Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Plantagenet, Ontario,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus.

 

2004-06-11

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Maman Marie se manifeste par des odeurs de rose lorsque je vais à Marmora.

Marie, c’est notre Mère, elle nous aime, elle écoute Dieu le Père, Marie; malgré son amour, Marie obéit à Dieu le Père; elle ne se manifeste à nous que si Dieu le Père le permet, par des odeurs; elle apparaît à certains enfants.

Par elle-même, Maman Marie ne le fait pas, elle ne le fait que si Dieu le Père le veut; Maman Marie est dans l’obéissance et c’est ce qu’elle veut nous apprendre : l’obéissance, l’abandon.

Elle m’a demandé l’obéissance et cela s’est fait par des enfants comme nous et, en premier, c’était un nommé Roger; Roger était dans les charismatiques et je ne connaissais pas ce qu’était le charismatique, mais il a prié sur moi et, à partir de ce moment, j’ai donné beaucoup d’abandon à la Trinité, à Dieu le Père, Dieu le Fils, Dieu le Saint-Esprit, et Marie se manifestait par des roses.

La Trinité, dans sa Volonté, me montrait, à l’intérieur de moi, des visions.

Il y a plusieurs sortes de visions; il y a celles qui sont à l’intérieur de nous et celles qu’on voit à l’extérieur de nous; ce sont comme des images, des images qui nous apparaissent comme étant de Dieu parce qu’on a l’impression de les vivre, on a l’impression de communiquer avec ce qu’on voit; et ce qu’on voit, c’est qu’on est conscient qu’il y a des messages, qu’on a à apprendre lorsqu’on voit des visions.

On ne peut pas se l’expliquer, mais on sait que le Ciel nous parle par des mouvements, des mouvements qui ne sont pas perçus par notre volonté humaine, mais seulement par notre volonté en Jésus; c’est comme si notre volonté se donnait dans la Volonté Divine, et la Volonté Divine, elle, elle fait pour nous des mouvements; c’est contre notre propre vouloir, cela se fait dans l’abandon parce que Dieu le veut.

C’est Dieu le Père qui choisit chacun d’entre nous et c’est Dieu le Père qui choisit ce qui est bon pour nous.

Voilà que certains d’entre nous, nous voyons des choses, entendons des choses, mais ce ne sont pas des choses de la terre; et ce que nous entendons, ce n’est pas des choses de la terre non plus, ça vient du Ciel.

Comment nous, on peut vivre ça? C’est seulement avec les grâces du Bon Dieu, pas avec nous-mêmes; nous, on est dépourvu de ce contact; si ce contact se fait avec nous-mêmes, c’est parce que Dieu le Père en a décidé ainsi, on ne peut pas, nous, le contrôler.

Lorsque je voyais des choses, ça venait sans que je le sache, et bien souvent, et la plupart du temps, je ne savais pas ce que cela voulait dire; je voyais, c’est tout.

Quelquefois, c’est sûr qu’au commencement quand cela vient en nous, on se dit : “Ce sont nos émotions, on est trop émotifs, c’est notre imagination”; mais lorsqu’on s’arrête, on sent que ce n’est pas comme les autres : on les vit; ça vient de l’intérieur de nous, ça ne vient pas de notre tête; on les vit sans comprendre ce que ça veut dire, mais on sent qu’on est en communication avec ce qu’on a vu; et Dieu nous donne des grâces de voir, mais il donne les grâces aussi d’accepter ce qu’on voit.

Lorsqu’on voit des choses et qu’on n’est pas capable d’expliquer ce qu’on voit, et qu’on garde notre paix, cela vient de Dieu, cela ne vient pas de nous.

Regardez bien, la plupart, lorsqu’on voit de quoi, comment ça se fait qu’on ne part pas et qu’on ne va pas dire ça à tout le monde? On reste calme, on garde ça pour soi; on n’est pas porté à dire ça à tout le monde.

Regardez bien, lorsqu’on se trouve entre amis, on a tendance, des fois, à dire : “Ah! j’ai vu telle chose. Ah! j’ai rêvé à telle chose, ça t’arrives-tu, toi, de rêver à telle chose?” Et l’autre va dire : “Mais oui, ça m’arrive”; et pourtant, on ne dit pas ce qu’on a vu, pas ceux-là; on les garde pour soi.

Mais ça, ça ne vient pas de notre volonté humaine, ça vient parce que Dieu le Père nous donne des grâces pour garder ça en nous; c’est ce qu’il veut faire avec chacun de nous.

Dieu va nous donner des mouvements, ces mouvements vont venir du Ciel.

Ils vont nourrir notre intérieur, ils vont nourrir notre vie à l’extérieur; tout cela va nous faire avancer, avancer vers l’Amour; l’Amour, c’est Dieu, c’est la Divine Volonté.

Tranquillement, nous allons apprendre à quitter notre volonté humaine pour entrer dans la Divine Volonté, mais c’est par ses grâces que nous y arriverons, c’est avec ce qu’il va mettre en nous, ce qu’il va nous faire vivre; non seulement nous entendons la Parole de Dieu, par ses prêtres consacrés.

Lorsqu’ils nous lisent l’Évangile : ce sont des paroles de vie, des paroles remplies de grâces, elles nourrissent notre intérieur : nous les entendons; il y a aussi les messagers qui répètent par la puissance du Saint-Esprit ce qu’ils ont en eux; il y a aussi les messages qu’on lit dans les livres que certains messagers ont écrits sous la mouvance du Saint-Esprit, sous la puissance de Dieu : ça, ça va nourrir aussi notre intérieur.

Il va y avoir aussi, et beaucoup ont déjà commencé, des visions; on croit que ce sont des rêves, mais ces visions, c’est la vie, ça fait partie de notre vie intérieure, et Dieu va nous nourrir aussi de cette façon-là; cela va être accompagné de grâces, de grâces d’amour, de grâces de paix, de grâces d’abandon : tout cela va être en nous et plus on va avancer dans l’abandon, et plus cela se fera.

