Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Plantagenet, Ontario,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus.

 

2007-05-26 – P.M.  Partie 2

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : "Je vous salue Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous, vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni.

Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous, pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort, amen.

Merci, Maman Marie."

L’Esprit de Dieu veut nous faire comprendre ce que nous n’avons pas compris, mais chacun de nous (nous) devons participer, chacun de nous (nous) devons ouvrir notre cœur à l’appel de Dieu, à l’amour de Dieu pour nos frères et nos sœurs.

Nous (ne) devons pas nous instruire pour nourrir notre moi, mais pour obtenir des grâces afin de nous alimenter.

Alors, s’il y en a qui peuvent commencer à poser une question, on demanderait de se lever et d’aller au micro, parce que les questions sont importantes.

 

Q.  Oui, ma question c’est s'il y a des anges déchus qui couchent avec des femmes, est-ce que ça peut donner des enfants? Parce que les anges déchus sont de purs esprits, et donc il devrait pas y avoir de spermatozoïdes?

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : L’Esprit de Dieu est la Toute-Puissance, l’Esprit de Dieu est en tous les enfants qui entreprennent de vivre leur vie qu’en Dieu.

Lorsque l’homme fut créé, Dieu insuffla sa Vie à l’intérieur, et la vie vint : l’homme était complet, l’homme était amour, il portait en lui la vie.

Tout ce qui était sur la terre était vie, tout ce qui bougeait était vie.

L’homme se multipliait par la Volonté de Dieu; toute la création de Dieu était en mouvement de vie, tout ce qui était espèce végétale se multipliait et tout ce qui était espèce animale se multipliait : Dieu comblait de son amour tout ce qui était vivant.

Lorsque les esprits immondes ont été loin de la face de Dieu, ces esprits ont suivi Satan; les esprits qui ont regretté d’avoir quitté la lumière, la beauté, ont jeté un dernier regard vers la beauté qu’ils venaient de quitter, et parce qu’ils ont rejeté un regard en arrière, Dieu leur dit : «Vous serez témoins, vous serez témoins de la faute de l’infidélité», et ils ont erré, et ils ont erré.

Et Dieu donna de l’amour à toutes les créations : tout était en Dieu, tout (n')était que beauté en Dieu; les esprits immondes qui erraient regardaient ce qu’il y avait autour d’eux, et ils souffraient, et ils souffraient parce qu’ils étaient la laideur, parce qu’ils n’avaient plus la beauté de Dieu.

Dieu est le Créateur : aucun être ne peut créer que Dieu seulement; tout ce qui est sur la terre est la création de Dieu.

L’être humain ne peut créer, il fait à partir de ce qui est créé; il en est de même pour les esprits, ils ne peuvent pas créer, mais ils peuvent habiter pour transformer; alors, ces esprits ont habité les animaux et ils ont transformé les animaux en ayant des rapports.

La matière est vivante, la matière doit être obéissante à Dieu, la matière vient de ce que Dieu a créé, mais la matière n’a pas de vie, la matière est inerte; les esprits peuvent pénétrer la matière, ils peuvent habiter ce qui n’est pas vie.

L’animal a vie par la Volonté de Dieu; Dieu a déposé en l’animal la vie, il est mouvement dans le mouvement de Dieu afin de multiplier, afin d’être en reproduction.

L’esprit qui habite l’animal le contrôle, l’esprit qui habite l’animal peut faire de lui une espèce qui obéit à ce qu'(il) demande.

Alors, ces démons ont habité ces animaux, ils ont eu comme un rapport avec eux et ils ont donné espèces à d’autres animaux, et ces animaux n’avaient plus l’apparence qu’ils avaient; ils prenaient une apparence différente, et là il y eut transformations, il y eut transformations, il y eut transformations.

Alors, ces êtres qui habitaient ces animaux avaient comme une apparence, une apparence qui pouvait être debout, une apparence qui pouvait être comme s’ils étaient en mouvement, semblable à ce qu’ils regardaient.

