Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Plantagenet, Ontario,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus.

 

2004-09-18  Soir

 

Jésus : Dieu parle en vos cœurs; Dieu veut saisir votre cœur et le présenter à son Père.

Enfants de ma joie, pénétrez en ma joie, venez saisir la puissance de Dieu qui se donne à son Père pour vous.

Enfants d’amour, la puissance de Dieu se fait entendre à chacun de vous afin que vous puissiez être à son écoute, afin que vous puissiez saisir l’importance de ces moments uniques.

Chaque jour de votre vie, Jésus parle en vous; chaque jour de votre vie, Jésus se donne à son Père pour vous. Pouvez-vous saisir l’importance de la Vie de Jésus en vous? Pouvez-vous comprendre, mes enfants, ce don de Vie qui s’offre au Père afin que vous soyez vivants, afin que vous soyez dans la Vie éternelle?

Amours insaisissables, prenez un temps pour mourir, prenez ce temps et renoncez à vous-mêmes; laissez couler en vous la Vie, la Parole, la Lumière, la Vérité, la foi, la charité, et soyez dans l’espérance de vivre l’éternité en présence même du Fils de Dieu.

Amours, Dieu le Fils se donne, à chaque instant une messe est dite; à chaque instant, un prêtre choisi par mon Père prononce les paroles de la Vie, les paroles de la Résurrection; comprenez ces instants d’amour.

Aucun enfant sur la terre ne peut passer à côté de ce que Dieu le Père vous donne.

Il permet que la Passion de son Fils soit présente dans votre vie; Jésus, le Fils de Dieu, ne cesse de se donner afin que vous soyez en la Vie, en sa Vie, afin que vous ne mouriez point.

Un vent de destruction souffle sur la terre; sans le Christ, vous seriez déjà morts; sans ma Passion, vous ne pourriez avancer dans votre vie, car l’ange des ténèbres vous aurait détruits.

Beaucoup d’enfants ne participent plus au Sacrifice de Dieu, beaucoup d’enfants ne veulent plus se présenter à la messe; ils refusent les grâces de Dieu, ils refusent leur propre vie; ils ne réalisent pas que Jésus se donne afin qu’ils puissent être vivants en ce monde : la messe est un rite sacré, la messe est permise par mon Père.

C’est le Fils, son Fils, qui se donne à chaque instant sur les autels du monde entier afin que vous soyez dans la Vie; lorsque Dieu vous invite à participer à son Sacrifice, Dieu vous appelle, et c’est le Fils qui fait cela, ce n’est pas vous; c’est moi qui suis en vous, qui suis vivant, qui vous demande de venir à la Vie, de venir goûter à la Vie, de participer à la Vie : je vous fais pénétrer dans la Vie même du Christ.

Dieu mon Père, à l’instant où vous pénétrez dans ce lieu choisi par mon Père, mon Père vous bénit : vous recevez une bénédiction du Ciel afin de vous préparer à vivre cet instant d’amour, à ce miracle divin.

L’Esprit de Dieu vous pénètre, l’Esprit de Dieu vous fait savoir que vous n’êtes pas dignes de vous présenter devant ce miracle qui se fera devant vos yeux, Dieu vous montre votre état de pécheurs; Dieu vous dit : «Avance, avance, toi qui commets des péchés; avance, toi qui es faible à cause de ta volonté humaine et reconnais-toi pécheur et Dieu, dans son amour, étend sa miséricorde afin que tu puisses te repentir de tes péchés ».

À l’instant où le prêtre prononce les paroles de la repentance, Dieu dépose en vous des grâces de lumière afin que vous puissiez voir votre état d’être, afin que vous puissiez vous reconnaître, tels comme vous êtes à l’intérieur de vous : pécheurs devant vos péchés véniels, pécheurs devant vos péchés mortels, et pécheurs repentants devant la grâce de la sanctification.

Il n’y a que Dieu qui puisse vous faire voir votre intérieur : à Dieu de vous montrer ce qui est en vous.

