Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Accueil Colombien, Saint-Boniface, Manitoba,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus.

 

2004-04-21

 

La Fille du Oui à Jésus : Dieu dit de fermer les yeux.

 

Jésus: Je suis avec chacun de vous, je suis la Présence.

Mes petits enfants, ne vous étonnez pas que je parle à travers mon instrument, ces temps sont des temps de grâces.

Ma Mère apparaît à plusieurs endroits, elle prépare vos cœurs à recevoir son Fils en chacun de vous.

N’est-il pas normal que je choisisse des enfants parmi vous pour vous rappeler qui vous êtes, pourquoi vous êtes sur la terre?

Vous avez reçu, vous les aînés, des missions.

La première a été de poursuivre votre chemin sur la terre en enfants de Dieu, en suivant les commandements de Dieu, en suivant les enseignements, les enseignements du Fils de Dieu.

Je suis venu sur la terre pour enseigner, faire connaître mon Père, et vous devez continuer à vous acheminer, comme vous avez fait depuis votre naissance.

Plusieurs ont mis des enfants au monde, ils ont été sous votre responsabilité; vous avez eu devoir de les éduquer en enfants d’amour.

Ces enfants vous ont été prêtés, pas donnés, vous avez été choisis pour porter les enfants de Dieu, pour porter les fruits de l’Amour.

Certaines d’entre vous avez été choisies pour être les fleurs de l’Amour : lorsqu’on est choisie, par Dieu, pour être consacrées, cela est une fleur pour l’humanité.

Je parle de mes épouses, de mes épouses consacrées, de mes épouses mystiques, celles qui ont donné leur oui : mes épouses sur la terre.

Pas comme cet instrument d’amour, elle, elle est épouse mystique dans ce qu’elle est, par rapport à ce qu’elle doit donner face à sa mission.

Mais vous, mes épouses, mes filles consacrées, vous vous êtes données, vous avez renoncé au sacrement du mariage pour votre Dieu, vous vous êtes données à moi, je vous ai prises.

Eh combien est grand celui qui se donne pour devenir prêtre! Il renonce au mariage, lui aussi, pour devenir l’époux mystique de l'Église.

Enfants d’amour, Dieu vous parle en votre cœur, c’est à chacun de vous que je dis ces mots, ces mots sont particuliers à vous-mêmes.

Vous vous êtes donnés pour ceux que vous aimez, vous vous êtes donnés pour vos frères et pour vos sœurs.

Combien ont connu de durs labeurs? Combien d’entre vous ont connu des souffrances, des douleurs, des accouchements douloureux, d’autres moins pénibles? Et combien vos travaux ont tous été durs, mes enfants!

Je connais tout ce que vous avez fait, pour vous, pour votre époux, pour vos enfants, pour vos frères, pour vos sœurs qui ont été présents avec vous-mêmes.

Vous êtes des choisis de Dieu.

Vous n’êtes pas venus sur la terre par le hasard, c’est mon Père qui vous a choisis.

Vous avez été avant vos enfants afin que vous puissiez les supporter, afin que vous puissiez les conduire vers le droit chemin et cela n'a pu se faire par vous-mêmes, mais par mes grâces, par le soutien de Dieu, par la protection de Marie, votre Mère du Ciel, votre Mère de la terre.

Vous êtes rendus à un âge avancé et, pourtant, si vous pouviez voir votre intérieur : il n’a pas vieilli, il est jeune, il est resplendissant tel un enfant.

Lorsque, mes enfants, vous avancez en âge, vous apprenez à quitter votre volonté humaine pour accueillir l’être que vous êtes en vous.

C’est lorsque vous vieillissez que vous accueillez l’enfant que vous êtes, vous apprenez à vous découvrir, vous apprenez à vous aimer et vous apprenez à dire merci à Dieu pour ce qu’il vous a donné : vous tous connaissez cela.

