Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Métabetchouan, Québec,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus.

 

2004-10-13  -  P.M.

 

Jésus : Dieu vit en chacun de vous, Dieu veut faire entendre à vos oreilles ce qu’il dit en vous.

La puissance du Saint-Esprit est sur vous, elle vous ouvre grand votre intérieur à l’appel de votre Dieu.

Tout ce que vous êtes est l’œuvre de Dieu; voilà pourquoi, aujourd’hui même, chacun de vous êtes ici pour apprendre à reconnaître l’œuvre de Dieu.

Dieu vous a créés, Dieu a fait de vous des êtres qui deviez vous donner les uns aux autres pour mieux comprendre l’amour de Dieu.

Il n’y a seulement que dans l’amour que vous allez vraiment reconnaître l’œuvre de Dieu.

Lorsque vous apprenez à vous soutenir les uns les autres, lorsque vous apprenez à vous aimer les uns les autres, là seulement vous pouvez entrer dans l’amour divin de Dieu, là seulement vous pouvez voir ce que Dieu fait pour vous : vous pouvez entendre ce que Dieu veut que vous entendiez.

Il n’y a pas de plus grand bonheur que de se donner, alors ceux qui se retiennent, ceux qui ne veulent pas écouter ne peuvent percevoir l'agir de Dieu; ils mettent un barrage à ce que Dieu veut pour eux, et rien ne passe.

Se donner à Dieu, c'est accepter tout ce qui vient de Dieu, là seulement l'amour se fait voir; mais vouloir régenter soi-même sa vie, c'est dire à Dieu que ce qu'il fait n'est pas pour soi ni pour les autres.

C'est à chaque instant qu'il faut accepter tout ce qui vient de Dieu, car lorsqu'on croit que l'agir de Dieu a son temps : cela limite l'agir de Dieu, car Dieu agit en tout temps.

Il faut être à l'écoute de son intérieur pour voir et entendre ce que Dieu veut.

"Il n'y a pas de plus grand amour que de se donner pour ceux qu'on aime" : comment peut-on dire ces paroles si, soi-même, on se restreint devant l’agir de Dieu? N'est-ce pas Dieu qui alimente l'amour? C'est Dieu, l'Amour.

Aimer c'est avant tout découvrir l'abandon en Dieu, cela est amour et l’Amour est chacun de vous.

Dieu le Père est en le Fils, Dieu le Fils est en le Père et le Saint-Esprit est en le Père et le Fils, ils ne peuvent se séparer, ils sont trois en un : c'est l'Amour.

Vous ne pouvez pas vous séparer les uns les autres; ceux qui se disent être en Dieu et se séparent de leurs frères et de leurs sœurs ne font pas ce que Dieu attend d’eux; l’amour du prochain, c’est ce que Jésus vous a enseigné dans son Évangile; soyez enfants de Dieu et accueillez ces paroles, elles vont vous faire grandir dans l’amour de votre prochain, mais Dieu ne peut restreindre ses enfants à accueillir.

Dieu ne peut aussi commander à ses enfants, qui ont un besoin d’amour en eux, de ne pas aller remplir ce besoin, cela n’est pas de Dieu : Dieu ne cesse de vous démontrer le droit chemin.

Dieu est une source de lumière : la lumière doit briller, elle ne doit pas être enfermée; la lumière est libre, la lumière a besoin d’éclairer là où elle veut pour nourrir, alimenter, réchauffer : la Lumière est Dieu.

Dieu ne prive aucun enfant.

Dieu ne peut demander à un enfant d’aller vers la lumière en utilisant la force, c’est à vous de choisir : soyez dans la Lumière.

Si, à l’instant, vous vous apercevez que le mal se réveille en vous, cela vous indique que ce n’est pas de Dieu; demeurez dans la paix et dans la joie; soyez rayonnants; donnez-vous les uns les autres, c’est la charité : c’est ainsi que vous devez être afin de donner à votre prochain.

Vous vous mettez des barrières lorsque vous ne vous donnez pas avec amour; vous devez être des exemples d’amour, d’unité, d’harmonie : vous devez être des modèles à suivre.

Il ne faut pas couper la grâce, quand la grâce passe, il faut vous y plonger.

L’humilité est une grâce essentielle à l’enfant de Dieu; il faut demeurer humble, petit; demeurer humble et petit ne veut pas dire vous replier sur vous-mêmes, mais de donner ce que vous êtes, avec amour, sans orgueil, parce que Dieu vous a nourris de son amour, et ce qu’il vous a donné est aussi pour votre prochain.

