Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Reading, Angleterre,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus

 

2010-03-25 – Partie 1

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Ce que nous allons donner à notre Seigneur, c'est notre oui, aujourd'hui. Nous allons le donner comme un tout petit enfant, en ne sachant pas ce que Dieu attend de nous, mais nous attendrons tout de Dieu. Un enfant qui approche son père, il sait que son père veut lui donner son amour, sa protection. L'enfant ne cherche pas à imiter son père, il sait que son père est là pour lui, pour le protéger.

Alors, Dieu veut faire, pour chacun de nous, un mouvement d'amour. Il veut prendre chacun de nos cœurs et les réunir pour ne faire qu'un seul cœur : le Cœur de l'Église. Le Cœur de l'Église, c'est le Cœur de Jésus. C'est Jésus qui est en nous afin de donner à son Père ce que nous sommes. Nous sommes sur la terre pour Dieu le Père, nous ne sommes pas sur la terre pour nous-mêmes. Dieu le Père nous a donné son Fils bien-aimé pour nous conduire vers lui. Dieu le Fils connaît notre vie, il connaît tout ce que nous avons à l'intérieur de nous. Il est le seul qui peut parler en notre cœur pour nous faire découvrir ce que nous avons à découvrir.

Ce que nous allons découvrir, c'est la vie des enfants de Dieu, ce que chaque enfant a fait pour Dieu le Père et ce que chaque enfant n'a pas fait pour Dieu le Père. Notre cœur est lié au Cœur du Christ, et le Christ est en tous les enfants de Dieu le Père : notre cœur est en tous les enfants de Dieu le Père par le Fils. Les guérisons que nous recevons sont aussi pour tous les enfants de Dieu, pas seulement pour nous.

Dieu prépare son Église à vivre un moment de beauté. Il veut la rendre toute belle, il veut lui redonner sa pureté, il veut faire d'elle son épouse, il veut que ses anges voient la beauté de son Épouse. Jésus veut présenter à son Père le pourquoi il s'est donné sur la terre.

Jésus : Père, ce que tu as fait pour tes enfants, je te le présente; ce que tu as donné à tes enfants, Père d'amour, je te le présente. Rien n'est venu d'eux et tout doit te revenir. Ton Église, ô Père d'amour, que tu as choisie, a besoin de se regarder telle elle est afin de prendre tout d'elle et de te le présenter. C'est moi, ton Fils, Père, qui vais prendre tout de cette Église que j'ai aimée jusqu'à donner ma Vie. Pas un seul instant, Père, tu as douté de ton Fils engendré; pas un seul instant, Père, je ne t'ai quitté. Devant ta puissance, ô Père Éternel, je vais te redonner la beauté de tes choix : chaque enfant qui est en l'Église, chaque enfant est ton enfant.

Et vous, enfants d'amour qui entendez ces paroles, sachez que votre Père est mon Père et mon Père m'a tout accordé. À moi de vous amener à la Grande Purification, à moi de vous faire découvrir tout ce qui est en vous, à moi de vous donner ce dont vous avez besoin pour accepter que votre chair soit regardée par vous. Mon Père attend ce moment. Il connaît le moment où sa justice d'amour sera sur tous les enfants de Dieu. Il m'a envoyé préparer son Royaume. J'ai parlé de mon Père, j'ai parlé de l'amour, de sa loi d'amour.

Je parle en votre cœur afin que votre cœur reconnaisse qu'il n'y a qu'un seul Dieu. Je vais vous apprendre à tout renoncer pour mon Père; je vais vous ouvrir à tout ce qui a été contre votre Père; je vais vous apprendre à vous dépouiller de ce qui vous a faits prisonniers de ce monde. Je ne suis pas de ce monde et vous n'êtes pas de ce monde. Mon monde est rempli d'amour, il ne connaît pas l'injustice. Il n'y a pas de guerre en mon monde d'amour, il n'y a pas de maladie, il n'y a pas de pauvreté, il n'y a que des enfants qui aiment sans condition. Vous avez à apprendre, mes enfants d'amour, vous avez à vous laisser abandonnés entre les mains de Celui qui est sur la Croix.

