Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Plantagenet, Ontario,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus.

 

2004-06-12 - Soir

 

Dieu le Père : Chacun de vous êtes les choisis de Dieu le Père, chacun de vous doit se laisser prendre par le mouvement de la Divine Volonté.

Lorsque vous chantez, mes enfants, je dépose en vous des grâces, des grâces d’amour, afin que tout votre intérieur chante la joie de Dieu, afin que vous soyez tous unis les uns (aux) autres pour ne faire qu’un dans le Cœur même de l’Amour.

Lorsque vous vous regardez, lorsque vos yeux rencontrent les yeux de chacun d’entre vous, Dieu dépose dans votre regard des étincelles afin que vous puissiez découvrir la lumière en l’autre.

Il n’y a que l’Amour qui peut faire ces mouvements en vous lorsque vous vous donnez, lorsque vous vous abandonnez dans la Volonté de Dieu le Père.

J’ai tant donné à ce monde.

J’ai tant donné à chacun d’entre vous afin que vous puissiez reconnaître votre vie en ce temps; autant qu’il a des enfants qui rejettent la présence de Dieu, autant qu’il y a des enfants qui ont soif de Dieu, qui veulent connaître Dieu, qui veulent savourer sa Présence; tout cela, c’est parce que je vous nourris de mes grâces d’amour : les grâces que je vous donne quotidiennement.

Lorsque vous priez le ‘Notre Père’, lorsque vous me demandez des grâces quotidiennes, je vous donne; j’ouvre une source d’amour à l’intérieur de vous et je laisse couler mes grâces afin de vous démontrer combien moi je vous aime.

Ô enfants d’amour, comme il est bon de vous parler ainsi.

Combien d’années j’ai passé à côté de vous, vous regardant et vous demandant : «M’aimes-tu? Es-tu prêt à me donner ta vie, moi qui suis ton Créateur, moi qui suis ton Père? Je veux tout te donner, alors regarde-moi, regarde ce que j’ai fait pour toi; regarde ce ciel, regarde ce soleil, regarde la lune, les étoiles, tout te parle de moi : ce sont des ‘je t’aime’, ce sont des mots d’amour.

J’écris dans le ciel pour toi et dans ce ciel, il y a l’Amour qui te dit ‘je t’aime’; c’est un langage d’amour que je veux que tu découvres; je veux que tu te découvres dans ce ciel, je veux que tu saches que tout ce que j’ai créé, tu en fais partie.

Tout mouvement a été pour toi afin que tu puisses découvrir combien Dieu a fait de belles choses pour toi, parce que tu es beau.

Ne sais-tu pas que je t’ai fait à l’image de Dieu? Ne sais-tu pas que tu as la beauté en ton intérieur? Je vais te montrer à qui tu ressembles, je vais te montrer combien Dieu a fait un chef-d’œuvre avec toi-même.

Ne regarde pas les défaites de ta vie, cela n’est pas toi, cela ce sont tes défauts; mais toi, toi qui es ma créature, c’est avec mon amour que je t’ai créé.

Toi, tu es parfait, mais à cause de tout ce que tu as fait, tu ne peux pas te regarder avec la beauté de tes yeux, c’est comme si tu avais mis un voile devant toi et cela t’empêche de voir ce que tu es vraiment; laisse-toi découvrir par Dieu, laisse-toi aimer par Dieu; Dieu n’est qu’amour, et toi aussi tu n’es qu’amour, je n’ai pas fait d’erreur.

Apprends à aimer, apprends à aimer comme moi je t’aime; apprends à découvrir, avec mes grâces, ma création pour toi; ce que tu vas découvrir bientôt va te rendre heureux : seulement par ton regard, tu seras comblé.

Combien plus, lorsque ton cœur sera ouvert à la beauté de Dieu, tu seras heureux; et combien plus, lorsque tu entendras ce que j’ai fait pour toi, tu seras heureux; et combien plus, lorsque tu verras ce que tu peux faire avec tous tes membres, tu seras heureux; tout de toi répondra à l’appel : à l’appel de l’Amour, à mon appel.

