Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Plantagenet, Ontario,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus.

 

2005-05-14 – A.M. 

 

Jésus : Dieu veut attirer l’attention de ses enfants; enfants d’amour, écoutez la voix qui sort de vous, cette voix vous appartient; vous êtes à Dieu, Dieu vous a dit que vous n’étiez plus de ce monde, bien que vous soyez encore parmi ce monde.

Dieu vous attire à lui, il vous fait comprendre que votre place est la place que Dieu le Père vous a préparée sur la terre; enfants d’amour, je vais parler afin que vous puissiez comprendre ce qui est en vous.

Vous êtes des êtres faits de chair; à l’intérieur de votre chair, il y a des mouvements connus de vous et aussi il y a des mouvements inconnus de vous-mêmes; ces mouvements inconnus de vous-mêmes ont régenté votre vie, vous ont fait faire des actions contre l'amour de Dieu, contre vous-mêmes.

Enfants d’amour, lorsque vous vous conduisez en êtres d’amour envers Dieu, envers vous-mêmes, vous vous donnez du bien, vous vous accordez des mouvements d’amour; mais lorsque vous, vous faites des actions contre l’amour, l’Amour qui est Dieu, l’amour qui est vous-mêmes, l’amour qui est votre prochain, vous souffrez en votre chair et vous faites souffrir vos frères et vos sœurs qui sont en vous.

Je suis la Parole et la Parole a pouvoir sur votre vie humaine, et la Parole a pouvoir sur la vie spirituelle, car la Parole est de Dieu : la Parole est Dieu.

Je suis Celui qui est, je suis la Présence, et la Présence est en vous; lorsque vous avez accepté de mourir en moi, en le Christ, vous avez accepté ma Présence dans votre vie; à  moi de vous dire ce qui est inconnu de vous-mêmes, à moi de vous faire avancer, là plus profondément dans votre vie intérieure; je suis la Lumière et je veux vous montrer ce que vous avez consenti à vivre.

Mes enfants, combien d’enfants sont malades aujourd’hui? Des tout petits enfants attrapent des virus, et parce que vous êtes à leur contact, vous aussi attrapez ces virus; mais ces enfants n’ont pu vous donner le mal, car ce sont des innocents; mais à cause de l’air pollué, à cause de la nourriture polluée, ces enfants tombent malades et vous, vous attrapez aussi leurs maladies.

C’est la conséquence de la négligence de l’être humain qui a consenti à polluer la terre; voyez-vous ce que vous avez fait? Vous avez rendu vos propres enfants malades : la volonté humaine est contre l’homme.

La volonté humaine n’a pas respecté la terre de Dieu, et la terre de Dieu souffre; à cause du péché, elle ne peut donner ce qu’elle devrait donner : un air pur, de bonnes récoltes, et à cause de tout cela, vous, vous êtes malades, cela vous revient; alors que ma terre a été créée par Dieu.

La terre est sortie de la puissance de Dieu afin qu’elle soit pour vous un habitat, mais à cause de votre volonté humaine, elle souffre la terre, à cause de la volonté humaine, vous, vous souffrez : vous portez la conséquence de vos gestes.

Je parle ainsi afin que vous puissiez comprendre que toute maladie sur la terre est la cause de vos gestes : vous avez consenti à polluer la terre, mes enfants.

Cette terre était pure, bénie de mon Père; cette terre a donné de bons fruits avant que l’être humain ne connaisse sa volonté humaine.

Enfants d’amour, un jour un Enfant est venu sur la terre, il a pris tous les péchés des hommes, des femmes, des enfants, afin de délivrer les hommes, les femmes et les enfants du mal.

Le Fils de Dieu a consenti à souffrir, à se laisser prendre par les hommes pour subir le supplice de la croix : la croix est venue de la terre, faite du bois de la terre.

Ce bois a été dans la création de mon Père, bois sublime, bois qui devait porter le Fils de Dieu : ce bois est sorti de la terre, il représente la conséquence de vos péchés : conséquence faite de vos erreurs.

