Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Plantagenet, Ontario,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus

 

2011-02-19 – P.M.                

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Nous allons passer à la période des questions et des réponses. Pour les personnes qui veulent poser une question, s’il vous plaît, si vous voulez bien approcher au micro, parce qu’il y a des enregistrements et ceux qui écoutent ne sont pas capables d’entendre la question. Merci.

Q. Comment accepter un enfant, un adolescent, qui est lesbienne, homosexuel? Est-ce que c’est un péché qui vient des parents?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Le Seigneur a déjà répondu à cette question, mais pour le cœur, ton petit cœur, voici ce que le Seigneur veut faire entendre.

Jésus : Lorsque tu es né, tu es né avec amour et, par l’amour, tu es devenu un être spécial et Dieu t’a regardé et il a dit : «Que c’est bon de te regarder! Je t’aime, parce que tu es créé à ma ressemblance. Je t’aime, parce que tu seras toujours, devant moi, éternel. Toi, m’aimes-tu comme je t’aime? Est-ce que tu t’aimes comme je t’ai créé : homme? Est-ce que tu t’aimes parce que tu es une femme? Moi, je ne veux pas que tu sois autre que ce que tu es. L’amour, c’est toi, ce ne sont pas tes sens, c’est toi et moi.»

Et là, le silence vient et Dieu passe. Dieu passe lorsque la personne répond avec amour. S’il y a la peur, il n’y a pas de place que l’on donne à Dieu. Dieu regarde la personne qui a peur et il veut la consoler. Il lui dit : «Pourquoi as-tu peur, ne sais-tu pas que c’est moi qui suis le Créateur? Ne sais-tu pas que moi je savais avant toi qu’il était homosexuel, ou qu’elle était lesbienne? Est-ce que je me serais privé d’eux comme je me serais privé de toi?

Mon Sang coulera sur toi comme il coulera sur eux. Et c’est avec mon amour que tu te regarderas et qu’ils se regarderont, et je me pencherai sur eux et je leur dirai mon amour. Toi, aime-les comme je t’aime. Si tu te sers de ton oui, sers-toi-s'en comme le mien. Mon oui est inconditionnel. Que ton oui soit inconditionnel et donne-moi, donne-moi sa souffrance, donne-moi ce qu’il ne comprend pas, donne-moi les tentateurs et je les enverrai au pied de la Croix, car bientôt tout sera purifié. Garde ta paix, Dieu est là».

Q. Est-ce que vous avez des recommandations à faire pour que, dans notre vie quotidienne, dans notre vie spirituelle, on puisse faire certaines choses qui ouvriraient les portes à notre intimité avec le Seigneur?

Jésus : Lorsque je suis seul avec toi, c’est moi qui te parle au creux de ton cœur, toi tu n’as qu’à dire : me voici. Parle-moi, j’ai des oreilles. Raconte-moi ce qu’il y a en ton cœur, je vais écouter. Donne-moi tes souffrances, si souffrances il y a en toi. Si tu veux me recommander des enfants que tu aimes, fais-le en n’oubliant personne. Donne-moi tout.

L’intimité entre toi et moi c’est toujours, car lorsque tu es avec moi, moi je ferme tout autour de toi et je te garde pour moi. Lorsque tu veux être avec tous tes frères et tes sœurs du monde entier, prie, prie le chapelet. Alors, ma Mère est là et elle invite les anges, elle invite les saints, elle invite les âmes du purgatoire et tous les enfants du monde à prier avec elle. Sois simple dans ton intimité avec moi.

Mes enfants, utilisez des mots d’amour, des mots de simplicité. Dites-moi : 'Aujourd’hui, Dieu, je veux que tu me montres à bien faire mon lavage; aujourd’hui, Jésus, je te rappelle les promesses de mon Sacerdoce afin que tu me combles de tes bienfaits, ainsi je pourrai bénir tous les enfants du monde, car mon Sacerdoce est éternel; Jésus, aujourd’hui, j’ai un examen, passe en premier et j’accepterai tout; aujourd’hui, Maître Éternel, je vais affronter la mort, donne-moi la joie, la joie de vivre cet instant; aujourd’hui, ô Maître de la vie, de la mort, j’accepte de voir que des enfants vivent le cancer; tu peux tout pour eux, comble-les de tes grâces.'

