Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Plantagenet, Ontario,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus

2012-06-02 – A.M. Partie 1

Maman Marie : Les enfants de Dieu ont besoin, ont besoin de comprendre. Vous avez besoin de comprendre, mes petits enfants, vous avez besoin de vous abandonner en la Volonté de mon saint Fils. En chacun de vous, il y a la volonté, la volonté de vouloir faire plaisir à Dieu. Donner votre oui, mes petits enfants, cela vient de vous; ce oui, il vous appartient. Rien en dehors de ce oui vient de vous-mêmes, il n'y a que le oui. Lorsque vous voulez vous donner à Dieu, lorsqu'il est prononcé, Dieu prend toute la place.

Soyez tout petits, mes enfants, et écoutez la voix du Seigneur. La voix de votre Dieu se fait entendre par la puissance du Saint-Esprit. Elle est en votre cœur, elle se fait présence afin que vous soyez tout abandonnés pour vos frères, pour vos sœurs : mes enfants. Je suis la Mère de l'Église, vous êtes les enfants de la Mère de l'Église. Je suis l'Immaculée-Conception. Je vous ai donné mon Fils. Le fiat, mes petits enfants, a été prononcé par mon Cœur. Tout en moi avait été préparé. Dans la foi j'avançais, parce que Dieu avait mis en moi toutes les grâces. Le Saint-Esprit m'enveloppait de son amour. Mes petits enfants, il faut que vous soyez tout abandonnés en le Seigneur. Il faut faire confiance en Dieu, ne pas avoir de regards vers vous-mêmes, c'est une grâce.

Il y a si longtemps, il y avait des enfants qui marchaient sur la terre, ils regardaient tout autour d'eux et ce qu'ils voyaient, c'était des enfants comme eux. Pourtant, ils avaient eu des enseignements d'amour : «Aimez votre Dieu, n'adorez que votre Dieu, n'allez pas vers d'autres dieux que moi.» Ceci avait été donné par ordre de Dieu. Dieu avait interdit aux enfants qui devaient être sur la terre d'aller vers d'autres dieux. Lorsque, mes enfants, Dieu le Tout-Puissant dit ces paroles, c'est pour protéger ses enfants. Ils ne devaient pas aller vers d'autres dieux, afin de garder leur âme pour Dieu. Lorsqu'on va vers des faux dieux, l'âme est emprisonnée : elle est étouffée par le mensonge, elle se meurt dans la fausseté.

Dieu veut du bien pour chacun de vous, il vous demande de vous abandonner comme des petits enfants. Dieu amène les enfants vers le bonheur, vers la joie, vers le partage, l'amour, la charité. Les faux dieux amènent les enfants à la division, à la guerre, aux révoltes, aux mensonges, à la cupidité, et lorsqu'ils pénètrent dans ces malheurs : il devient égoïste, menteur, violeur, ivrogne, il abuse de tout, il est contre lui-même. Vous êtes les enfants de l'Amour. Vous êtes faits pour l'amour, mes enfants. Dans l'amour, il y a la force, il y a la force de Dieu afin que vous puissiez être devant Dieu des enfants obéissants, abandonnés en sa Volonté. Lorsque les enfants vont vers les faux dieux, les démons les amènent à être égoïstes, à user d'un pouvoir contre le prochain. Ce pouvoir divise, ce pouvoir anéantit, ce pouvoir fait mourir mes enfants. Lorsque ces enfants usent de ce pouvoir, l'âme se meurt.

Mes petits enfants, ayez la foi en Dieu, qu'en Dieu, pas la foi envers vous-mêmes, ni envers votre prochain, envers Dieu seulement. Avoir la foi envers vous-mêmes vous amène à être incertains face à vous-mêmes. Avoir la foi envers votre prochain vous conduit là où vous ne voulez pas aller et faire les choses que vous ne voulez pas faire. Dieu est Dieu. Il faut faire confiance qu'en Celui qui a créé tout ce qui est d'invisible et tout ce qui est visible. Moi, la Mère de Dieu le Fils, je vous ai donné mon Fils. Je n'ai pas gardé pour moi l'Enfant qui m'avait été donné par Dieu lui-même. Lorsque j'ai prononcé le fiat, mes enfants, j'ai prononcé le fiat avec tout mon amour.

