Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Parigné-sur-Braye, France,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus.

 

2008-03-03 - P.M.  Partie 2 

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Dans cette deuxième partie, le Seigneur nous donne ce petit temps-là : vous posez des questions. Mais ne posez pas des questions personnelles parce que les questions personnelles, Dieu les connaît. C’est qu’on veut s’instruire les uns et les autres, on veut comprendre l’agir de Dieu, on veut vraiment entrer dans ce mouvement. Alors, nous avons beaucoup à apprendre.

Vous savez, ça fait pas loin de 500 rencontres que nous avons présentement et pas une seule n’est pareille; on apprend tout le temps, tout le temps, tout le temps.

Alors, on va vous laisser toute la place, et qui va répondre? Je ne le sais pas. Mais vous savez, lorsque j’ai les yeux ouverts, c’est le Saint-Esprit et lorsque j’ai les yeux fermés, ça peut être Dieu le Père, Dieu le Fils, Dieu le Saint-Esprit, ça peut être la Sainte Vierge. Comment ça va se passer? Personne ne le sait, on va le vivre au présent.

 

Q.  Lorsqu’un enfant meurt sans avoir été baptisé?

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : La grâce de Dieu, c’est un mouvement qui a pénétré en tous les enfants du monde.

Lorsqu’un enfant est rejeté par la maman, qu’elle n’en veut plus avant que les neuf mois soient, lorsqu’une autre maman ne peut pas mettre son enfant à terme, alors le Ciel accorde des lumières à des prêtres qui baptisent ces enfants. Il y a même des personnes qui ont été choisies, elles ont mission de baptiser elles aussi. Il y a des religieux, des religieuses qui font cela aussi.

Partout dans le monde, Dieu donne la grâce afin qu’ils soient dans la lumière. Ce sont des tout petits enfants de Dieu. Et si vous saviez combien il y en a partout dans le monde qui baptise; aussitôt qu’un enfant meurt, il y a quelqu’un qui baptise. Le nom : ils le choisissent. Il y en a, des prêtres, qui ont dit qu’ils donnent le nom de Joseph ou Marie, d’autres le nom de leur ange gardien.

Dieu est trop bon pour laisser ces petits enfants loin de lui, il les veut, il les fait entrer chez lui dans son Royaume. Alors, réjouissons-nous. Il n’y a pas seulement que ces enfants. Il y a aussi des enfants qui viennent au monde et qui, aussitôt qu’ils sont au monde, on les tue, on n’en veut pas, mais ces petits enfants sont baptisés. Il y a aussi des enfants qui viennent au monde dont les parents ignorent ce mouvement, alors que l’enfant, lui, vient au monde. Il vieillit : un an, deux ans; il n’a jamais commis de péché autre que d’avoir la tache originelle. Alors, ces enfants sont baptisés aussi, non pas que c’est contre les parents; les parents, eux, ne le savent pas. Et Dieu sonde les cœurs, et ce sont les parents qui, eux, consentiraient s’ils étaient dans ce mouvement de connaissance.

Alors, laissons à Dieu ce qui est à Dieu, réjouissons-nous d’avoir un bon Papa d’amour qui donne la grâce à des enfants pour que ses enfants soient autour de lui. Merci, merci.

 

Commentaire d’un participant : Nous diffusons les chapelets de Maureen, là. Et elle dit, contre justement pour que les mamans changent d’avis quoi, on pourrait dire, elle dit que chaque 'Je vous salue Marie' peut sauver un enfant de l’avortement. Vous la connaissez sans doute?

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Oui.

 

Q.  Pour continuer la même question, lorsque dans nos familles il y a des enfants qui ne sont pas baptisés, que peut-on nous faire?

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Si le parent ne veut pas baptiser l’enfant et qu’il attend que celui-ci prenne sa propre décision, nous devons prier, nous devons prier pour qu’il soit dans la lumière. Nous devons préparer ces enfants à aller vers le sacrement du Baptême. Mais Jésus, Dieu le Père, Dieu le Saint-Esprit, c’est un Dieu libre, il ne force personne.

