Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Montréal, Québec,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus.

 

2004-07-03 - P.M.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Jésus dicte chaque geste que je dois poser, il est la Présence.

Jésus est la Voie, il envahit tout mon être afin que je puisse totalement m'abandonner en son Église : Jésus est l'Église.

Jésus nous fait connaître notre place parmi ceux que nous aimons; nous devons apprendre à choisir aussi où nous voulons être.

Jésus ne nous oblige pas, Jésus respecte notre liberté.

C'est avec amour qu'il veut nous guider; c'est à nous-mêmes d'accepter son amour afin que nous puissions comprendre qu'à chaque jour nous sommes entre ses mains.

À chaque jour, lorsqu'on se lève le matin, nous devons offrir notre journée à Jésus; nous devons aussi consentir à faire notre journée en Jésus.

Si nous partons travailler en ne donnant pas notre vie afin de mourir en lui, Jésus, c'est nous-mêmes qui allons faire notre journée et lui va demeurer en nous, en notre présence;

mais parce que nous ne lui aurons pas donné notre vie afin qu'il puisse vivre notre journée, nous, nous allons travailler avec ce que nous sommes.

Dieu veut plus que cela pour chacun de nous : Dieu veut nous combler de ses grâces d'amour, Dieu veut prendre notre vie et la vivre.

Voilà ce qu'est mourir en Jésus : ne pas chercher à comprendre mais à s'abandonner,

ne pas chercher à accomplir mais à s'abandonner.

C'est Jésus, lui-même, qui va tout faire pour nous : il va penser pour nous, il va regarder pour nous, il va écouter pour nous, et il va faire des actions pour nous.

Lorsque nous découvrons que nous sommes fatigués, nous devons donner cela à Jésus et lui dire : "Voici, Jésus, ma fatigue; donne-moi des grâces afin que je puisse m'accomplir".

Alors Jésus va prendre notre fatigue et il va nous donner des grâces, des grâces de force.

Nous allons continuer à ressentir cette fatigue, mais nous allons la ressentir avec des grâces de Jésus : c'est lui qui va porter le plus gros de notre fatigue.

C'est ce qu'il veut nous faire découvrir; il veut que nous vivions notre purification.

Lorsque nous acceptons de mourir en Jésus-Christ, nous acceptons de lui donner notre vie, mais avec ce que nous avons fait, avec ce que nous sommes et avec ce que nous serons.

Nous avons commis des péchés dans notre passé, et ces péchés sont en nous; (ceux qui ont été confessés) ils ont été pardonnés, ils ont reçu des grâces sanctifiantes; mais notre corps, lui, a connu nos péchés, et notre corps connaît la faiblesse : voilà pourquoi nous sommes fatigués.

Lorsque nous aurons donné à Jésus notre fatigue, Jésus va en prendre une partie et tranquillement les grâces vont nous transformer : notre corps va devenir de plus en plus fort.

C'est la purification; nous allons laisser toute la place à Jésus afin qu'il puisse nous transformer.

C'est ce que nous vivons présentement; nous ne serions pas ici sans les grâces de Dieu, nous ne serions pas en train d'écouter ce qu'il nous a déjà enseigné dans la Bible.

Mais Dieu nous appelle à la purification, à la purification de notre chair : notre chair qui a connu des péchés, notre chair qui porte des péchés de nos parents, de nos arrière-grands-parents : 

nous avons tout cela en nous et nous sommes venus en ce monde avec des faiblesses.

Aujourd'hui, on met des enfants au monde et ces enfants viennent avec des maladies, ils n'ont pas deux ans qu'ils sont asthmatiques; il y en a qui viennent au monde avec le diabète; il y en a qui viennent au monde avec des difformités autant corporelles que mentales : tout cela parce que c'est notre chair qui a connu le péché et qui porte en elle la marque, la marque du mal.

Et Jésus veut venir purifier ce mal en nous, il veut le faire par les sacrements.

Nous avons besoin du sacrement de la Pénitence et de l'Eucharistie donnés par l'Église, donnés par les saints prêtres afin que nous puissions purifier notre intérieur.

Nous laissons à Jésus toute la place et, lui, il rend notre âme pure; il rend notre âme à son image; mais notre corps, lui, a aussi besoin de se laisser purifier par un feu d'amour, un feu de miséricorde, un feu rempli de la tendresse du Père.

Lorsque nous consentons à lui donner toutes nos faiblesses, nous recevons en échange des grâces qui nous fortifient; mais la foi doit être en nous;

nous devons accepter que Jésus nous purifie comme, lui, il le veut parce que Jésus nous connaît mieux que nous-mêmes : il sait tous les péchés que nous avons eu en nous et qui ont affaibli notre corps.

Il connaît tout cela Jésus; mais, nous, nous devons nous abandonner entre ses mains, nous devons garder la foi que Jésus nous transforme.

Même si cela n'est pas visible à l'extérieur de nous,

tout en nous se laisse transformer par les grâces de Dieu.

Nous devenons des êtres remplis de son amour, de sa Volonté, et non pas de notre volonté;

nous apprenons tranquillement à renoncer à notre volonté humaine : la volonté humaine qui a décidé par elle-même, la volonté humaine qui a regardé ce qu'elle voulait, la volonté humaine qui a choisi ce qu'elle voulait entendre, la volonté humaine qui s'est accomplie : quand, où, comment, pourquoi elle voulait vivre.

C'est la volonté humaine qui a vécu pour nous : Dieu veut maintenant que ce soit la Divine Volonté qui vive pour nous.

Qu'avons-nous à perdre? Nous avons tout à gagner en allant mourir en Jésus, nous avons tout à gagner en renonçant à notre volonté humaine.

Nous avons, tant d'années, fait ce qui nous plaisait.

Nous avons regardé ce monde et ce monde nous a pris sans notre permission : ce monde a regardé pour nous, a écouté pour nous, a ressenti pour nous, et a agi pour nous.

Oui, lorsque nous laissons les autres faire de notre vie une vie de citoyens parmi les autres : nous laissons à des hommes politiques, des hommes qui ont le pouvoir de régenter notre vie.

Les hommes devaient être au service de Dieu; les hommes devaient être amour pour leur prochain; croyez-vous que notre gouvernement et les gouvernements sont amour pour leur prochain?