Vous appréciez, maintenant que vous êtes rendus dans un âge plus avancé que les autres, ce que Dieu a fait pour vous. Savez-vous pourquoi? Parce que vos yeux s’ouvrent, vos yeux commencent à voir la lumière, à voir les bienfaits que Dieu a faits pour vous; vos oreilles commencent à s’ouvrir à l’appel de Dieu : vous découvrez que vous êtes jeunes à l’intérieur de vous.

Les jeunes d’aujourd’hui, eux, croient qu’ils sont vieux, assez vieux pour se conduire tout seul, assez vieux pour refuser la présence des parents auprès d’eux, assez vieux pour dire : "je n’ai plus besoin de leurs conseils, je n’ai pas à me plier à leurs caprices de personnes âgées"; alors, ils cheminent seuls et ils se font mal, parce qu’ils ne savent pas regarder avec les yeux de Dieu, ils ne savent pas écouter avec l'amour de Dieu.

Ils vous regardent et tout ce qu’ils voient : c’est un corps qui s’est mis à plisser, c’est un corps qui s’est mis à courber, ce sont des cheveux qui se sont mis à blanchir, ce sont des mains qui ont commencé à trembler, ce sont des jambes qui ont commencé à fléchir, ce sont des êtres qui radotent.

Oh! mes enfants d’amour, moi, j’ai pitié de ces jeunes; je les soutiens de mes grâces d’amour : je leur donne la force d’avancer parce qu’ils sont aveugles; je leur donne la force de comprendre parce qu’ils sont sourds; je leur donne la force de se regarder dans le miroir parce que je cache la laideur du péché; je leur donne la force de faire leur travail parce qu’ils ont perdu l’habilité de se donner gratuitement; je donne la force à leurs jambes de se tenir droits, car s’ils connaissaient leur intérieur, ils ne pourraient supporter autant de lourdeurs sur leurs épaules; je leur donne de la force afin qu’ils puissent soutenir leur cœur qui est froid, dur, triste, indépendant.

Voyez-vous, ces enfants sont rendus très vieux en leur intérieur, ils sont comme des vieillards qui n’ont pas su accueillir ce que Dieu a toujours donné.

Ils n’ont pas su demeurer jeunes comme des petits bébés.

Oh! mes enfants, vous aussi avez été jeunes, vous aussi avez été vieux étant jeunes, vous aussi avez commis des gaffes similaires à eux, mais vous avez été protégés beaucoup plus qu’eux, car vous avez commencé à regarder la télévision beaucoup plus tard qu’eux, à écouter de la musique endiablée beaucoup plus tard qu’eux, alors vous avez atteint votre jeunesse plus vite qu’eux.

Vous êtes dans la lumière, vous êtes mes petits bébés à moi; je vous considère comme un tout petit être que je prends dans mes mains et que je protège contre les enfants de ce monde, et je donne à l’intérieur de vous des grâces d’amour.

Ces grâces vous font enfants de prière.

Lorsque vous dites votre chapelet, vos prières sont doublement agissantes : vous êtes enfants parce que c’est moi qui prie en vous, et elles sont multipliantes lorsque vous acceptez de souffrir sans crier : "C’est injuste, Dieu, pourquoi est-ce que je souffre? Tu ne fais pas les choses comme il faut. Aujourd’hui, j’ai de la difficulté à marcher droit. Ô Dieu, je t’en veux parce que tu n’as pas su me tenir jeune."

Lorsque, vous, vous ne tenez pas ce langage : moi, j’accueille vos gestes courbés; moi, j’accueille vos hésitations à monter les marches; moi, j’accueille votre manque de mémoire; moi, j’accueille vos yeux embrouillés ne pouvant plus lire; moi, j’accueille vos actes d’adoration qui sont faits comme vous le pouvez parce que vos genoux sont meurtris par les années : cela devient prière.

