Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Plantagenet, Ontario,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus

 

2003-10-25   A.M

 

Jésus : Dieu ouvre les cœurs, Dieu déverse en vous des grâces d’abandon, des grâces de ma Volonté afin que vous renonciez à votre volonté.

Mes enfants d’amour, vous êtes réunis pour entendre la Volonté de Dieu.

Vous êtes ici parce que Dieu vous a appelés à renoncer à ce que vous êtes.

Vous êtes des petits enfants qui veulent donner la main et Dieu prend votre main entre ses mains.

Il connaît chacun d’entre vous, il connaît vos faiblesses, il connaît votre valeur, car votre valeur vient de ce qu’il a déposé en vous.

Voyez-vous qu’il connaît mieux que vous, qui vous êtes?

Moi, je suis le Fils de Dieu, je passe par mon Père;

il faut aussi que vous passiez par moi pour aller à mon Père.

Voilà, mes amours, que Dieu vous parle librement, il parle à chacun d’entre vous parce que mon Père le veut.

C’est mon Père qui a préparé ces journées; il les connaît toutes et il vous connaît tous.

Il a mis en vous des grâces d’amour, des grâces d’abandon et c’est votre oui qui vous a conduits, là, où mon Père le veut.

Ce n’est pas vous; vous, vous avez prononcé votre oui et moi, le Fils de Dieu, j’ai accompli la Volonté de mon Père et j’ai aussi accompli en vous ce que vous, vous aimeriez avoir.

Si vous avez en vous des besoins, c’est que mon Père les a déposés pour vous.

Il connaît mieux que vous ce qui est bon, car il est la Bonté et vous, vous n’avez qu’à vous abandonner dans ce qu’il met en vous.

Il n’y a rien qui vous appartient, seulement votre oui et votre non.

À cause de votre volonté humaine, il y a un non en vous.

À cause de votre volonté humaine, vous êtes portés à faiblir, vous ne savez même plus ce qui est bon pour vous.

Vous vous demandez si ce que vous faites est à la hauteur de Dieu.

Amours, j’ai donné ma Vie pour que vous, vous soyez en vie; j’ai donné ma Vie pour que vous soyez enfants d’amour.

Déployez vos ailes, laissez le Saint-Esprit souffler sur vous, afin que vous puissiez monter,  monter vers le Ciel.

Mes enfants, même si vous êtes sur la terre, même si vos deux pieds sont bien déposés sur la terre, ne savez-vous pas que vous pouvez monter? Ne savez-vous pas que seul Dieu peut faire de vous des enfants qui se laissent envelopper de l’Amour, afin que vous puissiez parler avec Dieu? Oui, mes amours, lorsque vous parlez avec moi, je vous prends et je vous emmène vers mon Père.

Vous montez à la Source même de votre bonheur.

Il y a en vous un endroit que peu d’enfants connaissent, que peu d’enfants ont vu : c’est le Ciel.

Vous avez le Ciel en vous!

Savez-vous que je suis, moi, le Fils de Dieu le Père et mon Père est au Ciel? Lorsque vous venez mourir en moi, en le Fils, vous êtes en présence du Père, car je suis, moi, en mon Père et mon Père est en moi.

Par la puissance du Saint-Esprit, vous venez dans votre Ciel; il a été déposé en vous : c’est la Divine Volonté.

La Divine Volonté vous habite, elle fait partie de votre vie et vous, vous faites partie de la Divine Volonté.

Il y a en vous un endroit méconnu de vous.

Fermez vos yeux, laissez Dieu vous couvrir de sa puissance! Je viens m’approcher de vous.

Moi, je vous vois, je suis la Lumière, je suis resplendissant, j’habite en vous et vous, lorsque vous venez en vous, vous ne pouvez faire ces gestes, c’est moi qui fais tout en vous; votre volonté humaine n’est plus.

Ne forcez pas votre vue, abandonnez-vous dans la Volonté de mon Père.

Si mon Père le veut, vous me verrez et si mon Père vous veut dans un abandon dans la foi, même si vous ne voyez pas le Fils de Dieu, le Fils de Dieu est présent, il est devant vous, et vos yeux se remplissent de lumière, de la lumière de l’Amour.

Vous êtes en présence de la Divine Volonté.

Vous êtes en présence de la Trinité; c’est mon Père qui produit en vous sa toute-puissance.

Mes amours, Adam vivait dans la Divine Volonté.

Il était continuellement en communication avec son Créateur, avec Dieu.

Vous, vous êtes aussi en présence de la Trinité.

Ce qui s’est passé pour vous est un passé mais, pour Dieu, c’est présent. Dieu est la Présence.

Votre temps n’est pas le temps de Dieu, il n’y a pas de temps pour nous, c’est un mouvement d’amour.

Lorsque vous prononcez votre oui, lorsque vous consentez à venir en vous, à vous abandonner en vous, un mouvement se fait : c’est le mouvement de la Divine Volonté.

Vous, vous ne faites rien, car vous n’avez pas ce pouvoir; il vient de Dieu, il vient de sa Volonté, de sa Volonté d’amour.

Il vous enveloppe tout entièrement.

Votre extérieur se laisse couvrir par la lumière qui sort de l’intérieur et tout votre être profite de  ce qu’il y a en vous.

C’est un mouvement d’amour qui ne peut se voir de l’extérieur encore, car les enfants de ce monde n’ont pas encore découvert l’abandon total, et vous non plus, même si en ce moment vous vivez  dans ce mouvement d’amour.

Vous êtes à l’école de l’Amour.