Nous, nous sommes des enfants de la Lumière; Dieu a choisi chacun d’entre nous pour vivre, pour vivre ces moments d’amour.

Dieu veut que je ferme les yeux, parce que Dieu veut vous parler directement en votre cœur.

 

Dieu le Père : Je suis la Divine Volonté, tout en moi n’est que Volonté, je suis le Mouvement de la Vie, la Vie est et sera.

Il n’y a pas de commencement en Dieu et il n’y aura pas de fin en Dieu, car Dieu est le Tout de tout ce que vous voyez, de tout ce que vous entendez, et de tout ce qui existe.

Ce qui existe, mes enfants, est en Dieu; il ne vous est pas connu ce mouvement, car ce mouvement est éternel : c’est l’Alpha et l’Oméga; et vous, enfants de ma Volonté, vous êtes venus en ce monde pour former un tout avec ma Volonté.

Ma Volonté est de vous faire enfants de la Divine Volonté, ma Volonté est de vous rendre amour, ma Volonté est de vous faire vivre en Dieu, seulement qu’en Dieu.

À cause du péché, à cause de la désobéissance d’Adam, vous, les enfants de ma Volonté, vous avez vécu en dehors de la Divine Volonté; à cause de la désobéissance, vous avez connu la volonté humaine : c’est votre volonté, celle qui vous fait penser, celle qui vous fait agir, celle qui vous fait parler.

La volonté humaine vous habite, elle est en vous, elle fait partie de vie quotidienne sur la terre; lorsque vous êtes venus sur la terre, vous avez été, chacun, en relation avec cette volonté qui comporte deux états : le bien et le mal; vous vous êtes débattus toute votre vie avec votre volonté pour choisir entre le bien et le mal.

Moi, la Divine Volonté, je viens vous parler en vous, en vos cœurs, pour vous faire comprendre que vous êtes des choisis qui allez devoir quitter votre volonté humaine pour venir vivre dans la Divine Volonté.

Mes enfants, c’est un mouvement d’amour, c’est un mouvement rempli de lumière, de sagesse.

Lorsque vous allez vivre dans la Divine Volonté, vous allez connaître tout ce qui est bien et vous allez juger par vous-mêmes la bonté, l’amour, la tendresse; vous allez voir combien il est bon de vivre en Dieu, qu’en Dieu.

Tout ce que vous êtes, en ce moment, ne peut percevoir ce mouvement car, à cause de votre volonté humaine, il y a trop en vous de mauvais.

Lorsque je parle de mauvais, mes enfants, je parle du plus profond de vous-mêmes : tout ce que vous avez connu d’impur; tout ce que vous avez entendu et qui était impur, tout ce que vous avez dit et qui était impur, cela s’est logé à l’intérieur de vous et a formé en vous des souvenirs.

Dieu veut venir se montrer à vous dans toute sa Gloire pour vous rendre tels que vous étiez avant que vous veniez en ce monde : vous étiez dans la Divine Volonté, en Jésus.

Avant que vous veniez dans le sein de votre mère sur la terre, vous étiez dans la Vie de Dieu, vous étiez en union d’amour.

Vous avez été choisis.

Vous n’êtes pas des enfants qui êtes venus sur la terre par un mouvement fait par un homme et une femme pour avoir un enfant dans le hasard; il n’y a pas de hasard pour Dieu; Dieu connaissait vos parents avant vous; Dieu connaissait les parents de vos parents, et ainsi de suite : Dieu est le mouvement de l’Amour.

Lorsque Dieu a créé Adam, lorsque Dieu a créé Ève, un homme et une femme étaient sur la terre par la Volonté de Dieu : un homme et une femme se sont unis afin de mettre en ce monde des enfants; d’autres enfants choisis de Dieu ont mis des enfants au monde, d’autres enfants choisis de Dieu ont mis des enfants au monde (etc.).

Dieu connaît tout, Dieu est omniprésent; je suis la Présence, je suis le Présent, je sais tout.

Chacun d’entre vous, (vous) avez été choisis par amour; bien que des hommes aient parfois fait des actes contre l’amour, obligeant une femme à s’unir à lui et un enfant est venu au monde, mais cet enfant, je le connaissais, je suis la Présence; j’ai choisi cet enfant parce que, dans ma Divinité de vue, je connaissais tout.

Tout enfant qui est venu en ce monde est venu de mon Vouloir; je n’ai pas voulu que cet homme connaisse cette femme par la violence, mais à cause du péché l’homme a fait des actes contre l’Amour.

Mais Dieu, dans son amour, a permis qu’un enfant vienne de ce mouvement d’amour par son amour parce que Dieu est le Créateur; il ne peut y avoir d’enfants sur la terre sans que Dieu le nourrisse de son amour.

Lorsqu’un homme et une femme s’unissent, il y a un mouvement qui se fait, c’est le mouvement de la création; le mouvement de la création vient du Créateur, vient de l’Être Suprême; il est la Vie, et chaque enfant qui vient en ce monde est vie en la Vie de Dieu.

Vous qui êtes ici présents, vous êtes unis à tous les enfants du monde entier, et cela depuis Adam et Ève jusqu’au dernier qui sera créé.

Vous êtes en moi, je suis la Divine Volonté et vous faites partie de ma Divine Volonté; bien que vous, vous soyez ignorants de ce mouvement d’amour, moi qui sais tout, moi qui ai la Vie, je suis la Divine Volonté, et je sais tout; je vous unis par amour à tous les enfants du monde, afin que vous ne soyez qu’un en mon Fils.

Je veux que vous soyez amour; l’amour, mes enfants, est un mouvement qui vient de Dieu, et lorsque vous acceptez d’être amour, vous ne faites qu’un, qu’un en Dieu; vous êtes unis avec ceux que vous aimez, et parce que vous êtes unis avec les personnes que vous aimez, tout ce que vous recevez, eux aussi le reçoivent.