Je ne cesserai pas de te parler d’amour, tant que tu n’auras pas rendu à Dieu ce qui est à Dieu : toi, toi en être d’amour, toi en être parfait d’amour.

Je t’ai donné mon Fils, alors, à cause que je t’ai donné mon Fils, ce mouvement parle par lui-même; il est vie et tu entends ma Parole, et ma Parole n’est qu’amour; elle veut te parler afin que tu ne puisses pas être dans l’oubli de ce que tu es vraiment.

Lorsque tu entends des mots de ‘je t’aime’, lorsque tu entends des mots : ‘Donne-moi ta vie, laisse Dieu t’aimer, laisse Dieu te transformer’, toi, tu écoutes et tu entres en toi ces paroles; tu te nourris de cela, et cela devient pour toi quotidien jusqu’au moment où tu ne pourras plus te passer de mes mots de “je t’aime;” ce sera comme une nourriture si importante que tu te priveras de cette nourriture terrestre pour entendre un ‘je t’aime’.

Cela est de moi ton Dieu, cela est de moi ton Père, parce que je te veux, parce que je te connais; je connais qui tu es à l’intérieur de toi : tu es si ignorant de l’amour, de l’amour que je te porte.

Un seul instant qui te laisserait voir tout mon amour suffirait à te rendre heureux pour l’éternité et à chaque jour, dans l’éternité, tu ne cesserais de me dire des mots de ‘je t’aime’ tant que cela te comblerait de bonheur.

Peux-tu penser un seul instant comment nous allons vivre, toi et moi ensemble, dans mon Royaume? Pour toi cela est inimaginable; tu ne peux seulement qu’y penser, mais tu ne peux le vivre, car dans l’état où tu es, tu ne pourrais résister à ce que tu ressentirais.

Mais moi je veux te préparer, je veux te préparer à voir le Fils de Dieu, mon Enfant, Celui qui a tout pris de toi et qui l’a purifié : tout, tout ce que tu es; et lorsque tu verras l’amour de Dieu, parce que tu le verras, car tu verras mon Fils, tout ton être sera dans la joie.

Je veux te préparer tranquillement à ce que tu vas ressentir, à ce que tu vas voir : laisse ces mots couler en toi, ce sont des grâces que tu reçois présentement, ce sont des grâces qui rouvrent ton intérieur à accueillir la puissance de Dieu que tu verras bientôt; ces grâces sont très importantes pour toi, elles te préparent à ce que tu vas vivre.

Par la puissance du Saint-Esprit, tu vas entrer en toi et tu vas vivre ces moments, ces moments uniques dans la création : il est pour toi, cet instant.

D’autres instants viendront comme celui que tu vis présentement qui vont te préparer à avancer vers ta transformation : tu participeras à la Gloire de mon Fils, tu pénétreras dans la Gloire, tu y goûteras.

C’est par les grâces de la Trinité que cela se produira en toi; laisse à Dieu ce qui est à Dieu, et laisse couler ces paroles en toi : ce sont des paroles de vie.

En ce moment, tu es avec moi et tu oublies l’extérieur; tu oublies que tu vis dans un monde de froideur, d’indifférence, parce que Dieu te démontre que ta place est avec moi, en mon Fils, en la présence du Saint-Esprit : là est l’importance du présent.

C’est maintenant que tu savoures ces moments : tu es en la Présence même de Dieu et tu te laisses plonger dans les grâces de Dieu; cela va te faire avancer, cela va te faire découvrir ton intérieur, cela va te faire comprendre mes desseins d’amour.

Pour comprendre mes desseins d’amour, il faut que tu sois plongé dans mes grâces, et ces grâces tu ne peux pas ne pas les savourer, car c’est moi ton Père, ton Dieu qui te les donne.

