Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Saskatoon, Saskatchewan,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus.

 

2004-10-29

 

Jésus : Dieu a accompagné beaucoup d’âmes aujourd’hui; vous avez été comme des toutes petites fleurs dans mon jardin; vos dons d’amour, c’est moi qui les ai arrosés en faisant descendre sur vous des grâces.

Mes enfants, je suis le Tout-Puissant, je suis l’Être qui est venu sur la terre pour vous apporter le bonheur; l’être que vous êtes a besoin d’être pris en charge par Dieu lui-même; votre oui me donne votre être : c’est moi qui vous prends et c’est moi qui fais que vous soyez en mouvement.

Vous avez avancé dans votre vie avec ce que vous êtes, vous avez regardé à l’extérieur de vous avec ce que vous êtes en vous; à l’extérieur de vous, vous avez vu beaucoup d’enfants qui n’étaient pas heureux; maintenant, mes enfants, je veux que vous entriez en vous et je veux que vous regardiez qui vous êtes.

Êtes-vous heureux, mes enfants, avez-vous obtenu tout ce que vous vouliez, avez-vous été capables de comprendre ce qu’est votre vie, avez-vous fait de votre vie une vie qui devait être éternelle?

N’est-ce pas le but de votre naissance sur la terre : obtenir la vie éternelle!

Si je vous parle ainsi c’est pour vous faire réaliser que vous êtes, vous-mêmes, les seuls qui peuvent avoir ce choix, mais chaque enfant oublie qu’il doit vivre pour l’éternité : chaque action que vous posez doit vous amener vers l’éternité, chaque parole doit aussi vous conduire vers l’éternité, chaque regard que vous faites doit être un regard qui vous amène vers l’éternité; voyez-vous, tous vos mouvements, c’est vous qui les choisissez.

Vous êtes-vous déjà arrêtés pour savoir si tout ce que vous faites est bon pour l’éternité? Je sais que, beaucoup d’entre vous, vous avez donné beaucoup de vous-mêmes; en ce moment, je parle à chacun de vous qui êtes réuni ici afin que vous puissiez vous laisser transformer par mes grâces; je veux aussi parler pour tous ceux que vous portez en vous, car les grâces que vous obtenez pour vous vont aussi être utiles à eux.

Regardez votre vie, analysez tout ce que vous avez fait, (et) cela depuis très longtemps.

Combien de fois vous avez été inquiets sur ce que vous avez vu, entendu ou fait parce que vous n’étiez pas certains que ce que vous faisiez était bon pour votre vie éternelle.

Lorsque vous êtes certains que vous faites de quoi pour votre vie éternelle, cela ne peut pas vous inquiéter; si cela vous inquiète, c’est parce que vous ne me donnez pas votre vie et vous continuez à faire des actions qui ne vous apportent pas le bonheur sur la terre.

Vous ne pensez qu’à ce que vous êtes capables de faire et vous ne pensez pas que moi je suis capable de faire de vous un être bon et parfait; c’est parce que vous ne comptez que sur vous-mêmes; c’est moi qui suis Dieu, ce n’est pas vous : c’est à moi de prendre ce que vous êtes et de le rendre parfait; mes enfants, je ne prendrai pas quelque chose de vous sans qu’il soit parfait (et le présenter à mon Père).

Lorsque vous ferez une action et que vous me la donnerez, moi je vais la prendre et je vais en faire comme si elle était mienne et cela va transformer votre vie : à chaque instant, il y a quelque chose qui va changer en vous.

Lorsque vous faites un gâteau, mes enfants, et que vous y mettez vos produits, il en résulte un gâteau; que vous y ajoutiez un autre produit, il va en résulter un gâteau, mais ce gâteau va être différent du premier; et si, avec le deuxième, vous rajoutez encore un autre produit, il sera différent du deuxième.

Voilà ce que je veux faire avec vous : je veux vous donner des grâces qui vous transforment; à chaque instant, vous allez être transformés, vous ne serez plus comme vous étiez une minute avant.

Voilà ce que je vais vous faire : je vais mettre des grâces en vous et vous transformer en être d’amour.

Maintenant, mes enfants d’amour, je vais vous parler de ce que vous avez déjà fait.

Combien d’entre vous ont commis des péchés, combien d’entre vous n’ont pas voulu savoir que c’était des péchés?

Lorsqu’on ignore qu’on a péché, cela n’est pas donné à Dieu, mais lorsqu’on commence à comprendre que ce quelqu’un a fait des péchés, il réalise qu’il a fait une mauvaise action; déjà une lumière s’ouvre en lui et lorsqu’il veut continuer à faire ce mouvement dans la lumière, il apprend à se donner à Dieu.

Au commencement, vous avez fait un péché; comme, moi, je suis Jésus qui ai porté ce péché (et) qui ai amené ce péché à la mort : je vous donne des grâces afin que vous vous reconnaissiez pécheurs;

lorsque vous acceptez ces grâces, vous commencez à comprendre que vous avez péché, alors je vous donne encore des grâces afin que vous puissiez réaliser quels péchés vous avez faits;

lorsque vous acceptez cela, alors je vous donne des grâces encore : en vous, il y a un repentir qui commence à se laisser voir;

(lorsque vous acceptez), je vous donne encore des grâces et vous commencez à vouloir aller à la confesse;

(lorsque vous acceptez), je vous donne encore des grâces pour que vous puissiez aller les dire au prêtre.

Voyez-vous, c’est moi qui fais ce mouvement d’amour en vous et cela n’est pas venu de vous : tout ce que vous avez fait, ce sont des oui.

C’est moi qui vous ai amenés vers mon prêtre et c’est moi qui vous ai aidés à prononcer vos péchés parce que ces péchés, je les connaissais avant vous : je portais tous vos péchés, je connaissais tout ce que vous aviez fait.

Souvenez-vous qu’à l’agonie j’ai transpiré du Sang, je portais tous vos péchés; comme ma douleur était grande, car je savais que des enfants n’étaient pas pour profiter de mon sacrifice; j’ai aussi été consolé, car j’ai vu tous ceux qui étaient pour accepter mon sacrifice.

