Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Otterburn Park, Québec,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus

 

2004-02-13

 

Jésus : Je suis avec chacun d’entre vous. L’Amour vous appelle à l’écoute, l’Amour est Dieu.

Personne en ce monde ne peut parler au nom de l’Amour que l’Amour lui-même.

Ce monde a oublié qui il était.

Ce monde a oublié que Dieu le Père a mis son Souffle en lui.

Ce monde a besoin de se reconnaître comme des enfants.

Il est trop épris de lui-même.

Il a oublié combien Dieu s’est penché sur lui, combien Dieu a ouvert son Cœur pour lui apporter l’amour : l’amour qu’il rejette, l’amour qu’il ne veut plus au nom de l’argent.

Je viens parler en vos cœurs qui s’est ouvert à vous, mes enfants de la Lumière, à vous mes choisis, à vous mes élus des derniers temps.

Voici des jours qui s’ouvrent à vous, des jours qui se ferment pour d’autres.

Ce monde, mes enfants, a besoin de se voir tel qu'il est afin qu’il puisse réaliser ce qu’il a fait de lui-même.

Oh! enfants d’amour, enfants choisis, j’ai donné à ces enfants ce que je vous ai donné, je ne vous ai pas préférés à eux, mais eux ont préféré l’argent, car l’argent leur a procuré biens matériels, loisirs de toutes sortes.

Mes enfants, lorsque des loisirs servent à éloigner l’amour, lorsque des loisirs font en sorte que mes enfants oublient de venir à la messe le dimanche, lorsque des loisirs empêchent mes enfants de se conduire bien entre eux cela n’est pas de l’amour et tout ce qui n’est pas de l’amour est satanique.

Ce monde ne veut pas entendre parler de Satan, car il s’est mis des bouchons

dans les oreilles, il a bouché ses yeux avec des lunettes.

Mes enfants se cachent en arrière, en essayant de ne pas voir, de ne pas entendre, afin de vivre leur vie à eux en êtres égoïstes.

Mais le Maître du mal en a profité, il a fait d’eux des enfants écoutant leur intérieur avec leur volonté humaine; alors lui a fait pénétrer en eux le mal par toutes sortes de moyens.

Quel était le moyen le plus facile pour les attirer, sinon quelque chose qu'ils devaient entendre et voir en même temps? Ce siècle a ouvert une porte par les images et par les sons; ce siècle a ouvert à mes enfants l’impureté, la violence, la haine.

Il a nourri leur intérieur et, aujourd’hui, ce monde a mal; aujourd’hui, ce monde est aux prises avec des maladies, avec de la pauvreté de cœur, de corps et d’esprit :

ce monde est en train de s’autodétruire.

Oh! enfants de la Lumière, je crie vers vous ce soir, je fais un appel à tous mes enfants du monde entier qui veulent se donner pour leur prochain.

Oui, je crie en vous : ce cri est un appel pour chacun de vous, il fait résonance, car j’ai crié à mon Père : «Pardonne-leur, Père, ils ne savent pas ce qu’ils font.»

Mes apôtres ont crié : "Écoutez-nous! Dieu a parlé. Nous avons vu le Seigneur faire des merveilles pour chacun de nous. Il nous annonce le Royaume de son Père sur la terre."

D’autres ont crié d’âge en âge, témoignant de leur propre personne comme des êtres qui se donnent, qui s’oublient, qui vivent dans la pauvreté totale pour donner des exemples.

D’autres ont gardé le silence, mais leur cœur a crié vers Dieu de ne pas oublier la promesse faite.

D’autres se sont vus parmi des enfants qui n’écoutaient pas, et ils se sont crus seuls; mais Dieu entendait leurs pleurs, leurs lamentations et il a envoyé sa Mère.

Ma Mère est venue faire le plus grand message pour votre temps à la Salette.

Elle a parlé ouvertement à son Église : l’Église de son Fils.

Elle a parlé ouvertement de l’attitude de ses enfants consacrés; elle a parlé ouvertement de ses enfants qui ne respectent pas le dimanche; elle a parlé ouvertement à ses enfants qui blasphèment en utilisant le Nom de son Fils au milieu de leurs phrases; elle a parlé ouvertement de tout ce qui était pour arriver si le monde ne se redressait pas.

Beaucoup d’enfants ont écouté son message, beaucoup d’enfants ont gardé l’espoir en eux, mais le nombre d’enfants qui n’ont pas voulu écouter est beaucoup plus grand, et mon Église est en souffrance.

Elle connaît de très grandes tribulations et d'autres tribulations, mes enfants, arrivent bientôt au sommet de la douleur.

Mon Église va connaître des moments de souffrances terribles.

Elle sera bafouée par ses propres enfants.

Elle sera mise au pied par ses propres enfants parce qu’un être immonde se sera emparé du pouvoir qu’elle a dans les cœurs.

Enfants de l’Amour, Dieu parle en chacun de vous pour ouvrir votre esprit à la lumière.

Un temps vous a été présenté par ma Mère, elle vous a prévenus de ce qui était pour arriver; beaucoup de choses qu’elle a dites sont arrivées, d’autres restent à venir.

Moi, votre Dieu, votre amour, je crie en vous de réveiller l’enfant qui dort, l’enfant qui a été nourri par les grâces de Dieu.

Vous êtes les talons, vous êtes ceux qui vont écraser le Mal.

Vous allez combattre, mes enfants, avec des armes d’amour.

Ma Mère de son talon, c’est elle qui va écraser la tête de Satan.

Elle vous a préparés dans son Cœur, elle vous a enveloppés de son amour, elle vous a tenus sous sa protection,

elle a ouvert grand son manteau pour vous couvrir afin que vous soyez cachés, mes enfants, car Satan vous cherchait pour vous détruire, et parce que vous vous êtes consacrés au Cœur Immaculé de Marie, vous avez été protégés : il n’a pu vous nuire.

Si, mes enfants, vous avez une soif de savoir ce que, demain, Dieu vous réserve, c’est que vous avez en vous une flamme, et cette flamme, c’est une flamme d’amour.

Vous êtes les enfants choisis de mon Père pour les derniers temps.

Enfants de la Lumière, laissez-vous guider par Dieu lui-même : Dieu vous a formés, vous allez être bientôt prêts pour ce que vous devez faire : une grande mission vous est demandée.

Vous, ici, vous savez tous que vous êtes appelés à évangéliser.

Oui, enfants d’amour, vous allez évangéliser mes enfants qui ont refusé de faire des sacrifices, qui ont refusé d’abandonner leurs plaisirs.

Vous allez leur montrer que l’amour est la seule source de bonheur.

Ces paroles seront comme du feu en vous; ces paroles viendront vous nourrir et cela sera votre joie : il n’y aura rien qui vous arrêtera.

Même si les enfants des ténèbres veulent vous arrêter, ils ne le pourront pas, car, là où les enfants des ténèbres sont, les enfants de lumière vont surabonder parce que vous aurez la Divine Volonté en vous.

Vous ne ferez rien de votre volonté humaine, vous allez faire tout dans la Divine Volonté.

Voilà votre force, mes enfants; vous allez être en moi, non plus en vous, et ces enfants ne pourront rien contre vous.

