Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Ploudaniel, France,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus

 

2009-03-08 - Partie 2

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Commencez les questions. On va essayer de poser des questions et ceux qui n’entendent pas, je vais les répéter.

 

Q.  La prophétie bretonne qui parle de tous les événements qui vont se passer, est-ce qu’elle vient de Dieu?

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Ce que Dieu répond à son fils d’amour et ce que Dieu répond à tous ses enfants, c’est que les événements dont le Ciel a parlé sont pour vous et pour tous les enfants du monde. Là où il y a la paix, il y a l’amour; là où il y a l’amour, il y a les enfants de Dieu; là où il y a les enfants de Dieu, il y a Dieu; là où il y a Dieu, il y a révélation. Dieu a parlé en les cœurs et Dieu fait connaître à tous les enfants que ce temps est un temps d’amour où tout ce qui a été annoncé vient de votre cœur.

 

Jésus : Sachez reconnaître ce qui est pour vous, mes enfants. Ce qui est pour vous n’est pas seulement pour vous, mais pour le monde entier. Dieu ne s’arrête pas seulement qu’en Bretagne. Dieu est amour. Il vient démontrer au monde entier qu’il est le Roi d’Amour, qu’il est Celui qui va apporter ce dont les enfants ont besoin : se reconnaître aimés de Dieu, pour Dieu, pour la plus grande Gloire de Dieu. Soyez prêts, mes enfants.

Il y a eu, jadis, des enfants qui ont reçu ce que Dieu attendait des enfants qui étaient sur la terre. Ils ont prié et ils ont espéré, ils ont prié pour que cela soit. Il y a des enfants qui ont accueilli les prophéties, et ils ont scruté les temps afin que les temps puissent leur parler, et ils ont prié. Ils ont laissé ouvert leur cœur afin d’accueillir ceux qui devaient venir, et ceux qui sont venus ont accueilli ce qui avait été dit : ce qui a fait gonfler les cœurs qui devaient tout recevoir. Et lorsque les cœurs ont commencé à ressentir la présence même de tous les enfants de Dieu en leur cœur, Dieu a parlé que ce temps s’accomplit. Soyez dans la vérité, dans votre vérité, car tout enfant est vérité en la lumière. Gardez-vous dans la lumière de Dieu. Rejetez tout ce qui n’est pas de Dieu.

Je viens prononcer des paroles d’amour en les cœurs pour que les cœurs puissent comprendre que la Volonté de mon Père est de vous présenter votre vie. La vie en Dieu est une vie d’amour. Il faut que vous méritiez cette vie qui est pour vous. L’annonce d’un monde d’amour est commencée. Je prends vos cœurs et je les lance en avant afin que vous soyez lumière pour ceux qui vont suivre. Demeurez petits, car là est votre amour pour le Père. Mon Père vous a tant donné. Il vous a donné son Fils bien-aimé. Il vous a montré que vous étiez dignes, mes enfants, de vous accomplir en ces temps. Ce qui a fait de vous des enfants prêts à vivre ce temps, ce sont les enfants qui, jadis, ont vécu un amour, un amour qui ne voulait que plaire à Dieu. Ils se sont laissé fouetter par l’opinion de tous ceux qui les regardaient comme étant des étrangers. Ils ont accepté la souffrance, la souffrance du Christ, pour vous apporter ce dont vous aviez besoin pour vivre la prophétie, car il n’y a qu’une prophétie. Lorsque j’ai parlé jadis à mes apôtres, je leur ai dit que tout s’accomplissait. Les prophètes ont parlé d’un monde où tout ne serait que beauté, paix, sur une terre où il n’y aurait que de l’harmonie.