Mes enfants, utilisez des paroles, des paroles d’amour comme un enfant sait les prononcer. Je suis doux et humble de cœur. Soyez ainsi et je vous rappellerai pour l’éternité nos conversations. Je suis l’Éternel et vous, les enfants de l’Éternel : moi, votre Père; vous, mes enfants. Amen.

Q. J’ai eu beaucoup de regrets de mon passé, de ce que j’ai mal fait. J’ai été à la confesse. Un bon prêtre m'a dit que Jésus te pardonne. Quelquefois, des passages me viennent par la tête, je les refuse, je ne les veux pas. Quand tu as dit par Jésus ce matin : «Les trois jours de ma vie, les trois jours que nous allons voir, je vais voir toute ma vie», est-ce que je vais voir ce que j’ai déjà confessé? J’ai tellement de regrets!

Jésus : Est-ce que l’on peut séparer les gouttes d’eau de la mer? Est-ce que l’on peut séparer les rayons du soleil? Est-ce que l’on peut séparer les plumes de l’oiseau, la parole de la Parole, l’écoute de l’Écoute?

Enfants d’amour, vais-je donc me séparer de ce que je suis? Je suis le Rédempteur, je suis le Messie, le Sauveur du monde. N’est-ce pas moi qui ai amené à la mort tous les péchés? N’est-ce pas moi qui ai amené à la mort tous les tentateurs? N’est-ce pas moi qui ai amené à la mort la souffrance? Vous, lorsque vous allez à la confesse, vous regrettez ce que vous m’avez fait, vous regrettez ce que vous, vous vous êtes fait, vous regrettez ce que vous avez fait à votre prochain.

Dieu est amour, il vous rappelle ce que vous, vous lui avez fait, parce que lui, il a tout pris de vous. Il a porté toutes souffrances et il a dit non aux tentateurs. Tout cela est ma vie. Est-ce que je me cache de ce que je suis? Est-ce que j’ai honte d’avoir connu votre chair? Avez-vous donc honte de ce que moi j’ai fait moi pour vous? Lorsque vous allez à la confesse, mes enfants d’amour, mes tout petits amours, vous allez prononcer les paroles qui vous rendent purs, vous renouvelez mon Sacrifice d’amour.

Je me suis présenté à mon Père et j’ai pris qui vous étiez. Est-ce que mon Père a détourné son regard de moi? J’ai dit à mon Père : «Ta Volonté, pas ma Volonté». J’ai tout accepté et mon Père m’a glorifié. Il m’a ressuscité, car ma résurrection n’est-elle pas votre résurrection? Ma mort n’a-t-elle pas été pour vous un moment d’amour? J’ai connu la mort et la mort ne m’a pas retenu; vous avez connu le péché et le péché ne vous a pas retenu. Je vous ai donné ma Vie, mon Sang a coulé et vous a purifiés.

Mes enfants, je vais vous poser une question : «Est-ce que mon Sacrifice ne vaut pas plus que votre sacrifice?» Alors, si mon Sacrifice vaut plus que votre sacrifice, voulez-vous regarder ce que vous avez fait à votre Dieu afin de connaître ce qu’il a fait pour vous? Un péché pardonné est pardonné, un péché envoyé à l’enfer est un péché éternellement à l’enfer. Si vous dites oui, mes enfants, je vais vous faire ressentir la joie de votre âme au moment où elle a connu ma Croix, ma Vie qui se donnait, mon amour qui soufflait à l’âme : 'Je t’aime'. Ma Vie, je la donne pour toi.

Oui, mes enfants, je ne vous priverai pas de cette joie et je vais vous maintenir par les grâces, car une telle joie vous ferait mourir. Réjouissez-vous, mes enfants, d’entendre ces paroles, votre âme se réjouit déjà.