À cet instant, Dieu se présente lui-même devant son Père; Jésus, à l’agonie, prend ce que vous êtes et se présente à son Père comme l’Être d’amour.

Chaque enfant est en Jésus, tel qu’il est, et Jésus prend tout comme si c’était lui l’être de péché; dans son amour, Jésus regarde son Père et demande à son Père le pardon pour tous les péchés qui sont en lui : à cet instant, vous êtes couverts de l’amour du Christ; à cet instant, vous vivez l’agonie du Christ, vous participez à la souffrance du Christ.

Devant son Père, Jésus s’est présenté; devant son Père, le Christ EST, et vous, qui êtes en Présence, êtes aussi devant le Père, et le Père étend sa miséricorde sur vous vous rappelant son amour : il vous rappelle que vous avez été pécheurs, il vous rappelle que le Fils a pris votre place et il s’est présenté avec amour à son Père.

Enfants d’amour, vous avancez, vous avancez dans ce rite sacré et Dieu le Père vous fait entendre sa Volonté, non votre volonté, mais sa Volonté.

Les écrits qui se font entendre en vous vous rappellent que vous êtes un peuple choisi, que vous êtes enfants choisis pour la Gloire de Dieu le Père.

À l’instant où vous entendez les paroles de l’épître, Dieu dépose en vous des grâces, des grâces d’amour, afin que vous puissiez reconnaître l’amour du Père pour vous, afin que vous puissiez vous reconnaître aimés de Dieu : Dieu vous fait saisir sa Volonté.

Lorsque vous vous abandonnez en Jésus, vous entendez la Parole comme une parole de vérité, de lumière pour vous.

Pour vous aider dans votre quotidien, dans votre vie, Jésus prend votre vie et la vit; c’est Jésus lui-même qui vit à cet instant votre vie et vous recevez du Père des grâces d’amour pour votre journée, pour votre semaine : voyez l’importance de vivre cet instant d’écoute en Jésus.

Ô enfants, comme il est bon de se reconnaître petits devant la gloire de Dieu, devant la puissance de Dieu, devant la Volonté de Dieu; comme il est bon de louer Dieu : un rythme d’amour se fait entendre, il vous fait participer à ce qui vient; une marche commence pour vous : une marche avec tous vos frères et vos sœurs, une marche de vérité, une marche de foi, vous montez vers la Présence de mon Père; il faut croire en les paroles entendues; tous ceux qui s’inclinent devant la Volonté de mon Père se reconnaissent petits devant ce qui va se passer.

Il est bon que vous sachiez que vous êtes sur le chemin du Calvaire; il est bon que vous sachiez que tout se fait dans la Volonté de mon Père et non pas dans la volonté des hommes, mais des hommes aujourd’hui cherchent à tromper les enfants de Dieu; on cherche à changer le sacré de l’Église : la messe appartient à mon Père.

Je suis le Fils, je suis la Tête de l’Église, et les prêtres doivent faire la Volonté de mon Père, non la volonté des enfants de ce monde : à mon Père de vous guider par le Fils et non pas la volonté des hommes.

La Divine Volonté porte des grâces alors que la volonté humaine ne porte pas de grâces; à force de vouloir faire votre volonté, vous perdez des grâces pour votre quotidien, pour votre semaine : vous souffrez.

Il faut regarder la messe comme des enfants de Dieu obéissant à la Volonté de mon Père, parce que moi, le Christ, j’ai fait la Volonté de mon Père : je n’ai pas écouté ma Volonté, j’ai écouté la Volonté de mon Père, j’ai accepté de porter la Croix comme vous, vous devez accepter de porter la croix.

Si vous voulez faire de la messe de mon Père un rite humain, vous n’aurez rien : vous n’aurez pas les grâces du Ciel, et votre corps va s’appauvrir, vos pensées vont continuer à s’embrouiller, vos yeux vont demeurer aveugles et vos oreilles n’entendront plus l’appel de Dieu.

Il faut regarder la messe avec votre intérieur, il faut vivre la messe avec votre intérieur; ce n’est pas en changeant les paroles de la messe que vous allez obtenir ce que Dieu, mon Père, veut vous donner.