Enfants d’amour, la Croix du Christ est faite de bois de la terre; la terre a fait sortir de son sein le bois qui est devenu le Signe de la délivrance.

La terre va se laisser purifier lorsque les hommes auront compris que tout était de Dieu, absolument : de Dieu.

Ô enfants d’amour, je vais faire sortir de vous ce qui est caché en vous afin que vous puissiez comprendre la grandeur de Dieu, afin que vous puissiez comprendre que Dieu a tout vu et tout accompli : tout se fait dans la Divine Volonté.

La terre va connaître des mouvements de purification parce que la terre a été sous l’influence de vos propres erreurs; si aujourd’hui les êtres humains sont malades, ce sont les péchés qu’ils ont faits qui en sont la cause : la terre souffre à cause de cela, et parce que la terre souffre à cause de cela, vous, vous en subissez les conséquences.

La Croix de Jésus, ma Croix, est un bois d’amour : la terre a consenti elle-même à laisser sortir d’elle-même ce qui devait être pour vous un signe de vos erreurs et, en même temps, elle a laissé sortir d’elle-même un signe d’amour, un signe qui se donne, qui s’offre, pour vous démontrer que la terre est plus obéissante à Dieu que vous-mêmes.

Dieu s’est servi de sa création pour vous montrer l’obéissance : la terre a obéi à Dieu; elle-même, elle s’est laissée entre vos mains, et elle en a souffert.

Je vous parle de ma terre : cette terre crie vers moi justice, cette terre veut connaître des mouvements d’amour, elle veut connaître la pureté.

Moi, le Christ, j’ai porté le bois, qui est sorti de la terre, sur mes épaules; j’ai consenti à avancer vous démontrant que tout ce qui était de mon Père était de la Volonté de mon Père.

La Croix a été et est pour vous un signe de souffrance et un signe de délivrance; un signe d’amour, un signe de gloire; j’ai laissé couler mon Précieux Sang sur ce bois afin que ce bois soit purifié, parce que ce bois s’était laissé imbiber de vos péchés à vous.

Il a consenti, le bois, à être dans l’obéissance et vous, enfants d’amour, vous qui consentez à donner votre oui, vous êtes comme le bois en ce moment : vous commencez à comprendre que vous êtes la croix, que vous êtes la souffrance; vous consentez à souffrir pour vos frères et vos sœurs : vous les portez.

Vous qui regardez ce que vous êtes, vous qui regardez votre vie, vous voyez combien Dieu est bon avec vous, vous voyez combien Dieu veut vous faire avancer là où vous, vous n’êtes pas capables d’aller : à l’intérieur de vous; tout se passe à l’intérieur de vous.

La délivrance de l’homme se fera par la souffrance; lorsque vous consentez à donner à Dieu ce qui vous fait souffrir, vous consentez à vous laisser purifier par un feu d’amour, un feu qui brûle à l’intérieur de vous et qui vous montre que vous devez avancer comme Jésus a avancé : regarder ce qu’il y a en vous, accepter ce qu’il y a en vous, c'est porter votre croix.

Ne vous ai-je pas dit que pour aller vers mon Père, le chemin est étroit? La porte qui vous conduit vers votre délivrance est une porte étroite; vous devez passer, vous devez consentir à laisser toute la place à Dieu, parce qu’il n’y a que Dieu qui puisse aller là où les hommes n’ont pas encore été.

Mes enfants d’amour, je suis la Terre Nouvelle; j’ai porté en moi cette Croix, la création de mon Père est en moi.

Lorsque je suis venu sur la terre, avant même que je porte la Croix sur mes épaules, j’ai senti la Croix : j’ai vécu vos péchés, j’ai consenti à être un Être de péché devant mon Père pour vous, donc je portais votre croix, et la croix était en moi.

