Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Plantagenet, Ontario,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus

 

 

2012-05-25 – Soir  Partie 1

 

Jésus : Mes petits enfants d’amour, à moi de vous inviter chez moi. Laissez-vous pénétrer. Laissez à moi de vous donner ce dont vous avez besoin pour écouter la voix du Seigneur. Elle est en vous la voix du Seigneur. Je suis en vous, mes enfants. Tout ce dont vous avez besoin, c’est la foi.

Par la grâce, par la Volonté de mon Père, entrez, entrez dans la lumière. Qui peut pénétrer la lumière? Les enfants de mon Père. Ce dont vous avez besoin, mes enfants, c’est d’être des tout petits enfants. Ne regardez pas en arrière, avancez. Ne demeurez pas sur place, ayez la foi. Ne cherchez pas ailleurs qu’en vous, c’est là où je me tiens. Mes enfants, c’est moi votre Dieu qui vous ai appelés, c’est moi qui vous ai invités.

Ce soir, Dieu vous dit : «Bonsoir, mes enfants». Si peu d’enfants répondent à l’appel de leur Dieu. Vous qui avez répondu à mon amour, vous qui êtes ici ce soir, qui avez quitté vos foyers, qui avez quitté vos amis, qui avez quitté votre confort pour venir vous asseoir sur des chaises dures, moi, votre Dieu, je vous dis merci. Comme je voudrais, mes enfants, qu’un nombre incalculable ait répondu à mon appel. Si peu, si peu veulent tout quitter pour moi. Oh! Je ne me plains pas, mes enfants, puisque je vous apprends à ne pas vous plaindre. Je vous ouvre mon Cœur, je vous déclare mon amour et je leur déclare mon amour à travers votre cœur.

Un jour, les enfants de ce monde me verront en eux. N’est-ce pas pour cette raison, mes enfants, que Dieu parle dans les cœurs? C'est Dieu qui veut tout pour vous. Vous, vous ne pouvez pas avoir tout pour vous-mêmes, car vous avez refusé le tout. C’est moi qui viens tranquillement dans votre vie, c’est moi qui vous appelle à m’écouter, c’est moi qui vous fais entendre un langage d’amour, de supplication. J’entends vos conversations, mes enfants, j’entends toutes les paroles que vous dites entre vous et je sais que plusieurs d'entre vous voulez croire en ce que vous vivez en ce temps.

Mes enfants, j’ai préparé les enfants de mon Père depuis ma venue sur la terre à vivre cet instant. Je suis le Bonheur, je suis le Royaume, je suis la Lumière du monde, je suis Celui qui a donné sa Vie pour vous, je suis le Ressuscité, et c’est par la puissance du Saint-Esprit que vous pouvez entendre ce que Dieu dit à l’intérieur de vous.

Petits enfants d’amour, croyez en ce que vous entendez, car ce que vous entendez vous appartient. Je me suis donné à vous. J’ai donné ma Vie afin que vous soyez vie en ma Vie. Oh! Comme ces paroles, mes enfants, sont des paroles d’amour venant de votre Dieu. Je me penche sur chacun de vous, je me penche sur chacun des enfants de mon Père, afin que chacun reçoive ce que mon Père veut lui accorder. Qu’est-ce que mon Père veut vous accorder? Des grâces, des grâces, mes enfants, afin que vous puissiez vous donner pour vos frères et vos sœurs du monde entier. Avant même que vous soyez, mon Père vous connaissait et mon Père vous a appelés 'ses enfants'. Je vous appelle 'mes enfants'.

Je vous apprends à vous donner, je vous apprends à aimer inconditionnellement. N’est-ce pas de l’amour que j’ai pour vous, n’est-ce pas de l’amour que j’ai pour mes enfants? Chaque mot que je prononce, mes enfants, sont importants puisqu’ils vous ouvrent à l’amour. Vous ouvrir à l’amour, mes  enfants, c’est vous préparer pour ce que vous allez vivre, pour ce que vous allez voir, pour ce que vous allez comprendre. Croyez-vous que le temps est long? Combien de temps encore vais-je me répéter? Combien de temps encore, mes enfants, pour vous préparer à ce qui vient? Je vous enseigne l’amour, je vous enseigne à vous comporter en enfants d’amour.