Vous êtes en train de vous laisser transformer par Dieu, par la Divine Volonté.

Tout est en moi! Il faut consentir à ce que moi je vous transforme.

C’est un temps de grâces! Ma Mère vous a préparés à ce que vous vivez; elle vous a montré à prier avec le cœur.

Prier avec le cœur, c’est donner : c’est donner son consentement à l’Amour,

en renonçant à tout ce qu’il y a autour de vous, en acceptant d’ouvrir votre cœur.

«Amour de ma Vie, écoute, c’est à toi que je parle.

Tu n’es qu’à moi, tu n’appartiens qu’à ton Dieu.

Dieu a créé le Ciel et la terre pour toi.

Le Ciel est l’endroit où toi, tu dois venir, où toi, tu dois habiter pour l’éternité devant la face de Dieu le Père.

Tous ceux qui ont quitté cette terre avant toi et qui ont donné leur oui à l’Amour sont au Royaume de mon Père.

Certains de ces enfants, avant, ont dû passer par une grande purification.

Beaucoup sont, en ce moment, en train de se laisser purifier afin d’être dignes d’être en présence de Dieu le Père.

«À chaque instant, à chaque fraction de seconde, un enfant se présente devant l’Amour et l’Amour lui demande s’il veut l’aimer, s’il veut donner son oui.

Toi, toi qui es en présence de ton Dieu, donne-moi ton oui, donne-moi ta vie, donne-moi la vie de ceux que tu portes.

Même si ton oui a été prononcé, moi, je veux l’entendre et l’entendre

car, lorsque tu prononces ton oui, je te transforme, je te couvre de ma Divine Volonté et te fais enfant de Dieu.

Je purifie, à chacun de tes oui, tout ce qui n’a pas été en toi amour.

Tous tes gestes que tu as posés avec ta volonté humaine, je les purifie.

C’est pour cela que tu connais des souffrances à l’extérieur de toi, c’est à cause de tes péchés.

Lorsque tu acceptes ta purification sur la terre, je fais attention en déversant en toi des grâces de force, des grâces d’amour, afin que tu puisses accepter ta purification en m’offrant tout, en me donnant tout ce qui te fait souffrir.

C’est une grâce; cela te sanctifie.

Lorsque tu vas voir mon prêtre, mon choisi, ton âme exulte de joie devant son Époux, car elle sait qu’elle va recevoir une grâce d’amour, une grâce qui la rend belle et moi, son Époux, je me languis devant toi parce que tu te donnes, parce que tu t’humilies devant la Trinité, afin de redevenir l’enfant que Dieu a toujours voulu que tu sois.

Tu vois, mon amour, combien tu es important à mes yeux! Tu es devant l’Amour et c’est l’Amour qui te dit ces mots.

Si tu pouvais savoir combien je t’aime, tu en mourrais d’amour!

«Oh! combien de fois j’aurais voulu te démontrer mon amour, mais tu n’étais pas prêt!

Et maintenant que tu t’abandonnes, je me retiens, car je t’écraserais sous mes «je t’aime».

Oui, je t’aime! Dis-moi souvent que tu m’aimes! Donne-moi souvent ta vie, donne-moi souvent la vie de ceux que tu portes en toi.

Tes frères et tes sœurs sont en toi et plus que tu vas me les donner, plus que toi tu vas moins souffrir, car tu les aides, tu les portes comme moi je les porte.

Je suis dans ma Passion;  pas un instant, je ne quitte mes enfants qui se refusent à moi; pas un instant, je les laisse seuls sans mes grâces, car ils pourraient se perdre.

Même s’ils me renient, moi, je ne les renie pas car, tu sais, au plus profond d’eux-mêmes, ils savent qu’ils ne peuvent renoncer à la vie, et ils savent que la vie est de Dieu, même s’ils ne veulent pas l’entendre, même s’ils ne veulent pas le dire, cela est en eux.

C’est l’Amour qui crie en eux.

Ils ne peuvent étouffer l’Amour, car ils sont amour.

Certains enfants ont enterré leur amour : ils ont fait des gestes immondes; ils ont nourri une haine si féroce contre le Fils de Dieu, qu’ils ont perdu la foi : le bon en eux a disparu.

Ces enfants, je les porte et toi aussi tu les portes.

Tant qu’il y aura un seul enfant sur la terre qui portera un non, toi, tu seras sur la terre, en leur présence.

Dans ta volonté humaine, ton être souffre, ton être ne se comprend plus, ton être succombe dans le péché, dans le mal, parce qu’en toi, il y a ces enfants.

Mais parce que ton oui est prononcé, je te couvre de ma Divine Volonté et tu reçois des grâces de force, de paix et de joie.

«Tu passes à travers car, à chaque fois que tu prononces ton oui, ta volonté humaine perd de l’importance pour toi.

Tu te laisses envelopper de la Divine Volonté.

Regarde-toi, tu vois maintenant la lumière.

À l’extérieur de toi, tu t’aperçois que consommer des biens matériels devient une platitude pour toi, tu sens que tu perds ton temps.

Oh! je sais qu’il te faut de la nécessité, mais je te parle du superflu, de ce qui n’est pas essentiel à ton bien-être.

Tu t’aperçois que des images qui apparaissent devant tes yeux n'ont plus leur place; tu perds de l’intérêt pour la télévision.

Tu t’aperçois aussi que ces machines que les hommes ont voulu mettre sur le marché pour vous attirer afin d’avoir de l’argent, toi, tu ne te laisses pas prendre à ces pièges, tu es prudent.

Fais attention! Tu sais, il ne faut pas se croire à l’abri, car la volonté humaine est encore en toi.

