cette joie

parce qu’ils retombent toujours dans le péché.

Pourquoi les enfants sortent de la messe et jugent leur prochain?

Pourquoi les enfants ne sont pas capables de demeurer purs?

C’est parce que la trace du péché est en votre chair.

L’âme a reçu la grâce sanctifiante, l’âme a reçu la nourriture de Dieu;

mais la chair, elle, elle se souvient du péché et la chair est faible à cause de cela.

Combien de fois vos yeux ont vu le péché?

Combien de fois vous avez entendu et avez laissé pénétrer en vous des paroles injurieuses?

Votre chair se souvient et elle souffre : votre chair.

Voilà pourquoi vous êtes incapables de demeurer purs.

Je suis la Parole, je suis la Vie, je suis la Lumière;

à moi de vous montrer ce qui est à l’intérieur de vous.

Je parle pour vous apporter l’amour;

je parle pour vous apporter l’espérance d’une vie éternelle.

N’ai-je pas parlé ainsi devant mes apôtres?

N’ai-je pas parlé ainsi à chaque instant de votre vie?

Vous devez être pour vous-mêmes une parole pure.

Pour être une parole pure :

        il faut que vous donniez tout à Jésus;

        il faut que la Parole vous purifie, afin que vous puissiez vous abandonner totalement en Jésus;

        il ne faut pas avoir peur de vous abandonner, de renoncer à votre volonté humaine.

Il y a tant d’années et tant d’années

que l’homme souffre à cause de la volonté humaine.

Vous avez été créés par mon Père pour l’amour; vous avez été créés par mon Père pour connaître le bonheur : vous êtes les enfants de la Divine Volonté.

Avant le péché d’Adam et Ève, il n’y avait pas de mal en l’homme, car mon Père n’avait pas mis le mal en l’homme;

tout était fait à la ressemblance de Dieu et Dieu est parfait.

Adam et Ève devaient demeurer purs;

ils devaient passer l’épreuve de l’Amour, car l’Amour voulait ses enfants;

c’est dans une très grande liberté qu’Adam et Ève ont vécu avant le péché.

Lorsqu’ils ont désobéi à Dieu, le mal est entré en Adam et Ève;

ils ont connu la volonté humaine : ils ont connu le mal qui était dans la volonté humaine.

Et vous, vous êtes dans la volonté humaine;

vous vivez en présence même du mal et du bien à l’intérieur de vous;

voilà pourquoi je vous ai dit

que tous ceux qui vont mourir en le Christ vont connaître la vie éternelle.

Tous ceux qui sont morts ont dû connaître tout ce qu’ils avaient fait dans leur volonté humaine.

Ils ont vu tout ce qu’ils avaient accompli.

Ils ont entendu tout ce qu’ils ont dit sur la terre.

Tous sentiments qu’ils ont ressentis étaient devant eux.

Chacun d’eux ont été devant leur vie et ils ont su leurs manquements envers Dieu, et ils ont eux-mêmes choisi d’aller dans le feu de la purification, car ils se sentaient honteux devant tant d’amour :

tout cela à cause de la volonté humaine;

tout cela parce qu’ils ont donné de l’importance à leur volonté humaine.

Vous, enfants d’amour, vous qui savez que la volonté humaine est contre vous-mêmes, je parle en votre cœur afin que vous puissiez comprendre ce que j'ai toujours dit.

J’ai donné ma Vie à mon Père; donnez, vous aussi, votre vie.

Quittez votre vie terrestre en votre chair.

Venez en votre vie terrestre en ma Vie en laissant votre volonté humaine entre mes mains.

Je vais vous faire découvrir des mouvements qui vous habitent.

Je vais vous faire découvrir tout ce que vous avez entendu et qui est imprimé dans votre chair.

Je vais faire ressurgir à l’intérieur de vous des gestes qui ont été contre l’Amour.

Vous allez apprendre, avec mes grâces, tout ce qui a été contre Dieu, contre vous-mêmes et contre votre prochain.

C’est moi qui vais tout faire : non vous.

Je vais prendre tout de vous et je vais l’envelopper de mes grâces d’amour.

Vous allez découvrir une force à l’intérieur de vous.

Vous allez apprendre à prononcer des oui à Jésus.

Vous allez apprendre à découvrir le pardon.

Vous allez aimer ce que vous faites.