Mais si nous sommes en présence même d’un enfant qui n’a pas été baptisé et que cet enfant est en danger de mort, alors, en tant que chrétiens, nous devons demander à la personne si elle veut se faire baptiser, et nous pouvons baptiser. Prions encore pour que le oui soit prononcé. Amen.

 

Q.  La communion des saints. Moi, j’ai perdu ma femme, on est toujours en communion?

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Toujours. Dieu ne sépare pas les époux. Un homme et une femme, par le sacrement du Mariage, ne sont qu’un et c’est pour l’éternité, l’éternité!

Que l’homme demeure sur la terre et qu’il trouve une autre épouse, eh bien, qu’il se marie. Son épouse, si elle est au purgatoire ou au Ciel, va intercéder auprès de la Trinité, va prier pour que les deux aillent au Royaume de Dieu, que les deux aillent au Royaume de Dieu : c’est la communion des saints, c’est la valse de l’amour!

Dieu aime ses enfants. Lorsque nous sommes dans le Royaume de Dieu, il n’y a pas ce que nous nous connaissons sur la terre : il y a un amour pur, nous sommes en Dieu, en Jésus, et tout se passe dans ce mouvement d’amour. Il y a des échanges par le sacrement du Mariage qui se font entre deux âmes pour louer Dieu, rendre grâce à Dieu de la grâce qu’ils ont connue par le sacrement du Mariage. Alléluia!

 

Q.  À propos des anges gardiens, est-ce qu’il a un nom qu’il porte?

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Oui, les anges gardiens ont tous un nom. Si Dieu le veut, il peut vous le faire connaître, seulement si Dieu le veut. Alors, demandez et priez, et cela va monter à l’intérieur de vous, ou quelqu’un peut arriver et vous le dire.

Si vous ne l’avez pas, eh bien, il est toujours là. Il aime que vous l’appeliez votre ami : il est votre ami. Il est toujours là pour vous servir, il est toujours en adoration, alors demandez à votre ange gardien ce que vous voulez et qui est bon, il va vous aider. Le jour, il va tout faire pour vous : il va vous protéger, il va aller voir un autre. Oh, il va revenir, n’ayez crainte! Lorsqu’on demande quelque chose à notre ange gardien, on n’a même pas tourné notre tête, c’est déjà accompli; d’ailleurs, ça, c’est déjà trop long, il accomplit tout.

En ces temps de grâces, nos anges gardiens sont avec les autres anges et ils sont sur la terre. Soyons continuellement en prière. Plusieurs le savent : plusieurs demandent à leur ange gardien de prier, de dire des 'je t’aime' à Jésus, de demander à notre ange gardien de prononcer continuellement le oui à Dieu, de demander à notre ange gardien de nous amener là où il y a de l’adoration, de nous amener à la messe continuellement. Il est si bon de vivre cela avec tous les autres anges gardiens. Notre ange gardien peut aller voir tous les autres anges gardiens si on le lui demande, afin que les anges gardiens soient unis ensemble et qu’ils puissent servir l’âme.

Quelquefois, il y a des personnes qui reçoivent beaucoup, ils aiment leur ange gardien, mais ils ne savent pas qu’ils peuvent leur en demander, leur en demander. Alors, lorsqu’on envoie notre ange gardien en mission et que nous disons : "Va voir tous les anges gardiens", alors Dieu qui sait que cet enfant serait dans la joie à savoir que son ange gardien fait ce qui est bon pour lui, alors les anges gardiens s’accomplissent. C’est continuellement un mouvement d’amour. Merci, Seigneur.

 

Q.  Vous parlez d’un temps de grâces, c’est nouveau?

 

R.  Jésus : Le temps de grâce est un temps voulu par Dieu, le temps de grâce est un temps voulu par la Trinité. Ce qui vous est accordé vous est accordé par mon Père. Rien ici-bas ne connaît le temps de mon Père, rien ici-bas ne peut comprendre la lumière qui vous enveloppe, car la lumière qui vous enveloppe vous fait voir et vous fait comprendre ce qui est pour vous. Ce qui est pour vous est pour tous les enfants du monde. Avant que vous vous sachiez, vous étiez plongés dans ce temps de grâces, afin que vous puissiez être là au présent à vous accomplir. 

