Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Plantagenet, Ontario,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus.

 

2008-03-15 - P.M.  Partie 1

 

♪♪♪                   Maintenant, pour Benoît XVI :

 

                Il est du sein de l'Allemagne et sa patrie est déchirée,

                Mais de la paix porte couronne, pleure la mort et le péché…

               

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Merci beaucoup pour votre patience, mais avec le cœur de Laurent, nous sommes comblés. Merci, Laurent.

 

Une personne dans la salle : Merci Seigneur, pour les beaux talents que tu as donnés.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Oui. Alors, le Seigneur nous a retenus un peu tantôt. Nous avons été nous rencontrer dans une toute petite salle et nous avons parlé entre nous de l’œuvre du Seigneur. Plusieurs ont posé des questions et ils ont demandé pour avoir les DVD : où fallait-il se les procurer, quand fallait-il se les procurer? Vous n'avez seulement qu’à donner votre nom à Lorraine Lamequin des Maisons Familiales par Amour, c’est l’équipe du Père Clément. Il y a aussi Dominique qui travaille avec l’équipe, il y a Françoise et il y a Yolande. Alors, eux s’occupent d’envoyer les DVD par la poste. Alors, vous communiquez avec Lorraine. Lorraine, je ne te vois pas?

 

Une personne dans la salle : Elle n’y est pas.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Alors vous aurez l’adresse pour pouvoir avoir les DVD. C’est l’œuvre de Dieu, ce n’est pas notre œuvre. Les DVD sont au prix que cela nous revient. Ça veut dire, le DVD : il a fallu acheter les appareils pour copier les DVD, après ça un autre appareil pour les collants; il y a aussi le transport; il y a aussi beaucoup de choses qui rentrent en ligne de compte et on a comme renouvelé encore l’équipement. Tous ces appareils-là, c’est l’œuvre du Seigneur, alors les dépenses sont 'half and half'. C’est comme pour les CD, c’est la même chose : les CD, c’est au prix de nos dépenses et c’est tout. Cela est donné à des personnes qui n’ont pas les moyens de se payer soit le DVD à 4,00 $ ou le CD à 1,50 $. C’est toujours comme par don qu’on le fait.

Nous avons aussi parlé d’autre chose. Il y aura – ça, c’est venu dans le cœur du Père Provencher - des petits pains. Et c’est Maryse, Micheline – tu ne savais pas, hein, mais tu as dit oui pour les petits pains, – et il y a aussi Line Paquet. Alors, elles ont déjà commencé entre elles à se donner des petites phrases qui les aident à méditer. Ça, c’est une nourriture que le Père Clément veut que vous ayez.

Il y a aussi quelque chose qui va être nouveau, mais ça, il ne faut pas nous demander le temps, hein? Ça, c’est le temps du Seigneur. Il y aura des petits dés qui seront plus tard à votre disposition; cela vous servira pour le bénédicité et ces bénédicités-là existent depuis 2001, fin 2001, commencement 2002. On ne savait pas pourquoi, lorsque Monique enregistrait la Fille du Oui et que cela m’agaçait un tout petit peu! Cela, c’est dans l’agir de Dieu, on ne sait jamais ce que Dieu attend de nous, alors il faut toujours s’accomplir. Quelquefois, on le fait en bougonnant, mais le Seigneur sait, lui, ce qui est bon pour nous.

Il y a ici un livre; ça veut dire que ce sont des feuilles qui ont été rassemblées et mises comme sur un rouleau spiral, là, et tout ça, c’est à partir…, ici, elle marque : '2004-08-15 - p.m., Rencontre d’amour de l’agir de Dieu à Saint-Albert, Ontario' et ici, on en a ici jusque…. Chaque livre devrait contenir au moins 300 feuilles à peu près. Regardez, ça tombe à peu près à 2004-10-02. Alors le montant, on va vous donner ça au prix coûtant. Ce sont les filles de Marcel. Et Martine qui a travaillé beaucoup là-dessus. Martine est en arrière. Et voilà Martine et Lucie, et Édith : l’équipe qui va s’occuper de vous (les) procurer. C’est un trésor ces enseignements-là.