Je vous aime, mes enfants. Aimez-moi. Je sais, moi, ce qui est bon pour vous. Amen.

Q. Je veux rendre grâce à Dieu, parce que je suis un grand pécheur. Quand vous avez commencé à dire qu’il faut donner les choix, les causes et les conséquences au Bon Dieu pour qu’il les mette au pied de sa Croix, je faisais ça et ça s’en allait toujours. J’allais me confesser et à travers tout mon cheminement, le regret commençait à être un peu plus fort. Il y a trois semaines, je suis allé à l’Oratoire Saint-Joseph, un samedi, jour consacré à la Vierge. J’avais besoin d’un bon lavage.

À la messe de sept heures, il y a toujours un confesseur. Je me suis consacré à la Vierge, fait des vœux de chasteté, etc. Le prêtre m'a dit : "Le Seigneur t’accueille." J’ai dit : 'Comment ça se fait que je puisse être ainsi. Je sais que c’est un péché et je retombe toujours là-dedans'. Le prêtre a dit : "Tu sens que ça grafigne en dedans, hein?" Il a dit : "Moi, j’ai trouvé la grande paix avec le chapelet". Je le disais plus ou moins et la même chose pour mes péchés… Mais depuis ce temps, ça va bien et je pense que le Seigneur m’a donné un grand coup de pouce.

Maintenant, je ne veux pas vivre dans la peur. Je fais beaucoup de lecture, et je m’intéresse aux trois jours de noirceur. Ça commencé avec la neuvième plaie d’Égypte, avec Jonas dans la baleine, sœur Faustine, Padre Pio, Anna- Maria Taïgi et tout ça. Et il y avait une vision où Saint-Pierre trace une croix à travers les quatre morceaux de la Croix; il y avait quatre arbres en forme de croix et ceux qui étaient sous ces arbres étaient sauvés.

Je ne lis pas tout pour savoir ce qui s’en vient, mais je peux dire à Dieu : 'prends ton temps', mais je ne peux pas croire qu’un endroit géographique est privilégié à un autre. Si on veut faire plaisir à la Vierge, c’est prier pour les pécheurs.

Jésus : Lorsqu’on vit le présent, on n’a pas peur pour demain; lorsqu’on est dans le présent, on laisse tout à Dieu.

Un jour, Noé vaguait sur l’eau. Il trouvait le temps long, si long qu’il se demandait si un jour il était pour mettre les pieds sur la terre. Aujourd’hui, les enfants trouvent le temps long; ils ont hâte de mettre les pieds dans l’eau.

Enfants d’une petite volonté, ce que vous êtes, vous l’êtes pour vous-mêmes. Mais lorsque vous êtes pour Dieu, en Dieu, avec Dieu, vous ne vous posez pas de questions : vous marchez, vous vous accomplissez, vous priez, vous faites des sacrifices, vous louez Dieu, adorez Dieu, vous faites ce que Dieu vous demande : les dix commandements de Dieu. Vous vivez l’Évangile. Maintenant, avez-vous le temps, mes enfants, de penser à ce qui va arriver? Occupez-vous, mes enfants, à faire la Volonté de Dieu.

Oui, il y a sur la terre douze endroits, douze tribus, dans lesquels Dieu introduira lui-même les élus. Je vais vous dire quelque chose, mes enfants, que vous devez savoir et que certains ont oublié : que vous êtes tous appelés à aller au Royaume de mon Père. Lorsque vous aurez passé la très Grande Purification de la chair, croyez-vous que vous allez être prêts à aller au Royaume de mon Père? Aucun, et je dis bien, aucun des enfants qui aura passé la très Grande Purification de la chair n’aura pas le désir, très grand désir, de voir Dieu le Père. Tous voudront aller vers lui. Votre joie sera telle que c’est par l’obéissance que je vous dirai : «Toi, tu es choisi, toi, tu es choisi pour demeurer sur la terre.» Et c’est par obéissance que vous demeurerez là où Dieu vous le demandera.