Petits enfants d’amour, vous êtes mes tout petits qui avancez. Avec mes grâces, vous passerez là où beaucoup ne passeront pas, car vous avez accepté d’entendre votre cœur qui, par les grâces de ma Mère, s’est ouvert. Ma Mère vous a guidés jusqu’à moi. Les anges, mes enfants, sont avec vous; les âmes du purgatoire ne cessent de prier pour vous; les âmes célestes sont près de vous. N’ayez pas peur et avancez, car vous verrez de grandes choses, de très grandes choses. Ne vous aveuglez pas par vos élans qui veulent devancer le temps de Dieu. Demeurez au présent. Soyez des êtres d’abandon. Cela est voulu de Dieu. Tout ce que vous êtes, vous devez l‘être pour Dieu, non pour vous-mêmes. Soyez toujours prêts à écouter mon appel, car tout ce qui a été dit s’accomplit. Tout vous sera révélé au moment, lieu, où tout est par votre intérieur.

Voilà pourquoi, mes enfants, vous devez suivre mes enseignements qui ont été pour vous. L’agir de Dieu a fait de vous des enfants ouverts à tout ce qui devait être vu par vous pour ces temps. Apprenez à vivre en moi au présent. Rejetez tout ce qui est du passé et qui vous fait peur. Le passé ne peut passer que par mon Cœur, par le Cœur de ma Mère. Il n’y a qu’en ma Mère et en moi que vous pourrez vivre ce que vous allez vivre. La puissance du Saint-Esprit fera jaillir de vous ce qui a été en vous. Par ma Mère, par moi, vous vivrez ces moments. La grâce vous couvrira et vous me donnerez. Vous apprendrez à rejeter tout ce qui vient de celui qui a voulu votre perte. Moi, j’écouterai et je vous montrerai ma puissance. Je vous couvrirai de ma Chair, de mon Sang, car votre chair ressentira la puissance de ma Chair qui s’est donnée à vous et à ceux que vous portez en vous. Vous boirez, mes enfants, la puissance de Dieu, car mon Sang a coulé en vous afin que vous soyez prêts à ressentir la Volonté de mon Père. Toute chair voulue par mon Père, toute chair acceptant tout de mon Père redeviendra une chair parfaite.

Tout ce que vous entendez doit vous apprendre à vous reconnaître être de ce temps. Ne sortez pas dehors, mes enfants, pour regarder, car ce que vous verrez c’est de la noirceur, et ce temps de noirceur pourrait vous atteindre. Demeurez petits, je vous montrerai. Je ferai un grand nettoyage en votre demeure. Ma Mère vous aidera. Rien ne devra être autre que ce que mon Père vous a donné quotidiennement. Tout sera pur. Vous atteindrez ce que vous n’avez jamais pu atteindre. Soyez toujours vigilants, car la volonté humaine ne veut pas sortir de votre demeure. Elle devra être dans l’obéissance lorsque vous-mêmes prononcerez les mots qui lui commanderont de sortir. Ces mots, je vous les fais connaître.

L’amour, enfants d’amour, sera pour vous comme un bouclier qui vous protègera de la volonté humaine. Ensemble vous avancerez, ensemble, mes enfants, vous comprendrez et ensemble vous serez récompensés. La grâce de mon Père est sur vous. Par mon Saint Sacrifice, je vous ai gagné cette place. Tout est dit. Amen.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit.  Alors, accomplissons-nous comme Dieu le veut. Dieu n’est pas venu pour compliquer notre vie, mais Dieu est venu pour guider notre vie. C’est Celui que nous devons suivre, pas nous-mêmes. Merci, Seigneur. Est-ce qu’il y a une autre question?

 

Q.  Est-ce que la France retrouvera son étendard? Est-ce que la France brandira son étendard afin que tous les pays du monde puissent reconnaître qu’elle est la fille ainée de l’Église? N'est-ce pas la question?

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : La fille ainée de l’Église a été reconnue par le Ciel. La France ne s’est pas reconnue être la fille ainée de l‘Église, c’est le Ciel qui l’a reconnue. Lorsque la Vierge Marie a appelé les cœurs, elle a appelé les cœurs à se reconnaître être de Dieu.