Que celui qui a foi en Dieu, que celui qui aime son prochain, soit à notre écoute parce que nous avons des besoins : nous avons faim de Dieu, nous avons soif de Dieu.

Voilà ce que notre intérieur crie et voilà ce que nous devons écouter : notre besoin.

Si des hommes de loi, si des hommes et des femmes de pouvoir nous éloignent de Dieu : nous devons refuser ce qu'ils veulent que nous fassions.

Si des hommes et des femmes qui ont le pouvoir décident pour nous de la foi : nous devons les refuser dans notre vie.

Qui a le droit sur notre vie, sinon Dieu? Souvenez-vous que Jésus a dit : «Il n'y a pas un seul cheveu qui tombera de votre tête que si Dieu ne le veuille.»

Qui a le pouvoir de mettre nos cheveux tout blancs? Seulement que Dieu.

À lui nous devons obéir car, par là, il nous disait qu'il a tout pouvoir sur notre vie :

notre vie et notre mort.

Dieu est la Puissance, Dieu est le Tout, et c'est à lui que nous lui devons obéissance, et non pas aux hommes qui veulent nous éloigner de Dieu, non pas aux femmes qui veulent éteindre notre foi en Dieu.

Notre place est en l'Église, notre place est parmi tous nos frères et nos sœurs du monde entier unis dans le Cœur même de l'Amour : voilà notre raison de vivre sur la terre.

Il y a celui qui dit que si tu ne me donnes pas ta vie tu mourras : celui-là, nous n'avons rien à craindre de lui, car il n'a pas de pouvoir sur notre vie, car notre vie est en Jésus.

Notre vie est éternelle, il n'y a que l'Éternel qui a le pouvoir de nous enlever la vie.

Celui qui veut nous faire mourir ne peut que tuer la chair, et la chair n'est pas la vie : la chair n'est qu'une enveloppe; elle nous a été donnée afin que nous puissions faire de bonnes actions sur la terre.

Alors si nous avons reçu un corps, c'est pour faire de bonnes actions, et non pas pour nous en servir pour être désobéissants à Dieu.

Nous ne devons pas nous servir de notre chair pour nous complaire dans un monde sans foi.

C'est seulement en Jésus, pour Jésus, avec Jésus, que nous allons avoir la vie éternelle.

La vie  éternelle est un mouvement d'amour sans fin; la vie éternelle est une joie qui ne cessera jamais, c'est le bonheur : c'est ce que nous voulons tous atteindre.

Nous sommes venus au monde pour avoir la vie éternelle, nous ne sommes pas venus au monde pour nous attacher aux biens de la terre, aux choses inutiles, à toutes ces richesses.

Qu'est la richesse sinon ce que le monde nous a fait connaître? Le monde nous a fait connaître l'argent qui procure des biens matériels, le monde nous a fait connaître les plaisirs des sens;

cela ne peut nous apporter la vie éternelle :

celui qui croit en ces choses futiles croit en rien, il ne croit pas en lui-même parce que lui-même est en Jésus, il est la vie : en lui, il y a la vie;

celui qui croit en la richesse et qui veut vivre avec la richesse se donne une mort :

il croit à la mort; il croit que ce monde dans lequel il vit a de la valeur, mais ce monde dans quoi il vit n'est rien, ce n'est qu'un passage : c'est seulement un point infiniment petit dans l'univers.

Qu'il s'éloigne de la terre et qu'il aille là où les premiers hommes, spationautes, ont été sur la lune, il verra que son petit point : il n'existe pas, il n'est rien.

Alors croire en ce monde, c'est croire en rien.

Nous valons plus que cela parce que Jésus lui-même, le Créateur de l'univers, est venu en ce monde pour nous parler du Créateur.

Avant que nous soyons sur la terre, Dieu a créé l'univers, Dieu a créé toute planète, toute étoile, Dieu a créé la terre avec tout son contenu : Dieu a créé pour l'amour.

L'amour est sorti du Créateur et l'Amour s'est montré afin que nous puissions vivre dans l'amour.

Dieu a créé la terre pour nous, pour toutes ses créatures; si nous sommes ici, c'est pour Dieu.

C'est comme un tremplin, il a voulu que nous soyons ici sur la terre afin que nous puissions goûter à ses merveilles; aussi petites soient-elles : toutes ces merveilles, c'est si peu comparé à tout ce qui nous attend dans le Royaume de Dieu le Père.

Dans le Royaume de Dieu le Père, tout est à l'infini;  tout n'est que splendeur; tout n'est que bonté, joie.

Ce petit point qu'il y a dans l'univers, c'est aussi la terre et, sur la terre : nous y sommes; et tout ce qu'il y a sur la terre a été créé par Dieu le Père, afin que nous puissions goûter à la saveur du Royaume de Dieu le Père.

Si la terre est un petit point : tout ce que nous voyons et qui est beau n'est qu'un petit point comparé à l'éternité.

Voyez-vous comme cela en vaut la peine de donner notre volonté à Dieu, afin que nous puissions vivre dans son Royaume pour l'éternité?

C'est ce que Jésus est venu, sur la terre, nous parler du Royaume de Dieu le Père.

Jésus est en le Père, le Père est en Jésus; Dieu le Père, Dieu le Fils est un Tout et le Saint-Esprit est en le Tout : tout cela n'est que vérité;

et nous qui venons de la Trinité, nous sommes en Dieu : tout ce qui appartient à Dieu, il nous le donne; mais à nous de le gagner, à nous de renoncer à ces faussetés que Satan fait miroiter devant nous.

Satan nous a montré un monde où il était possible de se procurer des biens matériels.

Nous, au Canada, en Amérique du Nord tout comme en Amérique du Sud, tout comme en Europe, nous vivons dans des richesses incroyables; c'est ce que nous croyons : incroyables!

Si nous pouvions voir dans ce que nous vivons, nous hocherions la tête : «Pauvres de nous! Qu'avons-nous fait à nous-mêmes en croyant à toutes ces futilités, à toutes ces richesses?»

Nous nous accrochons à ce qui est faux; Dieu nous fait connaître notre intérieur afin que nous puissions voir où nous en sommes en notre vie.

