Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Sandy Bay Indian Reserve, Manitoba,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus

 

2003-06-08

 

Dieu le Père : Je suis, moi Dieu Créateur, en présence en chacun de vous.

Je suis la Vie, je suis tout ce que vous voyez, tout ce que vous sentez, tout ce que vous pouvez faire de votre vie : JE SUIS! 

Votre vie a été en moi avant votre naissance, chacun de vous qui êtes venu en ce monde a été voulu de moi, votre Créateur.

Toute création, toute beauté, toute splendeur viennent de ma Splendeur.

Lorsque vous regardez avec vos yeux et que vous voyez ma création, dites-vous que moi, votre Créateur, j’ai pris soin de vous.

Je vous ai donné tout ce qui était nécessaire pour vivre sur cette terre, mais les enfants de ce monde n’apprécient pas ce que je leur ai donné.

Ils se sont accaparés de ce que, moi, je leur avais donné pour partager, rendant mes enfants esclaves de ce que eux voulaient.

Ces enfants étaient dans le pouvoir; d’autres de mes enfants ont subi ce pouvoir.

Moi, le Créateur, j’aimais mes enfants. Moi, le Créateur, j’aime tous les enfants de la terre.

Je viens crier en les cœurs de tous les enfants afin qu’ils sachent que je les aime.

Je ne viens pas pour condamner ceux qui ont pris un pouvoir sur mes petits.

Je viens parler en les cœurs pour vous avertir que Dieu est amour et qu’il attend que chacun de vous soyez aussi amour.

J’ai rempli mes eaux de  poissons; j’ai donné à la nature tous fruits, tous légumes pouvant vous nourrir; j’ai peuplé l’air de mes oiseaux.

J’ai donné tout cela afin que vous soyez amour avec la nature; même cela, les enfants de la terre ne l’ont pas respecté. Ils n’ont pas voulu de mon amour.

Chaque mouvement que vous voyez autour de vous est moi.

Je suis le Créateur de la nature, je suis le Créateur de chacun de vous.

Je viens rappeler à tous mes enfants qu’ils doivent se conduire en enfants dignes d’être de moi : le Créateur.

Chaque enfant est unique pour moi, il est complet par lui-même, car j’ai donné à chaque enfant tout ce qui lui est nécessaire pour vivre; mais, à cause de la désobéissance de vos premiers parents, cette harmonie s’est interrompue.

Vous êtes tous des descendants d’Adam et Ève, vous êtes une seule famille : ma famille.

Moi, je suis votre Père, je n’ai pas de distinction entre mes enfants.

À cause du péché, les enfants se sont eux-mêmes donné un pouvoir sur les autres.

Certains se sont pris plus supérieurs que les autres; certains ont été jusqu’à dominer mes petits.

La souffrance est répandue sur toute la surface de la terre : mes enfants riches se tuent entre eux; mes enfants qui se trouvent dans la moyenne se donnent un pouvoir avec le matériel et ceux qui n’ont rien ne demandent rien : ils souffrent, ils meurent de faim.

Je connais tous vos mouvements.

Je veux vous annoncer, mes enfants, que chacun d’entre vous aurez à vous voir devant vos mouvements.

C’est pourquoi je viens crier en vous de vous aimer. Je veux que vous appreniez à vous aimer en premier.

Lorsqu’un enfant découvre qu’il est de moi, le Créateur, il commence à découvrir que je suis le seul qui peut l’aider, car il sait que tout est en lui, que tout ce qui est extérieur de lui n’est pas la vie; c’est en lui la vie.

Je suis la Vie : avec ma Vie, je vous nourris.

Je veux vous faire découvrir la vraie valeur de votre vie.

Lorsqu’un enfant s’aime, il commence à apprécier ce que moi je lui donne; il commence à ouvrir les yeux sur la beauté de la nature; il commence à voir les actions qu’il fait avec l’amour qu’il a en lui : il découvre qu’il est important.

S’il est de moi, s’il est de la Vie, c’est que sa vie est éternelle; alors, cet enfant va prendre soin de ce que moi, le Créateur, je lui ai donné; ainsi, il pourra aussi prendre soin de ceux qu’il aime.

Un enfant qui n’a pas appris à savoir qui il est ne peut aimer son prochain, parce qu’il n’a pas encore appris qu’il est, lui : l’amour.

Je viens vous parler à chacun d’entre vous; je viens vous déclarer que vous êtes mes enfants; je viens vous dire que j’ai pris soin de vous malgré votre entêtement à ne pas vous reconnaître mes enfants, car je suis un Dieu libre, je respecte votre liberté.