Comprenez ce que je veux vous dire : aujourd’hui, on veut moderniser le rituel sacré de la messe, on cherche par tous les moyens de faire plaisir à l’humain et non plus à Dieu : lorsqu’on cherche à faire plaisir aux humains, on s’éloigne de Dieu, car les humains sont dans la volonté humaine, ne sont pas dans la Divine Volonté.

Et l’ange des ténèbres cherche à tromper l’homme, c’est lui qui a réussi à vous faire perdre le sacré de la messe.

Aujourd’hui, mes enfants, vous parlez au moment de la messe; vos paroles ne sont pas saintes, elles ne portent pas vers mon Père, elles portent vers votre volonté humaine; vous n’êtes pas en présence de Dieu lorsque vous parlez de vous-mêmes, lorsque vous parlez de votre vie; même si vous chuchotez, Dieu entend; et aujourd’hui, vous ne prenez même plus la peine de chuchoter, vous dérangez votre prochain, et le prêtre en avant poursuit le rituel de la messe et vous, vous n’y êtes pas.

Enfants d’amour, lorsque Dieu vous invite à vous donner, c’est que Dieu veut vos vies; Dieu veut tout de vous, parce que lorsque je me suis donné à mon Père, j’ai donné tout de moi, vous étiez en moi; j’ai donné ma Vie en offrande pour chacun de vous à mon Père, c’est ce que j’attends de vous : une offrande totale de vous-mêmes.

Je veux que vous veniez vous déposer sur la patène; c’est moi qui suis sur la patène, c’est moi qui me présente à mon Père par le prêtre; lorsque le prêtre prononce les paroles sacrées, ce n’est plus lui qui les prononce, c’est moi, le Christ-Prêtre, qui suis devant vous.

Enfants d’amour, ces moments sont importants pour vous et ce que vous faites n’est pas amour pour vous-mêmes; à l’instant où Jésus s’offre au Père, Dieu attend de vous un oubli total de votre vie : il veut que vous veniez mourir en lui et il vous amène avec lui sur la montagne du Golgotha.

C’est Jésus qui se présente en croix au Père : le Ciel s’ouvre, la Cour céleste est présente, Dieu le Père a entendu vos acclamations; Dieu le Père lui-même avec ses anges, en présence de la Mère de Dieu le Fils, est présent en face de vous; tous les saints du Ciel sont présents, toutes les âmes du Purgatoire sont présentes, car ce moment est saint : ce moment est, il est devant vous.

Dieu le Père lui-même tient son Fils entre ses bras et le Saint-Esprit rend témoignage de l’amour du Père et du Fils, la Trinité est devant vous : enfants d’amour, il n’y a pas de plus grand amour que le Fils qui se donne à son Père pour vous.

Ces moments sont des moments de grâces, ils ouvrent votre intérieur à la grâce de Dieu, ils vous font pénétrer dans l’amour, dans un amour divin; aujourd’hui, mes enfants, on ne respecte plus ce moment; on cherche à désacraliser ce moment d’amour.

Seul le prêtre a pouvoir, par son sacerdoce, de présenter à Dieu le Père : le Fils; pas aucun humain, je dis bien pas aucun humain, il n’y a que le sacerdoce qui peut le faire.

À cause de la volonté humaine, la volonté des hommes empêche ce rite d’être saint, et Dieu, mon Père, regarde ce sacrilège : on renouvelle le reniement du Fils de Dieu lorsqu’on ne respecte pas cette offrande; lorsqu’on en fait un rite banal, c’est qu’on ne respecte pas l’amour divin, l’amour du Père pour le Fils, l’amour du Fils pour le Père, alors il n’y a plus l’Amour qui veut se donner : c’est vous.

Comment pouvez-vous vous donner puisque vous ne respectez pas l’amour du Père, l’amour divin, l’amour du Fils, l’amour divin? Vous voulez mettre à votre niveau cet amour alors que votre amour n’est pas; peut-on présenter devant vous au Père l’offrande divine si le Christ lui-même ne se présente pas? Il n’y a que le Christ-Prêtre qui puisse se présenter à son Père : seul le prêtre peut faire ce geste d’amour.