Ayez la foi en ce que je vous annonce, ayez la foi en ce que vous êtes en ce moment même en train de vivre : ma présence en votre vie. On ne veut pas croire en mes prophètes, on ne veut pas croire au choix de mon Père. Les pas que vous faites, vous devez les faire devant mon Père devant votre foi. Si vous aviez la foi aussi grande qu’un grain de moutarde, mes enfants, vous ne douteriez pas des paroles que vous entendez par la puissance du Saint-Esprit. Aujourd’hui vous entendez et vous êtes dans la joie. Comment allez-vous vous comporter lorsque quelqu’un vous dira : 'Tu crois en cela? Tu n’as donc pas peur que cela soit faux?'

Petits enfants d’amour, lorsque ces paroles sont prononcées, vous devez demeurer inébranlable afin de nourrir de votre foi la personne qui vous parle. Avez-vous ce courage, cette foi? Avez-vous cette force? Êtes-vous capable, mes enfants, de résister aux tentations? Car Satan entend, lui. Satan capte votre regard et il scrute toutes vos pensées, non qu’il soit capable d’aller à l’intérieur de vous, mais vos pensées surgissent de vous et tous vos gestes deviennent ce que vous êtes.

Soyez forts, mes enfants, soyez vigilants, soyez vrais, soyez sincères, soyez amoureux de votre Dieu, soyez amoureux de vous-mêmes et soyez amoureux de votre prochain. Lorsque vous apprenez à être vous-mêmes, vous apprenez à ne pas tomber en tentation, et la tentation, mes enfants, attention, elle est très hypocrite. La tentation peut vous flatter comme elle peut vous faire mal.

Lorsque vous êtes dans la douleur, mes enfants, là, par moment, vous avez appris à refuser, mais à d’autres moments, mes enfants, que faites-vous? Vous attendez, vous êtes fatigués, et lorsque vous attendez et que vous ressentez votre fatigue, lorsque vous ressentez la redondance, là, mes enfants, vous tombez, et comment cela se fait-il? C’est que vous êtes devenus une nourriture pour vos frères et vos sœurs, une nourriture qui n’a pas apporté une nourriture de foi, de force, de sincérité, de persévérance à vos frères et vos sœurs.

Mes petits enfants, je ne suis pas en ce moment même en train de vous chicaner, je ne suis pas en ce moment en train de vous montrer que vous êtes dans vos erreurs, je mets devant vous de la lumière afin de vous montrer tout ce que Satan peut se servir pour faire souffrir. Il y a tant à donner, mes petits, il y a tant à donner! Vous êtes une nourriture si précieuse pour Dieu. Chaque parole que vous dites nourrit, mes enfants, ceux qui ne viennent pas à moi; chaque regard que vous portez peut apporter du courage à mes enfants. Voilà pourquoi c’est si important que vous preniez conscience de tout votre être.

Soyez courageux et avancez. Dieu prend soin de vous, Dieu vous donne ce dont vous avez besoin pour vivre en ces temps. Le chemin est devant vous, avancez, mes enfants. Vous regardez en ces temps ce monde, ce monde qui n’est pas un monde d’amour. Les grandes nations tombent, mes enfants. Ils veulent contrôler les enfants de Dieu et plus ils veulent contrôler les enfants de Dieu plus ils tombent, car tout ce qui est sans amour ne résiste pas, tout ce qui est sans foi tombe.

Est-ce que vous aimez, mes enfants? (R : Oui.) Est-ce que vous croyez que vous êtes amour? (R : Oui.) Croyez-vous que vous êtes plus fort que tout ce qui est contre vous? (R : Oui.) Êtes-vous convaincus que vous êtes amour? (R : Oui.) Est-ce que l’Amour a des faiblesses? (R : Non.) Alors, je vais vous reposer encore la question. Êtes-vous amour, mes enfants? (R : Oui.) Est-ce que vous êtes amour, mes enfants? (R : Oui.) Est-ce que vous êtes convaincus que l’Amour a vaincu le mal?  (R : Oui.) Êtes-vous des gagnants? (R : Oui.) Alors, mes enfants, vous êtes à la bonne place : en Dieu, en l’Amour. C’est moi qui ai vaincu le mal pour vous, c’est moi qui ai amené le mal à la mort. Ainsi, mes enfants, je vous ai gagné la vie éternelle. Croyez-vous en cela? (R : Oui.)

Alors, mes enfants, regardez ce monde qui a besoin de vous. Les enfants de mon Père ont besoin de vous. Ils ont besoin de croire en l’amour, ils ont besoin de voir des enfants d’amour qui croient en l’amour, ils ont besoin de vivre avec des enfants qui croient en ce qu’ils sont. Croyez-vous en vous, mes enfants? Croyez-vous que l’amour que vous me portez est plus fort que tout? (R : Oui.) Quelqu’un qui a l’amour a tout, mais quelqu’un qui se dit avoir tout et qui n’a pas d’amour n’a rien. Alors, mes enfants, laissez passer l’amour avant tout et l’amour parlera pour vous, l’amour témoignera de vous, l’amour illuminera votre vie et tout ce que vous ferez sera inébranlable.