Leurs railleries contre vous, leurs calomnies contre vous n’auront aucun effet; ils ne pourront vous atteindre, car tout sera en vous.

Votre nourriture partira de l’intérieur, votre flamme sera lumière, elle éclairera vos jours quotidiennement.

Vous ne douterez plus de vous-mêmes, vous allez être des enfants de la joie, des enfants remplis de paix; il n’y aura plus de peur en vous.

Je vous annonce, mes enfants, que vous entrez dans ce temps d’amour.

Vous êtes en train de vivre votre purification dans votre chair.

Votre chair, mes enfants, est en train de se laisser purifier par le Fils, par les grâces du Père, par la puissance du Saint-Esprit, enveloppée du manteau de ma Mère.

Vous êtes enfants des derniers temps.

Heureux êtes-vous de vivre ces moments, car beaucoup ont entendu et  n’ont pas connu ce que vous, vous vivez présentement.

La voix du Seigneur est en chacun de vous.

La voix du Seigneur est lumière, douceur.

Seul Dieu peut prononcer des mots d’amour; seul Dieu peut vous faire connaître, en vous, votre place.

Il n’y aura plus en vous cette peur, car vous allez avancer dans la certitude que là, où vous allez être, est l’endroit que Dieu veut que vous soyez.

N’ayez pas peur!

Mon saint Vicaire a voyagé, il a été où, moi, je l’ai envoyé.

Ma Mère l'a enveloppé de son amour.

Partout où mon saint Vicaire a été, il a prononcé des paroles qui pénétraient en vous : "N’ayez pas peur!"; cela s’est imprimé en vous, mes enfants, cela a fait vibrer tout votre intérieur, à l’appel de Dieu qui criait : «Enfants d’amour, voici venir des temps où l’homme devra se reconnaître enfant de Dieu;  ces temps seront difficiles, ces temps ont été préparés de toute éternité.»

Enfants d’amour, calculez le nombre d’années que mon saint Vicaire parcoure la terre et vous comprendrez que vous avez tous été préparés depuis plus d’un quart de siècle.

Cela a été dans la Volonté de mon Père.

Il fallait que mon saint Vicaire prépare mes enfants, il est mon représentant sur la terre.

Souvenez-vous que je vous ai dit qu’il est celui qui fera entrer mes enfants dans la Nouvelle Terre, et il a accompli sa mission.

Il vous a tous conduits vers le oui à l’Amour.

Ce oui a été prononcé par lui avant vous.

Il est mon pasteur et vous, vous avez reconnu votre pasteur sur la terre, représentant du Fils de Dieu.

Oh! enfants d’amour, Dieu fait appel à chacun de vous pour annoncer la Bonne Nouvelle : que les enfants de la Lumière sont prêts : vous êtes les choisis.

La Grande Évangélisation commence, mes enfants!

Vous êtes préparés, vous allez vous rassembler, mes enfants; vous allez vous unir pour ne former qu’une seule force : l’amour! L’amour va envelopper cette terre, il va la protéger contre la noirceur.

La noirceur a voulu envelopper la terre pour ne pas laisser passer la lumière; elle a voulu écraser mes enfants, leur interdisant de se montrer, mais Dieu préparait chacun d’entre vous dans le Cœur même de Marie.

Ce sont des temps d’amour que vous allez vivre, mes enfants.

Ce sont des temps de joie, des temps de paix, car la paix sera en vous.

La peur n’est pas pour mes enfants de la Lumière.

Une grande joie va s’accumuler à tous les jours pour vous.

Dieu laisse couler du haut de son Royaume un torrent de grâces pour vous.

Les anges sont avec vous, les saints du Royaume sont avec vous, mes âmes purifiantes du purgatoire prient pour vous, elles ont mission de vous soutenir.

Oh! enfants d’amour, comme Dieu se réjouit de parler ouvertement dans vos cœurs!

Vous êtes mon Église.

Mes prêtres, mes souverains, vont vous soutenir.

Ceux qui ont gardé la foi, ceux qui se sont dévoués, ceux qui se sont abandonnés en le Christ pour ne plus être eux-mêmes, mais le Christ : ils vont vous soutenir.

N’ayez pas peur, ce sont des temps d’amour! Soyez dans la joie, ne regardez pas au côté de vous, regardez en avant, là, où Dieu vous envoie.

Je suis l’Amour et l’amour va gonfler votre cœur afin qu’il déborde pour vos frères et vos sœurs du monde entier :

vous allez vous donner pour tous les enfants qui portent un oui en eux, alors qu’ils ne le savent pas.

Vous êtes les enfants du feu d’amour.

Ce feu, mes enfants, doit brûler en vous pour éradiquer ce que le mal a pu faire à votre chair.

Votre corps va connaître ce qu’aucun corps n’a connu jusqu’à présent : la purification de la chair.

Vous êtes mes enfants, mon Père vous a donnés à moi, le Fils  bien-aimé.

J’ai pris tous vos péchés, j’ai apporté ces péchés à la mort, en acceptant de les prendre dans ma Chair.

Ma Chair a connu la mort et, dans ma Chair, mon Père m’a glorifié : j’ai ressuscité, je suis le Ressuscité.

Et vous, dans votre chair, vous allez participer à votre glorification parce que le Fils va faire de vous des enfants de sa propre Glorification dans votre chair.

Je donne à chacun de vous la preuve de l’amour.

Recevez les grâces de lumière qui vous font voir ce que Dieu veut que vous voyiez.

Amen, mes enfants.

   

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Dieu vient de me dire : «Je veux que tu sois un oubli total afin de laisser passer les paroles pour chacun de mes enfants.» 

J’ai vécu avec Dieu d’une façon tout à fait spéciale depuis trois ans : Dieu m’a fait connaître l’amour.

Je ne savais pas ce qu’était l’amour : l’amour c’est vous, c’est ça l’amour; c’est le prochain, c’est chacun de nous, c’est ça l’amour.

Lorsque Dieu vient vibrer en nous, c’est qu’il prend chacun de nous et il nous transforme comme un tout petit point, et ce petit point : c’est de l’amour.

Il le tient dans ses mains : ce petit point-là, aussi petit soit-il : c’est chacun de nous.

Depuis Adam et Ève, Dieu nous tient dans sa main.

Il ne peut pas séparer ce point, car il est unique : c’est chacun de nous.

Mais à cause de quelque chose de plus petit que ce point : on a osé dire à Dieu "non".

Alors qu’il tenait chacun de nous dans ses mains, Dieu le Père a déposé ce petit point, car il l’a respecté,

et lorsqu’il a déposé ce point, il s’est séparé : on est devenu individuel.

Il s’est multiplié par lui-même : on est devenu des êtres sans amour. 

Mais nous sommes quand même ce petit point; c’est pour ça qu’il y a de l’amour en dedans de nous autres.

Il est tout caché ce petit point, il est à l’intérieur de nous.

Maintenant, on n’illumine plus, on n’est plus une lumière, parce que c’est à l’intérieur qu’il est rendu.

Jésus, il veut nous redonner notre identité, il veut qu’on soit totalement une lumière; il ne veut plus qu’on cache ce petit point à l’intérieur de nous, il veut qu’on devienne la lumière, afin qu’on puisse retourner dans la main de son Père.