Je vous ai fait participer à mon sacrifice; maintenant, je veux vous faire participer à la purification de la chair : voilà pourquoi je vous parle ouvertement en votre cœur.

Vous participez à tous les péchés du monde, vous acceptez d’aider vos frères et vos sœurs à les supporter; vous reproduisez votre geste pour vos frères et vos sœurs, vous devenez un don d’amour : voilà pourquoi je veux que vous appreniez à tout me donner.

À chaque fois que vous donnez un geste que vous faites au quotidien, vous donnez aussi (ceux de) vos frères et vos sœurs; vous ne vous laissez pas transformer seuls, et cela est une grâce pour vous : tous ensemble vous avancez vers la purification.

Il y a tant à apprendre, mes enfants.

Mais le temps presse, il faut écouter la voix de votre cœur; en ce moment, je parle en vous et par cet instrument vous entendez ce que je dis à l’intérieur de vous.

Je ne cesserai de me répéter pour chacun de vous, car chacun de vous portez en vous tous vos frères et vos sœurs.

La purification est un mouvement d’amour, c’est comme si vous preniez tous les enfants du monde et que vous viviez votre purification; cela vous fait obtenir beaucoup de grâces afin que vous puissiez être tout amour pour vous.

C’est votre propre purification; soyez tout attentifs à la voix de votre Dieu, un jour vient où vous verrez ce que vous êtes en vous.

Lorsque j’ai parlé à mes apôtres sur la terre, lorsque le Saint-Esprit est venu sur les apôtres, ils ont parlé de ce que je leur avais dit; lorsque Paul a reçu la puissance de Dieu sur lui, il a évangélisé les païens.

Paul leur disait que le jour du retour de Jésus était proche et ils croyaient en la parole de Paul parce qu’à l’instant où ils se préparaient pour ce jour béni, ils savaient que Jésus était pour revenir sur la terre en gloire.

Et vous, croyez-vous que je vais revenir? Attendez-vous mon retour? Êtes-vous prêts à cela?

Avant que mon retour soit, il y aura un mouvement que vous verrez en vous : ce sera votre purification.

Beaucoup d’enfants sur la terre ne croient pas à mon retour, ils ne croient pas qu’il est près.

Un enfant qui croit à ce que je dis, un enfant qui se prépare à ce que je dis, est plus près de mon retour parce que tout son être se tend vers Dieu et Dieu lui donne des grâces afin de l’aider à comprendre ce qui vient.

Dieu le comble de ses bienfaits pour le jour où Jésus viendra.

Beaucoup d’enfants au Ciel attendent ce moment parce qu’ils seront réunis tous ensemble et tous chanteront la gloire de Dieu et Dieu viendra sur la terre sur des nuées et la Parole s’accomplira.

Moi je vous dis que tous ceux qui croient à mon retour est plus près de moi que celui qui attend et ne s’y prépare pas, car il attend sans la foi; il sait que je vais venir, mais il ne s’y prépare pas, alors il néglige toutes les grâces qu’il aurait dû recevoir.

Moi, je vous parle de votre venue en vous; moi, je vous dis que bientôt vous allez voir le Fils de Dieu glorifié par le Père en vous, et ce jour est en train de se préparer.

Croyez à tout cela afin de ne pas gaspiller mes grâces que je veux vous donner.

Voyez-vous les détours que je prends? C’est parce que vous êtes des êtres compliqués, il faut que je vous explique en long et en large, car si cela était trop simple, vous n’y croiriez pas; ainsi est l’être humain, c’est à cause de tous vos défauts.

Moi, je suis un Être d’amour, un Être simple, mes enfants; il s’agit que vous croyiez en moi pour que tout s’accomplisse, c’est tout ce que je vous demande.

C’est tellement simple que vous ne savez pas comment vous y prendre : un simple oui, mes enfants, fait de vous un être d’abandon.

Il faut que vous appreniez à demeurer ce que vous êtes et à me donner tout ce que vous êtes, absolument tout.

Amours, amours, je vous aime tellement! Cessez de compliquer votre vie et vivez-la en moi, Jésus, je suis le Chemin, je suis la Lumière, je suis votre vie : ma Vie à moi est éternelle.

Alors lorsque vous venez à moi, vous venez dans la Vie éternelle; vous êtes donc dans un mouvement avec tout ce qui est éternel.

Tout ce qui a été dans le passé et tout ce qui est au présent et tout ce qui sera au futur est dans votre vie, alors il est facile pour vous de me donner tout ce qui a été dans votre passé, tout ce qui est au présent aussi et donnez-moi tout le futur de votre vie, alors vous serez comblés de grâces.

Lorsque vous aurez un besoin en vous, cela viendra de moi, non pas de vous; pour que cela soit, Dieu va vous accorder des grâces : c’est une nourriture les grâces, ça nourrit votre vie.

Je vous demande de ne plus faire par vous-mêmes une action, mais de me la donner.

Je vais vous envelopper de mon agir, alors votre action sera mon action et vous serez protégés contre vous-mêmes.

Je veux parler de vous-mêmes et pas de votre prochain, car c’est à l’intérieur de vous qu’est la transformation : c’est votre propre purification; le prochain, lui, reçoit des grâces par vous, et à moi de l’aider à faire cette réflexion.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Dieu va nous expliquer comment accepter notre purification : notre purification, c’est un mouvement de nettoyage.

Nous avons fait tellement de péchés dans notre vie, tellement d’erreurs dans notre vie, que nous avons empoisonné notre vie, nous avons accepté toutes sortes de cochonneries.

Aujourd’hui, lorsque nous voyons quelque chose qui est bon, bien, nous croyons que cela est contre nos principes.