Le monde dans lequel nous vivons s'est donné un pouvoir sur sa propre vie, sa propre vie extérieure, parce qu'il ne peut pas se donner un pouvoir sur sa vie intérieure parce que la vie intérieure appartient à Dieu.

Lorsque nous allons nous présenter devant Dieu, nous allons devoir répondre à l'appel de Dieu qui nous veut pour l'éternité avec lui

Dieu nous donne tout ce qui nous est nécessaire en grâces afin que nous puissions répondre à sa demande d'amour, il veut nous avoir avec lui

Il va nous donner un moment de réflexion : nous allons voir tout ce que nous avons fait dans notre vie mais, avant cela, nous allons être enveloppés de l'amour de Dieu et nous allons ressentir cet amour.

Cet amour va nous envelopper : cet amour va nous faire connaître combien Dieu a pris soin de nous, combien Dieu a tout fait pour que nous puissions répondre à sa demande d'amour qui est d'aller vers lui pour avoir la vie éternelle dans un bonheur sans fin.

Mais Dieu est un Dieu plein de liberté, il respecte qui nous sommes.

Il veut que nous puissions répondre à sa demande d'amour avec ce que, nous, nous avons en nous, c'est une épreuve d'amour; il veut savoir si nous allons le préférer à l'argent, au pouvoir, aux biens matériels, à notre ego : nous avons connu notre moi, ce moi qui décide, qui pense, qui entend, qui agit : Dieu va nous demander si on veut renoncer à tout cela pour lui, et devant nous, il y aura notre vie avec tout ce que nous avons fait avec notre moi.

Dieu va nous donner des grâces, des grâces de force, des grâces de paix, pour que nous puissions vivre ce moment de purification.

Mais Jésus va donner cette chance à tout la monde, mais à nous de la prendre.

En ce moment même, Jésus parcourt la terre entière avec ces messages du Ciel.

Ces messages dictés par le Ciel, c'est de Jésus lui-même, c'est de Dieu le Père, le Saint-Esprit et c'est aussi de sa Mère : ils nous parlent en notre intérieur.

Ces messages doivent être lus avec notre intérieur et non pas avec notre extérieur, afin que nous puissions voir et entendre, afin que nous puisions accueillir toutes les grâces que le Ciel veut nous donner pour notre purification, pour le moment que nous allons vivre et pour le moment que tous nos frères et nos sœurs vont vivre en même temps que nous.

Nous devons les soutenir!

Ce que Dieu fait en ce moment avec chacun de nous, il veut le faire aussi pour nos frères et nos sœurs;

mais Dieu dit aussi : «Enfants d'amour, vous qui recevez de votre Dieu des paroles d'amour, de vérité et de lumière, recevez mes grâces et recevez aussi ce qui va avec.»

Car lorsque nous allons faire notre quotidien, nous ne pourrons plus renier ce que nous sommes : des enfants qui avons entendu la Volonté de Dieu.

Dieu nous fait voir ces temps : ces temps sont des temps de lumière et de grâces.

Plus de vingt-cinq ans que nous attendons les trois jours de noirceur; plus que cela, nous attendons le retour de Jésus en nos cœurs.

Nous voulons vivre dans le Royaume de Dieu le Père mais, pour vivre dans le Royaume de Dieu le Père, il faut vivre sur la terre en faisant la Volonté de Dieu le Père comme ceux qui font la Volonté de Dieu le Père au Ciel.

Jésus nous en a parlé dans son Évangile de Dieu; de Jésus, nous avons reçu des grâces de vérité et nous les vivons présentement.

Ces moments sont des moments choisis par Dieu le Père afin que nous puissions comprendre sa Volonté, afin que nous puissions comprendre que nous devons nous accomplir au moment présent.

Lorsque Jésus a parlé à ses apôtres, il leur a dit : «Je vous annonce le Royaume de mon Père sur la terre.»

Mais cela était pour nous aussi; nous avons avancé dans l'Église avec tous nos frères et nos sœurs qui ont accepté de mourir en Jésus, en le Christ.

Ils ont cru, eux, en la parole de Jésus; ils ont accepté, eux, de renoncer à leur vie.

Les premiers chrétiens ont été martyrisés; les premiers chrétiens ont été tués par des hommes qui ont refusé d'écouter la parole de Jésus crucifié;

mais des hommes et des femmes de tout âge ont dit oui à l'appel de Dieu et ils ont fait l'Église : ce sont nos frères et nos sœurs en Église.

Ce n'est pas parce que cela s'est passé il y a plus de 2000 ans qu'ils sont séparés de nous; ils sont en nous, ils sont en Jésus : c'est l'Église triomphante et, nous, nous sommes l'Église militante.

Nous devons avancer comme des soldats d'amour prêts à nous battre pour garder notre foi; êtes-vous prêts à renoncer à vous-mêmes pour Dieu, avec les grâces de Dieu?

Dieu nous dit par Jean-Paul II : «N'ayez pas peur»; ce sont des paroles de notre temps que nous entendons.

Notre pape voyage; il va dans tous les pays pour nous évangéliser de la Parole.

N'ayons pas peur, avançons dans l'Église pour la plus grande gloire de Dieu le Père.

C'est ce que nous devons vivre en ces temps de grâces : des temps de lumière.

Jésus n'a pas changé, c'est nous qui refusons de nous voir tels que nous sommes; nous devons vive en Jésus, par amour pour Jésus, pour la plus grande gloire de Dieu le Père.

Si, autour de nous, nous voyons nos frères et nos sœurs qui ont perdu la foi, qui ne croient plus en Jésus ni en l'Église qui est Jésus, nous qui voyons tout cela,

nous devons nous garder dans l'amour de Dieu, dans la foi de Dieu, dans l'espérance; nous devons nous aimer les uns les autres; nous devons nous soutenir.

Dieu dit : «Enfants d'amour, regardez cette grande Babylone, cette ville qui a ouvert les portes à Satan, invitant tout être impur à se proclamer dans ses droits.»

L'homosexualité qui se proclame être dans ses droits se dit : «Moi, je suis dans le péché et j'accepte d'être dans le péché. Celui qui se dit être contre nous, on en n'a que faire, car nous allons avoir la loi pour nous.»

Dieu dit aussi : «Homme de peu de foi ou femme de peu de foi, tu crois en toi alors que tu t'es laissé envelopper de la honte, alors que tu as laissé Satan te séduire, pleure sur ton péché et je te pardonnerai; mais ne te vante pas à mes enfants, car je te ferai honte devant eux.»

