Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Saskatoon, Saskatchewan,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus

 

2004-04-27

 

Jésus : Je suis la Parole, la Parole est en chacun de vous; Jésus est la Parole; chacun de vous êtes en Jésus.

Enfants d'amour, voici venir des temps où les enfants de ce monde vont se découvrir étant tout habités de Jésus.

On renie Jésus, on ne veut pas de Jésus dans la vie : parce que les enfants de ce monde veulent faire ce qui leur plaît : ils ne veulent pas se reconnaître enfants de Dieu, ils veulent faire ce qui leur plaît; parce que les enfants de ce monde savent que Jésus demande l'obéissance aux commandements de Dieu le Père.

Il est plus facile de faire le mal lorsqu'on ignore volontairement les commandements de Dieu.

On ne veut pas les étudier, on les rejette; ainsi, ils peuvent continuer à faire ce qui leur plaît, et le mal prolifère.

On ne veut pas écouter l'Église, car l'Église rappelle aux enfants de Dieu leur conduite.

Alors, pour ne pas interrompre leurs mauvaises actions, ils se sont éloignés de l'Église étouffant leur vie spirituelle.

Cela ne changera rien en ce qui concerne la Justice de Dieu, car tous les enfants de Dieu doivent passer par le jugement, tous les enfants de Dieu doivent s’apercevoir qu’ils ont la Vie en eux; s’ils ne veulent pas le reconnaître sur la terre, il viendra le moment où ils devront le reconnaître lorsqu’ils se présenteront devant Jésus, car tous les enfants qui viennent au monde sur la terre connaîtront la mort terrestre.

C'est à ce moment qu’ils voient qu’ils ont la vie en eux et s’ils ont rejeté Jésus : Dieu, dans son amour, leur montre sa miséricorde : tous les enfants de Dieu ont devant eux leur vie.

Au moment du premier jugement lorsqu’ils se présentent après leur vie sur la terre devant Jésus, là, ils voient la vie qu’ils ont eue sur la terre, mais tous les enfants qui viennent au monde, s’ils s’arrêtaient un instant : ils verraient leur vie.

S’ils s’arrêtaient pour prendre le temps de réfléchir à tout ce qu’ils ont fait, à tout ce qu’ils ont pensé, à tout ce qu’ils ont vu, entendu : ils verraient ce qu’ils ont fait dans leur vie, car chaque enfant de Dieu a reçu de Dieu l’intelligence.

Tous ceux qui se donnent à l’amour du prochain, pour eux c’est plus facile de voir leur vie, parce que lorsqu’ils font quelque chose qui est contre leur prochain : ils ne se sentent pas bien en eux, alors ils ont tendance à revenir sur leurs actions pour réfléchir à ce qu’ils ont fait, mais plus on s’éloigne de Dieu, des sacrements, plus l’enfant a tendance à ne pas penser à ses actions qui ont nui à son intérieur et à son prochain.

Mes enfants, je vous parle ainsi parce que bientôt vous allez devoir connaître sur la terre un moment de votre vie : c’est le premier jugement sur la terre; je ne vous dis pas que c’est le dernier jugement : je vous parle de votre propre jugement sur la terre.

Ceux qui vivront ce jugement ne connaîtront pas une mort terrestre : tous ceux qui diront oui continueront de vivre sur la terre; ceux qui diront non devront disparaître de la terre, car leur jugement aura été prononcé.

Mes enfants, il est très important de comprendre ce que je viens de dire :

vous devrez penser à tout ce que vous avez fait de bon et de mal.

Hier, j’ai donné les premiers enseignements pour vous : vous devrez suivre ces enseignements; aujourd'hui, j’ai donné aussi des enseignements pour vous aider à comprendre mes desseins d’amour pour chacun de vous.

J’ai fait écrire cet instrument depuis 2001 pour vous aider à comprendre votre vie terrestre : ces écrits vous font apprendre qui vous êtes.

Il est plus facile de comprendre votre intérieur lorsqu’on comprend pourquoi on a agi d’une telle ou telle façon, ainsi vous serez moins portés à juger votre prochain, et surtout, il est très important à apprendre à vous pardonner; à apprendre pourquoi Dieu veut que vous vous connaissiez avant la Grande Purification.

Lorsque vous voyez quelque chose qui est mauvais devant vous, vous avez tendance à regarder ça avec méfiance, n’est-ce pas?

Tout ce qui est inconnu de vous vous porte à vous méfier, mais lorsque vous êtes obligés de vous avancer vers cette chose inconnue : vous êtes portés à avoir peur, alors la peur vous cause des douleurs en vous.

Voilà pourquoi, mes enfants, je fais écrire cet instrument d’amour pour vous, afin que vous appreniez à vous connaître, afin que vous appreniez à connaître aussi votre prochain.

