Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Nantes, France,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus

 

2010-03-05 – Soir  Partie 2

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Si vous voulez bien, dans la deuxième partie, vous savez, il y a questions et réponses pour ceux qui y étaient l'année passée. Levez la main ceux qui ont assisté à une rencontre avec l'agir de Dieu. Alors, vous savez qu'au moment des questions et des réponses, nous demandons ce qui peut nourrir l'Église, nous demandons pour tous nos frères et nos sœurs des lumières.

Les questions personnelles, Dieu se penche sur vous et il vous dit : «Abandonne cela, donne tout à ton Dieu. Offre-moi ta vie. Tes souffrances, je les connais. Je n'attends que de l'abandon de ta part, alors donne-les-moi.»

Alors, nous allons commencer questions et réponses. Et Paul, Paul, il a un micro avec lui. Il a dit que ce serait bon que vous puissiez poser la question lorsqu'il serait près de vous pour que l'on puisse écouter les questions.

Q. Francine, dites-nous, s'il vous plaît, ce qui plaît le plus au Seigneur de notre part. Qu'est-ce qu'il attend de nous, de nous tous.  Merci d'avance.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Francine ne le sait pas. Il n'y a que Dieu qui puisse répondre.

Jésus : Si chacun de vous êtes ici, ce soir, c'est pour mon Père, non pour vous-mêmes. Vous êtes tous des petits enfants qui avez à apprendre. Vous êtes tous des petits enfants qui avez entendu et qui n'avez pas compris. L'amour de mon Père a été de donner son Fils pour vous démontrer qu'il est votre Père. Soyez des enfants. Avancez vers ce que vous ne connaissez pas en faisant confiance que le Fils est le Chemin, est la Voie, est la Vérité. La pureté est du Ciel, elle n'est pas de la terre. Votre monde ne peut vous apporter ce dont vous avez besoin. Il n'y a que le Ciel qui puisse vous donner ce dont vous avez besoin pour avancer.

Je suis la Nourriture qui vous amène à reconnaître que vous avez faim d'amour. Je suis le Vin de la Vie, le Vin de l'Amour. Tous ceux qui viennent boire à la source même de mon amour voient et comprennent que tout ce qui est du Ciel est de mon Père, et tout ce qui est de mon Père n'est que justice. La douceur est en mon Père. Je ne parle pas pour vous brusquer, je ne parle pas pour vous condamner puisque je vous ai gagnés de mon Précieux Sang.

Ce que j'attends de vous, petits enfants d'amour, est un don d'amour : vous donner pour vos frères et vos sœurs, accepter de regarder que vos pensées n'ont pas été de la nourriture pour vous-mêmes, pour vos frères et vos sœurs. Vous avez crié que vous étiez fatigués; vous avez pleuré sur vous-mêmes, sur ce monde; vous avez arrêté de vouloir vous maintenir comme des esclaves, voulant vivre cet esclavage. Mon monde est un monde d'amour fait de simplicité où tous les enfants de mon Père apprennent à s'aimer, apprennent à se donner, apprennent à s'abandonner, apprennent à ne pas désirer ce qu'ils connaissent, mais ce que Dieu veut. Vous êtes les choisis de mon Père parmi les choisis de mon Père.

Je vous demande, petits enfants d'amour, d'avancer sur ce chemin. C'est ma lumière que je vous présente, c'est votre vie qui vous est offerte. Prenez-la, petits enfants d'amour, avec simplicité. Cessez de vous compliquer la vie, votre vie. C'est si lourd sur vos épaules. Vous avez de la difficulté à vivre dans votre espérance, car votre espérance est faite de vos pensées. Tout est accompli.

