Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Plantagenet, Ontario,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus

 

2004-05-29 A.M.

 

Jésus : À chacun de vous, Dieu veut déposer votre présence :

je veux que vous soyez avec moi afin que vous puissiez savourer ma Présence;

la présence de Dieu vous est accordée par votre oui; venez en vous, là où je suis, là où l’Amour veut vous accueillir :

par amour, vous répondez à l’appel de Dieu; je veux chacun de vous; je veux que vous preniez votre vie et que vous veniez la déposer entre mes mains;

entre mes mains, moi, Dieu, j’ai déposé ma Vie et je l’ai donnée à mon Père : je veux prendre votre vie et la présenter à mon Père comme si votre vie était ma Vie.

Chacun de vous, mes enfants, êtes un don d’amour.

Soyez tout petits, venez dans mes mains, là est votre place; je suis Celui qui a offert tout au Père, je veux offrir tout ce que vous êtes à mon Père.

Enfants d’amour, prenez conscience que le Fils a tout fait pour vous; je veux vous donner tout ce que mon Père m’a donné : tout ce qui est à moi est à vous.

L’Amour est venu en ce monde pour vous parce que vous êtes à mon Père et mon Père vous a donnés à moi, son Fils.

Chacun de vous avez été choisi pour être parmi vos frères et vos sœurs.

Lorsque vous vous donnez à moi, moi, je vous prends et je vous fais comprendre que vous êtes aussi parmi vos frères et vos sœurs; vous n’êtes pas seuls entre mes mains, j’ai aussi la vie de tous vos frères et vos sœurs.

Je suis l’Église, vous êtes mes membres et, en tant que membres, vous faites partie d’un tout; par la puissance de Dieu, vous ne faites qu’un en moi.

Lorsque je parle particulièrement en chacun de vous, ma voix produit en vous des grâces, et ces grâces vous font réaliser que vous êtes des enfants de Dieu.

Vous êtes, par moi, filles et fils de mon Père; nous sommes une grande famille : la famille de Dieu.

Bien que vous, vous ayez accepté d’entendre ma voix par cet instrument, d’autres à l’intérieur de vous participent aussi, mes enfants : ils reçoivent aussi des grâces.

Ces grâces, sans qu’eux le réalisent, leur procurent de la joie, leur procurent de la paix, car ils ont à affronter leur vie seuls.

Cette vie qui est en eux, ils la vivent par eux-mêmes sans réaliser que moi, je suis la Vie en eux; ils croient qu’ils sont seuls avec eux-mêmes, sans mes grâces.

Mais, sans mes grâces, ils ne pourraient pas vivre; sans mes grâces, ils ne pourraient pas connaître la joie, l’amour, la paix, l’espérance, la foi en le bonheur; il n’y a que le Fils qui peut leur procurer ces grâces.

Et vous, mes enfants qui êtes en moi, et vous qui avez déposé votre vie entre mes mains, vous avez en vous la vie de vos frères et de vos sœurs.

C’est un mouvement d’amour, c’est la Volonté de mon Père.

Chaque enfant est de Dieu; vous êtes un tout dans la famille de Dieu; vous ne pouvez vivre votre vie sans vous préoccuper de la vie de vos frères et de vos sœurs.

Je me suis donné pour eux et vous, lorsque vous apprenez à m’aimer, vous apprenez à aimer vos frères et vos sœurs.

À chaque instant, vous avancez vers ce que Dieu a préparé pour vous : il veut vous faire avancer vers sa Terre Nouvelle, il veut vous faire avancer vers le bonheur éternel sur la terre.

Enfants d’amour, je suis la Divine Volonté, je suis Celui qui est et, par moi, vous êtes : vous êtes dans un mouvement éternel, car je suis l’Alpha et l’Oméga.

En déposant votre vie entre mes mains, votre vie devient éternelle, car c’est moi qui prends votre vie et la fait mienne;

alors, vous devenez ce que moi je suis : vous devenez à mon image, à l’image même du Fils de Dieu.

C’est par moi que cela se fait et vous, vous en prenez connaissance par moi, par mes grâces, par la Volonté de mon Père.