Tu es avec moi, seulement toi et moi; tu vois, tu as entendu parler d’amour et pourtant, tu es calme avec toi-même, tu n’as pas besoin de courir, tu n’as pas besoin de penser à ce que tu vas porter, tu n’as pas besoin de savoir si demain tu auras du travail à faire, tu n’as pas besoin de penser aux repas que tu vas faire, non, ce qui compte, c’est ta présence avec moi.

Comment, toi qui toute ta vie as couru après quelque chose qui pourrait t’apporter un bien-être en toi, peux-tu demeurer là tranquillement en ma Présence? C’est parce que c’est moi qui te nourris de mes grâces.

Toutes ces paroles, elles viennent de ton intérieur; tu es unique pour moi; toutes ces paroles sont pour toi, tout seul, car c’est dans une intimité totale que nous sommes, toi et moi, ensemble; ce que tu ressens, l’autre à côté ne peut le ressentir parce qu’il vit de paroles d’amour et c’est unique pour toi; tout comme l’autre à côté de toi, c’est unique pour lui.

Dieu a créé tout ce que tu vois autour de toi pour toi seul, car tu es en relation avec ma création parce que tu es ma créature; tous ces mots, en ce moment, que tu entends nourrissent ton âme, nourrissent aussi ton corps.

N’oublie pas que je suis la Puissance; n’oublie pas que j’ai tout pouvoir sur ton corps : je peux le reposer, je peux lui donner de la force, je peux prendre tes membres et leur donner de la douceur, je peux te rendre calme par ma voix, et tout ton être va en ressentir les effets parce que c’est moi le Créateur. 

Je suis la puissance de Dieu, j’enveloppe tout ton corps en ce moment d’un rayon de lumière; ne sors pas de ce rayon, reste en toi; tu es lumineux parce que Dieu le veut ainsi : tout ton être est dans cette lumière, la lumière qui vient de ma puissance.

Je suis la Lumière, je t’entoure maintenant de mon amour : mon amour fait une enveloppe autour de toi, il t’habille et, à l’intérieur de toi, il y a une chaleur, et cette chaleur est pour toi un réconfort de ma Présence en toi.

Tout de toi se laisse transformer par mes grâces : chaque cellule de ton être connaît présentement la puissance de Dieu parce qu’elle reconnaît son Créateur; chaque cellule ne peut que rendre grâce à Dieu, car c’est la vie; tout ton être veut connaître l’amour, et Dieu répond à ton être.

Laisse Dieu te donner des grâces qui transforment ton intérieur afin qu’il soit guéri, guéri de tes blessures que tu as toi-même faites à ton corps.

Dieu est la Parole, Dieu est l’amour; c’est par la puissance, par la puissance de Dieu trinitaire, que tu peux, toi, demeurer en toi; je peux agir ainsi dans ta vie quotidiennement, et je veux que tu en sois conscient; ce que je fais présentement avec toi, je veux le reproduire afin que tu saches que je vais te transformer, afin que tu saches que je veux que tu sois tel que j’aurais voulu que tu sois à l’image de mon Fils.

Tout doit s’accomplir et tout s’accomplit.»

Mes paroles vous ont nourris, car lorsque mon Fils est venu sur la terre, il vous a parlé de moi.

Mon Fils est le Verbe, il accomplit la Volonté du Père, et lorsque vous, vous écoutez la Volonté de Dieu le Père, tout s’accomplit.

Par mes grâces, soyez dans votre guérison; par mes grâces, rendez grâce à Dieu le Père pour ce qu’il vous donne; par mes grâces, ayez la foi.

Tout est, mes enfants.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Dieu va faire descendre sur tous les enfants du monde des grâces d’amour par son prêtre. Amen.