Lorsque je suis venu sur la terre, lorsque j'ai marché avec les enfants de mon Père sur la terre, je les préparais à vivre d'amour. On m'a crucifié parce que je parlais de l'amour de mon Père. On n'a pas voulu écouter que l'amour du prochain est une nourriture pour tous les enfants de Dieu. Et vous, petits enfants d'amour, après tant d'années, avez-vous compris que lorsque vous avez une seule pensée contre votre prochain, vous ne faites pas la Volonté de mon Père? Votre prochain, c'est moi. C'est moi qui suis la Vie, c'est moi qui vous maintiens dans les mouvements de la vie. Aucun être sur la terre ne peut être vie que par moi. Voilà pourquoi j'ai dit à tous ceux qui voulaient m'entendre : «Croyez en moi et vous aurez la vie éternelle. Mangez ma Chair, buvez mon Sang. Je suis la Vie qui vous donne la vie.»

Ce que j'attends de vous, mes enfants, c'est l'obéissance. Laissez de côté vos besoins inutiles, et vos besoins inutiles, mes enfants, n'est-ce pas vos pensées qui vous éloignent de vous-mêmes, qui vous éloignent de votre prochain? C'est cela que vous me présentez. Je ne veux pas de vos pensées. Je veux vous nourrir de l'amour, de mon amour. Je veux prendre tout de vous, je veux que vous vous accomplissiez en étant des tout petits enfants, en ayant confiance que Dieu fait tout. Un enfant qui fait confiance aime faire plaisir, aime s'abandonner en celui qui lui dit 'je t'aime'.

N'est-ce pas ce que je suis venu vous dire en prenant tout sur moi, en prenant vos pensées impures, vos paroles impures, votre écoute impure, votre regard impur, vos actions impures et vos sentiments? Oui, j'ai pris cela, et j'ai vécu cela comme si c'était moi qui avais tout accompli. Je me suis présenté à mon Père. Voilà mon 'je t'aime' pour vous. Il a été jusqu'à mourir par amour et mon Père a redonné vie à l'amour, votre amour. Ayez confiance que le Ciel vous accorde des grâces. Vous vivez un temps où beaucoup ont espéré vivre ce temps.

Soyez obéissants, petits enfants, et ne vivez que dans l'amour du Père, par le Fils, avec la puissance du Saint-Esprit, et tout s'accomplit. Je vous aime, enfants d'amour. Mon amour est sur vous. Il est vrai. Alors, soyez vrais envers vous-mêmes.

Q. Vous venez de dire : 'Vous qui êtes ici', si j'ai bien compris, 'vous êtes mes choisis'. Et combien de fois, depuis combien de temps, je suis toujours à me poser la question, puisqu'en ce qui me concerne, le jour où je suis revenue vers Dieu j'avais reçu une parole de connaissance. C'était de Pierre : «Des ténèbres, vous êtes venus à ma lumière… ça se terminait… n'oubliez pas que je vous ai choisis.» Mais ce qui revient toujours en moi : 'Mais Dieu aurait-il donc choisi certains et pas d'autres? Où est-ce que tout le monde a été choisi et certains sont venus, peut-être, en ce qui me concerne, par l'épreuve, puisque je m'étais séparée de Dieu? Est-ce que tous les hommes ont été choisis et ne sont pas venus vers lui? Et à chaque fois, ça me fait tellement mal que là ici, puisque les hommes se sont tellement détournés de Dieu, que je crie vers Dieu et je dis : "Mais, Seigneur, tu n'as pas encore tout fait, je t'en prie, tu n'as pas encore tout fait. Pourquoi ne fais-tu pas comme Saul avant de devenir Paul?" C'est comme si je disais : "Mais fais-le à tous les hommes pour qu'ils te reviennent. Tu l'as fait pour lui, et lui aussi il était choisi." Alors, si Dieu peut répondre à cette question, peut-être qu'on serait bien heureux…

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Si chacun de nous nous sommes ici présents, si chacun de nous voulons entendre notre cœur, si chacun de nous voulons mettre nos frères et nos sœurs avant nous afin qu'ils puissent découvrir ce que nous, nous sommes en ce moment même en train de découvrir, n'est-ce pas parce que c'est l'agir de Dieu? Pas notre agir.