Dieu ne vient pas vous changer, Dieu vient améliorer ce que vous êtes.

Avant que vous soyez en ce monde, mon Père a tout mis à l’intérieur de vous;

puisque je suis en vous, puisque mon Père m’a tout donné, vous avez à l’intérieur tout ce que mon Père m’a donné.

Vous êtes des enfants pour donner, vous êtes des enfants pour aimer.

Vous n’êtes pas faits pour juger; vous n’êtes pas faits pour la violence : vous n’êtes pas faits pour le mal.

Faites à l’intérieur ce mouvement qui est à l’intérieur de vous : qui est de donner votre vie, en Église, dans la Divine Volonté : vous êtes avec vos frères et vos sœurs.

Lorsque vous allez découvrir que vous avez commis des gestes comme tricher votre vie,

lorsqu’on apprend que vous êtes des personnes qui avez jugé et que vous avez voulu cacher cela en votre intérieur, n’est-ce pas tricher votre vie?

Cela vous habite et cela vous fait souffrir.

Combien ont souffert et ont eu de la difficulté à respirer?

Ils ont voulu vivre une autre vie : ils ont eu de la difficulté à respirer à cause de cela.

Regarder la vie des autres et vouloir vivre leur vie n’était pas demandé par Dieu.

Cela fait des mouvements qui ne doivent pas être dans la vie, c’est comme si vous aviez deux souffles.

Dieu va guérir votre chair;

Dieu va vous enlever des maladies, et cela va se faire par la puissance de Dieu,

et vous allez vous donner pour ceux que vous portez en vous parce qu’à l’intérieur de vous beaucoup d’enfants ont triché leur vie.

Chacun doit porter sa propre purification, mais plus vous allez apprendre à vous donner pour vos frères et vos sœurs, et plus votre purification se fera dans la joie et dans la paix, et eux vont recevoir des grâces.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint Esprit : Essayez de comprendre ce que Dieu veut vous faire comprendre : découvrir votre vie en l’Église et cela, depuis le premier qui a été dans l’Église jusqu’au dernier. Chaque mouvement qui se fera à l’intérieur de vous sera une grâce pour vous et pour l’Église. Vous allez découvrir la paix, vous allez découvrir la joie de vous donner. Laissez à l’intérieur de vous ces mouvements, car Dieu est vivant. Dieu vous fait connaître ce que vous êtes à l’intérieur.

 

Ce que Dieu veut nous expliquer :

c’est que nous faisons un tout dans l’Église.

Nous devons dès aujourd’hui nous donner pour les autres.

        Nous croyons en l’Église, nous croyons en les sacrements;

        nous avons tous des enfants, nous avons tous des frères et des sœurs qui, parfois, se sont éloignés de l’Église;

        nous avons aussi chacun de nous des frères et des sœurs qui ne pratiquent plus, qui renient l’Église, qui sont dans des sectes, qui ne croient plus en rien,

        car un seul dans l’Église qui n’est pas en Dieu : c’est notre frère, c'est notre sœur;

        si Dieu se sert de nous, si Dieu nous rassemble :

        c’est que nous avons une mission à faire en l’Église.

Combien de nous avons dans notre vie demandé à Jésus : qu’est-ce qu’il faut que je fasse dans la vie?

Combien de nous avons regardé la télévision : lorsque nous avons vu des catastrophes, nous nous demandions ce que nous étions pour faire?

Combien de nous avons regardé des personnes qui donnaient des spectacles, soit pour ramasser des fonds contre le cancer, et nous nous sommes demandé comment on pourrait aider?

Tout cela parce que Jésus l’avait mis à l’intérieur de nous.

Nous avons ce besoin à l’intérieur de nous de se donner pour les autres parce que nous sommes l’amour : nous sommes tous enfants de Dieu.

Jésus est venu sur la terre et il nous a parlé du Royaume de son Père;

Jésus nous a parlé des Béatitudes, et nous avons entendu et nous avons trouvé cela agréable d’entendre ces paroles :

il faut faire plus qu’entendre, il faut maintenant vivre ce que Jésus veut pour chacun d’entre nous.

Chacun de nous avons un devoir :

vivre en l’Église, ne pas seulement regarder l’Église de l’extérieur,

mais la vivre à l’intérieur de nous.

Depuis plusieurs années, nous avons été à la messe, nous avons prié, nous avons fait des neuvaines : cela était extérieur de nous-mêmes.