 

Nous sommes tous l’œuvre de Dieu, alors il faut arrêter de s’inquiéter pour demain; il connaît mieux que nous ce qui va se passer; lorsqu’il nous dit qu’il va y avoir une Grande Purification, eh bien, cela est.

Lorsqu’on s’arrête et on va lire dans l’Évangile, on voit que les événements s’accomplissent : cela est toute vérité.

Tout ce qui a (été) écrit dans l’Évangile est vérité : il faut croire.

Beaucoup vont nous rapporter des événements qui ne seront pas dans l’Évangile, il faut être prudents, et cela va arriver bientôt; et nous, certains, qui avons reçu des lumières et des grâces, voyons ce qui se passe autour de nous, et Jésus dit que ce n’est qu’un début de ce qui vient.

Lorsque le faux christ sera dans son plein pouvoir, il abolira tout ce qui vient de la Bible : tout; il s’y prendra subtilement en infiltrant des faussetés.

Mais Dieu dit : «Écoutez votre intérieur; allez là où moi je suis et n’ayez pas peur, c’est moi qui vais vous donner des grâces, c’est moi qui vais vous donner la lumière; je suis la Lumière, je suis la Vérité, alors de quoi avez-vous peur si Dieu est avec vous?» Nous devons craindre Dieu et non pas les hommes.

Dieu n’est qu’amour, Dieu nous enveloppe de son amour.

Lorsque Dieu dit qu’il ne faut craindre que Dieu, il nous dit : «Il faut que tu t’aperçoives que je suis Dieu, ouvre les yeux et prends connaissance qu’il n’y a que moi qui suis tout pour toi. Ne commets pas l’erreur d’écouter un autre que moi, ne commets pas l’erreur d’adorer un autre que moi, car un jour tu seras devant moi et tu seras aussi devant tes erreurs. Voilà ce qu’il faut craindre.

Il faut savoir que Dieu nous veut présents; c’est un Dieu d’amour, c’est un Dieu jaloux, il ne veut pas qu’on adore deux dieux, mais seulement lui.

Mais c’est légitime parce qu’il est notre Père, il est notre Créateur; il est notre vie, il est le souffle (de la vie) qui est en nous et qui nous permet d’avancer quotidiennement; il est le seul qui peut nous nourrir de ses grâces afin que nous puissions avancer dans notre vie : sans les grâces de Dieu, nous sommes morts.

Jésus m’a dit tantôt : «Je suis la Résurrection, je suis la Vie; vous êtes morts à la vie, je vous fais ressusciter à la vie; lorsque vous consentez à mourir en moi, Jésus, je vous fais revivre.»

Lorsque nous vivons en dehors de la Divine Volonté, lorsque nous vivons en dehors des lois de Dieu le Père, lorsque nous vivons en dehors des enseignements de Jésus, nous sommes morts.

Nous nous croyons vivants!

Si on pouvait se voir avec les yeux de l’âme, tout ce qu’on verrait c’est un moribond, un être qui n’a pas de vie, un être qui tombe en lambeaux : c’est ce qu’on verrait.

Un jour, Dieu me montra ce qu’était de vivre en dehors de lui : "J’étais à l’intérieur de moi et j’ai vu des personnes qui devaient faire (comme) un voyage, et j’étais parmi eux, et parmi eux, il y avait des gens qui parlaient l’anglais, et moi je ne savais pas parler l’anglais; il fallait que je dirige les personnes vers un endroit.

Et j’ai été vers ces personnes et je leur ai demandé où je devais me diriger pour sortir de la ville, c’était New York; alors les gens m’ont regardée et ils ne voulaient pas me répondre, et ils se moquaient;

là, subitement, j’ai vu leur visage et leur corps se difformer; c’était des visages qui n’étaient plus humains; c’était des visages mélangés entre humain et bête et c’était très laid à voir.