Chaque mouvement devient prière parce que c’est moi qui les porte en moi, car vous êtes trop jeunes à l’intérieur de vous : vous êtes des bébés que je tiens entre mes mains.

Chaque personne qui accepte de devenir des enfants, Dieu accueille cette offrande et la porte sur son cœur.

Enfants d’amour, Dieu est la Puissance, il n’y a que Dieu qui peut vous parler ainsi.

Accueillez cela avec les grâces de Dieu par mon prêtre consacré. Amen.

 

Bénédiction du prêtre : Je vais bénir chacun d'entre vous et je vais bénir toutes les intentions que vous avez dans votre cœur pour toutes vos familles.

Seigneur Jésus, je te bénis, je te rends grâce de nous avoir donné l'occasion, aujourd'hui, d'entendre ta voix à travers la Fille du Oui à Jésus.

Seigneur Jésus, je te demande, s'il vous plaît, de remplir les cœurs de toutes ces personnes ici agenouillées, je veux qu’elles soient remplies de ton Esprit Saint, de ton Esprit d'amour.

Je demande à Dieu le Père d'avoir un œil vigilant sur chacun de vous

et je demande aussi à Jésus, qui nous a montré comment faire la Volonté de son Père, d'avoir la lumière, le courage et l'audace d'accueillir, dans ces activités humaines, ce que nous avons, et d'accueillir ces faits-là qu'on ne comprend pas toujours, mais qui viennent de la Volonté du Père, sans doute, et je demande à l'Esprit Saint de nous envahir.

Que Dieu tout-puissant vous bénisse et vous garde, au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Et que Marie vous accompagne sans cesse.

 

Tous: Amen.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Tantôt, c’est Jésus qui a parlé, le Fils de Dieu, mais lorsqu’il parle, il veut toujours que je ferme les yeux.

Premièrement, par respect; deuxièmement, par abandon : c’est une union plus profonde lorsque j’ai les yeux fermés.

Là, (maintenant,) c’est le Saint-Esprit, c’est l’agir du Saint-Esprit.

Ces paroles viennent en moi et je ne sais pas ce que je vais dire, et ce n’est pas à moi de savoir, je répète par obéissance.

Dieu envoie parmi le monde des messagers parce qu’il va se passer un grand événement bientôt.

Cet événement va envelopper tous les enfants, c’est-à-dire que le Saint-Esprit va faire descendre sur la terre un mouvement.

Ce mouvement va faire en sorte que chacun de nous découvrions qui est Jésus.

Jésus est la Lumière, Jésus est la Vie, Jésus est le Chemin.

Nous avons été dans la foi, nous avons cru à tout ce que Jésus nous a dit, maintenant Marie prépare les cœurs à voir son Fils à l’intérieur de nous : nous allons voir le Fils de Dieu à l’intérieur de nous.

Le moment où cela se fera, Dieu seul le sait, pas nous.

Nous devons être obéissants et demander des grâces de patience aussi parce que beaucoup d’enfants ne sont pas prêts encore.

Dieu le Père dit qu’il connaît tous les enfants qui portent un oui.

Un oui veut dire : tous ceux qui vont dire : "Oui, je veux être à toi, Dieu."

Mais, il faut aussi savoir, parce que Dieu me l’a dit, qu’il y a des enfants sur la terre qui portent un non, mais un non catégorique, un non haineux.

J’ai dit : "C’est impossible, Jésus!" Lorsque j’ai dit ça à ma fille aussi, elle a dit : "On ne peut pas, c’est impensable que quelqu’un porte un non. Comment peut-on dire non à Jésus? C’est l’Amour, c’est le Bonheur." Moi aussi, j’ai pensé cela.

Savez-vous, pendant deux ans, j’ai pleuré sur Judas, pleuré parce qu'on disait : il est en enfer; je disais : "C’est impossible", car lorsque j'entendais cela, je pleurais.