La croix qui est sortie de la terre portait déjà vos péchés, et je la portais; voilà pourquoi je vous parle en ce moment de ce que vous devez accepter : votre délivrance; votre délivrance se fera comme mon Père le veut.

Ces paroles sont des paroles d’amour, mes enfants; il n’est pas à vous avec votre volonté humaine de comprendre ce que mon Père attend de vous, mais il est à vous d’accepter ce que le Christ vous fait comprendre.

Je suis Celui qui va vous redonner vie, je suis Celui qui va vous faire vivre dans la paix, dans la joie sur la terre, ma terre : ma terre que j’ai moi-même purifiée de mon Précieux Sang puisque j'ai laissé couler mon Sang sur cette Croix qui est sortie du sein de la terre.

Voyez-vous, mes enfants, combien Dieu est Lumière? Vous avez entendu, mais vous n’avez pas compris; vous avez vu, mais vous n’avez pas compris : Jésus en Croix, c’est l’Être sublime qui (a pris) tout ce qui a été fait de la volonté humaine et l’a porté; c’est votre volonté humaine qui a fait ma Croix.

Je vous demande, mes enfants, d’être pour vos frères et vos sœurs, qui n’ont pas encore renoncé à leur volonté humaine : d’être une croix.

Ce que je fais pour vous, je le fais pour eux, car ces paroles sont pour eux comme elles sont pour vous; ces paroles vous démontrent la miséricorde de Dieu, l’amour de Dieu pour chacun de vous.

Soyez bons avec vous-mêmes, soyez bons envers vos frères, vos sœurs; vos frères, vos sœurs sont vos parents, vos frères et vos sœurs de sang, vos enfants, tous ceux qui sont vos amis et plus encore : tous ceux qui font la Volonté de mon Père sont vos frères, sont vos sœurs.

Vous êtes les choisis de mon Père, vous êtes la famille de Dieu et vos noms sont inscrits dans le Livre de la Vie que je tiens entre mes mains; je connais chacun d’entre vous et vous, vous, mes enfants, vous ne connaissez pas ceux que je tiens dans mes mains, mais vous consentez à vous donner pour eux.

Soyez dans la joie, reconnaissez-vous dans le mouvement de la Lumière; par la puissance du Saint-Esprit, vous acceptez de voir et d’entendre, et le Saint-Esprit vous fait voir et entendre : tout mouvement est pour vous une délivrance.

Je vous démontre, mes enfants, que vous êtes entrés dans la Terre Nouvelle; je vous démontre, mes enfants, que ce mouvement se fait connaître en votre chair pour votre gloire.

Vous participez en ce moment même à la purification de tous vos frères et vos sœurs; vous participez à la Rédemption en le Christ, par le Christ; puisque vous n’êtes plus vous-mêmes, vous êtes moi.

Voilà ce que vous êtes en train de vivre, cela va vous amener à connaître votre intérieur, tout est dans le mouvement de Dieu.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : À chaque jour, Dieu nous ouvre des lumières; à chaque jour, nous commençons à comprendre ce qu’est la Présence de Jésus sur la terre; lorsque Jésus est venu sur la terre et qu’il a été vers son Père, il n’a jamais quitté la terre puisque nous sommes : Jésus est en notre présence, il vit en nous.

Au moment où il s’est donné, il nous a donné son Corps et son Sang, et son Corps et son Sang est en nous : nous le mangeons, nous le buvons, cela fait partie de notre vie.

Qu’un seul prenne le Corps et le Sang, nous le prenons; à l’instant où les apôtres prenaient le Corps et le Sang, nous avons pris Jésus puisque nous étions en présence même de Jésus, en les apôtres : par Jésus nous étions là.

Comment comprendre cela, si ce n’est que le Saint-Esprit nous fait découvrir notre vie spirituelle, la vie en Dieu : une vie présente qui est immortelle.

Elle ne peut pas s’éteindre la vie spirituelle, elle a toujours été : au  moment où Dieu a choisi chacun d’entre nous, nous avons été et nous serons pour l’éternité parce que nous avons prononcé un oui, et nous sommes un oui.