Nous nous sommes fouettés, nous nous sommes négligés, menti; nous nous sommes rejetés, refusés à l'amour. Qui nous a maintenus si ce n'est notre Dieu? Dieu a préparé chacun de nous comme il a préparé tous les enfants avant nous. Chaque mouvement de Dieu nous amène toujours là où il veut. Chaque mouvement de Dieu est ce que nous sommes : le 'je t'aime' du Père qui vient accomplir le vouloir du 'je t'aime' de Dieu. Nous sommes le 'je t'aime' de Dieu. Chacun de nous avons été en un mouvement dans la pensée de Dieu et tous nous fûmes. Tous, nous sommes le 'je t'aime' de Dieu et chacun de nous avons consenti à redonner à Dieu son 'je t'aime'.

Le temps de Dieu appartient à Dieu et dans notre 'je t'aime' nous avons dit : "Oui, ton temps, pas notre temps, ton temps. Les choisis, nous sommes; les choisis, tu veux que nous le soyons." Chacun portons en nous ce 'je t'aime' et nous le vivons comme Dieu le veut. Voilà pourquoi Dieu a choisi tous ses enfants dans son temps, connaissant tous ceux qui étaient pour lui dire : "Ta Volonté, pas ma volonté." À cet instant, un seul enfant qui disait : "Ta Volonté, pas ma volonté" conduisait les autres là où ils devaient se rendre.

Chacun de nous, nous avons tous été créés en un instant; chacun de nous, nous sommes le 'je t'aime' de Dieu; chacun de nous, nous vivons ce 'je t'aime'. Nous sommes le 'je t'aime' de Dieu. Mon 'je t'aime' est ton 'je t'aime'. Lorsque Dieu choisit quelqu'un pour prononcer telle parole afin d'encourager un seul de ses enfants, eh bien, cette parole prononcée par l'enfant choisi nourrit tous les enfants qu'il a choisis. Nous sommes ensemble. Si un jette par terre un choisi, eh bien, nous sommes là tous par terre et nous crions vers Dieu : "Dieu, relève-nous! Nous avons besoin de toi! Nous nous sommes détournés de toi. Nous avons été vers des idoles. Nous avons voulu choisir nos propres choix, délaissant les tiens, car celui qui est à terre, c'est ton choix, mais je n'en veux pas. Ce que je veux, c'est ce que moi j'ai choisi. Eh bien, aujourd'hui, parce que je suis par terre, je réalise que j'ai besoin de toi, que je veux de toi. Aide-moi!" Voilà les choisis de Dieu.

Et Dieu ne s'est pas trompé. Dieu ne se trompe jamais, il est la Perfection, il est l'Éternel en son éternité. Chacun de nous sommes un souffle de vie. Alors, nous, on donne un souffle de vie à celui qui s'étouffe. Nous sommes ensemble. Combien d'enfants se sont donnés pour nous? Combien de martyrs nous ont relevés? Combien ont consacré leur vie par amour pour nous, renonçant à leur vie d'homme, à leur vie de femme, par amour pour nous, pour nous nourrir du Corps et du Sang de Jésus? Oui, nous sommes les choisis et pouvons-nous dire qui ne sont pas choisis? Tous, on est choisis. Il n'y en a pas un seul qui n'est pas choisi. Nous devons vivre cela dans l'amour de Dieu inconditionnel pour nous dans sa pensée.

Voilà ce que nous découvrons ce soir. La pensée de Dieu nous est inconnue parce que nous avons choisi de vivre dans notre pensée, mais Dieu, lui, connaît qui nous sommes. Il envoie parmi nous ses choisis pour dire : toi aussi tu es choisi. Et, tranquillement, on s'accomplit sans savoir ce qu'il attendait de nous. Nous avançons à petits pas, mais ces pas nous les accomplissons avec le Précieux Sang de Jésus, péniblement, mais nous savons que Jésus nous a gagné notre vie éternelle. La foi, l'espérance et l'amour, c'est ce que Dieu a mis dans ses choisis. Amen. Merci, Seigneur. 

