Lancement du volume 1

Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Longueuil, Québec,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus

 

2002-08-16

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Je suis en présence de mon Dieu d’amour. Il me dit que je suis à lui et que vous êtes à lui.

 

Dieu le Père : Mes enfants d’amour, c’est moi votre Dieu qui parle par cette enfant, pour vous parler, pour vous adresser la parole, afin que vous sachiez que je suis en vous, que je vis en chacun de vous.

Je ne suis pas un fantôme, je ne suis pas un Dieu de papier : je suis vivant, je suis en vous, mes enfants. Regardez-vous, vous vous levez chaque matin, après avoir fait un sommeil agité, et vous vous rendez compte qu’à chaque matin il y a devant votre miroir : vous, mes enfants.

Je suis en vous; si vous êtes là, présents en face de ce reflet, c’est que moi, je l’ai voulu.

C’est moi qui vous ai choisis pour être ici sur cette terre.

Ce n’est pas vous, mes enfants, qui en êtes l’auteur par votre relation d’amour : c’est moi, l’Amour, par la relation de deux êtres d’amour, qui fais que vous soyez, vous, deux enfants qui s’aiment et mettent au monde un être d’amour; c’est par moi, c’est par ma puissance de mon Vouloir que cet enfant prend vie.

Je suis le Dieu de l’Amour, je suis la Vie.

Toute vie est pour vous un gage de ma présence en vous.

Réalisez qui vous êtes, d’où vous venez!

Vous avez beau, mes enfants, fonctionner dans ce monde qui vous apprend comment vous comporter;

quand vous êtes en désaccord avec vous-mêmes ou avec votre prochain, il n’en reste pas moins que vous êtes de moi, non sortis d’un monde de science.

Ce modernisme dans lequel vous vivez vous fait oublier l’essentiel de votre existence.

Vous êtes venus au monde, mes enfants, pour venir à votre Père :

celui qui vous a créés, celui qui vous a aimés, jusqu'à donner son propre Enfant :

son Fils d’amour.

Oui, mes enfants, je suis Dieu le Père, je suis présent ici avec vous, je suis en train de vous faire écouter ma Volonté : celle de vous faire réaliser que vous venez de moi.

Prenez, mes enfants, ce gage d’amour qui vous fait savoir que vous êtes de moi et que c’est vers moi qu’un jour vous viendrez.

Je vous montrerai mon amour pour chacun de vous.

Je vous dirai à chacun : «Toi à qui j’ai donné mon souffle, viens vers moi, approche-toi, ta place est ici avec moi.» Bien que plusieurs dans ce monde renient ma présence en eux, ils sont mes enfants; c’est moi qui les ai choisis.

Je les veux tous en moi, je veux leur donner mon amour éternel, je veux qu’ils soient en moi éternellement heureux comme vous auriez dû être.

Dès l’instant que j’ai formé Adam, mon fils de ma création, mon saint amour, je lui ai donné une partie de moi, je lui ai donné mon souffle d’amour, afin qu’il ait la vie en lui.

Et vous, mes enfants, qui êtes des enfants du souffle de mon amour, vous êtes, pour moi, les mêmes enfants qui sont sortis de mon saint enfant d’amour.

Vous êtes sortis d’une génération d’amour, et vous refusez de reconnaître de qui vous venez, pourquoi vous êtes ici.

À quoi servent vos connaissances, mes enfants, si vous ne savez même pas que vous venez de moi?

Et c’est à cause de vos manies de vouloir vous prendre pour des petits dieux que vous ne vous rendez pas compte que vous vivez indépendamment de l’Être d’amour qui vous a créés, qui vous a tout donné, qui vous a tout offert afin que vous soyez dans l’amour. Vous voulez vivre de votre liberté; vous voulez atteindre un but : celui de réussir votre vie, afin de vous dire un jour : "Me voilà arrivé au sommet de ma vie, avec tout ce que j’ai accumulé".

Je veux vous montrer, mes enfants, que votre bien matériel, que votre portefeuille, n’est pas le sommet de votre vie.

Il y a vous!

C’est vous, mes enfants, qui devez prendre en considération votre vie, celle qui va être éternelle, elle ne s’achèvera pas le jour où votre cœur cessera de battre : votre vie, mes enfants, ne meurt pas! Mais, il y a en vous un acte d’amour que vous devez prendre en considération : celui de choisir la vie que vous voulez pour l’éternité.

C’est votre oui à l’Amour qui fera que vous allez connaître un bonheur éternel ou, mes enfants, un malheur qui fera de vous des êtres conditionnels à l’Amour. Oui, mes enfants d’amour, vous aurez beau penser que votre monde est trop évolué, trop performant dans tout ce qu’il a inventé pour se montrer meilleur que moi, l’Amour : il en est que l’enfer existe.