Nous devenons maintenant un oui extérieur : nous consentons à laisser voir à nos frères et à nos sœurs que oui nous acceptons la vie éternelle, oui nous acceptons de vivre ce que le Christ a consenti à vivre : la purification de notre chair.

Jésus n’avait pas besoin, lui, de laisser couler son Sang pour lui, il l’a fait pour nous; c’est nous qui étions impurs, non lui, mais il s’est montré devant tous ceux qui étaient présents comme étant nous-mêmes un être de péché; alors, lorsqu’ils ont regardé Jésus, ils nous ont regardés, et parce qu’ils nous ont regardés, ils se voyaient; voyez-vous, il n’y a que le Saint-Esprit qui peut nous faire comprendre cela.

Lorsque nous commettons un seul péché, nous commettons un péché envers nous-mêmes; lorsque nos frères et nos sœurs commettent un seul péché, c'est envers eux-mêmes qu’ils commettent ce péché, alors c’est notre péché.

Nous ne pouvons pas nous séparer de nos frères et de nos sœurs, nous sommes un en l’Église, et Jésus nous l’a expliqué; nous sommes l’Église, nous ne pouvons pas nous séparer : nous formons un tout.

C’est la même chose en ce qui concerne un seul péché, c’est comme si c’était tout nous autres qui le (faisions) ce péché; parce que nous consentons à être dans ce bois, nous commençons à comprendre que ce bois qui a porté Jésus était nos péchés, nos erreurs, notre volonté humaine, et le Sang qui a coulé était la Volonté du Père, donc notre vie spirituelle.

Alors Jésus va dire : «Mes enfants, nous allons décortiquer cela» : bois de souffrance, bois qui a laissé pénétrer en lui nos péchés, nos erreurs, nos souffrances, nos doutes, nos incertitudes, nos manques de foi, nos colères, nos envies, notre paresse, notre haine, nos refus, nos manques d’abandon : ce bois est composé de tout ce que nous sommes en tant qu’humain, parce que l’humain a consenti à vivre dans sa volonté humaine, alors qu’il avait reçu de Dieu la Divine Volonté qui nourrissait sa vie spirituelle et qui enveloppait sa vie humaine.

Mais à cause du péché de la désobéissance, nous avons formé l’intérieur du bois, et ce bois, lui, a consenti à dire oui; cela veut dire que la terre elle-même a été créée avant nous : la terre était pure, elle a accueilli des enfants purs, mais au moment où ces enfants ont été impurs, la terre était encore pure mais, avec le temps, elle est devenue impure, elle a consenti à être entre nos mains et nous avons manqué envers la terre, envers la création de Dieu, et la terre, par amour pour le Créateur, a laissé sortir un bois, et ce bois a fait la Croix du Christ.

Combien de bois ont sorti de la terre et ont servi de croix pour prendre les enfants de Dieu et les faire souffrir à cause de la volonté humaine? La croix est devenue le supplice pour les humains, alors qu’elle n’avait rien fait : nous avons contribué à nous servir de la terre pour nous faire souffrir et cela est venu à cause de notre volonté humaine.

Nous ne pouvons pas accuser nos frères de s’être servi du bois pour en faire des croix, pour faire mourir nos frères et nos sœurs sur la croix, puisque Jésus nous a dit qu’un seul péché est notre péché; alors, nous avons donc consenti à faire mourir nos frères et nos sœurs en prenant le bois, et le bois s’est laissé prendre; il est devenu pour nous la peur, il est devenu pour nous la souffrance : un signe de punition, et Jésus, lui, s’est servi de la Croix pour en faire un signe d’amour, pas un signe de punition.

L’homme a vu la croix comme un signe de punition, alors que Dieu a vu la croix comme un signe d’amour : il s’est lui-même mis en croix, lui-même Jésus, avant la croix.