Oh! enfants d’amour, comme il est doux de se laisser bercer par le mouvement de l’Esprit Saint, comme il est bon de découvrir votre place parmi vos frères et vos sœurs! 

Comprenez que Dieu vous a appris que vous étiez en présence de votre vie et que si vous étiez en présence de votre vie, c’est parce que Dieu vous nourrissait de sa Vie,

et maintenant, vous apprenez que vous faites place parmi vos frères et vos sœurs et qu’eux font place parmi vous.

Vous avancez dans la vie avec la vie de vos frères et vos sœurs,

vous ne faites qu’un avec la Vie en Dieu.

Amours, amours, prenez cette nourriture et savourez-la, elle est pour vous une source de joie, car "il n’y a pas de plus grand bonheur que de donner sa vie pour ceux qu’on aime".

Vous apprenez à donner votre vie pour ceux qui sont autour de vous; vous apprenez à savourer ce que Dieu dépose en vous à chaque instant : la Vie.

Il est Dieu et vous, vous êtes enfants de Dieu, et la Vie est Dieu et vous, vous êtes en la Vie de Dieu : là est votre place parmi les enfants de Dieu.

Mes enfants, il y a autour de vous des mouvements qui se font, ces mouvements sont invisibles; ils ne peuvent être perçus par vous dans votre volonté humaine;

mais moi, la Divine Volonté, je fais vivre ces mouvements et je les rends agissants parce que vous avez consenti à me donner votre vie, et votre vie devient pour vous des actes d’amour : une œuvre;

une œuvre que vous allez présenter à Dieu et Dieu vous fera voir votre récompense de lui avoir donné tout de vous.

L’éternité est un mouvement d’amour qui ne cesse de donner, qui ne cesse de produire l’amour et l’amour donne : il est ce mouvement.

Lorsque vous donnez votre vie, vous devenez amour, vous êtes amour par Dieu et vous êtes éternels.

Je suis l’Amour et vous, mes enfants, mes tout petits enfants, vous êtes à l’école de l’amour, vous apprenez à écouter le Maître de l’amour.

Vous avancez tranquillement, là, vers le Royaume de mon Père où tout n’est qu’amour, où tout n’est que joie.

Vous allez goûter à ce que Dieu veut pour vous; vous allez savourer chaque mouvement parce que Dieu va vous faire comprendre que vous êtes mouvement d’amour.

Lorsqu’on apprend à renoncer à sa volonté humaine, on apprend à entrer dans la Divine Volonté, dans la Volonté de Dieu, non pas en dehors de vos actions, mais à l’intérieur de vos actions qui deviennent mes actions.

Voyez-vous, vous apprenez à savourer ce que vous faites, à savourer ce que vous regardez, à savourer ce que vous entendez : vous entrez en vous et vous apprenez à vivre.

Lorsqu’on apprend à vivre, on apprend à connaître ce que Dieu a fait pour chacun de vous; c’est la vie : c’est un mouvement.

Vous n’avez pas à vous inquiéter de ce qui s’est déjà passé, vous n’avez pas à vous soucier de ce qui va se passer :

vous apprenez à vivre dans vos mouvements, à l’intérieur de vos mouvements, au présent parce que Jésus est le Mouvement.

Et c’est moi, le Verbe, qui vous prends et qui vous fais vivre, en vous, dans ce que vous êtes : une simple action devient pour vous une action éternelle.

Cette action va vous procurer de la joie éternellement!

Comprenez, mes enfants, que lorsque vous regardez une fleur, cette fleur devient pour vous un gage d’amour pour Dieu, et un gage d’amour de vous à ce que vous êtes : cette fleur devient une joie pour vous, vous devenez associés avec ce qu’elle représente.

Votre regard, qui s’ouvre à la beauté de Dieu, vient de saisir l’amour de Dieu; il vient de comprendre que Dieu a créé cette fleur pour vous plaire et vous, vous venez de comprendre que lorsque vous regardez cette fleur, vous appréciez ce que Dieu a fait pour vous : Dieu vient de recevoir de vous un mouvement d’amour.