Jésus nous parle parce qu'il veut que nous puissions les aider.

Tant qu'ils n'auront pas prononcé leur non en face de l'Amour, en face de la Trinité, en face de Jésus glorifié, ils seront des espoirs pour nous qui les aimons parce qu'ils sont membres de l'Église militante.

Nous devons prier; Marie nous demande de prier, de faire pénitence, de nous sacrifier pour l'amour de Jésus;

mais l'amour de Jésus, c'est aussi eux, car l'Amour est venu prendre tous leurs péchés et les apporter à la mort.

Jésus a laissé couler son Précieux Sang sur eux et tant qu'ils n'auront pas dit non, nous allons prier pour eux : nous devons être dans la foi!

Si des enfants (de nos frères et de nos sœurs) font voter des lois pour l'avortement, pour la mort de nos frères et de nos sœurs, nous devons garder en nous la foi, nous devons prier comme Marie nous le demande, nous devons faire pénitence pour ces meurtres.

Ils ont tué des corps, ils tuent des corps et ils tueront des corps, mais ils ne pourront pas tuer la vie parce que lorsque le germe de la vie entre dans son nid de vie : il y a un enfant, un enfant de Dieu, et cela ne se mesure pas avec les semaines ni les mois : la vie est.

La vie est la puissance de Dieu, la vie est la présence : nous sommes la vie.

À l'instant où le germe de la vie a entré dans la nid de la vie qui est en la femme, dans l'œuf qui a été préparé par le Créateur pour recevoir son germe de vie : il y a vie.

Il n'y a pas de temps pour Dieu, Dieu est; alors lorsqu'un seul enfant, si petit soit-il, est tué : la vie n'est pas tuée, l'enfant est vivant.

Il a besoin de prières, car il doit être baptisé et il doit porter un nom

comme nous nous portons un nom.

Nous sommes appelés par Dieu et eux aussi sont appelés par Dieu pour aller au Royaume de Dieu.

Ils sont en nous ces enfants, ils font partie de l'Église; ils sont membres de l'Église, ils sont membres de l'Église triomphante.

Réjouissons-nous que la Vie ait donné vie à nos frères et à nos sœurs, mais prions pour ceux qui font cet acte;

prions pour ceux qui se sont laissés convaincre qu'il n'y a pas de vie en le ventre de la maman, qu'un embryon n'est pas vie; prions pour ces enfants qui ont été trompés par Satan; prions pour ceux qui tuent les enfants; prions pour les gouvernements qui approuvent ce geste contre la vie.

Mais un geste contre la vie ne peut tuer la vie, car Dieu seul a tout pouvoir sur la vie; mais eux vont devoir se présenter, eux devront regarder ce qu'ils ont fait, ce qu'ils font et ce qu'ils feront;

mais nous qui savons tout cela, nous qui sommes les enfants de la Lumière, nous devons prier, car cela nous sera montré aussi.

Dieu est amour; Dieu a besoin de tous ses membres, Dieu n'est pas infirme.

Dieu fait un appel à son Église afin que tous soient à l'écoute de sa Volonté.

Soyons tous unis pour la plus grande gloire de Dieu le Père; nous devons tous nous réunir pour ne former qu'un seul cœur, le cœur même de l'Église; c'est avec l'amour de Dieu que nous allons triompher.

Satan aura beau se servir des hommes pour tuer des enfants, il ne réussira jamais à tuer l'Église car l'Église, c'est Jésus.

Satan veut nous diviser parce que lorsque nous sommes divisés, nous ne pensons pas à prier les uns pour les autres.

Jésus nous fait savoir que nous devons écouter notre intérieur qui crie vers la vérité.

Combien d'entre nous souffrons parce que, nous, on souffre de voir nos prêtres, nos religieuses, nos religieux, ne pas faire ce que notre saint Père le Pape demande?

On demande aux prêtres de retourner au confessionnal; on demande aux prêtres de donner Jésus Eucharistie avec tout le respect qu'un Dieu demande et qu'il a droit, parce que, nous, nous avons faim et nous avons soif de vérité et de lumière.

Dieu donne, par ses messagers, sa Volonté.

Il demande à chacun de nous de renoncer aux richesses, il demande : «Cessez de remplir vos garde-robes, vos tablettes dans vos maisons; cessez de courir après les ventes, vous en avez plus que vous en avez besoin.

Au lieu de perdre votre temps le dimanche à aller magasiner, venez prier; votre intérieur crie qu'il a faim : cessez de faire votre magasinage le dimanche et venez nourrir votre intérieur.

Vous avez beau rôle les six autres journées pour remplir votre réfrigérateur, vos armoires, Dieu pourvoira à ce qui manque le dimanche. 

Dieu vous demande de vous garder en famille, le dimanche; Dieu vous demande de vous garder purs.»

On a fait de cette journée une journée de papotage : réunissez-vous en famille pour parler de l'amour du prochain, pas contre le prochain : pas de paroles inutiles.

On a fait de cette journée une journée de sport; réunissez-vous pour vous distraire entre vous dans l'amour de Dieu.

Vous avez perdu le sens de vous aimer les uns les autres et lorsque vous arrivez au dimanche, vous vous ennuyez parce que vous n'avez pas un marteau dans les mains, ou vous n'avez pas entre les mains quelque chose qui vous désennuierait.

Le magasinage, les sports : faites attention; Dieu va vous demander cela : «Qu'as-tu fait de ma journée que je t'ai donnée, celle qui t'était nécessaire pour ton repos?»

Dieu va vous le demander.

Durant la semaine, vous devez aller travailler pour gagner votre pain; faites-le en Jésus, avec la force de Jésus, et allez travailler, et lorsque vous revenez à la maison, si vous n'êtes pas trop épuisés, aidez votre prochain qui, lui, a besoin d'aide.

Vous êtes devenus un monde égoïste : vous êtes assis devant votre télévision ou devant une lecture alors que votre prochain, non loin de vous, a besoin d'aide.

Combien de personnes âgées sont seules, car personne ne vient les visiter? Combien de personnes ont besoin d'aide parce qu'elles sont malades à la maison? Combien de fois vous avez vu une jeune maman venant d'accoucher faire un "burn out"? Et vous, qu'avez-vous fait pour l'aider?

