Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Plantagenet, Ontario,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus.

 

2008-03-14 -  Partie 2

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Alors nous allons, si vous voulez, prendre un tout petit peu de temps avec vous pour des questions et des réponses sur ce qui s’est passé là-bas et que vous voulez savoir.

 

Q.  Francine, est-ce que tu as eu quelque chose avec sainte Jeanne d’Arc? C’est une grande personne, une sainte pour la France. Est-ce que le Seigneur vous a montré quelque chose avec elle?

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Oui, dès le début. L’endroit où nous avons demeuré pendant six jours, Martine et Jean avaient un amour pour Jeanne d’Arc, et nous avons beaucoup parlé de Jeanne d’Arc. Nous avons vu pratiquement, dans toutes les églises, la présence de Jeanne d’Arc. Elle est beaucoup, beaucoup honorée Jeanne d’Arc en France. Et lorsque nous avons passé à côté de la Seine, la Seine pour nous représentait la présence même de Jeanne d’Arc, parce que c’est dans la Seine qu’ils ont répandu les cendres et le cœur de Jeanne d’Arc.

Alors, pour moi – je ne peux pas répondre pour Nicole – lorsque nous avons passé tout près de la Seine, la première chose que j’ai ressentie : Jeanne d’Arc. C’était très fort.

 

Q.  Alors, on pourrait témoigner de tout le bien qu’il y a, même s’ils ne croient pas, on pourrait témoigner en leur disant le bien.

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Ce que nous avons vu, ce sont des témoignages d’amour.

La France, au tout début, a été convertie et Dieu le Père, lorsqu’il m’a mise au centre de tous ceux qui étaient là, c’était nous, il a dit : «Allez, allez voir mes enfants. Mon Fils veut leur parler. Ils ne me prient plus, ils n’ont plus confiance en moi, ils détournent leur regard de moi.» Alors, Dieu le Père nous a envoyées vers ceux qui prient, vers ceux qui regardent Dieu le Père, vers ceux qui écoutent Dieu le Père, afin qu’on puisse leur dire : "Nous sommes avec vous, nous allons prier ensemble. Vous, priez pour nos enfants, nous, nous allons prier pour vos enfants. Vos enfants sont nos enfants, nos enfants sont vos enfants."

Là-bas, la majorité ne croit plus en Dieu, mais le petit nombre : ça brûle d’amour pour Dieu, ça réchauffe notre cœur, c’est rempli d’espérance, car ils veulent un roi et ce roi, c’est un roi de cœur, un roi qui ne sera pas dans la richesse, un roi de cœur qui aime le Cœur de Jésus et le Cœur de Marie! Voilà le roi qu’ils attendent. Ce n’est pas de la royauté, c’est de la fidélité comme Louis XVI. Merci, Seigneur.

 

Q.  Avez-vous eu la chance d’aller à Lisieux?

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Nicole va vous répondre. Si on a (eu) la chance à aller à Lisieux, Nicole?

 

R.  Nicole : Non.

 

R.  La Fille du Oui à Jésus : Tu veux leur…

 

R.  Nicole : On était à 20 kilomètres de Lisieux! C’est parce qu’en quittant Dozulé, l’homme qui nous conduisait, il dit : "Est-ce qu’on va à Lisieux? C’est juste par là, c’est 20 kilomètres."

Bien, en tout cas, en avant de lui ça dit non, en arrière ça dit oui, mais comme c’est elle le boss… Mais je veux dire, ça, c’est parce qu’elle savait ce qu’on aurait à faire à Paris. Si on était allées à Lisieux, on aurait manqué de temps parce qu’on devait se rendre à Paris dimanche soir, parce que le lendemain, on avait l’avion à prendre et cet homme qui nous conduisait, c’est quelqu’un qui va aider éventuellement pour la diffusion des DVD et tout le matériel là-bas. Donc, je pense que Francine savait; en tout cas, on le sait, hein, quand elle dit non, il y a une raison. Mais pauvre elle, je l’ai bien agacée avec ça, mais on n’a pas pu y aller.

 

Q.  Est-ce qu’il y a eu des messages de sainte Thérèse de l’Enfant Jésus?

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Est-ce qu’il y a eu des messages de sainte Thérèse de l’Enfant Jésus?