Je connaissais les Écritures, je connaissais tout ce qui devait s'accomplir et j'ai accepté. J'ai accepté de prendre en mon sein virginal l'Enfant-Dieu et j'ai accepté tout ce qui devait s'accomplir dans ma vie par amour pour vous. Mon être tout entier devait accepter le glaive dans le Cœur de la Mère. C'est avec la foi que j'ai accompli ce qui devait être, car tout était écrit dans les Écritures. Je faisais partie des Écritures, mes enfants, et vous faisiez partie des Écritures. On parlait d'un temps où une vierge devait enfanter le Messie, le Sauveur du monde; on parlait que le Sauveur du monde devait tout prendre sur ses épaules; on parlait que le Sauveur du monde devait tout accepter, et que ces souffrances il devait les prendre en sa chair, car il est dit qu'il était méconnaissable tant il souffrait.

Est-ce qu'elles parlaient pour ce temps, mes enfants, que pour ce temps? Elles parlaient pour tous les enfants passés, présents et futurs. L'Écriture parlait que tout cela était pour s'accomplir. Un temps d'attente les amenait à s'abandonner pour croire en le Messie. Ils devaient avoir la foi, ils devaient vivre la foi, ils devaient pénétrer la foi, ils devaient être consentants à faire la Volonté de Dieu, pas leur volonté, car le temps était le temps de Dieu le Père et non pas le temps des enfants de ce monde. Guerre sur guerre, conséquence sur conséquence, ils ont dû vivre. Combien de fois le peuple de Dieu a été sous l'emprise des ennemis lorsqu'ils perdaient la foi, lorsqu'ils allaient vers des faux dieux?

Mes petits enfants, il en est de même pour ceux qui ont étudié les Écritures d'aujourd'hui. Tout est accompli. Ceux qui regardent les Écritures, ils doivent les regarder avec l'Esprit de Dieu, ils doivent s'abandonner, avoir foi en Dieu, pas envers eux-mêmes. C'est par la puissance du Saint-Esprit qu'ils ont des lumières. Vous avez tous entendu que les saints Apôtres, mes enfants, qui avaient peur, qui se sont rassemblés au Cénacle au milieu de la sainte Maman et qui ont reçu le souffle de l'Esprit Saint, ils ont consacré leur vie à parler aux enfants de Dieu de foi.

Oui, mes petits enfants, lorsque mon Fils est venu sur la terre par mon fiat voulu par Dieu le Père sous la puissance du Saint-Esprit, il a parlé du Royaume de Dieu. Les Écritures s'accomplissaient. Ceux qui écoutaient Dieu le Fils étaient témoins que les Écritures s'accomplissaient. Il a fallu, mes petits enfants, que cela soit comme Dieu le Père le voulait. Les enfants souffraient à cause de leur manque de foi d'autrefois. Ils portaient la conséquence de ceux qui étaient jadis avant eux. Ils ont été témoins de Celui qui EST et qui accomplissait des prodiges. Il a guéri des malades, il a redonné vie aux morts et, malgré tout cela, ils manquaient de foi; à cause de cela, ils souffraient, ils avaient peur.

Lorsque mon Fils est mort sur la Croix, combien d'enfants l'ont suivi? Je suis restée, moi, auprès de mon adorable Dieu, auprès de mon Fils. Jean s'est maintenu auprès de moi parce qu'il était l'enfant de cœur. Que de grâces mon Cœur donnait à son cœur, que de grâces, mes enfants! Il a accepté ma présence auprès de lui et mon Fils l'a récompensé parce que telle était la Volonté de Dieu. Mes enfants, Jean était un apôtre d'amour tout comme les autres étaient des apôtres d'amour. Son cœur était si grand et son être si petit! Il ne demandait qu'à être là. Parfois, Dieu lui donnait des lumières intérieures : il les saisissait, mais il les perdait, parce qu'il portait encore sur lui les conséquences d'un monde qui ne voulait pas de Dieu seul. Jean pénétrait sa vie spirituelle, malgré sa vie extérieure qui l'amenait parfois dans la noirceur, mais il apprenait, il apprenait à secouer tout cela pour pénétrer sa vie intérieure. Son amour pour Jésus était si grand, mes enfants, si grand! Il était si petit, mes enfants, si petit! Voilà pourquoi mon Fils m'a confiée à lui. Il devait en être ainsi parce que les Écritures le voulaient ainsi.

