Rencontre d’amour avec l'agir de Dieu à Plantagenet, Ontario,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus.

 

2005-12-09

 

Jésus : À chacun de vous, Dieu va faire en sorte de vous prendre, de vous amener là où vous, vous devez être : en l'Amour, en présence de tous vos frères et vos sœurs du monde entier, car lorsque je parle, je parle pour les élus de mon Père.

Ces paroles vont vous apporter des lumières, ces paroles vont apporter des lumières en mes enfants : ceux qui se posent des questions, ceux qui ne sont pas sûrs que Dieu est présent en leur vie.

La présence de Dieu est en tous les enfants, aucun ne peut être sur la terre si moi je n'y suis pas; j'habite tous les enfants, car je suis le Bien; tout ce que vous voyez autour de vous et qui est bien est alimenté par mes grâces; vous êtes incapables de vivre avec le bien sans que moi je sois en vous.

Comprenez bien ceci, mes enfants : la Volonté de mon Père est ma Volonté; mon Père m'a tout donné, il m'a donné tout bien et j'accomplis la Volonté de mon Père»; que des enfants cherchent le bien et qu'ils ne le voient pas, moi je suis en eux et je les tiens vivants par ma Présence; que des enfants s'exécutent en faisant le bien, moi j'agis pour eux, même si ceux-ci croient que je ne suis pas présent en eux.

Je suis la Voix, celle qui est à l'intérieur de vous, voilà pourquoi je parle en chacun de vous; en ce moment même, je parle en chacun de vous-mêmes et je parle aussi en ceux qui sont absents, ici, près de vous; puisque je suis la Voix, je suis le Présent; il n'y a pas de Présence s'il n'y a pas la Voix, il n'y a pas la Voix s'il n'y a pas de Présence.

J'ai parlé à mes apôtres afin qu'ils soient en présence même du bien de l'amour; lorsque je dis le bien de l'amour, je parle de l'amour pur, l'amour de mon Père; je suis l'Amour; vous avez entendu parler votre Jésus, vous, principalement, lorsque vous avez accepté d'écouter Celui qui vous parle à l'intérieur de vous; tout cela c'est pour votre bien.

C'est l'Amour qui vous a attirés, c'est l'Amour qui vous a fait comprendre que vous étiez des êtres petits entre les mains de Dieu, et lorsque vous donniez votre volonté humaine, Dieu prenait votre volonté humaine et il en faisait sienne; c'est moi qui vous ai portés en mon Être, c'est moi qui ai vécu votre vie avant même que vous soyez en ce monde.

Il y a en vous des mouvements d'amour et ces mouvements vous portent à venir écouter la voix de Dieu; combien d'enfants sur la terre ne sont pas prêts à croire en ma Présence en eux? Ils ne sont pas prêts aussi de croire que je suis présent sur la terre, ils ne sont pas prêts de croire que Jésus est la Présence : je suis en l'Eucharistie.

Et eux cherchent, cherchent vers quoi ils doivent s'arrêter; ils s'aperçoivent que dans leur vie il y a quelque chose qui est au-delà de ce qu'ils (ne) peuvent voir et comprendre; ces enfants, vous les portez en vous, ils reçoivent des grâces comme vous vous recevez des grâces; je les prépare à venir en leur intérieur : je viens, je viens me présenter à eux dans leur propre vie, leur volonté humaine.

Ils ont bâti un mur : ce mur les empêche de croire, ce mur les empêche de voir la vérité, d'entendre la vérité; c'est moi qui viens pour eux; puisque je suis en eux, je vais aller là où eux ne veulent pas venir; je vais les attirer, je vais leur faire comprendre que je suis la Présence; ces enfants seront devant la Lumière : ils comprendront, ils comprendront que Jésus les aime tels qu'ils sont, et ils s'accepteront.

Ayez la foi, j'agis, mes enfants; la Volonté de mon Père est au-delà de ce que vous pouvez comprendre : la Volonté de mon Père est la Puissance; ces temps sont des temps d'amour, ces temps sont des temps de grâces, ils vous préparent à voir votre Dieu, à voir la Présence à l'intérieur de vous.