Mais avant que cela se fasse, il y a des choses qu’il va falloir qu’on fasse : il va falloir que le petit point qu’il y a à l’intérieur de nous prenne de la place à l’intérieur.

Il nous a donné des moyens par les prêtres : les sacrements; il nous a donné l’Évangile.

Et Jésus m’a fait comprendre que c’est là le moyen, il n'y en a pas d’autre : l’Évangile.

On a reçu les paroles de Dieu.

Le Verbe est venu lui-même se mettre par écrit et il s’est donné afin qu’on puisse le tenir dans nos mains quotidiennement, et on l’a laissé encore une fois tomber.

Ils sont rares ceux qui prennent la Bible à tous les jours et qui la lisent.

Moi, je ne l’ai pas fait; ah! je la connaissais la Bible, elle était dans une très belle place : dans un tiroir! 

Oh! je sais, j’en avais quand même pris bien soin! Un jour, je l’ai prise, puis je l’ai sortie, je l’ai mise sur mon bureau; après ça, ça m’a tentée, je l’ai mise dans mon salon.

Dieu nous demande de lire à tous les jours la Bible : la Parole de Dieu.

Nous sommes les enfants de la Lumière, nous devons nous conduire en enfants de la Lumière.

Il va falloir qu’on le fasse, il va falloir qu’on agisse, qu’on ne devienne pas seulement des enfants d’apparence.

C’est fini le temps où on allait à la messe et on disait : "Ah! eux autres sont des catholiques. Ah! eux autres sont des pratiquants."

Non! Ce n’est pas ça que Dieu veut! Dieu veut qu’on fasse partie de lui.

Dieu veut qu’on soit une flamme, qu’on soit des amoureux.

Il veut qu’on soit plus que ce qu’on lui a donné depuis des années, parce que ça n’a pas suffi.

On s’est oublié; on a préféré la télévision, la radio, les journaux, les revues, aller magasiner : on a tout fait ça, nous autres! Alors Jésus nous a laissés aller, pas sans rien faire, il a toujours réagi : il nous a fait connaître des saints extraordinaires.

Nos églises nous montrent leur présence mais, au lieu de lire leur vie, aujourd’hui on va préférer regarder un programme à la télévision.

On ouvre la télévision, ce sont des sons dans nos maisons; ils ne nous disent pas comment  bien nous conduire mais, ils nous montrent comment nous conduire selon leur façon.

Jésus a toujours été présent avec nous, maintenant, c’est à nous de lui dire : "Jésus, tu n’as pas fait ça pour rien, tu ne nous as pas amené ta Mère pour rien!" 

Maman Marie, elle a apparu et elle apparaît.

On va voir Maman Marie et, pourtant, on revient à la maison et on ouvre la télévision, on écoute la radio.

C’est vrai que ça nous fait mal, ça nous fait de plus en plus mal!  Pourquoi? Parce que c’est en train de rentrer en nous : Jésus vient de nous dire quelque chose de merveilleux : on est enfants de la Lumière, on franchit un pas, un nouveau pas.

À chaque année, Dieu nous montre sa Volonté.

Maintenant, dans cette année, nous allons devoir faire des gros efforts, ça ne sera pas facile pour nous.

Il va y avoir des moments encore où on va beaucoup souffrir à l’intérieur de nous, mais ça va être plus facile.

On est en train de se laisser purifier : notre chair est en train de se laisser purifier; c’est l’intérieur, après viendra l’extérieur.

Dieu va faire des miracles, il va soigner, mais pas sans nous faire réaliser que c’est à l’intérieur que c’est le plus important : c’est là qu’on va se laisser transformer.

On va devenir des enfants de la Divine Volonté.

Je vis depuis trois ans en transformation, Dieu dit : «Tu es enfant de la Divine Volonté» et c’est ce que nous sommes tous! Parce qu’au moment où on prononce notre oui à l’Amour : on devient enfants de la Divine Volonté, on consent à vivre en enfants de la Divine Volonté.

"Ah! ce n’est pas évident! Qu’est-ce que je fais avec ça?" "Mais tu ne fais rien, tu laisses Dieu agir. Tu as des pensées et ce n’est pas correct? Eh bien, tu lui donnes! Elles reviennent? Alors tu continues à lui donner."

C’est Dieu qui va transformer, ce n’est pas nous.

Dieu dit : «Soyez humbles, soyez des enfants, soyez tout petits.» 

Ne cherchez pas à faire ce qui appartient à Dieu; c’est à Dieu.

Il a dit dans son Évangile : «Laissez à Dieu ce qui est à Dieu».

Nous appartenons à Dieu, alors laissons-lui toute la place, c’est lui qui nous transforme.

Nous sommes vraiment privilégiés! Nous allons connaître des moments merveilleux! Nous allons connaître aussi des moments difficiles parce qu’on va voir autour de nous de la souffrance.

On va aussi endurer cette souffrance mais, cette souffrance, elle ne sera pas la même parce qu’elle sera purifiante.

On sait ce qui s’en vient, il ne faut pas douter.

Notre saint Père le Pape, lui, le savait; lui savait tout ce qui était pour arriver, il nous a montré un exemple merveilleux.

Malgré qu'on a beaucoup ri de lui! Croyez-vous qu'il ne le sait pas? Il le sait notre saint Père : il souffre, il est enfant de la Divine Volonté.

Oui, notre saint Père est un enfant de la Divine Volonté : il vit des moments merveilleux! C’est pour ça que le saint Père a pu prendre tous nos péchés.

Il reçoit des présences tout à fait spéciales : il est enveloppé de la Trinité : intérieur, extérieur.

Il fallait que notre saint Père soit le premier choisi, pas nous : lui.

Il nous a amenés là où on devait être.

Maintenant, notre saint Père va bientôt suivre son chemin éternel.

Nous devons aussi faire encore un bout de chemin avec lui, mais il n’en reste pas beaucoup, vous savez.

Des révélations nous sont faites ce soir parce que Dieu veut nous instruire, parce qu’il sait que nous sommes capables d’entendre ces paroles. Nous avons laissé notre cœur ouvert à plusieurs des messages donnés par Marie à ses enfants, des messages donnés par le Fils, par le Saint-Esprit, par Dieu le Père et nous avons eu aussi des messages donnés par des saints qui sont au Royaume de Dieu, des âmes du purgatoire dans l’obéissance à Dieu.

Tout ça, nous sommes prêts à les entendre parce que nous avons reçu des grâces pour ça.

Essayez de dire ça à l’extérieur, à ceux qui n’ont pas été préparés comme nous, vous allez voir : ils ne pourront pas entendre ça, ils vont vous enterrer.

C’est ce que vous allez vivre, Dieu ne nous l’a pas caché ce soir, nous allons être en guerre.

J’ai eu une vision, j’étais en moi :

 Il y avait des enfants des ténèbres, il y avait aussi des enfants de la Lumière. Nous étions comme ensemble (vous et moi) et un ange est venu me dire – sous l’apparence d’une personne – : "Il y aura une guerre et il faut que des enfants soient mis sous protection, nous allons venir les chercher, mais d’autres devront demeurer." 