Avant même que le bois soit croix, Jésus était en croix : à l’instant où il est venu sur la terre, il savait tout ce qu’il était pour vivre; il avait accepté d’être en croix pour nous, par amour pour nous, parce qu’il nous aimait.

Et la croix a été obéissante : la terre a été obéissante au Fils de Dieu,  elle a consenti, elle, à porter nos erreurs, nos péchés, et que de joie elle a ressentie, la croix, le bois; lorsqu’elle a senti le Sang de l’Agneau couler sur elle, la terre a tressailli de joie : elle se laissait envelopper de l’amour du Créateur, de son Créateur; la terre avant nous-mêmes a compris.

Pourquoi elle a compris? Parce qu’elle, elle, avait été obéissante; ce n’est pas la terre qui a désobéi à Dieu, c'est l’être humain : c’est l’être humain qui a fait de la terre un lieu impur, ce n’est pas la terre elle-même parce que la terre elle-même a sorti de son sein le bois qui devait être pour nous un signe de délivrance.

Lorsque nous regardons la Croix, nous regardons Jésus, nous ne regardons pas la Croix en tant qu’elle, nous regardons Celui qui est en avant, Celui qui s’est mis en Croix avant la croix.

Voyez-vous, Dieu, par la puissance du Saint-Esprit, nous fait comprendre qu’à cause de notre volonté humaine nous nous sommes abaissés si bas que tout ce qui était sur la terre était plus respectueux envers le Créateur que nous-mêmes.

Aujourd’hui, Dieu nous dit : «Aimez-vous, aimez ce que Dieu a fait pour vous» : il a créé la terre pour que nous, nous venions en ce monde et l’habitions.

Il a créé tout son contenu pour que, nous, nous puissions en profiter mais, à cause de notre volonté humaine, nous n’avons pas respecté cela, nous n’avons pas respecté la terre, nous n’avons pas respecté son contenu : nous nous sommes même servis de son contenu pour faire souffrir nos frères et nos sœurs, pour nous faire souffrir nous-mêmes, et nous continuons.

On s’est servi du bois pour faire des supplices et aujourd’hui on pollue la terre, et on continue encore à faire souffrir ce que nous sommes : nos enfants.

Dieu dit : «Enfants d’amour, vous êtes si petits, je vous enveloppe de mon amour afin que vous puissiez comprendre combien Dieu vous aime.

Ces paroles sont des paroles de lumière, mes enfants, c'est pour vous montrer combien je vous aime, c'est pour vous montrer combien Dieu vous aime malgré ce que vous êtes devenus.

La terre sera pour vous un lieu d’amour, car elle a été créée pour vous; elle redeviendra pure pour vous parce que vous êtes les créatures de Dieu et que la terre a été créée pour vous.

Vous serez les premiers à être purifiés avant la terre, mais parce que la terre était pure, et à cause de vous elle est devenue impure, le bois sorti de son sein a été choisi pour vous démontrer la fidélité de la création envers Dieu.

Voilà, mes enfants, cela est votre première leçon, pour aujourd’hui.»

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Dieu veut savourer un moment de partage ensemble.

Pour ceux qui sont habitués, vous savez que c’est un moment où vous pouvez poser des questions, mais ces questions, comme il le dit toujours, ne doivent pas être personnelles, doivent être des questions qui profitent à l’Église.

Alors, Dieu dit : «Je vous laisse la place.»

 

Q. : Quand le Seigneur Jésus dit : «Je viendrai juger les vivants et les morts», est-ce qu’il veut dire juger avec la foi…  au purgatoire?

 

R.  Jésus : Lorsque j'ai dit : «Lorsqu’il y aura le grand jugement, les morts ressusciteront, il y aura à ma droite les brebis et à ma gauche les boucs.» Lorsque je dis : «Je viendrai rendre justice, je viendrai vous montrer ce qu’il y a à l’intérieur de vous, il y aura le jugement.»

