Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Scarborough, On.,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus.

 

2007-10-21 – Partie 2

 

 

Jésus : La voix du Seigneur, c’est celle qui vous conduit à la vie éternelle. Lorsque vous apprenez à vous donner, vous apprenez à suivre ma Vie.

Petits enfants d’amour, le Cœur de l’Amour est en vous. Je suis la Chair Éternelle, vous êtes en ma Chair Éternelle, vous prenez ma Chair, vous prenez mon Sang et moi je vous prends.

Ensemble, petits enfants d’amour, nous allons faire un bout de chemin ce soir. Si vous voulez, petits enfants, être tout attentifs, n’est-ce pas parce que vous voulez comprendre la Volonté de mon Père? Je vais vous amener là où vous vous n’êtes pas capables d’aller, là où tout n’est que la Volonté de mon Père et non pas la volonté humaine. Laissez-vous, petits enfants, prendre entre les mains de la Volonté de Dieu. Faites paraître à votre extérieur que vous ne voulez pas de ce monde en n’étant pas dans vos pensées, mais en vous abandonnant au Cœur même de l’Amour.

Le monde d’aujourd’hui ne peut vous apporter la paix, le monde d’aujourd’hui ne peut vous apporter la foi. Je suis, moi, la Lumière du monde, je suis Celui qui peut vous apporter la paix, je suis Celui qui peut vous nourrir de la foi; je vous ai donné ma Parole et ma Parole est toujours vivante.

Si je me sers de cet instrument afin que vous entendiez les paroles de votre Dieu en vous, c’est parce que c’est voulu de mon Père. Aucun de vous ne peut imaginer ce que Dieu, mon Père, fait de vous. Il est de mon Père que vous soyez dans ce mouvement d’amour, afin que tous ceux que vous portez en vous, par moi, soient dans les grâces de mon Père.

Petits enfants d’amour, il est important que vous continuiez à prier avec le cœur. Lorsque vous regardez vos enfants, lorsque vous regardez vos petits-enfants, lorsque vous regardez ceux que vous aimez ne pas suivre les commandements de mon Père, je vous demande de garder votre paix, de me donner votre souffrance : je vais vous combler de mes grâces d’amour pour vous-mêmes, afin que vous cessiez de vous faire souffrir.

Vos enfants n’ont pas à regarder votre souffrance; ils regardent un monde qui est dans la souffrance. Vous, montrez un visage d’amour, un visage de confiance; ils ont besoin de cela vos enfants, ils ont besoin de cela ceux que vous aimez. Laissez-moi faire de vous des enfants d’amour, afin qu’eux sachent que je vais faire d’eux des enfants d’amour.

Si je parle dans votre cœur, c’est pour vous montrer que ce temps est un temps choisi de mon Père. Vous qui voyez vos églises pratiquement vides, vous qui voyez que vos églises sont la risée des autres églises, sachez que je suis présent, que je vis, car je suis l’Eucharistie. Lorsque vous rentrez dans l’église, mes enfants, vous rentrez chez moi, c’est moi qui vous accueille; ayez la foi que je suis un Dieu rempli d’amour, je sais moi ce qui est bon pour vous. Lorsque vous venez chez moi, dans ma demeure, je vous remplis de grâces afin que vous retourniez chez vous remplis de grâces.

Petits enfants, croyez-vous que je vous laisse sans moi? Croyez-vous que je ne sois pas en vous? À chaque fois que vous regardez vos enfants, je les regarde, et à chaque fois que vos enfants vous écoutent, je vous écoute. Puisque je suis en vous, je suis en eux. Même s’ils ne viennent pas à la messe, même s’ils ne croient pas que je suis présent là dans leur vie, je suis là. C’est vous qui manquez de foi, mes enfants. Vous devez croire que je vis en eux comme je vis en vous. Je vais transformer ce monde avec mes grâces d’amour que je dépose en ce moment même en vous. À moi de transformer votre vie. Une vie d’amour, une vie remplie de paix est une vie qui nourrit les autres qui sont autour de vous.