Tu pourrais te perdre dans tes pensées, tu pourrais te dire invincible devant le mal, alors que le mal t’habite.

Il faut toujours venir mourir en moi, Jésus, pour avoir la force de ne pas succomber aux tentations.

Combien de mes enfants utilisent l’Internet comme un moyen d’amusement, alors que cet appareil peut causer leur perte! J’ai demandé à ma Fille du Oui à Jésus d’utiliser pour moi cet instrument et de ne pas aller dans cette mer d’images; je l’ai prévenue du danger et je te préviens aussi du danger, car ce qui apparaît et qui n’est pas contrôlable, Satan s’en sert, il est si rusé, il est maître dans ce jeu. 

Alors pour te protéger, garde-toi d’aller dans cette mer d’images, garde-toi en moi.

Tu vois, tu le sais, tu te laisses envelopper de ma puissance d’amour.

Et lorsqu'à l’extérieur de toi il y a des enfants qui veulent s’impliquer dans ta vie, maintenant que tu sais garder ta paix, tu me les donnes. C’est parce que tranquillement je t’apprends à mourir en moi, en le Fils de Dieu, pour vivre ta vie.

Tout cela, Dieu le Père te l’accorde; à chaque jour, il te donne des grâces d’amour afin que tu puisses vivre dans sa Divine Volonté.»

La Divine Volonté doit être en vous afin que le Règne de mon Père soit sur la terre comme au Ciel.

Ce sont des temps d’amour, ce sont des temps de lumière,

ce sont des temps où les enfants doivent se laisser purifier pour se laisser transformer en enfants de la Divine Volonté.

Vous êtes, en ce moment même, en train de vous laisser transformer par Dieu.

Vous ne vivez plus dans votre volonté humaine en ce moment, vous vivez en moi dans la Divine Volonté et seul Dieu peut faire ce mouvement.

Il ne faut pas laisser votre volonté prendre de l’importance.

Renoncez à ce qui pourrait mettre une entrave entre mon Agir et votre agir; ne vous forcez pas.

Si cela ne vous apporte pas ce que vous voulez que cela vous apporte, c’est que vous avez passé votre volonté avant ma Volonté. Dieu, mon Père, connaît ce qui est bon pour vous.

Il connaît chaque mouvement de vous, passé, présent, futur, et il connaît aussi ce qui est bon afin que vous puissiez avancer dans l’amour.

Ne forcez pas les moments de Dieu, abandonnez-vous, ayez confiance! L’amour de Dieu est immuable, cela aucun humain ne peut le comprendre; il faut l’éternité pour le savourer.

Donnez-vous à votre Dieu, soyez tout amour, tout abandon.

Dieu est avec vous, Dieu vous parle.

Rendez grâce à mon Père pour ces moments d’intimité que nous avons ensemble.

Tout n’est que la Volonté de Dieu en tout ce que vous faites, en tout ce que vous accomplissez.

Lorsque vous vous êtes levés ce matin, vous avez vu votre vie qui s’est éveillée; cela n’est pas venu de vous,  cela est venu de la Volonté de Dieu.

Vous, avez-vous ce pouvoir? Vous ne l’avez pas, car vous avez besoin d’un réveille-matin pour vous lever.

Voyez-vous que, par vous-mêmes, vous ne pouvez pas? Oh! si vous le croyez et que vous vous dites avant de vous coucher : "Il faut que je me réveille à huit heures, il faut que je me réveille à huit heures, il faut que je me réveille à huit heures" et à chaque jour ainsi; vous dites que votre corps est comme une horloge et qu’à huit heures, vous ouvrez vos yeux.

Oh! amours, que de vanité! Ne vous faites pas prendre par Satan.

Savez-vous qu’il peut, lui, faire de vous des pantins? Il faut laisser à Dieu votre vie.

Si Dieu veut vous réveiller à une telle heure, il le fera et s’il veut que vous vous reposiez, il le fera.

Il sait ce qui est bon pour vous et s’il veut couper votre sommeil, cela il le fera,

car vous aurez peut-être besoin d’une purification!

Mes enfants, Dieu est l’Amour.

Dieu vous fait connaître tranquillement ce que vous avez fait avec votre volonté humaine.

Si je vous disais tout globalement, mes enfants, à la fin de la journée, vous seriez sous votre chaise.

Mes amours, je suis l’Amour et je prends soin de vous.

Je vous aime, je ne suis pas là pour vous punir, je ne suis pas là pour vous gronder, je suis là pour vous reprendre avec douceur, avec amour, avec tendresse, avec bienveillance, avec ma miséricorde.

Je vous ai donné ma Vie, comprenez-le bien! Ma Vie est incalculable! Voyez-vous votre importance? Si ma Vie a de l’importance à vos yeux, c’est que je vous ai ouvert une porte en vous afin que vous sachiez que vous valez mieux que ce que vous pensez.

La Vie de Dieu, mes enfants, est éternelle, elle ne peut s’arrêter et votre vie est éternelle.

C’est vous, à cause de votre volonté humaine, qui pouvez interrompre cette vie mais, voyez-vous, comme vous êtes éternels, c’est dans la mort que vous allez continuer.

Lorsque je dis : «vous», mes enfants, c’est que je parle aux enfants du non que vous portez en vous.

Il faut que vous soyez avertis de ce que vous portez en vous; c’est pour votre bien afin que vous conserviez votre paix, car il va arriver des événements très difficiles!

Un enfant qui est préparé est un enfant qui n’a pas peur; c’est un enfant qui garde sa paix, sa joie.