Vous avez peur pour certains d’entre vous de parler de cette réalité.

Vous pouvez ne pas le prononcer, mais il existe.

Il n’est pas sur cette terre, il a son lieu, là où tout n’est que souffrance. Mes enfants, moi, votre Père, je vous parle en tant que Papa d’amour.

Est-ce qu’un père peut laisser son enfant dans l’ignorance en le laissant vivre sa vie, sans lui montrer le danger qu’il court s’il se conduit mal?

Un papa n’est pas ainsi.

Je suis votre Papa d’amour, je vous aime.

Je veux prendre soin de chacun de vous.

Vivre dans l’ignorance, c’est marcher sur un fil de fer au-dessus d’un précipice.

Oui, mes enfants, je vous aime trop! Je veux vous prendre dans mes bras, je veux vous dire : «Je t’aime. Viens, viens apprendre que Papa t’aime, qu’il veut t’avoir avec lui pour l’éternité.» Mais vous, petits enfants d’amour, êtes-vous prêts à écouter en vous ces paroles d’amour que je dépose à chaque jour?

Pas un seul instant, je ne vous quitte; pas un seul instant, je vous laisse sans prendre soin de chacun de vous.

C’est vous qui m’ignorez, c’est vous qui ne voulez pas écouter ma voix qui crie en vous.

Vous vous engourdissez avec votre quotidien.

Il est normal de travailler; il est normal aussi de prendre du plaisir avec vos amis; il est normal de consommer de la nourriture, de vous reposer après une journée de labeur.

Est-ce normal, mes enfants, d’ignorer que moi, votre Père, j’ai fait en sorte de vous donner des yeux pour regarder la beauté, des oreilles pour entendre mes chants d’amour, des mains pour subvenir à votre quotidien et des jambes, mes enfants, pour vous mener vers ceux que vous aimez? Vous ignorez que tout vient de moi. C’est moi qui vous procure ce que vous mangez, c’est moi qui vous donne de la nourriture pour rassasier votre faim.

Je prends soin de chacun de vous, c’est vous qui ne prenez pas soin de vous.

Vous ne m’accordez même pas un seul instant de votre journée pour me dire : "Merci, Papa d’amour, parce que, toi, tu sais ce qui me convient. Je n’ai pas toujours été à la hauteur de ce que tu attends de moi".

Tu m’oublies parce que tu es trop épris de toi-même; moi, ton Papa d’amour, je t’aime comme tu es; je connais tous tes défauts; je connais aussi ta tendresse cachée, tes élans d’amour retenus, tes mots qui ne sortent pas parce que tu ne sais pas s'ils seront acceptés de ton prochain; je sais que tu as peur de l’avenir; je sais que tu veux réussir à tout prix, même au détriment de ta vie intérieure.

Mais moi, je fais en sorte de déposer en toi mes élans d’amour pour que tu te reconnaisses comme mon enfant.

Même si tu m’oublies durant ta journée, je suis toujours là, près de toi : je ne t’ai jamais quitté.

C’est pour vous, mes enfants ce langage d’amour et c’est pour tous ceux que vous portez, en ce moment, à l’intérieur de vous.

Je suis la Vie, je suis Vivant; la vie est en vous, et chacun de vous portez tous mes enfants; ce sont vos frères et ce sont vos sœurs, et je passe, en ce moment, par vous pour leur parler.

Même, mes enfants, si vous ne réalisez pas que vous faites un acte d’amour en ce moment, vous êtes dans ce mouvement d’amour; il sort de vous mon amour pour aller vers mes enfants, car je suis en vous, je vis en vous; je suis le Semeur qui sème l’amour.

Il est vrai, mes enfants, qu’à l’intérieur de vous : il y en aura qui prendront cette semence et la donneront aux oiseaux; il y en a aussi qui la prendront pour acquis, et l’oublieront; il y en a qui accepteront cette semence, ils la prendront pour eux en négligeant de la faire fructifier, ils continueront leur vie en ne prenant pas garde de ceux qui leur diront : "Qu’est-ce que tu fais, tu pries? Pourquoi? À quoi cela te sert? Tu parles dans le vide, ça n’existe même pas, ce sont de racontars, on a inventé ça pour nous manipuler. Regarde autour de toi, il y a la vie, ça bouge. Viens, oublie tout ça, viens t’amuser avec nous. C’est trop ennuyant la prière, c’est trop plate et c’est bon pour les vieux, pas pour nous et même les vieux n’en veulent même plus, alors perds pas ton temps à prier."

Voilà, mes enfants, et je ne vous dis pas combien de ces enfants font le mal et, pourtant, ils savent que l’amour est en Dieu, même s’ils croient que Dieu est sévère, ils sont conscients qu’il a donné son Fils parce qu’il aime!