Voyez-vous, vous êtes en la Vie et eux aussi sont en la Vie; je ne donne pas seulement des grâces à vous qui m’entendez, je donne aussi des grâces à eux qui sont en vous parce qu’ils font partie de l’Amour et qu’ils ne font qu’un avec l’Amour, vous ne faites qu’un avec Dieu.

Je nourris les enfants du monde.

Je vous parle, mes enfants, parce que je viens changer ce monde : ce monde qui se croit individuel, ce monde qui croit qu’il ne doit vivre que pour lui, ce monde qui oublie qu’il vient de Dieu.

Chaque enfant va savoir qu’il est amour, chaque enfant va savoir qu’il est vie en Dieu, chaque enfant va savoir qu’il a été choisi par Dieu, chaque enfant va savoir que Dieu le Créateur est le Tout.

Mes enfants, vous entendez la Divine Volonté qui vous parle pour vous faire découvrir votre place parmi vos frères et vos sœurs.

Chacun de vous, (vous) êtes particuliers, chacun de vous, (vous) êtes en la Vie, vous êtes uniques pour Dieu; chacun de vous, (vous) devez vous reconnaître amour pour ce que vous êtes, mais n’oubliez pas, mes enfants, que vous êtes unis à tous vos frères et vos sœurs.

Lorsque vous apprenez à vous découvrir, vous apprenez aussi à découvrir vos frères et vos sœurs; lorsque vous acceptez que Dieu vous donne des grâces, afin que vous puissiez découvrir votre intérieur, vous acceptez aussi que Dieu donne des grâces, par vous, aux enfants qui font partie de votre vie.

Dieu ne donne pas seulement qu’à vous, il donne à tous les enfants du monde, car Dieu est le Créateur : Dieu a choisi tous les enfants.

Je vous parle d’amour, je vous parle d’un ensemble d’amour.

Voyez-vous l’importance de vous donner de l’amour? Lorsque vous vous donnez de l’amour, vous apprenez aussi à donner de l’amour aux autres : "Il n’y a pas de plus grand amour que de se donner pour ceux qu’on aime".

Combien d’enfants ont pensé qu’il fallait seulement donner de l’amour aux autres, car lorsqu’ils disaient : “Aime-toi”, ils se croyaient égoïstes, ils ne voulaient pas; moi je vous dis que pour aimer votre prochain, il faut que vous appreniez à vous aimer; lorsque vous apprenez à vous aimer, vous apprenez à aimer votre prochain.

Il faut ouvrir votre intérieur, il faut accueillir les grâces de Dieu : vous ne pourrez pas vous aimer sans mes grâces.

Ils sont si nombreux les enfants qui ne s’aiment pas comme ils sont; ils sont si nombreux les enfants qui se disent pas capables d’aimer, pas capables de s’aimer; ils sont si nombreux les enfants qui rejettent l’amour qui veut entrer en eux; ils ne sont pas capables de s’aimer, alors ils refusent l’amour des autres.

Il faut ouvrir votre intérieur à l’appel de Dieu, je vais changer ce monde en commençant par vous-mêmes.

Je vais vous donner des grâces, des grâces d’amour, des grâces d’abandon; oui, d’abandon parce que lorsqu’on se découvre amour, il faut aussi se découvrir abandon; car Dieu veut que vous acceptiez ce qu’il va vous donner car, lui, il vous connaît mieux que vous; alors, il faut vous abandonner entre ses mains, il veut vous nourrir, il veut vous nourrir de sa Vie.

Oui, je veux vous nourrir de ma Vie, je veux vous donner de l’amour, car je suis l’Amour.

Vous allez apprendre, mes enfants, à accepter que vous êtes des enfants qui facilement entrent en colère, des enfants qui se frustrent, des enfants qui jugent, des enfants qui veulent avoir pour eux seuls une affection venant de l’extérieur, des enfants qui sont jaloux, des enfants qui sont envieux, des enfants qui sont gourmands, paresseux, des enfants qui sont portés à l’impureté, aux mensonges, à l’ivrognerie, à l’adultère, des enfants qui portent du mal en soi.

Voyez-vous ce que j’essaie de vous dire, mes enfants? C’est que vous portez tout cela en vous, vous portez vos frères et vos sœurs.

Reconnaissez-vous impurs : il est plus facile pour vous d’accepter votre purification si vous acceptez de vous reconnaître comme des enfants impurs.

Comment voulez-vous que Dieu vous parle d’amour si vous refusez d’entendre ses paroles, ses paroles remplies de sagesse, remplies de lumière, de vérité? Pour accepter toute vérité, il faut accepter de se reconnaître impurs.

Lorsque je me suis donné sur la Croix pour apporter tous les péchés à la mort, j’ai connu votre vie avant que vous, vous soyez en cette vie; j’ai pris tout ce que vous étiez et je l’ai amené à la mort.

Mon Précieux Sang vous a couverts, mon Précieux Sang vous a rendus purs, mais à vous maintenant de savoir si vous voulez mon geste d’amour.

Pour accepter mon geste d’amour, il faut accepter de vous reconnaître tels que vous êtes : faibles à cause de votre volonté humaine; oui, faibles devant le péché.

Qui se croit fort devant le péché, celui-là ne se voit pas, il se triche, il se ment, il se bafoue lui-même avec sa volonté humaine, car c’est sa volonté humaine qui le trompe.

Tout enfant de Dieu sait se reconnaître petit devant Dieu, tout enfant de Dieu sait se reconnaître dans sa volonté face à ce qu’il est : un enfant qui est venu au monde pour entrer dans la volonté humaine et vivre parmi ce monde qui est dans la volonté humaine.

Voyez-vous, chacun d’entre vous doit se reconnaître dans ce qu’il est pour pouvoir avancer dans l’abandon en Dieu.

Il n’y a que Dieu qui peut vous faire découvrir ce que vous êtes; il n’y a que Dieu qui peut vous parler de vous-mêmes sans que vous, vous vous jugiez incapables d’avancer.

