Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Plantagenet, Ontario,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus

 

2004-05-29 - Soir

 

Jésus : L’Amour, l’Amour s’est donné à vous, l’Amour vous a fait goûter à sa Présence; tout s’est produit par la puissance même de l’Amour.

En mon Corps, en mon Sang, vous avez été présents et c’est parce que vous vous êtes avancés vers moi.

Je vous ai pris en moi; je vous ai donné ma Vie et j’ai fortifié votre vie afin que vous soyez dignes des paroles que vous entendez, afin que vous soyez dignes de ce que mon Père veut que vous sachiez.

Ouvrez votre intérieur à l’amour, à l’amour de Dieu le Père; accueillez ces paroles, elles sont grâces pour vous, elles sont puissantes

 

Dieu le Père : Enfants d’amour, vous êtes mes choisis, vous avez été rassemblés parce que moi, le Tout-Puissant, je vous fais connaître ce que j’attends de vous.

Chacun d’entre vous avez reçu des grâces par mon Fils; chacun d’entre vous êtes en la présence même de l’Amour.

Vous, enfants de ce monde, si vous êtes ici, c’est parce que moi, la Volonté, je l’ai voulu ainsi; sachez que ce mouvement a été fait dans la Divine Volonté, et il s’accomplit.

Tout ce que vous êtes est voulu de moi; vous devez vous reconnaître dans ma Volonté, non dans votre volonté.

Tout a été préparé pour chacun de vous; j’ouvre grande la Source qui vous fait vivre; vous recevez des grâces d’amour afin que vous puissiez comprendre mon dessein d’amour pour chacun de vous.

Par ma Volonté, vous êtes enfants d’amour, mais pour être enfants d’amour,

vous devez, vous, renoncer à tout ce que vous avez connu.

Tout cela, mes enfants, se fera par ma puissance et non pas par votre volonté, car votre volonté a été sous l’emprise du mal.

Votre volonté est pour vous un obstacle à votre transformation d’amour.

Tout ce que vous êtes, je veux, mes enfants, que vous y renonciez afin que vous n’ayez plus de peurs en vous; la peur sera contre vous.

Voilà pourquoi je vous fais connaître, par mon Fils, ce qui vous attend afin que vous soyez protégés contre la peur.

Amours, donnez-vous, donnez-vous comme des enfants, c’est ainsi que je veux que vous soyez.

Je suis le Tout-Puissant, j’ai tout pouvoir; je vous ai donné mon Fils par amour; je vous aime, mes enfants, n’ayez donc pas peur de votre Père.

Apprenez à vous reconnaître tout petits, ainsi vous n’aurez pas peur de moi, parce que l’enfant que vous êtes en vous sait reconnaître son Père;

l’enfant que vous êtes en vous a soif de moi, car il a été nourri par mon Souffle de vie : il sait reconnaître la vie en lui;

l’enfant que vous êtes est prêt, lui, à vivre dans la Divine Volonté :

maintenant, c’est à vous de vous reconnaître comme étant des enfants qui avez refusé de vous reconnaître tout petits.

Lorsque vous apprenez qu’à cause de votre volonté humaine vous avez résisté à mes grâces d’amour,

vous commencez à comprendre que Dieu vous aime malgré votre entêtement.

J’ai donné à ce monde tout ce qui lui était nécessaire afin qu’ils se conduisent en enfants dignes d’être appelés enfants de Dieu.

J’ai donné mes commandements à Moïse afin que vous, vous les connaissiez; afin que vous, vous les respectiez; mais à cause de votre entêtement, vous avez fait des péchés.

Moi qui vous aime, j’ai continué à vous nourrir de mes grâces d’amour parce que je vous connaissais; je connaissais votre entêtement et j’ai continué, moi, à vous aimer.

Alors, ouvrez votre intérieur à mes appels d’amour, ouvrez votre intérieur, car Dieu veut y déposer des grâces de force et de paix.

Mon Fils vous parle d’amour, de mon amour, et mon Fils me parle de vous, de ce que vous devez être pour vivre en êtres d’amour.

Bientôt, mes enfants, chacun de vous allez voir votre vie en vous; à cet instant, un mouvement de justice se fera connaître à vous.

Mais avant que cela arrive, je veux vous parler, je veux que vous écoutiez mon Fils, je veux que vous receviez des grâces de force, je veux que vous soyez sous la mouvance de l’Esprit Saint.