Enfants d’amour, il a fallu que je donne ma Vie pour vous. Il a fallu que je prenne, enfants d’amour, tout ce qui est la cause de votre souffrance, tous vos choix qui ont été pris devant le péché, toutes les conséquences que vous vivez et que tous ceux qui sont autour de vous vivent.

Ce temps est un temps choisi par mon Père. Heureux les enfants qui vivent ce temps, heureux sont ceux qui voient que ce temps est un temps de grâces. Rendez grâce au Saint-Esprit de vous faire comprendre ce que vous vivez. Peu le voient, peu le comprennent : ils sont aveuglés par leurs propres refus devant ce qui se présente, ils ne disent pas oui à la grâce, ils se refusent même ce temps de purification. Lorsque viendra le temps de la Grande Purification, ils verront ce qu’ils ont eux-mêmes choisi : ils seront devant toutes les grâces qu’ils ont refusées.

Vous vivez un temps d’amour, petits enfants, vous vivez un temps choisi afin que vous puissiez donner de vous-mêmes. Donner de vous-mêmes, c’est donner votre vie pour ceux que vous aimez : donnez sans condition, avancez. Ma Mère vous tient par la main, elle vous fait découvrir votre oui, elle vous amène à vous plonger dans l’obéissance avec humilité.

Tout cela vous est accordé et vous recevrez encore beaucoup, petits enfants d’amour, car le temps où tout sera accompli est devant vous. Il se présente à l’horizon, petits enfants d’amour. Avancez, avancez dans la grâce de Dieu, vous avez pénétré un temps qui vous a été accordé par mon Père.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Amen, Seigneur.

 

Q.  Beaucoup de messagers parlent de puce; j’ai bien du mal à comprendre tout ça, je sens… je veux savoir ce que le Seigneur a à nous dire?

 

R. La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Ce que ce monde prépare pour chacun de vous, c’est une emprise sur vos pensées, une emprise sur vos choix, une emprise sur ce que vous, vous voulez vivre.

Tout être humain est libre, parce que nous venons de Dieu. Nous avons toujours été dans cette liberté de choisir ce qui est bien et choisir ce qui est mal, mais nous avons tellement choisi ce qui est le mal que nous avons étouffé le bien. Nous avons donné du pouvoir à Satan et ce pouvoir a fait qu’il a maintenu des enfants de lumière sous son pouvoir dominateur, menteur. Alors, on dit que les enfants seront marqués au front ou à la main; on dit que les enfants auront besoin de cette marque pour pouvoir acheter et vendre; on dit qu’ils auront besoin de cette marque pour se vêtir, s’alimenter, se loger, se réchauffer; on dit que cela va leur apporter une liberté; on dit que cela va faciliter le commerce, l’échange entre un pays et un autre; on dit que cela va faire en sorte que nous pourrons facilement voyager d’un pays à l’autre; on dit que cela apportera de la confiance lorsqu’on voudra obtenir plus de matériel, car cela sera crédible; on dit que les soins médicaux seront facilités à cause de ce qui sera sur notre main ou sur notre front; on dit que nos enfants seront protégés, qu’il y aura de la justice, qu’il n’y aura pas plus pour un que pour l’autre; on dit que cela sera à la surface de la planète, réunissant tous les enfants sur le même piédestal; on dit qu’il n’y aura plus de riche ni de pauvre; on dit que cela sera bon pour tous les enfants, ils vivront dans la paix, il n’y aura plus de guerre, il n’y aura plus de rivalité : mensonge!

On aura pouvoir sur ceux qui auront la marque, car ils contrôleront, ils contrôleront la marchandise. Et ne croyez pas que la marchandise, c’est celle que nous, nous sommes habitués à nous procurer! Ce sera nous, ce sera tous ceux qui auront la marque sur la main ou sur le front : nous serons leur marchandise. Ils seront sous le pouvoir de Satan et ils nous domineront. Ils n’auront que faire de l’argent, car ils ont tout cela; ce qu’ils veulent, c’est nous dominer, nous maintenir sous leur pouvoir : cela leur donnera satisfaction.