Ils devenaient des êtres inférieurs à ce qu’ils étaient, ils ne pouvaient donc pas être une espèce de la création de Dieu, car ils se laissaient transformer, car les démons les habitaient.

Ils devenaient grands; ils devenaient forts, car la force était en eux; leur habilité était très grande; ils étaient agiles; leurs regards étaient des regards qui captaient tout; leur écoute était une écoute qui était à l’affût de tout ce qui était dans leur environnement; ils pouvaient faire des objets, ils pouvaient avancer comme des êtres humains, car ils se tenaient debout sur leurs deux pattes (d'en arrière).

Plus le temps avançait et plus ils se développaient; ils sont devenus comme des géants; et tout cela a fait de ces êtres des êtres d’une très grande attirance pour ceux qui se sont laissé prendre au piège.

L’esprit[1] est un être supérieur à l’humain.

L’humain ne peut comprendre ce qui habite l’esprit, mais l’esprit peut entrevoir ce que l’humain veut, car il sait observer; il sait faire la même chose, car il est habile pour imiter; il apprend vite, car il est vif d’esprit; la vitesse pour apprendre est au-delà de tout ce que l’être humain peut comprendre, son agilité est au-delà de tout ce que l’être humain peut comprendre : il s’est servi de ce qui était créé pour transformer, pour tromper, pour approcher, pour séduire.

Lorsque la femme se laissa séduire, lui put approcher la femme parce qu’il avait pris espèce qui attire : transformée.

Il y avait vie en ce qu’il (l'esprit) possédait, et ce qui est sorti a été en contact avec ce qui a été, par la puissance, (et) ce qu’il avait déposé[2].

Puisqu’ils ont réussi à transformer les animaux, ils ont réussi à habiter par leur plein pouvoir : ce qui a séduit la femme.

C’est la femme qui porte la chair, c’est la femme qui nourrit la chair[3]; ce qu’ils ont déposé, c’est ce qui a été inférieur, et cela a rencontré un endroit où ils pouvaient déposer une forme de vie[4], et cela s’est mélangé à la femme, et cela a été en elle parce qu’elle était, dans la création de Dieu, plus parfaite que vous.

Vous, les femmes d’aujourd’hui, vous avez perdu de la force; vous avez perdu, à cause de vos choix de vie, à cause des conséquences, ce que Dieu avait déposé en vous.

Donner naissance à des enfants en luttant dans ce qu’elle était : un être qui peu de temps avait été créé par la puissance de Dieu; des années ont passé, des années ont passé et, aujourd’hui, vous portez la conséquence de tout ce que ces femmes, d’année en année, ont accepté.

Vos enfants viennent au monde, mes amours, en connaissant des maladies, vos enfants viennent au monde avec des faiblesses; tout ce que vous vivez, mes enfants, (ce sont) les conséquences de vos choix de vie.

L’être humain a la force de Dieu lorsqu’il est dans les grâces de Dieu; l’être humain, lorsqu’il perd les grâces de Dieu, il vit dans ses propres forces : Dieu le soutient.

C’est Dieu qui choisit, c’est Dieu qui donne la vie.

Je n’ai pas voulu, moi, Esprit de Dieu, que ces femmes mettent au monde ces êtres qui portaient le mal, mais ces femmes, mes enfants, étaient des créatures de Dieu, elles portaient la vie en elles.

(Elles) ont été dans une très grande infidélité; aujourd’hui, elles sont dans une mort éternelle, car ce qu’elles ont reçu ne peut s’éteindre : la vie de Dieu; soit qu’elles connaissent la vie éternelle, soit qu’elles connaissent la mort éternelle.

