Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Plantagenet, Ontario,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus

 

2011-06-19 – A.M.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Le Seigneur a accordé à ses enfants la place qui leur convenait. Les enfants de Dieu, les choisis de Dieu, les témoins de la présence de Dieu dans leur vie sont là où Dieu veut qu’ils soient. Dieu s'est fait connaître, s'est fait ressentir, Dieu a touché leur cœur. Il leur donne courage afin qu’ils continuent à être ce que Dieu veut qu’ils soient là où ils sont.

Dieu a toujours pris soin de son Église et Dieu prendra toujours soin de son Église. Lorsqu’il y a guerre là où sont les choisis de Dieu, lorsqu’il y a violence, lorsqu’il y a inondations, lorsqu’il y a épidémies, tremblements de terre, lorsqu’il y a des feux, lorsqu’il y a la maladie, Dieu prend soin d’eux. Dieu leur donne les grâces par le Cœur de Marie pour qu’ils puissent continuer à être dans leur mission. Ils sont pour Dieu des instruments d’amour, ils sont pour Dieu des membres qui donnent nourriture aux membres qui ont soif, ont faim de vérité, de lumière, alors qu’ils ne savent pas que Dieu est là près d’eux.

Le menteur, l’orgueilleux : le mal est toujours là voulant faire souffrir les choisis de Dieu, en passant par les enfants qui ne savent pas que Dieu est près d’eux. Je vous demande, mes enfants, d’être toujours dans la force de Dieu par la confiance. La Trinité a choisi la Mère afin que tout soit lumière dans votre vie. La Mère du Fils de Dieu est avec vous, elle vous parle. Soyez à l’écoute de son amour pour vous.

Maman Marie : Le monde a besoin, mes enfants, de courage. Le monde se perd dans ses pensées, le monde se perd dans ses habitudes. Il faut toujours demander le courage de s’accomplir par les grâces.

Mes petits enfants, vous qui avez appris à donner à mon Fils votre vie au quotidien, vous qui, dans votre prière, vous vous abandonnez pour mieux vous accomplir, vous vivez, vous vivez dans vos souffrances quotidiennes. Combien d’entre vous continuent, malgré les demandes et les enseignements de mon Fils, à vous inquiéter pour vos enfants, vos petits-enfants, pour votre époux ou votre épouse, pour vos frères, pour vos sœurs. Vous recevez tant de grâces. Vous recevez, par les enseignements, une nourriture qui vous aide à comprendre et à regarder les événements s’accomplir.

Je suis le Signe qui vous a été envoyé par le Ciel. Je ne parle pas en mon nom, je parle au nom de Dieu. Dieu vous fait savoir que la Mère de Dieu est Celle qui va vous aider, est Celle qui écrase la tête de Satan, est Celle qui vous maintient dans votre persévérance. Il faut que vous soyez vigilants, mes enfants, il faut que vous fassiez attention à vos paroles, à vos pensées. Je me répète encore mes enfants : vos paroles deviennent ce que vous, vous êtes au présent et lorsque vous êtes au présent dans des paroles qui ne nourrissent pas les enfants de Dieu, cela se répand de par le monde.  

Vous êtes un membre parmi les autres membres dans l’Église. Les plus sensibles sont les membres qui, eux, reçoivent de Dieu ce dont ils ont besoin pour s’accomplir dans leur mission; sensibilité, c’est être en présence du vouloir de Dieu avec votre oui. Vous ressentez votre chair souffrante qui accompagne les autres chairs souffrantes. Lorsqu’un enfant veut se donner à son prochain, Dieu le sait et Dieu se sert de cet enfant par amour. Les grâces affluent, mes enfants, par votre cœur. Vous devenez une source de grâces qui coulent de mon Cœur à votre cœur pour qu'eux reçoivent. Eux, mes enfants, ce sont ceux qui ont besoin, ont besoin de grâces alors qu’ils ne les demandent pas.