Maintenant, Jésus dit : «Entrez à l’intérieur de vous parce que vous êtes l’Église, parce que vous devez agir en l’Église.»

Une seule parole donnée, à l’intérieur de nous, à Jésus pour un seul de nos frères devient une parole agissante.

Puisqu’elle est donnée à Jésus : cette parole, puisqu’on croit que Jésus habite notre intérieur,

alors Jésus prend cette parole et il la fait sienne : elle devient donc sa propre parole à lui;

et non seulement il aide cet enfant qui a besoin d’aide, mais il aide tous les autres parce que Jésus sait qui a besoin.

Jésus est l’Église.

Jésus est la Puissance et il est en tous les enfants du monde.

Jésus va se servir de nous.

Jésus va construire son monde d’amour tel comme il a dit.

Pourquoi nous parle-t-il à l’intérieur de notre cœur, à l’intérieur de notre vie là maintenant?

Pourquoi a-t-il attendu toutes ces années, il aurait pu parler de cela en l’an 1400, en l’an 1500?

Parce que Jésus a construit son Église, parce que Jésus a fondé son Église avec tous les enfants de Dieu;

Jésus est la Tête et nous, nous sommes ses membres;

chacun de nous, nous nous complétons les uns les autres : nous sommes l’harmonie.

Dès les premiers apôtres, ils ont entendu les paroles de Jésus et ils ont cru à la parole de Jésus :

cela a formé l’Église, cela a fait grandir l’Église.

Jésus était la pierre angulaire et nous, nous sommes dans cette pierre;

il fallait qu’il y ait un commencement à son Église.

Tous ceux qui ont été avant nous,

nous ont préparé à vivre ce que nous vivons présentement.

Ils ont été appelés par Dieu et ils ont répondu oui à l’appel de Dieu.

Les premiers chrétiens, les tout premiers, ont souffert pour nous; ils se sont donnés et ils ont été jusqu’à la mort pour chacun de nous.

Tous ceux qui y ont été après et qui ont cru en l’Église, qui ont cru en Jésus crucifié, se sont donnés pour chacun de nous parce qu’ils croyaient en Jésus, ils croyaient en ce qu’il avait fait.

Maintenant, nous, nous avons avancé dans ce mouvement d’amour.

Jésus est l’Arbre de la vie, nous sommes les fruits de cet Arbre.

C’est comme si les fruits étaient mûrs maintenant.

Jésus va presser chacun de nous afin que nous puissions faire le vin de la Vie.

Jésus a déversé son Sang sur chacun de nous afin de purifier l’être que nous sommes.

Son Sang était un liquide pur.

Maintenant, il attend de chacun nous un abandon total afin que nous soyons un liquide pur, un vin d’amour que nous devrons présenter à Dieu le Père.

Nous sommes les fruits de l’Amour.

Tous ceux qui ont été avant nous ont dû travailler, ont dû s’offrir, ont dû se donner, afin que la vigne soit toujours nourrissante;

il fallait que les grâces de Dieu montent dans la vigne afin d’atteindre les fruits;

alors, nous sommes les fruits et nous devons nous donner pour tous les frères et les sœurs que nous portons en nous.

Croyons en l’Église vivante.

Jésus va se servir de chacun de nous en ce moment.

Il va faire, à l’intérieur de nous, sortir les conséquences du péché.

Chaque enfant depuis Adam et Ève – on parle depuis Adam et Ève – qui a eu des pensées contre Dieu et contre lui-même et contre le prochain, a formé l’Église.

Chaque personne qui a fait des gestes a formé l’Église.

Si ces paroles, ces gestes ont été bons : cela nous habite;

si ces pensées et ces gestes ont été contre l’Amour : cela nous habite,

alors cela doit sortir de l’intérieur de nous parce que cela a trop blessé notre chair.

Dieu dit : «Je vais purifier votre chair, je vais faire sortir de vous le mal qui s’est imprégné à l’intérieur de vous, car cela a blessé tous les enfants de Dieu et vous êtes aux prises avec le mal en vous.»

Chaque pensée qui sortira de l’intérieur de nous et qui viendra dans notre pensée et qui ne sera pas amour : Jésus les veut.

Il veut tout simplement qu’on lui dise : "Jésus, cela je n’en veux plus, je te le donne; purifie ce qui est en moi, cela m’a fait souffrir et cela a fait souffrir tous mes frères et mes sœurs."