Alors, je me suis vue comme dans un genre de conteneur, j’étais placée avec des personnes.

On les faisait sortir, puis on les amenait en sécurité dans un endroit : là, où étaient des enfants de la Lumière.

Ils les amenaient et tout d’un coup la porte a commencé à se fermer, à se fermer : une grosse porte de métal se fermait, elle se fermait. Alors je regardais puis j’ai dit : "Il n’y a plus de place là-bas? Il faut qu’on reste ici?" Elle  a dit : "Oui", alors j’ai dit : "C’est très bien." : elle a fermé la porte.

Nous étions trois à l’intérieur et, à l’extérieur, il y avait une grande bataille, on pouvait entendre des sons de l’extérieur.

Ce n’était pas des sons de bombes, mais c’était des sons violents à l’extérieur et ça se passait au-dessus de nous : c’était les enfants des ténèbres contre les enfants de la Lumière.

Il y avait un combat qui se faisait et nous étions en plein centre.

À l’intérieur, j’étais avec deux personnes.

Il y en avait une qui était énorme, mais énorme, elle transpirait beaucoup et sa transpiration quand elle sortait, était comme brune, sale; alors j’ai dit : "Il faut prier!" Elle a dit : "Moi, je suis fatiguée, j’ai autre chose à faire, je vais aller me reposer"; alors, elle s’est allongée.

Et il y en avait une autre qui, elle, elle était debout, puis elle marchait de long en large : elle s’inquiétait et elle ne priait pas; alors, tout d’un coup, il y a une personne qui est apparue, une quatrième personne, et je savais que c’était un ange; elle était habillée d'une armure, comme un soldat, puis elle surveillait la porte, la grosse porte qui s’était refermée : alors là, je me suis mise en prière, puis je priais, je priais, je priais Maman Marie.

Quand je suis revenue, Jésus m’a expliqué.

Il a dit : «Voici venir des temps où les enfants de la Lumière vont devoir demeurer sur la terre, mais il va y avoir de grands combats.»

Il  va y avoir des personnes qui ont été avant nous, elles vont nous protéger; elles vont nous aider : ces personnes-là vont combattre avec les enfants de la Lumière.

Ces enfants des ténèbres, ce sont ceux qui se sont donnés à Satan et ils sont parmi nous.

À l’intérieur, la grosse personne qui transpirait beaucoup, c’est qu’elle contenait tous les enfants : ce sont  ceux qui ont à l’intérieur un oui, mais qui sont dans le plaisir, qui n’écoutent pas ce qu’on leur dit; ils veulent bien prier le bon Dieu, mais il ne faut pas que ça les dérange, ils ont autres choses à faire : eux sont avec nous.

Et l’autre personne, celle qui marchait de long en large, elle représente les priants, mais qui ne se sont pas encore abandonnés dans la Volonté de Dieu; ils s'inquiètent, ils ne se donnent pas la peine de s'arrêter pour prier pour tous leurs frères et leurs sœurs : c’est cette deuxième personne.

Et l’autre, c’était moi qui représente tous les enfants de la Lumière : c’est nous; nous allons prier, nous allons nous donner, nous allons nous garder dans la paix, parce que je n’avais pas peur, je ressentais la paix.

Je savais que l’ange me protégeait, et je sais que les anges sont là : Jésus dit que les anges vont nous protéger.

Nous allons être protégés dans cette bataille.

Une grande bataille va se faire : on va essayer de nous induire en erreur.

Beaucoup de choses vont être bousculées dans nos églises! Parce que de nos frères et de nos sœurs, ils vont nous dire : "Regarde, telle ou telle chose doit s’arrêter parce qu'on a dit que maintenant, on était pour interrompre…"  Et nous, nous allons être devant ce qu’ils vont nous dire... Ils vont nous dire : "Jésus n’est pas présent dans l’hostie, c’est inutile d’aller à la confesse parce que Dieu a déjà purifié nos péchés : on n’a pas à les confesser."

Beaucoup d’erreurs vont circuler, et ça va aller en s’agrandissant.

Tout a été calculé par Satan, tout!

Il va se servir de nos enfants, il va se servir de nos frères, de nos sœurs : ne vous y trompez pas! C’est ce qu’on va vivre, mais gardez votre paix; c’est là que nous allons aider nos enfants, car vous allez devoir faire un choix.

Vous ne serez pas celle qui a transpiré, mais ne soyez pas non plus celle qui s’est mise à marcher de long en large en s’inquiétant.

Vous devez choisir celle qui prie et qui se donne parce qu’elle sait que Dieu est là et lui va tout faire : c’est ce qu’on doit vivre! 

Nous devons nous garder dans la joie, dans la paix.

Jésus nous a montré ce qu’on était pour vivre.

Il n’a pas porté sa Croix jusqu’au Calvaire, sans entendre des blasphèmes contre lui, on a craché sur lui; malgré qu’il portait la Croix, on essayait de l’atteindre pour le pousser.

Nous aussi, c’est la même chose : nous allons avancer vers la Terre Nouvelle en Jésus, dans la paix.

Parce que Jésus est là, il va nous envelopper de son amour.

Ça fait des années que Maman Marie vient nous dévoiler l’amour de son Fils pour nous.

Croyez-vous qu’elle n’a pas été insultée? On a ridiculisé la Mère de Dieu! Nous aussi, nous allons passer par là, mais à l’exemple de Jésus, de son Fils, à l’exemple de Marie, notre Mère.

Jésus a triomphé et Marie, par ses enfants de la Lumière, triomphera!

Vous êtes les choisis parce que vous avez une force et cette force, elle s’est enracinée en vous.

Il n’y a personne qui va vous ébranler : c’est fini ce temps-là.

Vous savez où on va aller maintenant? On s’en va là, en avant : ce qui s’est passé à côté, ça nous regarde plus; ce qui est en arrière de nous, de notre vie, ça nous regarde plus; maintenant on avance en avant : c’est là qui est la victoire, c’est là qui est notre vie, c’est là qui est notre place.

Nous allons faire ce que Dieu nous demande envers et contre tout.

Qu’importe ce qu’on va dire de nous parce que, nous, nous savons que nous le faisons pour Dieu, pas pour nous,

parce que si on le faisait pour nous : je vous garantis qu’on ne dormirait pas ce soir.

Je n’aurais jamais pu dormir en sachant que ce que j’écrivais : venait de moi. Qui peut faire ces choses?

Je n’aurais jamais pu dormir si je n’avais pas été en moi-même abandonnée en sachant que Dieu m’enveloppe.

Je suis dans son Église, (La rencontre se fait dans une église, le tabernacle est au centre de l’église en avant et la Fille du Oui à Jésus est en avant à droite face aux gens donc elle ne peut voir le tabernacle qui est derrière d’elle.) Dieu est là, je sens sa Présence, tout mon dos sent sa puissance. Croyez-vous que je serais capable par moi-même?

Si, Dieu, dans son saint Évangile, a puni deux personnes à l’instant même parce qu’ils avaient conté un mensonge à ses apôtres, croyez-vous qu’il ne serait pas capable de faire la même chose avec moi? Oh! oui, il n’aurait pas attendu non plus trois ans, il m’aurait écrasée.