Ce n’était pas le temps, pour moi, de savoir; jusqu’au jour où une jeune fille a dit : "J’ai entendu un message d’une mystique qui disait que lorsque des enfants se présentent devant Jésus, ils ont toutes les chances de dire oui à l’Amour, Jésus fait tout pour les attirer pour ne pas qu’ils aillent en enfer et Marie aussi. Une jeune fille (devant son jugement) ne voulait pas écouter Jésus, Marie a été vers elle, et elle a craché sur le visage de Marie."

Et là, ça a ouvert une porte en moi, et j’ai découvert que, oui, il y avait des enfants qui étaient pour dire non à Jésus; alors, j’ai été dans ma chambre et j’ai pleuré un bon coup et là, je venais d’accepter que Judas avait choisi l’enfer plutôt que choisir Jésus.

À partir de ce moment-là, Dieu venait me parler de ceux qui étaient pour dire des non.

Je n’étais pas prête avant; il parlait de l’amour, il ne parlait pas du non, mais après il a commencé à parler du non.

Il y en a des enfants qui portent des non, il y en a qui détestent Jésus; ils font en sorte de faire souffrir Jésus et ils font en sorte de nuire aux âmes de Jésus, aux épouses de Jésus.

L’âme est l’épouse de Jésus, elle appartient à Jésus; alors, eux font tout pour que l’âme se laisse détruire.

L’âme appartient à Jésus, elle n'appartient pas à la volonté humaine.

La volonté humaine, c’est nous.

Si on veut monter une marche, c'est qu'on dit oui : on monte notre marche; si on ne veut pas prendre un bain, on dit non : c’est notre volonté humaine qui dit ça.

Il n'y a seulement que le oui et le non qui nous appartiennent, ça peut faire bouger notre volonté humaine.

Notre volonté humaine, c’est quelque chose qui est en nous depuis Adam et Ève : lorsqu’Adam et Ève ont dit non à Dieu le Père, ils venaient de renoncer à la Volonté d’amour, à la Volonté Divine pour se servir de leur propre volonté humaine.

Vous souvenez-vous de l’arbre du bien et du mal? C’est notre volonté humaine.

On a accepté d’entrer dans notre volonté humaine; ce n’est pas nous qui avons enlevé la Divine Volonté, c’est Dieu le Père. Dieu le Père l'a retirée d’Adam et Ève. 

Pourquoi? Parce qu'ils avaient fait un choix, ils ont dit non à Dieu le Père, ils ont dit oui à leur volonté humaine; alors Dieu qui est un Dieu d’amour, Dieu qui ne veut pas que ses enfants soient obligés de l’aimer, il veut que les enfants soient libres, il ne veut pas avoir des esclaves, il veut avoir des enfants libres.

Vous avez aimé vos enfants, vous avez aimé enseigner, prêcher à des êtres qui n'étaient pas vos enfants, et vous les avez respectés quand ils refusaient, alors combien plus Dieu le Père veut vous respecter, et cela ne vient pas de vous.

Ce respect que vous avez pour vos enfants ne vient pas de vous, il vient de Dieu; c’est Dieu le Père qui a mis en vous son côté maternel et paternel parce que Dieu n’est que bonté.

Dieu dit que maintenant les humains vont avoir à choisir.

Il va arriver un grand mouvement : ce mouvement sera fait par la puissance du Saint-Esprit, par la puissance de la Trinité.

Dieu le Père va permettre que le Saint-Esprit nous enveloppe, Dieu le Père va permettre que son Fils se montre en nous.

Tout cela va se faire parce que c’est Dieu le Père qui le veut : le Fils obéit à Dieu le Père et le Saint-Esprit obéit à Dieu le Père.

Il n’y a pas plus grand que Dieu le Père, mais Dieu le Père est en le Fils, et Dieu le Père est en le Saint-Esprit.

Tout cela va se faire avec la justice de Dieu le Père.

