Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Plantagenet, Ontario

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus

 

2011-12-09 – Soir Partie 2

 

Jésus : Ayez confiance en la Miséricorde. Ne vous découragez pas, mes enfants. Oui, la souffrance est sur la terre encore; oui, vous prenez des décisions, mes enfants, et moi, je me tiens près de vous. Mes enfants, est-ce que je vais vous quitter? (R : Non.) Même si vous faites votre volonté humaine, non, je me tiens près de vous et je sais que vous allez faire votre volonté humaine encore et que vous allez en vivre les conséquences. Je vais connaître encore vos cris, vos pleurs, vos colères, vos découragements, vos doutes, vos larmes, vos peurs, mais je vais toujours me tenir près de vous, et dans les moments où vous serez calmes, je vous dirai : «Aie confiance, je suis là. Tu es libre sur cette terre comme tu seras libre dans le Royaume de mon Père. La volonté humaine sur la terre te maintient encore, la Volonté de mon Père dans le Ciel te tiendra pour l'éternité. Que choisis-tu?» Ce temps d'abandon. Il faut que tu le sentes en toi, il faut que tu apprennes encore et encore à t'abandonner et à faire confiance en la Miséricorde.

Faustina, elle a vu, elle a vu son Dieu, et vous, mes enfants, lorsque je me présente devant vous, est-ce que vous me voyez? Je vais vous reposer la question. Est-ce que vous voyez ma Chair, est-ce que vous voyez mon Sang? Et voilà, mes enfants. Vous me voyez. Croyez. Je suis là avec vous lorsque le prêtre, mes enfants, prononce 'mes' paroles. Est-ce que vous croyez en 'mes' paroles? (R : Oui.) Croyez-vous en le Saint-Esprit? (R : Oui.) Croyez-vous que le Saint-Esprit a le pouvoir de vous envelopper et de vous faire présence devant Dieu le Fils? (R : Oui.) Croyez-vous en mon Père, en votre Père? (R : Oui.) Croyez-vous que mon Père agrée cette offrande? (R : Oui.) Cette offrande, mes enfants, qui la présente à mon Père? Oui, mes enfants, il n'y a que le Fils qui peut présenter au Père l'offrande, que le Christ, car je suis l'Offrande. Je suis le Seul qui ait pu vous racheter. C'est moi l'Agneau Béni, c'est moi l'Élu, c'est moi le Divin Enfant, c'est moi Celui qui vous a sauvés de la mort éternelle, c'est moi le Oui qui devait racheter tous les enfants qui ont dit non à mon Père.

Rappelez-vous, mes enfants, vous étiez enfants de la Divine Volonté. Vous ne connaissiez pas le mal, vous étiez parfaits comme mon Père est parfait. À cause de la tache originelle, vous êtes devenus imparfaits et parce que je suis venu par le Baptême, votre âme a été sanctifiée, donc plus de tache originelle. Votre âme, elle a été purifiée, sanctifiée, et vous êtes devenus parfaits en votre âme. Votre chair, mes enfants, est-elle parfaite? (R : Non.) Est-ce que ma Chair est parfaite? (R : Oui.) Est-ce que ma Chair a été imparfaite? (R : Non.) Je vais vous le redemander. Au moment où j'ai consenti d'être le pécheur, est-ce que ma Chair était présentée à mon Père, imparfaite? (R : Oui.) J'ai consenti à prendre sur moi tous les péchés du monde et ce monde, mes enfants, est composé d'enfants passés, présents, futurs. Ma Chair a consenti à connaître l'imperfection, sans participer au péché.

Maintenant, mes enfants, vous avez compris, n'est-ce pas? (R : Oui.) Lorsque mon Père m'a glorifié, est-ce que ma Chair est devenue parfaite? (R : Oui.) Oui, mes enfants. Telle était la Volonté de mon Père. Souvenez-vous de mes paroles : «Pas ma Volonté, ta Volonté.» Croyez-vous, mes enfants, que je n'ai pas versé des larmes? Oui, des larmes de sang, tant j'étais pour souffrir de me présenter devant mon Père comme un être le plus imparfait du monde. Telle était ma souffrance. Moi, je savais, mes enfants, que j'étais pour vous sauver. Je savais aussi qu'il y en avait qui n'étaient pas pour accepter ma miséricorde. Comme ma souffrance était grande!

Encore aujourd'hui, je recommencerais pour aller les chercher, mais ils ne veulent pas de moi. Ce sont les enfants du non, ce sont ceux qui vont me cracher au visage. Mais croyez-vous, mes enfants, que je vais aller jusqu'au bout? (R : Oui.) Oui, mes enfants, je vais leur montrer mon amour pour eux, je vais les regarder et je vais leur dire que je les aime par amour pour mon Père, pour mon Père. Et vous, mes enfants, voulez-vous les aimer? (R : Oui.) Je vais vous donner des grâces de force pour que vous alliez jusqu'au bout. Vous, enfants de miséricorde, allez-vous consentir, mes enfants, à vivre la miséricorde jusqu'au dernier qui sera avec moi? Il y aura parmi eux des enfants du non qui se feront connaître à vous. Ne vous ai-je pas dit, mes enfants, que vous ne connaîtrez pas les enfants du non pour ne pas trop souffrir lorsque vous devrez les quitter? Êtes-vous consentants à cela?