Q. Seigneur, vous générez notre univers en mettant à l'avant certaines âmes pour diriger d'autres. Ces âmes sont des élues. Pourquoi il y a encore des déchirures entre ces personnes vivant en intercongrégations et censées te représenter et imiter ta Parole?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Ce que le Seigneur fait, il le fait avec sa perfection. Ce que le Seigneur accomplit, il l'accomplit avec tout son amour. Dieu est parfait. Il n'y a personne comme Dieu. Tout autour de Dieu, c'est la lumière et cette lumière, elle vient de lui. Les élus de Dieu sont dans cette lumière parce qu'ils ont besoin de cette lumière. Dieu les nourrit, Dieu leur donne ce dont ils ont besoin pour s'accomplir. Dieu vient chercher ses enfants en leur envoyant des enfants qui doivent reconnaître qu'ils ont besoin de la lumière. Celui qui se dit ne pas avoir besoin de la lumière de Dieu ne profite pas des grâces du Ciel. Lorsqu'il ne profite pas des grâces du Ciel, il est à la recherche de la lumière. Plus il cherche la lumière, plus il comprend que seul Dieu peut le ramener là où il doit être : au service des enfants de Dieu, car il est choisi par Dieu.

Dieu nous a envoyé l'Élu. Dieu est Dieu et Dieu est venu. Lui seul a attiré tous ceux qui devaient se donner par amour pour leur prochain. Et ce que Dieu leur demande, c'est une obéissance absolue, c'est un oubli de ce qu'ils sont et ce qu'ils sont, ce sont des enfants qui ont besoin du Précieux Sang de Jésus. Ils ont besoin de se regarder comme étant impurs, toujours et toujours, tant qu'il n'y aura pas la purification de la chair.

Que l'être humain n'oublie jamais qu'il vit de sa chair. Que l'âme soit toujours pour lui son besoin afin d'être nourri par la grâce de Dieu. Si un seul enfant oublie cela, les autres doivent prier pour qu'il soit dans la grâce. Ne jamais oublier que la chair a donné chair et encore donné chair, et ce qu'elle a donné, c'est ce qu'elle avait accepté et qui ne venait pas de la Chair Immaculée Parfaite qui est celle du Christ, le Fils de Dieu fait homme. Ne gardons pas dans notre cœur ce qui nous empêche de voir la lumière. Donnons-la à Jésus cette noirceur et nous verrons et nous entendrons que Dieu a choisi tous ceux qui doivent nous nourrir, tous ceux qui doivent nous servir, afin que nous-mêmes nous puissions rendre grâce à Dieu.

Nous avons besoin des uns et des autres. Combien plus nous avons besoin des prêtres et combien nous avons besoin de prières. Nous avons besoin des consacrés. Nous sommes si petits, si vulnérables à cause de notre chair. Aidons-nous les uns et les autres à nous maintenir devant Dieu comme des enfants de Dieu blessés, mais voulant être comme Dieu veut qu'on soit. Vivons notre espérance. Amen. Merci, Seigneur.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Est-ce que tout va bien? (R : Oui.) Nous allons rendre grâce à Dieu pour tout ce que nous avons reçu même si nous n'avons pas compris. Comment pouvons-nous comprendre ce qu'il nous a révélé? Ce serait de l'orgueil. Notre pensée, elle, elle pourrait dire : 'Bah! Je vais y repenser, puis je vais m'en souvenir.' Non, Dieu seul peut nous rappeler ce qu'il nous a dit. Dieu seul peut nous nourrir de sa Vie.

Si nous sommes, ce soir, en présence de notre vie, eh bien, il n'en tient qu'à Dieu, pas à nous, qu'à Dieu. Alors, finissons cela en disant à notre Mère qui se tient en nous, près de nous, et qui va nous aider à vivre ce que nous devons vivre, en disant une autre dizaine de chapelet.