Lorsque je vous parle d’homosexualité, je pars à la source même de la douleur; j’aide l’enfant à se reconnaître tel comme il est, je l’amène doucement à voir sa vie intérieure et extérieure; alors, tranquillement, il peut avancer dans sa vie et lorsqu’il voit sa vie : il la voit avec les grâces de Dieu; parce que Dieu parle, Dieu l’enveloppe de ses grâces d’amour; Dieu l’aide à prononcer son oui afin qu’il n’ait pas peur, afin qu’il puisse se regarder sans craindre la Justice de Dieu : Dieu veut l’amener à dire son oui en regardant sa vie avec l’amour de Dieu.

Au moment de la Grande Purification, si cet enfant se regarde sans les grâces de Dieu, il va connaître son intérieur et il va avoir peur parce qu’une souffrance va être sentie en lui : il va reconnaître ce qui a été impur envers Dieu.

Comment va-t-il pouvoir résister à cette douleur s’il ne se connaît pas? Comment va-t-il pouvoir accepter la miséricorde de Dieu s’il n’a pas appris à connaître Dieu?

Plus il verra sa vie, plus des souffrances apparaîtront parce qu’il verra sa vie en un seul instant.

Voilà le danger qui va être devant lui : le danger d’avoir trop mal.

La douleur pour lui va être tellement forte qu’il va avoir peur d’avancer plus en avant, il va se demander s’il en vaut la peine : il va commencer à être incertain de lui-même, la honte va le couvrir; il va avoir de la difficulté à se pardonner, et une grande souffrance s’ajoutera à toutes ses souffrances, et plus il va souffrir, plus il voudra que cette souffrance s’arrête, mais la Justice de Dieu va continuer : il devra voir sa vie telle comme elle a été jusqu’au bout, mais plus cela se fera, plus la souffrance sera grande pour lui, et il commencera à ne pas vouloir avancer : il résistera à la Volonté de Dieu, il ne voudra pas avancer, et il se mettra contre Dieu parce qu’il en voudra à Dieu de l’avoir plongé dans la souffrance : cela se retournera contre lui et il risque, cet enfant, de dire non à Dieu.

Voilà pourquoi je fais écrire cet enfant : elle entend les paroles et elle écrit.

Dès le commencement, elle a été dans l’obéissance, mais avant qu’elle puisse écrire : je lui ai donné des enseignements; je lui ai parlé de la vie en Dieu, je lui ai montré comment Dieu est amour et miséricorde : je lui ai montré comment s’abandonner dans la Volonté de Dieu; elle a avancé sans comprendre, elle a avancé en donnant son oui parce qu’elle voulait comprendre, pas avec sa volonté, mais avec la Volonté de Dieu; elle apprenait à ne plus avoir peur, à tout donner à Dieu dans la foi, parce que Dieu lui avait démontré son amour, sa miséricorde; elle lui faisait confiance : elle a appris à connaître ses péchés, elle a accepté de se reconnaître impure, et à chaque jour, elle apprend à s’abandonner dans la miséricorde de Dieu parce qu’elle sait qu’elle est une pécheresse : lorsqu’ 'on sait que Dieu nous protège de ses grâces, l’enfant n’a plus peur parce que l’enfant sait qu’il est enveloppé de l’amour de Dieu.

Voilà pourquoi vous devez apprendre qui vous êtes; apprendre à connaître vos gestes impurs;

apprendre à connaître vos gestes d’abandon en Dieu;

apprendre que Dieu vous aime tels que vous êtes :

Il n’est pas mal de connaître aussi votre prochain; lorsque cette enfant a été devant l’impureté de l’homosexualité : elle a appris à ne pas juger son prochain, elle a appris à soutenir son prochain, elle a appris à donner son prochain; elle a aussi appris que Dieu veut la justice; elle a aussi appris que les enfants qui résisteront devront aussi être dans la justice de Dieu; parce que sa souffrance a été grande lorsqu’elle a su que des enfants étaient pour dire non, elle a appris aussi à tout donner à Dieu afin d’avoir des grâces : elle a vu que Dieu aimait ses enfants, elle a vu que Dieu était la miséricorde qu'il ne venait pas pour les punir, elle a appris aussi que Dieu ne pouvait pas pardonner à ceux qui ne voulaient pas être pardonnés : elle a compris que la justice de Dieu n’a pas d’égal.

Dieu est l’Amour, Dieu veut tous ses enfants.

Si des enfants sont amour, si des enfants sont purs, mais ils savent que Dieu va éloigner d’eux ceux qui sont impurs, comment vont-ils réagir lorsqu’ils seront en présence de ceux qui devront s’éloigner d’eux?

Leur souffrance sera tellement grande : ils ne comprendront pas sur le coup, et des grâces ne pourront pas venir en eux et la joie qu’ils devront ressentir n'y sera pas parce qu’ils seront préoccupés de ce qu’ils ont ressenti, parce qu’ils sauront que des enfants devront être loin d’eux.