Qu’est-ce qui va se passer à ce moment-là? C’est qu’on va entrer à l’intérieur de nous, on n'aura rien à faire, aucun effort à faire, on va se laisser aller comme des enfants, et lui va nous prendre, va nous montrer notre vie : tout ce qu’on a fait, tout ce qu’on a dit, tout ce qu’on a pensé, tout ça, on va le voir.

La Divine Volonté a écrit un livre : c’est notre Livre de Vie.

Chacun avons un livre, il s'est inscrit, et c’est ce qui va nous être montré, mais plus encore parce qu'on va le vivre, on va sentir tout ce qu’on a fait.

Dieu va nous envelopper de l’amour, et c’est avec son amour qu’on va se juger.

Alors Dieu dit que lorsqu’on a des cheveux blancs, et lorsqu’on a un chapelet dans ses mains, et lorsqu’on ne cesse de dire des oui : le livre devient un livre lumineux.

Votre livre va vous être montré, ce sera un livre d’amour.

Vous avez prié depuis plusieurs années, Dieu veut accueillir tout cela comme votre purification.

Dieu, en ce moment même, dicte des mots d’amour, par sa fille choisie, pour chacun de vous; cela s’imprime non seulement en vous, mais en toutes les personnes qui ont les cheveux blancs, – même s’ils sont teints, – qui ont été dans l’obéissance à Dieu, qui ont consenti à prier, qui ont consenti à prier pour leurs enfants, en toutes celles qui sont des religieuses, des prêtres qui ont donné leur vie pour les enfants de Dieu.

Dieu vous dévoile cela parce que c’est Dieu le Père qui le veut.

Tout comme il va protéger les tout petits bébés : les tout petits bébés seront dans un sommeil, le Saint-Esprit va les envelopper; ils sont dans l’innocence, et comme vous êtes dans l’innocence de votre enfantement, Dieu vous dévoile cela.

Dieu veut que vous continuiez à porter ses enfants qui sont vieux, ils sont aux prises avec leurs péchés.

Ils ont beau avoir les cheveux orangés, courts, longs, ils ont beau écouter de la musique à tous les jours, faire des sports comme ils veulent : ce sont des vieillards à l’intérieur d’eux parce qu’ils se sont laissés vieillir, ils n’ont pas pris les grâces de Dieu.

Soutenez-les.

Si Dieu permet que vous entendiez ça, ce n’est pas pour vous flatter, c’est tout simplement pour vous faire réaliser l’importance de la prière.

Ne croyez pas que tous les jeunes sont vieux, il y en a qui se donnent, il y en qui prient, il y en a qui espèrent : eux commencent à accueillir la jeunesse en eux.

Il y en a parmi eux qui n'ont même pas vieilli, ils sont toujours des bébés à l’intérieur d’eux, mais combien le nombre est grand de vos enfants, des enfants que vous ne connaissez pas, qui se sont laissés vieillir par la laideur? Alors, il faut penser à eux, il ne faut pas les oublier dans vos prières, ni dans vos gestes.

Dieu vous apprend que lorsque vous marchez, cela est prière, parce que ce n’est pas vous qui marchez, c’est Jésus.

Jésus est à l’intérieur de vous : il s’est donné depuis votre jeunesse par le sacrement de l’Eucharistie, il habite votre intérieur.

Jésus est le Fils de Dieu vivant, il est en Dieu le Père.

Lorsque vous êtes venus dans le sein de votre mère, vous avez reçu le souffle de Dieu.

Vous avez pris vie en le sein de votre mère, le Saint-Esprit vous a donné des dons et ces dons ont fleuri à votre baptême : vous avez tout reçu cela.

Alors, Dieu veut que vous preniez connaissance que lorsque vous regardez avec vos yeux, c’est lui qui regarde : vous, vous donnez simplement votre consentement à Jésus de prendre vos yeux et de s’en servir; lorsque vous mangez et que vous donnez votre action, c'est un consentement à Jésus : lui, il vous prend, puis, avec votre permission, il fait ce geste.