Je ne veux pas de vous comme des enfants esclaves, je veux que vous veniez par votre propre choix, en vous : là où je suis.

Je suis vivant, je suis là, en vous.

Je ne suis pas un Dieu lointain, un Dieu indifférent, je ne viens pas vous punir : je suis l’Amour, la Miséricorde.

Je vous ai donné mon Fils afin que vous soyez tous en moi, votre Père.

Vous connaissez l’importance de la famille.

Vous savez qu’à chaque famille, il y a une tête importante et cela est l'aîné.

Moi, votre Père, je suis le seul Créateur de la terre et du Ciel, je suis votre Aîné.

Je suis, et j’ai été, et je serai toujours, car je suis la Puissance, je suis l’Être parfait.

Vous venez de moi.

J’ai donné à chacun de vous la vie; vous devez aimer la vie en vous.

Il faut, mes enfants, que vous appreniez à découvrir ce que vous êtes par rapport aux autres; chacun de vous devez vous donner.

L’aîné doit protéger, doit conseiller; l’aîné doit prendre soin et donner un exemple, car les plus jeunes regardent, ils voient là ce qu’ils veulent devenir.

C’est pour cela, mes enfants, que je vous dis qu’il faut être bon envers vous.

Moi, Dieu Créateur, je vous ai donné mon Fils Jésus; il est venu sur la terre pour vous sauver de la mort éternelle; il  est venu sur la terre représentant le Père : il était moi, parce que je suis en lui et que lui est en moi, et que lui et moi, nous sommes en le Saint-Esprit : je suis Dieu.

Vous, mes enfants, soyez dignes d’être appelés enfants de Dieu.

Mon Fils a pris toutes vos actions, il les a purifiées avec son Sang.

Son Sang a coulé sur vous et, à chaque fois que vous faites une mauvaise action et que vous regrettez cette action, votre action est purifiée, car mon Fils a déjà apporté cette action à la mort.

Au moment où vous acceptez de vous laisser purifier, votre action devient pure; vous devenez purs car vous faites partie de ce mouvement.

Lorsque vous faites une action, c’est en vous que cela part, c’est la vie en vous qui bouge et qui fait votre action.

C’est pourquoi, mes enfants, je vous dis que mon Fils vous a purifiés en portant en lui qui vous êtes.

Vous faites partie de son Corps : le Corps de mon Fils s’est laissé ouvert pour vous faire entrer en lui.

Je veux vous parler d’amour, de mon amour pour vous.

Il vient un temps d’amour où toute action impure n’existera plus (ici, il manque un bout à cause du revirement de cassette) ... cœur, je veux vous faire comprendre que le temps où tout péché n’existera plus sur la terre...

Un grand mouvement de purification est commencé : chacun des enfants de la terre reçoit en ce moment même des mouvements d’amour par des enfants qui prient.

Je prépare leur intérieur à me voir : qui voit mon Fils, voit le Père! Chaque enfant, en ce moment même, sur la terre est dans mon mouvement d’amour.

Je réveille les cœurs endurcis; le Saint-Esprit les couvre

afin qu’ils puissent se voir tels comme ils sont.

Vous, les enfants qui avez accepté de prier, vous êtes dans mon mouvement d’amour qui fait que vous acceptez votre purification.

En ce moment même, vous êtes dans ce mouvement; vous acceptez, par mes grâces, que je vous parle; vous acceptez que je vous dise que vous vous êtes mal conduits.

Lorsqu’un père aime ses enfants et, lorsqu’un père voit son enfant mal se conduire, il a de l’amour et il veut le réprimander parce qu’il a de l’amour.

C’est pourquoi je peux vous parler ainsi, aujourd’hui.

Accepter votre purification, c’est vous préparer à ce qui s’en vient.

J’ai envoyé cet instrument d’amour afin que vous soyez en présence même de ma voix.

Je parle à travers elle pour vous dire que vous devez vous préparer, car bientôt vous verrez mon Fils glorifié en vous.

Pas un seul de mes enfants sur la terre ne sera pas en présence de mon Fils.

Ce moment est connu de moi. Je ne viens pas comme un voleur, je viens vous dire que vous devez vous préparer.

Mes enfants, votre purification est déjà commencée.

Lorsque vous me verrez, lorsque vous verrez mon Fils, plusieurs d’entre vous seront dans une joie, parce qu’ils auront accepté de se laisser purifier dès maintenant.