On s’est aperçu qu’en France, il y avait peu de gens, en Provence et à partir de la Bretagne, Normandie, qui avaient l’Internet. Il n’y en a pas beaucoup là-bas. C’est une protection, hein, qu’ils ont! Ah, oui. Alors, cela va être disponible. Et ça, c'était l’affaire du Seigneur. Il nous en avait parlé à la dernière rencontre que nous avons eue au mois de décembre je crois, hein? Au mois de décembre. Et tout de suite Martine et Lucie ont eu ça à l’intérieur d’eux et ça montait et ça montait et ça n’a pas été long, elles se sont exécutées pratiquement tout de suite.

 

Martine : Moi, ça faisait longtemps que le Seigneur me l’avait mis au cœur. Parce que ceux-là, ce sont les miens. Depuis le début, bien, pas depuis le début, peut-être depuis deux, trois ans que je les ai faits. Quand Lucie m’en a parlé, là, j’ai mis tous les 2005, 2006, 2007. Ça pris deux, trois jours. On s’était toutes informées!

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Alors, le Seigneur prépare tout le temps ses enfants, c’est comme Jurek, ça faisait pas loin d’un an qu’il avait ça à l’intérieur de lui pour les sons. Ça l’agaçait les sons qui n’étaient pas professionnels.

 

Une personne dans la salle : C’est parce que le Seigneur disait qu’il n’y aurait plus d’Internet qu’il fallait avoir ça.

 

La Fille du Oui à Jésus : Eh bien, il ne nous l’a pas dit en réalité.

 

Monique : Il me semble qu'il en a parlé.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Alors, c’est que le Seigneur nous demande de faire ça et lorsque nous, on a dit ça, nous-mêmes, hein; oui, un jour on sait qu’il n’y aura plus d’électricité probablement, hein! Mais on laisse ça, on va voir ce qu’il en est. Alors ça, c’est nous qui avions dit ça entre nous je crois.

 

Monique : C’est à l’enregistrement de la rencontre du mois de décembre quand il a dit qu’il n’y aurait plus d’Internet. C’est comme ça qu’il l’avait dit : «Bientôt, vous n’aurez plus d’Internet, et puis vous n’aurez que des copies pour être capable de lire les textes» quand il a dit de les sortir.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Alors, voyez-vous, je n’écoute pas toujours, hein! C’est un peu ce qui a tourné tout autour de cette petite rencontre que nous venons d’avoir.

Alors, nous allons continuer et nous allons nous donner pour tous nos frères et nos sœurs. Et vous savez que la dernière fois, il y a eu une personne à côté de moi qui faisait la traduction simultanée. Pourquoi? Parce qu’il y en avait ici dans la salle qui ne comprenait pas le français. Aujourd’hui, il y en a deux. Ils ne comprennent pas un seul mot en français. Alors, est-ce que vous êtes d’accord pour vous donner encore pour eux?

 

Tous : Oh! oui.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Le Seigneur dit : «Dis à Nicole que l’anglais est une source qui coule à partir du français et inversement.» Merci, Seigneur. Est-ce que vous voyez la belle image?

 

Tous : Oui.

 

Jésus : Lorsque deux enfants veulent donner, ils doivent le faire dans l’amour en sachant que Dieu comble les deux petits cœurs pour n’en faire qu’un seul cœur. Lorsque plusieurs enfants sont là à écouter afin que leur cœur puisse s’unir, le Cœur de l’Amour se réjouit.

Vous êtes ensemble pour la plus grande Gloire de mon Père. Offrez-vous, enfants d’amour, pour ceux que vous aimez. Apportez à votre famille le bonheur d’être une unité. L’état des enfants de Dieu, c’est l’Église. Vous êtes l’Église, vous êtes l’amour. Ceux qui ont foi en l’Église se reconnaissent être dans un mouvement d’amour.