Sortez de vos maisons confortables; sortez de votre luxe et allez aider votre voisin.

Aujourd'hui, on dit aux enfants de ce monde : "Vous avez besoin d'un professionnel pour faire vos travaux; ne faites pas cela par vous-mêmes"; Dieu nous dit, lui, que nous avons tous reçu des dons d'amour; nous avons tous reçu de Dieu le Créateur le don de créer; cela, il ne l'a pas donné seulement qu'à un, mais il l'a donné à tous.

Nous l'avons développé : ceux qui ont plus de facilité dans l'électricité, soyez bénévoles; combien d'entre vous connaissez ce métier et vous savez qu'il y a des pauvres autour de vous, et vous n'allez pas les aider;

combien d'entre vous connaissez la couture? Et vous voyez des personnes qui sont incapables par elles-mêmes de raccourcir le pantalon qu'elles viennent de s'acheter et qui sont obligés de payer alors que, vous, vous pouvez le faire gratuitement : entre vous, donnez-vous de l'aide!

Aujourd'hui, on vous a appris à ne rien faire, seulement à aller travailler dans ce que vous êtes capables de faire après un bon entraînement : êtes-vous capables de faire seulement cela?

Avez-vous seulement appris à taper sur une machine? Dieu a donné des dons : le Saint-Esprit vous a tant donné, alors donnez à votre tour.

On paye pour tout aujourd'hui : si vous n'avez pas d'argent, vous n'avez rien et si vous avez de l'argent, vous avez tout!

Mais regardez, vous êtes obligés de travailler quarante, cinquante, soixante heures pour vous payer ce que vous avez besoin, mais n'oubliez pas qu'au bout de quarante, cinquante ou soixante heures, vous avez la fatigue qui va avec; vous êtes tellement fatigués que vous n'êtes plus capables de rien faire avec votre argent, sinon d'aller payer pour qu'on fasse tout pour vous.

Tout cela est venu à cause de ce monde parce que ce monde a dirigé votre vie : ce monde veut remplir son coffre.

Vous avez besoin de toujours payer, alors regardez ce que vous avez sur vos tablettes : des beaux emballages; à chaque année, avez-vous remarqué que vos emballages sont de plus en plus luxueux, afin que vous puissiez acheter d'une telle compagnie plutôt qu'une autre compagnie? Et vous, vous êtes pris à payer le gros prix!

Tout cela c'est qui, qui l'a fait? Ce sont les hauts dirigeants, ceux qui tiennent le pouvoir; mais, chacun de vous, vous avez le droit de dire oui ou de dire non.

Aujourd'hui, vous ne faites plus ou si peu la cuisine; vos mères ne vous ont-elles pas appris à faire de bonnes soupes?

Vous, vous oubliez tranquillement à vous servir de ce que Dieu a mis dans la nature pour chacun de vous;

soyez prudents parce que bientôt on va vous demander des comptes.

Vous avez pris l'habitude de vous servir de vos cartes de crédit pour vous offrir ce que vous voulez; beaucoup se sont laissés prendre à ce piège et ils n'ont pas respecté ce qu'ils sont : des êtres simples, des êtres faits pour vivre dans l'humilité.

Ils se sont servis de ces cartes pour se donner du prestige; c'est l'orgueil : l'orgueil a mené ce monde.

Jésus vous demande d'être humbles et tout petits, de revenir à ce que vous devez être; il ne vous demande pas d'aller jeter, demain, tout ce que vous avez; il vous demande d'être petits, de faire attention.

Vous jetez vos vêtements, qui ne sont même pas troués, parce qu'ils ne sont pas de la bonne couleur; si la mode est étroite et que votre vêtement est large, ample, vous le mettez de côté.

Vous êtes devenus des enfants d'apparence : cela est l'œuvre de Satan.

Si vous écoutez ce monde, il va vous amener là où il veut : lui, et vous allez être si essoufflés que lorsque vous aurez atteint l'âge de la retraite, vous allez connaître des maladies : vous ne profiterez pas de votre retraite.

Dieu vous met en garde sur ce que vous allez vivre dans les jours qui vont suivre :

les jours qui vont suivre vont vous démontrer que vous avez été trop loin.

Vous allez devoir renoncer à votre vie de luxe pour vivre en Dieu, sinon vous allez faire ce que ce monde vous demande, et cela sera contre votre foi : cela sera contre vous-mêmes qui êtes enfants de Dieu, enfants de la Lumière.

Jésus ne vous parle pas pour que vous ayez peur, il vous parle pour que vous soyez dans la paix, dans la joie, entourés de sa protection.

Ceux qui ne voudront pas renoncer à la richesse de ce monde : eux vont connaître la peur; eux vont vivre dans l'angoisse de tout perdre ce qu'ils ont accumulé avec des heures et des heures et des heures d'ouvrage; eux vont vivre des grandes souffrances;

mais les enfants de Dieu qui se seront préparés à tout ce renoncement connaîtront la paix et la joie de découvrir que Dieu a tout préparé.

Dieu n'est qu'amour, Dieu vous dit la vérité; si je répète ces mots qui sont en moi,

c'est parce que c'est Dieu, lui-même, qui veut que vous les entendiez.

Ces mots sortent de la Trinité; ils ne sortent pas de ce que je suis, car Jésus m'a dit que je n'étais rien et parce que je ne suis rien, je fais ce qu'il demande.

Ce que demain sera, il ne veut pas m'en instruire parce que ce que nous, nous avons tendance à vouloir connaître, c'est ce que notre volonté veut connaître.

Notre intérieur, lui n'a pas à savoir parce qu'il sait que Dieu comble, il sait que Dieu nourrit de ses grâces la vie spirituelle.

Nous, nous devons faire ce que Jésus nous demande, s'il veut que nous renoncions aux richesses que ce monde nous montre, nous devons dire oui.

Il est plus facile de renoncer lorsque nous cessons de regarder la télévision : renoncer à la télévision, c'est protéger notre vue de l'emprise de Satan;

renoncer à tout ce que nous entendons par la télévision et la radio, c'est renoncer à la séduction du monde :

cela devient plus facile pour nous; nous n'avons pas aucun mérite, c'est Jésus qui donne les grâces, ce n'est pas nous.