Dieu vous donne des grâces lorsqu’il parle, Dieu vous donne des grâces pour que vous puissiez vous regarder en vous.

Ce sont des grâces d’amour, des grâces de paix; et là, mes enfants, vous allez pouvoir aider vos frères et vos sœurs, car eux aussi devront se regarder : il faut commencer par vous.

Lorsque vous acceptez d’être des menteurs, c’est parce que vous voyez que vous, vous vivez parmi les menteurs, et que les mensonges ont fait partie de votre vie, ils ont pénétré en vous et ils y sont logés : même si vous, mes enfants, êtes conscients que vous faites des efforts pour ne plus mentir, votre chair a connu le mensonge, et à cause qu’elle a connu le mensonge, vous êtes enclins à tomber dans ce péché.

C’est lorsque vous vous regardez ainsi que vous pouvez accepter mes grâces, mes grâces de miséricorde qui vous rendent forts devant la tentation.

Mes grâces de miséricorde, seuls mes prêtres peuvent vous les donner par leur sacerdoce; moi, Jésus, je passe, je vous donne des grâces, des grâces qui vous rendent forts devant la tentation.

Oh! combien d’enfants, après avoir été à la confesse, après avoir reçu l’absolution, après avoir reçu mes grâces, ont succombé; moi qui suis l’Amour, je les ai soutenus afin qu’ils puissent se reconnaître pécheurs, faibles, et ces enfants sont retournés à la confession.

 

Jésus : Enfants d’amour, lorsque Jésus parle, Dieu vous donne des grâces, des grâces de lumière, des grâces de purification; je veux purifier votre chair, ainsi vous allez avancer vers la Grande Purification.

Voici venir des temps de grâces, des temps de lumière, des temps de paix où la peur va s’estomper.

Il n’y aura en vous, bientôt, que la paix; vous allez pouvoir avancer en regardant ce que vous faites avec la paix, et plus vous allez avancer et plus vous allez renoncer à votre volonté humaine; vous allez entrer dans la Divine Volonté, avec mes grâces, et plus vous allez avancer dans la Divine Volonté, et plus, mes enfants, vous allez entendre, vous allez voir, vous allez sentir la Vie en Dieu : tout cela est pour vous, tout cela est pour votre temps.

J’ouvre votre intérieur à mes grâces, à mes grâces de purification.

Vous êtes en train, mes enfants, de vivre votre purification, cela se fait parce que Dieu le Père le veut, parce que Dieu le Père est le Tout.

Je veux, moi, la Divine Volonté, le Fils de Dieu, vous faire connaître ce que vous vivez; je veux que vous puissiez vous aimer, ainsi vous allez aimer vos frères et vos sœurs, et ces grâces que vous allez recevoir, eux vont en profiter, mais à eux seuls de vivre leur purification, non à vous; vous, parce que vous acceptez mes grâces d’abandon, vous acceptez votre purification.

Je vais, mes enfants, vous préparer à ce qui vient; pour ce soir, cela est.

Recevez, par mon prêtre, des grâces qui vous feront avancer dans ma Volonté. Amen.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Dieu nous parle de notre intérieur, Dieu va nous faire comprendre tout ce que nous avons fait dans notre vie; il n’y aura rien qui nous sera caché, mais pour que cela se fasse, il faut demander des grâces : c’est à chacun de nous de choisir.

Dieu pourrait parler ainsi des heures et des heures, mais si nous, nous ne lui demandons pas des grâces, Dieu va respecter notre choix.

Il fait ces rencontres, il les appelle ses rencontres d’amour, afin de nous aider, nous, à comprendre ce que Dieu le Père attend de chacun de nous.

Jésus vient nous parler à travers de ses instruments; je ne suis pas la seule, il y en a d’autres; nous avons tous une même mission : c’est d’aider nos frères et nos sœurs à aller vers le Père, et à commencer par nous-mêmes.

Nous devons être à l’écoute de ce qu’il nous fait entendre, nous devons dire merci aussi de ce qu’il nous donne; mais pour qu’on puisse être à l’écoute et pour rendre grâce à Dieu, il faut demander des grâces.

Il faut aller dans le Cœur de Marie, le Cœur de Marie, c’est une porte, c’est la Porte du Ciel; lorsqu’on pénètre dans la Porte du Ciel, on peut plus facilement aller vers le Fils.

C’est lorsqu’on réalise tout l’amour que Jésus a pour nous qu’on peut demander des grâces; on apprend à laisser notre orgueil de côté, on apprend à découvrir que nous sommes des petits enfants : Dieu veut qu’on soit humble.

C’est dans l’humilité qu’on peut absorber les grâces.

On aurait beau demander des grâces gros comme le bras à Jésus, mais si on demeure ce qu’on est, la tête haute, ces grâces-là vont comme nous effleurer.

Jésus veut plus que ça pour nous : il veut qu’on s’imprègne de ses grâces, il veut faire de nous des enfants de la Divine Volonté.

Pour qu’on se laisse transformer, il faut demander des grâces d’humilité, et croyez-moi qu’il va vous en donner; surtout, passez par Marie, demandez des grâces d’humilité : Marie aussi va nous parler de Joseph, son époux.

Il faut demeurer humble pour pouvoir vivre ces moments de purification; nous sommes en train de vivre un moment unique : la purification de notre chair.

Vous savez, les prêtres sont les ministres de Dieu, ce sont les représentants de Jésus sur la terre, c’est le Christ-Prêtre à travers eux.

Jésus est présent avec nous, et lorsque nous allons vers les prêtres, nous allons vers Jésus; ça fait depuis 2 000 ans que cela nous est montré.

Maintenant, voici un autre mouvement : Jésus est en train de nous parler de la Divine Volonté.

Cela ne fait pas longtemps, c’est depuis le dernier siècle qu’on entend seulement parler de la Divine Volonté : c’est tout récent; c’est par d’autres écrits que cela (nous) est arrivé; cela ne s’est pas fait dans le temps des apôtres, c’est pour nous ce temps : découvrir la Divine Volonté.