"Un jour des enfants se sont réunis pour écouter la Parole de Dieu. Ils ont appris à s’abandonner, à ne vouloir que faire la Volonté de Dieu. Plus ils pénétraient en la Volonté de Dieu et plus ils commençaient à découvrir leur intérieur : leur intérieur devenait de plus en plus chaud, ils découvraient qu’à l’intérieur d’eux il y avait des images, ils découvraient qu’à l’intérieur d’eux ces images leur apportaient des connaissances, et ces connaissances devenaient pour eux quelque chose qui les interposait : ils étaient portés à s’arrêter, à regarder leur vie et à pénétrer leur vie.

Tout ce qu’ils voyaient, c’étaient des mouvements d’amour qui voulaient consoler. Plus ils pénétraient ces mouvements, plus ils regardaient leurs choix. Lorsqu’ils découvraient que leurs choix avaient été contre eux, ils ressentaient une consolation, ils ressentaient un repos. Tout leur intérieur appelait l’amour. Ils découvraient qu’ils étaient l’amour, qu’ils avaient en eux une force et que cette force était là par la puissance du Saint-Esprit : lumière qui les faisait pénétrer là où eux ne pouvaient pas aller, lumière qui les amenait dans un monde inconnu d’eux-mêmes : un monde créé par Dieu, un monde voulu par Dieu, un monde aimé par Dieu.

C’étaient eux avec tous les choisis de Dieu. Ils apprenaient à aimer inconditionnellement, tout devenait pour eux des mouvements de connaissance. Et plus ils apprenaient et plus ils voulaient apprendre, et ce qu’ils découvraient, c’étaient des mouvements qui devaient les aider à redevenir des enfants purs. Ils se disaient : "Se peut-il que cela soit pour nous? Est-ce que cela est vraiment dans notre vie?" Ils se laissaient bercer par ces paroles. Ils voulaient y croire, car ce qu’ils vivaient était si douloureux, car lorsqu’ils n’étaient pas à l’intérieur d’eux, ils vivaient avec un monde sans amour. Ils voulaient pénétrer le monde d’amour, mais comme cela était difficile, ils se regroupaient entre eux, ceux qui voulaient de Dieu, et lorsqu’ils étaient ensemble, ils se laissaient bercer par les paroles de Dieu et tout leur intérieur était en diapason. La prière les aidait à être une unité d’amour.

La Mère de Dieu circulait parmi eux. Aucune parole ne pouvait échapper à la Mère de Dieu, car elle voyait leurs regards qui répondaient à l’appel de son Fils. Elle voyait qu’à l’intérieur d’eux, ils voulaient faire silence pour mieux être en présence du Saint-Esprit. Elle saisissait leur amour pour Dieu le Père.

La Mère de Dieu aimait ses enfants. Elle demandait à la Trinité des grâces pour eux afin qu’ils puissent être encore plus petits, car plus ils étaient petits et plus ceux qui ne répondaient pas oui à l’appel de la Trinité recevaient. Les âmes du purgatoire recevaient consolation, les âmes dans le Royaume de Dieu chantaient des louanges à Dieu en remerciements. Les anges écoutaient et faisaient écho pour redoubler les louanges à Dieu. Ce moment était si privilégié pour le Ciel que tous les enfants de la terre recevaient, sans qu’eux puissent savoir d’où cela venait : ils recevaient. La grâce était en présence des élus de Dieu."

Petits enfants d’amour, vous êtes-vous reconnus? Avez-vous reconnu vos mouvements d’amour au moment où vous vous réunissez pour la prière, prières familiales d’amour? Vous faites partie de la famille de Dieu : Marie, Joseph et l’Enfant Jésus. Vous êtes les enfants de la Sainte Famille, vous êtes les choisis pour tous les enfants du monde. Dieu vous donne des grâces afin que vous puissiez vous accomplir encore et encore.