On a seulement qu’à regarder une personne qui se met à prier : elle dit des "Je vous salue Marie" à genoux, elle a les yeux fermés et nous, on la regarde puis on ne veut pas faire comme elle, parce qu’on croit que c’est la seule façon de prier, et on a peur de faire cela; on ne veut pas s’abandonner autant, ça nous demande trop, nous qui sommes habitués de faire toutes sortes de gestes; on est tellement habitué de bouger, de faire ce qui nous plaît, que lorsqu’on voit quelqu’un qui fait quelque chose que nous on n’est pas habitué de faire, eh bien, on juge : on juge que cela n’est pas pour nous, que cela est compliqué et que l’autre en fait trop;

ou si on voit une personne qui ne prie pas, qui fait ce qu’elle veut, eh bien, ça dépasse aussi nos principes : nous trouvons qu’elle n’est pas une personne à la hauteur, nous trouvons qu’elle n’est pas une bonne personne; on ne le dit pas avec nos mots, on essaie de détourner notre opinion pour se donner bonne conscience, mais au plus profond de nous-mêmes, c’est ce qu’on pense.

Voyez-vous, on n’est même pas capable d’être francs avec nous-mêmes, on se refuse la lumière, on repousse loin de nous une réalité : nous sommes des personnes qui sommes portées à juger notre prochain.

Si nous repoussons ça, comment vous voulez qu’on se corrige?

On a fait de notre vie une vie hypocrite, une vie d’aveugle, une vie qui n’était pas vraie.

Le Saint-Esprit est la Lumière, le Saint-Esprit veut nous faire réaliser ce que nous sommes en nous-mêmes.

Aussi petit soit-il ce défaut, il existe en nous et si nous ne le ressortons pas pour le voir vraiment, eh bien, il va rester caché en nous, et il va continuer à nous faire souffrir.

C’est ce que le Saint-Esprit est en train de nous faire découvrir et c’est comme s’il veut crever un abcès; si nous ne réalisons pas que nous sommes aux prises avec des péchés cachés, on ne pourra pas s’en libérer.

Chacun de nous avons comme un thermomètre au niveau de nos péchés.

Chacun de nous, nous portons en nous un niveau d’acceptation au péché; certains ont fait des péchés, des petits, des gros, mais n’oublions pas que les plus petits sont plus difficiles à détecter parfois que les gros.

Le Saint-Esprit nous parle aussi pour nous faire découvrir les petits péchés cachés; parfois, ces péchés tapissent notre intérieur au complet, mais comme ils sont petits, on ne s’en occupe pas : voilà pourquoi on souffre, on ne s’est pas occupé de nos péchés véniels qui ont été des souffrances dans notre vie.

Il est vrai que lorsqu’on commet un péché mortel, on peut facilement le voir parce qu’on en souffre beaucoup; si on veut le cacher, celui-là : il sera plus difficile de le cacher à notre prochain parce qu’eux autres vont le voir.

Si on veut que Dieu nous laisse dans un mouvement d’amour, c’est-à-dire se laisser transformer, alors il faut laisser à Dieu ce qui est à Dieu; lui, il sait aller où nous, nous refusons d’aller : il va aller chercher nos petites imperfections et les mettre devant nous, mais avec douceur.

Nous avons en nous des péchés cachés, nous avons en nous de l’orgueil.

C’est l’orgueil qui a fait comme camoufler ces péchés-là : on se dit ne pas être des grands pécheurs, n’est-ce pas? On a de la difficulté à dire qu’on est des petits pécheurs.

Dieu nous dit : «Pourquoi vouloir t’enfuir? Au plus profond de toi-même, c’est toi qui te perds» : on s’est perdu dans notre vie;

on a regardé souvent le prochain, mais on ne s’est pas regardé.

On a regardé la paille du voisin, mais on n’a même pas regardé la poutre qui était devant nos yeux : lorsqu’on essaie de découvrir ce qui va mal avec le prochain et qu’on n’essaie pas de chercher où est la source même de ce mal, alors on ne voit pas notre poutre parce qu’il a fallu que cela sorte de la source même qui est en nous.

On porte en soi ce qu’on voit à l’extérieur; si on voit le mal dans notre prochain, c’est parce que ça nous est connu, il est à l’intérieur de nous.

Dieu va nous donner un exemple : si on voit qu’une personne fait un parjure, c’est parce qu’on connaît l’hypocrisie, c’est qu’on connaît les détournements, c’est qu’on connaît le mensonge; si on connaît ces choses, c’est parce que ça nous habite à l’intérieur de nous : on ne peut rendre une réalité que si ça nous est connu.

Alors Jésus veut nous faire comprendre que nous devons lui donner ce qui nous habite afin de libérer ce qui est en nous; si on ne donne pas tout cela à Dieu, nous allons continuer à regarder le parjure de notre prochain; alors c’est nous qui allons souffrir, nous allons continuer à connaître des souffrances dans notre chair, à perdre notre paix, à perdre la joie.

Jésus veut sortir tout mal qui nous habite en notre chair.

Dieu parle de la chair, il ne parle pas de notre âme : notre âme, nous l’avons confiée à un prêtre; lorsque nous allons à la confesse, nous avouons nos péchés pour que notre âme soit dans la sanctification.

La chair se souvient du mensonge, la chair se souvient de l’hypocrisie, des détournements; alors, lorsque nous voyons un péché à l’extérieur de nous, nous devons donner à Jésus tout ce qui a pu faire en sorte que nous voyions le péché à l’extérieur.

C’est comme une personne qui a volé aussi, si nous voyons une personne qui a volé, nous devons sortir de nous tout ce qui nous rappelle ce mouvement-là.

Nos yeux ont vu souvent le vol et cela a pénétré dans notre chair; nos oreilles aussi ont entendu des personnes qui ont (dit et) fait des gestes de vol, cela a pénétré dans notre chair; alors, pour ne pas être en faute devant Dieu, nous devons sortir ce qui est en nous, nous ne pouvons pas le faire, mais nous pouvons le donner à Jésus : Jésus va prendre tout cela, il va comme mettre un feu d’amour à l’intérieur de notre chair afin que le mal ne soit plus en nous.