Mes enfants, Dieu veut vous faire comprendre l’importance du sacré de la messe afin de sauver vos vies, afin de sauver la vie de vos frères et de vos sœurs; soyez respectueux, soyez des enfants dignes de participer à la Passion du Christ au moment où le Ciel bénit l’offrande du prêtre; un mouvement d’amour se fait devant vos yeux : le Père donne son Fils.

Le Fils est sur la Croix, il laisse couler son Précieux Sang sur chacun de vous, il purifie votre vie; à cet instant, vous êtes au pied de la Croix; à cet instant, par la puissance de Dieu en vous, vous êtes au pied de la Croix, vous n’êtes plus dans un lieu quelconque, vous êtes au pied de la Croix; c’est Dieu lui-même qui vous y amène, c’est Dieu lui-même qui vous rend vivants; le Sang coule sur vous, il purifie l’être que vous êtes afin que vous puissiez être dans l’Amour divin du Père.

Ô enfants d’amour, comment pouvez-vous vous tenir debout à cet instant? Reconnaissez-vous comme étant au pied de la Croix, acceptant que le Sang divin du Fils de Dieu coule sur vous, reconnaissez-vous sauvés par le Fils : participez à ce moment divin.

Dieu mon Père est si amour! Dieu mon Père vous aime tellement qu’il renouvelle à chaque instant ma mort pour vous; pouvez-vous comprendre un tel geste? Pouvez-vous vivre un tel amour? Et pourtant vous le vivez.

À cet instant, vous vivez l’Amour, l’Amour qui se donne, l’Amour qui vous donne la Vie; tout ce que vous êtes est apporté à la mort afin que vous soyez vivants : vous vous tenez au pied de la Croix et Jésus vit la mort, votre mort.

Mes enfants, heureux le jour où vous comprendrez ce mystère de la Rédemption : tout votre être sera dans une joie d’avoir été dans la participation de la mort du Christ.

Lorsque vous prononcez les paroles : «Mon Seigneur et mon Dieu», vous croyez; vous croyez que Jésus est mort, vous croyez à votre vie éternelle; à l’instant où vous prononcez ces paroles : vous entrez dans votre salut, dans votre salut éternel.

Enfants d’amour, Dieu poursuit ce rite sacré en vous y amenant; vous entrez dans la Chair du Christ : Dieu le Père a ressuscité le Fils, Dieu le Père a glorifié le Fils.

Jésus vous dit : «Mes enfants, ma Mort est pour vous le salut, la résurrection; ma Résurrection est pour vous la victoire sur le mal»; mon Père m’a glorifié et lorsque vous serez devant moi, vous participerez à ma Gloire.

Mes enfants d’amour, l’important de la messe est pour vous; il ne faut pas perdre le sacré, mes enfants, il faut y croire, il faut y tenir, il faut poursuivre ces moments d’amour afin que vous soyez dans ma Gloire.

Ne vous perdez pas en chemin, suivez les pas du Christ : demeurez humbles, petits, recueillis en vous, car Dieu est avec vous; croyez, proclamez votre foi devant la Trinité.

Mon Père vous nourrit lui-même : il vous donne son Fils, il vous prépare à voir la Gloire de son Fils; la Vie de son Fils est pour vous une participation à la foi en l’Église.

Lorsque vous, ensemble, vous dites à Dieu le Père combien vous l’aimez, combien vous voulez faire sa Volonté, Dieu vous regarde et Dieu déverse en vous des grâces pour votre vie, pour votre semaine.

Soyez unis les uns les autres, demeurez dans la Volonté de Dieu; faites ce qu’il vous demande, et Dieu vous donnera la paix.

Celui qui accepte d’être dans l’obéissance accepte la paix de mon Père; demeurez dans cette paix; ne sortez pas de cette paix, car c’est la paix divine qui vous est donnée, pas une paix humaine; demeurez en Dieu, Dieu veut se montrer dans toute sa Gloire devant vous afin que vous puissiez vous reconnaître repentants.