Les tours peuvent tomber, mes enfants, mais pas l’amour, pas les enfants d’amour. On peut emprisonner, mais on n’emprisonne pas l’amour, car même dans les prisons, mes enfants, l’amour est libre. Même lorsqu’on empêche les enfants d’amour de parler, on ne peut empêcher l’amour de s’exprimer : il s’exprime par un regard, par un sourire, par un geste. C’est le langage, le langage de Dieu, le langage de l’Amour, le langage de l’Éternité. Là est votre place.

Voyez-vous, petits enfants d’amour, ce que votre Seigneur, ce que votre Maître, ce que votre Dieu, est en train de faire avec vous? Vous montrer qui vous êtes. Oui, il est vrai qu’on ne veut plus de moi et ceux qui veulent de moi veulent leurs lois. Moi je veux, je veux d’eux. Je veux leur montrer que je les aime et je me sers de vous. Je me sers de ce que vous devenez avec l’amour pour mettre à l’intérieur d’eux votre langage, votre regard, votre écoute pour mettre à l’intérieur d’eux vos gestes d’amour, vos sentiments d’amour. À travers la souffrance de ce monde, mes enfants, vous passez; malgré les tempêtes, mes enfants, vous avancez; dans cette grande noirceur, vous brillez. N’est-ce pas ce que je vous ai annoncé?

Mes enfants, écoutez votre cœur, il est rempli de 'je t’aime'. Tous les 'je t’aime' que vous avez dit, mes enfants, à votre Dieu, ce soir je vous les présente. Prenez-les dans votre vie, vivez-les, mes enfants. Soyez la nourriture pour vos frères et vos sœurs, soyez les enfants qui aimez inconditionnellement tous ceux qui vous calomnient. Vous avez assez de 'je t’aime', mes enfants, pour les habiller de 'je t’aime'. Vous avez assez de 'je t’aime', mes enfants, pour mettre en leurs paroles vos paroles : des 'je t’aime' d’amour, des 'je t’aime' sincères, vrais, solides, persévérants. Ce sont vos 'je t’aime', car les miens deviennent les vôtres et les vôtres deviennent les miens.

Qui est vous-même, qui est moi-même? L’Amour. Je suis l’Amour. Je vous pénètre, mes enfants. C’est moi qui vous fais amour. Rien ne vient de vous-mêmes, c’est Dieu qui vous a créés, c’est Dieu qui vous a donné son souffle de vie. Vous êtes l’amour. Tout ce que mon Père vous a donné est en vous, c’est son souffle de vie. Je suis en mon Père, je suis en son souffle d’amour. Le Saint-Esprit est en vous, mes enfants. Il est en le Père, il est en le Fils, il est l’Amour. À cet instant même, mes enfants, laissez-vous caresser par l’Amour.

Le monde de mon Père est en vous. Il est fait de beauté, rempli de paix et de joie. Ne sentez-vous pas votre vie? Ne sentez-vous pas en vous l’amour? Là, à cet instant, vous êtes vous-mêmes parce que vous êtes en présence de votre Dieu à cet instant, mes enfants, parce que vous êtes instruments pour vos frères et vos sœurs du monde entier, pour tous ceux qui vont entendre ces mots. Vous êtes l’amour, je vous rends éternel dans cet amour. Éternellement, je vous ferai ressentir ma joie d’être ici en vous en m’accueillant, moi, votre Dieu.

Cette maison, mes enfants, elle est faite de murs, elle est faite de matériel, et pourtant, c’est Dieu qui l’a choisie, c’est Dieu qui l’a voulue pour vous. Combien plus, mes enfants, votre cœur à cet instant est rempli d’amour, de lumière, de joie. Dieu est présent. Dieu vous rend aussi beaux que votre oui. Vous êtes mes enfants, vous êtes mes choisis.