Nicole : Je ne comprends pas, Jésus, ce que tu nous demandes.

Jésus : Petits enfants d'amour, lorsque vous serez en vous, je vous montrerai tout. Vous serez en présence des enfants du oui et des enfants du non. Lorsque je vous montrerai une parole qui aura été contre l'Amour et que vous aurez prononcée, cette parole que vous aurez prononcée et qui n'était pas amour, croyez-vous qu'elle n'aura pas été dans les enfants du oui comme dans les enfants du non? Mouvement, mouvement qui nourrissait, qui nourrissait tous les enfants sur la terre. Vous verrez cela. Et vous qui avez consenti à être les derniers d'entre les derniers, vous qui avez accepté d'être enfants de miséricorde, vous ne vous pencherez pas sur eux, les enfants du non? Vous ne pleurerez pas vous aussi comme moi? Vous ne saurez pas, mes enfants, qu'en eux il y a un non décisif, mais vous serez enfants de miséricorde. Vous ne porterez pas sur vous leur non, mais vous étendrez votre miséricorde. Vous aurez cette force, car dans la miséricorde il y a l'amour, et l'amour c'est la force.

Vous passerez ce moment avec moi. Vous serez tout amour, vous serez miséricorde. Oui, vous prononcerez les mots : 'miséricorde mon Dieu, miséricorde', et vous vous pencherez et vous direz : 'Moi aussi, j'ai prononcé des mots contre l'Amour comme toi.' Lorsqu'il sera dans sa haine, vous ne le verrez pas. Ce que vous ressentirez, c'est la miséricorde couler de vous à cet enfant, comme moi. Ma miséricorde, mes enfants, n'est-ce pas mon Sang qui a coulé? Est-ce que mon Sang aurait coulé seulement sur les enfants du oui? Oui, mes enfants, vous avez raison, mes enfants, lorsque vous dites : "Jésus, ta miséricorde, elle a coulé sur chacun de nous, sur les bons et sur les mauvais."

J'ai pleuré sur Judas et j'ai pleuré sur Marie-Madeleine. Croyez-vous que mon amour était différent pour Marie-Madeleine de Judas? (R : Non.) Est-ce que le baiser de Marie-Madeleine et le baiser de Judas étaient rejetés de moi? (R : Non.) J'ai accepté. Telle était la Volonté de mon Père. Comme j'aurais voulu que le baiser de Judas soit un baiser d'amour, mais c'était celui qui devait me trahir et j'ai accepté par amour. C'était l'enfant de mon Père, l'enfant de mon Père qui a trahi l'Enfant du Père. Mon Père a créé cet enfant. Son amour est éternel. Judas n'a pas voulu de l'Éternité. Oh! Père, comme ton amour est éternel!

Et vous, enfants d'amour, qui vous attachez à votre matériel, à votre carrière, à vos loisirs, que faites-vous? Demandez la grâce à ma Mère de vous détacher de vos demeures extérieures. Cette terre ne vous appartient pas, elle appartient à mon Père, et tout ce qui est sur la terre ne vous appartient pas. Mon Père détruira tout ce qui n'est pas de lui. Tout ce qui est fait d'orgueil sera détruit. Ne soyez pas orgueilleux de ce qui vous est donné par mon Père. Choisissez les haillons plutôt que vos fourrures. Enlevez vos souliers, car cette terre appartient à mon Père et prenez ce que mon Père va vous donner si cela est sa Volonté. Détachez-vous de l'argent, l'argent n'est pas de mon Père. Mon Père vous a tout donné gratuitement. Tous ceux qui s'attachent aux biens à cause de leur labeur qui leur a procuré de l'argent pour ces biens, ces biens périront, l'argent avec. Mieux vaut se coucher sur la terre, nu, que dans vos prisons dorées, car toute prison n'existera plus.

Que ce présent soit pour vous une grâce. Préférez le chemin étroit qu'au chemin large. Que vos choix d'aujourd'hui ne vous fassent point pleurer. Que votre pardon soit multiple. N'ai-je pas dit à mes apôtres : «Vous pardonnerez autant de fois qu'il sera nécessaire de pardonner.» Et vous, vous recommencerez autant de fois qu'il vous sera nécessaire pour comprendre que seule la miséricorde vous est nécessaire. Rappelez-vous de ces paroles : «Insensé celui qui remplit son grenier, il meurt ce soir.»