Amours, amours, écoutez ces paroles, ces paroles de vie, de vérité; lorsque Jésus vous est présenté par le prêtre, il est Celui qui efface tous les péchés du monde : je veux aller chez vous, je veux guérir votre volonté humaine en y mettant ma Divine Volonté; c’est moi qui veux faire tout pour vous; ayez confiance, abandonnez-vous.

Dieu vous regarde, Dieu connaît tous ceux qui sont en état de grâce; Dieu vous regarde, il connaît tous ceux qui sont en état de péchés véniels; Dieu vous regarde, et Dieu connaît tous ceux qui sont en état de péchés mortels : vous ne pouvez rien cacher à Dieu, laissez-vous guérir par la puissance de Dieu : à moi d’aller à vous.

Comprenez  ces paroles d’amour : ceux qui sont en état de grâce, le Fils, le Fils de Dieu les invite à approcher à la Table, une table qui a été préparée par les anges, une table qui a été garnie avec amour par la Mère de Dieu : Dieu le Fils lui-même se donne par amour pour nourrir l’âme, l’âme, l’épouse de Dieu.

Et le Fils regarde aussi le repentant qui se dit indigne parce qu’il a commis des péchés véniels; le Fils regarde l’intérieur et il donne des grâces, et il l’invite à venir, et le Fils se donne par amour, et il donne des grâces de force afin que l’enfant qui avance puisse aller vers le sacrement de la Pénitence, car Dieu aime et il le veut parfait comme lui est parfait.

Et Dieu regarde les enfants en état de péchés mortels, et Dieu dit : «N’approche pas de la Table, laisse-moi aller à toi; ne viens pas prendre mon Corps, il est pur; ne viens pas prendre mon Sang, il est pur; tu en es indigne, mais laisse-moi te montrer combien je t’aime : c’est moi qui avance vers toi, c’est moi qui vais te donner des forces; parce que tu es venu à la messe, parce que tu te reconnais être de la famille de Dieu, je t’aime, je veux que tu sois dans mon amour, je veux étendre ma miséricorde sur toi afin que tu puisses avoir le courage de te reconnaître en état de péchés; tu as à peine la force d’aller vers mon prêtre; c’est ensemble que nous allons y aller; courage, il est important ce moment entre toi et moi; mon Père m’a donné à toi pour que tu sois sauvé; tu es sauvé par moi, mais il faut que toi tu y crois.»

Enfants d’amour, vous voyez, aujourd’hui, on vient me prendre en état de péchés véniels et on ne pense même pas à aller vers l’un de mes prêtres pour recevoir des grâces de force pour ne pas entrer en tentation.

Il y a tellement d’enfants qui s’approchent lourds de petits péchés véniels que lorsque je me donne, tout est noir, poussiéreux; il y a des odeurs qui ne sentent pas bonnes, alors qu’il suffirait qu’ils aillent à mon prêtre pour que leur intérieur soit propre pour recevoir leur Dieu d’amour.

Il y a tellement d’enfants qui s’approchent et qui sont en état de péchés mortels : ma souffrance est si grande! Je vois le mal, je sens le mal, le mal pénètre, et ma Passion continue et continue, et je vois ces enfants qui ne profitent pas de mes grâces.

Ô enfants d’amour, comme ces enfants vont souffrir lorsqu’ils verront ce qu’ils ont fait au Fils de Dieu, à la Pureté.

Mes amours, souvenez-vous que je vous ai parlé de la communion; souvenez-vous que je vous ai parlé de la manière que j’aime me donner, de la manière que j’aime me recevoir; par le prêtre, je me donne à vous, et en vous je me reçois.

Combien de personnes ne prennent pas (attention) à l’importance de la pureté, pureté du corps; lorsque vous me présentez vos mains afin que je puisse me donner, est-ce que vos mains sont propres?