Oh! enfants d’amour, vous êtes à l’école de l’amour, Dieu est le Professeur; c’est l’Esprit d’amour qui vous parle en ce moment, l’Esprit de lumière, l’Esprit de vérité : tout en moi n’est que justice.

Vous vous laissez plonger dans ses grâces en ce moment même, vous sentez en vous que Dieu vous prend tranquillement pour vous amener vers le droit chemin : celui qui va vous amener vers le bonheur éternel, un bonheur qui ne cessera jamais.

Vous serez tous des enfants faits d’amour qui partagent, qui ne font pas souffrir le voisin, qui veulent tout faire pour que l’autre soit heureux, car être en service pour l’autre : c’est être amour pour soi-même.

Dieu le Fils est venu sur la terre pour vous montrer comment servir votre prochain, comment aimer votre prochain, comment aller vers votre prochain.

Dieu le Fils a été un tout dans votre vie.

Mourir en Jésus, c’est vivre, c’est découvrir l’abandon, le don de soi : c’est là la paix, la joie; et lorsqu’on est en paix et en joie, on ne craint pas d’être diminué, on ne craint pas d’être isolé; parce que Dieu se fait sentir, on ne se sent jamais seul.

Dieu veut vous apprendre, mes amours, à vivre en enfants de Dieu car moi, je vous dis que sur la Terre Nouvelle, il n’y aura plus jamais de clôture qui vous empêchera de regarder votre prochain.

Vous vous respecterez, vous respecterez la liberté de l’autre; vous regarderez votre prochain comme étant vous-mêmes; vous apprendrez à aller vers lui pour lui donner de l’amour qui sortira de vous, et lui vous donnera à son tour de l’amour : tout ne sera qu’harmonie, que partage.

Enfants d’amour, ces paroles sont pour vous, c’est un baume sur vos blessures; ces paroles sortent directement dans votre cœur, car chacun de vous aviez connu ces paroles avant même que je vous les dise, mais vous avez, par votre volonté humaine, été aveugles et sourds à mes demandes.

Tout ce que vous êtes ne peut plus être ignoré de vous-mêmes.

Tout ce que Dieu veut faire pour vous, c’est de vous faire découvrir qui vous êtes : vous êtes l’œuvre de mon Père, vous êtes l’œuvre de Dieu, vous êtes l’œuvre d’un Tout d’amour.

Écoutez ce que le Fils veut vous dire : Quand je suis venu sur la terre, j’ai vu les divisions, j’ai vu les révoltes, j’ai vu les manques de pardon, j’ai vu les maladies; on accusait les enfants de Dieu d’être la cause de ces souffrances, et Dieu leur a démontré que c’était le péché, pas eux-mêmes.

Moi, le Fils de Dieu, j’ai marché auprès d’eux, j’ai guéri, j’ai consolé pour démontrer que mon Père est l’Amour.

Ils ont vu en moi un homme fait de la Volonté de Dieu; ils ont vu en moi un homme rempli d’amour de Dieu pour eux; ils ont vu un homme respectueux dans ce qu’ils étaient; ils ont vu un homme prendre la défense du pauvre; ils ont vu un homme consoler la veuve; ils ont vu un homme prendre une croix; ils ont vu un homme acceptant les insultes, ne se défendant pas, avançant, se relevant, et continuant à avancer dans la souffrance; ils ont vu un homme déchiré par les coups de fouet, ruisselant sous son sang; ils ont vu un homme cloué à la Croix et priant pour eux; ils ont vu un homme criant vers Dieu le Père, et certains d’entre eux ont reconnu le Sauveur des hommes.

Un monde nouveau s’ouvrait à eux.

Un monde plein d’espérance commençait à croire que le Royaume de Dieu était pour eux; ils ont avancé parmi d’autres hommes qui, eux, refusaient de croire.

Ces hommes qui croyaient ont été martyrisés, ont été tués; d’autres hommes sont venus après eux et ils ont continué à avancer dans l’amour qu’ils venaient de découvrir.

Il y a eu d’autres hommes et d’autres hommes, et une multitude ont cru en le Messie, celui qui s’est laissé crucifier, car ils portaient la marque de l’amour autour de leur cou :

ils devenaient eux-mêmes une croix, une croix d’amour pour leurs frères et leurs sœurs, car l’amour se répandait et l’Église devenait de plus en plus forte, car ces hommes et ces femmes, et ces enfants, étaient devenus membres de l’Église.