Enfants d’amour, vous êtes à moi, vous n’appartenez pas à ce monde, vous regardez à l’intérieur de vous et c’est vous-mêmes qui consentez à me donner ce qui est impur, ce qui a fait de vous des êtres impurs.

Vous-mêmes, mes enfants, vous consentez à vous juger; vous regardez l’être impur que vous êtes à cause de vos erreurs, à cause de tous les péchés, et vous laissez toute la place à Jésus afin qu’il puisse vous purifier.

Vous étiez morts à la vie et la Vie vous a pris et vous a rendus vivants.

Lorsque je dis qu’il y aura jugement pour les vivants et les morts, cela dit que les vivants seront ceux qui accepteront de donner leur oui afin qu’ils puissent regarder tous leurs péchés et la conséquence de leurs péchés, et qu’il y aura les morts, ceux qui portent la mort en eux, qui refusent la vie.

Enfants d’amour, la Parole de Dieu est vivante, la Parole de Dieu n’est pas pour les morts.

Lorsque je suis venu sur la terre, j’ai parlé à mes apôtres, je leur ai dit que lorsque l’Époux est présent, vous devez festoyer avec; je suis avec vous, mes enfants, je suis vivant; vous êtes vivants lorsque vous acceptez de mourir en moi, Jésus.

Oh! j’aurais tant à vous dire, mes enfants!

Toi, ma petite douceur, tu es à Dieu, et vous, mes enfants, vous êtes à Dieu, vous êtes vivants, vous acceptez de quitter votre carapace qui, elle, a soif de connaître la vie.

Votre chair humaine commence maintenant à connaître la libération; elle commence à goûter à la purification et cela va continuer; vous êtes vivants, vous êtes mes choisis.

Les morts, mes douceurs, sont ceux qui portent un non en eux et qui sont déjà morts à la vie; laissez à Dieu ce qui est à Dieu.

Lorsque viendra le grand dernier jugement, les morts ressusciteront, mais qui sont morts sinon ceux qui ont refusé la Vie? Ceux qui ont dû quitter la terre et qui ont répondu oui à Dieu sont vivants.

Il y en a qui sont au purgatoire et d’autres au Ciel, mais ils sont vivants pour l’éternité; ils n’ont jamais quitté la vie puisqu’ils n’ont pas refusé la vie en le Christ.

Mais à cause de votre volonté humaine, Dieu a parlé avec des paroles afin que vous puissiez comprendre ce que vous n’étiez pas capables de comprendre.

La vie sur terre pour vous est une mort terrestre; oui, au moment du grand et dernier jugement, ceux qui ont dû quitter cette terre ressusciteront et ils verront ce qu’ils ont consenti à donner à Dieu : leur oui.

Mais, en attendant, mes enfants, vous êtes si petits encore, laissez à Dieu de vous faire avancer au rythme de Dieu.

 

Q.  Le peuple de Dieu devra subir une Grande Purification, est-ce qu’elle est commencée la purification?

 

R. Jésus : Au moment où Dieu a annoncé le Royaume de Dieu sur la terre, les hommes ont consenti à parler de leurs péchés et à aller vers le Christ afin qu’ils soient pardonnés, car le Christ avait déjà apporté à la mort leurs péchés, l’homme se laissait purifier.

Si c’est çà que tu parles, mon fils, oui elle est commencée, et si c’est de la chair que tu parles, oui elle est commencée puisque, autour de toi, tu vois ceux qui ont consenti à prononcer leur oui et à vivre leur purification; certains, comme Jean-Paul II, ont terminé leur purification de la chair.

 

Q.  Dans quel sens pouvons-nous dire que la terre est vivante? Comment pouvez-vous expliquer cela?

 

R.  Jésus : La terre est vivante, mon fils, puisqu’elle se fait vivante; la terre est de Dieu, elle reconnaît son Créateur, mais la terre souffre à cause de tout ce que l’homme lui a fait subir, la terre connaît la mort à cause des habitants qui connaissent la  mort.