Lorsque le prêtre offre à mon Père les Saintes Espèces, savez-vous qu’il se lave les mains? Mon prêtre a les mains de Dieu, mon prêtre est humble, ses mains sont bénies; est-ce que vos mains, mes enfants, sont bénites? Est-ce que vos mains, mes enfants, sont propres?

Ô enfants d’amour, vous voulez que je me donne à vous, alors je me donne à vous, je me donne entièrement à vous; lorsque vous présentez vos mains, je me dépose et vous me prenez entre vos doigts et vous me déposez sur votre patène qui est ma patène : est-ce que vous êtes sûrs que mon Corps tout entier est là dans votre bouche, ou s’il y a des parties qui sont demeurées sur vos mains?

Et lorsque vous partez, êtes-vous sûrs qu’il n’y a pas mon Corps sur le plancher? Si je vous demandais, mes enfants, d’être tout amour pour moi, si je vous demandais : «M’aimes-tu?  Alors, lèche tes mains.» Combien diraient : “Je ne peux pas lécher mes mains, c’est pas propre”, alors que moi, la Pureté, le Fils de Dieu, la Deuxième personne de la Trinité, ai été entre vos mains que vous ne voulez pas lécher.

À vous maintenant de choisir, c’est à vous maintenant de prendre cela et de le méditer; demandez-moi des grâces de lumière, demandez-moi des grâces d’amour pour vous; je vais me donner afin que vous soyez dans la force de Dieu; je veux vous protéger contre vous-mêmes; je vous aime mes enfants.

Mes amours, lorsque vous m’avez reçu en vous, je vous demande : «Demeurez avec moi, pensez que je suis là. Je ne cesse de vous dire : “Je t’aime, je t’aime, je t’aime”»; dites-moi que vous m’aimez : il est si important ce moment d’amour.

Ces moments sont des moments de grâces, mon Père vous comble de grâces, il va vous donner tout ce qui vous est nécessaire pour avancer vers votre gloire.

Mes enfants, ces moments sont des temps de vérité, de lumière.

Vous qui vivez dans un monde qui ne croit pratiquement plus à la Rédemption, lorsqu’on ne croit plus que Jésus vient se donner, on ne croit plus à la Rédemption : là où il n’y a plus le Fils de Dieu, il n’y a plus de vie.

Il faut être amour, et pour être amour, il faut mourir en le Christ; ces paroles sont des paroles d’amour pour vous.

Mes enfants, recevez des grâces d’amour par mes prêtres, que par mes prêtres. Amen.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Dieu attend de nous que nous ne nous donnions qu’à lui; il veut que nous renoncions à ce monde, il veut que nous ne vivions que pour lui, il veut que nous ne nous tenions que dans sa Volonté Divine.

Vivre en Jésus, c’est mourir à ce monde, c’est aussi porter ce monde en nous, c’est aussi aimer nos frères et nos sœurs malgré ce refus qu’ils ont pour Dieu.

Aujourd’hui, chacun de nous qui est présent ici, nous avons été témoins de ce manque de respect qui se passe durant la messe; nous ne pouvons plus se cacher, nous ne pouvons plus ne plus penser à Jésus, à Jésus qui se donne, à notre Jésus d’amour qui continue à porter la Croix.

Jésus lui-même nous révèle sa souffrance.

Qui peut être indifférent à la Passion du Christ? Nous avons vu au cinéma la “Passion du Christ” fait pour nous par un homme; cela a été vécu par un homme; un homme a reproduit la Passion du Christ, nous avons vu cela, nous avons pleuré; ce que nous avons vécu est un aperçu de la souffrance de Jésus : la souffrance de Jésus est indéfinissable.

Au moment où vous avez vu Jésus sur l’écran, au moment où vous avez vu Jésus se faire flageller, au moment où vous avez vu Jésus accepter la couronne, c’était pour un seul enfant : un seul enfant, parce qu’un seul Enfant portait les péchés du monde; alors, essayez d’imaginer que Jésus a souffert la Passion pour tous les enfants du monde.