Certains enfants sur la terre qui ne se préparent pas, parce qu’ils refusent d’écouter mes prêtres, parce qu’ils refusent d’écouter leurs aînés qui, eux, ont appris à prier, certains enfants veulent ignorer délibérément comment aimer leur prochain, car ils préfèrent l’argent, ils préfèrent s’amuser, ils préfèrent dominer sur les autres : ces enfants connaîtront toutes leurs actions.

S’ils refusent de dire oui à mon appel d’amour, ces enfants n'entreront pas dans ma Terre Nouvelle.

Les enfants qui accepteront de dire oui à l’Amour devront accepter leur purification.

Je les envelopperai de mon amour et vos prières leur auront apporté des grâces de force afin qu’ils puissent passer cette purification avec mes grâces.

Ce temps est précieux, mes enfants, il est précieux pour chacun d’entre vous, il est aussi précieux pour ceux que vous aimez et ceux que vous ne connaissez pas, car, lorsque vous priez, je vous demande aussi de prier pour tous les enfants de la terre.

Savez-vous pourquoi? Parce que lorsque vous priez pour plusieurs, je multiplie les grâces pour vous, et vous profitez de ces grâces pour affronter votre purification qui se fait à l’instant même.

Je suis la Lumière, la Lumière est venue vous éclairer sur votre vie. Je suis le Chemin,

je vous montre le chemin à suivre. Je suis la Vie, et la Vie est en train

de crier en vous de dire oui à votre vie d’amour.

C’est une vie d’amour qui va régner sur la terre. Tout ce qui a été votre souffrance n’existera plus.

La terre sera purifiée; vous serez aussi purifiés.

Tels mes premiers enfants, Adam et Ève, avant la chute, vivaient dans une terre d’amour où tout n’était que beauté et abondance - c’est de cela que je vous parle : je vous parle de ma Terre Nouvelle – je vous demande, mes enfants, de vous conduire en enfants de Dieu.

Je connais vos péchés, je connais vos faiblesses; je vais vous soutenir, je suis votre force.

Si, aujourd’hui, vous êtes ici, c’est parce que j’ai toujours été en vous; c’est moi qui vous ai empêchés de vous détruire.

Le péché est contre vous.

Si vous avez connu des souffrances, des maladies, si on vous a retirés du monde : c’est à cause des péchés du monde, c’est aussi à cause de vos péchés que vous souffrez, que vous connaissez la douleur dans vos corps.

Vous avez soif d’amour, vous avez soif de connaître le bonheur sur la terre.

Parce que j’ai nourri votre vie, vous êtes enfants d’amour; vous ne pourriez être autrement.

Puisque vous avez le goût de vous nourrir, de vous habiller contre le froid : c’est parce que vous vous aimez.

Vous n’avez même pas appris que vous étiez amour pour vous et vous vous êtes négligés.

Moi, je suis ici pour vous rappeler que vous êtes des enfants, vous êtes mes enfants, vous êtes mes tout-petits.

Lorsque vous prenez un de vos petits enfants dans les bras, vous le serrez fort sur votre cœur; croyez-vous que moi, je ne fasse pas ainsi en vous?  Combien de fois je vous ai consolés! Combien de fois je vous ai encouragés! 

Combien de fois je vous ai dit de vous soigner! Combien de fois je vous ai dit d’aller à l’extérieur prendre l’air!

Combien de fois je vous ai dit : regarde la beauté du ciel, regarde la beauté de ma création!

Tout ce que vous avez fait et qui était bon venait de moi : cela ne venait pas de vous.

Il n’y a seulement que votre oui qui vous appartient; il y a aussi votre non qui vous appartient.

Voyez-vous, mes enfants, je suis la Vie et si je (voulais), dans un seul instant, je vous enlèverais la vie, car j’ai tout pouvoir sur la vie et sur la mort.

Vous êtes venus en ce monde pour que vous vous acheminiez vers moi, votre Père.

Vous êtes ici pour me prouver que vous voulez de moi.

Je suis jaloux de vous, mes enfants! Savez-vous pourquoi? Lorsque vous vous préférez à moi, moi je souffre en vous, car vous dites oui à vos mauvaises manies et vous dites non à ce que, moi, je veux pour vous.

Lorsque vous apprenez à vous donner du mal, soit par les jeux, soit par la boisson, soit par la drogue, c’est que vous préférez votre vie humaine et vous négligez votre vraie vie en vous : la vie qui est éternelle.