L’Église aujourd’hui est la même, elle n’a pas changé.

L’Église, ce sont des hommes et des femmes, et des enfants : membres de l’Église; mais le péché, le péché est devenu pour eux comme un ami.

Dans l’Église de Dieu, on accepte le péché; dans l’Église de Dieu, le péché a pris une place et beaucoup d’hommes et de femmes, et le nombre est si nombreux, ne veulent plus voir le péché : ils sont redevenus aveugles et sourds.

Dieu parle en vos cœurs pour vous demander de soutenir les enfants de Dieu, les membres de l’Église; ils devront, un jour où mon Père le choisira, accepter à nouveau de voir et d’entendre : tous, ils seront devant la Lumière.

Cette Lumière est en vous, cette Lumière n’est pas sortie de vous car Jésus, qui est venu sur la terre, est la Lumière : je vous habite.

Je suis la Lumière et ceux qui demeurent humbles voient la Lumière.

Vous n’êtes pas seuls, je vous parle pour vous consoler, vous qui avez de la peine parce que vous voyez des gens qui perdent la lumière; parce que vous avez vu aussi vos enfants refuser la lumière, la lumière va luire en eux, comme elle luit en ce moment même à l’intérieur de vous : aucun de vous ne peut être en la Lumière que si la lumière brille pour vous.

Demeurez humbles, toujours; demandez à ma Mère sa protection afin que vous soyez toujours humbles, petits, là, vous serez protégés contre la tentation de vous conduire mal envers votre prochain.

Ces paroles sont des paroles voulues de Dieu le Père pour vous, car il connaît vos souffrances; Dieu le Père sait que vous avez besoin de paroles d’amour pour vous afin de soigner vos blessures et aussi afin d’aider ceux qui ne sont pas dans la lumière.

Dieu est pour vous un Médecin d’amour; lui seul saura vous faire comprendre combien il est bon de mourir dans l’Amour.

Dieu est tout et vous êtes en ce tout : demeurez petits.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Dieu nous a parlé avec des grâces, Dieu veut nous faire comprendre là où nous devons être.

Il n’est pas toujours évident d’accepter cela, mais avec les grâces de Dieu, cela se fait tout seul; on n’a pas à mettre des efforts, car Dieu lui-même fait tout pour nous.

Ce qu’il a besoin, c’est notre oui : un oui d’enfant, un oui simple, et Dieu fait tout pour nous.

Il nous demande d’être humbles.

Il veut que nous puissions comprendre ce qui se passe à l’intérieur de nous et aussi, il veut ouvrir nos yeux, pas avec ce que nous voyons à l’extérieur, mais d’après ce que nous sommes en nous.

Plus nous allons devenir humbles et petits et plus nos yeux vont voir, car la lumière est à l’intérieur de nous, elle n’est pas à l’extérieur de nous.

Si nous voulons regarder, si nous voulons comprendre avec ce que nous avons connu, avec ce que nous savons : eh bien, nous allons demeurer encore aveugles, car nous ne sommes pas la Lumière.

La Lumière ne brille pas à l’extérieur de nous, elle brille en nous la Lumière : c’est Jésus la Lumière.

Jésus lui-même se donne à la communion, Jésus lui-même nous prend : il nous fait entrer en lui au moment de la communion.

C’est un sacrement, ce n’est pas une simple hostie que nous, nous prenons, que nous avalons en disant : c’est Jésus.

Le sacrement de l’Eucharistie est lumière.

C’est Jésus lui-même qui se présente à nous, c’est Jésus lui-même qui nous prend : il nous fait entrer en lui, nous entrons dans la Lumière.

Lorsque nous entrons dans la Lumière, là nous commençons à voir, car la Lumière est vérité; la Lumière n’est que pureté, alors nous commençons à comprendre : là, nous pouvons entendre la vérité.

Lorsque quelque chose qui vient de l’extérieur et qui atteint notre intérieur, avec ce que nous sommes en la Lumière, nous commençons à entendre la vérité : nous ne pouvons pas nous tromper parce que c’est Jésus lui-même qui nous fait entendre, car nous sommes en lui.

Si nous nous gardons à l’extérieur et qu’un enfant parle, comment pouvons-nous dire que cela est vrai ou que cela est faux, car nous sommes trop humains pour savoir où est la vérité.