Enfants d’amour, vous ne savez pas de ce que vous parlez. Dieu vous parle des trois jours où vous allez voir qui vous êtes devant Dieu le Père, Dieu le Fils, Dieu le Saint-Esprit, en présence de la Vierge Marie. Avez-vous pensé à votre âme, la joie de votre âme? Avez-vous pensé à ces moments d’amour? Une telle intimité, mes enfants, vous ne l’avez jamais connue encore. L’espérance éclatera de tous ses rayons. La foi jaillira comme un torrent qui se fera sentir, et tout votre intérieur répondra à l’amour. L’amour vous ouvrira les yeux, l’amour vous fera écouter l’Amour, et sans mes grâces, vous fonderiez comme une neige au soleil.

Avez-vous donc peur de ce moment? N’est-ce pas les trois jours de noirceur où vous allez voir mon amour pour vous? N’ayez donc pas peur, l’Amour ne vous fera pas de mal. Mais vous, vous devez être au présent pour vivre cet instant d’amour. C’est le plus grand moment qu’aucun être humain encore n’a jamais connu. Ce sera pour l’être humain, dans son oui, plus grand que tout ce qu’il a connu et plus grand que tout ce qu’il peut imaginer.

Ne vous préoccupez pas de l’endroit où Dieu rassemblera ses enfants. Les animaux qui ont été rassemblés pour entrer dans l’arche se sont-ils inquiétés? Ils ont été préparés, ils ont obéi. Vous valez plus qu’eux, mes enfants. Aimez-vous les uns et les autres et faites la Volonté de Dieu. Accomplissez-vous au présent.

Oui, il est bon de prier la Vierge Marie, cela vous calme, cela vous ouvre à tout ce qui vient. La Vierge Marie, elle a obéi et elle n’a jamais devancé la Volonté de Dieu. Prenez exemple, car elle est pour vous un modèle d’amour. Tout est pour vous, mes enfants.

Quant aux messages que vous, vous lisez, ne les interprétez pas, mais dites : "Je te loue Seigneur de nous instruire." Si eau il faut ramasser : ramassez; si nourriture il faut accumuler : accumulez; si le Seigneur vous demande de faire un pas : faites-le. Mais vérifiez auprès de Marie, elle vous donnera les réponses si vous êtes calme. Alors, priez. Je vous aime, mes enfants.

Q. Puis-je poser une autre question ?

Ce que Monseigneur dit : "J’ai des bons amis laïcs qui savent beaucoup de choses. Moi je me trouve pas mal ignorant par rapport à eux dans certains domaines, par exemple, ils me parlent des refuges. Est-ce que tu pourrais nous instruire là-dessus?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Le Seigneur est le Refuge. Nous avons en nous un oui, et nous devons vivre par notre oui en nous. Ce que le Seigneur nous montre, c’est être tout petit devant les attaques de Satan. Plus nous allons être des enfants et plus Satan ne pourra pas nous atteindre.

Vivre le présent, un enfant sait très bien le faire, sauf à Noël, parce qu’il a trop écouté les grands et il voit trop de lumières. Un enfant ne se pose pas de questions comme nous, il vit de ce qu’il est. Nous devons vivre de notre intérieur, avec notre intérieur, pour Dieu qui est en nous.

Dieu nous demande : «Gardez votre paix, votre joie et votre amour.» Pour avoir la paix, il faut suivre les dix commandements de Dieu; pour avoir la joie, il faut aimer Dieu, s’aimer, pour aimer le prochain; pour être amour, nous avons besoin d’aller vers Jésus. Et quel est le moyen d’aller vers Jésus? Les sacrements, la messe, les prières, tout ce que l’Église a mis entre nos mains pour nous et pour le prochain. Il faut être dans son refuge. Et Dieu nous dit : «Eh bien, je vais vous montrer.»