Dieu ne veut pas que le mal se serve de ces souffrances qui nous habitent dans notre chair

pour encore nous tenter à faire des péchés.

Depuis Adam et Ève, nous vivons dans notre volonté humaine; depuis Adam et Ève, l’homme n’a cessé de commettre des péchés; notre chair connaît le péché, il faut que cela sorte de nous; nous ne pouvons pas le faire, il n’y a que le Fils qui peut le faire.

Jésus, par la Croix, a pris tous nos péchés et les a amenés à la mort : il va faire de même pour tous les péchés qui sont en notre chair.

Puisqu’il l’a fait pour notre âme, il va le faire pour notre chair; nous devons consentir à tout lui donner, c’est la purification.

Il n’est pas facile pour nous de tout comprendre cela dans une seule rencontre, Dieu ne nous le demande pas, mais c’est tranquillement qu’il nous fait comprendre ce que nous vivons en nous.

Ces rencontres ont un seul but : de faire sortir des oui en nous, de nous donner des grâces; par ces grâces, nous allons nous laisser transformer et il y aura des guérisons : c’est tranquillement que cela se fait.

Parmi chacun de nous, nous portons des grandes souffrances.

On est tous différent : nous avons tous jugé notre prochain, mais différemment les uns les autres, selon ce que nous portons en nous.

Jésus va nous apprendre à donner tout ce qui a fait de nous des êtres de souffrance afin que nous puissions devenir des êtres libres.

Il faut que cela se fasse à son rythme, à notre rythme à chacun, mais dans la Volonté de Dieu le Père. 

Ce que nous vivons aujourd’hui, d’autres le vivent aussi dans d’autres pays.

C’est un mouvement qui est commencé sur toute la surface de la terre et ce mouvement se fait en même temps qu’eux.

Tranquillement, Dieu transforme nos êtres.

Nous sommes à l’école de l’Amour face à un enseignement, et cet enseignement nous est donné par le Ciel.

Jésus est venu sur la terre nous enseigner et c’est Jésus qui, en ce moment même, nous enseigne.

Lorsqu’il est venu sur la terre, il a parlé aux apôtres : ils ont reçu des grâces parce que la Parole de Jésus est grâce; en ce moment même, la Parole est grâce : elle soigne.

Chacun de nous qui entend ces paroles, nous allons avoir un grand besoin : c’est la prière, c’est les sacrements.

C’est comme si on découvrait qu’on a encore plus faim de Dieu; c’est comme si on découvrait qu’il n’y a que Dieu qui est tout pour nous; alors le monde autour de nous perd de l’importance; on commence tranquillement à délaisser ce besoin terrestre, le besoin que les hommes nous ont donné; on commence à découvrir que ce n’est pas le bonheur, que ce n’est pas une nécessité absolue.

Dieu, tranquillement, nous prépare à quelque chose qui s’en vient.

Il va prendre soin de nous, il ne veut pas que nous nous inquiétions pour ce qui vient : beaucoup d’entre nous, nous savons que nous devrons renoncer aux biens matériels.

Il est facile de le dire, il est plus difficile de le vivre : voilà pourquoi Jésus est en train de nous donner des grâces.

Lorsque le moment sera venu, lui, il le sait, alors il faut lui faire confiance pour ce qui vient; lorsque viendra le moment où nous devrons renoncer à des biens matériels, Jésus dit que nous serons prêts.

Ceux qui vont vous parler de la puce, il ne faut pas avoir peur; ceux qui vont vous parler de la marque de la Bête, il ne faut pas avoir peur; quand Dieu nous parle du Grand Châtiment, il ne faut pas avoir peur; lorsque Jésus nous parle de la Grande Purification, il ne faut pas avoir peur; parce que Dieu prend soin de nous, il sait le moment où nous allons être prêts.

Dieu n’envoie pas ses messagers partout dans le monde sans vraiment savoir ce qu’il fait, alors laissons à Dieu ce qui est à Dieu et écoutons sa Parole.

Vivons le présent, c’est ce que Dieu attend de nous.

Ce qui va se passer demain, ce n’est pas arrivé encore : il est important de prendre les grâces qui se donnent au présent pour qu’on puisse vivre notre demain, alors lorsque viendra la Grande Purification, nous serons prêts.

Lorsque Dieu parle ainsi, il parle aussi pour nos enfants, il parle pour ceux que nous ne connaissons pas et que nous voulons qu’ils soient prêts eux aussi.

Dieu a pris soin de nous depuis Adam et Ève et il va continuer; nous devons ne mettre notre confiance qu’en Dieu, surtout pas en ce monde et, Dieu dit aussi, en chacun de nous parce que notre chair n’est pas purifiée.

Le mal a de l’influence encore sur nous, même s’il perd de son influence sur nous, il faut toujours se garder vigilants : voilà pourquoi nous devons donner tout à Dieu et prier.

C’est ce que Dieu voulait nous dire ce soir.

Merci.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Vous savez, Dieu parle, Dieu nous enseigne, mais quelquefois, quand on sort, on garde des questions à l’intérieur de nous et on s’en retourne à la maison.

C’est comme un fromage, Dieu dit : «Il y a des trous mais, vous, ne sortez pas d’ici avec ces trous en vous»; alors, c’est pourquoi, la plupart du temps, quand on a des rencontres, il y a toujours un moment où les gens disent : "Ah! je n’ai pas compris ça! Qu’est-ce que vous vouliez dire par ça? Qu’est-ce qui va arriver à tel moment?"

Alors on reparle de ce qu’on a dit, c’est le Saint-Esprit qui répond ou c’est Dieu, mais c’est toujours dans la Lumière, c’est la Lumière.

 

Q. : Est-ce que tu peux nous parler de la Terre Nouvelle?

 

R. : Jésus : Dans un premier temps Dieu a créé, Dieu a créé tout ce qu’il y a autour de nous : nous habitons la terre.

Cette terre que nous habitons a été créée par Dieu, elle n’était pas ce qu’elle est aujourd’hui.