Tout ce qui est en vous, c’est pour toujours; tout ce qui est à l’extérieur

n’est que pour une vie sur la terre.

Lorsque vous regardez un oiseau dans le ciel, vous avez les yeux fixés sur lui, et il monte très haut dans le ciel : ça ne prend que quelques secondes pour que vos yeux ne voient plus.

Votre vie sur la terre est ainsi! Ma Vie, votre vie éternelle, n’a pas de fin! Pensez à tout ce qui est beau, à tout ce qui est bon; pensez à toutes bonnes odeurs; pensez à la brise qui vient à vous, pensez à la pluie qui tombe après la sécheresse, pensez à la beauté des fleurs, pensez au goût que vous ressentez quand vous mordez dans un fruit, pensez à la chaleur lorsqu’il fait froid : tout cela est bon pour vous! 

Mes enfants, j’ai plus que cela à vous donner dans votre vie éternelle.

Si, à l’instant même, je vous faisais sentir ce que vous allez ressentir dans votre vie éternelle, vous en mourriez de joie! C’est pourquoi je vous supplie d’accepter votre purification dès cet instant, en me disant : "Oui, je veux, Père, te donner ma vie. Tu m’as donné ton Fils afin que j’aille à lui. Je l’accepte. Je ne sais pas comment cela doit se faire, mais toi, tu le sais. Puisque tu m’as nourri, puisque Jésus a permis que je sois au chaud l’hiver et à l’abri l’été, puisque tu as permis tout cela, c’est que tu sais mieux que moi ce que je dois faire. Je te donne ma vie."

Mes enfants d’amour, Dieu vous a parlé dans les cœurs : ces paroles sont en vous.

Si cela venait de cet instrument, cette enfant, cela n’aurait pu entrer en vous, car tout ce qui est humain n’est qu’extérieur et tout ce qui vient de moi, votre Créateur, est en vous, car je suis en vous, et ces paroles ont été en vous.

Je connais chacun d’entre vous, et c’est à chacun de vous que j’ai dit ces paroles, parce que vous avez accepté de venir entendre votre Dieu.

Au moment où vous serez devant moi, qui suis en mon Fils, une joie immense sera en vous : elle vous enveloppera, vous deviendrez comme la lumière, et cette lumière se confondra avec la Lumière : mon Fils est la Lumière! Cela a été pour vous un moment d’amour dans votre présent, aujourd’hui, et cela s’est inscrit dans votre vie éternelle; et dans votre vie éternelle, cela sera une joie de plus de ce que je veux vous donner.

Une joie particulière sera en vous, et, lorsque vous rencontrerez des enfants qui ont vécu cette même joie : un rayon sortira de votre poitrine pour entrer dans la poitrine de votre frère ou de votre sœur, et un rayon sortira de la poitrine de votre frère ou de votre sœur et pénétrera dans votre poitrine, car vous serez éternellement des enfants d’amour.

Vous serez avec moi dans mon Royaume.

Je suis l’Alpha et l’Oméga : je suis l’Amour Éternel.

L’amour de Dieu ne se mesure pas, l’amour est et sera.

Parce que vous prononcez votre oui, vous êtes amour.

Vous serez dans l’amour éternellement, car Dieu le Père vient déposer en vous des grâces tout à fait spéciales qui feront que votre vie est un oui à l’Amour.

Je suis la Présence, vous êtes en ma Présence.

Je vous aime, mes enfants. Le Père veut que la personne, l’aîné, bénisse les enfants en son Nom.

 

L'aîné présent bénit les personnes présentes en sa langue natale.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Hier, lorsqu'on est venu à la mission, il pleuvait beaucoup; on se demandait si on était pour venir ici le lendemain étant donné les mauvaises conditions des routes.

J'ai demandé à Dieu, il m'a dit : «Tu auras la réponse demain, c'est ma rencontre, non la tienne.»

Alors, sur le matin quand on est parti pour la messe, c’était nuageux, et on n’avait pas rejoint encore Roger.

Quand on est entré à la messe, à l’endroit où on était, on ne voyait pas à l’extérieur et, à la communion – c’est tout le temps à la communion qu’il me prépare pour les rencontres –  lorsque j’ai fermé mes yeux, Jésus, il m’a dit : «Je veux que tu t’abandonnes.»

J'ai dit : "Oui" et (j'ai vu en moi) c’était blanc, des plumes et une tête d'oiseau, c’était un oiseau qui était tout blanc : ça couvrait tout mon corps; alors j‘ai été surprise parce que je ne savais pas ce que ça voulait dire.