Jadis, on a cherché à vouloir comprendre les Écritures; jadis, on a écouté des hommes et des femmes parler de Dieu avec l'Esprit de Dieu; jadis, on a accouru vers les prophètes qui annonçaient la venue du Messie, le Rédempteur, le Sauveur; jadis, ces hommes et ces femmes ont voulu voir la Lumière; avant même qu'ils puissent voir le Messie beaucoup de grâces leur avaient été accordées parce que des hommes et des femmes, avant, avaient accepté d'entendre la voix de Dieu qui les appelait à se préparer; jadis, ces hommes et ces femmes se sont laissé prendre par la Volonté de mon Père, car c'est mon Père qui les préparait à voir le Messie, à croire en leur salut; aujourd'hui, vous entendez la Volonté de mon Père qui veut que vous vous prépariez à voir à l'intérieur de vous le Messie, le Sauveur, Celui qui a tout pris : tous vos péchés pour les amener à la mort.

Je vis en vous, je suis la Présence, je suis l'Amour; jadis, des hommes n'ont pas voulu croire, des femmes n'ont pas voulu entendre, n'ont pas été préparés par les grâces parce qu'ils ont refusé; c'est eux-mêmes qui ont refusé d'être dans ce mouvement d'amour.

Aujourd'hui, il y a des hommes, des femmes qui ne veulent pas croire en l'agir de Dieu, ils repoussent les grâces de Dieu; ils sont incapables de demeurer dans leur petitesse, ils passent leur volonté humaine avant la Volonté de mon Père : ces hommes et ces femmes sont aux prises avec les ruses de Satan.

C'est Satan lui-même qui se sert du mal en eux pour les empêcher de vivre ces moments avec les grâces de mon Père, il en est qui souffrent; ils perdent leur paix, ils deviennent aveugles sur la vérité; il n'y a vérité que s'ils sont abandonnés dans la Volonté de mon Père; il n'y a lumière que s'ils s'abandonnent dans la Lumière pour atteindre la lumière, pour saisir la lumière, pour entrer en la Lumière.

Jadis, des hommes se sont rassemblés pour tuer mes prophètes : ils voulaient faire taire la vérité; parce que ces hommes avaient peur, ils ne voulaient pas entendre ce qui vient, car ce qui venait était au-delà de ce qu'ils étaient capables de comprendre; parce qu'ils étaient incapables de comprendre, ils rejetaient la cause de leur peur.

Enfants d'amour, on essaie d'arrêter mes élans d'amour, on essaie d'arrêter ce que mon Père a voulu en ce temps : aucun humain n'arrêtera la Volonté de mon Père.

On veut croire que Jésus existe, on veut régenter la présence de Jésus en ceux qui croient; en ce moment même, je parle des personnes qui ont accepté de vivre en présence du Christ; ces mêmes personnes font des plans pour essayer d'arrêter le mouvement de Dieu; ces mêmes personnes qui se disent croire en Dieu sont incapables de reconnaître la Volonté de mon Père : ils jugent ce qu'ils ont eux-mêmes voulu voir; ils ne peuvent voir que ce qu'ils ont accepté de voir, voilà ce qu'ils jugent.

À mon Père de leur faire voir ce que mon Père veut leur faire voir; il n'y a de mesure que s'il y a une mesure : la mesure de l'être humain est calculée d'après sa propre volonté humaine, il n'a que le résultat de ce que lui recherche.

Ces paroles sont pour ceux qui n'ont pas su s'arrêter devant l'Amour, devant Celui qui vient lui-même parler en les cœurs; ces paroles sont des paroles d'amour, des paroles qui guérissent, des paroles qui apportent la paix; à celui qui accueille ces paroles, il accueille l'amour, il accueille la grâce de l'abandon, une paix vient en lui.

Demeurez enfants de Dieu en renonçant à votre volonté humaine; puisque mon Père vous fait grâce de ce temps, accomplissez-vous, mes amours, dans la Volonté de mon Père et non pas dans votre volonté.

Il n'y a que mon Père qui puisse vous faire voir ce que vous devez voir, vous faire comprendre ce que vous devez comprendre; la grandeur de mon Père vous dépasse, mais lui se penche sur vous afin que vous puissiez vous accomplir en ce temps de grâces.