Par le Fils, la terre est vivante parce qu’elle connaît la purification, parce qu’elle connaît son Créateur et qu’elle a foi en son Créateur : le Ciel et la terre s’inclinent devant Dieu.

La terre est en le Christ et la terre est vivante en le Christ parce qu’elle vient du Christ.

Ô hommes, (vous) qui écoutez ces paroles, vous devez donner à Dieu ce qui est à Dieu et vous devez consentir à vivre sur cette terre en enfants de Dieu.

Parce que le péché a été dans votre vie, vous devez consentir à laisser la place à Dieu, qu’à Dieu, afin de vivre votre purification sur la terre; ainsi, la terre recevra elle aussi une purification, et tout ce qui a connu la mort sera dans l’agir de Dieu; tous ceux qui ont connu la mort connaîtront en leur chair l’immortalité et la terre sera dans sa récompense.

Qui est donc la terre, mon fils? Celui qui l’a créée ou la création, qui vient du Créateur, créée pour être un habitat pour les créatures, ou les créatures qui habitent la terre dont (elles) savent qu’(elles) viennent du Créateur?

Tu vois, mon fils, je pourrais t’amener bien loin, mais ce qui est pour vous, c’est que le Christ a rendu à la terre sa beauté au moment où il a laissé couler son Sang : le Christ est la Terre, car le Christ l’a enveloppée de son Sang et le Sang est vivant.

 

Q.  Qu’est-ce que Dieu veut dire lorsqu’il dit que nous sommes les enfants de la Promesse?

 

R.  Jésus : Lorsque Jésus a été montré à tout être créé par Dieu le Père, tous ont exalté de joie, sauf les rebelles.

Lorsque le Fils a été dans son Oui, tous ceux qui devaient venir sur la terre étaient dans son Oui.

Dieu a promis un Sauveur, donc il a promis que la terre devait être dans la promesse et tout son contenu.

Enfants d’amour, vous êtes le oui, vous avez été dans le Oui du Christ, vous avez été dans la promesse que Dieu le Père fit à Adam et Ève lors de la désobéissance qui mit tous les descendants dans l’esclavage à cause de la volonté humaine : tout a déjà été accompli dans la Divine Volonté.

Oui, vous êtes les enfants de la Promesse; Abraham a été choisi pour être le père de toutes descendances, mes enfants; il prenait la charge de tous ceux qui portaient un oui, car il a donné son oui au moment où Dieu lui demanda son enfant.

Abraham a dit oui et il donna tous ses enfants, car ce oui était l’obéissance en tout; à cause de ce oui, il était digne d’être le choisi de Dieu à qui Dieu dit : «Tout ce que tu vois, je te le donne, je le donne à toute ta descendance».

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Alors, nous sommes le oui d’Abraham qui est obéissant comme Jésus voulait qu’il soit.

Jésus a dit oui à son Père, Abraham a dit oui à son Père; nous étions dans le oui de Jésus et nous étions le oui d’Abraham, alors nous sommes les enfants de la Promesse puisque nous portons un oui.

Voilà ce qu’est de vivre dans une terre vivante.

 

Q. Pour les familles qui ont des enfants et que les parents prient pour eux autres, de quelle manière que les parents pourraient aider les enfants à les amener à dire un oui alors que quand on essaie de leur parler, ils nous refusent?

 

R. Jésus : Je vais parler en vos cœurs, je vais vous faire découvrir que vous-mêmes étiez un non avant d’être un oui.

Petits enfants d’amour, puisque je vous ai amenés moi-même à prononcer votre oui, n’est-ce pas parce que vos parents ont prié pour vous? Ne suis-je pas capable de faire de même avec vos enfants?

Continuez à prier, mes enfants, et je prends soin de mes enfants; avant même qu’ils soient à vous, ils étaient à moi; n’oubliez pas qu’ils appartiennent à mon Père, et il m’a donné tous ses enfants : je suis la Vie.