C’est pourquoi, mes enfants, je vous parle.

Je suis venu sur la terre pour vous parler de mon Père; je viens vous parler à travers cet instrument d’amour pour vous dire que vous êtes, vous, des instruments d’amour.

Je viens vous parler de vous afin que vous puissiez renoncer à votre moi et venir mourir en moi.

Votre moi ne peut être à l’égal de Dieu, car JE SUIS.

Si vous savez votre grammaire, mes enfants, vous savez que le "je" peut être remplacé par le "moi"; alors, voyez-vous que vous ne pouvez être Moi que si vous entrez votre moi dans mon Moi?

Vivre votre moi pour vous-mêmes, par vous-mêmes, en vous-mêmes, n’est qu’orgueil, n’est que concupiscence, n’est que violence, n’est qu’ignorance, car votre moi ne peut vous rendre heureux : il ne porte pas la vie éternelle.

Il n’y a que moi qui suis la Vie éternelle.

Il faut venir mourir en Jésus, en le Christ, pour vivre : voilà votre place, voilà l’amour.

Je suis avec chacun de vous; je suis là pour vous montrer qui vous êtes.

J’envoie parmi vous des messagers afin qu’ils puissent vous faire savoir la Volonté de mon Père; ils sont remplis de l’Esprit Saint.

Chacun doit vous faire connaître la Volonté de Dieu le Père, non sa volonté.

Et gardez-vous, mes enfants, de votre moi qui cherche à juger si ce qu’ils sont est ce que, vous, vous voulez qu’ils soient.

N’oubliez pas que ces messagers sont humains, ils sont encore dans leur volonté humaine.

Pour les protéger, je leur ai donné à chacun un prêtre spirituel afin qu’ils puissent se conserver en étant purs.

Il n’y a que le prêtre qui a ce pouvoir.

La confession n’appartient qu’aux prêtres, car je suis en le prêtre, et vous, mes enfants, soyez amoureux de vous-mêmes.

Qui regarde et juge se juge, car il sort de son intérieur ce qu’il dit et lorsqu’il entre en lui, lorsqu’il peut être en présence de Jésus : il se présente avec ce qu’il est à l’intérieur de lui et Jésus le regarde.

Savez-vous, mes enfants, que je pleure sur vous quelquefois? D’autres enfants qui se donnent me consolent.

Oh! mes amours, lorsque vous venez en état de grâce en vous, je vous souris, vous me donnez de la joie.

Soyez forts! Aller à mon prêtre, c’est se purifier; c’est la purification.

Acceptez votre purification : vous en ressortez plus fort, vous devenez de plus en plus des enfants de la Divine Volonté : là est le mouvement de l’Amour.

C’est un mouvement qui ne peut s’arrêter, il est le présent, il ne peut reculer.

Alors, lorsque vous allez à mon prêtre, tous vos péchés sont effacés, vous ne pouvez  reculer en arrière, car ce qui est effacé l’est pour l’éternité.

Et si vous regardez en avant et si vous repensez ce que vous avez fait, en n’acceptant pas votre purification, c’est vous-mêmes qui faites ce mouvement, et moi, j’ai pitié de vous; je vous donne des grâces, des grâces d’humilité afin que vous vous reconnaissiez tout petits et là, vous retournez à mon prêtre.

Mes enfants, apprenez à vous abandonner en moi, Jésus.

C’est votre volonté humaine qui n’accepte pas ma miséricorde; elle est si faible!

Laissez-moi faire de vous des enfants d’amour abandonnés dans la Divine Volonté.

Le bonheur est en vous.

Il est heureux de se donner à Jésus, car Jésus souffle des paroles en vous; ces paroles sont sorties de votre intérieur pour se faire entendre.

Vous êtes en moi, en le Cœur même de l’Amour.

Vous battez en unisson en moi et c’est pour cela, mes enfants, que je parle à chacun de vous en particulier :

vous êtes uniques!

Ces paroles sont pour chacun de vous; chacun les entre en lui et les accueille, car chacun de vous êtes en face de Dieu :

vous êtes devant votre Ciel.

Voyez-vous que tout ce qui est, est pour vous.

Là où est le Créateur, là est sa création.

Là où vous êtes, là est votre Père.

C’est lui qui vous a créés et vous êtes uniques en Dieu.

Par amour, dans l’Amour, soyez tout abandon!

Accueillez, accueillez l’Amour!

Amen.

 

La Fille du oui à Jésus en le Saint-Esprit : Dieu demande à chacun de vous, si vous voulez entendre le Saint-Esprit à travers ma voix? Oui! Dieu le Fils accomplit  la Volonté de son Père.

Dieu fait l’agir du Père lorsque nous, on le laisse faire.

Si, durant notre journée, on veut accomplir une action,

 il faut prendre conscience que cette action peut être pour nous ou contre nous.

Nous allons porter en nous chaque action, et ces actions nous allons devoir les présenter à Dieu, au moment où lui va se présenter en nous. Je parle parce que Dieu me fait parler, parce que ces mots viennent en moi à chaque fraction de seconde.

Il me fait parler dans la puissance de son amour pour nous préparer – je dis moi, tout comme vous – à être en sa Présence au moment où Dieu le Père l’a choisi : lorsqu’il viendra en nous se présenter dans toute sa Gloire.

Dieu le Fils m’a dit que j’avais comme mission de rassembler tous ses enfants pour sa venue dans les cœurs.

Il a dit aussi que je n’étais pas la seule, d’autres ont cette mission.

