Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Plantagenet, Ontario,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus

 

2009-05-31

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Les pas que le seigneur nous a fait faire depuis vendredi ont été des pas, pour certains, compliqués; pour d’autres, cela est devenu comme un tout petit peu plus clair; pour d’autres cela est devenu comme quelque chose qui a répondu à leurs questions. Tout cela, Dieu vous avait préparés à vivre ces instants.

Nous formons une seule famille, nous formons une Église, et nous savons que, depuis le dessin s’est montré, que l’Église c’est Jésus et que l’Église, lorsque Jésus est venu la fonder sur la terre, elle était déjà fondée. Nous étions créés en Jésus. Lorsque Jésus a parlé à ses apôtres et qu’il leur a dit : «Vous étiez», eh bien, Jésus leur disait : «Mon Église est». Il est venu parler aux apôtres afin qu’ils forment une Église, une seule Église : sa vie, la vie en Dieu.

Il a parlé du Royaume de son Père; eh bien, le Royaume de son Père était lui. Il est en son Père et tout ce que son Père est, est en Jésus. On ne sépare pas du Père du Fils, du Fils du Père et du Saint-Esprit. Et il nous a dit : «Vous ne faites qu’un, vous ne pouvez vous séparer». On ne sépare pas Lise de Nicole, de Nicole de Micheline, de Micheline de Pierre, de Pierre de Jean, de Guy, on ne sépare pas les enfants de Dieu; on ne sépare pas Moïse d’Abraham, de Jérémy, de Barouk, ils ne font qu’un seul homme : prophète.

Dieu est une unité, il n’est qu’un seul Dieu, alors nous devons être un seul 'je t’aime', nous devons être un seul être créé en Jésus comme si nous avions la même pensée; c’est comme si on avait le même regard, la même écoute, la même parole, le même geste, le même cœur. Parce qu’une seule personne pense, eh bien, sa pensée est la pensée de tout le monde et cette pensée porte, elle doit porter le 'je t'aime'. Si elle ne porte pas le 'je t'aime', c’est que cette pensée est malade et elle contamine sa pensée, et la pensée est à tout le monde.

Dieu vient changer ce monde malade en un monde d’amour. Il parle de purification, purification de la chair. Il nous a parlé de purification de l’âme, par le Baptême, par la Confession, par l’Eucharistie, par le Mariage, par l’Ordre, par l’Extrême-onction. Il nous a parlé de sa présence continuellement. Il nous a parlé d’adoration, de prières, de sacramentaux. Il nous a dévoilé les trésors de l’âme avec lesquels il habille son âme; ce sont les bijoux qui l’embellissent, ce sont les vêtements de l’amour qui habille l’âme et qui la rend resplendissante d’amour pour Dieu. Voilà sa beauté, voilà sa splendeur et tout n’en revient qu’à Celui qui est Dieu : Dieu le Père, Dieu le Fils, Dieu le Saint-Esprit.

Dieu le Père, un Père d’amour, un Père qui se penche sur chaque enfant, un Père qui donne tout ce qu’il est pour que l’enfant n’oublie jamais qu’il doit toujours aller vers son Père et que son Père est là pour l’accueillir, lui ouvrant les bras et l’accueillant, lui disant que tout ce qu’il est, est ouvert à l’enfant, à lui. Que nous soyons sur la terre, que nous soyons aux Cieux, notre Père est notre Père. Jamais notre Père ne se détourne de nous. Il nous regarde, tout comme il regarde ses anges et que ses anges reçoivent sa beauté, qu'ils sont lumineux, tout comme il regarde ses enfants au Ciel. Ils sont dans l’éblouissement, ils sont dans une éternelle joie, ils sont dans un amour infini qui se nourrit et qui les rend si beaux, si étincelants que tout ce qu’ils regardent, c’est Dieu, c’est leur Père. Ils n’ont qu’à toucher une rose et la rose scintille de 'je t'aime' pour eux, car le regard de Dieu est sur la rose et comme le regard du Père est sur la rose, la rose rejette à l’enfant son 'je t'aime' qui est le 'je t'aime' du Père, car le rose est dans la Volonté de Dieu. Tout est du Père pour l’enfant.