Ayez la foi, mes enfants, soyez petits, mes enfants, et moi, votre Maman, je vous donne des grâces qui viennent directement de mon Cœur. Ayez confiance, mes enfants, que le Ciel vous amène là où vous n'êtes pas capables d'aller. Vous êtes membres de l'Église, vous êtes temples de l'Église. Lorsque vous apprenez à vivre de votre intérieur plus que de votre extérieur, vous pénétrez le temple. Vous entrez dans le lieu saint de Dieu et Dieu vous fait comprendre et Dieu vous fait voir votre place. Lorsque vous acceptez tout cela, vous acceptez de vivre ce que les autres n'ont pas encore accepté. Est-ce que Dieu vous préfère aux autres? Non, mes enfants, Dieu est trop amour, il y a en votre présence tous les enfants.

Avant votre venue en le sein de votre maman par la vie, Dieu vous connaissait, Dieu connaissait votre mesure. Vous souvenez-vous, mes enfants, de la mesure? C'est Dieu qui tient votre vie entre ses mains et chaque étape de votre vie est connue de Dieu. Il sait qui vous êtes au présent, il sait que votre passé fait partie de votre présent et que votre futur fait partie de votre présent. Dieu a vu votre consentement, Dieu a vu votre foi. Votre foi, mes enfants, c'est ce que vous acceptez et qui vient de Dieu sans voir. Votre foi est telle que toute votre vie devient la vie que Dieu attend de vous. C'est Dieu qui vous conduit et vous vous laissez conduire par Dieu, et cela se fait au présent dans votre vie. Cela veut dire, mes enfants, que votre passé, que votre présent, que votre futur ne font qu'un. Voilà pourquoi vous avez été choisis, voilà pourquoi votre vie est ce qu'elle est aujourd'hui.

Vous êtes tous ensemble, petits enfants, passés, présents et futurs, vous êtes tous ensemble. Votre présent, à cet instant même, fait partie de l'éternité. À Dieu seul de vous faire vivre ce temps. C'est son éternité, ce n'est pas votre éternité parce que, mes enfants, vous êtes en l'éternité. Est-ce que moi j'ai contrôlé le temps, mon temps? Est-ce que moi, mes enfants, qui suis la toute petite fille qui a prononcé le fiat à l'annonce de l'Archange Gabriel, ai-je été dans mon temps ou dans l'éternité de Dieu? Je n'ai pas contrôlé le temps, mes enfants, je n'ai pas contrôlé la Volonté de Dieu. C'est Dieu qui est Dieu, ce n'est pas moi.

Je m'incline avec beaucoup d'amour, car j'ai consenti à ce que ma vie soit entre les mains de Dieu, car elle est à Dieu. Tout ce que je suis appartient à Dieu, cela ne m'appartient pas, mes enfants. Je parle de ma vie. Mon esprit est à Dieu, mon cœur est à Dieu, mon âme est à Dieu, tout lui appartient, ainsi les Écritures sont pour moi temps de Dieu. Tout ce temps, qu'il soit dans le temps des premiers prophètes, qu'il soit dans le temps de l'attente, qu'il soit dans le temps de l'accomplissement, qu'il soit dans l'attente de la Gloire de Dieu, tout est à Dieu.

Mes petits enfants, le Ciel vous parle ainsi afin que vous soyez obéissants, abandon dans le temps de Dieu. Par la puissance du Saint-Esprit, vous êtes en présence même, à cet instant, de la Volonté de Dieu. C'est la Volonté de Dieu le Père que vous puissiez entendre ce que la Mère du Dieu le Fils veut vous faire comprendre, et mon vouloir ne vient pas de moi, mais de Dieu. Ce que vous vivez, mes enfants, est grâce. Vous êtes les choisis parce que vous avez été fidèles. Dieu appelle aussi ses enfants à être fidèles. Dieu vous fait comprendre que tout ce que vous êtes, en ce moment, est voulu par Dieu parce qu'il vous connaît. Il est important, mes enfants, que vous soyez dans la foi. Il est important, mes enfants, que vous compreniez la foi.