Mon Sacrifice se fait toujours, mes enfants, il est perpétuel. Tant qu'il y aura des enfants qui seront dans une chair de souffrances, je porterai cette chair, car je laisse mon Précieux Sang couler sur cette chair blessée, afin que l'enfant reconnaisse qu'il est dans la miséricorde de mon Père. Avant que la miséricorde soit sur vous, mon Père a étendu sa miséricorde sur chacun de vous; avant que vous soyez en ce monde, mon Père connaissait ce que vous étiez pour devenir, car c'est mon Père qui vous a choisis, c'est mon Père qui vous a créés et, dans sa pensée, vous étiez tous parfaits. Il a tout créé par amour pour vous, il a donné son amour inconditionnel.

La chair, mes enfants, ne vient pas de vous, elle vient de la Matière de mon Père. Moi, le Fils engendré, je suis la Chair Éternelle, la Chair Immaculée, la Chair Parfaite. Tout en moi n'est que perfection, car mon Tout est de mon Père. Je suis l'Alpha et l'Oméga. En moi est le passé, le présent et le futur, car vous êtes à moi. Moi, mes enfants, je n'ai pas à connaître le passé, car le passé est mon présent. Je suis la Volonté de mon Père et mon Père n'a qu'à vouloir et je m'accomplis. Rien ne me sépare de mon Père : sa pensée en ma pensée et ma pensée en sa pensée. Le Saint-Esprit est le Tout de notre Tout. Dieu est Dieu.

Vous, enfants créés, vous venez de la pensée de mon Père. Il n'a eu qu'à vouloir et vous avez tous été en moi. Dieu a ce pouvoir de vous créer en un seul instant. Avant que vous soyez sur la terre, mes enfants, pour venir au monde par votre père, par votre mère sur la terre, vous étiez en moi. Vous étiez le 'je t'aime' de mon Père. L'Amour se donne et l'Amour ne cesse de se donner. Lorsque mon Père a regardé sa beauté, lorsqu'il a aimé son Fils, il regardait qui il était, car il était l'Amour et l'Amour se nourrissait. L'Amour est éternel et l'Amour engendre l'Amour.

Lorsque vous fûtes, vous fûtes en un instant pour mon Père, par amour pour mon Père. Vous êtes le 'je t'aime' de mon Père, et vous, enfants d'amour, vous avez donné votre 'je t'aime' à mon Père. Vous êtes créés à la ressemblance de Dieu. Chacun de vous êtes amour. Vous êtes créés pour vous donner de l'amour, car mon Père donne son amour; vous êtes créés pour ne faire qu'un tout et le Tout de mon Père est vous. Vous n'êtes pas de vous-mêmes, vous êtes de mon Père. Il n'y a que mon Père qui connaisse ses enfants, il n'y a que mon Père qui veut tous ses enfants par amour pour son Tout.

Ce temps est un temps de grâce, est un temps de lumière. Le Saint-Esprit vous fait connaître, par sa puissance, que vous êtes en mon Tout, en le Tout du Père, car je suis en mon Père et mon Père est en moi, et le Saint-Esprit est en le Père, en le Fils. L'Esprit de Dieu est sur vous. Il vous amène là où vous, vous n'êtes pas capables d'aller : à l'intérieur même de votre vie. Qui peut comprendre la vie spirituelle? Seulement Celui qui l'a créée. Mon Père connaît sa Vie, car il est l'Éternel. En vous, vous avez la vie, car vous croyez en la Vie. Vous avez soif de vérité, vous avez soif de connaître ce que vous êtes.