À chaque instant, Jésus renouvelle sa Passion; à chaque instant, une messe est dite : la Passion de Jésus est, puisque Jésus est la Présence.

Jésus nous fait comprendre combien nous sommes aimés de lui; Jésus nous fait réaliser son amour qu’il a pour son Père, parce que Jésus a aimé son Père jusqu’à la mort : «Ta Volonté, Père, pas ma Volonté»; c’était notre volonté : «Pas la volonté des hommes, Père, ta Volonté».

Alors aujourd’hui, nous qui sommes présents, qui vivons ce manque de respect durant la messe, nous devons accepter de donner ce que nous voyons et entendons au moment de l’Offertoire; Jésus nous demande de continuer à marcher avec lui, de vivre sa Passion avec lui.

Les jours vont avancer et les jours vont nous faire découvrir que la volonté humaine est contre Dieu.

Dieu nous fait comprendre que l’Église est en souffrance parce que des hommes gèrent l’Église.

Jésus m’a dit : «Ma fille, mon Église souffre, mes prêtres souffrent, parce que la volonté humaine veut faire de mon rite sacré un rite humain; on veut faire mourir mon Église et Satan se sert de mes enfants pour empêcher ma Passion de se poursuivre. Il faut que tu parles dans l’abandon, c’est moi qui veux parler à mes enfants afin qu’ils puissent comprendre ce qui vient.»

Regardez autour de vous la souffrance que vous ressentez lorsque vous voyez qu’il y a de nos frères et de nos sœurs qui demeurent debout lorsque Jésus est présent devant eux.

Le Roi des rois est mort sur la Croix et on ne veut plus s’incliner parce que les humains, la volonté humaine, n’en voient pas la nécessité; on ne veut plus être au pied de Dieu.

Cela est très subtil, c’est Satan qui veut cela; Satan veut enlever le culte sacré; il sera plus facile le moment où on déclarera que Jésus n’est pas présent, que cela n’est qu’un rite; voyez-vous, tout est déjà commencé.

La Sainte Vierge avait prévenu à La Salette.

Elle avait prévenu que son Église souffrirait : l’Église de son Fils; elle demandait la prière, mais on n’a pas écouté Marie, la Mère de Dieu, et aujourd’hui, dans l’Église, dans les lieux saints, on manque de respect à Dieu lui-même et c’est nous les humains qui manquons de respect à Dieu.

Nous sommes des êtres que si, nous, on se laisse purifier par Jésus : si nous n’acceptons pas cela, le ver de terre devient plus important que nous, car nous ne sommes rien; il n’y a que par Dieu que nous sommes des êtres, des êtres d’amour, des êtres vivants.

On se demande toutes sortes de questions; on se demande : “Est-ce que je vais me mettre à genoux ou demeurer debout comme les autres? Qu’est-ce que je vais faire?”

Allons-nous devenir des êtres tièdes? Souvenez-vous de la Parole de Jésus : «Je vomirai les tièdes.»

Il faut prendre position : pour Dieu ou pour les hommes; si nous choisissons Dieu, nous aurons la vie éternelle, mais si nous choisissons les hommes, nous aurons la mort éternelle.

Nous ne pouvons pas servir deux dieux : il n’y a qu’un seul Dieu.

Aujourd’hui, on prend la volonté humaine et on la met plus importante que la Volonté de Dieu.

On se demande vraiment si on fait la Volonté de Dieu lorsqu’on le prend dans nos mains; Dieu est si amour qu’il a pitié de nous, il a pitié de notre faiblesse, il nous donne des grâces d’amour, des grâces de force, afin que nous puissions le recevoir dignement.

Et être en Jésus, c’est être abandonnés en Jésus, totalement en Jésus, ce n’est plus être nous, mais être lui; il s’est donné à son Père entièrement, il a été vrai, Jésus.

On n’est pas vrai parce que nous savons que lorsque nous présentons nos mains, nous ne sommes pas propres, nous ne sommes pas dignes et nous le savons; nous disons : “Pourquoi est-ce que je présenterais ma langue, ce n’est pas propre, puisque le prêtre touche la langue; s’il y a quelqu’un qui a un microbe, je vais l’attraper.”