Je sais, moi, mes petits, que vous avez hâte à la très Grande Purification de la chair. Soyez sincères envers vous-mêmes, mes enfants, est-ce que vous êtes impatients? Ô petits enfants, Maman est là pour vous dire : tu n'écoutes pas le Bon Dieu! Il te dit d'être un bon petit enfant et tu veux contrôler Dieu? Que fais-tu? Va t'asseoir et va penser à qui tu t'adresses? Tu t'adresses à la Toute-Puissance! Rien de ce que tu connais et que tu connaîtras n'a d'égal avec Dieu. Ne sais-tu pas que tu es une toute petite poussière? Il n'aurait qu'à souffler sur toi et tu t'envolerais, où irais-tu? Tu vois, tu as besoin de penser à qui tu t'adresses.

Ne t'inquiète pas, Maman est là, elle va t'aider. Je vais m'asseoir à côté de toi, je vais te dire : 'Écoute, il y a dans ton petit cœur une toute petite lumière. Elle est si petite qu'il te faudrait des lunettes pour la voir, de grandes, grandes, grandes lunettes très épaisses aussi, et avec ta volonté, là, peut-être tu pourrais voir la lumière, mais avec mes grâces, tu pourrais la voir sans lunettes.' Tu n'as qu'à dire : "Maman, je te prie de m'aider." Moi qui suis la toute Maman puissante, je vais te dire : 'Il y a en toi cette lumière et c'est la puissance de Dieu. Toi qui es la toute, toute petite poussière, laisse-moi souffler sur toi, car je suis l'Épouse du Saint-Esprit et lorsque je soufflerai sur toi, tu verras, tu t'en iras vers la lumière.'

As-tu confiance en Maman? (R : Oui.) As-tu la foi que Dieu a donné à ta Maman ce dont elle a besoin pour t'aider? (R : Oui.) Alors, lorsque je vais souffler, je ne manquerai pas mon coup, tu sais, et tu vas entrer dans cette toute, toute, toute petite lumière, parce que tu seras toute, toute, toute, toute, toute, toute disparue. Une fois dans cette lumière, tu verras, tu verras la beauté de Dieu. Tu verras combien Dieu est le seul qui peut t'amener à être ce que tu dois être : un enfant parfait qui aime Dieu sans condition, qui aime Dieu plus que tout, qui aime Dieu à un tel point qu'il aime ce qu'il a créé : toi. Oui, il t'a créé. Il t'a donné tout son amour pour que tu puisses l'aimer, n'aimer que lui. Lorsque tu n'aimes que Dieu, tu aimes tout ce qu'il a créé pour toi. Tu sais, il a créé tous tes frères et tes sœurs pour toi. Dieu a donné son amour; son amour est en tous les enfants. Lorsque Dieu regarde ses enfants, il regarde son amour.

Tu vois comme c'est facile lorsque tu écoutes Maman? Voilà pourquoi je te dis : 'Aime-toi pour que tu puisses aimer tous tes frères et tes sœurs.' C'est la Volonté de Dieu que tu apprennes à t'aimer devant lui; c'est la Volonté de Dieu que tu acceptes tout ce qui vient de lui; c'est la Volonté de Dieu que tu aies la foi en tout ce qu'il fait, en tout ce qu'il dit. Dieu est la Volonté, il est en son Tout. Qui est au-dessus de tout? Dieu. Qui est Dieu? Il y a trois Personnes en Dieu. Et qui est au sommet? La Volonté, l'Amour, le Suprême : Dieu le Père. Le Fils fait la Volonté du Père, car il est amour du Père. Il est en le Père et le Père est en le Fils, ils ne font qu'un. Le Saint-Esprit est en le Père, en le Fils. Tout ce que le Père veut, le Fils le fait, donc le Saint-Esprit est la Lumière, la Puissance, il fait comprendre ce qui est dans l'éternité, il fait voir ce qui est dans l'éternité, car Dieu est Dieu.

Ce que le Saint-Esprit est, Dieu le Père le nourrit. Ce que Dieu le Fils est, Dieu le Père le nourrit. Ce que Dieu le Saint-Esprit est, Dieu le Père, Dieu le Fils le nourrit. Il est la Volonté de l'Amour. Il est la Volonté du Père, il est la Volonté qui s'accomplit en le Fils. Il est la Lumière du Père, il est la Lumière du Fils. Il est la Suprématie du Père, il est la Suprématie du Fils qui procède du Père : les trois ne font qu'un. Ils sont l'Amour, c'est l'Essence de l'Amour. Il n'y a qu'un seul Dieu. Et moi, la Mère, la Mère de l'Amour, il m'a été donné par Dieu le Père, Dieu le Fils, Dieu le Saint-Esprit de comprendre, parce que mon fiat était devant eux, parce que je suis enfant de la Divine Volonté. Enfant de la Divine Volonté, c'est être dans la Volonté par la grâce. C'est Dieu qui l'a voulu, ce n'est pas moi. Je me suis inclinée devant leur Vouloir avec une telle joie. La joie venait de Dieu, elle me remplissait. Je pénétrais en Dieu parce que Dieu m'attirait à lui.