Je ne peux obliger vos enfants à croire que je leur parle en eux, mais vous, mes enfants, par votre témoignage de vie, je leur montre que je suis vivant. Votre regard, mes enfants, lorsqu’il est rempli de paix, c’est mon regard : je fais pénétrer les grâces par votre regard en leur regard, et cela transforme leur regard. Lorsque vous consentez à écouter la Parole de Dieu, je transforme votre écoute et votre écoute frappe leur écoute, et là : ils entendent, ils entendent mon amour. Vous devenez un témoin de l’Évangile, car je vous apprends à ne plus être en votre volonté humaine, mais être dans ma Divine Volonté et, par ce fait, j’atteins leur vie.

Laissez-moi votre vie, mes enfants, à moi de vous montrer ce qui est bon pour vous-mêmes et pour ceux que vous aimez.

Vous vivez un temps de grâce, vous vivez un temps de révélation, vous êtes témoins des signes du Ciel. Combien voient, combien sont témoins de la Volonté de mon Père! Le signe de l’amour, mes enfants, est vivant; le signe de l’amour, mes enfants, c’est moi, Jésus : la Résurrection, la Croix.

Ma croix d’amour fait de vous des croix d’amour. Vous êtes pour vos enfants un signe d’amour voulu pour eux. C’est le Ciel qui vous a choisis. Ayez confiance en Dieu, ne suis-je pas plus puissant que votre monde? Ce monde n’a rien à vous apporter. Je suis venu sur la terre et je vous ai parlé de la vie éternelle. Je suis la Vie Éternelle, je suis vivant, je suis présent en vous et j’agis. Aucun être humain ne peut atteindre votre vie comme moi je peux l’atteindre, car je la connais.

Petits enfants d’amour, c’est en étant humble que vous comprenez ce que le Saint-Esprit veut que vous compreniez. Ne demandez pas à Dieu, mais recevez de Dieu; c’est Dieu qui sait ce qui est bon pour vous. Si ceux qui ont dans leur vie des signes venant du Ciel, ce n’est pas parce qu’ils l’ont demandé, c’est Dieu qui les a choisis afin qu’ils soient des témoins d’obéissance et d’humilité.

Ces temps, mes enfants, vous amènent toujours à avancer. Mon Église est moi et vous êtes mon Église. Rien ne peut arrêter ce qui est déjà commencé. Soyez dans ma Volonté. Cessez de vous inquiéter pour vos enfants, j’ai déjà tout accompli. Lorsqu’un parent prie, il y a des grâces dans la famille, et cela se répand sur tous les membres de la famille. J’ai prié mon Père et mon Père a étendu ses grâces sur moi et tous vous avez reçu, car vous êtes mes membres. Alors, ayez confiance que vous êtes parmi ceux qui sont dans les grâces, et que vos prières agissent pour ceux que vous aimez. Vous êtes à Dieu et je prends soin de vous, comme je prends soin de ceux que vous aimez.

Laissez-moi vous raconter une histoire. «Un jour, la neige se mit à tomber sur un village : un jour, deux jours, trois jours. Sans arrêt la neige ne cessait de tomber, si bien que les personnes dans les maisons avaient de la difficulté à ouvrir leurs portes pour aller à l’extérieur. Certains étaient obligés d’ouvrir leurs fenêtres pour sortir à l’extérieur, tant il y avait de la neige devant leurs portes. On commença à être très inquiets dans le village, personne ne pouvait plus circuler.