Il faut laisser tout à Dieu, c’est Jésus la Lumière et c’est lui qui va nous faire entendre la vérité en nous.

Les paroles vont pénétrer en nous et c’est la Lumière qui va nous faire comprendre la vérité, et si ce n’est pas vérité, la Lumière va nous faire comprendre que ce n’est pas vrai, car la Lumière est Dieu, et c’est avec les grâces que cela va se faire.

Nous allons en même temps recevoir des grâces d’amour pour notre prochain, car lorsque nous aurons compris que ce qu’il a dit n’est pas la vérité, nous allons continuer à l’aimer avec les grâces de Dieu, nous allons le donner à Dieu : ça, c’est Dieu.

Il n’y a que Dieu qui puisse nous donner des grâces d’amour

pour qu’on puisse continuer à aimer notre prochain.

Jésus nous a dit : «Aime ton ennemi.» Combien de fois nous avons eu de la difficulté à comprendre : "Comment est-ce que je peux aimer mon ennemi, alors qu’il vient de parler contre moi, alors qu’il vient de parler contre mon enfant?"

Tout cela, c’est parce que nous l’avons analysé avec notre tête, avec notre volonté humaine qui est tant blessée, et nous n’avons pas pu aimer notre ennemi.

Mais Dieu, lui, veut que nous entrions en nous, il veut nous faire comprendre que ce que nous venons d’entendre, et qui est blessant, doit être soigné à l’instant où nous l’entendons; des grâces d’amour vont nous être données, nous allons lui donner par le fait même la personne qui nous a fait souffrir : tout sera amour et c’est là qu’on va aimer notre prochain, et c’est à travers Dieu : Dieu, lui, a porté la Croix, Dieu a aimé la Croix, et c’est Dieu qui va nous faire aimer nos ennemis.

Parce que Dieu, lui, voit l’enfant qu’il est, il voit l’œuvre de son Père; nous, ce que nous voyons en notre prochain, c’est un adversaire bien souvent, c’est quelqu’un qui nous fait mal et qui réveille en nous des sentiments comme la colère, la jalousie, l’envie : tout cela se réveille parce que nous voyons et entendons une personne qui veut nous atteindre.

Voilà ce que Dieu veut pour nous : il veut nous donner le bonheur en nous.

Le bonheur est en nous, les grâces sont en nous : les grâces de lumière, et c’est Jésus qui va se charger lui-même de nous faire aimer nos ennemis.

Parce que nous disons ennemis : notre mari, notre épouse, nos voisins, nos sœurs et nos frères : nous n’aimons pas qu’ils viennent jouer dans notre cour, hein? Nous avons souvent dit : «Tes bébelles et dans ta cour. Viens pas jouer dans ma cour.»

Nous sommes prêts à la défendre avec nos poings, alors que Jésus, lui, nous a donné cette cour mais lui, il n’a pas mis de clôture :

Dieu utilise des mots pour nous faire comprendre nos petites erreurs.

Il est plein d’amour, il ne veut pas nous écraser comme nous, nous faisons souvent lorsque nous nous sentons écrasés : œil pour œil, dent pour dent.

Dieu n’est pas comme ça, Dieu est plein de tendresse et de patience; mais c’est normal puisque Dieu, c’est la Lumière et que Dieu voit à l’intérieur de nous.

Dieu est parfait, Dieu est le Tout alors que nous, nous sommes rien; alors Dieu nous prend comme nous sommes : ce petit rien qui fait mal à un autre petit rien, mais dont la douleur peut être si immense que cela va nous empêcher d’aller vers le Royaume de Dieu.

On ne peut pas entrer dans le Royaume de Dieu avec de l’impureté :

une impureté négligée devient une immensité de taches.

Nous sommes aveuglés par le mal que nous faisons, nous devenons aveugles; lorsque nous devenons aveugles, on ne voit rien; on ne voit pas devant nous, on ne voit pas ce qu’il y a à l’extérieur de nous, que ce soit dans l’infini ou que ce soit juste le bout de notre nez : on ne voit rien. 

Voyez-vous (qui est) ce petit rien que nous sommes? Mais comme nous pouvons, avec ce que nous sommes, détruire tout ce que Dieu veut nous donner, Dieu veut nous donner tout ce que nous voyons avec son amour : c’est l’infinité.

L’infinité ne se mesure pas.