Jésus va attendre cela de chacun de nous.

C’est la même chose pour les gestes : sans qu’on y pense, il va y avoir des gestes qui vont venir dans notre pensée, et cela va ressurgir sans qu’on fasse un effort de nous-mêmes.

Et Jésus attend de nous tout simplement un oui.

Il veut qu’on lui donne ce geste, conséquence du péché non seulement pour nous autres, mais pour tous nos frères et nos sœurs.

Voilà la purification.

 

Jésus dit :

«Enfants d’amour, ne compliquez plus votre vie : c’est moi la Vie, c’est moi qui vais tout prendre, comme j’ai pris tous vos péchés.

«Je connais votre don de vie.

«Je veux les conséquences de toutes vos mauvaises pensées, de toutes vos mauvaises actions.

«Vous allez apprendre à demeurer dans la paix.

«Vous allez apprendre à vous laisser prendre par le mouvement de la purification, c’est moi qui vais tout faire et non vous; vous, vous devez prononcer votre oui.

«Vous devez apprendre à demeurer comme des petits enfants à l’intérieur de vous qui ne font confiance qu’en Dieu, pas à la personne que vous êtes.

«Parce que vous êtes encore dans votre volonté humaine et, à cause de cela, vous ne pouvez rien faire de vous-mêmes, faites confiance en Dieu, donnez-vous comme des petits enfants.»

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint Esprit : Dieu dit : «Maintenant, prenez un moment de repos.» Merci.

 

Jésus, tu es l’Amour, tu es la Puissance. Tu fais voyager tes enfants afin de rejoindre les autres enfants. Tu mets en nos cœurs la Parole afin que  nous soyons la Parole. Tu ne veux plus qu’on soit nous-mêmes mais toi-même; alors prends la place, fais ta Volonté en tout.

Garder en soi la Parole de Dieu, c’est comme étouffer notre vie,

c’est empêcher la vie de prendre son essor.

Souvent, on voudrait vivre notre vie pour soi-même, demeurer dans nos habitudes, ne pas sortir de chez-nous pour pas faire des efforts pour les autres : voilà ce que nous sommes devenus avec les années.

Nous voulons nous donner, mais les efforts sont si petits; quelquefois, le Seigneur est obligé de nous pousser.

Il sait quand il y a un mouvement à l’intérieur de moi qui me porte à me retirer de ce qu’il attend de moi.

Sans me bousculer, sans vraiment me réprimander, il vient me chercher doucement.

Il m’amène là où moi je ne veux pas aller parce que je ne sais pas où il veut m’amener.

L’inconnu nous fait peur; nous savons qu’il se passe quelque chose autour de nous, nous savons qu’il va se passer quelque chose, mais nous ne voyons pas.

Nous savons par les messages ce qui va se passer, mais on n'arrive pas à le réaliser

ou, si on essaie d’y penser, si on essaie de l’imaginer, tout ce qui en résulte :

        c’est de l’incertitude;

        on se demande si vraiment ça va arriver;

        alors, lorsqu’on se met vraiment à penser ainsi : on n’avance pas, on reste sur place;

        et lorsqu’on reste sur place, les premières personnes qui pâtissent, ce n’est pas les autres : c’est nous-mêmes.

Parce qu’il y en a d’autres qui avancent!

Il y en a d’autres qui, eux, s’abandonnent, puis quand eux ont un doute, quand eux ont peur : il y en a d’autres qui prennent la relève.

C’est parce qu’on n’est pas tout seul, on est l’Église

et Jésus sait quand nous avons peur, sait quand nous doutons.

N’oublions pas que c’est Jésus qui est la Vie, c’est Jésus la Puissance.

S'il a la puissance de faire taire le vent, d’arrêter la tempête, il est capable de nous calmer, d’aller nous chercher.

Quelquefois, c’est ce qui m’arrive à l’intérieur de moi; je sais que Jésus me parle, je sais que la Trinité me parle, mais il reste que je suis encore dans ma volonté humaine.

Je veux m’abandonner dans le Seigneur, je veux le faire pour tous mes frères et mes sœurs, mais il y a des moments où j’ai comme la nostalgie de la famille.

Quelquefois, je voudrais retourner en arrière, je voudrais retourner avec ma famille telle comme elle était avant, mais je sais que je ne peux plus le faire parce que maintenant je sais.