La France est peuplée d’enfants de Dieu et Dieu est venu parler aux enfants, aux enfants de Dieu, pour mettre en eux son amour, pour reconnaître qu’il n’y a qu’un seul pays, une seule frontière. Lorsque la France a accueilli la Mère de Dieu, elle démontrait au monde entier qu’il devait accueillir la Mère de Dieu, qu’il devait être prêt à vivre dans le règne de Dieu n’ayant qu’un seul Roi, Dieu le Fils bien-aimé du Père, qui est venu parler du Royaume de son Père sur la terre. Le Père ne se sépare pas du Fils et le Fils ne se sépare pas du Père. Dieu le Père lui-même venait démontrer à tous ses enfants qu’il était le Roi.

La France a accueilli beaucoup de rois. La France a aussi harmonisé les cœurs afin que les rois se reconnaissent être dans leur devoir de s’associer à tous les autres petits royaumes sur la terre, car chaque roi voulait conserver leur royaume en unissant leurs enfants. Dieu accepta cela pour démontrer que l’harmonie vient du cœur même de Celui qui est venu sur la terre. Dieu donna ses clés à Clovis et Clovis accepta, malgré sa souffrance, car le roi Clovis connaissait la souffrance en sa chair, une très grande souffrance, et il accepta. Il accepta ce que Dieu lui demandait, car Dieu avait envoyé des enfants qui parlaient en son Nom et lui a écouté et il a pris, il a pris sur ses épaules tous les enfants de Dieu. Il n’a pas pris la croix, car la croix, c’est Jésus qui l’a prise : le Roi. Mais lui, il a pris les sujets du Roi, de notre seul Roi, et il a été béni du Ciel afin de démontrer que tous les autres devaient remettre les sujets de leur royaume au Roi, au Roi de toutes nations, au Roi de l’univers.

Cela nous démontre que nous devons reconnaître être de Dieu, pour Dieu, afin d’aimer ce que Dieu nous a accordé. Si nous avons eu des rois pour être guidés sur la terre, c’est pour avancer, mais la rigueur des temps nous a fait trébucher. Tout cela, nous en payons le prix. Aujourd’hui, nous sommes à terre et il faut se lever. Il faut croire en Celui qui est venu sur la terre et qui nous avait confiés à des rois afin que les rois puissent déposer leur couronne aux pieds du trône de Dieu. Alors, Dieu va nous demander d’être des bons sujets. Comment pouvons-nous reconnaître que notre Dieu, notre unique Dieu, est le seul Roi que nous devons suivre, alors que nous sommes des sujets infidèles à la couronne? Nous devons aimer sans condition les guides de ce monde – sans condition les guides de ce monde – car les guides de ce monde, nous les avons mérités.

En reconnaissant que nous aimons inconditionnellement l’enfant de Dieu, mais que nous n’acceptons pas les péchés qui sont commis à cause des tentateurs, nous allons découvrir que, oui, nous méritons d’avancer. Il faut aimer, il faut pardonner, il faut prier, il faut se laisser purifier, il faut regarder avec les yeux de Dieu, pas avec notre volonté humaine, car lorsque nous regardons avec notre volonté humaine, nous mettons notre nez dehors et là nous pénétrons les ténèbres encore, et là nous avons peur, nous n’avons pas confiance en notre prière, nous n’avons pas confiance à la prophétie. Nous nous mettons contre nous-mêmes. Alors, Dieu dit : «Demeurez, demeurez à l’intérieur de vous, là est votre demeure». Commençons par nous-mêmes avant de vouloir changer ce monde.

Oui, il y eut beaucoup d’erreurs et il y en a partout dans le monde, partout dans le monde! Nous avons été même là où il y a 90% de pratique dans l’Église, et pourtant, nous voyons la souffrance dans les gens, nous voyons la peur dans les personnes; ils vivent sur la peur. Alors, il faut que cela sorte de nous-mêmes, cette peur. Il ne faut plus maintenant avoir peur, car ce que nous voyons c’est la conséquence, ce n’est qu’une conséquence de l‘esprit impur, ce n’est pas notre vie. Il faut avoir confiance en ce que nous sommes. Dieu est plus puissant que les ténèbres, il a vaincu le mal. Les Ténèbres devront se mettre à genoux devant notre Jésus, l’adorer, car ils ont refusé d’adorer, mais ils devront adorer et cela est écrit. On ne peut pas enlever ce qui est écrit, c’est le Saint-Esprit qui l’a fait écrire, c’est lui Dieu. Alors, croyons en cela.