 

Q. Thérèse de Lisieux?

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Non, il n’y en a pas eu de message.

 

R.  Nicole : Pas public.

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Pas public, cela est personnel. Est-ce qu’il y a d’autres questions?

 

Q.  Saint Jean Vianney, le curé d’Ars?

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Non, nous avons vu…, mais nous n’avons pas eu un…, là-bas si on avait eu des messages d’un et de l’autre, on serait encore là. Il y a tellement de saints là-bas! Oui, alors, mais nous pouvons vous dire que nous avons été à un endroit où saint Jean Bosco a mis les pieds, a même dit la messe à cet endroit. Nous avons été très bien reçues par un directeur de ce collège privé et j’ai rencontré quatre classes de jeunes dont le Seigneur a parlé avec eux et cela s’est terminé par des témoignages de jeunes : 10 ans; cela avait réchauffé leurs cœurs.

 

Q.  Avez-vous entendu parler de Jean Vanier?

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Est-ce que nous avons entendu parler de Jean Vanier?

 

R.  Nicole : Pas pendant qu’on était là-bas. Par contre, les gens souvent posaient la question si on connaissait Léandre Lachance. Ils connaissent bien Léandre, Micheline Boisvert aussi, surtout Léandre Lachance.

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Oui, il est beaucoup aimé Léandre Lachance en France.

 

Q.  On parle beaucoup de grands monarques en France, est-ce que ça rapport beaucoup avec nous autres?

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : La fidélité, c’est un mouvement qui nous apprend a toujours reconnaître la présence même de Dieu. Dieu a parlé de son roi, Dieu a parlé de sa fidélité, Dieu a parlé de son amour, Dieu a parlé de ses sujets, Dieu a parlé de ses enfants. Aucun roi ne peut être indifférent aux enfants de Dieu; tout est en rapport avec les enfants de Dieu.

Dieu est le Roi, Jésus est le Roi des nations, Jésus est le Roi de la terre. Lorsqu’il regarde ses choisis, il regarde ses choix. Il donne au cœur des élans d’amour afin que ceux qui prennent soin de ses enfants puissent le faire à partir de son Cœur à lui, de son Cœur d’amour. Voilà pourquoi Dieu va faire en sorte de réveiller ce cœur pour qu’il puisse être à la hauteur de l’amour de Dieu, que de l’amour de Dieu, Celui qui encore a le Cœur ouvert : le Cœur de Jésus, le Cœur de l’amour.

La monarchie, c’est un mouvement d’amour, de respect, c’est un mouvement qui montre que Dieu est au-dessus de tout. Voilà pourquoi il y eut des rois qui ont embrassé les pieds des pauvres. Tout comme Jésus a été laver les pieds de ses apôtres, ce roi embrassera les pieds des pauvres afin de démontrer au monde entier que nous sommes tous ses enfants.

Amen.

 

Q. Tu sais Francine, tu nous as donné depuis quelque temps – c’est important puisque ça vient de toi, ce que toi tu vis, que le Seigneur dit par toi – que le Seigneur a nommé cinq saints, je m’en rappelle rien que de quatre : saint Padre Pio, saint Louis de France, sainte Jeanne d’Arc et puis sainte Marie-Madeleine, puis il y en a un autre. Le Seigneur a dit que les uns étaient ses bras, les autres ses pieds. On a eu ça à l'Internet par Jésus Marie, puis ces cinq-là, c’est eux qu’on doit prier, par leur intercession, la Sainte Trinité, pour qu’ils protègent la France; ça fait longtemps qu’on a eu ça. Puis, si j’avais écouté mon cœur, le Seigneur voulait que je l’emmène cette prière-là. Puis, tu sais, Jésus est là, mais je ne l’ai pas emportée, ça fait que si j’avais écouté j’aurais pu t’en donner. Vois-tu, des fois il faut écouter ce que le Seigneur met dans notre cœur.

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Alors, nous allons nous arrêter ici et aller prendre un bon repos. Nicole et moi, nous en avons besoin, si vous, vous n’en avez pas de besoin.