Bénédiction du prêtre : Que le Seigneur vous accorde sa bénédiction, lui qui est Père, Fils et Esprit Saint. Amen.  Allons dans la paix du Christ. Nous rendons grâce à Dieu.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Alors merci, merci beaucoup. Il y en a que ça faisait la première fois, je crois, ce soir, que vous veniez d'entendre. L'instrument que je suis entend la voix du Seigneur à l'intérieur depuis 2001. Depuis 2001, le Seigneur instruit l'instrument que je suis. Mais ce que vous avez entendu ce soir, je ne le sais pas plus que vous et cela se fait mot après mot, dans un abandon, parce que je suis comme vous : dans mes pensées. Les pensées, Francine les connaît, mais l'instrument est vide, l'instrument n'a pas à penser. Et c'est ce qu'il m'a dit ce soir : «Chaque mot, je me servirai de toi pour les prononcer.» Et c'est ce qu'il fait.

Alors, nous qui allons partir chez nous, allons-nous commencer à dire : 'Là, l'illumination des consciences, tu vas voir toutes tes pensées.' Non, laissons à Dieu ce qui est à Dieu. S'il met dans votre bouche, dans votre bouche, en n'ayant rien dans votre tête, ce qu'il y a dans votre cœur, là, ça sortira de vous avec aucun effort. Laissons vivre à nos enfants, à notre famille, à nos amis, ce que Dieu veut pour eux. Ça, c'est l'affaire de Dieu. Mais sachez que nous sommes tous les choisis de Dieu. S'il nous a demandé d'être les derniers, c'est parce qu'il passe eux, il les nourrit.

À travers nous, là, ce soir, entre nous et Jésus et Dieu, hey! il y en avait du monde! Alors, il passe et il vient nous rejoindre seulement qu'à la fin. Alors, pouvez-vous comprendre qu'eux ont reçu? Nous, on ne connaît pas leur intérieur parce qu'on ne connaît pas notre intérieur. Alors, laissons toute la place à Dieu dans l'abandon. Soyons abandon.

Et n'oublions pas que le Seigneur nous a instruits sur les 'donne, donne, donne', donner cause, choix, conséquences. Cause : une faute. "Je te donne ce que je vois, Seigneur, c'est le mal, je te le donne." Conséquences : eh bien, ce sont nos souffrances, une maladie, un refus, de la drogue, de la boisson. "Je te donne ça." Choix : eh bien, nous sommes devant un choix. Nous pouvons encore juger, nous pouvons souffrir, nous pouvons aussi assister devant un enfant qui est en train de se faire souffrir. Ça, ce sont les choix. Bien : "Je te les donne, Seigneur." Ça, il faut le faire.

Il nous a appris, après cause, choix et conséquences, il nous a appris : «Refusez, refusez les tentateurs. Utilisez votre droit d'enfant de Dieu». À nous, lorsque nous perdons notre paix, lorsque nous ne ressentons pas la joie de vivre, lorsque nous n'avons pas d'amour pour nous ni pour notre prochain, oui, nous avons de l'amour pour Dieu mais pas pour nous et pour notre prochain, eh bien, nous sommes en présence d'un tentateur. Nous devons refuser : Je refuse. J'utilise mon droit d'enfant de Dieu. J'ai la liberté de le prononcer. Eh bien, savez-vous que les démons, eux autres, se sont servis de notre volonté pour nous maintenir esclaves de nos pensées? Ils ont volé nos mouvements de vie qu'on leur a laissés entre leurs mains et eux autres, ils en ont profité.