Il m’a montré des choses, il m’a montré des mouvements, il m’a fait sentir des mouvements; même si je retournais en arrière, je ne pourrais pas oublier ce que j’ai vu, alors je ne suis plus la même.

Alors, il ne m’en prend peu pour me faire avancer; un petit mouvement de Jésus et houp, je suis prête à faire ce qu’il me demande.

Il a fallu au commencement que Jésus se répète, se répète et se répète.

Il m’a parlé assez pour que j’écrive sept livres et il m’a dit : «Plus que ça ma fille, plus que ça!» Tout ça pour m’amener là où je suis aujourd’hui.

Et savez vous ce qui m’a fait le plus avancer? C’est avec des "je t’aime".

Jésus ne cessait de me dire : «Je t’aime, aime-moi. Je veux que tu m’aimes, je veux que tu m’aimes pour ceux qui ne me le disent pas qu’ils m’aiment.»

Alors je disais : "Oui, je t’aime Jésus", mais ce n’était pas assez : il me montrait des enfants à l’intérieur de moi.

Je me rappelle, un jour, il voulait me demander quelque chose de l’abandon et je sentais que c’était de l’abandon très profond, alors j’ai comme eu un tout petit peu peur et j’ai dit : "Ah non, Jésus pas ça!"

Alors il m’a montré, il m’a montré des tout petits enfants de deux ans, trois ans qui souffraient; leurs souffrances étaient terribles; alors je n’ai pas hésité à donner mon oui.

C’est ainsi que sont ceux qui sont à l’intérieur de nous; je me suis attendrie sur les enfants de deux ans et de trois ans.

Ça, c’était au tout début; maintenant, je m’attendris sur les adultes.

Je m’attendris sur les homosexuels, je m’attendris sur les prostitués, je m’attendris sur ceux qui sont infidèles à leur sacrement du Mariage, envers les enfants qui quittent leurs parents pour vivre leur vie comme eux le veulent, parce que ce sont tous des enfants.

À l’intérieur d’eux, c’est comme des enfants de deux ans, trois ans qui, à ce moment là, ont perdu l’amour.

Quand on vient au monde, nous sommes l’amour, nous quittons l’Amour, nous sommes si près de l’Amour, c’est en vieillissant qu’on s’éloigne de l’Amour.

Comment mesurer le moment où ils ont quitté complètement l’Amour

pour entrer dans la souffrance?

Aujourd’hui, des adultes souffrent depuis leur très jeune âge, deux ans, un an, quelques mois, parce que Jésus parle d’eux comme s’ils étaient des enfants, parce que Jésus les aime tels qu’ils sont, parce qu’il les regarde avec ses yeux d’amour, parce qu’il sait ce qui se passe à l’intérieur d’eux depuis qu’ils sont venus en ce monde.

Jésus nous apprend à les regarder avec nos yeux, mais à l’intérieur de nous, plus avec nos yeux à l’extérieur de nous, parce que lorsque nous les regardons avec nos yeux à l’extérieur, ce qu’on voit : ce sont des personnes comme nous.

Comme nous, nous souffrons, comme nous, nous avons connu toutes sortes de souffrances depuis notre tendre enfance, alors nous les jugeons comme nous, nous sommes ;

        moi j’ai souffert, alors qu’ils souffrent à leur tour;

        moi j’ai passé à travers, qu’ils passent à travers;

        moi j’ai connu la souffrance et la souffrance ne fait pas mourir;

        moi j’ai connu ce qu’était pleurer, alors eux vont pleurer et ça les fera grandir.

Quelquefois le cœur nous serre, parce que nous savons qu’ils souffrent :

parce que nous avons souffert nous autres aussi : notre cœur aussi s’est serré pour nous.

C’est ainsi que nous regardons nos frères et nos sœurs du même âge que nous ou plus vieux;

mais lorsque nous regardons un bébé de quelques mois, lorsque nous regardons un enfant d’un an, de deux ans, de trois ans, de quatre ans, là ça devient différent pour nous : nous ne voulons pas qu’ils connaissent ce que nous avons connu.

Comment se fait-il que nous nous attendrissons sur un enfant qui souffre et aussitôt qu’ils ont dix-huit ans, ils sont rendus des adultes, la société ne les regarde plus comme des petits enfants?