Lorsque les esprits ont transformé les animaux en les possédant, ils ont comme approché l’être humain à sa ressemblance pour pouvoir tromper, et ce qu’ils ont déposé, c’était comme la vie de Dieu dans la vie de Dieu, parce que les animaux étaient créés par Dieu, ils n’étaient pas créés par les démons; ils ne peuvent pas créer, les démons, alors ils ont pris ce qui appartenait à Dieu et ils ont transformé jusqu’à approcher, approcher de la ressemblance de l’homme : ce qu’ils ont fait, ils ont trompé les enfants de Dieu.

Ils ont trompé ces femmes en prenant une apparence qui ne leur appartenait pas, et lorsque ces femmes ont été vers ces êtres immondes – on ne peut pas appeler ces êtres immondes comme étant des animaux ni des démons, ils étaient possédés; ce ne (sont) pas les anges qui ont couché avec les femmes, c’est ce qu’ils ont transformé – ils ont possédé, ils possédaient : ils ont approché ces femmes.

Ce qui a fait une race inférieure à Dieu : ce qui fait que ces êtres inférieurs à Dieu ont eu des relations avec les hommes, ont eu des relations avec des femmes.

D’année en année ça s’est mélangé, d’année en année ce venin était en eux, la tricherie était en eux, ils trompaient, ils trompaient la vie parce que la vie était infidèle à la vie.

Ces femmes ne devaient pas être infidèles à Dieu, mais elles ont été infidèles à Dieu; alors, (elles) ont vécu les conséquences de leur infidélité, car leurs enfants ne portaient pas la grâce de Dieu, leurs enfants étaient comme des animaux.

Leurs péchés étaient si grands devant Dieu que Dieu a voulu détruire ces enfants, car ils ne méritaient pas de vivre; ces enfants ont été jusqu’à aller vers les enfants fidèles à Dieu : ceux d’Adam et Ève.

Il y eut des années, des centaines d’années qu'ils se sont mélangés.

Il n’y avait que Noé qui marchait devant Dieu, la famille de Noé, parce que Noé leur parlait de Dieu, leur montrait comment être fidèle à Dieu.

Ils avaient en eux de la faiblesse dans leur chair, car ils portaient le moi, l’orgueil; à cause du péché de Caïn, ils portaient aussi l’infidélité à Dieu.

Une marque avait frappé Caïn, et tous les descendants de Caïn avaient cette marque.

Lorsqu’ils se sont mélangés avec ceux qui n’avaient pas la marque, leurs enfants devenaient impurs, car la marque de Caïn devait rappeler l’infidélité qui devait être pour la descendance de Caïn : «Ce que tu as été, tu en porteras les conséquences; parce que tu n’as pas respecté mon enfant, tes enfants ne seront pas respectés».

Il y a toujours conséquences devant les choix que nous faisons dans le péché.

Caïn a porté cette conséquence et tous les descendants de Caïn aussi à cause de ce que Caïn avait fait.

Souvenez-vous que Dieu a dit : «On ne portera pas la main sur toi, on portera la main sur tes enfants», car c’est ce que Dieu lui révélait par cette marque au front.

Voyez-vous, ce que nous faisons, la chair de la chair en porte les conséquences; donc, les enfants de Caïn étaient dans la conséquence face à un enfant de Dieu.

Dieu aurait pu empêcher que des êtres inférieurs aient relations avec ces enfants infidèles qui portent la marque, mais Dieu dit : «Vous serez témoins de la désobéissance, de l’infidélité; on parlera de vous, on se souviendra que celui qui tue son frère tue sa propre vie.»

C’est Caïn qui a porté son geste contre lui-même, ce n’est pas Dieu, c’est Caïn.

Dieu aimait son enfant, aimait Caïn, mais c’est lui qui a été devant son choix et il a dû en porter les conséquences.

Tout ce qui est dans la Bible, l’Ancien Testament, relisez-le, et vous allez voir combien les hommes se sont détruits par eux-mêmes, par leurs propres choix : eux-mêmes!

Dieu donnait des prophètes afin qu’ils puissent se redresser, afin qu’ils puissent être toujours fidèles à Dieu, mais à cause de (leur) entêtement, ils ne demeuraient pas fidèles à Dieu.