L’enfant qui naîtra, ils auront de l’égard pour lui jusqu’au moment où ils s’apercevront qu’il n’apporte rien de bon : il disparaîtra. L’être humain qui commencera à courber disparaîtra. L’être humain qui sera pour eux rentable, ils l’utiliseront, ils l’utiliseront pour se distraire, car s’ils ont besoin de plaisir, ils se serviront de l’un et de l’autre pour en faire ce qu’ils veulent, car ce qu’ils veulent, c’est satisfaire leurs sens, apporter du pouvoir à leur pouvoir. Cela veut dire de l’eau au moulin et vous serez l’eau et eux seront le moulin, car ils prendront ce qu’il y a de meilleur et ils jetteront ce qui n’est pas bon selon leur bon plaisir, car ils ne sont pas le meunier, c’est Satan qui est le meunier. Eux, ce sont ceux qui se sont laissé prendre au piège de Satan, car Satan les utilisera et lorsqu’il aura fini avec eux, il les écrasera.

Car viendra le temps où il devra disparaître, car Satan sait qu’il a été vaincu par l’Amour, et il le sait. Il a conçu ce plan pour attaquer l’âme. En attaquant la pensée, le regard, l’écoute, la parole, le mouvement, les sentiments, il atteignait l’âme. C’est votre âme qui l’intéresse, pas votre chair, parce que votre chair suivra l’âme, la chair sera obligée de suivre l’âme.

L’âme appartient à Dieu, l’âme est l’épouse de l’Époux et il la veut, il la veut pour la faire souffrir dans sa mort éternelle, car il est la mort éternelle, il est le néant, il est la noirceur. Lorsqu’il tiendra l’âme de ceux qui se seront donnés à lui et refusés à Dieu, il la fera souffrir et la chair viendra à son tour et elle souffrira, elle souffrira lorsqu’elle sera réunie à l’âme et ira dans l’abîme, là où on ne revient plus et cela se fera à la fin du monde, car ces êtres n’auront pas mérité la chair immortelle : ils iront dans les crevasses de la terre pour attendre le dernier grand jugement.

Il ne faut pas avoir peur de la puce, il y aura tellement de force en ceux qui auront donné leur volonté humaine. Le Seigneur, en ce moment même, nous donne de la paix et de la joie. Ceux qui demeureront dans la paix, ceux qui seront nourris par les grâces de Dieu pour se maintenir dans la paix ne seront pas atteints par la puce, car ils refuseront.

Ils auront confiance que Dieu va les réchauffer, va les habiller, les nourrir. Ils auront un refuge d’amour, ils n’auront plus besoin de ce monde. Ce sont ceux qui pensent que ce monde peut tout pour eux qui se laisseront prendre. Voilà pourquoi le Seigneur, en ces temps, nous dit : «Venez à moi, vous n’êtes plus de ce monde.» C’est ce que nous sommes en train de vivre en ce moment.

Le temps avance et la Mère de Dieu nous demande d’avancer et de faire ce que nous avons à faire et de ne pas penser à demain : ce n’est pas arrivé demain. Vivre le présent, c’est le seul moyen de vivre la paix, d’y goûter et de ne pas sortir de la paix.

Nous avons eu beaucoup à apprendre depuis 2001. Le Seigneur nous a parlé de refuge et vous avez entendu parler de refuge. Le Seigneur nous a dit : «Celui qui préparera le refuge intérieur entrera dans son refuge extérieur», cela veut dire qu’il prépare le seul refuge qui nous maintiendra dans la paix. Si nous sommes dans notre refuge dans la paix, là où nous serons sera notre refuge. Aller dans un refuge extérieur sans être dans votre refuge dans la paix, vous serez à découvert : on vous atteindra, on vous maintiendra sous la peur. Vous serez incapables de comprendre ce que Dieu attend de vous.

Voilà pourquoi il vient parler en les cœurs, voilà pourquoi il nous donne tant de grâces par Maman Marie, tant de grâces par les sacrements, tant de grâces par l’Eucharistie, tant de grâces par les sacramentaux. Laissons-nous nous nourrir par tout ce qu’il nous donne.