J’ai envoyé ma force, j’ai envoyé ma puissance sur la terre : Dieu de Vie;

il est en votre présence mais, à cause de votre entêtement, vous doutez de la présence même du Saint-Esprit autour de vous, en vous.

J’ai donné à beaucoup d’enfants la présence même de Dieu : le Saint-Esprit faisait connaître paroles, mouvements; il montrait la lumière qui était en vous;

mais, à cause de votre entêtement, vous résistez à mes grâces d’amour pour vous; à cause de votre peur, vous ne comprenez pas ma Volonté.

C’est parce que vous gardez en vous des peurs, des peurs de ne pas être compris, des peurs de ne pas être à la hauteur, des peurs de ne pas voir mes grâces.

Tout cela est contre vous : il faut accueillir ce que moi je vous donne quotidiennement.

Ne savez-vous pas qu’un seul mouvement et j’arrêterais le soleil? Ne savez-vous pas qu’un seul mouvement et la terre ne recevrait plus d’eau? Ne savez-vous pas que je pourrais arrêter la brise, et toute vie sur la terre s’arrêterait?

Moi je vous aime et vous, vous ne le comprenez pas parce que vous avez tourné votre regard sur votre petite personne, et à cause de cela vous avez peur, vous manquez de foi.

Et moi, votre Père, je ne cesse de vous montrer mon amour pour vous, ma tendresse, ma douceur, ma présence maternelle, paternelle; tout cela, parce que vous gardez en vous cette peur.

Mes enfants d’amour, soyez raisonnables : écoutez la Parole de mon Fils, elle est l’Évangile; elle est vivante la Parole de mon Fils, elle est remplie de grâces.

Vous ne pouvez comprendre combien mon amour est immense pour vous; tout cela parce que vous gardez en vous des peurs.

Avez-vous entendu la Parole de l’Évangile? Elle est vivante, elle est agissante!

Par les paroles de mon Fils, je vous nourris, je donne des grâces à votre personne.

Ce monde est si pervers que, sans mes grâces, vous ne seriez pas ici, car Satan aurait détruit votre vie; c’est moi qui interviens pour qu’il ne détruise pas mon œuvre : vous êtes mon œuvre.

Vous avez de l’importance aux yeux du Père, mais c’est vous qui ne vous vous reconnaissez pas importants à mes yeux; tout cela, parce que vous gardez en vous ce qui vous nuit.

Il faut que vous écoutiez les Paroles de l’Évangile, il faut que vous appreniez à comprendre mon dessein d’amour.

Voilà pourquoi je me sers d’instruments d’amour; je les forme moi-même par mes grâces, par la puissance du Saint-Esprit, par mon Fils : pour chacun de vous, pour tous les enfants de la terre.

Car voici venir l’heure de la Justice de Dieu : elle sera avec vous; et vous, vous devez vous préparer dans l’amour, en sachant que je veux pour vous que du bien.

Je vous veux amoureux de moi; je vous veux amoureux de mon Fils, de l’Esprit Saint; je vous veux amoureux de ma Fille bien-aimée : Marie.

C’est par mes grâces que cet amour va se développer en vous et c’est par mes grâces que je veux enlever de vous cette peur.

Vous allez voir que votre oui va devenir un oui dans le oui de mon Fils.

Je vous apprends à vous découvrir en la présence même du Père.

Je viens moi-même vous parler, moi, Dieu, le Créateur, le Tout-Puissant, le Tout; je viens parler aux petits de ce monde.

Vous qui avez de la difficulté à écouter et à comprendre parce que vous avez une peur en vous : peur de ne pas être à la hauteur de mon amour, il faut laisser cela à mon Fils : cette peur.

Je veux, moi, vous dire des mots d’amour, des mots qui vous feront réaliser que vous vivez un moment unique depuis ma création.

Vous êtes les choisis : ceux qui vont continuer à peupler ma terre.

Vous êtes mes choisis d’amour : ceux qui vont vivre sur la terre en êtres d’amour.

Vous êtes les enfants de Dieu : ceux qui vont vivre dans un corps incorruptible.

Vous êtes mes choisis parce que ce temps est mon temps parce que moi, le Tout-Puissant, j'ai choisi ce temps.