En vous réunissant pour prier, mes enfants, vous avez répondu à l'appel de la Vierge Marie, de l'Immaculée Conception. Vous avez répondu à son appel et vous avez prié ensemble pour obtenir des grâces, et ces grâces se sont répandues à la surface de la terre afin que là où il y a un enfant, il y a les grâces. Dieu veut vous montrer que tout ce que vous êtes, vous l'êtes par mon Père et non pas par ce monde. Ce monde vous a séparés, ce monde vous a rendus individualistes.

Enfants d'amour, qui a fait que vous avez écouté ce monde? Qui a fait que ce monde vous a rendus prisonniers? Car ce monde n'est qu'un monde de noirceur. Pourquoi avez-vous pénétré cette noirceur? Pourquoi êtes-vous si aveuglés, si sourds à l'amour inconditionnel de mon Père? Car vous portez la marque de la désobéissance en votre chair. Cette désobéissance, mes enfants, est sur vous; elle a coulé de l'extérieur à l'intérieur. Dieu veut arracher cette marque de vous, mais il va falloir, enfants d'amour, que vous connaissiez les conséquences afin de me les donner. Moi je les connais, moi j'ai souffert à cause de ces conséquences, moi j'ai fait ma Passion, et mon Père m'a toujours soutenu.

Je vous donne des grâces de lumière, d'amour, par la puissance du Saint-Esprit, et je vous demande, enfants d'amour, de marcher sur ce chemin étroit. Voilà pourquoi je réunis des petits enfants comme vous afin de vous faire entendre votre intérieur. Votre intérieur parle, mes enfants, mais vous ne l'entendez pas. Le tout petit enfant qui veut du Père est en vous; il crie au vieil homme, à la vieille femme, d'écouter ce qu'il a à dire. Le vieillard date depuis Adam et la personne vieille date depuis Ève. Vous êtes de ce temps.

Lorsque vous êtes venus sur la terre, vous avez tous pris chair. La chair d'Adam, enfants d'amour, est la chair des hommes; la chair d'Ève est la chair des femmes. Ce que mon Père a fait, il l'a fait avec son pouvoir : il a donné souffle de vie en toute chair. Lorsqu'Adam fut créé avec de la glaise sur la terre, il refaisait sa création, il reproduisait son mouvement d'éternité. Vous avez tous été dans ce mouvement.

Le temps de votre naissance est choisi par mon Père. Votre création, mes enfants, sur la terre, date de Caïn et d'Abel. Pour vous démontrer que cela est vrai, je vais vous demander : «Enfants d'amour, comment se fait-il que votre pensée soit dans la pensée de tous les enfants de Dieu qui veulent aller vers le Royaume de Dieu? Comment se fait-il que l'enfant qui vient au monde aspire au bonheur? Comment se fait-il que le regard de l'enfant qui vient au monde cherche le regard de l'amour? Comment se fait-il qu'un tout petit bébé cherche sa nourriture? Comment se fait-il que des enfants qui viennent au monde ont besoin de la chaleur? Comment se fait-il que des enfants ont besoin d'être dans l'affection, la tendresse et la douceur?» Parce que tout enfant a été dans le sein même de la création, et la création est le moment où tous vous avez été en un seul instant.

Dans votre vie spirituelle comme dans votre vie temporelle, il y a la création. Vous ne pouvez pas être en dehors de la création, car vous êtes la création de Dieu. En vous, Dieu a tout mis : vous avez en vous l'univers, vous avez en vous tout ce que contient l'univers. La terre est en vous, mes enfants. Tout ce qui compose votre intérieur a été voulu par Dieu et tout ce que vous êtes à l'intérieur, Dieu l'a mis devant vous. Voilà pourquoi la terre a été créée pour vous accueillir. L'enfant qui vient sur la terre vient dans sa demeure. Il reconnaît qu'il est de lui de regarder ce qu'il a en lui.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Lorsqu'Adam fut créé, lorsqu'Adam ouvrit les yeux, lorsqu'Adam parla, lorsqu'Adam écouta, lorsqu'Adam agissait, lorsqu'Adam ressentit, tout lui était connu et tout ce qui était en lui devenait pour lui une présence, car il était en la connaissance de Dieu et la connaissance de Dieu lui montrait ce qu'il était. Il connaissait ce qu'il voyait et il redonnait à Dieu ce qu'il voyait en prononçant chaque nom de tout ce qu'il voyait, par amour pour Dieu. Adam redonnait à Dieu ce que Dieu lui donnait. La pensée de Dieu nourrissait la pensée d'Adam et Adam donnait à Dieu sa pensée. Tout n'était que le présent. Adam était dans le présent en la Présence de Dieu. Tout en Adam était dans la connaissance et la connaissance était du Créateur, et Dieu se réjouissait de regarder son enfant. Et Dieu nourrissait la pensée d'Adam, car la pensée d'Adam était dans la pensée de tous les enfants créés.