Oh! Mes enfants, remplissez votre cœur de l’amour, de l’amour de tous vos frères et de vos sœurs du monde entier. À cet instant je vous les donne. Prenez vos sœurs, prenez vos frères, ils sont à vous. Dieu a ce pouvoir de vous les présenter. Est-ce que vous les voulez mes enfants? (R : Oui.) Prenez-les, ils sont à vous comme vous, vous êtes à eux. C’est Dieu qui a créé l’amour. Vous êtes l’amour et Dieu vous a créés. C’est ce que je viens chercher. Je viens chercher le oui de tous les enfants créés, je viens chercher le oui à l’Amour. Ce oui appartient à Dieu, ce oui appartient aux enfants que mon Père a créés.

Je suis le Oui du Père. Le Père est en moi comme je suis en lui. Je suis le Fiat. JE SUIS est l’amour pour mon Père : «Oui, Père, ta Volonté». Je suis à mon Père. Le Oui, mes enfants, est venu à vous et il s’est donné. JE SUIS s’est fait connaître, il est venu, il est né et il a vécu parmi vous. Je vous ai donné ma Vie, je vous ai donné mon Oui. JE SUIS s’est présenté à vous. C’est sur la Croix que j’ai attiré à moi tous les oui : le Oui s’est présenté, il s’est donné, il a purifié, vous les enfants de mon Père, le oui qui devait être purifié par le Oui.

Mes enfants, êtes-vous à mon Père? (R : Oui.) Lorsque mon Père va vous appeler, allez-vous lui répondre 'je suis est ici devant vous, Père'? Savez-vous, mes enfants, ce qu’est 'je suis'? C’est l’acceptation, c’est la volonté, c’est être toujours pour Dieu, c’est reconnaître que Dieu est Dieu, qu’il n’y a pas autre que Dieu, c’est toujours être devant Dieu, pour Dieu, afin de lui montrer son amour.

Pouvez-vous être sans Dieu? (R : Non.) Vous n’êtes pas si Dieu n’est pas, mais Dieu est, alors vous êtes. Lorsque vous dites : 'Je suis, Père', c’est que vous acceptez d’être en moi; vous êtes des tout petits oui, vous êtes le oui à l’Amour, le oui à mon Père. Il a fallu, mes enfants, que je vienne et que je prenne tout de vous-mêmes, tout, mes enfants, tout. Votre oui qui s’est transformé en non, moi, mes enfants, je l’ai enveloppé et je m’en suis revêtu, et j’ai connu tout de vous-mêmes avant même que vous soyez. Mon Père a accepté que son Fils, que son Oui, que sa Volonté, que son Amour, prenne tout, absolument tout, pour que tout soit purifié. L’amour de mon Père, vous ne pouvez pas le pénétrer. Je vous le fais connaître à la mesure de ce que vous êtes. Croyez en moi, croyez en ce que je vous dis. Mon Père vous aime, il m’a donné à vous.

Mes enfants, le oui c’est vous, et vous allez le prononcer devant l’Amour, vous allez le donner le oui à l’Amour. Oh! Je pourrais vous en parler encore et encore avec toutes sortes de facettes, mes enfants. Je pourrais vous bercer d’amour et chaque mot vous amènerait dans votre vie avec une telle douceur, afin que vous n’hésitiez pas à le prononcer. C’est l’éternité, c’est le bonheur.

Si Dieu, mes enfants, vous parle ainsi, n’est-ce pas pour préparer aussi vos frères et vos sœurs? Vous qui êtes en ce moment même en présence de votre intérieur, je parle pour eux. Vous vous ressentez ce soir, mais eux, eux sont perdus dans l’esprit de ce monde. Ils ont besoin, ils ont besoin d’amour, ils ont besoin de vérité afin d’être prêts.

Je vais vous poser une question mes enfants : «Êtes vous prêts à vivre la très Grande Purification de la chair à cet instant? Êtes-vous prêts?» Je vais vous poser encore une autre question : «La très Grande Purification de la chair, mes enfants, vous avez bien hâte, n’est-ce pas?» (R : Oui.) Elle va vous apporter de la joie, une très grande joie, une joie si grande que, sans mes grâces, vous ne pourriez la vivre avec ce que vous êtes, mais avec tous vos frères et vos sœurs, là, vous allez être capables de la vivre.  Maintenant, je vais vous reposer la question : «Êtes-vous prêts à vivre à cet instant la très Grande Purification de la chair?» (R : Oui.) «Est-ce que j’ai bien entendu, mes enfants?» (R : Oui.) Alors, vous avez besoin de la fin de semaine, mes enfants, pour comprendre. À Dieu de vous nourrir, à Dieu de vous montrer.

Je vous aime, mes amours. Pénétrez mon amour, il est à vous. Je vous le donne, il vous appartient, il est de mon Père, il est éternel. Tout est pour vous.