Dieu vous a donné ce mouvement d’amour qui est la fleur, il l’a fait avant même votre naissance, car il a tout créé : tout ce qu’il y a sur la terre.

Tout son contenu, il l’a fait pour vous, pour vous montrer qu’il vous aimait et vous, lorsque vous regardez la création de Dieu, vous démontrez à Dieu que vous appréciez ce qu’il a fait pour vous.

Voyez-vous, vous venez de faire un mouvement qui est associé à la création avant même que vous soyez en ce monde :

voilà la Divine Volonté, vous pénétrez dans le mouvement de Dieu et vous ne faites qu’un avec le mouvement de la création.

Tout cela vous fait découvrir que vous êtes amour pour Dieu et que vous reconnaissez que Dieu est amour; vous rendez à Dieu ce qui vient de lui : vous êtes enfants de Dieu.

Dieu se complaît en vous et vous, vous vous complaisez dans l’amour de Dieu pour vous, vous ne faites qu’un avec les mouvements de Dieu.

Je suis la Parole, la Parole est vivante, la Parole vous instruit pour que vous appreniez qui vous êtes.

Vous êtes un mouvement d’amour, vous êtes enfants d’amour; vous êtes venus sur la terre parce que vous êtes des choisis.

Apprenez à aimer tout ce qu’il y a autour de vous, apprenez à ouvrir vos yeux et à entrer dans ce mouvement d’amour pour ne faire qu’un avec l’amour de Dieu.

Les joies que vous allez découvrir vous nourriront de votre intérieur; ces joies sortiront de vous pour que les autres voient aussi votre joie, et cette joie deviendra aussi contagieuse.

Combien d’entre vous avez voulu donner de la joie à ceux que vous aimiez? Combien d’entre vous avez sorti de vous des sourires, des paroles douces, des paroles qui font plaisir?

Combien d'entre vous avez posé un geste avec la caresse de votre main? Combien d'entre vous avez marché d'un pas alerte pour montrer que vous étiez remplis de joie?

Vous frères et vos sœurs vous ont regardés, ils ont vu votre volonté de vouloir leur faire plaisir, mais combien n’ont pu apprécier ce que vous faisiez pour eux parce que c’était votre volonté qui le faisait, et qu’eux le recevaient par leur volonté aussi?

Dieu veut vous faire vivre dans la Divine Volonté

afin que tout ce qui sort de vous sorte de la Divine Volonté.

Ainsi, lorsque les autres vous regarderont, tous vos gestes seront accompagnés de grâces, et sans qu’eux voient le mouvement de l’Amour, ils recevront des grâces afin qu’eux aussi se laissent prendre par le mouvement de Dieu.

Voyez-vous, vous ne pouvez pas par vous-mêmes faire ces mouvements, car ces mouvements appartiennent à Dieu, ils sont de la Divine Volonté.

J’ai donné à Adam et Ève tout ce qu’il fallait pour être heureux; j’ai donné à Adam et Ève le bonheur, la joie; ils devaient sortir d’eux le bonheur, la joie aux enfants qu’ils devaient mettre au monde;

mais parce qu’ils ont désobéi, ils ont choisi leur volonté humaine, et tout le bonheur qu’ils voulaient donner, toutes les joies qu’ils voulaient donner ne portaient pas le mouvement de la Divine Volonté, et les enfants n’ont pu recevoir les grâces que la Divine Volonté voulait les nourrir.

Je veux donner à mes enfants ce que Dieu, mon Père, a toujours voulu pour eux : des mouvements entourés de la Divine Volonté, faits par la Divine Volonté, qui sont des grâces afin que tout soit en harmonie d’amour.

Je veux faire de vous des mouvements d’amour; je veux faire de vous des êtres d’amour pour ceux qui vous regardent, pour ceux qui vous entendent, pour ceux qui veulent percevoir votre mouvement d’amour.

Tout cela ne peut se faire par votre volonté humaine mais que par votre consentement à déposer votre vie entre mes mains, et moi, je vais faire vos mouvements.

Vous allez vivre, mes enfants, vous allez vivre dans ce que vous êtes en ce moment,

mais dans la Divine Volonté.