Demeurez petits, suivez les commandements de mon Père, vivez les enseignements, ceux que j'ai donnés à mes apôtres; j'appelle tous ceux qui ont le cœur à l'amour à se conduire en enfants dignes de ce que mon Père dévoile.

Il est vrai, mes enfants, que beaucoup d'enfants ont foi en Dieu; il est vrai aussi que beaucoup, beaucoup d'enfants ont perdu la foi en Dieu; le nombre de ceux qui ont la foi en Dieu et qui vivent cela en Jésus, en la Divine Volonté, se laissent remplir de grâces de Dieu afin de laisser déborder l'amour qui, lui, coule vers ses enfants de peu de foi, de manque de foi.

Il y a des mouvements qui se (font) en ce moment même afin d'attirer les enfants de Dieu; une grande vague d'amour se promène à la surface de la terre : cette vague d'amour est en train de changer le cœur des enfants de Dieu, ceux qui avaient fermé leur cœur à l'amour de Dieu.

Avant que ces enfants puissent dire : "Oui, je crois en la présence de Dieu; oui, j'ai la foi que Jésus est en l'Eucharistie", il faut qu'il y ait de l'amour en eux, de l'amour de mon Père; voilà pourquoi je me sers de vous.

Je parle à l'intérieur de vous, je vous donne des grâces d'amour afin que coule en vous l'amour vers ces enfants; vous êtes l’Église, vous êtes le mouvement de l'Amour; il n'y a que ceux qui se donnent totalement dans ce mouvement qui peuvent comprendre que Dieu a fait d'eux des instruments d'amour.

Un grand frisson est en ceux qui ont peu de foi en l'agir de Dieu; ils croient en ma Présence, mais ils doutent de mon agir; ils régentent mon agir, ils se disent être capables de discerner ceux qui parlent de Dieu : ils se disent être capables de différencier ceux qui sont abandonnés dans la Divine Volonté pour ne plus être.

Ces personnes ne voient même plus devant eux la lumière, ils se laissent prendre par le mouvement du mal qui écoute Satan; c'est Satan qui veut empêcher mes enfants de recevoir des grâces d'amour de mon Père; je prépare votre monde à la Grande Purification; je prépare ce monde à voir ma Présence en eux, en tous les enfants de ce monde; à vouloir réagir contre la Volonté de mon Père, ils s'enfoncent dans l'erreur, c'est eux-mêmes qui se font du mal.

Enfants d'amour, ouvrez votre cœur à l'appel de Dieu, je vous ai dit la vérité au moment où les paroles sortaient de vous; ces paroles vous rappelaient ce que vous étiez en train de vivre.

Jadis, on a voulu interrompre le mouvement de mon Père : on détruisait tout ce qui était de l'amour; on ne voulait pas croire à la bonté, au bien qui apporte le bonheur, la paix; on disait que ceux qui étaient dans la maladie étaient dans le péché et que Dieu les punissait; ces mêmes gens ont voulu tuer mes prophètes parce qu'ils annonçaient le bonheur, ils annonçaient la paix, ils annonçaient la libération du péché, car le Sauveur était en leur cœur.

Jadis, l'Homme de Dieu est venu parler aux hommes de la terre; il leur a parlé de l'amour de Dieu le Père, il leur a dit combien il était bon de s'abandonner entre ses mains afin de connaître le Royaume de Dieu; jadis, des hommes et des femmes se sont avancés, et ils ont cru; il y eut aussi des hommes qui ont refusé encore d'entendre, d'entendre le Bonheur parler : ils ont crucifié le Bonheur.

Aujourd'hui, le Bonheur vient parler en les cœurs et des hommes et des femmes veulent faire taire le Bonheur; ils ne veulent pas entendre ce que le Bonheur veut leur dire, car ils ont peur, ils ont peur d'être trompés, ils ont peur de connaître l'amour de Dieu dans la splendeur de Dieu à l'instant où Dieu parle, ils rejettent ce que Dieu vient leur donner comme nourriture.