Chacun est particulier à lui-même selon ce que Dieu le Père a déposé en chacun de nous.

Chacun a reçu des dons de l’Esprit Saint qui l’a formé depuis sa naissance.

Hier, il nous en a parlé; il a parlé des dons et ces dons nous habitent : ils ont formé notre caractère; ils ont formé aussi notre personne toute entière.

S'il y a des personnes qui ont moins de mémoire que d’autres, eh bien, merci Seigneur, c’est toi qui l’as voulu.

Si des personnes sont moins intentionnées à apprendre, à lire, eh bien, merci Seigneur, tu ne m’as pas donné ce don.

Si des personnes sont portées à bégayer; pour certains, ça peut sembler être une maladie, pour d’autres, ça peut sembler être des enfants trop sensibles.

Savez-vous que Dieu aurait le pouvoir de guérir ces enfants? 

S’il les laisse ainsi, c’est parce qu’ils ont quelque chose à donner,

puis à démontrer à leur prochain : alors, merci Seigneur.

Savez-vous, j’ai un gros défaut : je mélange les noms; quand je veux dire Caroline, je l’appelle Nathalie; quand je veux dire Sophie, ça sort comme Lise, et je ne sais pas pourquoi ça se fait.

Quand j’étais dans ma volonté humaine, je disais : "Seigneur, qu’est-ce que j’ai?" Je travaillais avec les enfants en garderie et des enfants, il ne faut pas se tromper surtout quand l'on ne dit pas le bon nom, hein! Alors, imaginez-vous que j’étais au C.L.S.C.; j’ai commencé avec un groupe de neuf et en dernier on m’a donné une plus grosse responsabilité; j’avais des groupes de trente jusqu'à quarante et quelques enfants, mais avec d’autres éducatrices,

alors je me suis mélangée souvent et ils me le répétaient. souvent : "Bien non Francine, je ne m’appelle pas comme…tu m’as appelé …ce n'est même pas mon nom!" 

Alors, je lui disais de me pardonner, je disais : "Pardonne-moi, parce que Francine est toute mélangée quelquefois dans sa tête, puis elle ne sait pas pourquoi. Mais moi, je sais qui tu es, je ne me mélange pas, c’est seulement ton nom que je mélange."

Ça m'a suivi tout le temps, et savez-vous que même dans l’Esprit Saint, le Seigneur se sert de ce que moi, je suis? 

Alors, je lui ai dit : "Seigneur, toi, tu es parfait. Pourquoi tu me fais ça à moi, comme ça?" Il a dit comme ça : «C’est parce que je t’aime et je respecte ta liberté.

Tant que tu ne seras pas parfaite, eh bien, je vais te prendre comme tu es, et je vais me servir de ce que tu es, et mes enfants vont apprendre.

Mes enfants vont apprendre à grandir en acceptant leurs frères et leurs sœurs comme ils sont; eux aussi ont besoin de se laisser prendre pour se laisser transformer; pas seulement toi!»

Alors, il a dit : «Laisse-moi me servir de toi.»

Nous devons nous laisser transformer.

C’est qu’il nous aime,  il nous aime comme nous sommes, et c’est pourquoi il veut nous apprendre qui nous sommes, en acceptant nos défauts.

Pour Dieu, ce n’est pas des défauts, c’est pour nous, nous croyons que nous sommes pleins de défauts.

Voyez-vous, lorsque je me trompe, ça fait ricaner aussi quelques personnes parce qu’elles ont appris à me connaître, elles disent : "Ah, ce n’est pas grave, elle est comme ça." 

Eh bien, eux ont accepté ce que moi je crois être un défaut mais, au plus profond d’eux-mêmes, ils m’aiment telle que je suis.

Ça été plus facile pour eux de m’accepter telle que je suis que pour moi, parce que je voulais être à la hauteur de ce qu'ils sont, de ce que je suis : je voulais donner.

Alors, quand j’entends ces paroles dans l’Esprit Saint, je réalise que Dieu se sert d’eux pour me dire :

«Tu vois, je t’aime. Je t’aime beaucoup mieux que tu ne t’aimes, toi!»

Alors, j’apprends à m’accepter, il me le fait découvrir.

Ah, c’est facile, je l’entends, mais je ne suis pas toute seule à l’entendre, car vous venez d’entendre ces paroles vous autres aussi. Lorsqu’il donne des enseignements comme il le fait en ce moment, il ne me les donne pas particulièrement à moi, dans ma chambre toute seule, il attend.

Il attend le moment qu’on soit tous ensemble pour faire connaître son amour à chacun de nous.

Il parle pour chacun de nous en ce moment même.

Il ne parle pas seulement pour une telle ou telle personne, il veut que tous les enfants l’entendent, et c’est pourquoi on filme, c’est pourquoi on enregistre.

Nous devons aussi faire profiter de ces moments d’amour que nous avons à d’autres personnes qui ne peuvent pas se déplacer, puisque ce n’est pas aussi accessible pour elles.

Nous devons être donation de nous-mêmes comme Jésus l’est sur la Croix.

Il nous apprend à nous donner.

N'oubliez pas que Jésus a fait des petits pas pour nous; quand je dis des petits pas, c’est que ces pas, c’est les nôtres.

Lorsqu’il nous dit à nous tout seuls : «Je t’aime. Abandonne-toi. Aie confiance.» Ce sont des petits pas que nous faisons en Jésus, et c’est Jésus qui fait ces pas, parce qu’on n'était pas prêt à entendre ce qu’on entend en ce moment : notre cœur n’était pas ouvert, on se serait posé trop de questions.