Dieu nous donne une force et cette force-là, c’est seulement lui qui peut nous la donner.

Regardez-moi, c’est à peine si je pèse cent livres! J’étais à la maison, comme toutes les mamans à faire des repas pour son mari, ses enfants : puis ça, c’était ma vie.

Aujourd’hui : «Tu n’es plus, tu vas où je t’envoie. Ce n’est pas toi qui vas parler, c’est moi qui vais parler.»

Eh bien, je n’aurais jamais pu faire ça par moi-même.

Il a fallu que ça soit lui qui le fasse.

Il a fallu que lui change ce que je suis.

Il a transformé mon intérieur, il a pris cette petite lumière, toute petite, toute petite, puis il lui a donné de l’importance; il a montré que ce qui était autour n’avait plus d’importance, ça ne valait rien.

Cette chair que nous voyons, que nous prenons la peine de laver, de nourrir : elle ne vaut rien, elle est bonne qu’à enterrer; c’est tout ce qu’on mérite, nous! Mais à cause de cette petite flamme-là, à l’intérieur de nous, bien, on mérite : on mérite de se laisser transformer par Dieu.

Pourquoi? Parce qu’on vient de Dieu.

Quand on découvre qu’on vient de Dieu : on apprend à lui abandonner tout, puis c’est lui qui fait le reste.

Il nous apprend à vouloir nous battre en son Nom.

Oui! il faut se battre. On va se battre avec nos frères et avec nos sœurs, mais pas à notre façon humaine, là, pas avec nos mots, avec l’amour, seulement qu’avec l’amour.

Aujourd’hui, j’ai participé à l’enterrement de mon cher beau-frère, Armand Giroux, nommé Bébé parce que pour nous, ce n’était que Bébé, pour nous c’était lui, c’était Bébé, Bébé Giroux. Cet homme a fait beaucoup dans sa vie, et il a fait beaucoup aussi de sa volonté humaine.

Et, aujourd’hui, lorsque j’étais assise avec mon frère, il disait : "Ah! il ne faut pas trop prier, il ne faut pas trop en faire parce que ça va déranger les esprits." Il a dit : "Tu sais, c’est facile de tourner de bord."

Je lui ai tapé sur la main, puis j’ai dit : "Laisse ça au Seigneur, lui, il le sait." Je n’avais besoin de rien lui dire, Dieu savait quoi faire avec, au moment que lui, il sera prêt, pas au mien.

C’est ce qui va arriver avec chacun de nous : on aura la paix.

Avant, j’aurais fait comme un petit volcan! Oh! que j’aurais pris (les devant); j’aurais essayé avec mes deux poings, puis dire : "Mais voyons donc, qu’est-ce que tu dis… puis…".

Non, je l’ai laissé aller parce que Jésus veut qu’on laisse aller nos frères et nos sœurs, mais qu’on les aime.

Tout ce que je lui ai dit c’est : "Je t’aime bien, mon petit frère."  C’est tout ce qu’il avait besoin de savoir pour le moment.

C’est ce qu’on va faire avec nos frères et nos sœurs, parce qu'ils ont bien plus besoin d’amour qu’ils ont besoin de paroles humaines; parce que ce n’est pas ça les paroles humaines qui vont les aider, plus au point où on est rendu.

Pouvez-vous rivaliser avec les enfants des ténèbres, alors qu’ils ont le Maître? Non! Savez-vous pourquoi? Parce qu’on a trop perdu! Pendant des années de temps on a voulu faire notre volonté humaine; pendant des années de temps, notre corps a pris le dessus dans toute notre vie; et là, on parle de plusieurs siècles en arrière; alors, on a perdu de la place.

Satan n’aurait pu avoir autant de pouvoir si on ne lui en aurait pas laissé la place.

C’est nous qui lui avons ouvert les portes avec notre façon de vivre, et Satan a pris de la place.

Alors, croyez-moi, lorsqu’on va parler avec notre volonté humaine, on va faire face à son règne de noirceur à lui.

On ne pourra jamais y arriver parce que son ampleur est d’une (telle) immensité que si, en ce moment même, nos yeux percevaient la noirceur dehors, on mourrait tant qu’on serait anéanti par le mal.

Mais Dieu a mis quelque chose à l’intérieur de nous : cette petite flamme-là.

Ce n’est pas beaucoup! Vous savez où elle était placée?

Dans la main du Créateur : il n’en faut pas plus pour changer le monde.

Et ce n’est pas Satan qui va pouvoir arrêter la puissance de Dieu.

Il a essayé de le faire par la peur : il nous a tenus par la peur pendant des années de temps et, à cause de la peur, on a laissé notre foi.

Maintenant, on apprend à demeurer dans la paix de Dieu.

Les enfants de la Lumière, c’est synonyme de paix; alors, quand on est en paix : on laisse toute la place à Dieu et c’est lui qui parle, et c’est lui qui va parler aux enfants des ténèbres, pas nous.

N’oubliez pas qu’il y a les enfants des ténèbres qui ont complètement donné leur vie à Satan.

En ce moment, il y a nous et les enfants qui les portent à l’intérieur d’eux, et ils sont dans les ténèbres : ce sont nos frères et nos sœurs, ce sont nos enfants.

Ils sont entourés tellement (par la noirceur) qu’ils ne voient pas la petite flamme qui est à l’intérieur d’eux,  et c’est ça qu’il faut aller toucher; c’est Dieu qui va aller la toucher pour qu’elle puisse grossir de l’intérieur, pas de l’extérieur, mais de l’intérieur.

Il va se servir de nous.

Plus qu’on va être petits, et plus on va avoir de puissance pour rentrer à l’intérieur d’eux.

Si on demeure avec notre volonté humaine : on va être trop grands, on ne pourra pas les atteindre.

Pourquoi? Parce qu’on va les frapper, les percuter, on ne pourra pas entrer en eux : on va tout simplement être une rivalité; mais si on devient tout petits et si on laisse Dieu agir : on va devenir une flamme et une petite lumière, elle, va pénétrer.

Dieu sait par où entrer, nous, non : lui sait où.

Autant que l’autre a vu en chacun de nous des failles, on a laissé pénétrer le mal; parce que le mal nous habitait, alors, lui, il nous incitait au mal; alors ça gonflait à l’intérieur de nous, tellement qu'on est devenu coléreux, égoïstes, menteurs, avares, vaniteux : on est tout devenu ça! On s’est cru capables de sauver nos enfants.

Voyez-vous ce que l’orgueil a fait de nous?

Sans s’en rendre compte, on a voulu prendre la place de Dieu, se prendre pour Dieu!

Même nous, les enfants de Dieu, on a voulu faire ça! Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, elle avait su se tenir petite, elle; elle avait le droit d’évangéliser parce que ce n’était pas elle qui le faisait, c’était Dieu.

C’était sa petite flamme qui passait, tout comme Saint François Xavier, comme Jeanne d’Arc, Saint Jean de la

Croix : tous ces saints étaient des flammes, ce n’étaient pas des orgueilleux.

Ils n’ont pas voulu par eux-mêmes essayer d’évangéliser, oh non! ils étaient bien trop petits, bien trop humbles pour le faire!