Je viens guérir les cœurs, je viens guérir les cœurs blessés à cause des paroles que jadis des hommes ont dites; je viens guérir les cœurs à cause des actions que jadis des hommes et des femmes ont faites; je viens guérir la misère de ce monde, car vous êtes des cœurs blessés, des cœurs qui ont connu la tristesse, le désappointement, l'indifférence, la froideur, la jalousie.

Vos cœurs ont besoin des paroles d'amour, vos cœurs ont besoin d'entendre Celui qui soigne, Celui qui a donné sa Vie; je viens vous apporter le bonheur dans votre vie.

Vous qui avez accepté d'entendre, vous qui avez accepté d'être petits devant la Volonté de mon Père, votre cœur se laisse envelopper de l'amour de mon Père et votre cœur commence à guérir; vous ressentez en tout votre être la paix; vous savez que maintenant Dieu est présent, si présent dans votre vie qu'à chaque jour vous pouvez voir son agir; à chaque jour maintenant vous vivez dans l'espoir, à chaque jour vous apprenez l'abandon; votre foi se présente à vous : vous renoncez à ce que vous étiez hier parce que vous avez renoncé à ce que vous étiez avant-hier; tout cela est un mouvement de Dieu, il n'y a que Dieu qui puisse faire ces mouvements, aucun être humain peut faire cela.

Parce que vous avez entendu ce que je dis à l'intérieur de vous, votre vie a changé; est-ce qu'un humain aurait pu faire cela, mes amours? Il n'y a que moi dans votre vie.

Vous n'auriez pu par vous-mêmes faire ce mouvement d'amour, il fallait que je vous dise qu'à l'intérieur de vous vous aviez des mouvements cachés, des pensées, des paroles, des actions, des sentiments qui vous faisaient souffrir : je vous ai parlé d'abandon.

Enfants d'amour, ces paroles vous les connaissez parce que je vous ai parlé, et parlé, et parlé, et parlé d'amour; chaque mouvement vous a amenés à un autre mouvement; la vie en vous vous est apparue comme quelque chose de nouveau; une vie nouvelle s'est présentée à vous : une vie sans votre volonté humaine, et vous avez accepté; vous avez du travail encore à faire : celui de me donner encore des oui et moi je prends tout.

Souvenez-vous que je vous ai dit que la purification était avancée, si bien avancée que vos pensées étaient entre mes mains; vous avez accepté de me donner tout de vous; aujourd'hui, vous êtes capables de réagir lorsqu'une mauvaise pensée vient en vous; vous me donnez cela avec tant de facilité maintenant; même si vous ressentez des souffrances à l'intérieur de vous, vous le faites; je guéris, mes enfants, je guéris tout ce qui vous a blessés; je guéris ceux qui sont en vous, car je passe par vous : mes grâces, mes enfants, pénètrent dans les moindres recoins de votre vie.

C'est comme un vent d'amour, il passe et, là où il passe, il dépose de l'amour, et tout se met à tourbillonner, tout se met à rayonner, tout se met à devenir si lumière qu'un feu se fait, et ce feu réchauffe, et ça devient tellement chaud qu'une brûlure se fait sentir, une brûlure d'amour, et ce qui était une douleur se met à disparaître, car le mal est chassé : vous êtes amour, vous êtes dans ce mouvement.

Croyez en ce que je vous dis; celui qui est dans ce mouvement d'amour, avec son oui, reçoit des grâces d'amour en abondance; soyez tout petits, mes amours, laissez-vous prendre par ce vent, il est pour vous, que pour vous.

Amours, amours, je vous aime; amours, amours, vous êtes à moi : «Toi qui es tout petit, toi qui te laisses prendre par mon amour, aujourd'hui tu es venu m'entendre, tu es venu entendre celle qui parle, celle qui s'abandonne, mais c'est en toi que je parle.

C'est toi qui es venu te voir, tu es venu t'entendre, car je parle de toi, je parle de tes espoirs; tu veux croire que Jésus est bien dans ta vie, que Jésus est en train de transformer ta vie.