Il nous apprend maintenant à ne plus avoir d’idoles. Nous aurons beaucoup d’aide de Marie, car nous avons laissé entrer chez nous des idoles : oui, des Bouddhas, d’autres des déesses, des petits elfes là, on croit que ce sont des anges : ce ne sont pas des anges, des pierres de naissances : ce ne sont que des pierres offertes à des déesses. Il nous parle aussi de pierres magnétiques qui apportent de la guérison : c’est du Nouvel Âge. Il parle de décoration : 99 coqs dans nos maisons pour remplir nos tablettes : ce sont des idoles.

Nous avons quatre à cinq manteaux d’hiver, eh bien, nous nous sommes tellement attachés à notre linge que nous en perdons notre équilibre. Nous sommes portés toujours à magasiner, magasiner, magasiner; nous sommes devenus esclaves de la mode, donc la mode est devenue notre idole, et cela Dieu nous l’explique tranquillement. Il va falloir se dépouiller de nos idoles.

Il va falloir aussi donner à Dieu ce qui est à Dieu : dépouiller la maison. Mais dire : "Oh! c’est ma maison", ce n’est pas rendre à Dieu ce qui est à Dieu. C’est Dieu qui a donné des dons pour construire, c’est Dieu qui a donné des dons pour la beauté, c’est Dieu qui a donné des dons pour pouvoir accueillir des enfants dans sa demeure. Il n’y a qu’un seul hôte chez nous : c’est Dieu. Alors quelle est la différence en dehors (ou en dedans)? C’est Dieu.

Dieu nous apprend que la Parole est notre vie. Il faut donner la place d’honneur à la Bible, il faut donner une place d’honneur à Marie, non pas dans un coin pour décorer le mur bleu avec le ruban bleu de Marie, il faut avoir un esprit d’humilité. Il ne faut pas avoir peur de manquer de bois s’il vient à ne plus avoir de l’électricité, Dieu pourvoira à tout. Ne nous inquiétons pas.

Le temps, Dieu me le dira, je le saurai parce que je serai dans la paix de Dieu. Tout nous sera donné au moment où Dieu le voudra, car tout se passera de l’intérieur. Ce que nous vivons, c’est pour notre intérieur. Rien ne viendra de l’extérieur, absolument rien. Nous avons seulement qu’à vivre notre présent et de nous accomplir.

Être notre oui : "Oui me voici, oui je vais travailler, oui je rencontre des gens, oui je donne une colère, une parole, je donne un sentiment, un regard, une écoute, je te donne cause, choix, conséquences" : voilà que je m’en vais en mission. J’évangélise de mon intérieur : la parole humaine n’a plus sa place. Nous nous sommes rendus là où cela est impossible de réparer. Nous ne pouvons plus réparer avec notre volonté humaine. Dieu, lui, peut en ces temps prendre ce que nous sommes et le transformer pour que nous soyons enfants de la Divine Volonté.

La volonté humaine n’a plus sa place, seule la Divine Volonté viendra chercher ses enfants là où ils sont : dans leurs souffrances, leurs inquiétudes, leurs doutes, leurs angoisses, leurs colères, leurs dépressions, leurs découragements, leur haine. Dieu ira les chercher, il ira les chercher en nous envoyant : nous aurons seulement des mouvements d’amour. Ils reconnaîtront un regard rempli de paix, un sourire qui apporte de la joie à un cœur blessé. Tout parlera : de notre intérieur à eux. C’est ce que nous sommes en train de vivre.

Ne nous inquiétons pas pour notre mari; si cela est, il doit passer par la purification en souffrant. Eh bien, prions pour qu’il obtienne la grâce de souffrir dans la joie de voir qu’il est en train de se laisser transformer. Ce que Dieu fait, nous ne le savons pas.