Il y avait un tout petit enfant dans une demeure qui s’est mis à prier Jésus; il dit : "Jésus, ma maman et mon papa ils sont inquiets, ils ont peur, parce que mon grand frère n’est pas entré à la maison, je te prie de le protéger." Le petit enfant priait ainsi et les parents continuaient toujours à s’inquiéter, eux, mais lui, après avoir dit sa prière, il s’allongea sur son lit et s’endormit et, dans son sommeil, il vit une lumière. La lumière, de ses rayons puissants, fit fondre la neige et lorsque la neige fut fondue, alors là on vit, on vit un petit garçon qui était dans une toute petite, petite, petite cabane; il s’était fabriqué lui-même cette petite maison, car il aimait avoir une maison dans un arbre. Alors, soudain, le petit garçon se réveilla : "Maman, maman, papa, papa", dit-il, "je sais où est mon grand frère. Il est dans la maison en haut de l’arbre!" Et le père et la mère se regardèrent tout surpris et se dirent : "Mais voyons, de quoi parles-tu?" Le petit garçon essayait bien d’expliquer à maman et à papa que le grand frère avait construit une petite maisonnette, mais les parents étaient trop inquiets. Alors, le petit garçon haussa les épaules et s’en retourna se coucher et il s’endormit.

Lorsqu’il se réveilla, il y avait un gros soleil dehors. Les gens avaient commencé à sortir à l’extérieur avec leurs pelles pour dégager leurs portes. Il y avait une telle effervescence dehors, le village était tout en éveil; on jasait dehors de la température. Tout semblait si vivant! Le petit garçon mit son habit de neige et sortit à l’extérieur. Alors, il partit, il partit dans le jardin; alors, il regarda en haut de l’arbre et il cria : "Manuel? Manuel?" Et Manuel sortit sa tête et dit : "Qu’est-ce que tu veux?" "Pourquoi tu ne descends pas?" dit-il.  Manuel dit : "Bien, parce que je ne veux pas, il y a trop de neige en bas et ici il n’y en a pas". Alors, le petit garçon dit : "Mais pourquoi tu ne veux pas, même s’il y a de la neige?" Celui qui était en haut de l’arbre dit : "Parce que j’ai choisi, moi, d’être en haut, je peux voir, d’où je suis, tout ce qui se passe en bas". Alors, le petit garçon demanda à son frère de monter en haut; il monta et il monta, il s’installa à son tour dans la maison; alors il vit, il regarda son frère et il sourit.

Ce qu’il voyait, c’était une lumière, une lumière qui était sur la terre et ça scintillait partout. C’était si beau la lumière, il ne pouvait en croire ses yeux, toutes ces lumières semblent si vivantes, qu’est-ce que c’est? Le grand garçon dit à son petit frère : "Tu sais donc pas? Ce sont les grâces de Dieu qui sont descendues sur le village, parce qu’un jour j’ai dit à Dieu : 'Si tu es vraiment là, eh bien, montre-moi ce que font les prières'. Alors, je sais maintenant que les prières ce sont des petites lumières qui tombent sur la terre et qui viennent nous montrer que le Ciel est sur la terre".

Alors, les deux petits garçons se sont enlacés l’un dans l’autre. Alors, ils se sont dit : "Tu sais, j’ai dit à maman et à papa que tu étais ici, mais ils n’ont pas voulu, ils n’ont pas voulu croire à ce que je leur disais." Et le grand frère dit : "Oh, tu sais, ils ont beaucoup de difficulté à croire en la prière, mais nous on a vu, on sait, et on y croit, hein? Alors, le petit garçon lui dit : "Mais pourquoi ne croient-ils donc pas en leurs prières?" Le grand garçon lui dit : "C’est parce qu’ils ont perdu leur cœur d’enfant, mais toi et moi on va prier pour qu’ils retrouvent leur cœur d’enfant et, un jour, ils vont voir ce que nous voyons : la lumière de Dieu sur la terre".

Voyez-vous, petits enfants d’amour, les adultes prient, mais leur cœur d’enfant n’y est pas. Ayez le cœur d’un enfant et vous verrez, vous verrez la grâce de Dieu dans les yeux de ceux que vous aimez. Tant qu’il y aura des enfants qui prieront avec leur cœur, soyez toujours assurés que Dieu écoute leurs prières, car je suis venu en ce monde comme un tout petit enfant, pour apprendre aux enfants de ce monde à prier avec le cœur d’un enfant.