Vous avez reçu des dons d’amour, ces dons d’amour sont en vous mais, à cause de votre volonté humaine, ces dons d’amour n’ont pas sorti de vous comme ils auraient dû sortir : ils ont été gauches, ils ont été égoïstes, ils ont été calculés.

Parce que lorsque, mes enfants, vous faites la cuisine, c’est un don qui vient de l’Esprit Saint, vous ne pouvez pas par vous-mêmes faire la cuisine!

Comment, vous qui êtes des enfants nuls sans l’amour de Dieu, pouvez-vous faire la cuisine?

Non, il n’y avait que le don du Saint-Esprit qui pouvait faire de vous des êtres intelligents sachant faire la cuisine.

Mais parce que vous avez fait cela avec votre volonté humaine, vous n’avez pu créer que ce que vous pouviez faire avec ce que vous étiez : des êtres imparfaits, des êtres calculateurs, des êtres égoïstes, des êtres envieux, coléreux, paresseux.

Oh! enfants d’amour, ne vous jugez pas comme étant des enfants ne connaissant pas la Volonté de Dieu.

Vous savez que Dieu veut vous faire connaître vos faiblesses afin que vous vous découvriez tels comme vous êtes : des enfants d’amour, des enfants parfaits.

Qui, en ce moment, peut dire à son prochain : "Je suis parfait?" Voyez-vous, vous ne pouvez le dire parce que vous savez que vous êtes nuls en tant qu’enfants parfaits.

Voilà pourquoi je veux vous faire découvrir ce que vous êtes; je veux vous faire découvrir ce que vos frères et vos sœurs sont parce que je veux que vous me donniez leur vie afin qu’eux aussi soient parfaits comme vous, je veux que vous soyez parfaits.

Pour cela, il faut accepter les paroles de Dieu,

il faut accepter que Dieu vous fasse découvrir votre intérieur caché.

Qui peut dire qu’il se connaît? Car vous portez aussi vos frères et vos sœurs, vous portez ce qui a été dans votre vie et dans la vie de vos frères et de vos sœurs depuis Adam et Ève.

Voyez-vous, mes amours, chaque mouvement qui s’est fait a été en votre vie; chaque mouvement, depuis la Création, est présent en vous.

Autour de vous, vous ne faites qu’un tout avec les mouvements, car vous êtes vous-mêmes mouvement.

La vie n’est-elle pas un mouvement? La vie respire, la vie regarde, entend, agit, pense, la vie produit des émotions : vous êtes mouvement.

Et moi, Dieu, je veux vous faire découvrir tout mouvement en vous afin que vous puissiez vous reconnaître, découvrir ce qui est en vous car je vous veux parfaits.

Et lorsqu’on veut devenir parfait, il faut connaître ce qui n’est pas parfait afin de le donner à Dieu, car moi, j’ai tout pris, j’ai pris tout ce qui était imparfait et je l’ai amené à la mort.

Enfants d’amour, laissez Dieu vous prendre par son mouvement d’amour; je ne viens pas pour vous montrer vos imperfections afin que vous soyez dans la déprime,

je viens vous dire : «Que je t’aime, que je te veux amour, tout petit dans ce que tu es afin que moi je puisse te changer.

Oui, toi qui es avec moi, il ne faut pas regarder ton intérieur avec ta volonté humaine qui est souffrante,

je veux que tu te regardes comme un tout petit enfant pris par la Volonté de l’Amour.

Comme Jésus dans les bras de Marie, tout petit je veux que tu sois : ainsi, comme moi.

Là, tu apprendras à découvrir que Dieu le Père t’aime comme tu es, et Dieu le Père t’a donné son Fils comme modèle afin que tu deviennes comme lui : tout petit.

Ainsi, tu n’auras pas à avoir honte de ce que tu as été dans ta volonté humaine parce que tu vas réaliser que Dieu t’a créé pour vivre dans la Divine Volonté, là est ta place.

Regarde, maintenant, tu peux percevoir ta vie avec les yeux de Dieu; tu peux comprendre la vie avec le Cœur de Dieu parce que ton cœur devient amour, il devient semblable à mon Cœur.