Comment comprendre l’amour de Dieu avant d’être dans la Divine Volonté?

Si l’enfant regarde cela dans sa volonté humaine, c’est la volonté humaine qui prendra toute la place : alors, il souffrira; mais s’il se laisse abandonner dans la Volonté de Dieu, s’il a appris à comprendre pourquoi Dieu veut éloigner les enfants du mal des enfants du bien : il acceptera la Volonté de Dieu le Père.

Dieu le Père a fait des enfants purs sur la terre : Adam et Ève n’ont pas été créés avec de l’impureté, car Dieu est Pur; alors, Dieu veut peupler la terre avec des enfants purs, mais s’ils continuent à vivre avec des enfants impurs, le mal se fera encore connaître.

Dieu nous annonce un temps d’amour.

Les élus de Dieu vont vivre sur la terre dans la paix, dans la joie, dans l’amour;

ils ne seront plus en contact du mal : voilà pourquoi les enfants du mal devront disparaître de la surface de la terre.

Voilà pourquoi je vous demande de lire ces messages; lorsque Dieu écrit pour chacun de vous, n’est-ce pas parce qu’il sait que vous devez apprendre quelque chose?

Je suis venu sur la terre pour enseigner à mes apôtres; mes apôtres ont été enveloppés de la puissance du Saint-Esprit; mes apôtres sont partis, évangélisant, et lorsqu’on entendait la voix de ces apôtres, des enfants se convertissaient parce que leurs paroles étaient remplies de grâces : elles ne venaient pas de la volonté humaine, mais de Dieu.

Mes apôtres ont ainsi inscrit sur des pages les enseignements; ils n’ont pu, mes enfants, tout écrire : ils ont écrit ce que Dieu voulait que vous sachiez.

S'ils avaient écrit tout ce qu’ils avaient entendu et vu, ce n’est pas seulement qu’un livre qu’ils auraient écrit en plusieurs chapitres : il y en aurait pour une bibliothèque.

Parce que la Parole de Dieu est vivante, parce que la Parole est agissante, parce que la Parole de Dieu est en mouvement dans la vie de chaque enfant de la terre, Dieu a parlé à chacun d’entre vous, et ces paroles ont été entendues dès le commencement de ces enseignements : par moi, Jésus, par mes apôtres, par mes disciples.

Chacun d’entre vous avez été instruits parce que vous faisiez partie des enfants de Dieu : comme je suis l’Église, que mes apôtres sont mes membres actifs et que chacun de vous êtes mes membres : alors vous étiez présents.

Voilà pourquoi je vous parle au présent : parce que votre vie spirituelle reconnaît son Dieu.

Voilà pourquoi je vous demande d’entrer en vous, la voix de Dieu est intérieure.

Si vous écoutez ces paroles et que vous n’entrez pas en vous, elles ne demeureront qu’à la surface, et vous sortirez déçus sans vraiment avoir compris la Volonté de Dieu.

Enfants d’amour, Dieu est Dieu pour chacun de vous : je parle de votre vie terrestre, je parle de toutes vos manies, je parle aussi des péchés, je parle des tromperies du monde, et j’utilise vos mots.

J’ai choisi un instrument sans instruction afin que vous compreniez avec des mots simples.

Lorsque je parle, j’ouvre l’intérieur et vous recevez des grâces de lumière; alors, lorsque vous lisez les messages de Dieu, ils sont pour vous lumière.

Ils vont vous apprendre ce que vous êtes en vous; vous allez apprendre qui est votre prochain; alors, lorsque vous verrez votre vie, vous n’aurez pas peur, vous allez avancer dans la confiance en Dieu, et tout ce que vous verrez sera connu de vous; vous accepterez tout ce que vous verrez : il n’y aura pas de crainte, et la souffrance ne sera pas, pour vous, quelque chose contre vous : j’envelopperai votre souffrance avec ma force et c’est moi qui prendrai tout parce que vous aurez prononcé votre oui avec amour, avec abandon, sans crainte.

Voilà pourquoi je vous parle : le mal n’aura pas d’emprise sur vous.

Dieu demande à ce que vous receviez des grâces afin que vous puissiez poursuivre cet enseignement d’amour.

Amen.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Dieu est en train d’éclaircir notre mission.

Lorsqu’il m’a choisie, je ne savais pas à quoi m’en tenir, je ne me doutais jamais de ce qu’il était pour m’apprendre.

Il m’a fait avancer vraiment en eaux profondes.

Les premiers temps, il parlait de l’amour, du oui à l’Amour; alors il m’a appris à m’abandonner.

Il me parlait aussi de mon prochain, qu’il fallait que je me donne : donner, donner, donner tout le temps; alors, j’ai commencé à être obéissante et à écrire mais, pour que cela se fasse, il m’a aussi montré des choses à l’intérieur de moi que je vivais.