Toute la chair d'Adam était dans la chair de tous les enfants créés. On louait Dieu, on rendait grâce à Dieu, on chantait pour Dieu, car Dieu unissait son amour et son amour voulait tout connaître de Dieu. Chaque enfant était dans le présent en la Présence de Dieu. Adam, enfant de la Divine Volonté, était en tous les enfants de la Divine Volonté. Dieu, la Divine Volonté, nourrissait les enfants de la Divine Volonté. Il n'y avait qu'une seule Volonté et c'était la Volonté de Dieu. L'enfant était dans la Volonté de Dieu et la Volonté de Dieu lui montrait qu'il était voulu par la Volonté. Le 'je t'aime' de Dieu accueillait le 'je t'aime' des enfants de Dieu. Ce mouvement était le mouvement de la création sur la terre.

Lorsqu'Ève sortit, par la Volonté de Dieu, de la chair de la Chair, elle regarda sa chair, elle regarda la beauté de Dieu, car elle se savait être créée comme Adam : deux chairs qui ne faisaient qu'une seule chair devant Dieu. Il n'y avait pas autre que Dieu, car Adam savait que tout était pour Dieu et Ève savait que tout était pour Dieu, et ce qu'Adam et Ève étaient pour Dieu, nous l'étions tous, car ce que nous sommes, nous le sommes par Dieu.

Dieu nous fait comprendre que nous ne formons qu'un tout, nous ne formons qu'une seule chair. Adam et Ève sont de la chair de la Chair voulue par Dieu. Lorsqu'Adam rencontra Ève, c'est la même chair qui se rencontra et la chair se présenta à Dieu. Qu'un seul enfant qui vienne au monde sur la terre, cette chair se présente à Dieu. Dieu nous a tous créés en un mouvement en Dieu le Fils, et ce que Dieu fait, il le fait dans sa perfection, et cela est éternel.

La vie spirituelle ne peut pas s'éteindre. Notre âme est éternelle, elle a la vie de Dieu et tout ce qu'elle est, est dans la perfection de Dieu. Lorsque Dieu créa la chair, il la créa pour l'âme. Nous n'aurons pas une deuxième chair, car ce qu'il nous a donné, il nous l'a donné pour l'éternité. Tout ce que Dieu fait, il le fait avec sa perfection, son Vouloir, et que Dieu veuille un enfant, il le veut pour l'éternité.

Lorsque Jésus a dit à ses apôtres : «Vous étiez avant d'être dans le sein de votre mère», il disait que vous étiez créés avant même de prendre naissance. Quand Adam et Ève sont venus prendre place sur la terre, nous avons tous, en ce moment, pris conscience, dans la pensée de Dieu, que, oui, notre place était d'aller sur la terre, parce que Dieu ne sépare pas son Tout. Dieu, c'est Dieu le Père, Dieu le Fils, Dieu le Saint-Esprit : trois Personnes en une. Dieu n'est pas créé, il est le Tout de son Tout. Lorsque, dans la pensée de Dieu, il y a création, en un instant tout est devant lui. Lorsqu'il a voulu la matière dans la Matière Parfaite, nous fûmes tous, car nous sommes le 'je t'aime' du Père, le Vouloir du Père. Alors, il ne nous sépare pas.