Il m’a envoyée dans mon refuge. Il m’a montré comment aimer, aimer Dieu; il m’a montré comment aimer l’être que je suis devant lui; il m’a montré comment aimer notre prochain; il m’a montré le présent; il m’a montré comment utiliser ses faveurs; il m’a montré à être ce que je devais être, en utilisant les droits d’enfants de Dieu. Et là, il m’a montré que j’étais un refuge.

Il m’a parlé des refuges extérieurs, mais pas avant mon refuge, car il a dit : «Bâtissez une tour, bâtissez une forteresse, bâtissez tout avec tous les matériaux de la terre, cela ne vaut rien si nous ne sommes pas en paix en nous, en joie et en amour.» Le Seigneur, il nous fait bâtir des refuges extérieurs, mais il dit : «Je ne m’occupe pas de votre matériel, je m’occupe de vous. Quand tu mets une planche près d’une autre, eh bien, utilise ta bonté. Si tu n’utilises pas ta bonté, tu n’es pas dans ton refuge et tu n’es pas un refuge pour mes enfants. Si tu n’acceptes pas de recommencer ton travail avec amour, résignation, avec bonté et joie, tu n’es pas un refuge. Tu recommenceras sept fois, sept fois, parce que Dieu te montre.»

Je construis un monde d’amour. Parce que je vous ai donné un monde, vous n’avez pas su demeurer amour. Qu’avez-vous fait de ce que je vous ai donné? Je vais vous retirer tout ce que vous avez construit avec votre volonté humaine; je vais vous enlever tout ce que à quoi vous tenez; je vais vous enlever tout profit; je vais vous enlever ce qui vous a couvert : votre orgueil; je vais vous priver de ce qui aurait pu être pour vous une nourriture sainte; je vais vous amener à vous dépouiller totalement de ce que l’esprit de ce monde vous a fait connaître; je vais vous redonner un état de simplicité.

Vous marchez en ce moment avec des pas incertains; vous tremblez au moindre bruit; vous avez peur de la force de Dieu, car vous avez peur de passer par la Croix. Je vais vous montrer, je vais vous amener à vous dépasser, je vais vous réunir et ouvrir votre cœur, je vais mettre en vous un langage d’amour. Vous allez soutenir celui qui est maladroit, vous allez endurer avec amour la fatigue, vous allez louer Dieu, chanter Dieu après une journée de travail. Je vous montrerai que Dieu vous soutient. Vous n’aurez plus peur de l’extérieur. Oui, on vous arrachera tout ce que l’esprit de ce monde vous a fait connaître.

Vous vous réjouirez de ce que je vous fais connaître, car votre oui vous le sentirez en votre chair. Vous irez aider le plus pauvre, car tous vous serez pauvre. Il n’y aura pas de riche, il n’y aura que des enfants de simplicité. Vous serez tous un refuge. Je vous parlerai en les cœurs et vous entendrez. Vous ouvrirez votre porte et vous offrirez tout ce qu’il y a pour les combler. Vous ne vous occuperez pas de manquer d’eau, car vous serez abreuvés d’amour; la faim ne vous tiraillera plus, car vous serez comblés par le don de vous-mêmes : vous serez vous-mêmes votre propre nourriture.

Vous ne sentirez pas vos odeurs, car tout ne sera qu’amour. Vous ne surprendrez pas personne, tous attendront tout de vous. Leur patience sera à l’égal de leur soif, car chacun donnera ce qu’il y a de meilleur en lui. Le matériel ne comptera plus, le temps ne comptera plus. Ce qui comptera, c’est l’écoute, c’est le cœur qui s’ouvre, ce sont les rires qui se multiplient, c’est la patience qui se fait connaître, malgré que nous tombons. Mais parce que nous tombons, nous laisserons Dieu nous relever, alléluia! On avancera comme Dieu le veut, pas comme nous l’on veut.

Voilà que des refuges se construisent et si, en chemin, il faut recommencer parce que le refuge n’est pas à la hauteur de Dieu, on recommencera. On arrêtera pour aller manger, mais avant, nous recevrons une bénédiction afin de nourrir le monde entier. Amen.