Le monde dans lequel vous vivez va disparaître. L’orgueil ne sera plus, mes enfants, l’hypocrisie ne sera plus, le mal ne sera plus. Lorsqu’un enfant est malade, il faut qu’il connaisse sa maladie, afin qu’il puisse vivre en évitant ce qui pourrait amplifier ses malaises. Prenez l’exemple, mes enfants, des enfants qui vivent avec un glucose très haut, il faut qu’ils évitent une nourriture sucrée afin que le pancréas soit soulagé. Mes enfants, vous avez tant à apprendre. Votre chair est en souffrance, votre cœur est en souffrance parce que vous aimez.

Vous avez accepté d’être ce oui entre les mains de Celui qui a donné sa Vie entre les mains de Dieu le Père. Comprenez, mes petits enfants, que Dieu veut sauver les âmes. Il est si important que les âmes disent oui à Dieu afin que toute chair réponde à l’appel de Dieu. Est-ce que l’enfant peut séparer son âme de la chair, de la chair de son âme? Attention, mes petits enfants, si vous négligez votre âme, votre chair va souffrir, si vous négligez votre chair, votre âme va souffrir. Voilà pourquoi Dieu vous dit de vivre dans la paix, dans la joie et dans l’amour.

Me demandez-vous des grâces de paix, de joie et d’amour lorsque vous ressentez qu’il y a de la souffrance en vous pour votre prochain? Il faut que vous me demandiez des grâces, mes petits enfants. Faites bien votre devoir d’enfants de Dieu. Vous donnez, lorsque vous êtes dans la souffrance, causes, choix et conséquences; vous avez appris à refuser l’esprit de la mort; vous avez donné à mon Adorable Fils toute la place en lui disant : "Merci, Maître adorable, toi seul tu peux envoyer les esprits de la mort enchaînés au pied de ta Croix, toi seul tu guéris, toi seul tu libères." Pesez vos paroles, mes enfants, pénétrez-les.

Vous avez reçu des enseignements. Dieu met devant vos yeux des images afin que vous puissiez mieux retenir ce qu’il vous montre afin d’éviter de tomber dans les pièges de la mort. Ne vous ai-je pas dit de prier avec le cœur? Cela devient une prière, mes enfants, lorsque vous dites ces paroles comme un tout petit enfant, avec beaucoup d’amour et de sincérité. J’entends, moi, ces paroles et je sais, moi, tous ceux qui sont à la course. Certains disent ces paroles par habitude maintenant, certains disent ces paroles par peur, certains disent ces paroles par tristesse, découragement, certains disent ces paroles à la course comme s'ils voulaient se débarrasser au plus vite de ce qu’ils viennent de ressentir.

Portez la croix, mes petits enfants, portez la croix avec amour. Lorsque vous ressentez que vous êtes aux prises avec un tentateur, pourquoi avoir peur? C’est le Saint-Esprit, votre Dieu, qui met en vous des lumières. Seul Dieu le Saint-Esprit peut vous démontrer que vous devez vivre ces paroles avec fidélité envers Dieu.

Vous êtes tous fils du oui qui appartiennent au Fils de Dieu le Père et filles du oui qui appartiennent à Dieu le Fils; vous êtes les enfants de Dieu, frères et sœurs.

Avez-vous perdu votre droit de baptisés? Dans votre baptême, mes enfants, vous avez été nommés enfants de Dieu. N’ayez pas peur, utilisez votre droit. C’est votre droit de baptisés que vous usez et un baptisé, mes enfants, n’a pas peur de la mort, parce qu’il a dit oui à la Vie Éternelle. Un baptisé ne s’inquiète pas, il se sait enfant de Dieu, il se sait être un frère, il se sait être une sœur pour les enfants de Dieu qui sont frères et sœurs. Un baptisé reconnaît qu’il a besoin de Dieu pour marcher vers lui. Il reçoit tout de la Trinité : il reçoit l’amour du Père, il reçoit la lumière venant de la Lumière du monde, il reçoit la puissance par les dons du Saint-Esprit.