Il est précieux le moment que vous vivez présentement; c'est un temps de préparation à la présence même du Fils de Dieu en gloire en vous.

Il faut vous préparer, il faut écouter la Parole; ouvrez votre intérieur, accueillez tout cela avec le petit enfant que vous êtes en vous.

L’Église, l’Église de mon Fils va connaître une souffrance parce qu’elle n’a pas été fidèle aux enseignements de mon Fils;

parce qu’elle a été infidèle, elle devra se laisser purifier;

parce qu’elle a été infidèle, elle devra connaître l’amour de Dieu pour elle;

mais parce qu’elle a été infidèle, elle verra qu’elle a été indigne de ma confiance.

Je vous demande, à vous, de comprendre ces paroles afin que vous vous prépariez pour ce qui vient.

Je veux déverser en vous des grâces de paix; seuls les enfants qui seront en paix passeront ce temps sans souffrance.

Comprenez ce que je viens de vous dire, c’est très important pour vous : tous ceux qui vont accueillir mes grâces de paix dans la confiance, dans l’amour, ne souffriront pas; ils vont passer cette purification dans la joie car, enfants d'amour, vous êtes membres de l’Église;

je vous demande de porter mes choisis, ceux qui ne veulent pas écouter la Parole, ceux qui ne veulent pas suivre les commandements de Dieu.

Je connais tous les enfants qui portent un oui, et ils sont nombreux ceux qui vont passer par la Grande Purification, ils vont connaître des souffrances à cause de leur entêtement, à cause de leurs peurs qui sont en eux;

mais parce que, vous, vous voulez écouter ma Parole; parce que, vous, vous voulez accepter mes grâces de paix : vous recevrez des grâces et ces grâces aideront vos frères et vos sœurs que vous portez en vous.

Cela est dit parce que c’est ma Volonté : telle est ma justice!

Je n’oublierai aucun de mes enfants parce que mon Fils est venu sur la terre pour prendre tous les péchés et les apporter à la mort : par son Précieux Sang, il vous a sauvés d’une mort éternelle.

Parce que c’est le Sang de mon Fils qui vous a sauvés, il n’y aura aucun enfant qui porte un oui qui passera la purification sans des grâces : aucun ne sera oublié.

Chacun de vous ici et chaque enfant de la Lumière préparé par la Divine Volonté, vous êtes en présence de grâces, non seulement pour vous, mais pour eux, pour tous les choisis de Dieu, pour tous ceux dont mon Fils a racheté tous les péchés afin qu’ils soient enfants de Dieu.

Tout ce que vous venez d’entendre est voulu de moi pour vous, pour ceux que vous aimez.

Chacun de vous êtes en la présence même du Saint-Esprit qui vous fait saisir ces paroles, qui vous fait comprendre votre place dans l’Église.

Il n’y a que par la puissance du Saint-Esprit que vous pouvez comprendre ces paroles; il n’y a que par la puissance du Saint-Esprit que vous pouvez voir, entendre.

Tout est union d’amour, car je suis l’Amour, je suis l’Éternel et vous, vous êtes mes choisis, mes enfants : cela est une grâce pour vous.

Soyez obéissants à votre Père et donnez chaque mouvement de peur à mon Fils; faites-le dans la foi et ayez confiance en votre Père : tout s’accomplit.

Recevez des grâces d’amour parce que Dieu le veut. Amen.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Dieu le Père vient  nous parler, il nous aime, parce qu’il tient à ce que nous soyons à son écoute; il veut nous faire comprendre ce qui s’en vient.

Il nous a parlé de la peur; cette peur fait partie de notre quotidien.

La peur est déguisée, elle est nourrie par notre volonté humaine et nous ne le réalisons pas.

À chaque jour de notre vie, nous avons côtoyé la peur; elle est en nous cette peur à cause du péché d’Adam.

Nous aimons Dieu, nous aimons Dieu le Père, Dieu le Fils, Dieu le Saint-Esprit, parce que nous avons l’amour en nous et nous avons aussi la peur : ça nous habite et cela est contre nous.

Nous nous sentons indignes d’aimer Dieu, mais c’est la peur qui fait ça; nous nous sentons indignes des grâces qu’il nous donne : c’est la peur qui est en nous.

Nous avons vieilli avec la peur, si bien qu’elle est devenue notre amie.