Il ne m’a pas enlevé qui j’étais, il n’a pas voulu que je renonce à moi-même.

J’ai été plusieurs années dans la rénovation avec mon mari, je pouvais faire le recouvrement d’une maison, faire de la céramique, de la peinture, sabler des joints, des planchers; alors, il ne m’a pas enlevé tout ce que j’étais parce que, cet été, mes enfants ont dit : "Maman, on veut faire de la rénovation dans les deux logements"; où ils habitent, ça appartient à mon garçon; alors, j’ai dit : "C’est bien, mais je ne vous aide pas; moi, c’est fini, ça!"

C’était mon frère qui venait aider et je le voyais sur le troisième échafaudage en train de poser des fenêtres et là, Jésus, il dit : «Monte en haut.»

J’ai été mettre mes vieux vêtements puis j’ai monté les échafauds; alors j’ai dit : "Seigneur, pourquoi tu me veux ici?" parce que je me sentais un petit peu coupable, j’aimais ça la construction, j’avais peur que ça vienne de moi.

Alors, le jour, à 7h00, j’étais dans les échafauds ou à l’intérieur; c’est à peine si je prenais un dîner; puis, à 5h00, je m’en allais à la maison, et là, j’avais hâte : j’allais vers les écrits; je pouvais travailler jusqu’à une heure du matin.

Et parce que ma fille ne pouvait pas demeurer dans son logement, elle demeurait chez moi; elle avait un bébé de quatre mois, puis elle l’allaitait; ce n’était pas un enfant qui dort toute une nuit, alors j’étais souvent réveillée, et à 7h00, j’étais dans les échafauds : et ça a duré six mois.

Et je n’étais jamais fatiguée, mon frère, lui, était épuisé; il disait à mes frères, mes sœurs : "Francine, elle a une énergie, elle a une force, je ne sais pas où elle prend ça."

De temps en temps, je lui disais des paroles du Seigneur, parce qu’il s’était retiré de la religion, mais Jésus disait qu’il l’aimait beaucoup.

Alors, il m’a montré aussi qu’il voulait tous ses enfants et qu’il ne venait pas seulement pour ceux qui priaient;

il me montrait, à travers la construction, ce que nous étions à l’intérieur de nous.

Il disait : «Au commencement, vous étiez une belle maison; mais avec les années, vous avez négligé de prendre soin de votre maison; alors, vous avez commencé à vouloir mettre de la tapisserie, faire des nouveaux murs, mais en gardant les vieux murs en arrière. Là, maintenant, je veux vous apprendre à enlever ce que vous avez fait pour aller rejoindre la pourriture en arrière, parce que ce que vous montrez au monde, ce n’est qu'une surface.»

Il disait : «L’intérieur n’est pas bon, la fondation est bonne, mais vous avez négligé ce qui était bien. Je suis, moi, la Fondation, c’est moi qui ai fondé mon Église. Tous les enfants font partie de mon Église, ils doivent accepter que le Fondateur aille à la source même pour arracher le mal.»

Si nous ne laissons pas Dieu faire de nous des enfants renouvelés, nous allons pourrir; Dieu sait que sa fondation est faite avec son amour, mais chacun de nous, nous n’en sommes pas sûrs.

Là, c’est facile parce qu’on n'a pas vu notre vie, on peut dire : "Ah! moi, je suis de ceux qui prient, je suis sûr que tout va aller bien."

Quand l’on va voir notre vie, nous allons voir tous nos petits défauts : ces défauts-là va nous faire mal; parce que plus on se croit parfait et plus qu’on s’aperçoit que quelque chose n’est pas parfait : on n'est pas satisfait de nous-mêmes.

Voilà le danger d’ignorer ce qu’il y a à l’intérieur de nous.

Et comment peut-on aider notre prochain si on ne voit pas notre intérieur, si on ne sait pas pourquoi il se met en colère, si on ne comprend pas que sa colère le porte à dire des mots de haine contre lui? On est porté à fuir la haine.

Jésus ne veut pas qu’on vive avec des enfants qui nous haïssent, mais Jésus veut qu’on les comprenne, puis Jésus veut qu’on les soutienne.

C’est facile de dire : "Moi, j’aime mon prochain, je vais prier pour ceux qui font la guerre"; mais lorsque c’est notre femme qui nous cause une colère, ça c’est difficile à endurer; lorsqu’on vit avec des enfants qui nous donnent de la misère, on les aime, mais on veut qu’ils s’en aillent.

Dieu veut nous faire comprendre notre faiblesse, Dieu veut qu’on apprenne qu’il nous connaît beaucoup mieux que, nous, on se connaît.

Voilà pourquoi il décrit nos défauts.