On trouve que cela est compliqué; c’est quoi la Divine Volonté? Eh bien, c’est faire une action, mais la faire en Jésus.

Et lorsqu’on dit que Jésus fait cette action, comme passer le balai, pourtant c’est simple, mais Jésus, lui, a le pouvoir d’envelopper notre mouvement de son mouvement : il l’enveloppe de sa Divine Volonté; alors notre mouvement à nous disparaît et se laisse envelopper du mouvement de Dieu.

Notre mouvement de passer le balai était fait avec notre volonté humaine et ne portait pas de grâces; on ne pouvait pas offrir cela à Dieu le Père comme une prière, parce que c’était fait avec notre volonté humaine : on ne le donnait pas à Dieu.

On voulait quand même passer le balai pour que ça soit propre et on était aussi conscients que Dieu voulait qu’on passe le balai pour que ça soit propre, pour être des enfants qui faisaient quand même de bonnes actions; mais là, Dieu nous fait connaître que c’est le Fils lui-même qui va faire ce mouvement.

Ça, on ne nous l’avait pas appris parce que ce n’était pas le temps; maintenant, c’est le temps choisi par Dieu le Père pour nous faire connaître ce trésor.

C’est le plus beau des cadeaux que nous pouvons recevoir, nous les humains : faire de nos gestes des prières; passer un balai devient prière, savez-vous (pourquoi)? Parce que c’est Jésus qui passe le balai, ce n’est pas nous : Jésus est le Mouvement, Jésus, c’est le Verbe.

Le Verbe, c’est toute action en le Père.

Mais nous, on ne peut pas faire ça; c’est Jésus qui peut le faire parce que Jésus est en le Père et le Père est en le Fils, ils ne font qu’un tout avec le Saint-Esprit, pas nous.

Nous, on est des créations de Dieu; on vient de Dieu le Père, on vient de la Trinité parce que Dieu le Père, lorsqu’il a créé, eh bien, le Fils était en Dieu le Père et le Saint-Esprit était en Dieu le Père, alors la Trinité a fait un mouvement de la création.

Alors, nous sommes des créatures de Dieu, avec une volonté humaine, parce qu’à cause du péché d’Adam, on entend souvent parler, dans la Divine Volonté, du péché d’Adam et Ève, pourquoi? Parce que c’est ça qui a fait qu’Adam et Ève sont sortis de la Divine Volonté pour rentrer dans la volonté humaine, et Dieu, lui, veut nous ramener, et maintenant, c’est le temps.

Pourquoi il a choisi ce temps? Parce que Dieu le Père est omniprésent; il connaissait tout mouvement, et c’est en rapport avec sa création.

Lorsque Dieu le Père a créé, a créé l’univers, eh bien, il a fallu qu’il le crée dans un laps de temps; oh! nous les humains, nous avions besoin d’entendre : un jour, deux jours, trois jours, quatre jours, cinq jours, six jours et sept jours; Dieu, lui, n’a pas de temps, il est l’Alpha et l’Oméga, il est le Présent, il est le Mouvement.

Est-ce qu’il y a un temps en Dieu? Non, il n’y a pas de temps : Dieu EST; mais nous, nous avions besoin de comprendre.

Dieu, dans son infini amour pour nous, il nous a parlé; il nous a parlé par ses prophètes; il nous a expliqué : c’est la Genèse.

Alors, d’une création à l’autre création, il y eut un laps de temps; et lorsqu’il a créé la terre, il y a eu aussi un laps de temps; et lorsqu’il a créé les animaux, c’est la même chose; lorsqu’il a créé l’homme, c’est la même chose : il y a eu ce temps.

Alors, maintenant, il fallait qu’il y ait un temps entre la volonté humaine qui est sur la terre et la Divine Volonté; et lorsque ce temps était accompli, Dieu le Père décidait que c’était notre temps : seul Dieu le Père pouvait connaître ce moment, personne d’autre.

Tout comme le jour de la Grande Purification, il n’y a que Dieu le Père qui connaît le moment.

Lorsque sera le dernier Grand Jugement, nous, on dit : la fin du monde, Dieu le Père le sait, et ce n’est pas à nous de savoir non plus.

Tout ce qu’on doit savoir, c’est que lorsque Dieu décide quelque chose, c’est que c’est bon pour nous.

Parce que lui nous aime tellement qu’il sait le moment, alors on ne doit pas commencer à chercher à comprendre, parce que Dieu ne nous donnera pas les grâces pour comprendre, parce que cela vient de notre volonté humaine; mais si on accepte tout ça, si on s’abandonne, Dieu le Père va nous donner des grâces par le Saint-Esprit, des grâces de lumière et tranquillement, à notre rythme à nous et selon ce qu’on est capable de comprendre, il va nous donner des lumières pour comprendre tel et tel mouvement.

Voilà pourquoi maintenant, il nous sait assez grands pour nous parler de la Divine Volonté.

On est grand seulement lorsqu’on est dans un ensemble, ça veut dire depuis qu’Adam et Ève ont été créés et, avec tous les enfants du monde maintenant, nous qui faisons partie de cet ensemble, nous sommes assez grands pour comprendre la Volonté de Dieu dans ce qu’il veut nous faire comprendre.

C’est comme si les enfants de Dieu avaient atteint une maturité dans son mouvement de la création, et c’est nous qui vivons ce moment-là.

Dieu a dit que nous sommes indignes de vivre ce moment-là; tous, nous en sommes indignes, mais parce qu’un homme, un homme a accepté de porter, tout comme le Fils de Dieu, les péchés du monde, cet homme nous a comme rendus dignes, et c’est notre saint Père le Pape.

Notre saint Père le Pape est l’homme choisi de Dieu le Père; notre saint Père le Pape a reçu des grâces afin de pouvoir nous faire entrer dans la Divine Volonté.