Il a fallu d’autres personnes, avant nous, qui prient pour nous, qui se donnent pour nous, qui crient vers Dieu d’envoyer son Fils sur la terre.

Il a fallu d’autres personnes qui se sacrifient pour nous, jusqu’à donner leur vie pour nous.

Peut-on réaliser tout cela? Dans la Divine Volonté, il n’y a pas de commencement, il n’y a pas de fin, mais sur la terre, il y a eu un commencement : c’est Adam et Ève.

Depuis Adam et Ève, nous avons été en eux; depuis Adam et Ève, nous avons reçu, nous avons reçu des grâces d’amour, afin que nous nous découvrions enfants de la Divine Volonté.

Cela ne se fait pas parce que nous sommes en l’an deux mille trois, Dieu est l’Infini, il nous portait en lui.

Cela se fait depuis Adam et Ève, et chaque personne qui est venue sur la terre nous portait.

Elles nous ont préparés à entendre ces paroles; elles nous ont préparés à prononcer notre oui à l’Amour.

Rendons grâce à Dieu de ce qu’il a fait à chacun de nous.

Chacun de nous devons nous donner les uns aux autres par amour.

S’ils ont subi des affronts par amour pour Dieu, mais c’est par amour aussi pour nous autres; si des enfants ont été sur le bûcher par amour pour Dieu, c’est pour nous autres.

Combien d’entre nous connaissons la vie des saints? Si peu, si peu! Si on pouvait tout savoir sur toutes les personnes qui ont donné leur vie par amour pour Dieu, on ne pourrait pas ne pas pleurer sur nous-mêmes :

nous sommes indignes de cet amour.

Nous jugeons nos frères et nos sœurs, mais nos frères et nos sœurs se sont donnés par amour pour nous! Oh! c’est vrai, ils ne l’ont peut-être pas fait en connaissance de cause, parce qu’ils ne nous connaissaient pas, ils l’ont fait par amour, par amour pour Dieu et nous, nous sommes en Dieu.

Mais lorsqu’ils se sont présentés devant Dieu avec leurs actions, ils ont vu tout ce qu’ils ont fait pour nous.

Vous, pouvez-vous vous imaginer depuis Adam et Ève, nos premiers parents, ils ont vu toutes les actions qu’ils ont posées pour chacun des enfants qui était pour venir sur la terre et pour tous les enfants qui vont venir, jusqu’au dernier créé.

Quel mouvement d’amour!

Il n’y aura pas assez de toute l’éternité pour savourer l’amour de Dieu pour eux, car Dieu a déposé en eux des fruits, des fruits d’amour. Ces fruits d’amour étaient dans l’Arbre de la Vie en Jésus, l’Arbre qui devait les nourrir.

Mais, ils ont désobéi, ils ont été vers l’arbre de la connaissance du bien et du mal.

Alors Adam et Ève ont pleuré, ils ont pleuré sincèrement avec tout leur être sur l’acte qu’ils ont posé.

Ils ont demandé pardon, ils ont supplié Dieu de leur pardonner et Dieu s’est penché sur eux : il leur a promis un Messie, un Sauveur, et Adam et Ève ont toujours été fidèles à Dieu parce que le seul péché qu’ils ont commis a été la désobéissance.

Par la suite, ils ont toujours été  fidèles à Dieu.

Alors, tous ces actes d’amour qu’ils ont faits pour nous, ça leur a été montré au moment où ils sont allés devant Dieu le Père.

Ils n’ont pu, tout de suite, connaître ces actes, pas avant que le Fils de Dieu soit auprès de Dieu le Père.

Il fallait que le Fils de Dieu prenne tous les péchés du monde et les amène à la mort.

Il fallait que le Fils de l’homme puisse prendre le 'non' d'Adam et Ève et qu’il l’enveloppe de son Être d’amour, qu’il le purifie avec son Sang Précieux, et le Fils de Dieu a pris le oui d’Adam et Ève, il l’a enveloppé dans son Oui : il l’a présenté au Père.

Le oui d’Adam et Ève après le péché n’a pu être présenté au Père, il fallait qu’il soit dans le oui de Jésus.

Par le oui de Maman Marie, nous avons eu une porte ouverte et cette porte nous a conduits dans le sein même de l’Amour, en le Fils. Lorsqu’on parle de Marie, notre Mère, la Mère de Dieu, la Mère de l’Amour, le Sauveur, le Messie, nous parlons du oui de la terre.

Jésus a prononcé son Oui, après le Oui du Père.

C’est le Père qui a prononcé son premier Oui et le Oui du Fils a pénétré dans le Père et le Père a formé un oui dans l’Amour.

Ce oui, mes enfants, plane sur vous, il est en vous par la puissance du Saint-Esprit.

Lorsque Marie, notre douce Mère, a prononcé son Oui, elle a été formée avant dans le sein même de l’Amour.

Elle a été enveloppée de grâces.

Aucun être humain ne recevra autant de grâces que Marie, aucun!

Avant même sa naissance, Marie a tout reçu de Dieu le Père, Dieu le Fils, Dieu le Saint-Esprit.

Elle ne connaissait pas le Fils, car elle ne savait pas qu’elle était pour être la Mère de Dieu le Fils.

Elle donnait son Oui au Père, il était Dieu.

Elle a supplié d’envoyer Dieu le Fils, le Messie, sur la terre pour sauver tous les enfants de Dieu.

Elle ne pouvait faire cette prière que si elle-même soit dans le oui.

Lorsque l’ange Gabriel est apparu devant elle, elle a sorti ce qui était déjà en elle : un Oui d’amour, un Oui plein de tendresse pour nous, car le Père avait déposé sa tendresse en Marie.