Souvenez-vous de Saül, Saül n’a pas voulu obéir totalement à Dieu alors qu’il avait été oint par Dieu. Pourquoi cette infidélité, pourquoi aller vers les dieux, car c’est ce qu’il a choisi? Il devait choisir son Dieu, car il avait été choisi pour être témoin de la fidélité à Dieu, mais il ne l’a point été.

Alors, Dieu lui retira sa toute-puissance et il la donna à un enfant pour nous montrer qu’il est le seul Maître de sa puissance.

Saül devait être dans son mouvement d’amour, il devait être fidèle à Dieu, il devait être la parole de Dieu, mais il ne l’a point été; parce qu’il ne l’a point été, il a pris un enfant et ce qui était à Saül devint maintenant à David, pour démontrer aux hommes que tout ce qui est de Dieu n’appartient pas aux hommes.

L’Esprit de Dieu nourrit ceux qui ont l’Esprit de Dieu.

Les enfants infidèles à Dieu ne méritent pas un amour, un amour pur; il n’y a que le Fils qui mérite un amour pur : son Fils, son Bien-aimé.

Il démontrait par là que nous, qui avons reçu de Dieu la vie, l’amour de Dieu, il démontrait que celui qui était infidèle, il lui enlèverait à cause de ses choix : la vie.

Lorsqu’il l’a enlevée à Saül pour le donner à David, il nous démontrait : «Je vous ai donné la vie, si vous voulez de ma Vie, allez mourir en mon Fils, mais celui qui se garde sans sa vie, perd sa vie».

Saül a voulu se garder dans son moi, il n’a pas voulu être fidèle en tout à Dieu, il a choisi; donc, il a vécu sa conséquence.

David était le choisi de Dieu : «Peuple d’amour, si tu es fidèle à ton Dieu, Dieu te donnera son Fils, il te oindra comme il a oint son Fils».

David est pour nous la fidélité de Dieu, car il nous a donné son Fils Jésus.

Ceux qui sont infidèles, Dieu retire son esprit d’amour; alors, ces femmes qui ont été infidèles en tant qu’enfants de Dieu, Dieu leur a retiré son esprit d’amour; parce qu’(elles) ont voulu s’amuser avec une race inférieure à Dieu, Dieu a retiré de ces femmes son esprit.

Comment se fait-il que ces femmes ont été attirées vers des animaux? Comment se fait-il que ces femmes n’ont pu voir? C’est parce que Dieu connaissait leur cœur, Dieu connaissait leur infidélité, Dieu connaissait combien elles se laissaient séduire par ces êtres inférieurs à elles.

Ces êtres les (ont) approchées; ils leur (ont) montré la séduction, ils leur (ont) montré comment séduire l’homme, comment se comporter comme des êtres inférieurs; n’oubliez pas que ces êtres inférieurs aux femmes étaient possédés des démons et les démons avaient un esprit du mal.

Alors, ils leur montraient, à ces femmes, comment séduire, comment se maquiller, comment se coiffer, comment être dans ce mouvement pour attirer l’homme; ils leur apprenaient le pouvoir, un pouvoir de séduction : tout était calculé.

(Elles) n’ont pas été vers ces êtres inférieurs du jour au lendemain; ils ont séduit, et elles se sont laissé séduire parce que plus elles se laissaient séduire et plus elles tombaient bas, dans une très grande bassesse.

Dieu retira son Esprit d’amour et elles de(vinrent) comme ces bêtes : un être inférieur à ce qu’elles (étaient).

Combien de femmes aujourd’hui se comportent comme des bêtes, voulant séduire l’homme, voulant le contrôler, se servant de (leurs) atouts pour attirer l’homme? Ce qu’elles ont dans leur chair était avant, car cela venait de ces femmes.

Tout cela, pour nous faire comprendre que ce qu’elles ont accepté en elles a fait des fruits impurs, ne portant pas la grâce de Dieu.