Il a tout accepté, notre saint Père le Pape, il a tout pris nos péchés, il les a présentés au Fils, et seul notre saint Père pouvait faire ça; dans tous les papes qu’il (y) a eus, Dieu le Père a choisi Jean-Paul II.

Voilà pourquoi nous, nous pouvons vivre ces moments de lumière, ces moments de vérité, ces moments de sagesse, ces moments d’amour; pour cela, nous aussi nous devons faire comme notre saint Père le Pape.

À petite échelle, nous devons accepter de regarder ce que nous sommes.

Nous, à cause de notre volonté humaine, nous avons commis des péchés : des péchés véniels, des péchés mortels; nous les avons commis : nous devons accepter de les regarder.

Et si nous avons tout confessé, eh bien, il faut rendre grâce à Dieu pour toutes les lumières que nous avons eues, mais cela ne veut pas dire que nous ne commettrons pas d’autres péchés.

Voilà pourquoi la grâce sanctifiante est importante pour les enfants de la Lumière, cela nous rend forts; nous pouvons, maintenant, grâce à ces grâces, accepter la purification de notre chair.

Notre chair aussi a besoin d’être purifiée : à cause du péché, nous sommes enclins à la jalousie, à l’envie; nous sommes enclins à juger, même si on ne veut pas, à avoir peur.

Dieu le Père nous a parlé de la peur la dernière fois, de tout lui donner, mais à cause de notre faiblesse, à cause de tout ce qu’on a connu à cause du péché, notre chair se souvient d’avoir eu mal, alors elle a peur.

Nous devons aussi aller chercher des forces pour vaincre cette peur; nous, nous le ne pouvons pas, c’est par les grâces.

Beaucoup d’entre nous on prie; on peut prier des heures et des heures, des semaines, des années, mais si on va à confesse une fois par année, eh bien, ça fait pas très très fort : la grâce sanctifiante; il faut se nourrir, elle est remplie de force.

Jésus, il a dit à ses apôtres : «Allez guérir, libérer»; eh bien, pour ça, il a fallu qu’ils aient des grâces; eux autres aussi, ils nourrissaient les enfants de Dieu afin qu’eux ne succombent plus au mal.

Mais ça, c’est aussi pour notre temps, ça n’a pas changé; c’est encore plus qu’avant parce que, d’année en année, nous avons accumulé des péchés en nous à cause que nous portons les enfants, les enfants de Dieu.

Nous sommes dans le Corps mystique, nous sommes associés, tous ensemble, avec tous les enfants du monde.

On aurait beau dire : "Moi je suis en état de grâce, je n’ai rien à craindre; je vais à la messe; je vais communier; je ne sors même pas de chez moi pour ne pas commettre de péché; je n’ouvre même pas la télévision, je ferme la radio, je ne lis aucun journaux, puis le téléphone, je réponds même pas"; quand même, il resterait qu’à l’intérieur de eux, eh bien, ils sont en contact avec le péché, parce qu’ils sont avec les enfants.

On est en le Corps du Christ, c’est le Corps mystique; nous sommes tous ensemble, les uns (avec) les autres.

Essayez de vous souvenir quand vous vous levez le matin, comment ça se fait que le matin vous n’avez rien fait et vous êtes marabouts? Eh bien, bien souvent, il s’est passé, à l’intérieur de vous, beaucoup d’offenses à Dieu et vous l’avez ressenti; pourquoi? Parce que nous sommes tous liés les uns les autres.

Aujourd’hui, les enfants ont perdu la foi, - on dit les enfants, ce sont nos frères et nos sœurs - ils ne vont plus à la messe, (ils) n’ont pas besoin; ils disent : "Bah! moi, je connais le bon Dieu, je m’arrange avec"; d’autres ne veulent plus rien savoir; d’autres ont changé de religion, ils sont rentrés dans les sectes : ils vivent leur vie indépendamment; d’autres sont complètement athées; bien, ces personnes-là, nous les portons à l’intérieur de nous; alors, plus il y a de frères et de sœurs qui ne reçoivent pas les grâces sanctifiantes, et plus nous, nous en souffrons; voyez-vous pourquoi?

Comment ça se fait que des priants sont pris avec le cancer? Pourquoi il y a tant d’arthrite, de rhumatisme, de diabète, Alzheimer de plus en plus? Pourquoi toutes ces maladies? Pourquoi aujourd’hui, il y a des virus qu’on ne connaît même pas, et ça va en s’empirant? La médecine a de la difficulté avec tout ça, puis elle ne se le cache pas aussi.

Parce qu’on a laissé Dieu de côté, nos frères et nos sœurs qui sont en nous ont laissé Dieu; ils ne prient plus; ils ne vont plus à la messe; ils ne vont plus vers les sacrements; ils n’ont plus besoin de ça : eh bien nous, on le ressent.

Voilà pourquoi Dieu vient nous parler.

Nous allons connaître une purification à l’intérieur de nous; notre chair, notre chair va se laisser purifier, et plus qu’on va avoir des grâces, plus qu’on va demander des grâces et plus notre chair va se laisser purifier; tranquillement, nous allons connaître la paix et, même parmi nous, je suis sûre qu’il y a des enfants, de nos frères et de nos sœurs, qui connaissent une paix qu’il y a dix ans ils ne connaissaient pas; ils sont portés à garder leur calme; ils sont moins portés à avoir peur : tout ça, parce que ce sont les grâces.

Plus il y a des enfants de la Lumière qui se laissent purifier, plus ils demandent des grâces dans la Divine Volonté, et plus nous nous laissons transformer.

Et c’est à nous : nous aidons les autres maintenant, même ceux qui ne pratiquent pas, même ceux qui ne vont pas à la messe, puis qui ne vont pas vers les sacrements.

Il y a quelque chose qui commence à changer, pourquoi? Parce que c’est Jésus qui est en train de prendre de la place à l’intérieur de nous : on est en train de laisser notre volonté humaine pour se plonger dans la Divine Volonté.