Ils ont laissé le Saint-Esprit le faire, ils ont laissé toute la place à Dieu.

Nous aussi, on doit faire la même chose : on doit faire ce que Maman Marie nous dit de faire : «Ouvrez votre cœur.»

Lorsqu’on ouvre un cœur, qu’est-ce qu’on y trouve? Il y a à l’intérieur d’un cœur des petits passages avec des vaisseaux et, dans ces vaisseaux, il y a du sang, et il y a aussi du vent, il y a aussi un mouvement, un cœur, c’est quelque chose qui est habité.

Lorsqu’on arrive à ouvrir son cœur et qu’on découvre qu’il est habité, c’est parce qu’on découvre Dieu.

Qui peut habiter l’intérieur de nous-mêmes, si ce n’est que Dieu?

C’est pour ça qu’il faut ouvrir notre cœur : on laisse la place à Dieu, c’est lui qui s’arrange avec tout, c’est lui qui est le Mouvement, c’est lui qui fait circuler ses grâces.

C’est la Source, c’est le Liquide de la vie.

Dieu est le Tout. Dieu est la Puissance.

Dieu va nous apprendre beaucoup dans ces temps-ci.

Dieu m’a retirée depuis janvier, toute seule.

J’ai été cloîtrée au chalet et à la maison : pas de téléphone, ni d’Internet, le fil était débranché, parce que quelquefois, par Internet, j’envoyais les corrections : il n’y avait plus de fil, il était débranché et enroulé.

Pendant un mois de temps, j’ai écouté (le Seigneur) et j’ai eu des écrits.

Le Seigneur a écrit jusqu’à sept livres, et cette semaine, je disais : "Ah! Seigneur, tu as écrit beaucoup?"

Il a dit : «Oui.»

Le livre que je devais corriger, c’était le quatrième, mais il n'arrêtait pas de changer : le livre n’est plus le même.

J’ai dit : "Seigneur, qu’est-ce qu'on fait, on continue?" Il ne disait pas un mot; alors je continuais, puis je continuais.

Le trente de janvier, je reçois une histoire.

Il a dit : «Je vais te conter une histoire», et dans cette histoire :

il y avait une petite fille qui se promenait et elle a rencontré un ami qui lui a demandé : "Viens, j’ai quelqu’un à soigner. Tu veux m’accompagner?" Alors, la petite fille, elle a dit : "Oui, je veux bien!" elle y est allée. Cette personne était très malade, beaucoup; elle a continué (de la voir) malgré qu’elle rentrait dans la maison où les odeurs étaient vraiment très difficiles à endurer, et la maison était tellement en désordre, c’était incroyable! Mais la petite fille demeurait dans la maison et elle gardait sa joie, puis elle aidait à nettoyer, puis à soigner. Et un jour, peu de temps après, la personne est morte et elle est revenue voir la petite fille, elle lui a dit : "Maintenant, c’est ton tour, tu dois aller voir du monde sur ton chemin, tu dois leur dire d’aller soigner leurs frères et leurs sœurs parce qu’ils sont malades.

Souviens-toi que tu as rencontré quelqu’un sur ton chemin qui t’a amenée à moi, maintenant, tu dois faire la même chose."

Alors, j’écrivais, j’écrivais, j’ai dit : "Seigneur, c’est drôle, j’ai l’impression d’avoir vécu ça." 

Il a dit : «Oui, ma fille, tu l'as vécu.»

J’ai dit : "C’était moi, la petite fille?" Il a dit : «Oui, c’était toi.»

J’avais vécu la même chose! Et j’ai dit : "Qu’est-ce que cela veut dire, Seigneur, cette personne?" Il a dit : «Oui, j’ai permis qu’elle vienne te voir.» Il a dit : «Écris, ma fille.» 

Alors là, il m’a annoncé : «Ceci est ma Volonté; c’est le dernier livre que tu écris, il n'y en aura pas d’autres. Maintenant, tu vas devoir aller partout où je vais t’envoyer.

Ma Mère va ouvrir les portes, tu vas aller là où je te dis.» 

C’est là que j’ai su le trente de janvier que je venais d’écrire le dernier livre.

Et aussi, j’ai dit : "Ah! Seigneur, tu as tellement écrit, tu en avais au moins pour sept livres!" Il dit : «Plus, ma fille.»

J’ai dit : "Oui! «Cela devait être pour te transformer; il fallait que tu écrives.»

C’est pour ça que j’ai écrit beaucoup, c’était pour me préparer à ce que je devais vivre. Ce livre a été écrit en un mois et tout a été changé par le Seigneur.

Chaque message nous prépare à ce qui vient; il est rempli de lumière.

Mais Jésus a dit : «Tu n’aurais pas pu écrire cela sans le premier. Comment veux-tu parler de ce que Dieu attend des enfants si tu ne sais pas qui est Dieu?» C’est pour ça qu’il y a tant d’amour dans le premier parce que Dieu veut qu’on sache qui il est : on va devoir parler de Dieu, on va devoir parler de la lumière.

Alors Dieu va, lui aussi, faire la même chose avec chacun d’entre vous; s’il l’a fait pour moi, il le fait pour vous aussi : on va devoir se laisser transformer encore plus.

À chaque jour, Dieu dit qu’on est en train de recevoir des grâces tout à fait spéciales 

pour les enfants de la Lumière pour qu’on puisse évangéliser.

Et ne cherchez pas à comprendre; ce n’est pas à nous de comprendre comment cela doit se faire, quand ça va être le moment.

Ah! ce sont des questions totalement inutiles! Dieu le sait, lui.

Regardez ce que vous êtes, est-ce que vous étiez comme ça, il y a à peu près trois, quatre, cinq ans?  Non! On a avancé pour nos frères et pour nos sœurs.

On va être enflammé de jour en jour.

S’il vous plaît, ceux qui regardent la télévision, essayez à tous les jours d’en regarder de moins en moins; ceux qui lisent les journaux, essayez de reculer ça, puis de fermer et d’espacer ça.

Laissez la place à Dieu, lisez votre Bible.

S’il vous plaît, reprenez-là, nourrissez-vous; vous allez voir qu’il va y avoir des lumières : vous allez comprendre des choses que vous ne compreniez pas.

Laissez-vous envelopper du Saint-Esprit.

Des grâces tout à fait spéciales nous sont données pour nous en ce moment, pour ceux qui sont enfants de la Lumière et que nous portons.

Nous allons avoir une force incroyable; nous allons aider les enfants de la Lumière et les enfants de la Lumière d’ailleurs vont nous aider.

C’est la multiplication, c’est la Divine Volonté.

On est entré dans la Divine Volonté pour entrer dans la Nouvelle Terre, mais il faut qu’on avance! 

C’est ça qu’on va faire à tous les jours : Dieu va nous utiliser.

Si vous vous ennuyez parce que la Bible a déjà été lue, essayez d'aller voir les livres des Saints, ah! c’est merveilleux! Gardez votre sourire.

Inutile de vous mettre en jeûne pour vous en rendre malade, si vous n’êtes pas capable, Dieu ne demande pas ça!