Cet après-midi, Nicole et moi, on se promenait au bord de l’eau parce qu’il faisait beau; on n'avait rien à faire, on a parlé de Dieu; alors, on disait : "Pourquoi il écrit tous ces livres-là, alors que tout le monde va se lancer sur le quatrième qui parle de l’Apocalypse."

Alors, on s’est dit : "Bon, Jésus, on t’abandonne ça; ça c’est ton œuvre, ce n’est pas la nôtre."

On ne savait pas ce qui était pour faire avec ça; eh bien, là, je viens de le savoir : il dit qu’il va y avoir un danger, celui de souffrir à cause de ce qu’on va voir.

Si on a connu l’indifférence, nous allons voir tout cela devant nous : on va savoir tout ce que cela a causé à notre intérieur et ce que cela a causé aux autres; comment allons-nous faire pour dealer avec ça?

Voilà pourquoi Jésus veut nous donner des lumières, afin qu’on puisse entrer à l’intérieur de ça et comprendre ce qu’on va dire, ce qu’on va vivre.

Si on arrive à entrer dans quelque chose de connu de nous-mêmes, ça va être moins difficile!

Là, j’ai compris pourquoi il décrivait les défauts de un, les défauts de l’autre; en fin de compte : c’était pour nous aider.

Moi, je ne suis pas homosexuelle, ni lesbienne, alors quand on se laisse envelopper de Dieu, on apprend à se connaître et aussi on apprend à connaître les autres.

Si, moi, j’ai nui à un homosexuel ou à une lesbienne en parlant contre, pouvez-vous comprendre la honte que je vais avoir devant ce que j’ai dit?

Mais si, en ce moment, j’apprends à connaître qu’ils sont des enfants de Dieu, je saurai que Jésus a fait ça pour moi; il a voulu m’aider à pardonner, il a voulu m’aider à comprendre leurs faiblesses et aussi, il a voulu m’aider à les soutenir.

Jésus n’écrit pas pour une personne, mais écrit pour tout le monde; alors, lorsqu’on voit toutes ces faiblesses et qu’on donne notre oui, on les supporte.

Mais si je passe à côté des grâces que Dieu me donne en ne voulant pas accepter ce qu’il me présente devant ses livres, je vais me priver des grâces et aussi je vais faire priver mon prochain des grâces qu’il aurait pu gagner par moi.

Lorsque Jésus est venu sur la terre, il a parlé de tout ce qui nous concernait.

Jésus ne vient pas nous montrer quelque chose de nouveau, il nous rappelle les enseignements.

Lorsqu’il a dit : «Si on te frappe, tend l’autre joue»;

lorsqu'on apprend que, dans notre famille, il y a un cousin ou une cousine qui sont un homosexuel ou lesbienne, on vient de recevoir une claque; alors Jésus dit : «Ne juge pas et soutiens-les. Aime-les parce que moi je me suis donné pour eux»; alors, on accepte notre souffrance : on vient de montrer l’autre joue, c’est plus facile parce que les grâces de Dieu sont là.

Lorsqu’on va voir notre vie à l’intérieur de nous, nous allons connaître toutes ces souffrances et, aussi, on va connaître tout ce qu’on aurait dû faire, mais que nous n’avons pas fait; on va voir les grâces que nous avons manquées parce que Dieu s’est donné, il a voulu nous donner des grâces : à cause de notre entêtement et en pensant que, nous, on n'avait pas besoin de ça, on s’est refusé des grâces, et Dieu va nous le montrer.

Vous savez, ça ne sera pas facile la Grande Purification d’après ce qu’on voit,

pour ceux qui ne se seront pas préparés.

Aujourd’hui, nous avons été à l’hôpital, nous avons vu un homme qui avait eu une allergie cutanée.

Sa chair n’était que plaie, il souffrait beaucoup; il disait que les démangeaisons étaient comme des milliers de piqûres de maringouins; ce qui me rappelait ce que Jésus avait écrit pour la Grande Purification, et je savais aussi qu’il était pour avoir d’autres mouvements qui nous seront connus.

Alors j’ai compris l’importance de nous préparer avec des grâces d’amour.

Jésus ne vient pas nous faire peur, Jésus veut nous préparer avec des grâces d’amour.

Jésus ne veut pas qu’on soit comme une autruche, qu’on entre notre tête dans le sable et qu’on ignore tout.

Vous direz : "il n’y a que nous qui entendons et ceux qui ne sont pas là, qu’est-ce qui va leur arriver? "

Il dit, Jésus : «Un événement va arriver, il vous sera montré. Vous verrez avec vos yeux la Présence de Dieu. Beaucoup d’enfants vont croire que Dieu est présent. Les grâces, qu’en ce moment vous acceptez, vont devenir lumière pour vous.

Mais parce que vous avez accepté ces grâces et que vous portez aussi les enfants de Dieu, ces grâces vont leur être montrées comme une fleur qui s’ouvre.»

Jésus a préparé tout pour chacun de nous, parce que c’est Dieu le Père qui l’a voulu.