Plus vous pénétrez les enseignements et plus la grâce est sur tous les enfants du monde. Dieu veut guérir ses enfants, Dieu veut libérer ses enfants, Dieu veut leur apporter consolation. Vous qui vivez dans un monde où il n’y a pratiquement plus de paix, vous pénétrez l’agir de Dieu. Tous ceux qui se tiennent dans la paix vont vivre les évènements dans la paix et cela apportera beaucoup de grâces, afin que ceux qui ne sont pas prêts puissent être là, présents, accompagnés des grâces du Ciel.

Vous êtes en mission, petits enfants. Le temps avance, le temps avance, le temps avance! Réjouissez-vous pour ce que vous vivez. Ne regardez pas dehors, demeurez à l’intérieur. Tout est en vous. Demeurez à la maison, je suis avec vous et vous êtes avec tous les enfants du monde. Plus vous demeurez à la maison et plus le danger à l’extérieur ne peut plus vous atteindre; plus vous demeurez à la maison et plus les nouveautés ne vous intéressent plus : vous commencez à avoir plus confiance en Dieu qu’en ces enfants savants. Vous qui avez mal en votre chair, vous qui voulez que Dieu vous guérisse, je vais vous apprendre tranquillement à vivre votre guérison. Je suis la Chair Éternelle, je suis la Chair Immaculée, je suis Dieu, enfants d’amour.

L’instrument qui vous parle n’est pas Dieu, ni celle qui répète pour l’anglais. Je suis en chacun de vous, je suis la Toute-Puissance. Il n’y a rien en ce monde, qui a été pour ce monde, qui est Dieu. Tout est pour Dieu le Père. Je suis l’Envoyé du Père et je parle en votre cœur par la toute-puissance du Saint-Esprit. Enfants d’amour, ce que vous entendez, c’est ma Volonté. Lorsque vous êtes dans la Divine Volonté, vous entendez mon vouloir.

Je veux vous parler de votre chair, de votre chair qui souffre, de votre chair qui connaît la maladie. Vous avez été en moi avant que vous soyez en le sein de votre maman terrestre. Tout en moi est en vous et vous en moi. Lorsque vous pénétrez ce mouvement et que vous n’en sortez pas, tout vous semble si merveilleux. Rien n’arrête mon mouvement de moi à vous, de vous à moi, vous êtes dans l’Éternité, vous êtes un mouvement : mon mouvement. Ma vie est en vous et votre vie est de moi. Il n’y a pas de vie, il n’y a qu’une seule vie : ma Vie.

Regardez, petits enfants d’amour, ce mouvement d’amour entre moi et vous en ce moment : je parle à l’intérieur de vous et vous entendez à l’extérieur ce qu’il y a en vous par la puissance du Saint-Esprit. Aucun humain n’a ce pouvoir. Vous reconnaissez l’Amour qui vous saisit, l’Amour qui vous fait comprendre que vous êtes à mon Père. Vous reconnaissez l’Amour, vous reconnaissez que vous êtes à mon Père parce que je vous saisis, je vous fais pénétrer ma Vie. Entre vous et moi, il y a ce mouvement d’amour et vous reconnaissez par votre abandon ce mouvement : vous vous laissez bercer. Laissez-vous abandonner plus profondément encore, petits enfants, c’est moi votre Dieu qui vous le demande. Je suis mort sur la Croix pour vous. Mon père sur la terre, c’est Joseph, le charpentier.

Petits enfants d’amour, avez-vous ressenti votre joie? Tout cela a été voulu par mon Père afin que vous puissiez être dans la foi que ce que vous entendez n’est pas humain. Je veux vous amener là où vous pouvez regarder votre vie, enveloppés de la confiance. C’est moi qui vous enveloppe de la confiance.

J’ai fait confiance en mon Père. Mon Père a choisi Joseph pour qu’il soit mon père sur la terre et j’ai fait confiance en celui qui était choisi par mon Père. Joseph était un homme remarquable par son humilité. Tout en lui était profondément dans l’amour de Dieu : il ne cherchait pas sa gloire, il cherchait toujours à plaire à Dieu. Il ne manquait pas de me jeter un regard pour que je puisse toujours être à l’égal de Dieu : il avait toujours le regard sur moi. Il ne manquait jamais envers son devoir de papa, car il buvait les grâces. Lorsque je parlais, il savait que j’étais Dieu. Combien sa souffrance était grande lorsqu’il voyait que je partais au loin pour aller rejoindre mes petits camarades! Il avait cette responsabilité en sa chair : celle de prendre soin de l’enfant qui grandissait.