Mon Cœur s’est ouvert par amour pour toi, parce que je t’aime et je veux que ton cœur s’ouvre à l’appel de Dieu pour laisser pénétrer en ton cœur, mes "je t’aime"; 

ainsi, lorsque tu regarderas tes défauts, tu me les donneras sans honte, tu sauras que je t’aime parce que tu es toi et que j’ai tout fait pour que tu puisses redevenir le tout petit enfant que tu es : enfant de la Divine Volonté.

Je t’aime, tu sais, parce que tu es toi; tu es à moi, tu n’appartiens plus à ta volonté humaine.

Tu apprends tranquillement à te donner à la Divine Volonté, même si tu vas connaître encore des moments où ta volonté humaine va prendre les dessus.

Au plus profond de toi, ton cœur saura que tu es enfant de la Divine Volonté parce que tu as laissé pénétrer mes paroles en toi : mes "je t’aime",

et ça tu ne pourras l’oublier, car dans les moments où tu te retrouveras seul avec moi, tu te souviendras de moi, de mes mots d’amour, de mes "je t’aime".

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Par Dieu, en Dieu, Dieu veut nous donner des grâces d’amour.

Par Dieu, en Dieu, Dieu veut faire pleuvoir sur nous sa Divine Volonté par ses mouvements d’amour. Amen.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Dieu nous fait avancer; il nous fait avancer dans sa Divine Volonté.

Nous sommes sur un chemin, un chemin qui a été préparé pour chacun de nous : Dieu est le chemin.

Lorsque Dieu nous a fait entendre ces paroles, il a pris soin de déposer en nous des grâces de lumière afin qu’on puisse comprendre ce qu’il veut nous dire.

À cause de notre volonté humaine, nous ne pourrions pas saisir cet amour, cet amour qui se dévoile à nous.

Il n’y a que Dieu qui peut nous faire comprendre la Volonté de son Père, parce que le Fils a tout pris en chacun de nous. il l’a présenté à son Père.

Comment il a fait ce mouvement d’amour? C’est lorsqu’il est venu sur la terre.

Il a pris tout mouvement et il a fait ces mouvements comme si c’était ses propres mouvements à lui.

Et comme il nous connaît mieux qu’on se connaît, c’est avec des mots simples qu’il nous parle,

des mots connus de nous.

Il veut nous faire comprendre ce que nous avons fait, ce que nos parents ont fait, ce que nos grands-parents ont fait, et ça va beaucoup plus loin.

Il veut nous faire comprendre même les mouvements de nos premiers parents : Adam et Ève, pour nous parce qu’il nous aime, parce qu’il veut nous faire entrer dans un lieu d’amour : il l’appelle la Terre Nouvelle.

La Terre Nouvelle, c’est l’endroit où en ce moment nous sommes mais, à cause de notre volonté humaine, nous ne pouvons pas apprécier ce que Dieu a créé pour nous.

Lorsqu’on regarde à l’extérieur de nous, tout ce qu’on peut percevoir, c’est ce que notre volonté humaine peut nous faire voir, pas plus!

Lorsqu’on s’est levé ce matin, la plupart d’entre nous, on s’est levé au son d’une musique, d’autres se sont levés avant : on s’est préparé pour la journée.

Mais ce qu’il y avait de plus beau dans ce mouvement d’amour, nous ne l’avons pas compris : c’est que Dieu nous appelait, Dieu nous appelait à venir à lui.

Il nous a donné un repos selon ce qu’on était capable d’accepter : lorsque nous avons dormi cette nuit, nous avons dormi avec notre volonté humaine;

il y en a qui ont pensé; il y en a qui ont essayé de ne pas penser; il y en a qui ont tombé dans un sommeil et ils ont rêvé, ils ont vu des images; il y en a qui ont été incapables de dormir comme ils auraient voulu à cause des sons : mais, voyez-vous, ce sommeil a été ce que notre volonté est.

Dieu veut plus que cela pour nous; il veut nous prendre dans son mouvement pour que lorsque nous allons dormir, ce soit un repos qui vienne de sa Volonté Divine;

mais nous ne sommes pas rendus à ce niveau, nous devons avancer encore avec notre volonté humaine et accepter notre repos qui n’est pas toujours à la hauteur de ce qu’on voudrait qu’il soit.