Tel le Père nous regarde sur la terre et qu’il ne cesse de nous dire : «Je t'aime, je t'aime parce que tu es mon enfant, je t'aime parce que tu es de moi. Je te donne ma Vie, je te donne tout ce que je suis, prends ma Vie» et il nous regarde. Nous, nous prenons sa Vie et on fait des choix avec sa Vie, et ce que nous faisons porte des conséquences et lui regarde et il veille, il veille sur nous comme la lune veille sur nous la nuit et il nous dit constamment : «Je t'aime». Lorsque nous dormons et que nous sommes dans nos conséquences, lui nous regarde et il voit, il voit l’enfant qui a besoin de lui, il voit l’enfant qui est dans son sommeil agité et là il dit : «Je t'aime, n’oublie pas mon 'je t'aime'. Je te couvre de mon 'je t'aime'. Ne crains pas, demain sera fait de ma Volonté pour toi.

Oui, tu vivras dans tes conséquences, mais je mettrai autour de toi mon amour. Je continuerai à faire pleuvoir sur la terre pour te nourrir, je continuerai à faire briller le soleil qui te réchauffera, je continuerai à nourrir les poissons pour qu’ils te soient donnés, je continuerai à nourrir ma terre de ma puissance, afin que tu puisses obtenir ce que tu as besoin en tes membres, je continuerai à te donner de l’amour par tes frères et par tes sœurs, car ton esprit a besoin d’amour, a besoin de mon 'je t'aime'. Tu découvriras mon 'je t'aime' à travers de tes 'je t'aime' maladroits, à travers des 'je t'aime' maladroits des autres, car ils ne peuvent prononcer un seul 'je t'aime' sans l’avoir appris. Il fallait que le 'je t'aime' vienne de moi. C’est moi qui ai prononcé le premier 'je t'aime' et ce 'je t’aime' s’est imprimé dans ton cœur et dans le cœur des autres pour te rappeler mon 'je t'aime'. Je te dirai combien je prends soin de toi, car je t’offre mes enfants, je t’offre tout ce qui est de moi. Je suis Père, je suis Mère, je suis ton tout.

Lorsqu’on te nourrira, c’est moi qui te nourrirai; ta maman sera moi, mais tu regarderas ses blessures et tu jugeras, tu regarderas ses imperfections et tu pleureras, tu regarderas sa faiblesse et tu n’en voudras pas, mais tu feras pire qu’elle, car à l’instant où tu voudras ne pas être ce qu’elle est, tu rejetteras mon choix, mais moi je te dirai : «Je t'aime». Je t'aime parce que tu es parmi tes frères et tes sœurs qui n’ont pas compris que je suis toujours là et que j’ai toujours été là et que c’est moi qui ai pris soin de toi à travers eux; à travers leurs maladresses, il y avait toujours quelqu’un qui venait te dire : «Courage, ne pleure pas, va à la confesse, va aider ton prochain, on a besoin de toi, va visiter un prisonnier, va étendre ton regard sur une personne âgée parce qu’elle est seule. Je t’enverrai ces gens et tu apprendras à connaître ton cœur, ton cœur qui s’est durci contre toi-même parce que parfois tu ne t’aimes pas. Mais moi je t’aime, tu es mon choix, mais je te pardonne, parce que tu ne comprends pas que mon choix était mon 'je t'aime'.

Je suis un Père et je te donne ma force de consoler tes enfants, de consoler tes frères et tes sœurs. Je t’aime parce que tu es de moi et que ce que je te donne c’est ma Vie, c’est mon Fils bien-aimé, mon adorable Enfant, car je t’apprends à adorer mon Fils, je t’apprends à le regarder et à l’aimer, apprendre à reconnaître que son Sang, c’est un 'je t'aime' qui est de moi, car une seule goutte de son Sang c’est toi, c’est toi qui est la vie. Si tu voyais ton regard comme il est beau, parce qu’il est dans la goutte de chaque goutte de Sang de mon Fils. Je t’ai donné ma Vie et ma Vie elle est à toi.

Tu vois comme je t'aime? Comme je t’aime pour te donner mes dons d’amour, car l’Esprit Saint, mon Paraclet, mon amour, ma force, ma puissance, est pour toi. Il te fait découvrir que tu es enfant de Dieu, il t’apporte la force de comprendre mon amour pour toi, il t’amène à découvrir mon éternelle présence en toi, car l’Esprit Saint est moi. Je t'aime! Tu as su découvrir la force de dire non à ta faiblesse, tu as su ouvrir ton cœur pour pardonner. La miséricorde est en Dieu, est de Dieu, et elle est sans faille; c’est la sainteté de l’Amour, et je t’y ai plongé et tu as pu découvrir ma présence à chaque instant dans ta vie.