Lorsqu'Adam et Ève furent sur la terre, nous, nous fûmes aussi, par la chair, sur la terre, car tout ce qui était en Adam était aussi en nous, tout ce qui était en Ève était aussi en nous. L'homme porte la vie en lui et tous les hommes portent la vie en eux. Tout ce qui est pour les hommes vient de Dieu. L'homme a reçu la tendresse du Père, l'homme a reçu de Dieu la force, et tout est de Dieu. La femme, elle est la douceur du Père. Il a déposé en la femme sa création. Lorsque la vie rencontre la création, tout se met dans le mouvement pour donner à Dieu ce qu'il attend : de la vie en la création.

Voilà pourquoi l'homme porte la vie et il entre la vie dans le sein de la maman pour que la création accueille la vie. Tout ce qui est de la vie en l'homme vient de Dieu et la vie qui se dépose en le sein de la femme se dépose dans la création. La vie entre dans sa création et la création nourrit et la vie grandit, et Dieu reçoit son mouvement de vie : création de vie.

Chacun de nous, nous sommes toujours en mouvement de vie. Ce que nous sommes, nous le sommes par Dieu. Dieu est la Vie et Dieu donne tout pouvoir à la vie. Il donne son Tout à son Tout. L'amour que Dieu est, il s'en nourrit. Dieu ne peut pas s'arrêter de donner, il se donne continuellement de l'amour. Dieu est dans son mouvement d'amour. Voilà pourquoi Dieu Père, Dieu Fils, Dieu Esprit Saint sont toujours en leur présence.

Eh bien, nous, il nous a créés à son image. La vie spirituelle en la vie, en la chair : le mouvement chair dans la vie. Toujours ce mouvement qui ne cesse de se donner. L'homme est fait pour donner, la femme qui reçoit est faite pour donner. C'est l'amour qui ne cesse d'être dans l'amour. Nous sommes la vie de Dieu par la grâce, alors la vie de Dieu par la grâce est toujours dans son mouvement. On ne peut pas se séparer des uns et des autres. Nous sommes un tout qui doit reconnaître qu'il ne fait qu'un. Tout ce que nous, nous sommes, nous le sommes pour les uns et pour les autres. Nous ne sommes pas créés pour être à part de l'un et à part de l'autre, nous sommes créés pour toujours être dans ce que nous sommes.

Nous sommes, nous les femmes, création dans le mouvement de la création et nous recevons la vie qui est celle de la création de Dieu : la vie. Nous sommes faits par amour. Est-ce qu'Adam qui a été sur la terre pouvait se séparer de son tout? Adam était dans la pensée de Dieu et la pensée de Dieu le nourrissait continuellement. Lorsque Dieu présenta tout ce qu'il avait créé pour lui, Adam, qui était dans la connaissance de Dieu, redonnait à Dieu ce qu'il voyait. Alors, il nomma tout ce qu'il vit pour dire au Père : "Voilà ce que tu me donnes."

Ce que Dieu veut nous faire comprendre, c'est qu'Adam et Ève, lorsqu'ils furent créés pour la terre, bien, nous étions en leur chair, en leur vie. Au moment où il y eut la désobéissance, au moment où Adam et Ève furent tentés, eux qui étaient le tout de Dieu, eux qui étaient dans la pensée de Dieu, étaient avec nous. On ne pouvait pas être séparés de ce qu'ils étaient. La vie prenait connaissance lorsqu'Ève approcha ce qui était défendu par Dieu. Elle s'approcha avec ce qu'elle était, et une fois qu'elle s'est approchée de ce qui était défendu par Dieu, son être tout entier s'approcha du mal, et une fois qu'elle s'approcha du mal, le mal à l'extérieur commença à la tenter.