Quand il est venu sur la terre, Jésus, il a mangé, il a regardé, il a dormi, il a chanté, il a prié, il a louangé, il a souffert, il a tout fait ce que vous faites; alors, lorsque vous lui donnez ce que vous êtes, ce que vous faites : vous lui faites vivre sa Vie : sa Vie continue.

Sa Vie est présente.

Mais il se passe quelque chose de bien beau pour vous autres : c’est que tous vos gestes deviennent prière, tous vos gestes deviennent des grâces qui s’accumulent pour vous et aussi pour ceux que vous portez en vous.

Si Jésus vous habite, c’est que Jésus est présent en vous : Jésus peut-il être présent en vous sans être présent avec tous les enfants du monde? C’est impossible!

Beaucoup de religieuses, ici, savent de quoi je parle, c’est le Corps Mystique, c’est l’Église.

Nous sommes l’Église, nous sommes membres de l’Église et tout ça, c’est nous.

Mais, toute notre vie, on a vu l’extérieur de nous-mêmes, maintenant Jésus nous fait réaliser qu’on a vécu en l’Église, qu’on a vécu en lui toute notre vie.

Si, en un seul moment, on dit à Dieu : "Jésus, dans ta Divine Volonté, je te donne tous les gestes que j’ai faits depuis mon premier cri en ce monde, jusqu’à aujourd’hui" : Jésus va tout prendre ce que vous avez fait, il va tout changer ça en prière.

C’est la puissance de la Divine Volonté, la volonté humaine ne peut rien faire de cela.

Dieu est l’Alpha et l’Omega. Dieu est omniprésent.

Dieu est présent, il n’y a pas de temps pour lui : que ce soit avant la création de la terre, que ce soit au temps de Moïse, que ce soit au temps de ses enseignements, que ce soit dans notre temps, il n'y a aucune différence parce que le temps pour Dieu n’est pas : il est la Présence, il est le Tout.

Dieu nous a portés en lui, il n'a pas attendu qu’on vienne tous au monde pour nous porter, puisqu’il est la Puissance.

Lorsqu’il a soufflé en Adam, il a fait sortir de lui un souffle, et il est entré dans les narines – insufflé, comme Germain disait, – d’Adam et qu’est-ce qui est entré en Adam? C’est la Divine Volonté, son souffle, un mouvement de Dieu trinitaire.

Parce que le Père est en le Fils, le Fils est en le Père et le Saint-Esprit est présent, ils ne peuvent pas se séparer.

On ne peut pas séparer la Trinité, c’est un Dieu : alors Jésus nous portait.

Lorsqu’Adam a désobéi, le mouvement qu’il a reçu s’est retiré de lui, mais Jésus, lui, est la Présence, la Vie : il a continué à l'habiter parce qu’Adam serait mort.

S’il avait fallu que la Divine Volonté enlève la vie, le souffle qu'il a mis en Adam, il serait raide mort; il ne pouvait pas (mourir), c’est Dieu qui est la Vie, ce n'est pas la volonté humaine qui est la vie, c’est Dieu.

Dieu, c’est vrai qu’il s’est mis en colère, bah! une sorte de colère, parce qu’il a retiré Adam et Ève du Paradis; il a interdit d’y rentrer aussi et aussi, il a retiré sa Divine Volonté; il a dit : «Tu as voulu choisir de vivre dans ta volonté humaine, vis dans ta volonté humaine, mais tu travailleras à la sueur de ton front, et à la femme, tu enfanteras dans la douleur.»

On n'aurait jamais dû connaître aucune douleur, on n'aurait jamais dû connaître des cheveux blancs, on n'aurait jamais dû connaître le péché, mais tout cela ne vient pas de Dieu, c’est le choix qu’il a fait, Adam : il a choisi de vivre dans la volonté humaine.