Tu as donné de toi-même et tu n’as pu le faire que par moi, car toi, esprit d'amour, tu as su accueillir l’Esprit Saint, car je t’ai donné mon Esprit et je t'ai fait naître à nouveau, je t’ai donné mon agir. Tu avais quitté la Divine Volonté et je t’ai fait plonger dans ma Divine Volonté. Tu as appris à aimer, à aimer tes frères à aimer tes sœurs et à pardonner, à pardonner avec mon amour, à être la tendresse pour ceux qui sont révoltés, pour ceux qui ont besoin d’être compris par la Divine Volonté et non pas par toi.

Je t’ai dit : 'Donne-moi, donne-moi ce qui te fait souffrir : ta volonté humaine' et tu as dit oui. Et j’ai pris et j’ai éloigné de toi ce qui te faisait souffrir et je t’ai appelé enfant de la Divine Volonté, et tu as su comprendre que les dangers étaient autour de toi. Je t’ai montré la tentation et tu as découvert, tu as découvert l’amour que tu étais toi-même et que tu avais la force de dire : non, non, je refuse, je refuse la tentation. Et Dieu, et Dieu écoutait ton choix. Il nourrissait ton choix afin que tu le renouvelles sans cesse, et cela se faisait par les grâces que j’avais accordées tout à Marie, à ma Fille bien-aimée pour toi, parce que c’est elle qui écrase la tête de Satan, c’est elle qui est l’Enfant créée sans faille, sans reproche, qui a conservé ton fiat dans son Fiat. Satan ne pouvait prendre ce qu’elle tenait caché sous son voile : ton 'je t'aime', ta vie, ton oui, mon amour, car c’est mon amour qu’elle tenait là sur ses épaules, tout caché. Elle était l’obéissance en l’obéissance de mon Fils et mon Enfant, mon Enfant d’amour a triomphé, a triomphé du mal. Il a apporté le mal là où il ne peut plus tenir.

Il faut croire à cela, il faut croire que les esprits impurs ne peuvent plus rien contre les enfants de Dieu, ni la magie blanche ni la magie noire, car tout enfant est à Dieu. Je nourris, je nourris l’âme de tous les enfants de la terre. La faim cessera, j’habillerai mes enfants, je les nourrirai. Plus personne n’aura en eux la souffrance, car je renouvelle la face de la terre. Je connais votre amen, votre obéissance absolue. Oui, Père, ta Volonté, ta Sainte Volonté pour l’éternité.

Voilà ce que j’aime te dire lorsque tu dors, car j’agis à travers ta vie, car je prends la vie qui est en moi et qui se donne et je guéris, je libère. Il n’y a pas un seul instant que j’ai arrêté mon mouvement de vie, depuis le premier qui est venu sur la terre : Adam, je n’ai cessé d’agir, car mon amour est mouvement. Je ne suis pas capable d’arrêter mon mouvement, car je suis l’Amour, je suis Dieu, je suis l’Enfant de Dieu le Père, je suis l’Esprit Saint, l’Amour. L’Amour de Dieu je suis. Aimons-nous. Et tu es, tu es par moi, tu fais partie de moi parce que je l’ai voulu; alors demain est à moi et je t’ouvre à demain, je te donne ce que tu as besoin pour demain : ma Vie. Ma Vie contient tout, elle contient toutes grâces, toute force, toute puissance, et cela est pour toi.

Il n’y a que Dieu qui puisse te faire entendre le battement de l’Amour en toi, car c’est ce que tu entends : le battement de l’Amour, mon Cœur, mon Cœur qui parle à ton cœur et qui dit : 'Je suis ton seul Dieu et je viens rassembler mon peuple. Je viens rassembler mes enfants pour les ramener à la Nouvelle Jérusalem, là où il n’y aura qu’un seul 'je t'aime', là où il n’y aura qu’un seul mouvement : l’amour, le 'je t'aime'.

La Parole est moi et la Parole agit. Elle n’a pas besoin de volonté humaine, elle est là et elle s’offre; elle s’ouvre pour se faire entendre et elle se ferme pour ne plus vous faire entendre, mais elle est toujours là, elle agit toujours et toujours. Elle vous fait avancer, elle vous fait avancer dans mon monde d’amour, mon monde parfait. Je vous guide. Attention, mes enfants, attention à votre vous-même, car votre vous-même est encore blessé, mais je suis là, je veille sur vous.