Tout d’un coup, il y a quelque chose qui m’a prise, puis qui m’a montée directe dans le ciel.

Alors là, je me suis présentée devant trois personnes tout en blanc; – je sais, c’est la Trinité, parce que ce n’est pas la première fois que je les vois – alors Dieu le Père a dit : «Je veux que tu ailles parler à mes enfants.

Ce n’est pas à toi à savoir ce que tu dois dire, c’est à moi, ce sont mes enfants; c’est moi qui vais être là et pas toi.»  Alors, il a dit : «Va, ma fille, tu n’es plus.»

Après, quand j’ai sorti dehors, le ciel était bleu. Je sais parce qu’elle a dit : "Regarde"; elle a dit – ce n’est pas toi qui l’as dit? C’est toi qui l’as dit aussi, hein?  – que le bleu du Manitoba était plus beau ici que partout ailleurs.

Alors, je suis venue sans penser, sans rien savoir, parce que c’est toujours un vide qui vient en moi, c’est des prières qui montent en moi, c’est tout le temps de la prière.

Puis, je suis arrivée, et je ne sais jamais de quoi je vais parler, même il ne veut pas que je le sache, parce qu’il dit que : «Tu n’es qu’un instrument et c’est moi qui parle à mes enfants. Toi, tu n’as rien à dire.» Mais il a dit : «Je vais te donner de l’amour pour mes enfants.» 

Ce sont des grâces qu’il me donne : à aimer tout le monde, tous les enfants.

Et quand je suis montée ici et que je vous ai vus, alors pour moi ça a été en moi : «Bon, je les connais, puis ça fait longtemps que je les connais.» 

Je ne sais pas, ça ne s’explique pas ce que je peux ressentir, mais il n’y a pas de gêne comme avant.

J’étais une petite fille bien gênée dans ma petite famille; je ne parlais pas beaucoup, je n'avais pas d’amis.

Puis, là, tout est changé dans ma vie. Je ne sauterai pas sur les toits pour le montrer, mais je me sens bien à l’intérieur de moi, je me sens bien avec qui je regarde.

C’est comme ça, je ne l’explique pas.

Et il m’a donné aussi un très grand respect pour les personnes aînées; ça, je l’ai depuis que je suis toute petite à cause que papa pour moi était très important : c’était le chef de la famille, c’était papa! J'ai aussi ce respect, mais d’une autre façon, vis-à-vis les jeunes, vis-à-vis nous : on est pareil, hein? On est du même âge, nous autres; ça c’est correct, pour nous autres, mais quand je vois les jeunes, il y a quelque chose qui se passe en moi, c’est comme un respect différent de l’aîné, mais c’est un respect.

Et quand j’ai vu la petite fille (bébé de quelques mois), là, ça, c’est une joie; c’est comme un bonbon que je reçois.

 

Roger Poisson : J'ai un message que le Seigneur m’a donné en arrivant à Sandy Bay pour sa visite. Il a dit : «Pour vous, grâce à vos prières concernant sa visite, j’ai mis de côté la pluie et je vous laisse la planche à laver!» (rires) La planche à laver est leur mode de vie, il y a beaucoup de gens qui n'ont pas d'eau dans leur maison encore. Il y a des gens qui vont chercher l'eau au lac pour laver leur linge à la main, et si j'ai fait une farce avec ça hier, c'est pour vous mettre au courant de ce qui se passe.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Lorsqu'ils seront dans la Nouvelle Terre, ils ne connaîtront pas la souffrance, celle de renoncer aux biens matériels, parce que eux savent ce que c'est.

Pensez à ceux qui vont souffrir parce qu'ils devront renoncer à tout ça; cette souffrance-là vous ne la connaîtrez pas, mais eux vont la connaître.

Ce que vous avez souffert depuis quelques années, (à leur tour) eux vont souffrir, mais dans une intensité beaucoup, beaucoup plus grande.

Parce que, eux, qui ont acquis ces biens comme quelque chose qui leur était dû, ils n'ont pas appris à vivre avec ce que je leur ai donné.

Ce qu'ils vont vivre dans la Nouvelle Terre, c'est l'harmonie avec la nature.

 

Roger Poisson : Ça, c'est une vieille prophétie du langage "Odawa" que tu viens de dire là.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Alors, ayez pitié de ce que nous sommes; nous, les blancs, parce qu'on va souffrir.

Merci beaucoup.