Toi qui as connu tant de difficultés, toi qui te demandes souvent quand (vont) arrêter tes souffrances, quand est-ce que tu vas cesser de t'inquiéter pour ceux que tu aimes; toi qui te dis être fatigué de cette vie, tu vois autour de toi un monde égoïste, tu vois autour de toi un monde qui ne vit que pour l'argent, qui ne pense qu'à se procurer du matériel; tu es toi aussi aux prises avec ce matériel, car tu voudrais t'en débarrasser, mais comment vivre en n’ayant rien? Je connais tes pensées, je connais tes besoins, tout cela est à moi, ce n'est pas à toi; tu te fatigues à penser ainsi.

Tu nourris ton espoir de bonheur et de joies; il est vrai, il est en toi, car tu es l'espoir; puisque tu es venu t'entendre, tu crois en toi, tu crois que tu es avec moi; je t'apporte la preuve que tu es vivant dans ta vie éternelle.

Puisque tu crois en moi, tu as la vie éternelle, n'est-ce pas mes paroles? Tu les as lues dans l'Évangile, tu les as entendues lorsque tu as écouté le prêtre; tu crois à l'amour puisque tu veux l'amour, mais sache que tu es l'amour, tu es vrai; si tu crois à l'amour, c'est parce que tu es toi-même fait d'amour, tu veux ce que tu es.

Lorsque tu entends des paroles qui te blessent, c'est parce qu'à l'intérieur de toi il y a ta chair qui n'a pas connu l'amour qu'elle voulait connaître; tu voulais la tendresse, tu voulais connaître l'affection, tu voulais qu'on écoute tes paroles lorsque tu étais triste, tu voulais connaître des consolations, c'est parce que ta chair voulait l'amour.

À l'intérieur de toi l'Amour t'appelait, l'Amour te disait : "Viens, viens parce que c'est en toi que tu vas trouver les consolations, c'est en toi que tu vas trouver la tendresse, c'est en toi que tu vas trouver l'affection que tu cherches, tu ne te laisseras plus atteindre par les paroles à l'extérieur parce qu’en toi tu es, c'est toi qui es là, c'est toi qui es l'enfant de Dieu".

Tu es si petit, si amour, et si fragile à cause de ta chair; c'est ta chair qui t'a rendu triste, qui t'a empêché de voir combien tu étais précieux pour Dieu; aujourd'hui, tu découvres l'importance d'être avec moi dans une grande intimité, en des moments où toi et moi nous sommes ensemble, c'est important cela; aujourd'hui, tu apprends tranquillement à délaisser un peu la musique, la musique à la radio qui étourdit, cette musique forte qui ne parle pas de mots d'amour, qui ne porte pas la tendresse de mon Père; aujourd'hui, tu as les yeux fixés sur moi, car tu as les yeux moins fixés vers la télévision; ensemble nous sommes, ensemble nous connaissons des moments de tendresse, de consolations.

Tu vois, c'est important de connaître qui tu es vraiment; je sais qu'il y aura d'autres moments encore où il te faudra te souvenir de ce moment d'amour que nous connaissons ensemble en ce moment; c'est à force de toujours faire le même mouvement que tu vas connaître de plus en plus notre intimité d'amour : plus que tu viens à moi et plus cela est facile pour toi.

Tu es à Jésus, tu n'appartiens pas à ce monde; le monde ne t'appartient pas, tu es à moi, à moi seul; tout ce que moi j'ai, je te le donne; ce monde ne peut pas t'apporter ce que moi je peux t'apporter, et tu as découvert cela.

Comme j'aime ces moments d'amour! J'aime te parler ainsi, je sens la tendresse qui se réveille en toi, je sens que de plus en plus tu as confiance en moi, je sens que tu te laisses prendre par la Volonté de mon Père, tu as foi en ces grâces.

Je t'aime, amour, tu es mon amour; tu vois, aujourd'hui, il est plus facile pour toi d'entendre le mot amour, tu sais pourquoi? Parce que tu sais que tu es amour.

Tu étais farouche au tout début, maintenant tu l'es moins, tu aimes cela parce que j'ai découvert en toi l'abandon; tu as profité de mes grâces d'abandon, de mes grâces d'amour.

Je veux encore t'en donner, encore et encore, car tu vois, si je parle ainsi avec toi, c’est que je veux aussi parler avec ceux qui sont en toi; tu as ouvert ton intérieur et tu as pénétré en ton intérieur avec tes oui, mais, eux, ceux qui sont en toi, avec toi, n'ont pas encore prononcé leur oui, mais ce que je te donne aujourd'hui ils en reçoivent, ils commencent, eux, à se préparer à cela : ce que tu es en train de faire est merveilleux.