Vous êtes prière, mes petits enfants. Vivez votre droit d’enfants de Dieu en utilisant toute prière. Croyez en votre Maman, elle vous dit que Satan enrage depuis, mes enfants, que vous faites prière dans votre droit d’enfants de Dieu. Lui, l’hypocrite, lui, l’orgueilleux, lui, le mal maintenant est obligé de se montrer afin de faire peur. Le petit malin est, en ce moment même, en train de se faire lui-même des peurs : il a peur de votre prière, il envoie ses mauvais anges pour vous nuire; lui se cache, il se cache derrière son orgueil, alors que son orgueil est en train de s’effriter.

Aujourd’hui, mes petits enfants, vous pouvez voir avec votre chair malade le mal autour de vous; vous pouvez analyser maintenant que ce qui est dans votre vie est bien ou est mal, malgré toutes vos faiblesses. Avez-vous fait un pas dans votre éternité? Oui, mes petits enfants, Maman va répondre très fort : oui, mes petits enfants, vous avez fait un pas, un autre et un autre sur le chemin de l’éternité qui est celui de mon Fils, votre Dieu.

Soyez courageux et continuez, mes enfants. Prenez maintenant conscience que votre prière dans vos droits d’enfants de Dieu vous montre comment vivre votre quotidien avec ceux qui sont dans la souffrance; cela vous apprend à aimer vos enfants, à aimer vos petits-enfants avec l’amour, l’amour inconditionnel. Vous apprenez à bien vous comporter devant votre époux ou épouse; vous apprenez à aimer sans condition vos prêtres, vos religieux, religieuses; vous vous sentez membres dans l’Église; votre mission devient une mission qui vous fait marcher avec tous les autres sans prendre leur place.

Dans votre quotidien, mes enfants, soyez droits, usez de votre lumière. Lorsque Dieu vous accorde la présence d’un époux ou d’une épouse, savez-vous, mes enfants, que cela vient de Dieu? Alors, prenez soin de ce que Dieu vous accorde. Il est bon, mes enfants, d’aller à la messe à tous les jours si cela ne nuit pas au cœur de ceux qui sont autour de vous. Si le mari attend son petit déjeuner alors que cela, à tous les jours il le reçoit après le retour de la messe, oh, petits enfants, ne savez-vous donc pas que vous faites attendre mon Fils aussi? Non que mon Fils ne vous accueille pas lorsqu’il vous attend à la messe, mais dosez, mes petits enfants, soyez bons envers ceux que Dieu a mis dans votre vie, car cela pourrait engendrer de la discorde.

Lorsque vous regardez que votre époux ou épouse est au régime et qu’elle maigrit par ses paroles acerbes, attention, donnez à manger. Un époux a besoin de la présence de son épouse, une épouse a besoin de la présence de son époux; ils sont prêts à partager, mais lorsqu’ils sentent dans leur chair la souffrance et que la souffrance prend le dessus de l’amour du prochain, c’est que Satan a tenté la chair. Maman vous dit ces mots pour vous montrer combien Satan est méchant; il se sert de sa méchanceté pour mettre dans le cœur de ceux qui attendent sa méchanceté.

Il faut être vigilant, mes petits amours. Je parle de la messe sur semaine. Soyez toujours là le dimanche, mes petits, jour demandé par Dieu. Voyez-vous, mes petits enfants, tout doit être pour vous amour, paix et joie. Lorsque vous faites ce que Dieu vous demande, vous devez vous accomplir. Il a touché votre cœur, mon Fils. Il a déposé dans votre vie ce dont vous aviez besoin pour que vous fassiez ce que vous avez à faire dans votre semaine, et le dimanche il vous récompense. Vous êtes des petits enfants, il sait que vous aimez les récompenses. Dieu est si bon, il vous donne beaucoup, beaucoup d’amour. Voilà pourquoi je veille sur vous pour que vous receviez votre récompense.