Jamais je n’ai montré à mon papa de la terre que je savais ce que lui ressentait, car je voulais être à la hauteur de son amour pour moi, alors que cet amour était nourri de moi. Il a toujours fait confiance en Dieu comme j’ai toujours fait confiance en mon papa de la terre. Vous devez en faire de même, petits enfants d’amour.

Moi, je vous regarde et je respecte qui vous êtes. Bien que je sache ce que vous vous pensez, je me tiens près de vous en respectant qui vous êtes, et les efforts que vous faites pour m’aimer sont nourris de moi, car je suis votre Nourriture. Je prends soin de vous comme vous, vous prenez soin de moi. Vouloir me plaire. Vouloir être pour moi des enfants obéissants plaît à mon Père.

Je connais vos souffrances physiques, morales, je connais vos oui malgré votre douleur. Vous endurez tout cela par amour pour Dieu, vous endurez cela par amour pour ceux que vous aimez et cela, Dieu le sait. Je connais aussi vos besoins de redevenir des enfants dans un corps sain, afin que vous puissiez vous accomplir dans votre quotidien. Le temps, mes amours, le temps est à Dieu. Lorsque vous vous accomplissez dans votre quotidien, vous vous accomplissez dans le temps de Dieu. Ce que vous êtes, vous l’êtes pour Dieu.

Reconnaissez, petits enfants, que mon enseignement commence à être long pour vous! Ce que vous devez apprendre, petits enfants, votre tête ne peut l’absorber; alors, laissez à Dieu ce qui est à Dieu, laissez-vous bercer. Votre âme, elle, en profite, elle est devant son Dieu tout attentive et elle n’a pas besoin de papier ni de crayon pour se souvenir, elle sait pénétrer les grâces : les grâces de la guérison.

En ce moment même, petits enfants d’amour, vous recevez des grâces de guérison pour votre chair. Plus vous laissez Dieu vous instruire sur ce que vous ne connaissez pas, avec docilité, plus l’agir de Dieu fait son œuvre.

En vous, il y a des mouvements inconnus et ces mouvements inconnus doivent apprendre à reconnaître la Volonté de Dieu. Ces mouvements sont en vous parce que d’autres ont été avant vous. Si ces mouvements, petits enfants d’amour, sont en vous, c’est parce que d’autres en votre chair ont accepté des mouvements contraires à l’amour de la chair. C’est comme un lion, petits enfants d’amour, il faut qu’il reconnaisse qu’il est un tout petit chat.

Vous êtes tous des tout petits enfants entre les mains de Dieu, prêts à écouter des leçons d’amour, mais aussitôt que vous vous reconnaissez être grands, les leçons deviennent trop sévères pour vous; alors, à cet instant, vous ne voulez plus être avec vous dans votre intérieur. À moi de vous amener, à moi de vous faire connaître comment vous allez reconnaître votre guérison.

La Parole, mes enfants, la Parole de Dieu est guérissante. Ne suis-je pas la Parole? Je suis le Mouvement, je suis le Verbe. Je n’ai pas besoin, moi, de tous vos matériels pour vous opérer : je n’ai qu’à vouloir. C’est moi votre Créateur, je connais ma chair, vous venez de ma Chair Parfaite. Et lorsque vous vous reconnaissez être de ma Chair Parfaite, il y a une lumière qui s’allume en vous et là vous commencez à comprendre qu’il n’y a pas de limites en vous.