Avant même qu’on soit en ce monde, cet instant était préparé; Dieu le Père n’a rien négligé pour qu’on puisse prononcer notre oui.

Dieu est amour, il ne nous amènera pas dans la Grande Purification sans nous donner des armes d’amour contre la souffrance!

Jésus a connu la souffrance. Plusieurs d’entre vous connaissez les livres de Maria Valtorta qui décrivent la souffrance de Jésus; alors, ne pensez pas que chacun d’entre nous va vivre la Grande Purification sans passer par où il a passé; mais Jésus, il a tout pris; il dit qu'il veut nous envelopper d’une force.

Il dit : «Je veux être votre force, je veux prendre vos souffrances et les envelopper de ma force.»

Jésus a tout pris et il va le prendre jusqu’au bout, c’est pour ça qu’il veut qu’on prononce notre oui avec amour.

Si on prononce notre oui dans la peur, nous allons avancer comme un enfant qui a peur.

Avez-vous déjà vu un enfant avoir peur sans souffrir? Oui, chaque enfant a des réactions différentes quand il a peur.

Quelquefois, il y a des enfants qui à cause qu’ils ont peur se mettent en colère : si on connaît la peur et on se met en colère : on va connaître des souffrances, et ces souffrances-là vont se rajouter aux souffrances qu’on va avoir devant nous.

Essayez de comprendre que celui qui a blasphémé Dieu va souffrir parce qu'il va voir combien Jésus l’a aimé, et lui l’a blasphémé!

Alors sa peur qui lui aura donné de la colère lui donnera de la souffrance qui s’ajoutera à ça.

Croyez-vous qu’une personne qui a blasphémé n’a pas commis aussi des actes contre son prochain? D’autres souffrances seront causées par ce geste.

Jésus n’a-t-il pas dit : «Tout ce que tu feras au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que tu le feras.»

Voilà pourquoi Jésus nous prévient que nous allons souffrir.

Mais lorsqu’on accepte de donner à Dieu ses souffrances, lorsqu’on accepte des grâces de paix : la peur ne vient pas nous habiter parce qu’on a confiance.

Combien de fois nous avons désobéi à nos parents?

Nous avons été retrouver nos parents, puis l’enfant qui leur a dit : "Papa, j’ai pris le ballon du voisin" et malgré qu’il savait que son père était pour le chicaner, il a quand même été le dire, parce que l’enfant connaissait son père, il savait que son père l’aimait. Alors, il a avoué son péché sans la peur, et malgré que son père l’a envoyé dans sa chambre, il a été content et fier de ce qu’il avait fait.

Bien, ça va être la même chose pour chacun de nous; Dieu veut faire connaître à chacun de ses enfants sa miséricorde.

Ça, on la connaît sa miséricorde, mais est-ce qu’on se connaît nous-mêmes?

Croyez-vous qu’on est capable d’affronter toutes ces souffrances avec ce que nous sommes?

Voilà pourquoi Jésus veut nous protéger en nous donnant des grâces.

*Les gens dans la salle ont chaud et Nicole demande aux gens s'ils ont trop chaud, et Dieu le Saint-Esprit se sert de cela pour leur dire.

Si vous êtes capables de prendre soin de vous, alors donnez-vous la chance

d’accepter ce que Dieu veut vous faire apprendre.

Là, vous avez fait du bien à votre corps, n’est-ce pas? Alors Dieu, lui, veut plus que cela : il veut que vous preniez soin de votre vie éternelle.

Il nous parle de la vie éternelle sur la terre, c’est beaucoup plus important que des chaleurs, parce que les chaleurs que nous allons ressentir vont être intérieures; nous allons devoir laisser Dieu nous purifier avec un feu purifiant.

Ce ne sera pas un feu comme un poêle qui a du feu, ce feu-là sera spirituel : il purifiera tout ce qui est impur, mais on le ressentira brûlant; mais, avec les grâces de Dieu, cela sera pour nous gratifiant parce qu’on saura que Dieu veut nous rendre purs.

Et Dieu aussi dit : «Je vais arracher de vous tout le mal afin qu’il ne soit plus jamais en vous.»

Il veut qu’on vive en enfants purs sur la terre : Dieu seul va pouvoir faire ce mouvement, pas nous.

Lorsque j’ai entendu parler de la Nouvelle Terre, à peu près en l’an 2000, j’avais hâte; mais lorsque Jésus m’a parlé de la Purification dans le quatrième livre, là j’ai vu que je n’étais pas prête, puis j’ai vu aussi que beaucoup n’étaient pas prêts.

Dieu a préparé tout ce qu’on vit : tout ce qui nous a été annoncé se réalise.

Dieu nous a dit qu’il y aurait sur la terre des guerres et qu’il y aurait des rumeurs de guerres;

il a parlé aussi de tremblements de terre, il a parlé aussi des maladies, il a parlé aussi de famine : tout cela nous le vivons, n’est-ce pas?