Vivez ce temps d'abandon, mes enfants, vous en avez besoin. Si vous vous attachez aussi gros qu'un pois de matériel, ce petit pois, mes enfants, sera, au moment de la Grande Purification, plus lourd qu'une montagne. Satan se servira de votre bien et il vous fera souffrir. Détachez-vous, mes enfants, du matériel. Détachez-vous de votre connaissance, soyez nus comme un enfant qui vient de naître. Ne pleurez pas sur ce qui, en ce moment, vous glisse d'entre les doigts; ceci est une grâce de perdre à cet instant ce qui pourrait vous faire si souffrir au moment de la Grande Purification. Ayez confiance en votre Dieu, ayez confiance. Tout ce que vous êtes, en ce moment, doit avancer dans l'humilité, dans la confiance. Voici ce chemin que vous devez prendre.

Enfants de mon Père, ceci vous était nécessaire. Soyez miséricorde pour vous-mêmes. Pourquoi regarder ce que vous faites alors que ce que vous faites vous fait pleurer? Vous retenez vos souffrances, vous ne les donnez pas à Dieu. Vous voulez contrôler votre Dieu, vous voulez faire votre volonté. J'ai marché sur cette terre et j'ai vu des gens comme vous, mes enfants, des enfants impatients.

Oh! enfants d'amour, c'est mon Père qui décide, c'est envers mon Père que vous avez des comptes à rendre. Je suis le Fils. Je suis venu sur la terre pour vous parler de mon Père et ce que j'ai dit, mes enfants, sur la terre était la Volonté de mon Père, non ma Volonté. Je n'ai qu'une seule Volonté et c'est la Volonté de mon Père. Si j'ai consenti, par la Volonté de mon Père, à venir sur la terre pour vivre en être humain, c'est pour que vous, mes enfants, vous soyez sauvés. Je vous ai donné ma Vie, ma Chair, mon Sang, par amour, est-ce que c'est cela que vous jugez? Lorsque vous dites que vous avez de la difficulté à croire, c'est envers la Volonté de mon Père que vous dites ces paroles. Moi qui suis la Miséricorde, je vais encore prendre ces paroles, car ces paroles, mes enfants, je les ai connues avant vous. Est-ce que c'est cela que vous voulez lâcher, moi qui ai pris vos paroles contre mon Père, moi qui vous aime? Mon Père, il m'a donné à vous. Donneriez-vous votre enfant aux enfants de ce monde alors que vous savez qu'ils vont cracher au visage de votre enfant? Mon Père l'a fait et mon Père le fait et le fera encore, car mon Sacrifice est perpétuel. Ayez confiance en Jésus.

Faustina, ma toute petite fille, a témoigné de ma miséricorde. Je vous aime, mes enfants. Vous êtes mes enfants, vous êtes les enfants de mon Père et il vous aime pour l'éternité. Là où vous, vous serez, c'est dans le Royaume de mon Père. Il y a plusieurs demeures dans le Royaume de mon Père et il y en a une pour chacun de vous; elles sont toutes belles et c'est moi, l'humble Jésus, qui vous dit : elles sont toutes belles. M'aimez-vous? (R : Oui.) Même si je vous enlève les demeures sur la terre? Oh! Mes enfants, je vous connais! Vous aurez besoin de la Grande Purification de la chair! Vous êtes mes tout petits bébés, vous avez besoin de mon amour pour vous nourrir et les enfants ont toujours faim. Que tout soit dans la Volonté de mon Père. Levez-vous et chantez, mes enfants, pour mon Père.

♪♪♪       Père, je veux faire ma demeure, là où tu l'as voulu, Dieu.

Je ne veux être ailleurs que là où tu es, Seigneur.

Je ne veux être ailleurs, ce serait trop loin d'être loin de toi.

Oh, oui, Père! (bis)

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Oh! Alors, hein? Merci, Seigneur, merci, mon Dieu. Est-ce que Michel est là? Oui, Michel. Alors, après une soirée d'amour, on va demander à Michel de nous bénir.

Diacre Michel : Seigneur Jésus, tu as rempli nos cœurs ce soir de ton amour et Seigneur, tu nous as disposés à accueillir ta bénédiction. Que ta bénédiction descende sur nous afin que nous puissions tous, Seigneur, être remplis de ton amour. Puis, pendant notre sommeil, cette nuit, continue de travailler nos cœurs pour les rendre de plus en plus semblables à ton Cœur pour aimer comme toi tu aimes. Et moi, par le ministère que tu m'as donné, Seigneur Jésus, je te demande de nous bénir chacun, tous, et de bénir toutes les personnes que tu nous as mises dans le visible et l'invisible afin que ton amour s'étende davantage. Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Amen.

Quand je dis les personnes dans le visible et l'invisible, je ne parle pas seulement du temps présent, je parle de l'éternité.

♪♪♪       Père, je veux faire ma demeure, là où tu l'as voulu, Dieu

Je ne veux être ailleurs que là où tu es, Seigneur.

Je ne veux être ailleurs, ce serait trop loin d'être loin de toi.

Oh! Oui, Père (bis)