Alors, j’ai continué sans avoir peur, j’ai été m’asseoir à ma place, et là, une personne parmi eux est venue me voir; elle s’est approchée et ce que j’ai vu, c’est sa transformation : cette personne qui était très laide est devenue toute belle, elle était toute douceur et elle m’a indiqué l’endroit où je devais aller pour sortir de cette ville."

Par là, Dieu me montrait que tous ceux qui rejettent les lois de Dieu, tous ceux qui rejettent les enseignements de Dieu vivent comme des morts, mais lorsqu’ils acceptent la grâce de Dieu, ils redeviennent vivants : c’est la résurrection.

Et c’est la même chose avec chacun de nous, nous étions morts à la vie.

Lorsque nous étions dans le péché, mais nous étions morts à la vie et lorsque nous acceptions les grâces de Dieu, nous redevenions vivants.

Notre chair a besoin de se laisser envelopper des grâces de Dieu; notre chair a besoin de sentir la présence de Jésus afin de ne pas tomber dans le péché, afin de ne pas tomber dans l’erreur; voilà pourquoi Dieu le Père nous demande d’apprendre les commandements de Dieu par cœur.

Dieu nous demande de lire la Bible; savez-vous pourquoi? Parce que, dans très peu de temps, il va y avoir des gens qui vont nous dire : "Ah! il est écrit telle et telle chose"; et un autre va nous répéter : "Bien, il faudrait que tu l’écoutes, parce que c’est vrai, il a dit telle et telle chose"; "Ah!oui!"

Mais si, moi, je ne connais ma Bible, si je ne connais pas mes commandements par cœur, comment est-ce que je vais savoir, moi, s’il dit la vérité? Si je dis : "Ah! bien, c’est correct; s’il le dit, c’est bien!"; eh bien, je vais tomber dans les erreurs.

C’est ce qui va se passer, c’est ce qui se passe présentement.

Et ça va augmenter, et Satan va s’infiltrer dans notre vie à nous, à nous les enfants de la Lumière; voilà pourquoi il faut ne plus se fier à ce monde, à ce monde rempli d’erreurs, parce que ce monde a mal, parce que ce monde a bifurqué; il a pris un autre chemin pour aller vers le bonheur, et il croit qu’il est sur le bon chemin, et il va continuer; mais sur chemin, il y a beaucoup d’embûches, et au bout de ce chemin, il ne trouvera pas le bonheur, mais que des souffrances.

Une personne qui est dans la souffrance a de la difficulté à regarder la vérité, elle a de la difficulté à voir la lumière; voilà pourquoi des personnes qui vont écouter ces paroles vont dire : "Ah! enfin, quelqu’un qui me comprend. Ah! je savais que je ne commettais pas des péchés. Je savais que l’adultère était permis, que Dieu n’était pas si sévère. Je savais que, moi, je peux faire de mon corps ce que je veux parce que Dieu m’a donné un corps pour que j’en prenne soin et si je trouve difficile d’avoir ce cinquième enfant, eh bien, c’est à moi d’en prendre la décision"; c’est ce qui va venir : des erreurs.

Pourquoi? Parce que (ces) personnes souffrent et cela va leur donner bonne conscience, mais ce sera faux, et ce sera fait subtilement, tranquillement; sans qu’ils s’en rendent compte, ça va flatter leur ego : ce sera des lois d’hommes, ce sera des enseignements d’hommes faits avec la volonté humaine et non pas avec la Volonté de Dieu.

C’est ce que nous allons vivre.

Dieu nous donne des grâces, des grâces de lumière, des grâces de vérité; il faut aller puiser dans la Bible : voilà le seul écrit rempli de vérité, voilà le seul écrit qui a été fait par le Sang Précieux de Jésus.

Lorsque nous, les messagers, on écoute la Parole de Dieu, lorsque nous donnons notre oui et que nous faisons la Volonté de Dieu et que nous écrivons, c’est parce qu’il éclaircit ce qui a déjà été écrit : il ne change pas, il guide, c’est le Saint-Esprit.