Comment comprendre que la peur a plusieurs visages? Comment comprendre que la peur va être contre nous au moment où nous allons voir notre vie?

Dieu nous fait réaliser qu’il attend de nous un oui d’abandon.

Comment voulez-vous qu’on analyse la peur si on ne la voit pas? Il faut la donner à Dieu cette peur.

On a la peur de ne pas aimer Dieu; on veut être aimé, et lorsqu’on sent qu’on n’est pas à la hauteur de la personne avec qui on est; eh bien, on cherche à s’enfuir, ou à tourner notre regard vers une autre personne, ou à tourner notre regard vers le matériel : tout ça, parce qu’on a peur de ne pas être aimé.

On a peur de manquer d’ouvrage. Pourquoi? Parce qu'on aime.

On aime la personne avec qui l’on vit; on veut donner tout ce qui pourrait protéger les personnes qu’on aime comme nos enfants, nos frères, nos sœurs, et lorsque l’ouvrage diminue, on a peur : on a peur de manquer d’argent.

On a peur aussi de perdre la santé parce qu’on veut aimer, on veut être aimé et si on n’a pas la santé, comment on va aimer? Qui va nous aimer alors qu’on est malade?

Tout ça fait partie de notre vie; on a vécu dans cette peur toute notre vie.

Ce n’est pas simplement la peur du noir, la peur de se retrouver dans une pièce où il y aurait des formes monstrueuses qui se présenteraient à nous.

Cette peur, nous pouvons la détecter, nous pouvons la reconnaître, mais celle qui est entrée en nous hypocritement, elle est plus difficile à détecter et pourtant, elle fait partie de notre quotidien à nous.

Elle va être contre nous cette peur, il faut la donner continuellement à Dieu.

Dieu le Père vient de nous dire : «N’ayez pas peur, donnez tout à mon Fils et ayez confiance.» Quand donner cela à Jésus?

C’est lorsqu’on s’aperçoit que quelque chose cloche dans notre vie; c’est lorsqu’on commence à s’inquiéter; lorsqu’on commence à penser à demain, alors que demain n’est même pas arrivé, c’est là qu’il faut tout donner.

Aussi, lorsqu’on pense à nos enfants, à notre mari, notre épouse, nos frères et nos sœurs, là, il faut donner.

lorsqu’on pense qu’il y a la guerre, la violence, le viol, l’inceste, l’avortement, la drogue, la boisson, le jeu, c’est là qu’il faut tout donner à Jésus.

Lorsqu’on voit nos églises se vider; lorsqu’on voit notre prêtre qui est moins pieux; lorsqu’on voit les religieuses qui ne prient plus; lorsqu’on voit l’argent qui domine : eh bien, là, il faut donner.

Ce sont des peurs, les peurs ne doivent plus nous habiter : on doit les donner constamment à Dieu, et quel est le plus beau moment, sinon lorsque Jésus s’offre à son Père?

Lorsque le prêtre, par ses mains consacrées, présente le Fils au Père, là, il faut déposer nos peurs sur l’autel.

Nous recevons des grâces; ces grâces, ce sont de la nourriture pour nous.

Il veut nous envelopper de sa paix; il faut cesser de manquer de foi.

Savez-vous que c’est la peur qui vous empêche d’accepter les grâces de guérison?

Nous sommes priants, nous aimons Jésus, nous aimons le Saint-Esprit, nous aimons Marie, Dieu le Père, comment se fait-il que nous soyons malades puisque nous recevons des grâces?

Nous recevons Jésus à l’Eucharistie, nous recevons sa Chair, son Sang, pourquoi alors on a peur? Parce qu’on manque de foi, on n’a pas confiance.

Jésus veut nous guérir, Jésus veut prendre tout ce qui n’est pas amour; il l’a déjà pris, il a porté sa Croix, sa Croix était faite de toutes nos misères : il a été glorifié par le Père.

Jésus est ressuscité et nous, est-ce qu’on y croit? Alors, dites-moi, si vous y croyez, pourquoi sommes-nous malades encore?

Nous sommes encore dans notre tombe, nous vivons dans nos noirceurs.

Jésus veut nous faire participer à sa résurrection.

Ça fait plus de deux mille ans que ce mouvement se fait connaître dans l’Église.