C’est que nos yeux ont regardé ce monde et nous sommes devenus de ce monde : le petit enfant qui est à l’intérieur de nous n’est plus.

Nous regardons notre prochain avec ce que nous sommes à l’extérieur et le petit enfant à l’intérieur de nous pleure, il pleure sur lui-même : c’est chacun de nous.

Jésus parle à l’intérieur de nous pour que nous cessions de pleurer sur nous-mêmes.

Jésus nous dit : «Réveillez-vous! Allez vers l’enfant qui pleure à l’intérieur de vous et apprenez-lui à aimer; il veut être alimenté avec de l’amour.»

Nous avons à l’intérieur de nous tout ce qu’il nous faut pour être amour.

On nous a habitué à aller chercher de l’amour à l’extérieur et lorsqu’on ne trouvait pas de l’amour, on allait à l’extérieur se consoler.

Nous avons même été jusqu’à essayer de voler l’amour des autres pour nous nourrir.

Lorsqu’on vieillit, on cherche un compagnon ou une compagne pour avoir de l’amour et on lui demande de l’amour : on veut être aimé.

L’autre ne peut pas nous donner de l’amour puisqu’il n’a pas découvert l’amour à l’intérieur de lui.

Tant que nous n’irons pas à l’intérieur de nous pour aller puiser ce qu’il y a pour nous, on ne sera pas amour pour nous-mêmes.

Il y a une source qui coule à l’intérieur de nous : elle est nourrie de Jésus et c'est là qu’il faut aller.

Il faut aller à l’intérieur de nous.

Cela va prendre un certain temps afin que nous puissions nous nourrir de l’amour qui nous habite, puisque ça fait plusieurs années que nous manquons de nourriture;

alors il va falloir remplir ce manquement à l’intérieur de nous.

Alors Dieu dit : «Laissez coulez en vous l’amour. Abandonnez-vous. Même s’il y a des mouvements à l’extérieur de vous, ne vous préoccupez pas de cela parce qu’il va y avoir encore des mouvements à l’extérieur de vous :

        Vous allez devoir fermer vos oreilles à l’extérieur et vous occuper de ce qui se passe à l’intérieur de vous.

        Vous allez apprendre à avoir de la patience envers vous-mêmes.

        Vous allez apprendre à avoir des pardons envers vous-mêmes.»

Dieu dit que tout nous sera accordé à l’intérieur de nous.

Au commencement, lorsque j’ai commencé à découvrir l’amour de Jésus, à l’intérieur de moi il y avait des mouvements qui apparaissaient et que je ne connaissais pas.

C’est que j’acceptais de lui donner ma volonté humaine, et lui la prenait à tous les jours et il me faisait découvrir l’amour à l’intérieur de moi.

Alors, j’ai tranquillement cessé d’exiger de l’amour de mon mari; je le regardais, mais différemment.

Comme je découvrais ma faiblesse à l’intérieur de moi, comme je découvrais mon manque d’amour à l’intérieur de moi, Jésus m’apprenait que lui aussi avait des blessures en lui, lui aussi avait des manques d’amour à l’intérieur de lui.

Alors je ne pouvais plus lui demander de l’amour parce que plus que je découvrais que je manquais d’amour en moi et que je savais que lui aussi vivait ça, est-ce que je pouvais aller chercher de l’amour et exiger de l’amour de lui, alors qu’il était en manquement?

Alors, en découvrant cela, je venais de découvrir des blessures et Jésus me les guérissait.

Voyez-vous, je ne savais pas qu’à l’intérieur de moi il y avait autant de blessures, à cause du manque d’amour que j’avais depuis que j'étais venue au monde, mais Jésus, lui, le savait.

Alors, quand je lui donnais ma volonté humaine, quand je lui donnais mon oui, lui pouvait agir à l’intérieur de moi.

Jésus aime les enfants de Dieu et il respecte qui nous sommes, il ne nous forcera pas.

Tranquillement, avec des "je t’aime", il m’a appris à lui donner mes "oui" :

il réparait ce qu’il y avait de brisé à l’intérieur de moi;

alors, je regardais mon mari et j’aimais mon mari, mais différemment :

je l’aimais pour ce qu’il était et plus pour ce que je voulais qu’il soit.

J’apprenais à aimer l’être qu’il était dans tout ce qu’il représentait pour moi :

mon mari, l’être que Dieu avait choisi pour moi,  le père de mes enfants, et l’homme qu’il était.