Voyez-vous, il pense à lui, à sa propreté, au lieu de penser à la Pureté; lorsque la personne dit : “Je ne peux pas le recevoir par la bouche, car je peux attraper des microbes,” alors les mains qui reçoivent Jésus ne sont pas propres, elles sont pleines de microbes : on se préfère à Jésus.

Nous sommes des hypocrites, nous voulons bien comprendre ce que nous voulons comprendre et nous rejetons ce que l’Esprit de Dieu veut nous faire comprendre pour se donner bonne conscience.

Croyez-vous, lorsque nous serons devant Dieu, on va pouvoir se cacher cela? Non, parce que nous nous verrons tels que nous sommes avec la justice de Dieu.

Nous vivons dans un monde de mensonges et nous nous mentons en nous-mêmes.

Nous ne nous inclinons pas, nous ne voulons pas nous incliner devant Dieu, alors que Marie s’incline devant son Fils; et ne dites pas à votre vous-même que c’est peut-être vrai, que ce n’est peut-être pas vrai, car cela nous a été dévoilé par les saints que l’Église elle-même a canonisés.

Est-ce que l’Église se traiterait de menteuse? Non, l’Église est en la Lumière.

Lorsque l’Église prend une décision, cela est pris en l’Esprit de Dieu, avec discernement, avec les fruits de Dieu; alors, voyez-vous que nous ne pouvons pas nier d’avoir entendu des saints nous dévoiler que la Mère de Dieu se met à genoux devant son Fils?

Alors, nous qui ne sommes même pas dignes d’être en présence de Marie, de la Sainte Vierge, on ne s’incline même pas devant Jésus; nous ne sommes pas de bons enfants, n’est-ce pas?

Dieu met ces paroles devant nous afin que nous puissions nous reconnaître tels que nous sommes.

Il veut que nous lui demandions des grâces, des grâces de repentir pour nous et pour nos frères et nos sœurs qui sont en nous : demandons des grâces de force pour faire sa Volonté, non notre volonté.

Et nous en avons de besoin; l’Église ne déclarera pas que nous sommes saints avec ce que nous sommes : souvenez-vous que nous sommes tous appelés à devenir saints.

Nous devons faire ce que Dieu nous demande parce qu’il nous a dit qu’il vient en nous, il vient nous montrer la preuve de sa Résurrection, de sa Glorification, il nous prépare à la Grande Purification.

Nous ne devons pas attendre que ce moment se fasse, pas nous, savez-vous pourquoi? Parce que maintenant nous connaissons, parce que l’Esprit de Dieu se fait entendre en nous : il nous fait voir, il nous fait entendre.

Nous devons être des êtres vrais pour être dignes de lever la tête, pour le regarder; chacun de nous, nous devons nous aimer, nous devons nous supporter avec ce que nous sommes.

Alors, Dieu dit : «Priez pour vous, priez pour ceux qui savent, ceux qui ont entendu, ceux qui ont vu.»

Il faut être fort pour ce qui vient.

Nous allons nous faire montrer du doigt par ceux qui n’ont pas encore accepté les grâces du Saint-Esprit; on va nous mettre au pied du mur : c’est à nous de choisir si nous voulons être tout pour Dieu.

Êtes-vous prêts à renoncer à ce monde, à l’amitié? Êtes-vous prêts à vivre la solitude? Êtes-vous prêts à vivre avec les calomnies? C’est ce que Dieu va nous demander, et c’est ce que Dieu nous demande ce soir.

Ensemble, demandons à Maman Marie : “Oui, avec toi Marie, nous sommes prêts, car nous savons que Jésus porte notre croix, cette Croix est devant nous à chaque messe.”

Tout pour la plus grande Gloire de Dieu le Père; à nous cette Gloire par le Fils.

Dieu dit : «Mes enfants, je m’incline, je m’incline devant votre réponse, car c’est ce qui vous appartient.»

Merci, Seigneur.