Lorsqu'elle écouta ce qui était extérieur d'elle, Satan commença tranquillement à lui parler de connaissance. Il lui montra qu'elle pouvait avoir beaucoup plus de connaissance, et elle, elle écouta parce qu'elle ne savait pas ce qu'était le mal. Elle n'avait jamais entendu parler de ce que cet être parlait. Il lui fit comprendre que Dieu connaissait alors qu'elle ne connaissait pas; il lui fit comprendre qu'elle pouvait, elle aussi, connaître ce que Dieu connaissait. Ce qu'elle connaissait, Ève, n'était que le bien; elle ne connaissait pas le mal, parce que dans la pensée de Dieu il n'y a pas de mal, tout n'est que de l'amour. Mais lorsqu'elle a approché ce lieu où elle ne devait pas aller, elle entendit quelque chose qu'elle n'avait jamais entendu.

Alors, elle alla vers Adam et ce qu'elle amena avec elle, c'était quelque chose qu'elle traînait, c'était quelque chose qui était tout autour d'elle : une connaissance qui était, pour Adam, inconnue. Cela venait de l'extérieur d'Ève et non pas de l'intérieur, car c'est Adam qui porte la vie et non Ève. Ève a fait qu'elle a amené la tentation près de la vie, près de celui qui porte la vie. Lorsqu'Adam regarda Ève, il ne reconnut plus cette douceur. Il y avait quelque chose de changé dans le regard d'Ève. Les paroles d'Ève portaient quelque chose de nouveau, tel que lorsqu'Adam écoutait, il y avait quelque chose de nouveau qu'il entendait, et ce qu'elle était, était pour Adam une tentation.

Lorsqu'Adam, la chair d'Adam, la vie d'Adam, et la vie d'Ève et la chair d'Ève voulurent savoir ce qui était extérieur, ils ont consenti à ouvrir leur vie à une connaissance, et cette connaissance c'est le mal. Lorsque la vie et la création, la chair, voulurent choisir cette connaissance qui portait le mal, là, le mal se fit connaître et pénétra dans la vie. La vie d'Ève et la vie d'Adam maintenant connaissaient le mal. Là, ils se sont regardés comme deux personnes à part : la vie et la création se séparèrent. La connaissance du bien maintenant avait un adversaire : le mal.  

Dorénavant, le mal et le bien se côtoyèrent. La Divine Volonté se retira d'Adam et Ève, car Dieu n'est qu'amour. Dieu ne porte pas le mal en lui, Dieu est la Perfection. Alors, ce que l'homme et la femme connurent, c'est leur volonté de choisir entre le bien et le mal. Où étions-nous? Est-ce que nous étions en dehors de la chair d'Adam et Ève, en dehors de la vie d'Adam et Ève? Lorsqu'Adam reçut le souffle de Dieu, le souffle de Dieu lorsqu'Ève fut créée était le même souffle de vie; il n'y a qu'un souffle, et c'est celui de Dieu.

Regardons qui nous sommes. Avons-nous le souffle de Dieu en nous? Nous avons tous le même souffle de vie. Alors, nous avons tous été présents à ce moment-là, nous avons tous choisi à ce moment-là. La chair a été tentée et la chair a été trouver la vie. Nous avons tous été dans cette chair et nous avons tous le souffle de la vie. Lorsqu'Adam et Ève ont voulu connaître la connaissance du bien et du mal, cette tentation fut connue à nous, car nous étions en Adam et en Ève. Nous ne pouvons pas nous séparer du Tout. Dieu le Père, Dieu le Fils, Dieu le Saint-Esprit ne se séparent pas. Les enfants créés à l'image de Dieu sont créés pour être à l'image de Dieu, donc ils ne se séparent pas. Nous avons tous été dans cette tentation et nous avons tous choisi. Si un enfant, aujourd'hui, a une connaissance du bien et du mal en sa chair, c'est qu'il a choisi. Nous avons choisi de connaître le mal.