Si Jésus est capable de passer le balai, il est capable de prier pour nous; il est capable de demander des grâces pour nous, il est capable d’aller à la messe pour nous et d’aller vers les sacrements : quelle grâce lorsqu’on donne toute la place à Jésus!

"Jésus, c’est toi qui participes à la messe; c’est toi qui te reçois, Jésus : sers-toi de moi; je vais à la confesse, c’est toi, Jésus, qui le fais : sers-toi de moi; ouvre mon intérieur; je vais dire les péchés, Jésus, je n’ai pas de honte, c’est toi qui les dis, Jésus".

Jésus va nous envelopper de son amour, de sa force.

Jésus nous a déjà purifiés, il nous a enveloppés de son Précieux Sang; ça fait 2004 années que Jésus nous enveloppe de son Précieux Sang; maintenant, il veut prendre toute la place.

Nous sommes des enfants de Dieu, nous devons le réaliser; oh, il (ne) nous enlèvera pas, du jour au lendemain, nos douleurs; il (ne) nous enlèvera pas, du jour au lendemain, nos pensées, mais c’est à nous de choisir si on veut tout donner à Jésus : “Jésus, je te donne tout, laisse-moi me plonger dans ton océan d’amour, Jésus”.

C’est notre choix de le dire, c’est à nous de le faire; tout nous est ouvert dans ces temps-ci; réalisez tout ce qui se passe autour de nous : il y a des prophètes un peu partout; ils disent : "Ça pleut comme des champignons"; Maman Marie, elle apparaît à plusieurs endroits : (ce sont) des grâces.

Les grâces, (ce sont) des pluies pour nous qui tombent; c’est à nous de tout accueillir ces grâces, mais il faut le faire; il faut le demander aussi, Jésus va tranquillement nous montrer comment faire.

Vous savez, lorsqu’on a commencé à parler de la Divine Volonté, on a trouvé ça beau, mais on n’a pas tout compris, puis on a beaucoup à apprendre encore.

C’est la même chose pour la purification : on sait qu’il va y avoir une purification, on sait qu’on est dans la purification, qu’il va y avoir une Grande Purification, après il va y avoir un grand Châtiment mais, quand même, on reçoit des grâces pour comprendre cela selon ce qu’on est capable de comprendre, et croyez-moi qu’il n’a pas terminé à le faire.

Je vois des choses à l’intérieur de moi : ce que je vois ce sont les péchés.

Lorsque je me suis réveillée ce matin, j’ai dit : "Seigneur, qu’est-ce que tu m’as montré? Toutes ces personnes, tous ces mouvements qu’ils faisaient, c’était quoi ça, Seigneur? Toute cette violence, c’était quoi, Seigneur?"

Il a dit : «Je t’ai montré les péchés sous forme humaine; tu as vu les péchés à l’état de ce qu’ils sont afin que tu puisses comprendre.»

Oh! je n’ai pas compris tout ce que j’ai vu, mais ce que j’ai vu, c’est un commencement, et ça fait peut-être à peu près six mois que ça dure, à peu près; imaginez-vous que je vois des personnes, et je crois, pour moi, que ce sont des personnes, et Jésus vient de me dire : «Tu as vu l’avarice.» “J’ai vu l’avarice, Seigneur?” «Oui».

Mais comment comprendre ça avec ce que je suis? C’est seulement avec les grâces, c’est lorsque je prie, lorsque je suis devant Jésus, lorsque je vais à la communion, là je reçois des grâces, je peux comprendre ce mouvement que j’ai vu; mais c’est ce qu’il veut faire avec chacun de nous.

C’est lentement, ce n’est pas du jour au lendemain qu’on va avoir un corps purifié, non, c’est avec le temps, mais plus il va y avoir des enfants qui s’abandonneront dans la Divine Volonté, et plus on va avancer plus vite à comprendre ces choses-là, plus les autres ils vont voir et entendre; parce que nous, on va donner notre vie à Jésus, Jésus va nous donner des grâces, mais ces grâces-là, il ne nous les donne pas seulement qu’à nous, il les donne pour ceux qui sont en nous.

Si, nous, on souffre à cause qu’on porte les enfants qui sont dans le péché, eh bien, on peut faire aussi l’autre mouvement; ça veut dire qu’on peut donner notre oui à Dieu, Dieu nous donne des grâces et ces grâces-là, eh bien, ça va à eux; alors, eux autres, tranquillement, vont se laisser transformer; mais Dieu ne les transformera pas sans leur oui; lorsqu’ils vont commencer à vouloir comprendre, les grâces vont passer; c’est tranquillement que Jésus va les aider.

Vous savez, lorsqu’on est une pierre, mais que l’eau frappe la pierre, (par) chaque mouvement, vous allez voir que la pierre va devenir lisse, et même quelquefois, elle va prendre des formes; eh bien, c’est ce que Dieu veut faire avec eux, Dieu, tranquillement avec les grâces, il va les aider.

Alors, si l’eau change une pierre rugueuse en une pierre polie, il en a fallu des mouvements, hein? Eh bien, c’est la même chose avec nous; mais plus on va donner cela à Jésus, et plus le mouvement va se faire.

Imaginez-vous que, nous, lorsqu’on dit une prière, un “Je vous salue Marie,” mais qu’on le dit dans la Divine Volonté, cela veut dire que c’est Jésus qui dit une prière, le “Je vous salue Marie”; savez-vous combien de “Je vous salue Marie”, Jésus, il a dit, depuis que le monde est monde?

Ça ne se calcule pas, il porte tous les enfants du monde depuis Adam et Ève jusqu’au dernier créé, parce qu’il est l’Alpha et l’Oméga.

Alors, ça veut dire que lorsqu’un oui est dit en Jésus, ce sont tous les oui qui se disent, et lorsque nous on prie, c’est la même chose, c’est un “Je vous salue Marie” que Jésus dit; notre “Je vous salue Marie” devient une multiplication infinie : c’est un “Je vous salue Marie”!