Oh! pas parce qu’il voulait tout ça, Adam, il ne le savait pas.

Ève s’est laissé séduire par Satan : elle était en admiration devant Dieu, elle aurait aimé connaître ce que Dieu connaissait, mais Satan, lui, il a vu tout ça et, par hypocrisie, il l’a tentée.

Elle avait le choix d’aller vers le Père, mais elle n'y a pas été.

Elle est allée tenter Adam, et Adam s’est laissé tenter; alors c'est devenu un péché, mais le péché était grave en soi parce qu'ils avaient tout reçu de Dieu le Père pour aller vers lui, et c’est pour ça que Dieu le Père a été attristé et, aujourd’hui, on porte ce péché en nous.

Mais plus grave a été le péché de Caïn parce que le péché de Caïn a été fait avec consentement, a été fait avec sa volonté humaine, et ça a amené d’autres péchés, et le mal l'a emporté sur le bien.

Mais, grâce à la prière, grâce à vos invocations, on a toujours avancé malgré les péchés, et tout cela parce que Dieu a donné des grâces.

Dieu le Père nous a donné tout ce qu’il nous fallait à chaque jour pour vivre, et tout cela était contenu dans la vie : c’était dans son mouvement d’amour.

Lorsqu’il a insufflé son air en Adam, il contenait de l’amour; il ne pouvait pas séparer l’amour de son souffle, c’était un tout; alors on a reçu ça en nous et, malgré cela, ceux (qui sont nés) avant Jésus ont beaucoup, beaucoup désobéi à Dieu : ils ont fait des idoles, ils avaient besoin de regarder quelque chose.

Jésus Amour est venu pour purifier tous ces péchés, et purifier les nôtres aussi.

Nous aussi on a fait beaucoup d’idoles, Jésus nous l’a dit.

Nous avons pris la télévision et nous en avons fait une idole; nous avons fait une idole avec les sports, ah! pour les femmes aussi qui regardent les sports, mais moins que les hommes! C’est devenu de l’idolâtrie.

Combien de femmes ont passé leur travail avant l’amour du prochain? Vous savez, il y a des femmes qui ont passé des journées à travailler, puis à travailler, puis à travailler, puis à frotter, puis à frotter, elles en oubliaient leur mari à côté, et eux autres attendaient dans le salon qu’elles viennent s’asseoir, mais on a passé quelque chose avant l’être humain.

L’être humain vient de Dieu; si on n'arrive pas à renoncer à l’ouvrage pour donner un peu de temps pour son époux, est-ce qu’on en donne à Dieu? Bien souvent, on oublie, à force de frotter, que Dieu nous demande de nous arrêter pour aller voir notre prochain; alors, quelquefois, on passe ces choses-là avant Dieu.

Et ça a été comme ça dans notre vie et c’est pour cela que Dieu, en ce moment même, nous fait découvrir la richesse de sa miséricorde, nous fait découvrir la richesse de sa purification, nous fait découvrir la richesse de l’amour, l’amour de Dieu.

Il nous parle de sa Divine Volonté parce qu’il veut qu’on donne notre oui à la Divine Volonté.

Et lorsqu’on donne notre oui à la Divine Volonté, lui, il prend tous les mouvements qu’on a faits, puis il les purifie : ça devient des gestes d’amour pour lui; ça devient des gestes de prière pour lui.

Quelle richesse de prières pour lui! Quelle richesse la Divine Volonté!

Et nous, qui sommes-nous pour connaître tout ça? Pourquoi nous, en 2004? Pourquoi pas ceux qui vivaient en l’an 1400? Pourquoi nous? C’est parce que Dieu le Père a choisi les enfants, ceux (dont leur nom) sont écrits dans le Livre de la Vie et qui doivent vivre leur vie éternellement dans un corps immortel sur la terre.

Oh! je ne vous dis pas que tous vous allez vivre éternellement sur la terre.