L’homme a détruit l’œuvre de Dieu avec tous ses produits, alors Dieu dit qu’il va purifier la terre : après cette purification, la terre redeviendra telle qu’elle était.

Lorsque les âmes seront pures, la terre sera pure; les arbres donneront des fruits comme vous n’avez jamais vu encore; la terre de Dieu produira de bonnes céréales : tout ce qui sortira de la terre sera pur.

Les animaux qui demeureront sur la terre seront purs, il n’y aura rien d’imparfait en eux; à cause de l’homme, beaucoup d’animaux sont impurs : tous les croisements n’existeront plus, Dieu est le seul Créateur, ce qu’il a fait était parfait.

L’air que nous respirerons ne portera aucune impureté et la terre sera peuplée d’enfants de Dieu; ils seront purs, à la ressemblance du Fils.

La femme sera la ressemblance de Marie en le Fils; la femme donnera naissance à des enfants purs, elle enfantera sans douleur.

Chacun de nous retrouverons notre état de pureté : notre intelligence sera à la hauteur de Dieu.

Tout ce que nous produirons, ce sera pour Dieu, que pour Dieu, et Dieu regardera ses enfants, et il se complaira dans ses enfants.

La Nouvelle Terre, c’est la terre de l’amour, comment nous y vivrons? C’est au-delà de ce que nous pouvons penser.

Dieu dévoile certaines choses à ses enfants selon ce qu’ils sont capables de comprendre, car à cause de notre chair impure nous ne pouvons pas saisir la beauté de ce que nous allons vivre.

Voyez-vous, en ce moment même nous sommes assis, nous écoutons alors que nous devrions louer Dieu, chanter Dieu : nous ne sommes pas capables de le faire encore, car on est comme engourdis, alors Dieu prend soin de nous.

Alors doucement Dieu nous en dévoile un tout petit peu, il fait ça pour nous protéger de nous-mêmes.

Vous voyez, c’est comme si on regardait une fleur qui scintille : on la regarde, mais on ne peut pas l’apprécier; alors Dieu nous donne un moyen de la regarder pour ne pas qu’on puisse penser qu’on n’apprécie pas ce qu’il nous a donné,

car s'il dévoilait ce que nous sommes face à la beauté et s’il nous laissait à nous-mêmes comme étant des enfants qui n’apprécient pas ce qui va venir et ce qu’on voit, alors on serait porté de se traiter d’ingrats, des êtres qui ne savent apprécier ce que Dieu fait pour nous : il dit que nous sommes de petits enfants si fragiles à cause de nos péchés.

La beauté de Dieu ne peut pas se laisser dévoiler à nous, encore moins aussi la création, alors il nous dit ce que nous sommes capables d’entendre et pas plus; il nous protège contre nous-mêmes, alors nous devons accepter ses paroles en disant : "Merci, Seigneur". 

 

Q. : J’ai lu la Bible et, au début, Moïse a donné des instructions aux gens sur comment il voulait qu’on vive.

Alors Jésus après est venu et, dans l’Ancien Testament, il nous a appris et nous a enseigné comment vivre pour rester dans la grâce de Dieu. Qui est-ce qu’on doit suivre maintenant? Il y avait Dieu, après ça il y a eu Jésus, qui est-ce que ça va être maintenant? Est-ce que ça va être l’Esprit Saint en nous?

 

R. : Jésus : Lorsque Dieu a donné les lois à Moïse, Dieu était parce que Dieu est le Tout.

Lorsque le Fils de Dieu est venu sur la terre, il nous a enseigné l’amour de son Père et Jésus est, il est Dieu, il est le Tout.

En ce moment même le Saint-Esprit nous enseigne ce que nous devons apprendre pour entrer dans la Terre Nouvelle, le Saint-Esprit est, il est le Tout, il est Dieu.

Écoute ton Dieu, aime ton Dieu et fais ce que ton Dieu te dit de faire.

Tu seras appelé(e) enfant de Dieu.

 

Q. : Qu’est-ce que ça veut dire beaucoup "sont appelés, mais peu sont élus?"

 

R. : Jésus : J’ai demandé à tous les enfants de la terre de venir se réfugier dans mon Cœur.

Je suis l’Église, je suis Jésus; vous êtes mes membres, mon Église : tous, vous devez venir en moi.

Un seul qui ne vient pas est un membre qui meurt : pour un seul, je donnerais encore ma Vie.

Vois, ma bien-aimée, comme mon Cœur attend ses enfants et je ne veux pas en perdre un seul.

Le nombre de ceux qui ne viendront pas, Dieu seul le connaît.

Donne-moi ta vie et donne-moi ceux que tu portes en toi, car Dieu aime tous ses enfants; ne t’attriste pas pour ceux qui portent un non, moi seul ai transpiré du Sang; donne-toi, je t’aime, ma bien-aimée.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Ce n’est pas à nous d’essayer de comprendre, mais Dieu nous demande de nous aimer les uns les autres.

Il ne veut pas que nous nous attristions, car cela fait en nous un mouvement contre nous-mêmes : il n’est pas bon que nous nous tenions dans la tristesse.

Dieu veut que nous donnions tout, alors lorsqu’on se tient dans la paix, on donne facilement tout à Dieu.

Dieu dit qu’il faut tout lui donner, tous les enfants de Dieu qui sont nos frères et nos sœurs; alors pour nous ce qui compte, c’est que nous nous donnions pour tous ceux que Dieu aime.

Jésus nous a dit : «Aime tes ennemis», alors il nous apprenait à aimer sans condition.

 

Q. : J’aimerais que tu clarifies la notion de "purification de la chair". Alors, si j’ai critiqué, si j’ai jugé mon voisin, mon frère, et je vais au sacrement du pardon, je confesse ça, à ce moment-là, par le prêtre, mon âme est purifiée?

 

R. : La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Oui.

 

Q. : Alors je dois aussi aller à Jésus et lui demander de transformer la tendance en moi à vouloir juger, critiquer?

Est-ce que c’est ça la purification de la chair?