Ces êtres sont venus au monde, et ont formé une race grande, très forte, très habile et (ils étaient) beaux, car ils ressemblaient à ceux qui étaient de Dieu.

Comment, nous qui sommes ici, pouvons-nous comprendre ce qui s’est passé, si ce n’est que le Saint-Esprit met en nous ces paroles, si ce n’est que notre oui se laisse envelopper du Oui de Jésus, si ce n’est que Marie se tient près de nous?

Pouvons-nous, nous, femmes, comprendre notre souffrance? Nous portons des enfants en notre sein, nous voulons leur donner ce qu’il y a de meilleur; notre chair nourrit la chair, et la chair grandit, la chair se développe; il est difficile pour nous d’imaginer que des femmes ont pu aller vers des êtres qui ne portaient pas la vie (en Dieu), mais un semblant de vie, une tricherie.

Ce qui est venu au monde, en ces femmes, a été par la conséquence du péché; elles ont porté en leur sein la conséquence du péché; les êtres qu’elles ont mis au monde étaient le péché : ce qui a fait basculer la fidélité en l’infidélité.

Tout ce qui était pur devenait impur; tout ce qui était justice devenait mauvais, injuste; tout ce qui était vérité devenait mensonge; tout ce qui était beauté devenait laideur; tout ce qui était charité devenait la haine; tout ce qui était partage devenait l’égoïsme.

Ils portaient tout vers eux-mêmes : ils volaient, ils violaient, ils tuaient, ils enlevaient la vie.

Comment nous, qui sommes femmes, pouvons-nous donner notre enfant? Comment des hommes qui donnent la vie peu(vent) ouvrir le ventre des mères pour prendre l’enfant et le donner à des dieux, et danser, se réjouir? Pouvons-nous comprendre cela, nous? Cela est impossible, c’est inimaginable pour nous; sans la puissance de Dieu, nous rejetterions tout cela.

Sommes-nous capables de rejeter tout cela maintenant que nous savons que Sodome et Gomorrhe avaient dans leurs murs des êtres qui avaient des relations avec des animaux, avaient des relations entre eux, donnaient à des dieux des enfants, vivaient dans le mal, violaient, volaient, tuaient comme quelque chose de tout à fait normal? (C'est) pour nous montrer la vérité, car ce qu’ils étaient, était ces enfants de jadis.
Ils refusaient la grâce de Dieu, alors ils se comportaient comme des animaux; toutes leurs œuvres n’étaient que puanteur, toutes leurs paroles n’étaient que (paroles) mensongères.

Vanité, vanité, ils étaient ce qu’ils acceptaient.

Ils idolâtraient les animaux; ce qu’ils idolâtraient, c’est ce qu’ils étaient devenus : des animaux parce que jadis on avait aimé les animaux plus que soi-même.

Ces femmes avaient aimé ce qu’elles voyaient plus que ce qu’elles étaient : un corps d’amour fait de chair pour créer.

Parce que nous avons reçu chair pour créer, nous avons tout reçu pour refaire le mouvement de Dieu.

"Oh! infidélité, apprends à reconnaître la puissance de Dieu et ne te fais plus connaître à nous-mêmes.

Viens, Esprit Saint, viens arracher de nous ce qui nous a blessés en notre chair; viens pulvériser de ton mouvement d’amour tout mouvement qui se laisse connaître à nous par nos sens; viens mettre ton Feu d’amour dans toute notre chair afin qu’elle soit purifiée par ton amour.

Le Christ Divin est en nous et parce qu’il est en nous, nous mourons en lui; prends tout, ô Dieu d’amour.

Ces conséquences maintenant ne sont plus pour nous, elles sont à toi; les choix devant le péché de l’infidélité sont à toi, Dieu d’amour.

Tu es le seul Purificateur, il n’y en a pas d’autres que toi.

Apprends-nous toujours à aller vers les sacrements afin de nous maintenir dans ce mouvement de purification. Amen, Seigneur."