Et vous, mes petits enfants, qui entendez ces paroles, voulez-vous de Dieu? (R : Oui.) Dieu vous fait voir sa Volonté, Dieu vous fait comprendre sa Volonté parce que ces temps, mes enfants, sont des temps d'accomplissement. Laissez votre cœur abandon, mes enfants. Laissez venir à vous la Volonté de Dieu, pénétrez-la. Saisissez par votre oui la Volonté de Dieu, car c'est Dieu qui vous fait saisir, ce n'est pas vous. C'est Dieu qui veut vous faire comprendre, ce n'est pas vous qui pouvez comprendre, laissez tout cela à Dieu. Dieu vous parle d'un monde d'amour. Ce monde sera construit d'enfants qui auront la foi. Dieu veut faire de vous des enfants obéissants, abandonnés, dans son temps d'éternité. Il est important, mes enfants, que vous puissiez pénétrer la Volonté de Dieu en étant tout petits.

Mes petits enfants, vous êtes fatigués à cet instant. Levez-vous debout. Maintenant, faites un tout petit rond bien tranquillement (♪). Mes petits enfants d'amour, que de volonté! Est-ce que Maman vous parle à l'intérieur de vous? Et vous, vous êtes extérieurs.

Je vais vous raconter une histoire. Un jour, un tout petit oiseau sortit de sa coquille. Il regarda cette lumière. Elle était si puissante qu'il ne pouvait pas fixer cette lumière. Lorsqu'il commença à bouger, il s'aperçut qu'il pouvait se dégager. Lorsque sa coquille tomba, il était sorti de sa coquille. Il ne put comprendre ce qui s'était passé. Il avait déjà oublié qu'il avait été dans cette coquille et il s'éloigna de cette coquille. Lorsqu'il déploya ses ailes, il s'envola. Qu'était-il arrivé de sa coquille? Lui ne s'en préoccupait pas.

Lorsqu'un tout petit enfant sort du sein de sa maman, il en sort sans s'apercevoir de ce qui s'est passé, mais sa maman, sa maman n'oublie pas. Elle lui rappelle qu'il est son enfant. Même lorsqu'il est grand, sa maman le lui rappelle afin qu'il se souvienne de qui il est. Alors, mes enfants, il en est de même pour Dieu. Vous êtes sortis de votre Dieu à cause de votre non. Dieu s'est maintenu en vous, vous rappelant qui vous êtes. Dieu ne s'éloigne jamais de vous, même si vous, vous vous éloignez de lui.

Maintenant, mes petits enfants, demeurez là où vous êtes et rappelez-vous de qui vous êtes : vous êtes de Dieu. Même si vous avez quitté l'Esprit de Dieu, vous êtes de Dieu. Tranquillement, que vos petits pas commencent à bouger sur eux-mêmes, c'est-à-dire, faites un tout petit tour sur vous-mêmes, n'est-ce pas un rond, mes enfants? Eh bien, mes enfants, faites-le. Est-ce que cela est compliqué? (R : Non.) Pourtant, vous l'avez compliqué au début. Un tout petit enfant d'un an, deux ans, aurait compris.

Mes enfants, c'est ainsi que cela va se passer. Dieu fera un tour sur vous-mêmes. Il déploiera sa toute-puissance sur vous. Ce souffle sera si puissant! Il fera le tour de la terre et vous serez sous la mouvance de l'Esprit d'amour, et là, mes enfants, en un instant, vous serez en vous. Avez-vous compris, mes petits enfants? Tout s'accomplira comme Dieu le veut, pas comme vous, vous croyez. Alors, cessez de compliquer votre vie, cela n'appartient qu'à Dieu, cela ne vous appartient pas. Parce que vous avez oublié et Dieu, lui, n'a pas oublié, parce que vous avez quitté le monde de Dieu, Dieu, lui, n'a pas oublié que vous appartenez à son monde d'amour.

Mes petits enfants, maintenant, prenez un repos. Je vous aime.