Il y eut en nous une personne qui n'a pas dit non à Dieu. Il y eut une seule personne qui n'a pas désobéi à Dieu, c'est la Vierge des vierges, c'est Celle qui a été choisie pour être la Mère de Dieu le Fils. Elle est la seule qui n'a pas dit non à Dieu. Par amour pour elle, Dieu a voulu que nous venions sur la terre, car Dieu savait ce que nous étions pour faire. Mais Dieu, Dieu vit la petite Marie, Dieu vit cette enfant. Elle avait son reflet sur elle, elle gardait toujours sa beauté qui était la beauté de Dieu pour ses créatures. Alors, Dieu regarda à travers le regard de Marie ce que nous étions pour redevenir, car Marie consentit à être parmi tous les enfants qui avaient refusé d'obéir à Dieu. Sans un mot, sans se faire valoir à nous, elle a marché avec humilité parmi nous. Son Fiat, à Marie, il est pur. Toutes les grâces que Marie a été comblée, c'est toutes les grâces que nous aurions dû être comblés.

Ce que Dieu fait, il le fait par amour pour tous ses enfants. Et Dieu veut nous redonner ce qu'il a toujours voulu pour nous. Il veut nous rendre parfaits comme on aurait dû toujours être : nous redonner notre état d'enfants de la Divine Volonté. Lorsque Dieu a voulu ses 'je t'aime', lorsque Dieu a voulu de nous, il nous a voulus comme enfants de la Divine Volonté. Maintenant, il prépare un temps de purification. Nous allons redevenir enfants de la Divine Volonté, car nous devrons être dans l'obéissance.

Oui, nous avons voulu connaître, par nous-mêmes, ce qui était mal. Ce n'était que Dieu qui connaissait que ses anges avaient une faille. On n'avait pas à connaître ce qui était le mal, ce qui était Satan, on n'avait pas été créés pour cela. Alors Dieu va nous redemander de tout renoncer à ce que le mal nous a fait connaître, pour qu'on redevienne les enfants de Dieu obéissants en tout. Alors il va falloir renoncer à tout pour Dieu. Lorsque Dieu nous a créés, il nous a créés comme des tout petits enfants purs. On n'a pas besoin de matériel pour être ce que Dieu veut qu'on soit. Dieu nous avait créés dans une terre d'amour, là où tout n'était que perfection pour les enfants parfaits.

Ce que nous portons sur nos épaules, c'est la honte. Car lorsqu'Adam et Ève surent qu'il y avait le mal : cette connaissance, ils ont eu honte, ils ont eu honte de ce qu'ils venaient de faire, car ils ont ressenti en leur chair la beauté les quitter. La beauté de Dieu a quitté les enfants de Dieu et ils ont eu honte de ce qu'ils venaient de faire. Aujourd'hui, on se cache comme Adam et Ève se sont cachés. Aujourd'hui, on porte sur nous la douleur de la honte.

Dieu va nous redonner notre état de pureté. Il va falloir regarder ce que le Saint-Esprit va nous montrer, et Dieu va arracher le mal, il va purifier de son feu d'amour tout ce qui a pénétré en nous et qui nous fait honte. L'âme, l'âme, par le sacrement du Baptême, par le sacrement de la Confirmation, le sacrement de la Pénitence, de l'Eucharistie, le sacrement du Mariage, le sacrement de l'Ordre, de l'Extrême-Onction, rendent notre âme toujours prête à aller vers Dieu.

Notre vie spirituelle est pour nous une lumière. Lorsque nous ne prenons pas soin de notre vie spirituelle, nous ne pouvons être dans la présence en la Présence, nous ne pouvons pas être dans notre vie spirituelle en la Vie de Dieu. Voilà pourquoi Dieu le Fils est venu pour notre âme. Il nous a donné les sacrements afin qu'on puisse avancer vers la purification de la chair.

Là, il vient de dire : «Reposez-vous parce que votre chair en a besoin.» Merci, Seigneur.