Lorsque nous vivons notre quotidien en sachant que Jésus prend soin de nous, c'est plus facile de faire notre ouvrage, même lorsqu'il nous arrive un imprévu : nous l'acceptons;

parce que cela vient de Jésus, ce n'est pas nous qui l'avons voulu, c'est Jésus qui nous donne les forces pour vivre ce que, nous, nous avons consenti à faire.

Si, aujourd'hui, nous sommes obligés d'aller travailler, c'est parce que c'est nous qui avons consenti à vouloir vivre dans une vie remplie de luxe; alors Jésus est plein d'amour pour nous, il nous donne des grâces de force afin que nous puissions faire nos journées; mais n'oubliez pas que sur notre route, il y aura toujours de nos frères et de nos sœurs qui auront besoin de nous.

Aller garder, cela est parfois dérangeant, n'est-ce pas, quand nous avons prévu autre chose?

Mais si cela se présente à nous, nous devons le faire parce que cela vient de notre prochain : nous devons être plus à l'écoute de notre prochain que de nous-mêmes.

Si nous renonçons à aller faire une promenade parce que notre voisin a besoin qu'on aille faire sa vaisselle parce qu'il est malade, nous devons le faire.

Jésus nous demande de nous oublier pour le prochain.

Voici notre quotidien : c'est faire ce que nous devons faire quotidiennement.

Si nous avons des projets, parlons-en, pas plus qu'une heure; si nous avons de grands projets, parlons-en et oublions-les : cela veut dire que si nous décidons de faire nos commissions, nous devons le faire au moment où nous vivons; si nous décidons de faire nos commissions dans trois jours, cela va être difficile de renoncer à faire nos commissions, parce que nous pourrions recevoir un coup de téléphone venant d'une personne qui a besoin de notre aide (à ce moment-là): nous devons vivre notre quotidien dans la paix.

Lorsqu'on se lève le matin et que nous savons que notre réfrigérateur est vide, nous devons faire nos commissions : c'est au présent.

Si nous décidons que notre auto vient de nous lâcher et que nous voulons en acheter un autre : acceptons ce projet, mais vivons notre quotidien, là, maintenant.

Lorsque viendra le moment, il se passera peut-être quelque chose devant nous; nous aurons peut-être quelqu'un qui nous parlera qu'il a une voiture pour nous ou une autre par une revue que quelqu'un vient de nous présenter.

Dieu va tout faire pour nous, Dieu est l'Agir; nous devons nous abandonner en Jésus, c'est l'abandon.

Dieu ne dit pas : «Ne faites rien et laissez-vous vivre couché dans votre lit jusqu'à votre mort.»

Non! Jésus nous dit : «Levez-vous. Offrez votre journée, priez, faites votre ménage, allez travailler» mais, en lui, avec ses grâces, avec ses forces en étant sûr que c'est Jésus qui fait tout.

Et l'étudiant qui se lève, même le tout petit enfant, à nous les parents de dire : "Vis ta vie" : c'est facile de dire à l'enfant : «Dis bonjour à Jésus et à Marie. Dis-lui que tu l'aimes.»

Et si l'enfant est en train de souffrir parce qu'une dent pousse : faites-le à sa place!

Si l'enfant a une fièvre parce qu'il est grippé et qu'il n'a pas le goût d'embrasser Maman Marie, faites-le à sa place, en gardant votre paix et non en vous inquiétant pour votre enfant : demeurez calmes!

Nous devons vivre dans l'amour de Dieu; nous devons faire ce que nous avons à faire à chaque jour.

Et si nous nous ennuyons parce que personne vient nous visiter : vivez cela en Jésus, et vous allez voir, un jour, quelqu'un va vous présenter de la musique, des louanges : en Jésus, vous allez pouvoir écouter cela, et vous allez demander des grâces, des grâces de la prière, et Jésus vous accompagnera dans la prière.

Tout cela se fera parce que c'est Jésus qui va le faire, ce n'est pas nous.

C'est un monde nouveau qui s'ouvre à nous; c'est un monde d'amour qui se prépare; nous allons vivre ce monde d'amour, il est déjà commencé.

Plusieurs ont commencé à vivre, dans la paix, leur purification; plusieurs ont commencé à vivre des moments de foi, d'espérance en la vie en Dieu, sur la terre.

Cela est pour nous, cela est vivant; Jésus nous parle de la Divine Volonté.

La Divine Volonté, c'est vivre en Jésus et c'est vivre en amenant tous nos frères et nos sœurs dans le mouvement en Jésus, afin qu'ils puissent recevoir eux aussi : nous vivons en l'Église : dans un tout.

Cela nous est révélé pour notre temps; Jésus sait qu'il est venu le moment de nous donner sans retenue : renoncer à qui nous sommes.

Nous allons vivre la Grande Purification et Jésus nous en parle, mais le moment où nous allons la vivre, en un instant, ne nous est pas connu.

Nous devons dès maintenant nous préparer et vivre ce que nous avons à vivre dans la foi, pour la plus grande gloire de Dieu le Père.

Nous sommes ici sur la terre pour lui, et il nous a tout donné afin que nous puissions être heureux.

Si nous ne sommes pas heureux, c'est parce que c'est nous-mêmes qui nous nous sommes éloignés de ce qu'il voulait tout nous donner.

Il voulait que nous soyons unis les uns aux autres pour lui redonner son amour.

Nous devons vivre les commandements de Dieu : Un seul Dieu tu adoreras de toute ton âme.

L'âme nous a été donnée; nous devons en prendre soin en allant vers les prêtres pour recevoir le sacrement de la Pénitence, pour recevoir le sacrement de l'Eucharistie : force d'amour, force de la puissance de Dieu, afin que nous puissions donner à notre âme ce qu'elle a besoin.

C'est notre oui qui va faire qu'elle sera comblée des grâces par la puissance des sacrements qui sont de Dieu.

Un seul Dieu tu adoreras et aimeras parfaitement avec notre esprit : l'esprit de vérité, l'esprit de vie.