L’Église, c’est nous les membres et pourtant les membres sont malades, les membres ne se reconnaissent même pas vivants.

Le Saint-Esprit met ces paroles en moi afin qu’on puisse se reconnaître comme des enfants indignes de toutes les grâces que nous avons reçues.

Nous n’avons pas compris que Jésus nous prenait dans sa résurrection.

Il a attendu deux mille quatre années pour nous parler ainsi, il a attendu toutes ces années, savez-vous pourquoi? Pour qu’on ait assez de grâces pour vivre ce moment.

Il a fallu toutes les grâces de nos frères et de nos sœurs pour se rendre où nous sommes aujourd’hui.

Tout cela, parce que nous avons avancé avec des peurs : toutes ces grâces à vaincre notre peur!

Parce que si on aurait toutes ces grâces en nous sans la peur,

on serait déjà ressuscité, on serait déjà immortel, nos enfants seraient dans la joie.

Mais nous avons été indignes des grâces que nous avons reçues et, malgré cela, Dieu le Père nous nourrit quotidiennement.

Lorsqu’on dit le Notre Père, c’est une prière à Dieu le Père, elle est remplie de grâces; il nous rappelle sa présence auprès de nous, il nous rappelle que nous sommes ses enfants.

Lui s’en souvient, lui ne l’a pas oublié, mais nous, à cause de notre peur, nous n’avons pas compris cette prière, nous l’avons dite, mais avec ce que nous sommes;

et toutes les grâces que nous avons eues, à chaque fois que nous avons dit cette prière, nous tenaient en vie, alors qu’elles auraient dû être pour nous des grâces de lumière, des grâces de vie, des grâces d’abondance, des grâces de joie, éternellement.

Mais, à chaque jour, il faut recommencer, parce qu’à chaque jour nous vivons avec ce que nous sommes : des incrédules!

Combien d’années à écouter Marie nous parler du retour de son Fils? Combien ont douté des paroles de Marie?

Combien ont rejeté les messages venant du Ciel pour nous, alors qu’en ce moment même, nous vivons ce que Marie nous a annoncé?

Nous vivons la Grande Pentecôte : le Saint-Esprit nous couvre de sa Présence.

À la communion, j’avais les yeux fermés et le Saint-Esprit s’est présenté, il était tout habillé de blanc et il m'a dit : «Viens» et je l’ai suivi.

Et là, je me suis fait comme battre par un coup d’aile et, de l’autre côté, la même chose.

Je ne comprenais pas ce qui se passait, et là, il a dit : «Je t’ai prise sur mes ailes» et il me faisait monter, monter, et j’ai vu la terre; je voyageais sur les ailes de l’Esprit Saint;

et il me montrait la terre : et il me montrait qu’il était là, qu’il était présent, qu’il se tenait pour nous avec toute sa puissance, sa puissance de vie, sa puissance de force;

et il a répété par trois fois : «Grâces de paix, grâces d’amour»; par trois fois, il a répété ces grâces.

Et là, il m’a ramenée ici et j’ai reçu une pluie de grâces,

et à l’instant que l’Esprit Saint se tenait debout devant moi, il me faisait comprendre qu'il passait à travers vous.

Chacun de vous qui avez été communié avez passé à travers l’Esprit Saint.

Tous vous avez été en présence même de l’Esprit Saint ce soir.

Il vous prépare, il vous prépare à recevoir des grâces de paix et d’amour afin qu’on puisse s’aimer assez pour lui donner nos peurs, donner les peurs à Jésus, obéir à Dieu le Père.

C’est ce qu’il attend de chacun de nous et il nous donne tout pour que cela se produise.

Et nous, incrédules que nous sommes, nous ne profitons pas de toutes ces grâces qu’il nous donne!

Il dit que ce n’est pas seulement aujourd’hui qu’il a déployé sa puissance, il l’a fait à chaque instant de notre vie.

Il est si amour que pas un instant il a voulu nous laisser seuls avec notre peur,

parce qu’il savait que nous étions pour nous détruire.

C’est l’amour de Dieu, Dieu trois fois saint!

Il nous fait connaître ces mots parce qu’il nous aime, parce qu’il veut que nous nous aimions.

Il vient de dire : «Va maintenant, c’est assez pour ce soir.»

Merci, Esprit Saint d’amour!