Je fais mon monde d'amour avec des enfants d'amour, toutes ces paroles sont guérissantes; ce monde est si malade, il a tant besoin de moi; je suis le Messie, je suis le Sauveur, je suis Celui qui est en toi; Jésus est présent dans ta vie, il est présent aussi dans leur vie.

Je t'aime et je t'aimerai toujours; aime-moi très fort, aime-moi toujours.»

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Jésus nous donne beaucoup de sa Présence, il le fait avec une telle simplicité, c'est parce qu'il nous sait être prêts à tout accepter.

Il nous a rendu saints, oh! nous avons encore à l'intérieur de nous des complications, mais c'est comme si on les voyait maintenant différemment ces complications : nous les laissons à Jésus.

Nous avons appris à prononcer des oui avec simplicité, des oui d'amour, et maintenant lorsque nous voyons que notre vie est compliquée, nous réalisons que c'est nous qui venons, avec notre volonté humaine, de compliquer les choses : vite, on le lui redonne à Jésus.

C'est bon de savoir cela maintenant, c'est bon de vivre ces moments d'amour ensemble; nous formons une famille, une famille unie en Jésus dans son Église.

Nous y croyons, en l'Église; de plus en plus, la foi à l'intérieur de nous nous fait comprendre l'importance de nous voir en l'Église; nous ne sommes plus capables de nous regarder en dehors de l'Église maintenant, car notre force est à l'intérieur de nous, en l'Église.

Nous sommes l'Église, voilà notre force : nous tenir ensemble; lorsqu'on est ensemble, on sait qu'on peut faire un mouvement : donner notre oui et le reste Jésus s'en occupe, ce n'est pas nous.

Nous avons passé à travers des épreuves : beaucoup d'entre nous, (nous) avons des enfants, beaucoup d'entre nous avons vu nos enfants pleurer, beaucoup d'entre nous (nous) avons été témoins de leur propre malheur; aujourd'hui, on peut facilement regarder cela en ayant confiance que Jésus s'occupe d'eux, que l'Église c'est eux, qu'ils sont en Jésus.

Jésus est la Paix, il nous donne la paix afin qu'on puisse regarder nos enfants dans la paix; tout cela nous le savons, mais il est bon de se le rappeler encore et encore, parce que nous avons encore tendance à trébucher; c'est lorsqu'on est ensemble qu'on a la force, on se dit : "Oui, maintenant, nous savons que Jésus est là, qu'il prend en main nos enfants."

Mais, quelquefois, quand on arrive à la maison, on trébuche quand on voit nos enfants arriver tout excités puis qu'ils disent : "Ah! on vient de s'acheter une maison 250,000 $, 300,000 $”; ah! le cœur vient (de) nous battre très fort : "Comment ils vont faire pour payer tout ça?  Comment ils vont faire lorsqu’arriveront les grandes tribulations que Jésus nous annonce?"

Lorsqu'on est tout seul, on panique, mais lorsqu'on est ensemble, là une force vient à l'intérieur de nous, c'est comme si on avait laissé à la maison ses soucis et que nous sommes venus ici avec nos valises remplies de linge et c'est tout, absolument tout : on n’a plus d'inquiétudes, on est venu ici tout légers, prêts à se laisser remplir de grâces de Dieu.

On est comme des enfants, on a confiance en Jésus, on n'a pas confiance en nous-mêmes, mais en Jésus; on vient ici avec un être, un être plein d'espoir : il s'est vidé de ses tracas pour donner plus de place aux grâces qu'il va recevoir.

C'est vous ça, c'est l'enfant de Dieu qui est venu ici, ce n'est pas l'enfant tout meurtri, inquiet, non, celui-là il est à la maison et il va nous attendre, vous savez; et, de plus en plus, on commence à avoir plus de force que lui, on commence à lui dire : "Tais-toi"; on commence à dire : "Je ne veux pas de ce sentiment, je ne veux pas de cette peur, de cette inquiétude, je ne veux plus de ces pensées”.