Il ne demande pas non plus de mettre des roches dans nos souliers : ce n’est pas parce qu’il ne le voudrait pas, mais il sait très bien qu’on ne "tofferait" [1] pas longtemps! Dieu nous dit aussi : «Ne vous fatiguez pas, faites attention!»

Satan, il sait quand on est fatigué et c’est là qu’il nous envoie des coups de téléphone de personnes (qui nous parlent) d'événements.

Pourquoi? Parce qu’il nous voit fatigués, alors il incite les autres à nous achaler : alors, gardez-vous dans le calme.

Et lorsque vous priez, priez, mais si vous avez un point dans le dos : assoyez-vous! Dieu ne demande pas ces choses-là.

Croyez-moi que Satan, lui, il voudrait bien aussi vous troubler : "Mais voyons donc, mets-toi donc à genoux; tu n’es pas une bonne chrétienne!" Quand on se demande : "Mais, mon doux, j’ai mal dans le dos; ah, c’est vrai, je vais me mettre à genoux."  Ne faites pas ça! Dieu est amour, Dieu n’est que paix, Dieu n’est que joie.

Il m’envoie me coucher quand je suis fatiguée : «Va te coucher, ma fille.»

Et Maman Marie aussi : "Va te coucher, ma fille."

Faites prier votre ange, servez-vous-en : vous n'êtes pas capables de finir votre chapelet? Il est capable! Il est capable d’en faire beaucoup.

En plus de cela! Donnez-lui-en, pas seulement qu’un rosaire, dites-lui : "Prie avec les âmes du purgatoire; elles, elles prient."

Priez avec tous vos frères, vos sœurs du monde entier et priez avec ceux qui travaillent.

Vous savez, quand ils travaillent, ils ne savent pas qu'ils prient eux autres, alors prenez leur mouvement.

Il y en a, comme une garde-malade, elle n'a pas le temps, elle est trop occupée, elle se dit : "Ah! je n’ai pas le temps de donner ma journée à Dieu."

Et pourtant, elle le voudrait bien, mais faites-le pour elle : elle va recevoir des grâces, puis vous autres aussi vous allez en recevoir des grâces : on va être un mouvement de force. Faites-le! Et si vous oubliez, ne soyez pas tristes parce qu’il y en a d’autres qui l’ont fait pour vous autres.

C’est ça la Divine Volonté : on se soutient.

Arrêtons d’être tristes, gardons notre paix! Oui, il va y avoir encore des gens qui vont nous dire qu’on est des menteurs, qui vont nous dire qu’on est des fanatiques.

Eh bien, merci, je suis quelque chose!

Dieu nous apprend à nous aimer.

S’il vous plaît, ne plus parler pour ne rien dire.

Vous savez, on a tellement appris à vouloir faire des conversations qu'on s’est joué des tours bien souvent! 

Dans notre conversation, on ne s’est pas rendu compte qu'on faisait tellement de papotages que quelquefois ça nuisait à notre prochain : "Ah! je ne parlerai pas contre lui, mais je dirai ce que j’en pense."

Le Seigneur n’en veut pas, lui, et le voisin non plus, probablement, parce que ça lui fait des ulcères dans l’estomac, parce qu’il a pris déjà part à une conversation et ça l’a troublé : il a de la difficulté à dormir. Essayons de prendre soin aussi de notre propre santé.

Dieu nous demande d’être simple dans notre façon aussi de nous habiller.

Aujourd’hui, je me peignais, je voulais faire ma queue, mais j’avais le goût de laisser mes cheveux (détachés),

j’ai dit : "Seigneur, ça c’est de l’orgueil, Seigneur, il ne faut pas que je fasse ça. Seigneur, je te donne tout. Viens m’enlever ces pensées-là, Seigneur." Puis, j’ai dit : "Tout ce qui n’est pas de la Divine Volonté, sors de mes pensées." 

Là, j’entends le Seigneur qui dit : «Va voir ma Mère.»

Alors, là, j’ai été où est Maman – j’ai eu la chance d’avoir une belle statue – puis elle a dit : «Mets-toi à genoux."»

Je me suis mise à genoux, elle dit : «Fais ton signe de la croix et dis un ‘Je vous salue Marie’»; alors j’ai fait ce qu’elle m’a dit et aussitôt que j’ai fini mon ‘Je vous salue Marie’, Maman Marie m’a parlé

et elle a dit : «Ma fille, ne sais-tu pas que tout ce qui est beau vient de Dieu?  Ne sais-tu pas que s’il avait voulu que tu sois chauve, il n’aurait pas mis tes cheveux sur ta tête? Ne sois pas orgueilleuse! Tu sais, ma fille, quelquefois lorsqu’on veut trop, c’est que l’orgueil prend une nouvelle tournure. Sois simple et reste comme le Saint-Esprit veut; s’il veut que tu te coiffes ainsi, dis merci à Dieu; mais demeure simple, toute petite.»  Elle a dit aussi : «Moi, je t’aime bien avec les cheveux longs.»

Alors, je suis partie et je suis restée comme ça.

On ne sait même plus comment se comporter, on ne sait plus comment s’habiller, on ne sait plus comment se peigner : on est tout mélangé.

Dieu ne veut pas (que nous nous prenions pour des martyrs).

Oui, il en veut des martyrs, mais il m'a fait comprendre : «Chaque enfant reçoit des dons; chaque enfant a une mission sur la terre, il doit être comme il est. Moi, si je t’ai choisie, crois-tu que je ne savais pas que tu étais toute petite?  Crois-tu que je ne savais pas que tu étais fringante? Reste comme tu es parce que c’est comme ça que j’ai voulu te choisir et c’est comme ça que je vais choisir tous mes enfants de la Lumière, tels qu'ils sont. Je les veux tels qu'ils sont, je ne veux pas qu’ils changent, je veux qu’ils demeurent comme ils sont : simples, humbles, joyeux, dans la paix.» 

C’est comme ça que Dieu me parle et c’est comme ça aussi

que nos frères et nos sœurs veulent nous regarder.

Croyez-vous que s’ils nous voient la tête rasée, la robe longue et jusqu’au cou, le gros foulard, ils n'auront pas peur de dire : "Non!  mon Dieu, je ne veux pas devenir comme ça, moi!" Hé! il faut faire attention! Dieu nous veut amour!

S’il aurait voulu qu’on soit tous pareils, il n'aurait jamais mis des cheveux différents sur notre tête; il nous aurait fait tous dans le même moule.

Non! Dieu nous aime comme on est. 

Dieu nous parle beaucoup de notre corps ce soir, on dirait! C'est parce qu’il veut nous faire comprendre quelque chose de très important.

Nous allons laisser notre corps à Dieu pour qu’il le purifie.

Notre corps va connaître quelque chose qu’aucun autre corps sur la terre

n’a connu jusqu’à présent : la purification du corps.

Quand on parlait de la Grande Purification, du moins moi, je voyais : tout va être purifié et je n'aurai plus de péchés; çà s’arrêtait là.

Mais Dieu est en train de nous faire découvrir autre chose, non seulement que notre intérieur va être purifié de toute tache, de tout péché : on va être purs; mais notre corps aussi, parce que notre corps a été tellement bafoué par le péché; il est faible, il a tendance toujours à succomber à l’orgueil.