On regarde notre enfant qui vit une solitude, qui pleure, qui pense au suicide, eh bien : gardons notre paix, prions, donnons notre peur, notre inquiétude : "Toi, Dieu d’amour, tu connais mon cœur de mère, tu as regardé le regard de ta Mère et tu as vu combien elle priait pour toi. Elle te soutenait par ses mouvements. Ses pensées n’étaient que pour toi. Tu as entendu ses paroles qui ne cessaient d’offrir à Dieu le Père son Enfant." On a compris que la Mère de Dieu avait toujours son oui en elle, jamais elle n’a connu la peur.

Dieu connaît ces mouvements, Dieu sait ce que nous ressentons. Il faut se garder dans ce mouvement d’amour et avoir confiance que Dieu connaît notre mari, notre enfant, mieux que nous-mêmes. Il faut que cela arrive pour qu’il s’approche de sa souffrance et qu’il réalise que sa souffrance lui fait découvrir qu’il vit ses choix. Oh! il passera par la colère, le découragement, le désespoir; il accusera Dieu, mais à un moment, un seul moment, une fraction de seconde, il dira : "Dieu", et tout s’accomplira. Dieu lui donnera la force de continuer. Ça, c’est notre Dieu et cela va nous donner de la joie de l’avoir consolé notre cœur, ça va nous bercer, ça va nous faire atteindre le bonheur, car nous saurons qu’il est sauvé.

Nous sommes venus sur la terre pour aller vers Dieu le Père, alors réjouissons-nous de savoir que notre Père prend soin de notre mari, de nos enfants pour les amener à lui. Quand on est convaincu de cela, ça nous aide à avancer. C’est vrai que par moment le cœur nous serre tellement fort, on sent que nos yeux se remplissent de larmes, nos membres deviennent tout alourdis, alors le seul moyen, c’est : "Je te donne, je te donne cela, Seigneur, je n’en veux pas, cela t’appartient. Prends ce qui vient me faire souffrir, Satan ne veut pas que j’aide mon enfant. Redonne-moi ma paix. Loué sois-tu de prendre le petit que je suis et de faire ce que tu veux avec ce que je te donne, car il est à toi."

Nous devons vivre notre abandon, mais ce n’est pas seulement pour nous-mêmes, mais c’est pour tous ceux que nous portons en nous et qui sont autour de nous. L’abandon, ça commence par soi-même, mais ça se laisse voir, ça se laisse entendre. Nous devons être un mouvement d’abandon et nous avons le droit de regarder notre mari, notre épouse dans cet abandon, ce n’est pas de la lâcheté, c’est la force de Marie, ce n’est pas l’indifférence, c’est la confiance à Marie pour le Père. Je mets ma confiance là où tout est rempli de grâces.

Nous ne sommes pas lâches de donner à Dieu tout ce qui nous fait souffrir et dire : "Je n’en veux plus". C’est découvrir que nous suivons le chemin qui nous amène à notre libération. Nous allons être libérés de notre volonté humaine, nous ne serons plus jamais prisonniers de la volonté humaine qui écoute Satan, et qu’à cause de cela on n’a pas cessé de faire de mauvais choix. Amen.

 

Tous : Amen.

 

Q.  Les prêtres ne nous parlent jamais de Satan maintenant.

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : C’est parce que la volonté humaine en le prêtre est manipulée par Satan. Lorsque le prêtre est en le prêtre, il est en le Christ-Prêtre et il n’a pas peur de l’opinion des autres. Aujourd’hui, les prêtres ont peur de l’opinion de ce monde. Aujourd’hui, le prêtre passe sa souffrance. Ce n’est pas le prêtre qui ne veut pas, c’est que la volonté humaine a peur et lorsque la volonté humaine a peur, elle paralyse les mouvements, elle empêche Dieu de parler.

Nous empêchons Dieu, nous, de parler, avec notre peur. Avec notre peur, on éloigne nos enfants de l’Église en les conseillant avec notre cœur blessé et ça, ils le reconnaissent et Dieu ne peut rien, car nous avons choisi d’être dans la peur : on paralyse les mouvements et Dieu, lui, attend, attend qu’on s’abandonne. Prions la Mère de Dieu, aimons nos prêtres parce qu’ils souffrent beaucoup à cause de leur volonté humaine.