Si on recule à l’an 1400, aussi ça existait, alors pourquoi en 2004?

C’est à cause de la grande apostasie.

Paul a dit que lorsque le faux Christ viendra, ce sont les gens qui auront perdu la foi qui lui ouvriront la porte; parce qu’il ne serait pas (là) si on était dans la foi : parce qu’on aurait refusé ce qui est impur.

On a qu’à regarder autour de nous : il y a l’homosexualité qui est même approuvée par les gouvernements.

L’avortement est accepté dans les provinces, il n’y a seulement l’Île-du-Prince-Édouard qui a refusé l’avortement, et ne croyez pas que les autres pays ne l’ont pas fait ; ils l’ont fait avant nous.

Il y a les églises : les églises sont vides, pas seulement au Canada; partout dans le monde, on voit qu’on refuse Dieu.

L’argent est devenu un Dieu : lorsqu’on s’achète des biens matériels alors qu’on en a, mais on les met à la poubelle pour les remplacer, n’est-ce pas les petits dieux de l’argent?

Ça vient de l’argent; alors, si ça vient de l’argent, et que l’argent est de l’idolâtrie, bien le matériel : c’est de l’idolâtrie.

Dieu connaît nos besoins, mais lorsqu’on est rendu à ouvrir notre garde-robes et que ça prend au-dessus d’une demi-heure pour choisir ce qu’on va mettre : ça prouve qu’on a idolâtré le besoin de se vêtir toujours dans quelque chose de nouveau et de beau.

Aujourd’hui, on a ouvert des Dollarama : on va dans ces magasins, et on achète; un mois après, on jette ça, puis on retourne; eh, ça coûte seulement 1.00$!

Eh bien, calculez toutes les fois que vous allez là, vous allez voir qu’on s’est fait prendre à un piège : on est tellement habitué de consommer qu’on n'est même pas capable de s’arrêter.

Satan a attrapé les riches, mais il a attrapé les pauvres; parce qu’il a attrapé toutes les classes sociales, il a fait la même chose avec tout ce qui concerne la religion.

Lorsque quelqu’un n’est pas content de ce qu’il entend, il change de religion.

Il veut satisfaire un besoin : son besoin, c’est de combler ce vide qu’il a en lui.

Lorsqu’on comble un vide par quelque chose qui contredit notre foi, en étant convaincu que cette nouvelle religion est la bonne, n’est-ce pas parce qu’on a oublié la vraie valeur de notre vie?

Lorsqu’on est rendu à vouloir ignorer la Parole de Dieu et la lumière du Saint-Esprit, lorsqu’on est rendu à lire la Parole de Dieu avec la volonté humaine afin de satisfaire ses besoins, n’est-ce pas parce qu’on s’est pris pour des petits dieux?

Qui sommes-nous pour parler ainsi? Dieu permet ce soir qu’on puisse découvrir des vérités, mais Dieu nous met en garde de juger notre prochain.

Lorsqu’on découvre que nos enfants ont été vers d’autres religions, renonçant à leur baptême, n’est-ce pas parce que Dieu veut qu’on lui donne nos enfants?

Dieu est venu sur la terre pour rassembler les enfants de Dieu.

Lorsqu’il a prêché, il n'a pas prêché seulement à ceux qui se donnaient aux lois de Moïse, il prêchait aux Publicains, alors que les Pharisiens ne voulaient pas : est-ce que ça ne nous ressemble pas un peu?

Qu’est-ce qu’on va faire lorsqu’on se verra tels comme nous sommes?

Dieu veut qu’on lui donne nos enfants; il ne veut pas qu’on les condamne ni qu’on les juge, il veut qu’on les regarde avec son cœur parce que Dieu s’est laissé crucifier pour chacun d’entre nous.

Il faut avancer dans la foi dans ce qu’il nous prépare pour chacun de nous;

Dieu ne veut pas nous bourrer le crâne ce soir; il veut nous apporter des lumières.

Il veut qu’on sache qu’il y a un mouvement qui s’en vient : un mouvement d’amour, de purification; il veut nous purifier lentement; alors Dieu veut nous donner un temps de purification : c’est le temps que nous vivons présentement.

Nous sommes entrés dans notre libération.

Nous avons le choix d’accepter ce temps, mais si on attend que le grand événement arrive : ça sera comme une claque pour nous, et ça fera très mal.

Il ne faut pas oublier que Dieu nous prend tel comme on est; s’il utilise ces mots, c’est parce que je connais ces mots.

Dieu ne vient pas pour nous bourrer le crâne avec des mots scientifiques, il nous prend comme on est.