 

Tous:   Amen.
3,5

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Est-ce qu’il y a d’autres questions? Là, il est cinq heures et dix, nous avons jusqu’à et demi, n’est-ce pas Noëlla?

 

Q.  Seigneur Jésus, Esprit Saint, bonne Sainte Vierge, je vous donne mon oui, que voulez-vous que je fasse?

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Dieu attend de chacun de nous que nous soyons fidèles aux dix commandements de Dieu.

Dieu attend de chacun de nous que nous vivions sa Parole, Parole donnée d’âge en âge, d’être des petits enfants et de croire : la foi, c’est de Dieu.

Lorsque Dieu révèle, nous devons accepter ce qu’il nous révèle par sa toute-puissance.

Reconnaître sa toute-puissance, c’est reconnaître qu’il est le seul qui peut nous apporter consolation, guérison, libération totale.

Reconnaître que nous sommes dans le mouvement de la guérison et dans la libération nous amène à nous plonger dans les enseignements de Jésus, ceux qui nous ont été donnés par Jésus lui-même et révélés à nous par la puissance du Saint-Esprit, car entendre et ne rien comprendre, écouter et ne rien saisir (ne) nous fait pas avancer, c’est le Saint-Esprit qui nous fait avancer.

Nous sommes l’Église, nous sommes dans le mouvement perpétuel de la vie éternelle, tout cela est en Dieu.

Ce qui a été ne peut être conçu par l’être humain; aucun être humain ne peut comprendre ce que l’Esprit de Dieu sait.

Il en est de même pour ce qui est du mal : l’esprit du mal ne peut être analysé par les êtres humains, car un esprit est un être supérieur à nous, un esprit est un être fait pour servir, pour contempler Dieu, pour aimer Dieu lorsqu’il est bon.

Mais lorsque l’esprit est un esprit d’infidélité, il est le mal; tout ce qu’il a reçu en pouvoir s’est transformé en mal, et le pouvoir des esprits de Dieu est si puissant, si grand.

L’esprit du mal, il nous emmène où on (ne) veut pas aller; lorsqu’il y a infidélité, il manipule, il nous fait faire des gestes que nous ne voulons pas faire; nous sommes incapables de résister parce que nous vivons la conséquence de l’infidélité.

L’esprit du mal sait ce que nous ne savons pas; il peut prendre quelque chose de déjà créé et le transformer au-dessus de ce que nous sommes : sa force est à l’égal du mal.

Nous qui sommes ici, nous ne pouvons même pas comprendre la puissance du mal, mais nous pouvons, avec nos souffrances, réaliser qu’ils ont un pouvoir et que ce pouvoir a réussi à tromper les enfants de Dieu, à nous amener à nous détruire les uns et les autres.

Nous avons contribué à détruire la vie; aujourd’hui, dans le monde où nous sommes, on parle d’avortement comme étant un droit pour la femme.

Nous tuons nos enfants, nous tuons notre propre chair : tuez votre propre chair et vous allez disparaître.

Satan veut faire disparaître la race humaine, et pour faire disparaître la race humaine, il faut qu’il contrôle la race humaine; pour contrôler la race humaine, il faut que la race humaine soit dans le péché; et pour qu’elle soit dans le péché, il faut qu’elle connaisse les tentations; lorsqu’elle connaît les tentations, l’esprit du mal contrôle.

Voyez-vous, aujourd’hui, il y a des avortements partout, partout; c’est rendu à la grandeur de la planète; là où il n’y en avait pas, maintenant on parle d’en avoir, pourquoi? Parce que nous ne cessons pas de tuer la chair : la chair détruit la chair; alors, nous contribuons à ce massacre mondial.

Seule la fidélité à Dieu arrêtera ce massacre parce qu'à cause du péché de Caïn, nous en portons les conséquences : cela est en notre chair.

Dieu vient guérir ce que nous sommes devenus à cause de l’esprit du mal; Dieu vient prendre ce que nous sommes et il le transforme en être d’amour pour nous-mêmes.