Nous ne pouvons pas nous donner la vérité, nous ne pouvons pas être dans la lumière que si Dieu lui-même nous fait entendre sa Volonté, nous fait vivre dans sa lumière;

et c'est en allant puiser, dans les grâces du sacrement de la Pénitence, du sacrement de l'Eucharistie, cette paix : cette paix de savoir que nous faisons la Volonté de Dieu :

là nous pouvons être dans la vérité, dans la lumière, car nous aurons une soif d'aller puiser dans les enseignements de Dieu, dans les écrits de ses disciples : la vérité et la lumière.

Mais comment pouvons-nous tout saisir cela si ce n'est pas le Saint-Esprit qui nous éclaire de sa puissance?

Nous devons adorer Dieu de toutes nos forces.

Comment pouvons-nous, nous, avoir cette force, sinon par les sacrements de la Pénitence et de l'Eucharistie?

Nous devons aller puiser là où sont les forces; mais nous devons bouger, nous ne devons pas demeurer à la maison; nous devons nous déplacer, nous devons demander des grâces à Jésus Eucharistie.

Afin que nous puissions faire sa Volonté, nous devons aller puiser dans les forces de Jésus et pas dans nos forces.

Nous allons avoir des forces que si nous puisons dans les forces de Jésus, en Jésus, avec Jésus : nous, nous ne sommes rien.

Nous devons l'aimer, l'adorer de tout notre cœur : notre cœur doit être ouvert à l'appel de Dieu.

Jésus nous a parlé de Marie, de sa Mère, du Cœur Immaculé de Marie : le Cœur Immaculé de Marie est la porte qui ouvre notre cœur.

Marie est la Vierge, la Dame de la lumière; elle a été nommée Reine du Ciel et de la terre.

Elle a reçu de la Trinité toutes les grâces qui nous sont nécessaires à aimer Dieu, puisqu'elle est la Mère de Dieu, puisqu'elle a porté en son sein virginal le Fils de Dieu.

En allant vers Marie, nous allons même au Cœur de l'Amour, le Cœur de la tendresse du Père.

Marie nous aide à ouvrir notre cœur et à aimer Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu le Saint-Esprit avec notre cœur : voilà le premier commandement de Dieu.

Par la force des grâces du sacrement de la Pénitence, du sacrement de l'Eucharistie, Marie nous demande d'aller puiser dans les sacrements pour obtenir ce qui nous est nécessaire afin d'aimer Dieu.

Marie nous demande de nous aimer les uns les autres : elle est la Porte du Ciel.

Nous devons aller à elle; nous devons prier afin que nous puissions recevoir des grâces qui vont nous aider à nous aimer les uns les autres comme son Fils nous a aimés.

Sans Marie, nous ne pouvons pas comprendre tant d'amour!

Nous devons aider nos frères et nos sœurs qui n'acceptent pas Marie comme leur Maman du Ciel et leur Maman de la terre, mais Maman Marie les tient en son Cœur.

Elle nous demande de les soutenir par la prière, de les aimer et de ne pas les juger, car lorsqu'on juge un seul enfant de Dieu, nous jugeons son Fils parce que Jésus a porté chacun de nous.

"Celui qui fait du mal au plus petit d'entre les miens me fait du mal" : n'est-ce pas la parole de Jésus dans l'Évangile?

Alors, à chaque fois que nous parlons contre un tel ou un tel : nous parlons contre Jésus.

Nous devons nous aimer.

Tant que notre purification ne sera pas totale, nous allons avoir besoin du sacrement de la Pénitence; nous devons nous reconnaître comme pécheurs devant l'amour de Dieu, l'amour du Fils.

Dieu est tout-puissant, Dieu nous a démontré sa puissance; en laissant couler son Précieux Sang, il nous montrait sa miséricorde.

Combien il est bon d'aller se recueillir au pied de la Croix pour se laisser envelopper de son Précieux Sang.

Lorsque nous allons à la confesse, nous allons au pied de la Croix, nous allons demander pardon à Jésus pour toutes les fois que nous avons péché contre Dieu le Père, contre Dieu le Fils, contre Dieu le Saint-Esprit, contre Marie, contre nos frères et contre nos sœurs.

À chaque fois que nous allons à la confesse, nous nous laissons envelopper de la Lumière, nous en ressortons plus forts.

Alors n'ayons pas peur, allons vers la Puissance,

vers la Source même où coule l'amour de Dieu.

Par le sacerdoce du prêtre, nous recevons du côté de Jésus, qui s'est laissé ouvert, la grâce sanctifiante qui nous renforcit afin que nous puissions avancer vers ce chemin.

Dieu dit que tu as assez parlé; Dieu dit que tu dois donner la place à mes prêtres.

Mes prêtres ont reçu le pouvoir, par le Sacerdoce Royal du Christ-Prêtre, le pouvoir de nous marquer du signe d'enfants de Dieu : cela est sa Volonté.

Dieu va passer par les prêtres pour nous signer du signe de la Croix, marque de l'amour de Dieu pour chacun de nous.

Les prêtres qui ont été choisis par Dieu vont bénir une huile, une huile dont le Ciel a laissé couler sur la terre : cette huile vient d'un lieu où Dieu a béni.

Depuis neuf ans, chez Maureen, des statues suintent l'huile; l'huile qui vient du Cœur de Marie et du Cœur même de Jésus : des larmes purifiantes pour chacun de nous.

Jésus dit : «Maintenant, laisse la place à mes prêtres : à mes prêtres, mes choisis.»

 

Bénédiction par les prêtres.

 

Jésus : Je suis le Dieu de la vérité; je viens apporter des paroles d'amour en chacun de vous; je veux passer par vous pour aller à vos enfants : ayez la foi!

Mes amours, je connais vos souffrances; je connais qu'il y a parmi vous des enfants qui souffrent, qui ont perdu la foi;

je connais aussi,  mes enfants, combien vous voulez que vos enfants soient protégés contre le signe de la Bête.

Écoutez votre Dieu :

Je viens illuminer les enfants de la Lumière afin que vous soyez tous avertis de ce qui vient.

Je viens mettre en vous ma puissance d'amour, mes paroles de vie.

Je viens vous faire découvrir votre intérieur, par vous, mes enfants de la Lumière, afin que vous puissiez vous préparer pour ce qui vient.

Je vais me servir de vous afin que vous puissiez aider ceux qui ne vont pas à mes prêtres; un signe va venir : ce signe va les préparer à ce qui vient et ils viendront vers vous.