La Mère du Sauveur nous a tous pris dans son Oui et cela se faisait dans la Divine Volonté.

C’est le premier 'oui' sur la terre, avant celui d’Adam et Ève.

Il fallait qu’une femme dans toute sa pureté, dans l’abandon total de sa volonté humaine,

remplace celle qui avait désobéi.

Et cela, nous le savons, mais lorsque le Saint-Esprit nous fait entendre la Volonté du Père : cela réveille en nous de l’amour qui nous fait grandir.

Voyez-vous que chaque action faite par Marie, notre tendre Mère sur la terre, a été des actions pour nous? C’est si grand ce qu’elle a fait!

Elle nous a préparés à ce que nous vivons présentement.

Depuis plusieurs années, Marie apparaît à certains enfants pour nous préparer à ce que nous vivons présentement.

Nous allons vivre dans la Divine Volonté.

Nous apprenons à renoncer à notre volonté humaine pour nous laisser transformer

dans la Divine Volonté, par la Divine Volonté, en la Divine Volonté.

Cela ne peut pas se faire du jour au lendemain! Nous portons en nous tous nos frères et nos sœurs qui, eux, n’entendent pas parler de la Divine Volonté, qui, eux, n’ont pas lu les messages que Dieu veut nous faire connaître par ses messagers; nous les portons.

Voyez-vous l’importance de notre mission à nous? En pleine connaissance de cause, alors que nos premiers parents, nos parents, nos arrières parents et tous ceux qui sont venus avant nous, eux nous portaient sans savoir;

ils l’ont su au moment où Dieu leur a montré tout ce qu’ils ont fait et aussi tout ce qu’ils n’avaient pas fait.

Ils ont aussi vu leurs actions qui ont été contre eux, contre nous;

alors lorsque nous posons une action, elle porte deux facettes : le bien et le mal.

Le mal fait partie de notre vie, le bien aussi fait partie de notre vie : à nous de nous redresser, à nous de dire : "Je ne veux plus faire le mal. Mais Jésus, tu es la Divine Volonté, tu es la Puissance, moi, je suis encore dans ma volonté humaine, je suis encore trop petit, trop faible, alors montre-moi. Viens purifier ce qui n’est pas bon en moi, je n’en veux plus! Guide ma vie, prends ma vie, vis-la." 

Et lorsque vous ferez une action qui sera contre vous et contre vos frères et vos sœurs la Divine Volonté va vous le faire connaître, va vous le faire sentir et va mettre des événements. 

Oh! ça ne sera pas si long que ça, dans la Divine Volonté, tout se fait très vite! Il va mettre des événements pour vous montrer que vous venez de mal vous conduire et Jésus, comme il a déjà purifié nos péchés, nos mauvaises actions, nous montrera combien nous avons à nous abandonner! Il nous enverra vers le prêtre et, croyez-moi, il va le faire souvent.

Il va donner au prêtre une force et le prêtre va recevoir la lumière, mais une lumière de la Divine Volonté.

Il va voir les cœurs s’abandonner en Jésus, comme lui, il s’est abandonné en Jésus, mourir en le Christ-Prêtre.

Comment peut-il ne pas se réjouir, car il a été consacré prêtre pour que nous soyons enfants de la Divine Volonté, enfants de Dieu.

Cette lumière sera en lui, il sera prêtre dans la Divine Volonté, et tout enfant qui portera en lui un péché, dans la Divine Volonté, il sera en face de son action, et, par le prêtre, il obtiendra l’absolution de son péché.

Dieu dans son amour multipliera ses prêtres.

Il ne faut pas demeurer dans votre vanité, car lorsqu’on croit que Dieu pardonne sans que vous, vous faisiez un effort d’humilité : vous venez de pécher par orgueil.

Voyez-vous, Dieu nous connaît, il connaît les moindres petites facettes de nous-mêmes.

Il n’y a que le prêtre qui peut faire ça, mais comme Dieu veut que nous vivions à l’instant présent : purs.

Il agit, il agit par sa miséricorde.

Sa miséricorde est divine, elle pardonne, elle guérit l’âme.

Une âme qui se laisse guérir court vers celui qui l’a guérie pour lui donner ce qu’il a donné.

Si Dieu a pardonné vos péchés dans la Divine Volonté, vous avez reçu des grâces d’amour, vous ne pouvez vous empêcher d’aller vers le prêtre pour redonner toute votre personne à Dieu.

Vous redonnez votre volonté humaine à Dieu, et Dieu dépose en vous des grâces d’amour pour que vous ne soyez pas tentés de tomber encore.

Mais Dieu est amour, il connaît chacun de vous.

Lorsque vous commettez un péché, ça devient pour vous une pesanteur, c’est si lourd que vous ne pouvez pas le supporter : c’est à cause de votre volonté humaine.

La volonté humaine est portée à prendre pour vous ce que Dieu dépose, alors Dieu fait savoir que ce sont des grâces d’humilité, des grâces d’abandon : alors, il faut aller vers le prêtre pour se décharger et on en ressort tout léger.

Cet abandon, il faut le faire, il faut s’abandonner : c’est par les sacrements que cela se fait, ce n’est pas par nous!

Dieu veut qu’on s’abandonne, c’est lui qui fait tout, mais il faut quand même faire un effort pour aller lui donner : c’est notre oui.

Il faut aller à la confesse, il faut passer par les sacrements.

On va vouloir enlever ce sacrement d’amour et on a déjà commencé.