Puisque je vous ai donné ma Mère et que ma Mère vous dit de prier avec le cœur, croyez en cela. Tous ceux qui vont dans le Cœur de ma Mère, ma Mère les conduit dans le Cœur du Fils, afin que vos prières soient exaucées. Je suis Celui qui vient consoler les cœurs, je suis Celui qui vient parler en les cœurs, afin de vous apprendre que tout est accompli. Ayez la foi d’un enfant, cela va répondre à votre cœur, votre cœur blessé, votre cœur inquiet, votre cœur qui a peur : croire en cela, c’est guérir, mes enfants.

Recevez cette grâce d’entrer dans votre cœur et de vous laisser bercer par le Cœur de ma Mère comme au tout début, lorsque vous avez commencé le chapelet, je vous ai invités à entrer dans le Cœur de ma Mère afin de vous laisser bercer par son Cœur. Ensemble, mes enfants, rendez grâce au Cœur de Jésus en disant un 'Je vous salue Marie' dans  le Cœur de ma Mère.

 

Tous : Je vous salue Marie…

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Ce que le Ciel est en train de faire avec nous, ce sont des enfants nouveaux, mais pour faire des enfants nouveaux il va falloir que nous renoncions à notre volonté humaine. Et pour que notre volonté humaine sache que nous choisissons la Divine Volonté, la Volonté de Dieu plutôt que la volonté humaine, il faut que notre chair soit marquée d’un signe d’amour.

Le signe d’amour, c’est la croix! C’est le plus beau signe que Dieu le Père nous a donné puisqu’il a consenti à ce que son Fils soit cloué sur la croix par amour et, par ce signe, il a fait en sorte que nous soyons glorifiés. C’est le signe de la croix qui fera que nous serons dans la gloire de Jésus, parce que lorsque Jésus est mort, il a été ressuscité et Dieu le Père a glorifié son Fils. Par la croix, nous reconnaissons que Jésus est mort par amour pour nous et, par la croix, nous savons que Jésus, mort, ressuscité, a été glorifié. Alors, lorsque nous consentons à ce que la croix soit sur nous, bien, nous consentons à vouloir connaître cette glorification aussi.

Se laisser marquer de ce signe d’amour sur le front, c’est signifier à Dieu : 'Ma chair t’appartient, elle ne m’appartient pas. Elle est de toi, et elle retournera à toi glorifiée par ton Fils.' Ce n’est pas notre volonté humaine qui peut faire que nous serons dans ce mouvement, c’est par Jésus, seulement par Jésus. Jésus a fondé son Église et il a choisi des apôtres et ces apôtres sont représentants de Jésus sur la terre auprès de nous; un seul prêtre parmi nous est Jésus parmi nous, et c’est Jésus qui marque notre chair de son signe d’amour, afin que notre volonté soit dans une obéissance totale : "Pas notre volonté, ta Volonté Jésus, car ta Volonté, Jésus, c’est la Volonté de ton Père."

Voilà pourquoi, aujourd’hui même, le Ciel nous offre sa présence. En la présence même du prêtre, nous avons la présence même de Jésus qui, selon la volonté aussi de son prêtre, peut nous marquer du signe d’enfants de Dieu sur le front.

Encore une fois Dieu nous donne encore un choix : d’approcher son prêtre si nous voulons nous laisser marquer du signe d’enfants de Dieu. C’est une bénédiction, et cette bénédiction nous remplit de lumière. Lorsque nous la recevons, nous la recevons, et elle est vraie : c’est un signe qui reste sur nous. Mais lorsque nous la recevons encore une autre fois, une autre fois et une autre fois, bien, ce signe, ça donne des grâces et ceux qui n’ont pas encore reçu ce signe, bien, ils reçoivent des grâces.

Dieu dit qu’ils ont besoin de grâces : c’est la prière, c’est comme l’histoire qu’on a entendue tantôt. Il faut croire quand le Ciel dit qu’il agit pour nous; nous reconnaissons ce qui vient du Ciel par le cœur et non pas par la tête. Alors, il est bon de demeurer une minute pour prendre notre décision, mais dans notre cœur, et pas par notre tête.

Alors, si vous voulez bien, on va prendre cet instant.