L’Esprit d'Amour plane sur la terre et il vous regarde. Il vous aime et vous protège; il vous amène à découvrir que tout est de moi. Il n’y a pas un seul regard sur la terre qui a mon regard, il n’y a que le regard de Dieu : la Divine Volonté. Un seul d’entre vous qui renoncez à votre vie est enfant de la Divine Volonté, il ne fait plus sa volonté, il fait la Volonté de Dieu, il fait l’amour de Dieu, car Dieu est Dieu et vous êtes en Dieu.

Maintenant, enfants d’amour, fermez vos yeux. Fermez vos yeux, enfants d’amour. Le regard de Dieu est en vous, il fait naître en vous le besoin de vous donner à l’Amour. Rien ici-bas n’est aussi beau que vous, vous êtes supérieurs à tout ce qui est créé pour vous.

Ouvrez vos yeux, mes enfants. Lorsque vous avez le regard de Dieu, vous regardez Dieu, vous ne regardez pas ce monde, vous ne regardez pas ce qui a été créé pour vous, mais vous rendez grâce à Dieu pour ce que vous êtes, et ce que vous êtes, c’est la créature de Dieu. Alors, ayez de l’égard pour vous-même et de l’amour pour vous-même, et sachez répondre à votre 'je t'aime'.

Je vous dis ces choses, mes enfants, parce que je connais votre intérieur. Je connais vos besoins qui ont dépassé l’amour et ce qui dépasse l’amour devient des dieux. Donnez-vous de l’amour en entrant en vous et en vous aimant, en vous disant : 'Dieu, tu me regardes et tu m’aimes; tu ne me demandes pas ce que je ne suis pas. Alors, apprends-moi à me donner ce que tu me donnes : du repos', car tu en paieras le prix si tu dépasses ma Volonté. Je te donne la patience. Sois patient, car si tu uses d'impatience envers toi-même, tu en paieras le prix; et le prix, c’est la maladie, c’est l’âme qui ne peut donner ce qu’elle reçoit de moi, car moi seul nourris l’âme. Vous, vous ne pouvez nourrir l’âme par tout ce que je vous ai donné. La terre ne peut nourrir que votre chair, car elle est inférieure à vous-même; moi je nourris l’âme par l’amour, par ma Volonté, et l’âme sait reconnaître son Dieu.

Alors, sois dans l’obéissance. Tel j’ai demandé à Adam, tel Adam devait obéir : fermer son regard sur tout ce qu’il voyait à l’extérieur, mais l’ouvrir en son intérieur pour connaître les besoins de l’Amour : moi, seulement moi. Sois ainsi. Je renouvelle ta vie. Tu dois faire acte de rédemption afin de me redonner ce que je t’ai donné : mon amour, et ce n’est que par l’âme que tu reçois ma force. Sois l’enfant obéissant et je te récompenserai, car mes grâces, ce sont mes trésors pour toi, ce sont mes plus beaux bijoux pour toi, ce sont mes plus beaux vêtements pour toi. Je t’habillerai de mes merveilles d’amour et ta chair resplendira de toute sa beauté. Un jour, tu verras ta beauté renouvelée. Telle est la Volonté de Dieu.

Comme je vous aime, enfants d’amour! Comme cet instant est beau! Il est celui que Dieu a voulu pour vous. Le Paraclet, enfants d’amour, vous accorde tant et tant d’amour, tant de sa présence. Ayez le langage de l’Amour, profitez des dons de l’Amour, soyez les fruits de l’Esprit, car vous ne formez qu’un : un 'je t'aime' pour Dieu, pour vous. Soyez vrais. Toute vérité est vous, toute tricherie, enfants d’amour, n’est que mensonge et le mensonge a fait partie de votre vie, mais l’Esprit-Saint vous montre, il vous fait comprendre. Accueillez ces paroles, elles vous ont été données par Dieu, et Dieu vous aime.

Merci, Seigneur. Merci pour tout ce que nous venons de recevoir. Alors, soyons prière, soyons vrais dans ce que nous sommes et nous obtiendrons tout. Amen. Alléluia, Seigneur.

Merci, Seigneur, Dieu d'amour.