Lorsque Dieu appelle un enfant, l’enfant doit obéir.

La différence, c’est que lorsque nous serons dans la terre purifiée, lorsque nous serons purifiés de tous nos péchés, lorsque le mal sera arraché de nous, lorsque notre chair sera purifiée, lorsque Dieu le Père nous appellera, houp! en une fraction de seconde, on sera devant lui parce qu’on va répondre à l’appel de Dieu dans la joie.

Aujourd’hui, lorsque Dieu appelle ses enfants : on résiste, on ne veut pas quitter cette terre, cette terre de misères, de souffrances.

Cette terre où on a froid, où on a chaud, où on est plein d’arthrite : on ne veut pas la quitter, surtout parce qu’on quitte ceux qu’on aime aussi : nos enfants, nos petits-enfants, nos amis, nos frères et nos sœurs.

Quelquefois, Dieu donne des grâces à la personne qui souffre beaucoup, et elle dit : "Viens me chercher, Seigneur, je suis tannée de souffrir. Viens me chercher, Seigneur, je suis trop vieille, m’as-tu oubliée? "

Mais tout ça, ce sont des grâces de Dieu le Père, c’est l’appel à l’amour: «Viens, ma fille. Viens, mon fils.»

Tranquillement, on répond par un oui, tranquillement, on résiste aussi, mais lorsque nous vivrons dans la Divine Volonté, on ne résistera pas.

Seul Dieu le Père connaît le temps que nous devons vivre sur la terre.

(Bientôt), nous ne connaîtrons plus, après la Grande Purification : la mort de la chair, nous allons passer de la terre au Ciel.

C’est un mouvement dans la Divine Volonté, comme Adam et Ève auraient dû connaître.

Ils n’auraient jamais connu la mort, Adam et Ève; lorsque le moment aurait été, pour eux, choisi, ils auraient été directement au Royaume de Dieu le Père  mais, à cause de leur désobéissance, ils n’ont pas connu ça.

Vous direz : "Pourquoi Dieu a laissé Satan tenter Adam et Ève, hein?" Bien, c’est parce que Satan, l’ange déchu, a été voir Dieu le Père, il a dit : "Comment peux-tu savoir s'ils t’aiment vraiment, ils n’ont aucune épreuve, tout est beau. Il n'y a rien qui prouve qu'ils vont aller vers toi."

Dieu connaissait sa malice, il avait vu sa malice en lui; alors Dieu, dans son amour, a voulu que ses enfants lui prouvent : «Prouve-moi que tu m’aimes, prouve-moi que tu m’as choisi». Alors, on connaît tout ce qui est arrivé.

C’est ce qu'il va nous demander, il va nous demander : «M’aimes-tu? M’aimes-tu assez pour renoncer à ta volonté humaine? M’aimes-tu assez pour renoncer à tous ces biens matériels qu'il y a autour de toi? M’aimes-tu assez pour renoncer à l’argent, au pouvoir que l’argent donne? Veux-tu devenir mon enfant, et que je prenne soin de toi?» C’est ce qu'il va nous demander.

Voilà notre choix, voilà notre épreuve d’amour.

Vous connaissez, en ce moment même, votre réponse parce que chacun de vous portez un oui en vous, et Dieu vous l’a dévoilé tantôt, mais pensez à ceux qui ne connaissent pas leur oui encore, ils portent un oui, mais ils ne le savent pas.

Beaucoup de vos enfants portent des oui : la plupart.

 

Dieu : Amours, amours, ayez confiance : par vos prières, le oui s’est développé; par vos prières, vous avez dégagé la poussière du mal qui avait enseveli ce oui; par vos blessures, par vos souffrances, vous avez fait naître en eux l’espérance.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Alors, il faut louanger Dieu de ce qu’il vient de nous déclarer, de ce qu’il vient de nous dire.

Merci, Seigneur d’amour!