Dieu a parlé, Dieu a dit beaucoup de choses à ses apôtres, aux disciples; il a parlé, le Seigneur, pendant trois ans : croyez-vous qu’un livre comme la Bible peut contenir tout ce que Dieu a dit en trois ans? Il a dit beaucoup, et de beaucoup et de beaucoup plus que ça, mais tout est écrit dans la Bible; lorsqu’un mot a été écrit dans la Bible, lorsque le Saint-Esprit nous dit quoi écrire, quoi dire, ce mot devient un livre.

Un seul mot de Dieu est assez pour écrire un livre parce qu’il est le Mouvement de la connaissance, il est le Mouvement de la lumière, il est la Vérité; à nous de comprendre ce qu’il veut dire, et tout cela est à l’intérieur de nous.

Lorsque nous nous laissons envelopper du Saint-Esprit, nous comprenons, nous voyons, nous entendons; il n’y a que le Saint-Esprit qui peut faire ce mouvement d’amour en nous.

Beaucoup de personnes parlent, mais lorsqu’elles parlent et qu’en nous il y a des contradictions, lorsqu’en nous, on perd notre paix, lorsqu’en nous il y a quelque chose qui nous dérange face à Jésus, à ses enseignements, aux commandements de Dieu, eh bien, le Saint-Esprit nous fait savoir qu’il faut s’abandonner en lui pour connaître la vérité : il nous prévient du danger.

-          Personne n’a le droit, personne n’a le pouvoir de changer un seul mot de ce qui a été écrit dans la Bible.

-          Personne n’a le droit ni aucun pouvoir d’expliquer la Bible en dehors de la présence du Saint-Esprit.

C’est le Saint-Esprit qui a ce pouvoir : de nous donner la lumière; il nous a été donné par la Volonté de Dieu le Père, il est présent avec nous depuis la Pentecôte : c’est le Mouvement perpétuel de l’amour pour nous fait par Jésus.

Jésus est venu sur la terre pour nous faire comprendre que nous étions tous des enfants de Dieu, et pas un instant nous avons été en dehors de ces grâces, les grâces du Père : pas un seul instant.

Il nous a donné son Fils, il nous donne le Saint-Esprit à chaque instant pour nous faire comprendre la grandeur de notre place dans le Corps de Jésus.

Mais dans sa très grande miséricorde, Dieu nous fait comprendre que nos erreurs, lorsqu’elles nous sont présentées en face de nous et que nous demandons pardon, cela est pour nous parce qu’il veut nous attirer à lui, parce que Dieu le Père est la Miséricorde.

Il a déjà fait pour chacun de nous le mouvement du pardon, il veut nous mettre en présence de ce que nous sommes, afin que nous puissions prononcer ce que lui sait déjà.

Dieu le Père connaît chaque enfant qui va prononcer son oui.

Mais un oui, c’est : "Pardon Père, pardon Père parce que je t’ai offensé"; voilà notre oui, c’est notre pardon : c’est accepter que Jésus ait tout pris en nous, c’est accepter que Jésus ait amené à la mort nos péchés, c’est accepter que Jésus nous ait couverts de son Précieux Sang, c’est accepter que Jésus nous ait enseigné la Parole qui nous a montré qui était le Père.

Un Oui, c’est notre oui, ce n’est pas simplement un oui qui est sorti de nous-mêmes pour affirmer quelque chose; le oui, c’est nous tout entier avec ce que nous sommes : voilà ce qu’est le oui.

Puisque Jésus est le Oui du Père, nous, nous sommes le oui en Jésus, prononcé par Jésus pour aller au Père; nous faisons partie de Jésus, nous sommes en le Corps et nous sommes entiers en Jésus.

Lorsque nous mourons en Jésus, là nous vivons, là nous ressuscitons; ce n’est pas quitter quelque chose pour abandonner, non, c’est accepter de tout prendre, c’est accepter ce que Dieu veut tout nous donner.