C’est vous les enfants qui avez été dès le début dans la grâce par Clovis, croyez en cela. Eh bien les autres vont dire : "Enfin, voilà que nos frères et sœurs se tiennent debout. Nous, les tout petits, nous regardons ceux qui ont reçu beaucoup, ce qu’ils font avec ce qu’ils ont reçu." Alors, conduisons-nous comme des sujets dignes du Royaume que Dieu nous a confié afin que le Royaume de Dieu soit sur la terre. On ne peut pas vouloir le Royaume de Dieu sur la terre si nous ne sommes même pas capables de nous conduire comme des bons sujets dans le Royaume de Dieu.

Oui, on a mis à la tête d’autres personnes que le roi. Eh bien, est-ce que cela change? C’est lui que vous suivez où ceux qui ont pris sa place? Il faut que vous choisissiez. Alors, votre roi, qu’est-ce qu’il faisait, si ce n’est qu’il aidait les pauvres, qu’il aimait Jésus et qu’il se savait être sous le regard de Dieu, si bien que tous ceux qui l’aimaient ont pleuré sa perte, mais ont gardé une espérance de le revoir sur son trône, afin qu’un jour il donne à Celui qui l‘a mis sur le trône sa couronne. Alors, suivons ce que Dieu a fait connaître aux enfants de Dieu. Pour cela il va falloir aimer, ne pas juger, suivre les dix commandements de Dieu. Lorsqu’on juge ceux qui sont à la tête, lorsqu’on dit : 'J’ai tu hâte qu’il meure ou que quelqu’un le tue.' Cela est contre les dix commandements de Dieu, c’est l’autre qui veut cela. Ce n’est pas ce que Dieu attend de ses sujets. Alors, conduisons-nous comme Dieu le veut : refusons et disons merci d’envoyer cet esprit de discorde, de violence, de colère au pied de la Croix, ainsi nous guérirons.

La Mère de Dieu, n’est-ce pas Celle qui vous a accueillis les premiers sur la terre, dans son Cœur : l’Assomption, Notre-Dame de l’Assomption? Alors, elle, elle regarde ses petits enfants et elle prie sans cesse pour qu’ils cessent de se chamailler. Alors, soyons vrais. Oui, il n’est pas facile de faire tout cela : mais avec les grâces. Si le Ciel nous dit que nous sommes capables, eh bien, le Ciel sait mieux que nous ce que nous, nous sommes capables de faire. Il est dit : un tout petit grain de moutarde! Si on a la foi aussi grosse comme un tout petit grain de moutarde, eh bien, on va être capables de déplacer des montagnes. C’est ce que Dieu met en nous, et ça c’est la foi, et ça nous appartient.

Alors, ne répondons pas aux attaques de Satan, ne répondons pas; refusons cela et marchons ensemble, aimons ensemble, pardonnons ensemble, soutenons-nous, car il y aura de grands vents Dieu dit, de très grands vents qui voudront nous jeter par terre. Il y en a parmi nous qui vont tomber par terre, alors ceux qui seront debout devront les prendre sur leurs épaules, faire le chemin qu’ils ont besoin de faire pour retrouver leurs forces. Une fois qu’ils auront retrouvé leurs forces, ils se tiendront debout et lorsque nous nous tomberons par terre, ils nous tiendront à leur tour. Voilà ce que Dieu veut pour nous.

Ne nous disons pas être capables d’avancer sans l’aide de nos frères et de nos sœurs. Nous avons tous besoin des uns et des autres, car nous avons une chair corruptible. Lorsque tout cela sera accompli, lorsque nous serons dans cet amour que Dieu veut, là nous pourrons dire que nous sommes dans une chair incorruptible, mais il faut la gagner et nous ne la gagnerons pas avec des pensées qui meurtrissent tous les enfants de Dieu. Une pensée de Dieu est une pensée d’amour. Merci, Seigneur.