Alors, voyez-vous, l'être qui nous attend à la maison commence à perdre de la place, c'est l'enfant de Dieu qui commence à avoir plus de place : de la vie en Dieu, c'est tout nous autres.

Dieu est bon, Dieu est douceur, il est en train de nous montrer que nous sommes bonté, que nous sommes douceur; même notre ton de voix a changé, même dans l'être qui est à la maison, son ton a commencé à changer; ceux qui sont autour de nous s'en ont aperçu, et commencent à dire que nous sommes plus patients, plus calmes, ils ont plus confiance en nous.

Dieu les transforme, eux; s'ils s'aperçoivent que nous, nous sommes plus calmes, c'est parce que cela vient d'eux, de l'intérieur d'eux; c'est Jésus lui-même qui est en train de les transformer; nous, nous le réalisons, mais eux ne sont pas capables de réaliser qu’ils sont en train de se laisser transformer par Jésus.

Jésus fait un monde nouveau, il faut croire à tout cela; même si nous disons : "Oui, j'y crois", eh bien, il faut aller encore plus loin que ça, il faut en être convaincu; on aura beau dire : "J'y crois", mais il y a une différence entre croire et être convaincu; c'est comme quelqu'un qui va à la pêche, il dit à son voisin : "Regarde bien le poisson que je vais prendre, il va être long comme ça"; alors, en dedans de lui, il n’est pas trop, trop sûr de ce qu’il vient de dire, il le voudrait bien afin de démontrer à son voisin : "Hein, je l'ai eu hein, le poisson!"; mais savez-vous, celui qu’il croit prendre, bien il est bien pris : c'est toujours ceux qui parlent qui sont comme inconnus d'eux-mêmes.

C’est comme si on parle, mais on ne connaît pas qui on est à l'intérieur de nous réellement; alors, tranquillement, Jésus est en train de nous montrer ce que nous sommes à l'intérieur de nous-mêmes, nous commençons à nous connaître.

Alors, les paroles que nous disons aujourd'hui, les paroles que nous allons dire demain seront des paroles qui seront à la mesure de ce que nous serons à l'intérieur; là nous commencerons vraiment à parler, en croyant sincèrement à ce que nous sommes vraiment à l'intérieur de nous.

Voyez-vous, ces paroles je les prononce, mais j'ai de la difficulté à les comprendre; mais je laisse ça à Jésus, il me les fera comprendre quand Dieu le Père le voudra, et ce qui est important, c'est de lui laisser toute la place; c'est ce qui compte dans notre vie : laisser toute la place à Jésus afin de vivre ces grâces.

C'est grâce que d'entendre l'Esprit de Dieu nous parler parce que c'est lui en ce moment même qui parle; qu'avons-nous, nous, à faire dans tout cela, sinon de nous laisser aller dans ce mouvement d'amour? Ce n'est pas à nous de nous forcer, c'est de laisser toute la place à Jésus, lui va le faire; c'est lui qui va nous faire comprendre, il est la Lumière, il est notre tout, il est l'air que nous respirons, il est la lumière du jour, il est la splendeur de l'amour, alors laissons tout à Jésus, c'est si bon de se laisser aller ainsi.

Il y a un mouvement à l'intérieur de moi qui se fait en ce moment, il est léger, il est rempli de lumière, il veut chanter, il veut chanter l'amour, mais il ne peut le faire en ce moment parce qu'il appelle d'autres mouvements d'amour.

Il dit : «Ô toi, ô toi qui es amour et qui a le goût de chanter, qui a le goût de t'unir, veux-tu faire un mouvement dans mon mouvement, veux-tu être le mouvement de l'amour, veux-tu faire mouvement avec les autres mouvements qui, eux, veulent faire des mouvements dans ce mouvement afin de ne former qu'un seul mouvement dans le seul Mouvement, qui est celui de l'Amour, en l'Amour, pour l'Amour? Le mouvement vient et il se rassemble afin de faire qu'un seul mouvement dans le chant de l'Amour.»

Unissons nos coeurs pour ne faire qu'un seul cœur, et chantons à Dieu ce qu'il veut que nous lui chantions.

Merci, merci beaucoup.