Ne vous inquiétez pas; je mettrai en vous des paroles, des paroles d'amour pour eux.

Ce seront mes paroles que vous entendrez; cela ne viendra pas de votre volonté humaine ni de votre peur, c'est moi qui les instruirai par la puissance du Saint-Esprit : vous entendrez mes paroles.

En ce moment, je prépare mes enfants de la Lumière pour que vous, vous puissiez voir combien Dieu est tout- puissant, combien Dieu a toujours été près de vous : ayez la foi!

Puisque j'ai été patient avec vous, puisque j'ai usé de mon amour pour vous attirer à moi, croyez-vous, mes enfants, que je ne puisse pas en faire autant avec vos enfants, avec vos frères et vos sœurs?

Ce que j'ai fait avec vous, je vais le faire avec eux.

Aujourd'hui, vous avez été marqués du signe de l'Amour, du signe d'enfants de Dieu; mes anges, mes enfants, connaissent tous les enfants qui portent un oui en eux et je les marquerai du signe de l'Amour : ils viendront à mes prêtres, ne vous inquiétez pas.

Je veux que vous vous laissiez prendre par mon mouvement d'amour; je veux vous envelopper de ma puissance : comprenez ces paroles, je vous ai attirés à moi.

Je suis le bon Pasteur, vous êtes mes brebis; lorsque le bon Pasteur parle, les brebis reconnaissent sa voix.

Je vais parler dans le cœur de tous mes enfants bientôt, et ils vont me reconnaître : mes brebis vont venir à moi.

Vous, ne vous inquiétez pas pour vos enfants; priez pour vous, pour eux,

car voici venir des jours bénis de mon Père pour chacun de vous.

Ce qui s'est passé aujourd'hui, eux aussi ont reçu des grâces; je n'ai pas seulement parlé pour vous qui êtes présents ici, j'ai parlé pour tous ceux que je porte en moi.

Je suis l'Église, je suis la Puissance; gardez-vous en moi; si en dehors de ce mur, il y a la tempête qui rage, ayez la foi!

Je suis là, je suis avec chacun de vous : donnez-vous; cette huile, mes enfants, a marqué votre être; cette huile, mes enfants, est voulue de Dieu le Père; ce que vous avez reçu, eux aussi le recevront. N'ayez pas peur, l'huile a coulé depuis neuf ans : les neuf mois de l'enfantement, et elle ne cessera de couler.

J'attirerai à moi vos enfants, car viendra, au moment choisi par mon Père, un événement qui provoquera leur venue vers moi, et cela se fera avant le moment où ils devront vivre leur Grande Purification.

Rendez grâce à Dieu parce que Dieu connaît vos souffrances, et il va donner à chacun de vous la force de passer à travers votre purification.

Beaucoup d'entre vous souffrent physiquement!

Je donne des grâces de force afin que vous puissiez voir combien Dieu vous couvre de son amour.

Je vous donne des grâces de paix afin que vous puissiez vivre dans la paix et réaliser que votre peur ne peut que vous nuire.

Je vous donne des grâces d'abandon afin que vous puissiez me donner vos peurs, afin que vous puissiez renoncer à votre vie qui a été influencée par ce monde.

Je vous donne des grâces d'amour à chacun de vous.

Je parle en votre cœur :

«N'aie pas peur. Aie confiance en moi. Je t'aime. J'ai toujours pris soin de toi. Avant même que tu sois en ce monde, je te connaissais, et lorsque tu es venu sur cette terre, j'ai toujours été là. Lorsque tu ne voulais pas de mes grâces : je n'ai jamais laissé ton intérieur avec toi-même, je l'ai protégé de toi, de ta volonté humaine.

Toi qui as une soeur et un frère qui sont dans la souffrance, et toi aussi qui as plus qu'une soeur et un frère qui ont renoncé à venir à la messe, et toi qui as un enfant qui ne veut pas écouter lorsque tu lui parles de Dieu, et toi qui as plus qu'un enfant qui est aux prises avec la drogue, et toi qui as des enfants qui n'aiment pas te voir dans la piété, et toi qui souffres parce que tu as peur de te retrouver tout seul dans le noir, et toi qui as peur de Satan, et toi qui ne cesses de me demander de te donner de l'amour parce que tu veux m'aimer : ayez confiance!»

Vous êtes tous à moi; je prends soin de ceux que mon Père m'a donnés, je prends soin de chacun de vous.

Ayez la foi en la puissance des grâces de mes sacrements; ayez la foi en moi, Jésus Eucharistie.

Lorsque chacun de vous venez me prendre à la communion, vous venez de prendre Jésus avec son Corps et son Sang, je suis tout entier en vous; je vous protège contre vous-mêmes, je vous donne des grâces d'amour.

Oh! mes enfants, demeurez toujours purs lorsque vous venez communier; soyez purs, mes enfants, j'ai tant de grâces à vous donner, j'ai tant de grâces à donner à ceux que vous portez en vous!

Je vous aime, mes amours : ayez la foi en Jésus Eucharistie; je suis là, n'ayez pas peur.

Par la puissance de l'Amour, par la puissance de Dieu dans la Divine Volonté, je réunis tous mes prêtres ici présents devant vous.

Depuis le premier : Pierre jusqu'au dernier qui sera consacré, ils sont présents ici et ils lèvent les mains sur chacun de vous.

Mettez-vous à genoux, mes enfants.

Moi, Christ-Prêtre, par  mon pouvoir Divin, par mon Sacerdoce Royal, par le pouvoir de chaque prêtre dans le sacrement de l'Ordre, je vous donne la bénédiction :

Au nom du Père que ton nom soit honoré, prié, adoré, que par ta puissance tes enfants reçoivent ton amour.

Au nom de Jésus, au nom de l'Amour engendré non pas créé, je descends sur vous la puissance de mon Père afin que vous soyez dans la force de ma crucifixion,

afin que vous soyez enveloppés de mon Précieux Sang, que jamais aucun être ne puisse vous écarter de la lumière.

Au nom de l'Esprit Saint, par le pouvoir divin, par le feu royal du sacerdoce, par la puissance de l'esprit de l'Église, soyez humbles par les grâces, soyez petits par les grâces,

et que tout s'accomplisse par la Trinité.

Amen.