Mais Dieu nous a nourris de ses grâces toute la nuit; Dieu est venu à nous pour nous dire qu’il nous aimait : ça, nous ne l’avons pas entendu! 

Dieu est venu nous envelopper de sa tendresse, de la tendresse du Père pour nous dire : «Ne t’inquiète pas malgré ton manque de sommeil, malgré ton inconfort, moi, je prends soin de toi, je te donne des grâces afin de nourrir ta vie qui a besoin de mes grâces»: tout ça, nous, on ne l’a pas senti, on ne l’a pas perçu, mais Dieu était présent;

toute la nuit, Dieu était présent, et on s’est levé ce matin, on n’a pas remercié Dieu pour sa présence, cette nuit, et pourtant, il était là!

Réalisez-vous que nous ne pourrions vivre un seul instant sans Dieu?

Si Dieu se détachait de nous, notre vie serait légume; si Dieu se détachait de nous, notre corps ne vivrait pas dans cette vie temporelle.

Dieu est la vie, il nous fait avancer dans notre volonté humaine avec ses grâces : ça, il faut le réaliser.

C’est ce qu’il veut faire pour chacun de nous, il veut le faire tranquillement afin qu’on puisse assimiler ces mouvements d’amour,

car si on apprendrait tout ce qu’il fait pour nous, nous mourrions de joie, on ne pourrait pas supporter tout ça; c’est lentement qu’il nous le fait comprendre, tout doucement.

Aujourd’hui est un jour de joie, est un jour rempli de grâces; il nous fait comprendre la Volonté du Père, il nous fait regarder avec ses yeux, son amour.

Oh! on ne peut pas voir l’amour de Dieu avec nos yeux à nous, mais notre âme, elle, oui : elle, elle le voit!

Et quelquefois, si  Dieu le Père le veut, on peut percevoir des mouvements d’amour; ces mouvements sont comme devant nous invisibles, mais nos yeux les voient :

on voit quelque chose, comme Dieu qui nous regarde et qui nous sourit; certains peuvent le percevoir parce que Dieu est en train de nous faire entrer dans la Divine Volonté : ça, c’est chacun pour nous.

Chacun avons des mots, des "je t’aime" à l’intérieur de nous; certains commencent à les entendre, ils peuvent même les répéter à leurs frères et à leurs sœurs qui, eux, voudraient bien les entendre.

Mais si l’autre ne les entend pas, c’est parce que Dieu est en train de faire des mouvements en lui afin de développer ce qui est encore à l'étape : tout petit.

Dieu nous fait grandir dans son amour.

Pour nous faire grandir dans son amour, il nous apprend à devenir tout petits dans la volonté humaine, jusqu’au moment où nous allons complètement disparaître, ne plus être, mais vivre dans la Divine Volonté.

Ce n’est pas nous qui pouvons faire ce mouvement d’amour, c’est Dieu; ce n’est pas à nous de comprendre tout ce que Dieu veut faire pour nous, il faut laisser ça à Dieu.

C’est à chaque instant qu’il faut vivre notre vie, c’est à chaque instant qu’il faut dire oui à Dieu.

Si on commence à vouloir comprendre, on laisse passer notre volonté humaine avant; alors Dieu nous donne des grâces pour qu’on puisse abandonner notre volonté humaine.

Lorsqu’on a compris ça, notre volonté humaine devient inconditionnelle.

Il dit que ce n’est pas un obstacle, il dit que lorsqu’on renonce à comprendre, on laisse la Divine Volonté nous développer.

Mais si, à cause de notre volonté humaine, on cherche à comprendre, c’est comme si on arrêtait la Divine Volonté de nous faire enfants de la Divine Volonté,

parce que c’est notre volonté humaine qui se met à travers, et Dieu nous donne des grâces pour qu’on puisse enlever cette volonté humaine-là;

mais, en attendant, notre Divine Volonté est en arrêt face à notre développement.