Si aujourd’hui on entend ces paroles, cela ne vient pas de la volonté humaine, cela vient de chacun de nos cœurs qui se laisse entendre à nous par la puissance du Saint-Esprit et la puissance du Saint-Esprit guérit, libère. Jésus agit. C’est Jésus lui-même qui fait tout pour nous. C’est ce que nous vivons en ce moment.

Aucun être humain ne pourrait nous dévoiler nos souffrances si ce n’est Celui qui les connaît, si ce n’est que Celui qui répond pour nous consoler. Nous avons un Dieu d’amour qui nous réprimande tout en nous berçant, qui montre ce que nous avons fait, tout en nous maintenant sur son Cœur d’amour. Amen.

 

Q. Je veux poser une dernière question. Je ne sais pas si au Québec, au Canada, si c’est pareil, mais enfin, en France de plus en plus, il y a des enfants, des petites filles qui deviennent servants de messe, et moi ça me pose un problème.

Mais peut-être que l’Esprit Saint et le Seigneur, que la Volonté Divine…je ne le sais pas.

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Ce que le Seigneur met dans ton cœur, ma douceur, c’est un mouvement d’amour, c’est un mouvement de lumière, afin que tu puisses comprendre que le clergé est là pour guider les enfants. Celui qui écoute celui qui est à la tête de l’Église écoute la Volonté de Dieu. Celui qui écoute ceux qui sont à la tête du mouvement pastoral écoute la pastorale et chacun en vivra les conséquences. Alors, prie, ma douceur, pour toi : tu les portes en toi.

Chacun de nous, nous vivons les conséquences de ce monde, nous ne pouvons y échapper. Mais si nous nous gardons dans la paix, si nous avons la foi, nous pourrons bouger des montagnes. Tout est à Dieu, rien n’échappe à Dieu, Dieu le sait. Pour savoir ce qui va arriver après, cela regarde Dieu. Prions pour les prêtres, pour les futurs prêtres. Amen.

 

Q.  C’est souvent des saints?

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Les prêtres sont des saints, la volonté humaine non, c’est là la différence. Le Saint-Père est saint, mais il n’est pas encore saint dans sa volonté humaine, il est comme nous.

 

Q.  Est-ce que le Seigneur donnera la possibilité à nos docteurs de trouver un médicament contre le sida?

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Lorsque cela arrivera, il n’y aura plus jamais de maladie, plus jamais, aucune maladie. Si nos enfants ont le sida, si nos frères et nos sœurs ont le sida, présentons-les à la Vierge Marie qui pleure sur eux, qui les berce, qui les appelle à être toujours dans l’appel de Dieu. Aimons-les, prions pour eux afin qu’ils puissent se reconnaître être aimés de Dieu, protégés par Dieu. C’est Satan qui les veut. Alors, prions très fort pour que Satan ne les amène pas plus profondément dans leurs souffrances.

Quelquefois, vous savez, cette maladie ouvre une porte qu’ils ne voyaient pas et lorsqu’ils la pénètrent, ils voient la lumière et ils savent qu’ils sont aimés de Dieu. Lorsqu’ils se savent aimés de Dieu, ils continuent leur chemin d’amour : la transformation commence lentement. Le dessin d’amour de Dieu, on ne peut pas le comprendre, on ne peut que l’accepter et remercier Dieu pour ce qu’ils vont recevoir.

Tout enfant qui choisit la tentation vit les conséquences, alors nous la vivons. Cette souffrance, nous la souffrons en notre chair. Nous ne pouvons pas nous séparer d’eux, ce sont nos frères et nos sœurs, ce sont des victimes, des victimes qui ont été sous l’emprise de la tentation et cela c’est aussi pour toute maladie. Ne jugeons pas cette maladie plus effrayante qu’une autre. Toute maladie qui apporte de la souffrance n’est pas pour les enfants de Dieu. Nous sommes faits pour l’amour, nous sommes faits pour vivre dans un corps parfait. Alors, continuons ce qui est déjà commencé : la purification de la chair. Amen.

 

Alors, nous allons nous lever et chanter un chant à Marie.

 

♪♪♪         La première en chemin, Marie tu nous entraînes
À risquer notre oui aux imprévus de Dieu …