Q.  Nous qui sommes ici, verrons-nous la civilisation de l’amour?

R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Oh! regard qui porte au loin et qui ne voit pas que tout est accompli! Regarde ceux qui sont autour de toi, tu verras qu’ils sont les artisans de l’amour. Dieu dit qu’il y a des enfants qui ont pratiquement terminé leur purification de la chair, mais que cela sera total lorsque le dernier dira son oui à l’Amour.

Tout est commencé. La Mère de Dieu l’a dit à Don Gobbi. Tout est commencé. Au moment où les cœurs se sont ouverts à accueillir la purification de la chair, à l’instant où un seul enfant disait : 'Je ne veux plus de la volonté humaine. Amène cela, Mère d’amour, au pied du trône de la Divine Volonté', commençait la civilisation de l’amour. Jean-Paul II nous a ouvert les portes et nous avons entré. Si nous avons à vivre sur la terre dans la civilisation de l’amour un an, dix ans, vingt ans, cent ans, mille ans, ça n’appartient qu’à Dieu. Nous devons nous réjouir d’aller dans le Royaume de Dieu, car nous sommes venus pour cela.

Un jour, à Plantagenet, le Seigneur nous a posé une question. Si je vous demandais à l’instant : «Aimeriez-vous être devant mon Père à l’instant même?» Eh bien, s’il vous posait la même question, est-ce que vous aimeriez, à cet instant même, être dans le Royaume de Dieu le Père? On hésite, hein? Oui, oui, oui, on réfléchit avant de répondre, alors qu’on ne devrait même pas.

Dieu dit : «Je vais vous purifier et une fois purifiés, à l'instant où je prononcerai le mot 'être' devant mon Père, cela sera une joie indescriptible», car nous saurons que nous sommes venus sur la terre et que nous avons aimé la terre, mais pour être reconnaissants d’avoir été sur une terre d’amour, que reconnaissants devant Dieu d’avoir été sur une terre d’amour : seulement que de la reconnaissance. Et là, nous comprendrons cet amour que Dieu a voulu pour nous : savoir qu’il a tout fait par amour pour nous, pour nous avoir à lui. Si nous sommes si amoureux de cette terre, c'est pour une chose : c’est que nous sommes matière. Lorsqu’on se reconnait être matière, on reconnait que nous sommes créés et non pas incréés. Nous ne sommes pas Dieu. Voilà pourquoi nous aimons la terre : pour reconnaître que nous sommes créés et non pas incréés. C’est pour la seule raison. Voilà ce que Dieu veut pour nous.

Voilà ce qui avait été demandé à Adam : «Reconnais-toi être que de moi. Sois obéissant. Ne va pas à la connaissance du bien et du mal». Mais il voulut connaître ce que Dieu connaissait. À cet instant, il ne se reconnaissait pas être créé, il voulait connaître ce que Dieu est : il voulait être comme Dieu. Cela a été une tentation, mais si hypocrite que soit la séduction de Satan, il a répondu oui. Alors, Dieu va nous redemander encore la même question : «Est-ce que tu es de moi?» Et si on se reconnaît être de lui, nous saurons à cet instant – aussi vite que même un clin d’œil, c’est trop lent – car nous saurons que nous sommes créés par amour pour lui et qu’il a voulu nous créer par amour pour lui et non pas pour la terre.

Cette civilisation de l’amour est nécessaire afin de procréer encore le nombre que nous devons atteindre, et que seul Dieu connaît. Voilà pourquoi nous allons connaître – et que nous avons commencé à connaître – ce qu’est être pour Dieu une civilisation de l’amour : donner à Dieu ce qui est à Dieu.

Il n’y aura pas une autre terre, il y aura la terre que nous connaissons. Dieu, lorsqu’il est venu sur la terre, il regardait tout ce qu’il avait créé et Dieu le Fils remerciait son Père pour toute la création. La création rendait grâce à Dieu, car elle savait. Elle, elle savait que le Créateur était venu marcher sur la terre et nous, nous ne l’avons pas compris. Aujourd’hui, la terre subit la conséquence de nos propres choix et elle accepte, elle accepte cela par amour pour son Créateur.