Dieu a besoin de grâces pour pouvoir polir tous ces cœurs de pierre, alors, il faut prier en Jésus.

C’est tranquillement qu’il nous fait comprendre ces mouvements d’amour : la Divine Volonté.

Marcher : "C’est toi Jésus qui marche"; eh bien, chaque pas que Jésus prend de nous : il prend tous les pas qui se sont faits depuis Adam et Ève jusqu’au dernier créé, ça devient les pas de Jésus.

Ça en fait des pas offerts au Père, parce que nous sommes la création du Père, alors on retourne au Père ce qui est à lui.

Il nous a créés, Dieu le Père, iI a créé tout ce que nous sommes, alors lorsqu’on fait un mouvement, eh bien, ça fait partie de la création de Dieu : ça appartient à Dieu le Créateur ça.

Mais si ce mouvement, on le donne à Jésus, bien, Jésus prend tout ce mouvement-là et tous les autres puis il les offre au Père : ce sont des grâces, ce sont des grâces pour nous.

C’est simple la Divine Volonté, ce n’est pas compliqué; c’est ce qu’il veut nous faire découvrir : notre intérieur.

Pouvez-vous comprendre maintenant, lorsqu’on regarde notre intérieur, lorsqu’on regarde nos péchés, savez-vous combien de péchés se sont faits dans le monde depuis Adam et Ève jusqu’à nous? Beaucoup, hein?

Eh bien, lorsqu’on laisse toute la place à Dieu, Dieu les prend ces péchés-là; il les a purifiés, Jésus, il les a tous couverts de son Précieux Sang pour purifier ce que nous sommes parce que c’est nous les péchés : nous sommes pécheurs, il nous a purifiés.

Alors, lorsque nous allons nous reconnaître menteurs, bien tous les menteurs vont être en Jésus, puis Jésus va les présenter au Père parce qu’il les a déjà présentés au Père; mais il faut être consentants, il faut le faire.

Vous savez, la Purification, c’est un mouvement d’amour.

Ce n’est pas un mouvement qui va nous déprimer, ce n’est pas un mouvement qui va nous faire peur, c’est une délivrance, c’est notre libération, c’est l’ouverture à la vie éternelle.

Eh bien, merci Seigneur de nous faire comprendre que nous sommes des pécheurs libérés; nous ne sommes pas des pécheurs emprisonnés dans notre péché, nous sommes des pécheurs libérés par l’amour de Dieu; c’est une différence lorsqu’on regarde ça comme ça : c’est ce que Dieu veut qu’on fasse.

Vous savez, on parle, beaucoup même – oui – même dans nos églises, qu’il n’y a plus de péchés; il y en a qui disent ça, pas dans toutes nos églises, certaines places.

On ne veut plus, même dans d’autres églises et la plupart, parler de péchés; on ne veut plus parler de l’enfer, pourquoi? Parce qu’on a peur, on a peur des conséquences du péché.

Mais lorsqu’on regarde ça avec la Divine Volonté, on n’a plus peur, c’est notre libération; alors, c’est comme si on se (laissait) plonger dans la Passion du Christ, c’est comme si on découvrait notre place parmi les souffrances de Jésus.

La Passion de Jésus a été faite avec amour : Jésus a aimé sa Passion, Jésus a triomphé du mal.

Ce n’est pas quelque chose de pénible, c’est pénible pour notre chair, mais pas pour notre âme : c’est beau; on ne doit pas avoir peur de regarder Jésus sur la Croix.

Vous savez, sur mon écran d’ordinateur, j’ai mis la photo de Jésus lorsqu’il porte la Croix; vous avez vu le film de la Passion? Lorsque Jésus porte la Croix, j’ai cette photo; lorsque je regarde Jésus, lorsque je regarde ses plaies, j’ai l’impression d’entrer dans ses plaies, dans son Sang, et là je goutte à l’amour, il me fait goûter à son amour, et là je lui dis : "Je t’aime Jésus, que je t’aime Jésus!"

D’autres sont venus à la maison, ils ont vu la photo, l’image; oh! ils ont trouvé ça très dur, pourquoi? C’est qu’ils ont à laisser leur volonté humaine pour se laisser plonger dans l’amour de Dieu.

Il faut faire attention nous aussi ,hein, quand on parle ainsi; si eux ne sont même pas prêts à avaler quelque chose de spirituel, il ne faut pas les nourrir; il faut faire attention, parce que tout ce qu’on va réussir à faire, c’est : "houp!" alors ils vont s’éloigner, s’éloigner de nous.

Nous devons laisser la place à Jésus, puis lui demander des grâces, des grâces d’ouvrir notre bouche lorsque le Saint-Esprit nous le demandera, et des grâces de fermer notre bouche quand l’Esprit ne nous dira rien; ça, il faut le faire aussi parce qu’on a tendance à vouloir les convaincre; ça, c’est notre défaut, c’est notre volonté humaine : on veut, on veut qu’ils fassent comme nous.

Jésus a dit : «S’ils n’ont pas faim, ne leur donnez pas à manger, il faut attendre qu’ils aient faim.»  Et croyez-moi, Jésus il a dit qu’il va leur donner le goût de manger : il va arriver un événement.

Quand cet événement va arriver? On ne sait pas quand, mais on sait que Jésus nous annonce un événement qui va réveiller leur appétit; alors on va attendre ce moment, mais en attendant, on va laisser ouvrir notre intérieur pour nous laisser transformer, accueillir ces grâces-là qu’on vient de recevoir ce soir par Jésus, par le Saint-Esprit; il nous nourrit, il nous fait comprendre ce que nous vivons, c’est en lui. 

Jésus, tantôt, il m’a dit : «Ma fille, ma salle va être “full” ce soir, “full” de mes enfants, ils vont être tous là : oui, qu’une seule personne soit présente, tout le monde est là.»

Il y en a beaucoup qui étaient là, ce soir.  Rendons grâce à Dieu en chantant.