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Quand tu vas à la confesse, ton âme, elle, reçoit des grâces, elle est pure.

Ce que Dieu absout, c’est pour l’éternité; mais la chair, elle, elle connaît le péché parce que les yeux c’est comme une fenêtre, ils ont laissé pénétrer le péché : à cause du mal, elle est faible la chair, elle tombe souvent dans la tentation.

Alors Jésus dit de donner tout ce qui a pu entrer en toi : lorsque tu regardes quelqu’un qui est dans une faute ou une image qui te rappelle qu’en toi il y a la faiblesse, à cet instant, il faut le donner à Jésus : il faut consentir à tout donner à Jésus.

La souffrance en la chair est présente et si la chair souffre, c’est à cause du péché; alors il faut donner cette souffrance, il faut aussi la donner pour nos frères et nos sœurs, là c’est la purification.

Toute pensée qui te fait penser au péché doit être donnée à Dieu afin qu’elle soit libérée.

Si tu as des pensées qui te font souffrir, la souffrance aussi doit être donnée à Dieu; il est bon aussi de donner tous ceux qui souffrent de la même façon que tu viens de découvrir en toi : voilà la purification.

Tranquillement, le Saint-Esprit va nous faire voir ce qui est en nous, nous allons le sentir dans notre chair, dans notre pensée; c’est la même chose pour notre cœur; souvent nous avons mal dans notre cœur : il faut se souvenir que nous avons eu des sentiments soit de colère, de jalousie, ça a affecté notre cœur, ce qui a coupé l’amour; alors aussitôt qu’on ressent cela, aussitôt que le Saint-Esprit nous le montre, nous le donnons à Jésus.

Nous devons aussi donner tous ceux qui vivent la même chose que nous parce que nous ne sommes pas seuls à vivre cela, nous sommes dans le Corps de Jésus : ça, c’est la purification.

 

Q. : La Grande Purification arrivera-t-elle tout d’un coup?

 

R. : La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Jésus avec les rencontres (et) en ce moment avec tout ce qu’il y a autour de nous, nous sommes en train de nous laisser purifier individuellement; le moment, Dieu le Père, lui seul le connaît.

Lorsque le moment viendra, c’est par la puissance du Saint-Esprit que nous entrerons en nous; à ce moment-là, ce sont tous les enfants de la terre qui entreront en chacun d’eux; alors nous vivrons la purification : nous verrons notre vie devant nous.

Lorsque quelqu’un quitte la terre, c’est la mort terrestre : son corps va dans une attente, son âme se présente devant Dieu et il voit toute sa vie, tout ce qu’il a fait, pensé, tout ce qu’il a dit, toutes les conséquences : tout est devant lui, cela se fait avec l’amour de Dieu.

C’est lui-même qui se juge, ce n’est pas Dieu qui l’envoie au purgatoire et ce n’est pas Dieu qui l’envoie en enfer, c’est l’enfant lui-même qui choisit : s’il choisit le purgatoire, c’est sa purification.

Alors nous, au moment de la Grande Purification, il y aura un mouvement qui se fera : c’est notre purification, c’est notre chair qui se laissera purifier : un feu d’amour se fera ressentir en nous.

Si nous consentons à dire oui à Jésus, le mal sera arraché de nous et Dieu nous purifiera avec un feu d’amour.

Quand le mouvement sera arrêté, ça veut dire que tous les enfants de la terre auront choisi :

s’ils ont choisi de dire oui, leur purification sera terminée, alors le mal sera sorti d’eux et ils demeureront dans le bien;

s’ils ont choisi de dire non à Jésus, alors le bien se retirera, le mal demeurera en eux pour l’éternité; là, la Grande Purification sera terminée.

Il restera encore un temps où les enfants du non, du mal, demeureront sur la terre avec nous jusqu’au moment où Dieu aura choisi de purifier la terre, alors tout ce qui est impur sur la terre disparaîtra.

 

Q. : Au moment de la Grande Purification, les péchés qu’on a confessés, est-ce qu’on va encore les revoir?

 

R. : La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Jésus dit : «Oui», on va les voir pour contempler Dieu.

Lorsqu’on verra nos péchés, nous verrons que Jésus a été tout amour pour nous, on verra l’amour de Jésus qui nous a enveloppés : Dieu ne nous privera pas de ce mouvement d’amour.

Lorsqu’on confesse nos péchés, il y a des conséquences et les bienfaits que nous faisons dans l’Église, cela aura aidé tous nos frères et nos sœurs : alors Dieu nous montrera tout le bien que nous aurons fait à ce moment, parce que la miséricorde de Dieu n’est que bonté, c’est des grâces, et cela aura fait du bon dans l’Église à tous ses membres et Dieu nous montrera cela, et tout ce qui est bien (et) qui a été dans notre vie nous sera montré.

Alors, lorsque nous disons (oui à) notre repentir, alors nous disons oui au sacrifice de Jésus : ce sera une joie pour nous.

 

Q. : Après la purification, est-ce que ceux qui ont dit non vont persécuter ceux qui ont dit oui?

 

R. : La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Ceux qui ont dit non persécuteront tous les enfants de Dieu.

Mais nous qui aurons été purifiés, aucun mal ne sera en nous : la paix règnera en nous, la joie règnera en nous, la puissance de Dieu sera avec nous : qui craindrons-nous? Rien ne nous atteindra.

Les enfants du non seront dans la peur, dans la crainte, dans la vengeance, dans la colère, dans la haine; ils connaîtront beaucoup de souffrances, car le mal n’aura qu’un seul but : écouter Satan qui veut faire souffrir les âmes qui appartenaient à Dieu.

 

Q. : Est-ce que les âmes qui ont dit non vont pouvoir transformer leur non en un oui?

 

R. : Jésus : Ma douceur, est-ce que Dieu aurait permis cela? Avant qu’un enfant dise non, Dieu aura déployé toute sa puissance pour qu’il puisse dire oui.