Que pouvons-nous comprendre de tout cela? Nous ne pouvons que l’accepter, mais être reconnaissants que Dieu nous a toujours regardés comme étant supérieurs à la terre. Ça, c’est son amour pour nous. Voyez-vous, lorsqu’on accepte d’entendre ces paroles, c’est que la civilisation de l’amour est déjà commencée. Amen.

Q.  Est-ce que le pape Benoit XVI, devons-nous lui obéir en tout?

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Nous devons une obéissance absolue, absolue au représentant de Jésus : l’Église, la tête de l’Église sur la terre. Cela est incontestable, car lorsqu’il y a pape, il y a Volonté de Dieu. Ce n’est pas nous qui voulons d’un tel pape ou d’un tel autre, c’est Dieu. N’oubliez pas que nous avons les papes que nous méritons. Benoit XVI est celui que nous devons suivre, car il est saint en Jésus. Il ne se trompe pas.

Un pape qui est dans sa volonté humaine est un homme comme nous : dans sa chair qui souffre. Là, il fait des choix et ses choix doivent être de bons choix : suivre les dix commandements de Dieu, suivre aveuglément les paroles de Jésus. S'il manque à un seul commandement de Dieu, nous ne devons pas suivre l‘homme, nous devons attendre que le pape proclame la vérité. On ne peut pas ne pas reconnaître la vérité lorsque nous suivons les dix commandements de Dieu, lorsque nous lisons la Bible. Voilà pourquoi Dieu dit : «Vous êtes responsables de votre âme, vous devez lire la Bible.»

Les enseignements que Dieu nous donne ont un petit but en soi : c’est de nous amener à vivre la Bible, la sainte Parole de Dieu, et le devoir de Benoit XVI, c’est de nous amener à vivre la Parole vivante qui est l’Évangile. C’est notre conduite et il prend soin de nous.

Benoit XVI souffre beaucoup. Il a besoin de nous. Nous, nous avons besoin de lui, mais lui aussi a besoin de nous, car il reconnaît que la volonté humaine est faible, elle écoute Satan; alors, la chair souffre. Maman Marie nous demande de prier. Alors, prions et ayons confiance en nos prières. Ne nous laissons pas abattre par l’esprit de ce monde, car l’esprit de ce monde n’est pas la civilisation de l’amour, c’est un monde qui a écouté celui qui dirige ce monde : l’argent, le pouvoir. Amen.

Q.  La Bible donne un enseignement sur l’Apocalypse. L’Apocalypse, est-ce que c’est un temps déterminé qui correspond à maintenant au sujet de l’antéchrist dans la Bible?

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : À l‘instant où nos âmes sont prisonnières à l’intérieur de nous, à l’instant où nous n’entendons plus, nous ne comprenons plus, à l’instant où nous perdons nos droits d’enfants de Dieu, à l’instant où tout n’est que mensonge, dérision pour les enfants de Dieu, à l’instant où le pouvoir éteint la foi, Satan se fait connaître.

Jadis, Satan s’est fait connaître. Aujourd’hui, il se fait connaître. Mais n’ayez crainte, Satan vit ses derniers instants.

Ce que vous vivez, vous devez le vivre sous le manteau de Marie, protégés du Dragon qui veut avaler les enfants qui vont naître. Gardez-vous dans la paix. Ne regardez pas ce qui se passe au-dehors, car vous verrez que les griffes de l’enfer sont sur la terre. Les griffes de l’enfer ne peuvent atteindre les enfants qui demeurent dans la paix, car ils ne savent pas où frapper. La paix, c’est quelque chose qui ne fait pas de bruit, qui aime, qui accepte la Volonté de Dieu sans orgueil. Alors, demeurez ainsi et vivez ce temps où l’Église est en train d’enfanter. Cela appartient à Dieu. Et ne nous nourrissons pas de ce que lui veut, car cela fait partie de son triomphe. Mais apprenons à nous regarder, apprenons à regarder que nous sommes protégés par la Mère de Dieu qui nous a éloignés du Dragon. Nous nous reconnaîtrons ainsi vivant l’Apocalypse dans la grâce de Dieu, dans l’amour de Dieu.