Je n’exigeais plus de lui maintenant parce que je le respectais tel qu’il était;

je ne l’aimais plus avec ma volonté humaine, mais je l’aimais en Jésus,

et sans que je fasse aucun effort, lui, regardait tout ça et lui aussi me rendait cet amour.

Lorsque j’ai découvert cela, c’est en janvier 2001, et il est mort en mars 2001.

Ces semaines que j’ai vécues avec mon mari, dans toutes les années que j’ai eues, je n’ai jamais ressenti autant d’amour que j’ai ressenti à ces moments-là : tout en moi changeait.

Avec mes enfants aussi je changeais. J’aimais mes enfants, je les aimais trop d’ailleurs! parce que c’était un amour qui était possessif, et je voulais aussi contrôler leur vie parce que je ne voulais pas qu’ils fassent les mêmes erreurs que moi, parce que j’avais souffert d’un manque d’amour : ce manque d’amour était envers moi.

Alors, tranquillement, avec des "je t’aime" de Jésus, je regardais mes enfants différemment

et je les abandonnais continuellement à Jésus.

Lorsqu’on s’est marié, Maurice et moi, et qu’on a eu des enfants, savez-vous qu’on ne les faisait pas garder?

Une fois, je me rappelle, nous avons sorti ensemble et nous avons fait garder nos enfants et je m’étais ennuyée : et c’était seulement une soirée.

On disait, mon mari et moi : on vit pour nos enfants; on aime nos enfants, mais c’était de l’amour qui était contrôlé par notre volonté humaine.

Lorsque mes enfants ont quitté la maison pour se marier, ou quitté la maison pour habiter plus loin en dehors de chez moi, eh bien, mon mari et moi on s’est arrangé pour ne pas qu’ils aillent loin.

On faisait tout pour eux : on allait faire leur rénovation;  on voulait vraiment s’impliquer, mais pas trop, mais juste assez pour les avoir très près de nous : on les contrôlait.

C’était un amour possessif et, aujourd’hui, je suis ici très loin de mes enfants : je peux partir des semaines de temps sans les voir.

Je continue à les aimer, mais je fais confiance en Dieu; je sais que Dieu prend soin d’eux.

Il m’a enlevé cette inquiétude que j’avais pour mes enfants.

Je sais que quand je vais retourner à la maison, ils vont être là où Dieu veut qu’ils soient.

Voyez-vous que ma vie a changé? C’est ce que Dieu veut faire pour chacun de nous.

Il veut que nous devenions des êtres complets avec ce que nous sommes.

Nous ne serons complets qu’au moment où nous serons amour pour nous-mêmes.

Jésus a dit : «Aimez-vous les uns les autres comme je vous aime.»

Comment peut-on aimer les autres si on ne s’aime pas?

Dieu le Père est en le Fils et le Fils est en le Père.

Leur amour est si fort qu’ils ont créé la troisième Personne : le Saint-Esprit.

N’est-ce pas parce qu’ils s’aiment?

Dieu s’aime, alors nous devons être comme Dieu : nous devons nous aimer.

Alors nous aimerons notre prochain et nous aiderons notre prochain, mais pas avec notre volonté humaine, seulement qu’avec la Divine Volonté.

Jésus va changer la face de la terre avec l’amour.

L’arme qui va être contre la haine : c’est l’amour.

L’arme qui va être contre la guerre : c’est l’amour.

Nous voulons changer nos gouvernements, nous voulons changer notre façon de regarder la religion, mais cela, nous le faisons avec notre volonté humaine.

Alors, si nous continuons à faire cela, nous allons toujours être dans le même résultat que nous sommes aujourd’hui : un monde sans foi, un monde sans amour.

Alors, Jésus va bâtir son monde d’amour avec des enfants d’amour, c’est à nous de lui donner notre oui à tous les jours et c’est lui qui va faire le reste.

Nous n’avons pas à nous inquiéter pour nous-mêmes.

Si on s’aime, si on apprend à découvrir que nous sommes amour, alors prenons conscience que nous avons sorti de notre sein des enfants : ces enfants sont à Dieu; alors, ce sont des êtres d’amour tout comme nous.

Si nous commençons par nous-mêmes à nous aimer en Jésus, Jésus va le faire avec nos enfants et cela va lui prendre moins de temps que cela a pris pour nous-mêmes.