Mourir, c’est vivre.

Nous devons connaître la splendeur, la splendeur de ce que nous sommes; si Jésus est la Splendeur, si Jésus nous porte : nous sommes la splendeur en Jésus.

Lorsque nous acceptons d’être ce que Jésus veut qu’on soit pour le Père, nous acceptons aussi d’être dans notre purification.

Alors lorsque nous sommes devant les erreurs et lorsqu’on s’aperçoit que nous avons, pendant quelque temps, été dans le doute : nous avons fait ce qu’ils nous ont dit, mais à l’intérieur de nous on se demandait : "Oh! est-ce que c’est vraiment vrai, est-ce que c’est vraiment comme ça?"; eh bien, si on se pose ces questions-là, c’est que nous acceptons les grâces qui nous avaient été données et, tranquillement, nous acceptons la lumière; alors, soyons reconnaissants des grâces que nous recevons et disons oui.

Ne nous sentons pas abattus devant nos erreurs, soyons reconnaissants que, quotidiennement, Dieu nous nourrisse de son amour.

Tout enfant qui accepte d’être tout petit devant ses erreurs, eh bien, c’est un enfant qui prend son oui et puis qui le présente à Jésus, et Jésus, lui, va le mettre dans son oui et le présenter à son Père; et si cela est pour se faire quotidiennement, eh bien, que cela soit : Dieu nous montre quotidiennement que nous devons avancer envers et contre tout.

Mais lorsqu’on s’aperçoit que nous devons prononcer un oui, bien que cela soit un oui, qu’il soit vrai; ne prononçons pas un peut-être.

Il faut apprendre aussi à devenir ce que Dieu veut qu’on soit et quitter notre tiédeur.

Nous vivons beaucoup avec des gens tièdes, eh bien, c’est à nous de les supporter; si, nous, on demeure tièdes, comment allons-nous aider nos frères et nos sœurs qui, eux, ne savent pas si cela est vrai, si cela n’est pas vrai? Nous devons prendre position.

Prendre position, c’est s’affirmer être enfants de Dieu; et lorsqu’on est enfants de Dieu, eh bien, on écoute et on fait les enseignements de Jésus, et on suit les commandements de Dieu; voilà ce qu’il nous demande : être vrais dans ce qu’il nous a donné, dans ce qu’il nous a enseigné.

Si nous avons de la difficulté à être ce que nous devons être, eh bien, demandons des grâces, demandons des grâces à Jésus, demandons des grâces à Marie, ils vont nous guider vers le droit chemin.

Ce n’est pas parce que nous sommes en l’an 2004, après la mort de Jésus, que nous sommes éloignés des grâces qu’il nous a données sur la terre lorsqu’il était (pendant) trois ans avec nous; ça n’a pas changé, ce sont les mêmes forces, c’est la même puissance; c’est nous qui avons changé, c’est nous qui croyons pas aux guérisons, c’est nous qui croyons pas à la puissance de Dieu avec nous.

Nous avons changé avec les années, mais pas Dieu : Dieu n’a pas changé.

Lorsque Dieu a parlé à Moïse, lorsqu’il a dit : «JE SUIS, et va dire à tes frères, lorsqu’ils te demanderont mon Nom, que je suis le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob»; eh bien, c’est pour nous ces paroles aussi; ça n’a pas changé, même si ça fait au-dessus de 5 000 ans.

Il n’y a rien de changé, c’est nous en le Corps de Jésus : nous sommes présents, nous sommes la Vie; cessons de vivre comme des êtres qui n’acceptons pas d’être vivants; lorsque nous sommes morts, eh bien, nous laissons la mort prendre de la place en nous.

La mort est présente en chacun de nous, elle est là, obéissant à Dieu; lorsque Dieu nous appellera, la mort obéira à Dieu, elle viendra nous chercher : mais la mort obéit à Dieu, à nous aussi d’obéir à Dieu.