C’est la même chose lorsqu’on s’en fait pour nos enfants, lorsqu’on se soucie pour un travail, lorsqu’on pense à une maladie ou lorsqu'on se préoccupe de la rénovation de notre maison :

lorsque nous faisons ces mouvements-là, ce sont des mouvements faits avec notre volonté humaine : alors, nous produisons un blocage.

La Divine Volonté veut nous donner des grâces pour protéger nos enfants, nourrir nos enfants.

Il veut nous donner des grâces pour pouvoir nous faire comprendre que ;

         là où nous sommes, c’est l’endroit où Dieu veut;

         là où nous sommes, nous devons faire ce que nous devons accomplir pour pouvoir donner à Dieu de l’amour;

         là où nous sommes, nous devons accepter cette maladie, afin de recevoir les grâces de Dieu.

Mais lorsqu’on bloque avec notre volonté humaine, les grâces ne passent pas; alors Dieu nous donne des grâces pour enlever ce mur :

les grâces qui nous étaient dues par la Divine Volonté, nous les avons nous-mêmes bloquées avec notre volonté humaine.

Nous ne faisons pas confiance en la Divine Volonté : notre volonté humaine est dans ses soucis, alors Dieu nous aime tellement qu’il nous donne des grâces pour qu’on cesse de se soucier.

En attendant, elle, la Divine Volonté est en "stand by"; Dieu veut nous faire comprendre avec nos propres mots ce qu’il attend de nous.

Jésus l’a tellement dit dans l’Évangile : «Ayez confiance»; nous, on n’a pas confiance.

Lorsqu’on s’inquiète, ce n’est pas de la confiance; alors Dieu veut nous montrer comment nous abandonner dans la Divine Volonté, tout lui remettre : l’abandon; c’est à ce moment-là que nous recevons l’abandon.

Lorsque j’ai commencé, je ne connaissais pas ce qu’était l’abandon; d’ailleurs, j’en n’avais jamais entendu parler.

Comment est-ce que je pouvais m’abandonner? Comment est-ce que je pouvais entrer dans la Divine Volonté? Je ne savais pas comment on faisait ça.

Marie est venue à moi, elle m’a fait sentir sa présence par des odeurs de roses; elle m’a montré qu’elle était présente et, tranquillement, elle me demandait l’obéissance.

Comment cela s’est fait?  Il y avait des personnes qui étaient dans le Renouveau Charismatique;

elles répétaient des mots qui venaient en elles, ces mots étaient nourris par l’Esprit Saint : c’est le Saint-Esprit qui les enveloppait et elles entendaient des mots de la Divine Volonté.

Sans s’en rendre compte, ces enfants recevaient des mots de la Divine Volonté; c’est le Saint-Esprit qui faisait ce mouvement d’amour : les mouvements de la Divine Volonté.

Et lorsqu’ils sont venus à moi, en premier, c’est un monsieur qui s’appelle Roger; il disait qu’il fallait que j’obéisse : abandonner mes enfants, et c’était toujours ainsi : l’abandon.

Maman Marie demande de l’abandon.

Alors, je répétais des "oui": "Je te les donne" et, un autre mois, elle recommençait et avec d’autres personnes aussi.

Elle s’appelle Francine je crois, et elle disait : «J’entends à l’intérieur de moi, c’est très fort : il faut que tu abandonnes tes enfants.» Encore une fois, c’était tout le temps des oui.

Lorsqu’on donne des oui, on devient obéissant à la demande de Dieu : c’est l’obéissance, l’abandon; c’est un mouvement d’obéissance à Dieu.

Jésus, lorsqu’il est venu sur la terre, il a tout fait ce que son Père attendait de lui; à l’agonie, il a dit : «Pas ma volonté, Père, ta Volonté» : c’était l’obéissance.

Il a été jusqu’à la mort par obéissance à son Père, par amour pour son Père; c’est ce qu’il attend de nous.

Des oui, c’est obéir à Dieu, faire ce qu’il nous demande et là, Dieu va tout faire pour nous.

Lorsque Jésus a obéi à son Père, Dieu l’a nourri de son amour, il lui a donné tout ce qu’il lui fallait pour donner sa Vie :

nous étions dans ce mouvement d’amour; alors, nous aussi, nous avons tout reçu pour donner nos oui : être obéissants à Dieu le Père.