Soyons des artisans de paix, car les enfants de ce monde ont besoin de paix pour reconnaître qu’ils sont dans les griffes de Satan. Amen.

Q.  Jésus a-t-il enlevé sa main de Yellowstone?

 

Q.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Qu’est-ce que c’est Yellowstone?

 

Q.  C’est un volcan qui est entré en éruption il n’y a pas longtemps.

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Ce que le Seigneur instruit, il instruit au moment où lui le veut. À force de vouloir toujours, on a ce qu’on a; à force de vouloir connaître, on en mesure la grandeur. Dieu nous demande de demeurer à l’intérieur de nous; alors, laissons agir Dieu comme lui le veut. Beaucoup entendent, beaucoup s’interrogent. Dieu nous veut dans notre intérieur.

Nous serons beaucoup plus protégés en fermant les yeux sur ce monde et laisser à Dieu ce qui est à Dieu. Ainsi, ce qui se passe à l’extérieur, Dieu s’en chargera et nous ne mettrons pas notre peur en activité, car beaucoup d’enfants ont besoin de nous, beaucoup. Ceux qui vivent des catastrophes, ceux qui vivent des éboulements, des inondations, des feux, des maladies, des guerres, n’ont pas besoin de ressentir en eux la peur qui augmente, qui augmente; n’ont pas à ressentir l’avenir qui semble pour eux si désastreux, si affreux, il n‘y a que désastres pour eux, mais ils ont besoin, ils ont besoin de grâces, ils ont besoin de reconnaître qu’ils sont soutenus, ils ont besoin de reconnaître que Dieu est là. Même s’ils ne prononcent pas le mot, qu’ils ne connaissent pas le mot de Dieu, le nom de Dieu, il y a en eux de l’espoir, il y a en eux quelque chose qui semble leur apporter de l’amour pour ceux qu’ils vont rencontrer sur leur chemin. Nous devons nous garder ainsi.

Jésus n’instruit pas l’instrument que je suis de ce qui se passe. Il ne le fait pas, car il demande de l’abandon, continuellement de l’abandon, afin d’être entre ses mains un instrument de paix, un instrument d’amour. C’est avec les petits de ce monde qu’il aide les petits de ce monde, car les petits de ce monde ont tant besoin des petits. Qui se penche sur eux? Pas ceux qui écoutent ce qui vient de leur arriver, car ceux-là veulent toujours en savoir plus, ils sont à l’affut de tout ce qui se passe dans le monde et ce monde s’écroule. Dieu veut qu’on demeure dans la paix afin d’utiliser ce que nous sommes pour eux : ne plus être, mais être en Jésus, disparaître afin d’être utilisés. Merci.

Q.  Pour les divorcés encore aujourd’hui, est-ce qu’il y a un espoir quand même?

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Ce sont des enfants de Dieu qui se sont laissé tenter par tout ce qui était extérieur. Ils n’ont pas vu que l’extérieur venait les faire souffrir : on souffre à cause de l’argent, on souffre à cause de la sexualité, on souffre à cause du matériel, on souffre à cause du manque d’amour.

Les couples ne se savent pas être aimés inconditionnellement de Dieu. Mais certains couples s’endurent jusqu’à la mort, d’autres sont incapables, alors ils vont ailleurs. Jésus nous demande de prier pour ces enfants, de ne pas les rejeter, mais de les aimer. Car le sacrement du Mariage est un sacrement de grâces tout comme le sacrement du Baptême de nos enfants. Il y en a qui refusent le baptême. On ne respecte plus le sacrement de la Confirmation qui démontre que nous sommes des enfants de lumière, de foi, qui suivons le Christ qui n’est autre que Benoit XVI à la tête de l’Église. On parle contre les prêtres, ce sacrement de l’Ordre. Les prêtres sont pour nous ceux qui nous nourrissent du Corps et du Sang de Jésus. On hésite à aller demander un prêtre lorsqu’il y a quelqu’un qui se meurt.