Il nous appelle à la résurrection, il nous appelle à la vie, alors soyons obéissants, sinon la mort va être obéissante, elle.

Lorsqu’il nous dit : «Venez mourir en moi afin d’avoir la vie», eh bien, c’est ce qu’il attend de nous : une vie éternelle, une vie qui ne finira jamais.

Depuis 2001 à la mi-2001, six mois après, il m’a parlé de la Purification; la Purification, c’est ce que je dois vous parler par l’Esprit Saint, et pas par moi, voilà ce qu’il attend de moi et pas plus.

D’autres messagers vous parlent de la Vie en Dieu comme Vassula, ce sont des grâces; d’autres vont vous parler de l’Eucharistie comme Débora, ce sont des grâces; d’autres vont vous parler de la Flamme d’Amour comme Delmis, ce sont des grâces.

Ceux qui disent : "Moi je n’ai pas besoin d’aller vers un tel, j’ai elle"; eh bien, qu’ils le fassent, ils auront ce qu’ils veulent avoir.

Dieu veut faire pleuvoir des grâces, alors ceux qui ont faim : bien qu’ils mangent, qu’ils aillent voir des mystiques, qu’ils aillent vers les messages, c’est rempli de grâces; mais ceux qui veulent manger comme (s’ils suivent) un régime, eh bien, qu’ils suivent le régime : Dieu veut nous donner.

Croyez-vous que nous allons être transformés en enfants de la Divine Volonté à compte-gouttes? Non, c’est un torrent de grâces que Dieu veut nous donner, alors il faut aller puiser.

Faites attention de ne pas aller vers des aliments impropres à votre vie spirituelle, parce qu’il va aussi en avoir; mais (dans) ça, il n’y aura aucune grâce.

Celles que vous avez ne disparaîtront pas parce que vous allez vers un faux prophète, mais vous allez demeurer en ‘stand-by’ : vous n’avancerez pas, mais vous allez vous laisser nourrir par les grâces que vous avez eues pour que vous puissiez voir la lumière, retrouver votre paix afin que vous puissiez retourner vers le droit chemin.

Dieu n’est qu’amour, il n’arrête pas de nous nourrir.

C’est pour ça que des enfants qui jadis pratiquaient la religion (et) qui ont arrêté, toutes ces grâces qu’ils ont en eux ne se sont pas éteintes, elles sont là; et lorsque vous avez des enfants et qu’ils (ont reçu) le sacrement du Baptême, eh bien, ce n’est pas disparu ces grâces-là, ça vit en eux; et ceux qui n’ont pas reçu le Baptême mais qui ont fait de bonnes actions, ils ont reçu des grâces de Dieu, et cela les habite même s’ils ont arrêté de faire de bonnes actions; ils n’auraient pu faire de bonnes actions si le oui n’était pas en eux.

Mais Dieu me fait comprendre aussi qu’il y a des enfants qui ne font pas de bonnes actions et qui refusent les grâces du sacrement du Baptême; ils les refusent en connaissance de cause, rejetant tout, et Dieu le Père les connaît; mais Dieu le Père veut que nous les portions en nous parce qu’ils font partie du Corps de Jésus.

Jésus a souffert la Passion et à l’Agonie il connaissait aussi ces enfants, et jusqu'à la dernière seconde, il va être avec eux et nous aussi, nous allons être avec eux.

Nous devons prier pour eux, oui prier pour eux, parce que ces grâces-là qu’ils vont recevoir et qu’ils vont refuser ne seront pas perdues, elles vont aller à leurs enfants, à leur épouse, et si eux n’en veulent pas, ce ne sera pas perdu : ça ira à chacun de nous, à ceux qui en ont besoin.

Il n’y a rien de perdu, tout est vivant en Dieu, à nous seuls de savoir si nous voulons vivre, participer à la Gloire de Dieu.

Merci, Seigneur.