Rien ne peut arrêter le mouvement de Dieu lorsqu’il est commencé. L’enfant qui se reconnaît être dans ce mouvement de Dieu comprend qu’il a en lui ce pouvoir : "Oui, fais de moi ce que tu veux, Dieu, car tu m’as créé et je suis de ta Chair. Ma chair est faite à ta ressemblance, ta Chair est parfaite, ma chair est parfaite. Ce qui a rendu ma chair imparfaite, tu l’as amené à la mort éternelle. Par mon repentir, tous mes choix, tu les as purifiés. Parce que tu as connu toutes mes conséquences, tu as pris en ma chair toute imperfection pour réparer toutes les conséquences. Je sais, ô Dieu d’amour, que tu n’as rien négligé et que tous ceux qui sont en moi ne peuvent plus s’interposer entre toi et moi."

Voilà ce qui se passe lorsque l’enfant est tout abandonné et qu’il est dans la lumière de Dieu : il se regarde comme étant de Dieu, comme Dieu; il ressent la souffrance en sa chair et il la donne à Dieu; il apprend tranquillement à écouter la Volonté de Dieu qui lui dit qu’il est guéri. Lorsqu’il ressent à nouveau la douleur, il donne tous ceux qui s’interposent entre Dieu et lui. Il n’accepte plus les mouvements de ceux qui sont dans la souffrance, il les donne à Dieu, car il n’y a plus de doute en l’enfant, il sait qu’il vient de la Chair Éternelle et que la Chair Éternelle a composé sa chair. La confiance se construit, les mouvements contre l’amour ne peuvent plus s’interposer entre ce qu’il veut et ce que Dieu veut : tout n’est que mouvement d’amour, tout n’est que grâces.

Vous qui entendez ces paroles, vous qui vivez ces paroles, vous êtes dans ce mouvement de lumière. Est-ce qu’un enfant pourrait répéter ces mots sans qu’il en soit dans la connaissance et vous les répéter avec sa volonté humaine? Elle ne connaît pas ce que vous, vous entendez, car Dieu l’instruit à l’instant où vous, vous entendez. Elle vit l’accomplissement.

Enfants d’amour, tout est pour vous. Ces temps sont des temps où vous devez être témoins de mon agir en vous. Vous devez être dans cet accomplissement, dans ma foi. Je vous dis 'ma foi', mes enfants, car la foi vient de moi. Si je vous fais connaître la foi, c’est parce que je veux bien vous la faire connaître. Il n’y a rien qui vient de vous, tout vient de Dieu.

Vous entendez parler de par le monde que Dieu vient. Oui, je viens à vous pour vous ramener à la maison, là où vous allez être dans un bonheur parfait. Ces temps vous montrent comment agir, comment vous comporter avec vous-mêmes. Vous devez toujours être dans l’accomplissement avec votre oui. Faites confiance en Dieu.

Ces deux enfants, je les maintiens réveillées malgré qu’elles aient le sommeil facile. N’est-ce pas ma Volonté? Je vous tiens vous-mêmes, mes enfants, dans un éveil, un éveil à l’amour. Je vous amène à avoir confiance en Dieu, à ne pas avoir peur de ces temps, à avoir confiance que Dieu prend soin de vous.

Vous vivez des températures rudes, petits enfants, n’est-ce pas? Regardez cela avec amour et n’enviez pas ceux de la France. Si, là-bas, il y a des mimosas, vous en portez l’odeur. La fraîcheur du printemps, c’est vous, mes enfants. Ce que vous entendez, c’est l’amour d’un Dieu pour ses enfants. Je vous veux, moi, dans une chair saine.

Je vous apporte, petits enfants d’amour, des mouvements qui vont vous faire connaître la Volonté de mon Père : vivre dans un corps sain, en ayant en vous la grâce de Dieu : votre âme.

Je vous aime, petits enfants. Et toi, mon petit Laurent, fais chanter le cœur de mes enfants et j’écouterai.

 

♪♪♪   Joseph, Joseph, époux de Marie, père choisi, gardien de l’Église.

        Joseph, Joseph, époux de Marie, père de Jésus, priez pour nous.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Cette chanson, je l’offre, je l’offre à mon petit frère de la France. Lorsqu’il l’entendra, il se reconnaîtra.