Venez voir Maman, Maman vous attend avec ses grâces. Je vais vous donner des grâces de joie, des grâces de bonheur, des grâces de persévérance, des grâces de paix. Vous allez apprendre à vivre dans la piété au quotidien. Les dons du Saint-Esprit, mes enfants, il faut que vous les méritiez; c’est dans la douceur, c’est dans l’abondance et l’abondance, mes enfants, c’est le don de soi. Mon Cœur de Mère est grand ouvert pour vous accueillir, vous, avec tous ceux que vous portez en vous. Lorsque vous faites votre droit d’enfants de Dieu avec les grâces que je vous accorde, vos droits d’enfants de Dieu deviennent prière, et la prière, elle devient une pluie qui tombe sur tous les enfants du monde pour tous ceux que vous aimez.

Voyez-vous comme il est important de réfléchir à vos paroles? En me demandant la grâce de la lumière, je la reçois du Saint-Esprit, vous savez. Elle est si abondante! J’ai reçu la Lumière en mon sein, mes enfants, par le Saint-Esprit, et lorsque vous demandez la grâce de la lumière, vous venez à moi et je vous montre mon Adorable Fils qui est entre mes bras : je vous le présente. C’est la grâce de la lumière, c’est la grâce qui vous fait pénétrer dans l’amour, dans l’amour divin. Là vous goûtez à un amour inconditionnel pour Dieu le Père, vous vous accomplissez pour sa plus grande Gloire.

Votre Dieu, mon Adorable Fils, est venu sur la terre pour vous parler du Père. Conduisez-vous bien sur la terre, mes enfants. Il est important que vous vous conduisiez en êtres bons envers les uns et envers les autres. Priez pour ceux qui sont cause de guerres, cause d’inondations, cause de fléaux. Rien n’arrive sur la terre sans que cela soit une conséquence, et toute conséquence, mes enfants, c’est le résultat des mauvais choix devant la tentation, devant le mal.

Soyez amour, donnez-vous. Soyez l’Église, mes enfants, il est important que vous soyez en l’Église, et l’Église, mes enfants, c’est les enfants de Dieu le Père. Vous, les enfants baptisés, allez-vous rejeter vos frères qui ne sont pas baptisés? Allez-vous rejeter vos sœurs qui ne pratiquent pas la même religion que vous? Allez-vous mettre de côté ceux qui ne croient en aucune religion? Vous êtes tous frères et sœurs. Il n’y a qu’un seul Père, et c’est Dieu le Père.

Moi, la Mère de Dieu le Fils, je me suis tenue debout au pied de la Croix priant pour les ennemis de mon Fils. On a crucifié mon Fils, votre Dieu, parce qu’il parlait d’amour, il parlait de pardon, il parlait de lois, de lois d’amour. Il disait d’aimer, d’aimer vos ennemis, il disait de prendre soin du pauvre, il disait de partager avec ceux qui avaient moins qu’eux. Tout était lumière, tout était vérité. Mon Fils était la Lumière, il était la Vérité. On n’a pas voulu croire qu’il était la Lumière du monde. J’ai prié, j’ai prié pour l’Église.

Mes petits enfants, seul Jean est demeuré près de mon Fils; les autres ont fui, ils ont eu peur. Mon Cœur de Mère était tout près d’eux, je regardais mon Fils et mon Fils me regardait; ensemble nous avons donné notre vie pour eux. Mon sacrifice est en le Sacrifice de mon Fils, car ma vie était à mon Fils, elle n’était plus à moi. J’ai renoncé à qui j’étais, de qui j’étais, pour mieux présenter qui j’étais et de qui j’étais : à Dieu. J’ai appris, avec la lumière de Dieu, à savoir que j’étais la Mère de Dieu, la Choisie d’entre les choisies. N’ai-je pas rencontré Élizabeth? N’ai-je pas exalté ma joie en disant des paroles du Magnificat? Tout était pour Dieu.