Ils sont entrés dans notre vie hypocritement et ils nous ont dit qu'on était des incapables; ils nous ont dit qu'on était des menteurs, des hypocrites; ils nous ont dit qu'on a peur, ils nous ont dit : 'T'es pas assez bon pour ton Dieu, ton Dieu te pardonnera pas.' Et nous avons tous cru à ça. Et plus ils nous disaient ça et plus, nous, on entrait dans nos mouvements de vie malades, et nous avons été du poison pour nos enfants. On ne le voulait pas, on ne le voulait pas! Être assujettis au péché, ce n'est pas facile, c'est lourd sur nos épaules. Alors Jésus, il nous dit : «Refuse et dis-moi merci. Je vais l'envoyer au pied de la Croix, je vais guérir tout mouvement de vie malade.» Tout mouvement de vie malade veut dire : «Moi, je sais où cela a débuté ta faiblesse, mais toi, tu le sais pas. Tu ne connais pas tes ancêtres, tu ne connais pas depuis Caïn ce qui s'est passé dans la chair, moi, si. Alors, dis-moi merci, parce que des mouvements de vie vont guérir.» Il faut continuer à le faire.

Il faut avoir confiance que Marie nous donne des grâces. C'est elle qui écrase la tête de Satan. Alors, elle nous donne des grâces de persévérance. «Continuez, mes enfants.» Alors, il faut continuer. Maintenant, oui, nous allons vivre ce qu'il nous a annoncé ce soir. Il y en a qui ont commencé à vivre cela. Une pensée se montre et là, bien : 'Qu'est-ce que je fais avec cette pensée-là, Seigneur?' Je ne sais pas moi. Il nous a parlé de ça au mois de décembre, pas décembre, février, là. La fin de semaine passée, il nous a parlé.  Bon, bien j'ai dit : 'On va l'apprendre, on va l'apprendre dans une…. Il va faire sûrement suite à ce que nous venons d'apprendre.' Et alors là, il faut dire : 'Eh bien, enlève le mal, Jésus. Irradie de ton feu d'amour cette pensée pour qu'elle soit pure.' Eh bien, merci, Seigneur, on va le faire.

Tranquillement, on avance ensemble. Demain, pas demain, hein, j'ai des rencontres? Quand donc? Lundi, bon lundi, on s'en va en Belgique, alors là, il va continuer, il va se servir encore des cœurs ouverts pour parler. Bien, on apprendra encore. Le Seigneur, il a dit : «Vous ne connaissez pas ce qui s'en vient et vous avez à apprendre.» Nous, quand on a eu les refus : 'Hey, on sait tout là, on est prêts.' Mais non, on n'est pas prêts. Il fallait qu'on passe par les émotions. Qu'est-ce que c'est que les émotions? Eh bien, il nous a fait vivre, il nous a laissé plutôt vivre nos émotions, car plusieurs ont entendu parler d'un livre jaune, je crois. Alors, le Seigneur préparait, mais il savait, le Seigneur, qu'on était pour être dans nos émotions. Il le savait.

Mais comment on pouvait aller vers l'illumination en ignorant que nos émotions étaient pour être contre nous? On ne le savait pas. Alors, le Seigneur, il nous fait tout le temps vivre ce qu'on a à vivre. Aïe, les émotions, ça dure depuis combien de temps, hein? On ne connaît pas la première personne qui a eu une émotion. Eh bien, nous, on sait qu'on en a eues. Alors, le Seigneur a calmé tout ça. Il nous en a parlé. Nous ne vivrons pas cela avec nos émotions, mais avec notre paix, sa paix, avec notre joie qui est sa joie, et l'amour. Là, nous allons le vivre.

Nous avons besoin de paix, de joie et d'amour. Et une fois que nous vivons dans la paix, la joie et l'amour, eh bien, Jésus, lui, il accomplit la Volonté de son Père et la puissance du Saint-Esprit est sur nous. C'est ce qu'il nous a appris et c'est ce que vous avez appris et nous, Nicole et moi, nous en avons encore appris un petit peu ce soir. Alors, dans la prochaine rencontre, avec les choisis de Dieu, nous entendrons sa Volonté.

Alors, remercions-nous pour tout ce que nous venons de recevoir avec les grâces que nous venons de recevoir par cette bénédiction. Amen. Merci, Seigneur.