Tant que nous (n')apprendrons pas à nous aimer nous-mêmes, nous ne respecterons pas la chair de la chair.

Comment voulez-vous que ceux qui sont loin de Dieu respectent la chair de la chair? Respectons l’être que nous sommes, respectons nos enfants, aimons la chair de la chair, et ça se multipliera.

Il n’y a que Dieu qui puisse nous parler ainsi, car à l’instant où l’Esprit de Dieu parle, il guérit, il nous donne des grâces; nous (ne) nous détruisons pas, nous acceptons les dons de guérison du Saint-Esprit.

Chacun de nous devenons des êtres d’amour, des instruments entre les mains du Saint-Esprit.

Hier, le prêtre a dit que nous sommes des apôtres, que nous sommes des prêtres; eh bien, Dieu se sert de nous pour aller vers eux et laisser couler en eux ses grâces de guérison et de libération.

N’est-ce pas la Grande Pentecôte? Il faut la vivre intensément, et plus cela se fera et plus nous vivrons la Grande Pentecôte : nous la vivrons!

Nous sommes comme morts dans cette Grande Pentecôte, alors il faut revenir à la vie pour y goûter.

Alléluia!

 


 

[1] L'esprit : l'ange.

[2] L'espèce transformée était toujours habitée par la puissance du mal, elle était en possession d'un pouvoir : tout contact avec la noirceur devient anormal, amoral, malsain. Donc, ce qui était animal au début est devenu par les esprits qui l'habitaient un être qui n'était plus en posture de se conduire comme il était à son origine : il était un être mort dans un état composé par le pouvoir du mal.

[3] La femme est en mouvement de vie pour la création de la vie. Elle est créée pour donner ce qu'elle est en elle, et elle donne ce qu'elle reçoit. Tout ce que Dieu a déposé en elle doit servir pour la chair qui vit. Donc, sa chair est procréatrice par la Volonté de Dieu, là il y a mouvement de vie. La femme est mouvement de vie par Dieu, pour Dieu. Elle est une nourriture pour la chair qu'elle porte. Ce qu'elle est en sa chair devient, pour elle et pour la chair qui se développe, un état d'amour pour son Dieu. La chair reconnaît être de Dieu et la matière est fidèle à Celui qui l'a créée; elle n'est pas maîtresse d'elle-même, elle n'est que matière : la vie est en la chair parce que le Créateur lui donne vie par la vie spirituelle. Si on s'approprie de la chair, on s'approprie de ce qui est à Dieu; on oblige la chair d'obéir à un autre qu'à Celui qui est son Créateur.  La femme est vie par l'Amour, elle doit demeurer fidèle à l'Amour pour nourrir la chair qui est en elle par la Volonté de Dieu.

[4] L'espèce animale est inférieure à l'espèce humaine. Qu'un humain et qu'un animal aient une relation intime d'espèce entre eux, c'est l'humain qui le consent, car l'humain est supérieur à l'animal. À cet instant, il y a métamorphose d'état d'enfant de Dieu, cela est incontestable; donc, il y a matière à dire qu'il y a dégradation. Il est inconcevable qu'une espèce supérieure, qui est l'espèce humaine, ait un contact intime avec une espèce inférieure. Si cela était, il y a dégénérescence de l'espèce, ce qui veut dire que l'espèce humaine s'abaisse plus bas que l'espèce animale : tout ce qu'il manque en l'animal pour être semblable à l'humain est, par conséquent, en moins en l'humain et comme il est supérieur à l'animal et qu'il consent à aller vers l'infériorité, il porte en plus cette faiblesse : il se comporte plus bas que l'animal, il est donc plus inférieur à l'animal. Ce n'est pas l'animal qui s'est abaissé, c'est l'humain, car l'animal n'a pas le jugement de l'humain. L'humain devient quelqu'un d'une très grande bassesse : un enfant du mal.