Je vous parlerais bien de la construction, j’en connais un petit peu, mais je n'irai pas jusqu'à vous parler de la théologie, je vous laisserais toute la place parce que je n’ai pas étudié ça; alors Jésus utilise des mots que je connais; il ne faut pas s’étonner du langage de Dieu.

Il vient parler dans nos cœurs, il ne vient pas pour nous donner un cours de théologie, parce que ce que nous allons avoir comme résultat sera la vie éternelle : là, nous apprendrons la théologie avec des mots d’amour de Dieu qu’il a mis dans le cœur de ses prêtres, de tous ses consacrés.

Dieu nous prévient d’aller vers eux afin d’aller profiter des grâces des sacrements.

Il ne négligera pas les autres qui ne peuvent aller vers les sacrements parce qu’ils ne les connaissent pas; ils seront jugés d’après leurs actions d’amour pour leur prochain.

Et ceux qui pratiquent et qui sont dans des religions autres que la nôtre, ils seront jugés d’après leurs bonnes actions qu’ils savent, d’après leur prochain, parce que Dieu vient chercher tous ses enfants : il les connaît tous.

Nous devons être obéissants à l’appel de Dieu; voilà pourquoi il nous a rassemblés ce soir, et il m’envoie ailleurs aussi pour parler.

Parce que depuis la fin 2001, il m'envoyait parler : il parlait d’amour, il parlait de miséricorde, de pardon; mais maintenant comme j’ai terminé d’écrire, il va parler de la Purification partout où je vais aller afin de préparer tous les enfants de Dieu.

Lorsqu’en premier Dieu m’a dit : «Ces messages seront connus du monde entier», disons que je n’ai pas pu comprendre ce qu’il disait et peut-être que je n’ai pas voulu le comprendre aussi.

Comment pouvais-je essayer de comprendre ce qu’il venait de me dire? Je n’avais jamais sorti de chez moi.

Comment pouvait-il faire ça? C’est par les moyens de l’Internet.

En ce moment même, il y a un monsieur qui a été touché par Dieu, à Montréal; Jésus a été le chercher : voilà la main de Dieu.

On n'a pas besoin de savoir ce que Dieu va faire, on a simplement qu'à dire oui.

Si Jésus est capable de mettre la main sur des informations à la grandeur de la terre, cela c’est une petite parcelle de sa puissance; combien il va mettre toute sa puissance à nous purifier!

Il ne négligera rien, Jésus, c’est seulement à nous maintenant à faire le pas; à nous de prononcer notre oui à l’Amour et à faire ce que Jésus nous demande et ne pas avoir peur.

Il dit que Satan va se servir de la peur pour nous faire souffrir, et plus on va souffrir, et plus notre oui va être hésitant.

Voilà pourquoi Jésus nous prévient contre les enfants qui vont essayer de nous dire que cela est faux : Satan va se servir des enfants de la Lumière contre les enfants de la Lumière.

Cela se fera parce que Jésus nous l’a dit.

C’est seulement qu’avec les grâces de la lumière que nous allons voir les ruses de Satan.

Maman Marie m’a dit, il y a environ trois semaines : "Ma fille, avertis mes enfants qu’il faut qu’ils soient vigilants. Dis-leur de venir se réfugier dans mon Cœur. Je veux qu’ils viennent se réfugier contre les attaques de Satan jusqu’au jour où je vais ouvrir mon Cœur et laisser sortir mes enfants de la Lumière pour la Grande Évangélisation" : nous sommes le talon de Marie.

Il n’y a seulement que par les grâces que nous allons obéir au Fils de Dieu : Maman Marie veut nous couvrir de sa protection.

Maman Marie a dit : "Obéissez, mes enfants, et n’ayez pas peur. Demeurez humbles. Satan n’aime pas les enfants humbles; mais lorsqu’il voit un enfant orgueilleux, il court vers lui et, là, il le manipule."

Elle nous prévient de ce danger.

Il faut demander de la protection à Marie et se consacrer à tous les jours à Marie, et soyez simples dans votre consécration : "Maman, me voici."

Voilà, n’essayez pas de compliquer par des formules longues comme ça parce que vous allez vous décourager.

Lorsqu’on a un formulaire à dire à tous les jours, alors qu’il y a nos enfants qui crient qu'ils ont faim, ou qu’il y a nos enfants qui ont besoin de leur lunch parce qu’il faut qu’ils aillent aux études, ou que notre mari aille au travail alors qu'il s’est couché très tard puis là, il commence dans cinq minutes, nous n'aurons pas le temps de faire notre grande prière; si nous attendons le soir et que nous sommes fatigués, nous allons remettre ça à demain matin.

Jésus reconnaît qu’on est humain, il dit : «C’est vous qui compliquez votre vie : soyez simples.»

Le petit bébé, lui, quand il veut un verre d’eau : il crie, il ne prononce même pas un mot, puis on lui donne; alors, soyons comme Jésus veut qu’on soit : des enfants.

Merci beaucoup.