Pas une seconde de plus n’aurait pu faire souffrir ces enfants si Dieu avait su qu’ils portaient un oui en eux : c’est avec la Justice d’amour de Dieu qu’ils se jugeront.

 

Q. : Le Seigneur nous appelle tous : ses enfants, mais pour les petits enfants d’un an ou plus, qu’est-ce que le Seigneur va faire avec eux?

 

R. : La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Les êtres purs, les tout petits bébés de Dieu seront dans un sommeil, car leur chair n’aura pas connu le péché.

 

Q. : La question est au sujet de petits péchés. On a tellement perdu le sens du péché et on en est venu à accepter le péché comme un état normal. Alors, quand on va au sacrement du pardon et qu’on confesse ce dont on se souvient, mais qu’on ne confesse pas les petits péchés qu’on a faits mais dont on ne se souvient pas, est-ce qu’ils sont aussi pardonnés?

 

R. : Jésus : Lorsque tu vas au sacrement de la Pénitence, tous tes péchés sont pardonnés lorsque le prêtre te dit qu’ils sont pardonnés.

 

Q. : Pouvez-vous parler de la croix qu’on verra dans le Ciel?

 

R. : La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Dieu nous a parlé mardi que nous verrons un signe; nos yeux se lèveront et ils verront une croix : une croix lumineuse.

Beaucoup se frapperont la poitrine : ceux qui n’ont pas voulu croire et ceux qui ont rejeté la croix se frapperont la poitrine.

Il y aura beaucoup à ce moment-là de guérisons parce que Dieu veut attirer tous ses enfants.

La croix sera pour nous un signe d’amour pour ce qui vient : Dieu a préparé tout pour nous, il n’a rien négligé, voilà.

 

Q. : Est-ce que ça va être avant la Grande Purification?

 

R. : La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Jésus dit : «Mon fils d’amour, la croix est un signe qui a toujours été présent devant toi. Elle t’a préparé à aller vers ta rédemption et la croix te préparera à ta purification. Je t’aime, mon bien-aimé.»

 

Q. : Est-ce qu’il va vraiment avoir trois jours de noirceur?

 

R. : Jésus : Le temps pour vous est un temps calculé, le temps pour Dieu n’existe pas parce que Dieu est; alors Dieu a prononcé des paroles pour vous afin que vous puissiez vous réaliser dans un temps.

Voilà pourquoi il y aura trois jours et trois nuits dans lesquels vous serez pour que vous puissiez vivre ces moments d’amour.

Dieu appelle tous ses enfants à vivre ces moments d’amour, car grande sera la récompense : tel le Fils a été trois jours, tel vous serez trois jours pour votre gloire.

 

Q. : J’ai vu quelqu’un qui a dit que si on va s’asseoir devant le Saint-Sacrement, cela répare nos péchés?

 

R. : Jésus : Ma douceur, tu avances vers Dieu, peux-tu voir Dieu, alors que lui te voit?

Dieu voit tes péchés, Dieu veut que tu reconnaisses tes péchés.

Dieu veut que tu ailles à lui pour lui dire que tu l’aimes, que tu te reconnais pécheresse.

Dieu veut étendre sa miséricorde sur toi pour que tu puisses être tout à lui et Dieu récompense ton geste.

Jésus est venu sur la terre, Jésus a porté tes péchés, Jésus est allé à son Père pour lui demander de te pardonner.

Jésus a été dans des grandes souffrances, il s’est laissé humilier, et il a avancé comme un être de pécheur devant son Dieu :

chaque enfant qui va à un prêtre fait le chemin du Fils, il reconnaît le geste du Christ : ce geste d’amour, afin qu’il puisse être tout à Dieu.

Jésus a montré ce que nous devions faire : à celui qui veut voir, qu’il voit; à celui qui veut entendre, qu’il entende.

 

Q. : Alors, depuis plusieurs années maintenant, on a une photo du Saint Suaire de Turin sur laquelle il y a une prière qu’on devrait réciter pendant les trois jours de noirceur. On nous dit aussi qu’on devrait avoir des cierges en cire bénis et que ces cierges seraient la seule source de lumière pendant les trois jours de noirceur.

 

R. : Jésus : Je suis Celui qui est la Parole, je suis Celui qui vous guide.

Je parle en ce moment en cet instrument pour votre purification.

Moi je te parle, ma bien-aimée, par cet instrument, pour te faire regarder en toi tes péchés qui ont fait souffrir ta chair; je t’amène là où tu ne peux pas aller et ma Mère guide les enfants là où vous ne pouvez pas penser aller.

Chaque messager, ma bien-aimée, est de Dieu, chaque messager apporte à chacun de vous des lumières : profitez de ces grâces et louangez votre Dieu.

Je t’aime, ma douceur.

 

Q. : Le Seigneur ne nous en donne jamais plus qu’on peut prendre, qu’on peut supporter, et souvent je sens que je suis vraiment au bout, à ce point-là, et je me demande : "Est-ce que le Seigneur aime ça me voir tourmentée?"

 

R. : Jésus : Tu es une petite amoureuse de Jésus.

Si tu aimes ton Jésus, n’est-ce pas parce que c’est moi qui ai mis des grâces en toi? Je me suis donné pour toi afin que tu sois tout aimante pour moi.

Le trouble en toi, ma douceur, ne peut venir de Dieu, mais de ce que le mal a pu te faire; lorsque cela vient, donne-le-moi, tu retrouveras la paix.

J’ai mis en toi mon amour afin que tu puisses reconnaître ce que mon Père t’a donné : son Fils.

Dieu le Père connaît tes limites, il ne te demandera pas plus que ce que tu es capable de donner, alors prends ce que tu es et donne-le afin que tu puisses recevoir des grâces, car tu es grâce puisque tu viens de mon Père.

Garde-toi toujours dans la paix; si tu ne ressens pas la paix, alors donne ce qui te trouble et recommence tant que cela est nécessaire : repousse loin de toi ce qui n’est pas amour.

Tu me sais être amour, n’est-ce pas? Alors, fais ce que je te dis.