Mais pour avoir tout ce que Dieu veut nous donner, il faut obéir; si on passe notre volonté humaine, nous faisons ce que Adam a fait.

Adam a voulu par lui-même connaître ce qui était bien et aussi ne pas faire ce qui était mal mais, à cause de sa faiblesse, à cause de sa volonté humaine, Adam a souffert.

C’est notre vie à nous, ça; ce sont nos souffrances, ce sont nos erreurs.

Lorsque nous nous servons de notre volonté humaine, nous faisons la même chose qu’Adam : nous nous mettons en danger de souffrir.

Et, avec le temps, d’âge en âge, la volonté humaine est devenue si imparfaite que nous faisons souffrir non seulement nous, mais nos frères et de nos sœurs;

en plus de leurs souffrances, eux ils ont les nôtres; comme nous, en plus de nos souffrances, nous subissons les souffrances de nos frères et de nos sœurs.

Parce qu’Adam et Ève étaient comme un fruit qui venait de l’Arbre de la Vie sans qu’il y ait une imperfection :

Adam et Ève étaient le mouvement de l’Amour lui-même, ils étaient un fruit qui venait d'un mouvement d'amour pur.

Alors, eux, leur seul péché était la désobéissance à Dieu, mais nous, nous sommes éloignés de la perfection, du mouvement de la perfection,

car Adam et Ève ont mis des enfants au monde et eux ont mis des enfants au monde et d’autres sont venus au monde;

mais chaque enfant portait sa propre volonté humaine, chaque enfant portait ses propres souffrances et ces souffrances-là ont été données à d’autres.

Nous devons faire, chacun de nous, ce que Dieu nous demande avec une harmonie d’amour,

en devenant pour nos frères et nos sœurs des êtres d’amour.

Lorsqu’on apprend à renoncer à notre volonté humaine, on apprend à découvrir ce que Dieu attend, pas seulement pour nous, mais pour nos frères et nos sœurs :

voilà pourquoi nous devons faire des renoncements.

Faire des renoncements, c’est dire : "Oui, Seigneur, tu sais ce qui es bon pour moi".

Mais, si on continue, sans que nous on le veuille, à faire des mouvements avec notre volonté humaine, ne nous déprimons pas;

laissons à Dieu ces mouvements et soyons sûrs que Dieu nous remplit de ses grâces afin que nous puissions avancer lentement dans la Divine Volonté.

Il ne sera pas facile pour nous de renoncer à notre volonté humaine, mais nous savons maintenant que Dieu nous donne des grâces pour faire tomber ce mur.

Dieu va prendre soin de nous selon ce que nous sommes.

C’est lentement que cela va se faire, ne nous posons pas des obstacles en y mettant des idées comme : "Je ne suis pas capable. Oh! c’est difficile! Est-ce que vraiment je suis abandonné?"

Laissez ça à Dieu; faites ce que Dieu vous demande : être dans l’abandon, c’est-à-dire : comme un tout petit enfant.

Il y aura cet après-midi un enseignement d’amour de Dieu.

Ce qu’il va dire à ce moment ne nous appartient pas, il appartient à Dieu le Père.

Ce n’est pas à nous d’essayer de comprendre les agirs de Dieu, il faut tout laisser à Dieu le Père; lui, il sait ce que nous aurons besoin cet après-midi.

En ce moment même, il est en train de préparer nos cœurs à l’adoration.

Nous allons vivre en présence de Jésus, en présence du Corps et du Sang du Fils de Dieu.

Nous allons être devant lui et lui va nous regarder;

il sortira de lui des rayons d’amour qui nous envelopperont, ils seront pour nous des mouvements d’amour qui nous feront entrer dans sa Divine Volonté.

Soyons tout petits devant la Présence même de Jésus qui est voulue de Dieu le Père.

Dieu veut que chacun de nous recevions des grâces pour être en présence même du Fils de Dieu.

Je vous remercie de votre attention.

Je vous remercie d’être là avec moi.

Je vous remercie d’être pour moi ce que je veux moi être pour vous : frères et sœurs.

Merci.