Souvenez-vous que Jésus a dit qu’il a commencé par les apôtres, après il a continué avec les chrétiens, après ça il a continué avec d’autres pour atteindre nous-mêmes.

Maintenant, nous sommes rendus à nous-mêmes pour nos enfants.

Alors, regardons le temps depuis le commencement jusqu’à aujourd’hui : il y a quand même plusieurs centaines, centaines, centaines et centaines d’années.

Tout ça, parce que la volonté humaine était entre la Volonté de Dieu et notre volonté.

Jésus dit : «Maintenant, je ne veux plus de votre volonté : donnez-moi votre volonté; alors, vous allez voir qu’en peu de temps je changerai la face de la terre.»

Si nous écoutons ces paroles et si nous croyons à ces paroles, c’est que nous avons déjà fait un pas : celui de consentir à lui faire confiance, de lui donner notre volonté humaine.

Jésus dit : «Maintenant, tu vas parler pour ce qui vient.»

Vous savez qu’il y a beaucoup de messagers, vous savez que Jésus parle depuis plusieurs années et qu’il envoie sa Mère un peu partout.

Ça fait plus de vingt-cinq ans, plus que cela que Maman Marie apparaît.

À Medjugorje, maintenant, Maman Marie ouvre les cœurs pour nous amener dans le Cœur de son Fils.

Maintenant, Jésus dit : «Laisse la place à celle qui a pris mon Cœur.»

La Vierge Marie : Enfants d’amour, vous êtes ici en présence de la Volonté de Dieu.

Apprenez, mes enfants, que tout est venu par la Volonté de Dieu.

Chacun de vous devez apprendre à vous abandonner.

Chacun de vous devez consentir à laisser votre volonté humaine entre les mains de mon Fils.

Vous êtes tous appelés à vous donner.

Donnez-vous pour vos frères, donnez-vous pour vos sœurs.

Ouvrez grand votre intérieur aux  grâces qui vous sont accordées.

Ces temps vous ont préparés à ce temps qui vient.

Un grand mouvement se fera voir bientôt et vous verrez la gloire de mon Fils.

Vous serez devant la Lumière et la Lumière vous prendra.

Tout à l’intérieur de vous, il y aura des mouvements : vous verrez votre vie.

Oh! enfants d’amour, écoutez la voix de l’appel de l’Amour!

Faites place aux grâces de Dieu à l’intérieur de vous!

Soyez bons pour vous-mêmes, soyez bons pour vos frères et vos sœurs.

Il y a parmi vous des enfants qui vont souffrir, il y a parmi vous des enfants qui vont connaître la fin.

Mon Fils, mon bien-aimé Dieu d’amour, va vivre sa Passion jusqu’à la fin par amour pour vous, car il va continuer à porter les enfants du non jusqu’à la fin.

Aimez mon Fils, adorez mon Enfant.

Soyez humbles devant la grandeur de l’amour de Dieu.

Soyez obéissants aux commandements de Dieu le Père.

Suivez bien les enseignements de mon Fils, cela est pour vous un règlement de vie.

Ne regardez pas les autres avec ce que vous êtes.

Mon Fils va travailler à l’intérieur de vous pour réparer toutes vos injustices.

Plus vous allez lui laisser de la place et plus vous allez trouver de la paix à l’intérieur de vous.

Mes enfants, votre Mère est auprès de vous; autour de vous, beaucoup d’anges sont en votre présence; les saints du ciel ne cessent d’intercéder pour chacun de vous.

Soyez humbles, soyez petits, vous êtes tous mes petits enfants; mon Cœur s’est laissé frapper par un glaive par amour pour vous.

La Mère de Dieu vous demande de vous aimer les uns les autres.

Soyez patients, mes enfants, car voici le temps que vous attendez, mais avant cela, il y a des mouvements inconnus de vous qui devront se faire connaître, car mon Fils a tout préparé pour vous.

Il est le Verbe et il fait la Volonté de son Père.

Acceptez les grâces du Ciel.

Elles sont pour vous et pour ceux que vous portez à l’intérieur de vous.

Mes enfants d’amour, recevez la bénédiction par mon prêtre, celui que mon Fils vous a envoyé.

Des grâces de lumière vous seront accordées, beaucoup d’enfants seront guéris.

La grâce de Dieu est au-dessus de tout ce que vous pouvez voir et concevoir.

 

Bénédiction du prêtre