Lequel de ces sacrements est plus important l'un que l'autre? Ils sont tous importants. Que ce soit le sacrement de la Confession, du Mariage, de l’Eucharistie, tous ces sacrements nous apportent à chacun de nous de la nourriture. Chaque enfant qui reçoit le sacrement nous nourrit. Et nous, lorsque nous nous servons des grâces du sacrement pour eux, bien, ils reçoivent.

Oui, il y aura beaucoup de démêlage, cela veut dire que beaucoup de mélange s’est fait : une personne avec une autre personne, une personne avec une autre personne, on ne sait même plus qui est marié avec qui et depuis combien de temps. Mais Jésus dit : Je suis la Lumière, j’ai suivi tous les fils, on ne me mélangera pas.» Alors, faisons-lui confiance et aimons inconditionnellement; ainsi, nous pourrons supporter des couples qui sont incapables de se supporter. Merci.

Q.  (inaudible)

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Saint Joseph, être d’amour, être qui a fait naître l’amour en tous ceux qui ont regardé la Mère de Dieu. Il a accueilli en son cœur Celle qui portait l’Enfant. Il s’est incliné devant la Volonté de Dieu qui le choisissait pour être le gardien du Fils de Dieu. Il a accepté les grâces, lui qui se sentait si indigne. Il a avancé et il n’a pas reculé, car il a vu la souffrance de ce monde, car autour de lui il y avait des personnes qui parlaient, qui parlaient de ce qu’elles ne connaissaient pas : 'celui qui était pour venir devait être un puissant', alors que lui accueillait dans sa maison humble : le Roi. Il le nourrissait avec son cœur de père. Il était toujours prêt à devancer la Mère pour apporter à chacun de ces deux cœurs d’amour le père et la mère, ce dont ils avaient besoin pour mettre cela au pied de l’enfant qui grandissait, l’enfant qui démontrait que sa sagesse était au-delà de ce que lui était. Il s’en réjouissait. Son humilité a été de s’éteindre devant Celui qui était son fils.

Il est devenu le Patron des familles de la terre. En lui, nous pouvons trouver la force, la force de Dieu, car ce qu’il est pour nous, c’est la force de Dieu. Confions-lui ce que nous sommes : enfants de Dieu voulant être purifiés par le Fils devant Celle qui a tout accepté : les cœurs des enfants de Dieu. Amen.

Q.  Pouvez-vous nous parler de Marie Jahenny?

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Je ne la connais pas beaucoup. Ce qu’elle a reçu, elle l’a reçu pour tous les enfants de Dieu. C’est une toute petite âme qui a reçu des révélations. Le Ciel est venu à elle et il lui a parlé de ce qui venait, et elle, elle a accueilli tout cela. Ce qu’elle accueillait, c’était non seulement des révélations, mais les grâces que nous avions besoin pour vivre ce temps. Ainsi, plusieurs âmes ont été des petites victimes d’amour, des petites esclaves d’amour, et elles aimaient être cette petite victime comme Celui qui était sur la Croix, comme Celui qui accueillait tous les enfants du monde.

Cette personne est un instrument comme nous, nous le sommes; mais son humilité, nous allons la donner à Jésus, car si, en ce moment même, elle était présente avec nous, elle s’effacerait pour ne pas qu’on parle d’elle. Elle a reçu sa récompense et aujourd’hui elle demande à ce que nous puissions jeter notre regard que sur ce qui lui a été révélé pour nous. C’est ce que Marie Julie Jahenny nous demande. Elle est avec nous, elle se tient toute prête à prendre ce que nous, nous ne sommes pas capables de prendre. D’autres aussi sont avec nous. Les moments les plus difficiles de notre vie, ils vont s’en charger et à un moment donné ils vont dire : 'Avance, tu es capable maintenant. Toutes les souffrances que j’ai endurées m’ont gagné cette place auprès de toi. Ce Sang qui s’est fait connaître à ma chair afin qu’aujourd’hui je sois là, prêt à vivre le bonheur de vous savoir être enfants de la Divine Volonté.'

Alors, on s’arrête ici, et là on peut faire un autre chant, mais à Jésus. Amen.

Merci Seigneur.