Il apprenait que moi j’étais toute à lui, parce que je devais prononcer ces paroles, mes enfants, car Dieu aime entendre ce qu’il donne. Lorsque vous dites des paroles des droits des enfants de Dieu, savez-vous, mes enfants, que Dieu les connaît avant vous? C’est lui qui guérit, c’est lui qui libère. Il veut vous entendre dire ces paroles avec amour, comme moi j’ai prononcé le Magnificat. Soyez amour dans vos paroles, mes enfants, cela va vous aider dans votre quotidien. Qui va en profiter, mes tout petits? Ce sont ceux qui sont avec vous, autour de vous, sur la terre.

Tenez toujours votre lanterne ouverte pour que la lumière de Dieu nourrisse votre lanterne. Dieu sait lorsqu’elle est ouverte, cela paraît sur votre regard, votre visage devient tout lumineux, vos gestes deviennent des gestes de douceur et vos sentiments vous éblouissent. Voyez-vous, ceux qui vous regardent profitent de ce que Dieu montre : ses grâces de paix, de joie et d’amour.

Assez pour cette leçon aujourd’hui, mes enfants. Vous allez vous préparer pour la Sainte Messe. Des petits enfants ont fait des demandes, mes enfants, aujourd’hui. Certains voudraient que vous priiez ensemble par un acte d’offrande, afin qu’ils cessent de prendre ce qui est dur pour ses poumons; avez-vous deviné que c’est la cigarette? Je vais donc lui demander de déposer sur l’autel tous ceux qui souffrent de la cigarette; il recevra donc selon la mesure de son amour pour son prochain.  

D’autres ont demandé des prières pour les examens qu’ils doivent passer; cela en sera de même. Toute mesure est donnée à Dieu sans mesure. Dieu seul sonde les cœurs. C’est de même pour vos enfants, car il y en a qui ont demandé des prières pour leurs enfants, pour leur époux, pour leur épouse, pour la situation matrimoniale. Mon Cœur de Mère va donc vous unir à tous les cœurs qui, en ce moment même, ont à cœur d’offrir leur vie à Dieu pour que tous reçoivent. Là où la Mère de Dieu est, les anges sont présents, les saints du Ciel et les saintes du Ciel sont présents et, par la Volonté de Dieu le Père, les âmes, certaines âmes, assistent à la Sainte Messe.

Soyez saints dans vos pensées, mes enfants, et assistez saintement à ce Saint Sacrifice, et recevez la Gloire de mon Fils selon votre mérite. Je vous aime, mes petits enfants d’amour. Aimez votre Maman.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Alors, nous allons nous accomplir.

Vision au moment de la communion : À chaque fois que le Seigneur veut nous montrer son amour, il ne ménage pas ses mots. Au moment de la communion, Dieu n'a que des 'je t'aime' à nous donner et il nous montre, il nous montre son amour à travers ce que nous sommes.

Alors, nous étions tous tout petits, tous ensemble; le groupe était plus grand que celui qui est ici. On montait tous une montagne. Lorsque nous avons monté une montagne, eh bien, d'autres groupes aussi gros que le nôtre se sont rassemblés au nôtre. Alors là, on s'est arrêtés et on s'est regardés. On a pris quelque chose qui nous appartenait puis on l'a donné aux autres et eux ont fait de même.

Et là j'ai entendu et aussi j'ai vu. En premier, c'est la voix que j'ai entendue : «Voici comment Dieu aime que vous vous comportiez.» C'était la voix de Marie. Marie s'est présentée et elle tenait son Fils dans ses bras. Et là, ça disparut.

Alors, conduisons-nous comme Dieu veut qu'on se conduise. Soyons prêts, cette semaine, à prendre ce qu'il y a de meilleur en nous pour le donner aux autres et prenons ce qu'ils vont nous donner comme si c'était ce qu'il y a de meilleur en eux pour nous. Amen.