Parce que Satan le sait, il sait que nous, les enfants de la Divine Volonté, avons besoin de cette Source d’amour pour redevenir des enfants de Dieu, devenir des enfants de la Divine Volonté et c’est pourquoi il s’acharne contre les prêtres.

Il ne veut pas que les prêtres soient à notre disposition;

il ne veut pas que nous, nous allions vers eux.

Il a formé des plans et ces plans se concrétisent; vous le voyez, vous autres, parce que vous avez la lumière.

Mais Dieu nous a donné son amour : il nous a donné son Fils pour nous découvrir; nous sommes des êtres faits d’amour, nous sommes des enfants de Dieu et c’est ce qu’il fait, il nous fait découvrir cette puissance qui nous habite; il nous donne des grâces afin que nous puissions nous reconnaître tels que nous sommes, et lorsqu’on se découvre tels que nous sommes, des enfants de Dieu, des enfants d’amour : nous apprenons à prier, à ne pas juger.

Savez-vous  qu’en ce moment les prêtres sont jugés sévèrement par les enfants de la terre?

Ils ont été dans leurs faiblesses humaines.

Certains ont bifurqué, certains ont fait des actes contre nous, mais à eux seuls de se présenter devant ce qu’ils ont fait; ils seront en face de Dieu.

Nous, nous devons les aider, nous devons prier pour eux, nous devons les supporter parce qu’un prêtre qui se présente avec des actes impurs devant Dieu, comme il souffre! Si vous saviez comme il souffre! Certains sont au purgatoire et ils souffrent terriblement parce qu’ils ont tant reçu de Dieu! Il faut les aider, il faut les soutenir.

C’est Satan, le maître de tout ce qui se passe contre les prêtres; c’est Satan qui a mis sur leur route des êtres pour les faire succomber; c’est Satan l’auteur de leurs mauvaises pensées; c’est Satan qui les a fait trébucher.

Vous, combien d’entre vous avez trébuché?

Combien d’entre vous ont été tentés par ce que vous avez entendu, ce que vous avez vu? Aussi, vous avez été tentés de faire le mal avec votre prochain.

Oui, qui d’entre nous n’avons pas parlé contre un tel ou contre un autre? Nous l’avons tous fait, nous l’avons fait même contre nos enfants.

Comme elle est grave cette action!

Combien d’entre nous avons regardé des images impures? Oh! nous n’avons pas voulu cela! Mais lorsque nous avons déposé nos yeux sur ces images, une fraction de seconde, nous avons regardé et nous avons été tentés.

Mais nous sommes revenus en nous, en nous secouant, alors que nous vivons notre vie, entourés de ceux qu’on aime, entourés de gens qui nous connaissent et que nous connaissons.

Mais eux, les prêtres, sont entourés d’enfants, ils ne peuvent pas calculer le nombre d’enfants qui vont vers eux.

Voyez-vous, que leur tentation est si grande parce Dieu leur a tant donné! Mais Satan est là qui guette la moindre faille.

Il ne faut pas les juger, il faut les soutenir.

Nos frères et nos sœurs, avant nous, nous ont soutenus : il faut aussi faire de même avec ceux que nous connaissons autour de nous.

Nous, nous les voyons, nos prêtres; nous, nous entendons parler d’eux, ils sont au présent, alors donnons-nous pour eux afin qu’ils puissent franchir la Grande Purification la tête haute, afin qu’ils puissent être à l’écoute de ce que nous, nous allons leur dire.

N’oubliez pas : qu’importe ce que le prêtre a fait, son sacerdoce passe, car lorsque vous allez vous confesser, ce n’est plus à lui que vous allez dire vos péchés, c’est au Christ, c’est à lui; lui, ce prêtre, se donne des heures de temps assis à écouter vos péchés; sa volonté humaine s’arrête de pécher pour se donner en le Christ : alors, soyez reconnaissants, soyez de bons enfants.

Sachons reconnaître la bonté en eux, même s’ils ne font pas ce que nous, nous aimerions qu’ils fassent, et si son acte qu'il pose est contre nos âmes, dites-vous que Jésus est en Croix en lui, parce que Jésus est en Croix en lui, aimez Jésus en lui, pardonnez, laissez à Dieu ce qui est à Dieu, ces prêtres sont à lui :

ils ont été consacrés par la puissance de la Trinité.

Nous, nous n'avons aucun, mais aucun pouvoir sur les prêtres; alors, ne nous donnons pas un droit qui ne nous appartient pas, car nous allons nous présenter devant Dieu avec ce que nous disons, avec ce que nous pensons et avec ce que nous gardons en nous.

Chassons ces pensées, car ces pensées sont contre nous.

Chassons ce qui veut entrer en nous, car cela va nous faire faiblir, et nous risquons de ne pas nous relever.

Ce que Dieu nous donne, il nous le donne par amour, alors accueillons avec son amour, avec l’amour du Christ.

Sachons étendre nos bras dans un abandon total en disant : "Je te donne tout, je n’en veux pas.

Toi qui as ouvert les bras, cela t’appartient, je n’en veux plus.

Je ne veux plus que ma volonté humaine me fasse souffrir.

Je veux vivre, je veux goûter à ton amour, je veux être tout pour toi."

Soyons ce que Dieu veut que nous soyons.

Laissons cela à Dieu, Dieu veut nous faire entendre ces paroles, et c’est à chaque instant qu’il nous fait grandir à la mesure de ce que nous, nous avons reçu dès notre naissance.

Accueillons et redonnons : c’est un mouvement d’amour.

L’amour ça avance, ça ne recule pas!