Si Dieu veut que nous soyons totalement enfants de la Divine Volonté, il faut que notre intérieur et notre extérieur soient aussi purifiés.

Notre corps va être purifié, c’est le premier jugement qu’on va vivre; nous allons vivre le premier jugement sur la terre avec notre corps.

Dieu n’a pas dit : «Tous les enfants de la Lumière, en ce moment même, vont vivre ce moment; d’autres auront des étapes différentes»; cela veut dire qu’il y en a qui vont aller vers Dieu le Père avant que nous, nous soyons dans la Nouvelle Terre, et ce n’est pas à nous de pleurer sur cela! Dieu le Père connaît tous ceux qui vont entrer dans la Nouvelle Terre et ce n’est pas à nous de dire à Dieu le Père : "Moi, je voudrais être là. Moi, je voudrais qu’un tel soit là. Moi, je voudrais qu’un tel…"

Non! laissons tout à Dieu.

Qui va connaître ces temps de rentrer dans la Nouvelle Terre? Ce n’est pas à nous de le savoir, mais nous savons une chose : c’est que nous avons déjà commencé.

Enfants de la Lumière que nous sommes nous sommes en train de marcher, nous sommes sur la route.

Comprenez bien qu’on est en train de marcher, nous ne sommes pas passifs.

La passivité est à celui qui ne veut pas prononcer son oui à l’Amour.

Ce n’est pas nous, nous avons prononcé un oui à l’Amour, alors nous marchons vers la Nouvelle Terre : nous sommes en chemin.

Et ceux qui vont continuer jusqu’à temps qu’ils vont entrer : Dieu le sait, lui, Dieu le Père.

Combien de temps cela va-t-il falloir? Dieu le sait, Dieu le Père.

Ce n’est pas à nous, mais nous savons que nous avons déjà commencé à marcher.

Regardez qu’est-ce qu’il y a autour de vous : vous souvenez-vous, lorsqu’on disait : "Les églises vont fermer leurs portes"; mais voyons donc, ça ne se pouvait pas! Et pourtant on le vit! Lorsqu’on a dit : "Lorsqu’il y aura la grande consécration au Cœur Immaculé de Marie, nous serons prêts." Notre saint Père le Pape n’a-t-il pas fait les consécrations au Cœur Immaculé de Marie? Lorsqu’il y aura des peurs, lorsqu’il y aura des tremblements de terre : est-ce qu’on ne les vit pas? Lorsque la nature se vengera : n’avons-nous pas connu ces temps-là? Nous les voyons, nous les vivons, et bien souvent, on s’interroge : "Est-ce que c’est vraiment ça?" Mais qu’est-ce que ça nous prend? Oui, nous vivons ces derniers temps.

Nous sommes à la fin d’un temps de haine, nous entrons dans un temps d’amour.

Lisez votre Bible et vous allez comprendre ce que l’on vit : oui, on vit ce temps, on vit ces moments d’amour, on est entré.

Oh! on se fait basculer! Parce que lorsqu’on entre dans une arche, à l’extérieur, il faut s’attendre à ce qu’il y ait des houles.

Nous avons pénétré dans l’arche : c’est le Cœur de Marie, et tant que les eaux ne seront pas descendues, nous n'entrerons pas dans la Nouvelle Terre.

Mais puisque nous sommes sur les eaux, c’est que la terre est là, il y a un mouvement : nous sommes dans un mouvement d’amour, nous vivons ce qui a toujours été annoncé dans la Bible : l’Apocalypse.

Oui, nous vivons l’Apocalypse.

Je ne vous annonce pas la fin du monde, non!  Dieu n’en parle pas, mais il parle de la fin des temps, il parle de ce que nous allons vivre, de ce que nous vivons : la Grande Purification, mais pas la très Grande Purification parce que ça, c’est tous les enfants : lumière et ténèbres : ça, nous allons le vivre.

Mais réjouissons-nous parce que Dieu nous annonce de belles nouvelles! Lorsque j’écrivais, l’une de mes filles, elle a dit : "Maman, est-ce que c’est dur?" J’ai dit : "Ce n’est pas dur pour certains, mais c’est dur pour d’autres." 

C’était très difficile d’écrire ce qu’il disait, vous savez!  Il y a des moments où j’avais de la difficulté à respirer; il fallait que j’arrête, parce que lorsqu’on écrit et qu’on sait que des enfants vont vivre des souffrances comme ça, même si ce sont des enfants des ténèbres, on les porte encore en soi : ce sont nos frères et ce sont nos sœurs.

Mais si une Maman vient consoler sa petite fille en la frottant avec un onguent et qu’elle ne ressent plus rien en l’espace de quelques minutes, croyez-vous que Maman ne prend pas soin de ses enfants de la Lumière? Croyez que nous, nous allons devoir passer par là! Elle va prendre soin de nous, elle va prendre soin de tous les enfants de la Lumière malgré notre souffrance, parce qu’elle va tout prendre sur elle; elle va prendre ces enfants qui n’ont pas voulu d’elle, puis elle va continuer jusqu’à la fin, jusqu’à temps qu’ils disparaissent avec leur ‘non’.

Maman va nous porter.

Il y aura de très grandes tribulations, on n’a pas besoin de se le cacher! Mais il faut se centrer vers l’amour, vers la paix; c’est ça qu’il faut faire.

Il ne faut pas regarder les messages que vous recevez; – je ne suis pas la seule, Dieu me parle ainsi, et il parle à d’autres personnes parce qu’il a dit : «Tu n’es pas la seule.» – alors quand vous lisez ces messages, s’il vous plaît, gardez votre paix, demeurez dans la joie.

Dites-vous que Dieu connaît chacun de nous, puis il n’y en a aucun qui va se perdre.

Alors de quoi on a à avoir peur?

Il faut  garder notre foi en la puissance de Dieu.

Dieu ne se trompera pas, il n'en oubliera aucun.

Alors, on doit garder notre foi en Jésus; à tous les jours, avancer dans l’amour du prochain.

Souvent, je dis à mon garçon : "Tu vas pas à la messe?" "Mais non, maman", mais il dit : "Je dis ma prière."

Mais là, je dis : "Tu n'oublies pas, tu ne parles jamais contre ton prochain. C’est beau dire ta prière, mais si tu parles contre ton prochain, aussi petit soit-il, tu vas souffrir."

Il dit : "Maman, je te le promets, je vais faire des gros efforts et je ne vais plus parler contre mon prochain."

Puis, souvent, je dis : "Tu es correct?" Il dit : "Oui, maman."

C’est ça qu’il faut faire, il faut se tenir entre nous, se rappeler qu'il faut se garder amour.

On peut se dire entre enfants de la Lumière : "Ah! Jésus nous a demandé de nous aimer : On s’aimes-tu? Ah oui, je t’aime!" 

Alors, disons-nous des "je t’aime".

On n’est pas habitué de dire ça!  Mais il faut le dire : "Je t’aime, on s’aime", et notre carcasse va tomber et on va continuer à rapetisser, à devenir petits, petits, puis à retourner dans la main de Dieu le Père, tous ensemble.

Alléluia!

 

Merci, Seigneur.