Alors, ces enfants qui entendent ces propos perdent la foi : ils ne croient plus que Dieu veut les sauver; ils se prennent pour des enfants qui sont libres de faire ce qu’ils veulent; la sexualité est pour eux un dogme; l’argent est rendu l’essentiel de leur bonheur; ils ont en eux tant de connaissances qu’ils n’ont pas besoin de venir à leur Dieu Amour pour obtenir des faveurs :

ils ont perdu la foi.

Mes enfants, c’est votre monde, je parle de ceux qui vivent dans ce siècle. Il n’y a plus d’amour en ceux que vous portez et certains de vous ne savez même pas que vous avez cette force d’amour qui peut rendre votre vie plus agréable. Mes enfants, il faut, pour l'éveiller, prendre conscience que vous avez l’amour en vous.

L’amour est pour vous, pour tous ceux que vous portez, car voici le Semeur qui vient semer dans sa terre.

Cette semence sera comme un épi de blé qui se dressera vers le Ciel.

Il y aura une brise qui fera qu’elle ne sèchera pas.

Il y aura l’eau qui l’alimentera, elle sera l’eau de la Source d’amour qui vient de mon Fils.

Ces racines, mes enfants, seront fortes, profondes, car je les nourrirai de mon amour.

Cet épi de blé fera la joie de ceux qui le regardera.

Il y aura l’amour qui apportera la force dans sa tige.

Elle sera de moi, Dieu d’amour.

Mes enfants, je parle de vous, de chacun de vous : cette semence, c’est vous! Vous serez dans ma Terre Nouvelle : belle comme une jeune mariée, toute resplendissante pour son Époux, et ses jours seront éternels.

Mes enfants d’amour, ce temps est pour chacun de vous. Réalisez que vous êtes mes choisis, les enfants de Dieu, les enfants de l’Amour. J’ai annoncé par la voix de l’Amour, mon Fils, qui est venu vous dire : «Quand viendra le temps où tout ne sera qu’amour, je ferai en chacun des enfants choisis des merveilles. Il y aura le bonheur en eux, car ces enfants seront les élus de Dieu.» Mon Fils d’amour vous a fait connaître ma Volonté; maintenant, mes enfants, c’est à vous que revient le choix : si vous voulez vous laisser nourrir par l’Amour.

Si vous, mes enfants, vous n’êtes pas prêts à renoncer à vos péchés, moi, Dieu de miséricorde, je vous supplie, demandez-moi les grâces nécessaires pour vous venir en aide; c’est moi l’Amour qui va vous aider.

Je ne veux pas vous condamner : vous êtes si ignorants de qui vous venez, je veux vous donner des grâces qui vous aideront à vous reconnaître amour. Pour tous ceux qui ont prononcé leur oui d’amour, je veux, mes enfants, que vous me demandiez de vous remplir de grâces d’amour pour tous ceux que vous portez en vous : pour ces petits enfants, il y aura de l’amour.

Vous avez ce devoir d’amour envers ceux que vous avez en vous!

Ne soyez pas avares de vos demandes; demandez-moi, mes enfants, demandez-moi des grâces pour eux.

Vous, petits enfants de l’Amour, que j’aime combler.

Soyez soumis à ma Volonté en ne négligeant pas de vous donner des grâces d’amour en abondance : en me demandant à chaque jour : "Papa d’amour, je sais que ma journée va être remplie de mon quotidien, mais je prends cet instant pour te demander de me remplir de grâces d’amour et fais que je puisse bien les utiliser; tu sais comment je suis petit, comment je suis incapable par moi-même, mais toi, toi qui es le Créateur, toi qui m’as fait, tu me connais, tu connais tout ce qui me convient : alors je m’abandonne entre tes mains. Merci, Papa d’amour."

Vous, mes saints fils d’amour, mes saints prêtres : mon Moi, je vous demande, par ma puissance, par la Volonté de mon Être, de vous accomplir dans votre mission d’amour.

Vous avez entre les mains ma Semence d'amour.

Quand vous consacrez le pain de la vie, quand vous consacrez le vin de la vie, vous faites venir mon Fils entre vos mains pour le donner en nourriture à mes enfants; cette Nourriture est celle qui fera de mes enfants : un épi d’amour qui sera planté dans ma Nouvelle Terre. Mes fils, mes saints fils, vous avez ce pouvoir entre les mains.

Rendez à mes enfants l’amour que moi, votre Père, la Puissance, l’Éternel, je vous accorde.

C’est moi qui vous donne mon Fils, donnez à mes enfants l’Amour.

Mes saints fils, par la Toute-Puissance, au nom de l’Amour, je mets entre vos mains cette assistance, (les enfants de Dieu) afin qu’ils reçoivent des grâces d’amour en abondance pour qu’ils sachent que je les aime. Amen.