 

Q. : Ça va peut-être être une question stupide. Est-ce que Francine pense qu’elle est une pécheresse?

 

R. : La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Je suis une pécheresse.

Tant que je vais me reconnaître pécheresse, je vais demeurer à ma place parce que Dieu le veut ainsi.

Ainsi, je puis plus facilement m’abandonner entre ses mains puisque Jésus m’a aimée jusqu’à me donner sa Vie, alors je lui dois ma vie.

 

Q. : Je suis allée à un endroit récemment où Jésus faisait, où il y avait plusieurs guérisons qui se passaient.

Mais moi, je ne me suis pas sentie confortable dans ce lieu. Est-ce que c’était quelque chose en moi qui faisait que je ne pouvais pas être confortable ou que je ne savais pas reconnaître sa Présence, ou est-ce que peut-être que Dieu touche différentes personnes de différentes façons?

 

R. : Jésus : Lorsque Dieu donne des grâces, il donne la paix, il donne de l’amour afin que tu puisses reconnaître que tout vient de Dieu.

Toi, ma douceur, tu es à moi : tous tes frères et tes sœurs sont à moi; alors ce qui t’inquiète, tu dois le donner à Dieu afin que tu puisses garder ta paix et Dieu va prendre soin des autres : tu vois, ce n’est pas compliqué en Dieu, il veut tout prendre.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : C’est ainsi pour chacun de nous : nous devons tout lui donner.

Le moindre doute doit être donné à Dieu pour nous éviter de juger : Jésus, lui, sait ce qui est bon.

 

Q. : Cette semaine, on m’a dit que je priais trop, plus de deux heures par jour, est-ce trop? 

 

R. : La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Dieu ne limite pas ses grâces.

Il veut tous ses enfants en prière, c’est une vie de prière qu’il veut : on donne ce qu’on est capable de donner et pas plus.

Si une personne est capable de prier une heure, cinq minutes, deux heures ou une journée, qu’elle le fasse parce que Dieu le veut.

Mais si une personne prie, mais elle se sent comme obligée de prier, alors qu’elle donne ça à ses anges, parce que Dieu ne demandera pas au-dessus de ce qu’on n’est pas capable de faire.

Il faut faire attention, il y en a qui disent "je vais prier même si ça ne me tente pas, je vais prier, je vais prier"; alors, il vient un (temps) bout où cela n’est pas ce que Dieu demande et Satan passe.

Alors, certains enfants se retournent, et ne veulent plus prier parce que le mal en eux leur rappelle ces journées de prières, ces heures de prières; alors le mal fait ressentir ce qu’ils ont vécu : cela ne sert pas Dieu, Satan a passé pour nous éloigner de la prière; il faut faire attention à tout cela, il ne faut pas faire le jeu de Satan.

Jésus, c’est un Dieu d’amour, alors il donne les grâces pour la prière : alors, si on prie deux heures et on est dans la joie, dans la paix, c’est que ça vient de Dieu!

 

Q. : Qu’est-ce qui fait que Dieu guérit certaines personnes plus que d’autres?

 

R. : La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Dieu guérit toutes les personnes.

Dieu commence par l’âme, Dieu donne aussi des grâces pour notre cœur, pour notre pensée, pour notre chair.

Nous portons en nous beaucoup de nos frères et de nos sœurs, eux aussi reçoivent beaucoup de grâces.

Si nous recevons une guérison physique, cela va porter des grâces à nos frères et à nos sœurs que nous portons en nous, et cela pour notre temps et le temps aussi que nous ne connaissons pas.

Dieu sait ce que nous avons besoin.

Une guérison physique souvent peut nous éloigner de Dieu : Dieu veut tous nous guérir, alors il sait par quoi commencer et par qui commencer.

Nous sommes le Corps de Jésus, nous devons nous aider les uns les autres : voilà pourquoi nous devons tout laisser à Dieu et continuer à demander des grâces; nous recevons et les autres reçoivent : quand ce sera notre tour d’avoir une guérison physique, nous dirons merci et nous passerons au suivant.

Nous ne pouvons pas comprendre les desseins de Dieu, mais nous devons tout donner à Dieu parce qu’il sait ce qui est bon pour nous, parce que nous on voit notre vie terrestre alors que lui, il voit notre vie éternelle.

S’il nous donne une guérison physique, (parfois) nous pouvons nuire à notre vie éternelle : n’oublions pas que notre physique qui souffre purifie notre chair parce que si nous sommes malades, c’est à cause des péchés : alors Dieu prend soin de nous, il ne veut pas que nous souffrions au purgatoire, il nous veut pour la vie éternelle dans son Royaume.

Tout est à Dieu que pour Dieu, il faut lui donner notre vie, c’est notre Papa d’amour, il nous aime, il ne nous veut pas physiquement malades, il nous aime trop pour ça, mais il ne veut pas non plus qu’on souffre au purgatoire, parce que le purgatoire c’est beaucoup plus long et plus souffrant que sur la terre. Voilà.

 

Q. : Dieu est un Dieu d’amour, mais nous vivons dans une société qui ne veut plus suivre dans ses pas. Qu’est-ce qu’on peut penser : d’un Dieu qui soit en colère?

 

R. : La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Dieu est la Justice : la colère de Dieu est amour, elle n’est pas une colère de haine, de vengeance.

Nous devons craindre Dieu, mais nous devons aimer Dieu parce que Dieu veut notre bien, il ne veut pas notre mal.

Mais Dieu entend les cris de ses enfants, Dieu voit toutes nos souffrances, Dieu dit que bientôt sa Justice sera sur nous : le bras de Dieu ne peut plus être retenu : voilà pourquoi nous devons écouter ce qu’il nous dit, car le temps presse.

Il ne faut pas provoquer Dieu, mais il faut tout donner à Dieu.

Qui est avec Dieu n’a rien à craindre, mais qui est contre Dieu, qui est contre les enfants de Dieu, aura à répondre de ce qu’il a fait.

Maintenant, Dieu demande à son ministre de venir bénir chacun de vous.