Il veut nous donner tout ce qu’il a reçu de son Père, parce qu’il faut passer par le Fils pour aller à son Père, alors le Fils s’est engagé à tout nous donner pour qu'on ait la vie éternelle; alors, il nous dit : «Petit rien, laisse-moi t'envelopper de ma lumière afin que tu cesses de trébucher, afin que tu cesses de frapper ton prochain. Tu es tellement aveugle que tu ne sais pas où tu t’en vas, alors prends-toi en main et donne-moi simplement qui tu es, et moi je vais te porter.» 

On doit prendre ce petit rien que nous sommes et le donner à Jésus, c’est simple : c’est tout simplement dire oui à Jésus et lui faire confiance, et lui va tout faire : il va nous faire avancer, et si nous retombons encore dans l’aveuglement, eh bien, Dieu va nous reprendre parce que Dieu sait que nous allons encore tomber.

Il ne s’est pas découragé Jésus lorsqu'il a pris la Croix, lui il a tombé trois fois et il est monté jusqu’au Calvaire, mais n’oubliez pas que Dieu est Dieu; ce trois fois peut-il se mesurer en tant que l’être d’amour qu’il était? L’amour est infini, l’amour de Dieu ne se mesure pas, ne se compte pas.

L’amour de Dieu est, alors que nous, qui sommes humains, nous comptons toutes les fois que notre voisin nous a insultés; une seule faute, quelquefois, suffit pour le bouder pendant dix, quinze, puis vingt ans et, quelquefois jusqu’à la mort; nous, nous avons de la difficulté (à pardonner).

Ce petit rien que nous sommes n’oublie pas une seule faute, ne pardonne pas une seule faute; voyez-vous, ce petit rien que nous sommes, il en prend de la place dans notre vie. 

Mais Jésus, il dit : «Parce que tu n’es rien et que tu ne vois pas, viens; moi je te montrerai qui tu es lorsque tu n’es pas amour, et je vais envelopper ton petit rien avec mon amour : je vais l’envelopper de mes grâces afin qu’il ne se blesse pas trop.»

Parce que ce petit rien que nous sommes lorsque nous allons être dans la lumière, nous allons nous voir et, comme nous sommes petits, nous allons nous juger très sévèrement; alors Jésus va nous envelopper de grâces d’amour : pour que ce petit rien reprenne sa place en Jésus, pour qu’il devienne un tout en Jésus.

Et Jésus est prêt à le faire à chaque fois que nous nous conduisons mal; à chaque fois que nous nous apercevons que nous avons jugé notre prochain, que nous n’avons pas aimé notre ennemi : à chaque fois Jésus va le faire.

Il nous a donné la plus grande preuve d’amour, c’est celle de sa Vie.

On ne pouvait pas avoir une plus belle preuve d’amour que celle-là, il nous a donné sa Vie pour que nous puissions devenir un tout en son Tout : il a payé de sa Vie notre vie.

Il veut que nous puissions nous reconnaître tels que nous sommes avec ses grâces d’amour;

il veut que lorsque nous nous apercevons que notre sœur ou notre frère n’est pas dans la vérité, on puisse le donner à Jésus parce qu’il ne peut pas se voir, lui : il est aveugle/elle est aveugle.

Aveuglés par la poussière, ils ne peuvent plus voir, suivre les lois de Dieu et les enseignements de Dieu. Dieu, il dit : «Tenez-vous bon parce qu’un grand vent vient bientôt et ce vent fera soulever la poussière qui est tombée sur vous, ce vent va vous mettre à nu.

Tout ce que vous avez accumulé comme mauvaises manies, comme blessures aussi, qui vous ont rendus aveugles et sourds, sera bientôt enlevé; vous vous verrez tels que vous êtes, rien ne pourra être caché, car ce vent est un vent d’amour : c’est la justice d’amour.»

Personne ne pourra y échapper.

Alors, il dit : «Mieux vaut, mes enfants, commencer tout de suite. Laissez-vous épousseter, par moi, tranquillement; cela fait beaucoup moins mal que lorsque viendra le premier grand jugement; et parce que vous avez accepté de vous laisser épousseter, n’oubliez pas ceux qui sont en vous qui ont besoin de grâces, afin qu’ils ne puissent pas se faire trop mal, car ils auront besoin de ma force pour passer à travers de ce grand ménage.»

Dieu dit : «Maintenant, ma fille, dis merci.» Merci.